Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Stratégies du changement dans les systèmes et les territoires

 | 
Lise Viera
, 
Nathalie Pinède

Axe 5. Espaces numériques durables et responsabilité citoyenne

#fac09 : le mouvement des universitaires et des chercheurs sur l’internet participatif

Nikos Smyrnaios

Texte intégral

  • 1 Voir les contributions au colloque « Les usages partisans de l’internet », Université Nancy 2, 21 (...)

1L’émergence d’une information alternative et militante sur l’internet et son utilisation par les mouvements sociaux a déjà une histoire relativement longue, que Fabien Granjon a retracée pour le cas français (Granjon, 2001). En effet, l’internet constitue indiscutablement un terrain privilégié du débat démocratique (Flichy, 2008), y compris en ce qui concerne ses usages partisans et militants1. Comme l’écrivent Dominique Cardon et Fabien Granjon, « sans prêter au réseau des réseaux, en tant que tel, un effet organisateur ou moral sur ceux qui l’utilisent, l’histoire de sa conception, la forme de son architecture, les modalités d’engagement qu’il rend possibles etc., ont contribué à lier l’internet à diverses formes d’expression “coopérative”, “citoyenne” ou “libertaire” » (Cardon, Granjon 2007, P. 94). Cependant, loin d’incarner une sphère publique idéale, comme l’ont soutenu les penseurs technophiles, l’internet en tant qu’espace de discussion et de confrontation politique est tributaire d’un certain nombre de tendances de fond qui traversent le système médiatique et le monde social dans son ensemble (Miège, 2007). Les usages qui s’y développent sont conditionnés simultanément par des déterminants sociaux et techniques multiples, qui s’entrelacent et s’influencent mutuellement.

2Le mouvement des universitaires et des chercheurs français contre les réformes liées à l’application, début 2009, de la loi relative aux libertés et responsabilités des universités (LRU) est à ce titre doublement intéressant. D’une part, il a eu lieu à un moment où l’usage des dispositifs innovants de l’internet est devenu relativement courant. D’autre part, l’expression du mouvement de l’université et de la recherche sur l’internet est aussi particulièrement intéressante parce qu’elle est le fait d’agents sociaux qui se rapprochent beaucoup de cet « internaute idéal » auquel se réfèrent nombre d’analyses déterministes et dont nous avons tenté d’esquisser les contours : rationnel, actif, producteur d’information, maîtrisant les codes de l’expression publique et utilisateur avisé du réseau (Smyrnaios, 2006). Autrement dit, nous pouvons émettre l’hypothèse que les universitaires et les chercheurs, sans constituer un groupe social totalement homogène, présentent pour une grande partie d’entre eux les caractéristiques qui, en théorie, leur permettent un usage efficace de l’internet comme outil d’expression publique et d’organisation d’un mouvement social. En effet, les chances pour qu’un internaute soit auteur des contenus originaux diffusés sur l’internet sont d’autant plus élevées que celui-ci est fortement diplômé et exerçant un métier intellectuel (Kim, Hamilton, 2006 et Barbe, 2006). Les caractéristiques sociologiques de la minorité active des internautes coïncident ainsi, en grande partie, avec celles des universitaires et des chercheurs. Par ailleurs, plus de dix après son apparition grand public, l’usage de l’internet est fortement ancré dans la communauté académique que ce soit dans le domaine de la communication (Millerand, 2007), de la publication scientifique (Pignard, 2005) ou des tâches pédagogiques. Ces éléments expliquent pourquoi le mouvement de protestation des universitaires et chercheurs a rapidement investi l’internet. Cependant, cet investissement a pris des formes particulières et inégales en fonction des différentes catégories de dispositifs participatifs.

3Dans le présent article nous proposons de revenir sur une période de deux semaines, entre le 2 février 2009 – date à laquelle la Coordination nationale des universités a appelé à la grève – et le 15 du même mois, et d’examiner l’utilisation qui a été faite par les universitaires et les chercheurs des dispositifs innovants et participatifs de l’internet pour coordonner leurs actions et faire connaître leurs revendications. Notre interrogation centrale consiste à savoir comment et dans quelle mesure les participants au mouvement se sont saisis de ces outils.

4Pendant la période étudiée, nous avons procédé à l’observation d’un éventail assez large de dispositifs participatifs. Nous nous sommes efforcés, dans la mesure du possible, de prendre en compte la double dimension de l’internet participatif, à savoir les modes de production et de diffusion des contenus informationnels mais également les dispositifs de sociabilité interpersonnelle. Les dispositifs que nous avons examinés sont les listes de diffusion, les réseaux sociaux, les plateformes de diffusion de vidéos, les commentaires sur les sites d’information et les blogs créés ou utilisés expressément dans le cadre de ce mouvement. D’un point de vue méthodologique, nous nous sommes appuyés sur les traces laissées par ces dispositifs sur le web qui permettent d’avoir une vision assez exhaustive de leur utilisation. Nous nous plaçons ainsi davantage du côté de l’offre d’information notamment amateur, ou de ce qui est « visible » sur l’internet, et non pas du coté de l’usage à proprement parler dans le sens que lui donne la sociologie des usages.

