Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Stratégies du changement dans les systèmes et les territoires

 | 
Lise Viera
, 
Nathalie Pinède

Axe 5. Espaces numériques durables et responsabilité citoyenne

L’information durable pour le développement durable : les contours de la formalisation de l’information pour la prise de décision dans les politiques de développement durable

Noble Akam

Termini per la ricerca

Testo integrale

1Le quarantième et ultime point de l’agenda mondial du développement durable défini à Rio de Janeiro concerne l’information pour la prise de décisions avec deux programmes :

  • l’élimination du fossé qui existe en matière d’information

  • l’amélioration de l’accès à l’information.

2Fondé sur le présupposé qu’en la matière, chacun est utilisateur et fournisseur d’informations, le recensement des sources a pu faire apparaître l’existence d’un nombre considérable de données. Mais pas assez toutefois sur les écosystèmes, les ressources naturelles, la pollution et la situation économique, aux échelons local, national et mondial, pour prendre des décisions fondées. La concertation, autre paramètre nécessaire à la coordination des actions, suppose par ailleurs un accès indifférencié aux sources d’information. Or, cet accès pose un problème majeur que soulève le point no 5 de la Déclaration sur la Science et l’utilisation du savoir scientifique de la Conférence mondiale sur la Science de 1999 à Budapest, celui de « l’inégale répartition des bienfaits de la science du fait des asymétries structurelles existant entre pays ».

3La mise en œuvre de l’agenda défini en 1999 a abouti une dizaine d’années plus tard à l’existence d’un important fonds documentaire et informationnel identifié, mais aux contours encore relativement flous, du point de vue des sources, de la validité et de la pérennité des contenus et de la pertinence pour la prise de décision. La médiation numérique est au cœur de ce dispositif d’information pour le développement durable.

4La communication se propose d’aborder la question, dans cette médiation numérique, de la prise en compte du savoir scientifique dans la construction d’une information formalisée pour le développement durable.

1. La science au service du développement durable

5Dans une contribution dans EUTIC 2008 intitulée « De la société de l’information à la société de la connaissance : des enjeux de l’i-développement », j’exprimais mon étonnement, en interrogeant les partitions que devraient jouer les sciences productrices de connaissance dans la société de la connaissance. En effet, seule l’économie, c’est-à-dire la science et les pratiques économiques, semblaient dicter, voire organiser l’évolution de la société alors que les autres sciences, notamment naturelles, fondamentales et appliquées ainsi que les techniques, semblaient interférer très peu dans le choix des options de développement. Et pourtant, elles constituent les domaines privilégiés d’exploration et d’accumulation des connaissances et les supports apparents de l’innovation en matière de connaissance.

6Dans son agenda 21, le développement durable semble aller plus loin dans le manque de confiance à l’égard des scientifiques dans la résolution des problèmes de la société et plus particulièrement dans ceux liés à la conservation de la planète Terre. Il estime en effet dans le chapitre 35 de l’agenda qui porte sur « la Science au service du Développement durable », que « les sciences devraient fournir l’information nécessaire pour améliorer la formulation et la sélection des politiques d’environnement et de développement en vue de la prise de décision ». Et pour satisfaire cette nécessité, il impose plusieurs exigences : promouvoir l’intelligence des questions scientifiques, améliorer les évaluations scientifiques à long terme, renforcer les capacités scientifiques de tous les pays et faire en sorte que les sciences sachent s’adapter aux besoins naissants.

7Des objectifs sont donc assignés à la science comme si elle devait aborder un domaine d’application nouveau. Pour aborder ce domaine nouveau, défini comme « la situation actuelle et des perspectives d’avenir du système planète Terre », les évaluations scientifiques doivent se fonder sur les innovations actuelles et les découvertes à venir dans le domaine scientifique.

8Est-ce à dire que la science a jusqu’ici réellement ignoré ce domaine ou que ce qu’elle a pu produire là-dessus est caduc ou mériterait d’être complètement révisé ? Elle est en tout cas sommée de « fournir une contribution accrue afin d’élargir les connaissances et de faciliter l’interaction entre science et société ».

9À cette négation de la contribution de la science à la construction voire la préservation de l’avenir du système planète Terre, correspondent aux moins deux réalités : la première est la place des facteurs du développement durable dans l’information scientifique et technique produites, la seconde, les modalités mêmes de la production des connaissances sur le système en question, c’est-à-dire la prise en compte ou plutôt la non-prise en compte de sa diversité et de sa complexité.

2. Vers une pluralité de la vérité scientifique ?

10Dans l’Agenda 21, les sciences doivent donc fournir une contribution accrue afin d’élargir les connaissances et de faciliter l’interaction entre science et société. Le programme de l’action scientifique pour l’environnement et le développement (ASCEND 21) comporte quatre points.

11Le premier est le renforcement de la base scientifique d’une gestion durable qui passe par l’engagement de tous les pays à faire état de leurs connaissances scientifiques et à définir leurs besoins en matière de recherche. L’hypothèse de l’existence d’interactions à l’échelon mondial suggère deux niveaux de diversification des sources de la science : le renforcement, à un premier niveau, des capacités des pays en développement qui devrait permettre un élargissement des potentialités à cerner les processus de mise en danger et les actions de sauvegarde de la planète. Et à un second niveau, la convocation des connaissances autochtones et locales, et leur application aux capacités des différents milieux et cultures, afin d’atteindre des niveaux durables de développement.