1. L’utilisation des listes de diffusion

5Les principaux outils de communication qui ont été mis à contribution par les enseignants-chercheurs dans le mouvement de février 2009 sont sans doute le courrier électronique et les listes de diffusion. Au regard des outils participatifs les plus récents, le courrier électronique peut apparaître comme « archaïque » et relativement inefficace.

  • 2 Par exemple la liste de discussion Prepa.coordination.nationale http://listes.lautre.net/cgibin/ma (...)

6Pendant la mobilisation, une multitude de messages, souvent redondants, sont arrivés dans les boîtes électroniques des enseignants-chercheurs2. Malgré la grande diversité des émetteurs (syndicats, individus, organisations nationales et locales, groupements informels, listes de diffusion ad hoc), on peut grossièrement classer les messages en trois catégories : premièrement, des messages d’information concernant les actions entreprises dans le cadre du mouvement au niveau local (manifestations, assemblées générales, actions diverses). Dans ce cas, l’objectif principal est la coordination de l’implication directe des personnels de l’enseignement supérieur et de la recherche dans le mouvement de protestation. Le deuxième type de messages consiste en des informations de type documentaire (analyses, textes réglementaires) qui visent à permettre aux personnels de comprendre la réforme en cours et de constituer un contre-discours critique face à celui du gouvernement. Ces deux catégories de messages électroniques, somme toute assez classiques, se situent dans le cadre d’une action téléologique, c’est-à-dire dirigée vers un but qui est le succès de la mobilisation. En effet, le mal fondé de la réforme semble entendu et les débats polémiques sont peu présents dans les échanges de messages.

7La troisième catégorie des messages électroniques présente un intérêt particulier. Il s’agit des messages qui proposent des liens vers des contenus d’information concernant le mouvement et disponibles en ligne. En effet, de nombreux universitaires et chercheurs ont exercé pendant la période étudiée une veille sur le web qu’on peut qualifier de collective, quoique bien souvent non concertée, recherchant toutes les informations relatives à l’actualité du mouvement et de la réforme sous quelque forme que ce soit (texte, photo, vidéo, son). Une fois qu’un tel contenu est repéré, le « découvreur » se précipite souvent à son courrier électronique pour partager l’information avec ses collègues, soit en utilisant des listes de diffusion à sa disposition soit en établissant des listes de destinataires ad hoc parmi ses contacts. Cette pratique de veille a été particulièrement intense pendant le mois de février 2009. Le phénomène a conduit à une diffusion « virale » des contenus d’information en lien avec le sujet et a pesé directement sur l’audience des sites d’information et des plateformes de distribution de contenus audiovisuels. En fait, il s’agit du principe de bouche-à-oreille qui a pris corps dans un cadre médiatisé, avec une forte composante de ce qu’on pourrait appeler un « indice de satisfaction » ou un jugement qualitatif de la part des émetteurs des messages.

2. Les commentaires sur les sites d’information

8Une tendance relativement nouvelle des sites d’information grand public est la possibilité offerte aux visiteurs de commenter les articles disponibles en ligne. Cette pratique, directement dérivée des blogs, fait partie de ce qui est communément appelé user generated content, autrement dit de la possibilité dont disposent désormais les utilisateurs de l’internet d’intégrer leur propre apport informationnel aux sites qu’ils consultent.

9Dans le cadre du mouvement des universitaires et des chercheurs, les commentaires publiés par les sites d’information ont été particulièrement nombreux. Une grande partie d’entre eux a été le fait des lecteurs qui se présentaient comme étant eux-mêmes des universitaires ou des chercheurs. Cette catégorie de lecteurs exprimait le plus souvent sur les sites d’information sa désapprobation de la réforme et s’efforçait de justifier cette position par une explication argumentée du travail quotidien à l’université et dans les organismes de recherche. Souvent, ces personnes n’ont pas hésité à faire référence à leurs parcours professionnels, leurs salaires et leurs charges de travail pour contrer les idées reçues concernant leur métier.

10Le cas du Figaro est à ce titre doublement intéressant. D’une part, en raison du positionnement politique du média plutôt favorable au projet du gouvernement, nombre de ses articles sont critiques face aux revendications des enseignants-chercheurs. D’autre part, la possibilité de commenter les articles sur le site lefigaro.fr ne nécessite pas une inscription ou un abonnement, contrairement au cas du Monde et de Rue89, ce qui permet à un lecteur passager de le faire facilement. Sur la période entre le 2 et le 15 février 2009, Le Figaro a publié sur son site 13 articles dont le sujet principal a été le mouvement de grève dans les universités, chiffre comparable aux 14 articles publiés dans la même période concernant le mouvement de grève en Guadeloupe. En revanche, le nombre moyen de commentaires par article est beaucoup plus élevé pour le premier sujet, 124, que pour le second, 79. La différence dans la taille de ces commentaires est aussi remarquable.

  • 3 Articles consultés le 18 février 2009 : « Université : mobilisation réussie pour les chercheurs »,(...)

11Nous avons sélectionné un échantillon de huit articles, les quatre plus commentés pour chaque sujet, qui ont été publiés pendant la période en question. Par la suite nous avons calculé le nombre de mots moyen par commentaire dans les deux cas. Le rapport entre les deux chiffres est du simple au double3. Alors que les commentaires des articles sur la grève en Guadeloupe comportent en moyenne 81 mots, ceux des articles sur la grève de l’université comportent en moyenne 163 mots. Nous pouvons conclure que ces derniers ont déclenché des échanges avec des textes plus longs et davantage argumentés, ce qui se confirme également à la lecture des messages. En effet, les commentaires des enseignants-chercheurs sont globalement plus longs et davantage construits sur un mode argumentatif que les autres, dont un grand nombre se limite à des jugements hâtifs et à des raisonnements sommaires, ce qui est habituel dans ce type de dispositif.

  • 4 Les articles s’intitulent respectivement « La réforme de l’éducation face à la loi du “buzz” » et (...)

12Un autre trait intéressant est la rapidité des réactions déclenchées par des articles polémiques ou d’actualité chaude sur le sujet. Ainsi, deux articles du Monde du 12 et du 13 février ont chacun suscité plus d’une trentaine de commentaires en vingt-quatre heures, chiffre relativement élevé étant donné le fait que le droit de commenter est réservé uniquement aux abonnés du site4. Un article de Libération intitulé « Enseignants-chercheurs : Sarkozy veut de nouvelles pistes » a reçu plus de 120 commentaires en l’espace d’une journée. Un autre article du site Rue89 sur le recrutement douteux à la Sorbonne de la fille d’Alain Marleix, secrétaire d’État à l’Intérieur et aux Collectivités territoriales, publié le 10 février, a été quant à lui commenté plus de 200 fois en vingt-quatre heures. Mieux, un article particulièrement virulent du lefigaro.fr intitulé « Un quart des enseignants-chercheurs ne publient pas », mis en ligne le 12 février, a généré plus de 500 commentaires en vingt-quatre heures, ce qui est exceptionnel pour ce site.

13Nombre de ces messages sont des interpellations directes de la journaliste à l’origine de l’article, à qui les lecteurs reprochent un manque d’objectivité et de déontologie flagrant. La politique du Figaro, qui consiste à ce que les journalistes ne répondent jamais aux commentaires, aboutit à ce que ces interpellations restent sans réponse. L’interaction proposée par le site demeure ainsi en quelque sorte « factice » puisqu’elle ne concerne que l’une des deux parties, celle des lecteurs.

3. L’utilisation des blogs par le mouvement

  • 5 http://www.sauvonslarecherche.frethttp://www.sauvonsluniversite.com
  • 6 Il en va ainsi du collectif Papera contre la précarité dans l’enseignement supérieur et la recherc (...)

14Un autre phénomène intéressant du mouvement des universitaires et des chercheurs a été l’utilisation intensive des blogs à des fins d’information et de coordination de la mobilisation. Ainsi, à partir du 2 février 2009, plusieurs dizaines de blogs ont été créés au niveau local et national par des collectifs d’enseignants-chercheurs en lutte. Cette émergence d’une blogosphère du mouvement ne s’est pas faite ex-nihilo. Elle s’est construite sur un ensemble de sites militants préexistants comme les sites des associations Sauvons la recherche et Sauvons l’université5, auxquels s’ajoute une galaxie de collectifs divers disposant eux aussi d’une présence sur l’internet et dont la création a précédé le mouvement des enseignants-chercheurs6.

  • 7 Les classements pris en compte sont ceux de Wikio, de Technorati et de Topoftheblogs.
  • 8 Les sources que nous avons utilisées sont la liste de blogs en français compilée par The Academic (...)

15Une autre composante du mouvement a été celle des enseignants-chercheurs qui disposent eux-mêmes de leur propre blog. En effet, nombreux sont les blogs tenus par des personnels de l’université et de la recherche mais rares sont ceux qui disposent d’une notoriété et d’une visibilité élevées. Pour les repérer, nous avons croisé les données en provenance de plusieurs services de classement spécialisés7. En croisant plusieurs sources qui recensent les blogs d’enseignants-chercheurs français, complétées par notre propre recherche, nous avons obtenu un échantillon de 65 blogs appartenant à des universitaires et chercheurs tous statuts confondus8. À l’examen de ces données, il apparaît clairement que les blogs des universitaires et des chercheurs restent confidentiels à quelques exceptions près. Mieux, les trois blogs qui se détachent clairement dans ces classements, et dont on peut supposer qu’ils attirent un grand nombre de lecteurs, sont ceux d’enseignants-chercheurs qui ont une connaissance particulière du domaine élargi de l’information et de la communication par le biais de leurs objets de recherche et d’enseignement.

  • 9 Respectivement http://universitesenlutte.wordpress.comethttp://www.slru.ehess.org.
  • 10 Voir par exemple : « Face à Valérie Pécresse, les universitaires-blogueurs fourbissent leurs argum (...)

16Les enseignants-chercheurs blogueurs qui ont utilisé leurs sites personnels pour relayer les revendications du mouvement, malgré leur petit nombre, ont constitué des catalyseurs du développement de la mobilisation sur l’internet. Pour certains d’entre eux, ils ont même été à l’initiative de la création et de la gestion des sites militants. Le cas d’Olivier Ertzscheid et d’André Gunthert est, à ce titre, édifiant. Ces deux enseignants-chercheurs et blogueurs aguerris ont été également à l’initiative des deux sites militants parmi les plus visités, celui de la Coordination nationale des universités et celui de l’EHESS9. Les mêmes ont également constitué des relais médiatiques pour le mouvement, puisque leur visibilité acquise en tant que blogueurs a conduit plusieurs journalistes à les citer ou à les utiliser en tant que sources d’information dans les articles traitant du sujet10. Nous pouvons remarquer ainsi que si la composition sociologique des universitaires facilite l’expression publique ponctuelle sur l’internet, par exemple à travers les commentaires des articles en ligne, en revanche une activité participative plus longue et plus complexe comme le fait d’entretenir un blog, a fortiori très consulté, reste marginale. Il apparaît alors que, loin de constituer une « éclosion naturelle », la présence du mouvement des universitaires et des chercheurs sur l’internet participatif s’est bâtie progressivement en s’appuyant sur des personnes et des réseaux qui disposaient déjà d’une expérience solide dans le domaine.

  • 11 Quelques exemples parmi d’autres : http://agsitetoulousain.blogspot.com, http://www.orsayenlutte.i (...)

17Ceci dit, à côté de ces sources reconnues, s’est développée une multitude de sites ad hoc, c’est-à-dire créés expressément à l’occasion du mouvement, essentiellement au niveau local11. Ces blogs, qui en février 2009 se comptaient par dizaines, ont été plus ou moins organisés et fournis en contenu. Leur durée de vie et la taille de leur lectorat ont été aussi très variables. Leur objectif principal a été de coordonner les actions entreprises au niveau local et de relayer les informations du niveau national. Un ensemble de liens croisés qui se sont mis en place au gré des contacts et des échanges, mais aussi par le biais d’outils de syndication comme les fils RSS, leur a permis de couvrir la quasi-totalité de l’actualité de la mobilisation.

4. L’utilisation des plateformes de diffusion vidéo

  • 12 http://www.youtube.com/watch?v=iyBXfmrVhrk.

18Les universitaires et chercheurs en grève ont rapidement investi des plateformes comme YouTube et Dailymotion en proposant et en consultant des vidéos liées à leur mouvement. L’essentiel de ces contenus n’était pas constitué de productions originales mais de montages à partir des vidéos préexistantes. Dans bien des cas, il s’agissait d’images qui n’avaient pas été diffusées par les chaînes hertziennes, ou alors très peu. L’exemple le plus emblématique de cette tendance a été la vidéo appelée « Sarkozy et la recherche », mise en ligne par un groupe de chercheurs marseillais le 4 février 2009 de manière anonyme12. Cette courte vidéo reprend des extraits du discours que Nicolas Sarkozy a prononcé le 22 janvier 2009 au sujet de la politique de recherche et d’enseignement supérieur où sont insérés des commentaires humoristiques et des éléments chiffrés qui contredisent les affirmations du président de la République.

  • 13 C’est ce qu’affirme la journaliste Justine Brabant du site Arretsurimages.net qui a procédé à une (...)
  • 14 http://www.elysee.fr/documents/index.php?mode=cview&press_id=2259&cat_id=7.

19Pourtant, les journaux télévisés du 22 janvier n’avaient pas diffusé ce discours13. L’unique source était le site de la présidence de la République qui a mis en ligne l’intégralité du discours filmé14. C’est à partir de là que les images ont été récupérées, montées et rediffusées sur YouTube. En effet, une fois mise en ligne, et malgré les dispositifs de protection, une vidéo peut être récupérée, modifiée et rediffusée à une large échelle. Celle intitulée « Sarkozy et la recherche » a eu un succès fulgurant, puisqu’en l’espace de trois jours, entre le 4 et le 7 février, elle a été vue plus de 140 000 fois. Le 20 février la vidéo en question avait même dépassé les 300 000 visionnages.

  • 15 http://www.dailymotion.com/video/x44007_super-pecresse_politics.
  • 16 http://www.youtube.com/watch?v=icnV6T9z3cI.

20Un nombre important de vidéos originales ont été produites de manière amateur et diffusées sur les plateformes en question relatant les différentes actions entreprises dans le cadre du mouvement (assemblées générales, manifestations, cours dans des lieux publics etc.). Quelques-unes avaient pour objectif d’expliquer la réforme et les motivations de la mobilisation dans un style mi-humoristique, mi-pédagogique, comme ce petit film d’animation réalisé par des étudiants en 200815. D’autres étaient purement parodiques, comme le film intitulé « La soutenance de thèse de Valérie Pécresse », tourné à l’initiative des étudiants et personnels de l’université de Grenoble16.

  • 17 Par exemple les excuses d’Éric Zemmour sur iTélé : http://www.dailymotion.com/video/x8ao4m_zemmour (...)
  • 18 http://www.dailymotion.com/video/x8c2c9_chercheurs-quand-on-les-cherche-on_newsethttp://www.dailym (...)

21D’autres vidéos étaient constituées d’extraits d’émissions de télévision relatives au mouvement et à la réforme mis en ligne par de simples internautes, qui ont servi notamment à dénoncer la position de certains journalistes face aux enseignants17. Enfin, Dailymotion a été également alimenté avec des vidéos relatives au mouvement des enseignants-chercheurs par des acteurs médiatiques pour qui l’activité audiovisuelle n’est pas centrale, journaux ou pure players de l’internet18.

22La plupart de ces vidéos proposent la possibilité d’exportation par le biais d’une ligne de code HTML. Malgré un succès inégal en termes de visionnage, les facilités de republication que proposent les plateformes de diffusion ont permis la reprise de ces vidéos par nombre de sites militants ou non et ont augmenté ainsi leur visibilité. Ces vidéos ont été également commentées, évaluées, partagées, certes de manière inégale, sur les plateformes en question qui, comme l’a montré Patricia Lange, fonctionnent aussi comme de vastes réseaux sociaux (Lange, 2007). Nous pouvons en conclure que les pratiques participatives sur l’internet, qu’elles aient lieu dans un cadre militant ou pas, ne peuvent plus être considérées séparément de l’activité des acteurs professionnels du web. Loin d’être étanches, les activités d’amateur et de professionnel s’entremêlent constamment, que ce soit au niveau de la production ou de la diffusion de l’information.

5. L’utilisation des réseaux sociaux par les universitaires et les chercheurs

  • 19 Source : Communiqué de presse de ComScore, 17/02/09 : http://www.comscore.com/press/release.asp?pr (...)

23Dans le cas des réseaux sociaux, nous nous sommes intéressés à deux réseaux de nature différente, Facebook et Twitter. Le premier, avec plus de 350 millions de membres en décembre 2009, est actuellement le réseau social le plus populaire au monde. Il est également celui qui reçoit le plus de visites de la part par des internautes français19. Twitter est de son côté un réseau social émergent fondé sur le principe de micro-blogging, dont le taux de croissance est parmi les plus élevés (Lenhart, Fox, 2009).

  • 20 Les groupes de Facebook sont des espaces thématiques auxquels adhèrent les utilisateurs et où ils (...)

24En raison de son architecture technique et le nombre très élevé de ses membres, il est impossible de connaître avec exactitude les usages qui se développent sur Facebook autour d’une question donnée. Afin de pouvoir appréhender son utilisation dans le cadre du mouvement des universitaires et des chercheurs, nous nous sommes intéressé aux groupes constitués autour de cette thématique, plus facilement repérables20.

25Notre recherche initiale, effectuée le 17 février 2009, a repéré 83 groupes s’inscrivant dans la contestation des réformes de l’enseignement supérieur en France. Parmi eux, nous avons éliminé ceux qui faisaient partie de la mobilisation des IUT en novembre et décembre 2008, soit 57 groupes, ainsi que trois autres qui se revendiquent expressément comme des groupes d’étudiants. Parmi les 23 groupes restants, nous avons retenu uniquement ceux qui étaient actifs entre le 2 et le 15 février 2009, c’est-à-dire ceux qui ont reçu au moins un message de la part des membres pendant cette période. Le nombre des groupes examinés a été ainsi réduit à huit. L’examen des profils des membres montre clairement que ces derniers sont dans leur écrasante majorité des étudiants, à l’exception d’un seul groupe. Celui-ci, créé fin 2007 à l’occasion du vote de la loi LRU, a été « réanimé » début 2009. Intitulé « Les universitaires contre la loi Pécresse (LRU) », il n’avait au moment de l’observation que 105 membres, dont nombre d’étudiants, et n’avait reçu que trois messages entre le 2 et le 15 février. À titre de comparaison, un groupe d’étudiants ouvert à la même époque et appelé « Les étudiants contre la loi Pécresse (LRU) » avait au moment de l’observation 2 788 membres. Entre le 2 et le 15 février, il avait reçu 51 messages et ses membres avaient ouvert deux nouveaux sujets de discussion sur le forum.

26Ce constat vaut également pour Twitter. A priori ce réseau social est particulièrement adapté à la couverture d’un mouvement social comme celui des universitaires et des chercheurs, puisqu’il a déjà été utilisé dans un contexte de tension sociale à plusieurs reprises (en Iran, en Grèce et en Inde notamment). Cependant, notre observation a montré que l’utilisation de Twitter dans le cadre du mouvement des universitaires français a été faible. Certes des initiatives dans ce sens ont existé, mais leur portée semble avoir été très limitée.

  • 21 http://twitter.com/lru_matuer

27Les deux initiatives qui ont contribué à mettre Twitter au service des opposants à la réforme de l’université et de la recherche ont été la création d’un hashtag (mot-clé), #fac09, ainsi que celle d’un compte d’utilisateur spécifique appelé @lru_matuer21. Le premier a permis à tous les membres de Twitter qui souhaitaient partager une information au sujet de la mobilisation d’intégrer le flot d’updates relatif. Le second a agrégé ces updates, ainsi que d’autres sources comme les fils RSS des sites de la mobilisation. Le résultat a été assez probant puisque, entre le 2 et le 15 février, @lru_matuer a diffusé près de 1 300 updates. Ce compte Twitter a ainsi constitué une source d’information, certes sommaire, mais particulièrement réactive et relativement complète. Outre des informations sur les actions entreprises ainsi que le signalement des contenus journalistiques sur le sujet, dans certains cas il y a eu sur Twitter des « correspondances » en direct depuis des événements comme des manifestations ou des assemblées générales via des téléphones portables.

  • 22 Respectivement http://twitter.com/narvicethttp://twitter.com/timoreilly.
  • 23 Olivier Blondeau et Laurence Allard sont co-auteurs d’un livre sur les usages militants et politiq (...)

28Cependant, l’utilisation de Twitter par des enseignants-chercheurs dans la période étudiée est restée confidentielle. Le nombre d’abonnés au fil de @lru_matuer, le 18 février 2009, était de 56, dont une partie importante de novices et de comptes inactifs. À titre de comparaison, un blogueur français d’une certaine notoriété comme Narvic est suivi sur Twitter par 346 personnes et l’inventeur du terme web 2.0 Tom O’Reilly quant lui l’est par 31 780 followers22. Mieux, les profils des personnes ayant été à la pointe de l’utilisation de Twitter correspondent à ceux des enseignants-chercheurs blogueurs que nous avons mentionnés précédemment. En effet, Olivier Blondeau et Laurence Allard qui ont proposé le hashtag #fac09, qui ont mis en place le dispositif du compte @lru_matuer, et qui ont incité d’autres personnes, notamment des étudiants, à l’utiliser sont tous les deux enseignants-chercheurs dans le domaine de l’information et de la communication. Ils disposent également de sites personnels où ils diffusent leurs travaux et ont une bonne expérience de l’internet participatif23.

29Même si notre observation ne constitue qu’un instantané partiel d’objets mouvants comme Facebook et Twitter, il n’en demeure pas moins que la faiblesse de l’utilisation de ces réseaux sociaux par les enseignants-chercheurs semble évidente. Ceci peut s’expliquer essentiellement par la variable de l’age, un facteur particulièrement discriminant en ce qui concerne l’utilisation des réseaux sociaux (Lenhart, Fox, op. cit., OKLenhart, 2009 et Barbe, Delcroix 2008).

30Le mouvement social des universitaires et des chercheurs a profité d’une visibilité assez importante dans les médias français, y compris sur l’internet, pendant le mois de février 2009. Les caractéristiques propres à ce groupe social et sa capacité à tenir un discours public a été à l’origine de cette visibilité. Il s’agit d’un phénomène lié également au « capital médiatique » élevé des enseignants-chercheurs, comme l’a montré Patrick Champagne pour le cas des étudiants (Champagne, 1990, p. 237-251). Cependant, les outils participatifs de l’internet ont été mis à contribution de manière inégale pendant la mobilisation.

31Si les commentaires des articles de presse, les plateformes d’hébergement vidéo et, dans une moindre mesure, les blogs ont connu un certain succès, en revanche, les réseaux sociaux n’ont été que faiblement mobilisés. Ce déséquilibre semble trouver son origine dans des déterminants comme l’âge, mais aussi dans le manque d’acculturation technique avec les outils en question de la part des enseignants-chercheurs. Surtout, l’ancrage du mouvement des universitaires et des chercheurs à l’internet participatif s’est fait en corrélation avec l’utilisation des moyens de communication interpersonnelle beaucoup plus classiques, comme le courrier électronique, qui bénéficient d’un usage consolidé depuis longtemps.

32Loin de constituer une sphère autonome, les pratiques participatives de la mobilisation se sont également nouées autour de l’offre de contenu d’information de la part des acteurs professionnels des médias. Enfin, chez les instigateurs principaux de l’introduction d’outils participatifs dans la mobilisation, on retrouve une certaine homogénéité liée à leur activité professionnelle et leur connaissance antérieure de ces dispositifs. Nous pouvons conclure ainsi que si l’internet participatif constitue une configuration sociotechnique à première vue particulièrement adaptée aux mobilisations sociales, il s’agit en réalité d’un ensemble hétérogène dont l’appropriation et la mise à contribution par les acteurs des mouvements sociaux demeurent avant tout socialement déterminées.

Bibliographie

Bibliographie

Barbe Lionel, Delcroix Éric, 2008, « Émergence et appropriation des dispositifs sociotechniques : le cas de Facebook », Sciences de la Société, no 75, octobre, p. 115-125.

Barbe Lionel, 2006, « Wikipedia et Agoravox : des nouveaux modèles éditoriaux ? », in Chartron Ghislaine, Broudoux Évelyne (dir.), Document numérique et société, Paris, ADBS Éditions, p. 185-198.

Cardon Dominique, Granjon Fabien, 2007, « Le renouveau des pratiques médiatiques alternatives », Contretemps, no 18, février, p. 89-98.

Champagne Patrick, 1990, Faire l’opinion, le nouveau jeu politique, Paris, Éditions de Minuit.

Flichy Patrice, 2008, « Internet et le débat démocratique », Réseaux, no 150, p. 159-185.

Granjon Fabien, 2001, L’Internet militant, mouvement social et usage des réseaux télématiques, Rennes, Éditions Apogée.

Kim Eun Gyoo, Hamilton James W., 2006, « Capitulation to capital ? OhmyNews as alternative media », Media, Culture & Society, vol. 28, no 4, p. 541-560.

Lange Patricia G., 2007, « Publicly Private and Privately Public : Social Networking on YouTube », Journal of Computer-Mediated Communication [en ligne], vol. 13, issue 1, p. 361-380. Disponible sur : http://jcmc.indiana.edu/vol13/issue1/lange.html

Lenhart Amanda, 2009, « Adults and Social Network Websites » [en ligne], Pew Internet, January. Disponible sur : http://www.pewinternet.org/pdfs/PIP_Adult_social_networking_data_memo_FINAL.pdf

Lenhart Amanda, Fox Susannah, 2009, « Twitter and status updating » [en ligne], Pew Internet, February. Disponible sur : http://www.pewinternet.org/pdfs/PIP%20Twitter%20Memo%20FINAL.pdf

Miège Bernard, 2007, La Société conquise par la communication, tome 3, Les Tic entre innovation technique et ancrage social, Grenoble, PUG.

Millerand Florence, 2007, « Pratiques professionnelles de communication. Le cas des usages du courrier électronique chez les chercheurs », in Bonneville Luc, Grosjean Sylvie (dir.), Repenser la communication dans les organisations, Paris, L’Harmattan, p. 205-237.

Pignard Nathalie, 2003, « La publication scientifique sur Internet », in Le Boeuf Claude et Pélissier Nicolas (dir.), Communiquer l’information scientifique : éthique du journalisme et stratégies des organisations, Paris, L’Harmattan, p. 367-387.

Smyrnaios Nikos, 2006, « L’émergence de la figure de l’internaute idéal : mutations de l’espace public médiatique et usages de l’internet », Sciences de la Société, no 69, octobre, p. 183-194.

Notes

1 Voir les contributions au colloque « Les usages partisans de l’internet », Université Nancy 2, 21 et 22 juin 2007.

2 Par exemple la liste de discussion Prepa.coordination.nationale http://listes.lautre.net/cgibin/mailman/listinfo/Prepa.coordination.nationale, l’une des plus importantes du mouvement, recevait au mois de février 2009 environ trois cents messages par jour. D’autres listes locales avec des centaines de membres en recevaient plusieurs dizaines quotidiennement.

3 Articles consultés le 18 février 2009 : « Université : mobilisation réussie pour les chercheurs »,
05/02/09, 204 commentaires, « Universités : Pécresse entend mener à bien sa réforme »,
03/02/09, 255 commentaires, « Un quart des enseignants-chercheurs ne publient pas »,
12/02/09, 580 commentaires, « Les enseignants-chercheurs mobilisés contre Pécresse »,
10/02/09, 146 commentaires, « Réunion interministérielle sur la Guadeloupe », 10/02/09,
207 commentaires, « Guadeloupe : des élus de gauche pour un assouplissement », 15/02/09,
108 commentaires, « La grève en Guadeloupe fait tache d’huile », 13/02/09, 97 commentaires, « Guadeloupe : Jégo est revenu, les négociations reprennent », 11/02/09, 97 commentaires.

4 Les articles s’intitulent respectivement « La réforme de l’éducation face à la loi du “buzz” » et « Axel Kahn se défend de soutenir le décret sur les enseignants-chercheurs ».

5 http://www.sauvonslarecherche.frethttp://www.sauvonsluniversite.com

6 Il en va ainsi du collectif Papera contre la précarité dans l’enseignement supérieur et la recherche http://www. collectif-papera.org, du collectif POOLP de Toulouse créé en 2007 contre la loi LRU http://www.auboutduweb.com/poolp/index.php, de la coordination nationale des personnels des IUT http://sauvonslesiutetaudela.wordpress.com et des collectifs créés par des enseignants du secondaire, http://retrait.mesures.darcos.over-blog.com.

7 Les classements pris en compte sont ceux de Wikio, de Technorati et de Topoftheblogs.

8 Les sources que nous avons utilisées sont la liste de blogs en français compilée par The Academic Blog Portal http://wiki.henryfarrell.net/wiki/index.php/Academic_blogs_in_French et le classement de blogs dans la catégorie Sciences de Wikio http://www.wikio.fr/blogs/top/science. Après avoir vérifié que ces blogs existent toujours, nous avons complété la liste avec nos propres recherches, notamment en suivant les listes de liens (Blogroll) disponibles sur la majorité des blogs scientifiques. Nous avons vérifié systématiquement que les propriétaires des blogs en question sont des universitaires ou des chercheurs (professeurs, maîtres de conférences, ATER, docteurs, post-doc, doctorants, chargés de recherche, directeurs de recherche etc.). Parmi les 65 blogs examinés seulement 24 avaient posté des informations qui se référaient explicitement à la réforme de l’université entre le 2 et le 15 février 2009.

9 Respectivement http://universitesenlutte.wordpress.comethttp://www.slru.ehess.org.

10 Voir par exemple : « Face à Valérie Pécresse, les universitaires-blogueurs fourbissent leurs arguments », lemonde.fr, 02/02/09, « Les enseignants-chercheurs se mobilisent sur le Net », lexpress.fr, 04/02/09, « Universités : les chiffres bidons du Président », marianne2.fr, 27/01/09.

11 Quelques exemples parmi d’autres : http://agsitetoulousain.blogspot.com, http://www.orsayenlutte.info, http://universitedemocratique.blogspot.com, http://jourdanenlutte.blogspot.com.

12 http://www.youtube.com/watch?v=iyBXfmrVhrk.

13 C’est ce qu’affirme la journaliste Justine Brabant du site Arretsurimages.net qui a procédé à une vérification, http://www.arretsurimages.net/contenu.php?id=1651.

14 http://www.elysee.fr/documents/index.php?mode=cview&press_id=2259&cat_id=7.

15 http://www.dailymotion.com/video/x44007_super-pecresse_politics.

16 http://www.youtube.com/watch?v=icnV6T9z3cI.

17 Par exemple les excuses d’Éric Zemmour sur iTélé : http://www.dailymotion.com/video/x8ao4m_zemmour-fait-le-obama-jai-foire_news et l’interruption de deux étudiantes lors de l’interview de Valérie Pécresse sur Canal+ http://www.dailymotion.com/video/x89t5f_valerie-pecresse-interpellee-sur-ca_news.http://www.dailymotion.com/video/x89t8l_valerie-pecresse-chahutee-a-strasbo_news.

18 http://www.dailymotion.com/video/x8c2c9_chercheurs-quand-on-les-cherche-on_newsethttp://www.dailymotion.com/video/x8fg66_une-manify-a-livre-ouvert_news, http://www.dailymotion.com/video/x89nlw_christophe-barbier-un-intellectuel_news.

19 Source : Communiqué de presse de ComScore, 17/02/09 : http://www.comscore.com/press/release.asp?press=2723.

20 Les groupes de Facebook sont des espaces thématiques auxquels adhèrent les utilisateurs et où ils peuvent s’échanger des messages.

21 http://twitter.com/lru_matuer

22 Respectivement http://twitter.com/narvicethttp://twitter.com/timoreilly.

23 Olivier Blondeau et Laurence Allard sont co-auteurs d’un livre sur les usages militants et politiques de l’internet : O. Blondeau (avec la collaboration de L. Allard), 2007, Devenir Média. L’activisme sur Internet, entre défection et expérimentation, Paris, Éditions Amsterdam. Les adresses de leurs sites personnels sont http://oliwiki.politechnicart.net/doku.php et http://www.culturesexpressives.fr/doku.php.

Auteur

LERASS, Université Toulouse 3. nicolaos.smyrnaios@iut-tlse3.fr

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540