12La réforme de la conception de la science reste cependant très limitée puisqu’elle ne va pas jusqu’à suggérer la pluralité et la relativité de ses orientations ou de ses inspirations : il s’agit en effet de continuer à utiliser des méthodes comparables et, une concession cependant, complémentaires. Les études resteront coordonnées par un organisme scientifique international qui pensera sans doute détenir la vérité, et feraient seulement appel à des spécialistes locaux ou des équipes pluridisciplinaires représentant des réseaux ou des centres de recherche régionaux, selon le cas et selon les capacités nationales et les ressources disponibles.

13Le deuxième point concerne la promotion de l’intelligence des questions scientifiques. Il demande d’approfondir la connaissance des liens entre le milieu humain et le milieu écologique naturel et de perfectionner les outils d’analyse et de prévisions des conséquences écologiques des options de développement, autrement dit, les conséquences des effets du progrès scientifique et des options technologiques, à côté d’une surveillance accrue des phénomènes naturels et d’une meilleure coordination de l’information relative à ces phénomènes.

14Ce point qui touche à la gestion de l’information scientifique et technique, en détaillant tous les domaines où la nécessité d’une information de coordination devient déterminante dans la démarche de développement durable, souligne la difficulté d’un tel partage mais définit bien, par l’expression des attentes à son égard, les nouveaux contours d’une intelligence scientifique.

15Le troisième point du programme d’action de la science concerne l’amélioration de l’évaluation scientifique à long terme. C’est le vœu, tout simplement, d’une science et des techniques capables de voir plus loin que le bout du nez. Cette exhortation de la science à une appréhension plus globale des effets de ses apports est à la fois un appel à une prise de conscience des scientifiques de leur responsabilité et une participation plus active de l’intelligence scientifique tant aux options de développement qu’aux projets de société. Il suggère un engagement en quelque sorte « citoyen » de la science pour contribuer à la rationalité de la prise de décision.

16Le quatrième point, en prônant le renforcement des capacités scientifiques, plaide pour un partage des outils de production des connaissances avec les pays en développement afin de leur permettre de participer pleinement aux travaux de recherche-développement scientifique et à l’application des résultats obtenus à un développement durable. La clé de ce renforcement est, par-delà l’ouverture de la formation scientifique, l’ouverture des réseaux d’information scientifique et technique.

17Si l’objectif essentiel est de renforcer les capacités scientifiques de tous les pays, il est également d’améliorer l’accès de tous les scientifiques et à tous les décideurs aux informations pertinentes et de sensibiliser le public pour accroître sa participation à la prise de décisions.

18Dans le programme du développement durable, les rôles et usages à attribuer à la science ou plutôt aux sciences, consistent à les mettre au service d’une gestion avisée de l’environnement et du développement, en d’autres termes, au service de la gestion de la survie quotidienne et du futur de l’humanité. Mais l’accomplissement de cette fonction de fourniture de l’information nécessaire à la définition des politiques d’environnement et de développement pour la survie de l’humanité passe par un point ultime, l’élimination de fossés dont principalement celui qui existe en matière d’information.

3. La place du développement durable dans la production de l’information scientifique et technique

19Depuis la publication du rapport Brundtland sur l’environnement et le développement en 1987, le serveur de banques de données scientifiques DIALOG a décidé de créer un index spécial sur l’Environnement et le développement durable pour l’information stratégique et la prise de décisions. Et pour dresser un bilan des 20 années qui se sont écoulées depuis la publication du rapport, je m’étais livré en 2007, pour une communication à l’Université de Guiyang en Chine, à une étude de la distribution de la littérature scientifique produite pendant cette période par rapport aux régions économiques du monde déterminées par le concept de développement. L’index spécial du serveur DIALOG regroupe le fonds documentaire de cinq bases de données encyclopédiques :

  • Environmental Bibliography,

  • NTIS, le Service national d’information scientifique et technique des États-Unis

  • Compendex Engineering Information, sur les sciences de l’ingénieur

  • JICST, Système d’information scientifique et technique du Japon,

  • Pascal, la principale base de données européenne des sciences et techniques

20Les sujets pris en compte sont :

  • la pollution de l’air : 50 039 références

  • la pollution de l’eau : 75 626 références

  • le développement durable : 22 832 références.

Graphique 1 – « Air pollution » on Dialog Information Server

Graphique 1 – « Air pollution » on Dialog Information Server

Graphique 2 – « Water pollution » on Dialog Information Server

Graphique 2 – « Water pollution » on Dialog Information Server

Graphique 3 – « Sustainable Development » on DIS

Graphique 3 – « Sustainable Development » on DIS

21Dans la base de connaissances spéciale de Dialog consacrée à l’environnement et au développement durable, les parts d’études concernant les pays développés du G7 semblent marginales :

  • 11 % pour la problématique de la pollution de l’air,

  •  % pour celle de la pollution de l’eau,

  •  % sur le thème du développement durable.

22Pendant les 20 années qui ont donc suivi la publication du rapport Brundtland et au cours desquelles le monde politique et les citoyens des pays développés ont semblé avoir pleinement pris conscience des problèmes et des risques de leurs options de développement sur l’environnement et l’avenir de la planète, les préoccupations de leurs scientifiques montrent qu’ils ont été très peu pour ne pas dire du tout, concernés par ces options. Ils ont continué à porter leur attention sur les risques désignés par les pratiques économiques et sur les marchés lointains des pays en développement.

23La plupart des projets importants de développement, en Afrique subsaharienne comme dans nombre de pays en développement, ont toujours préféré pour la conservation et l’exploitation données collectées leur évacuation vers les systèmes d’information en Europe ou en Amérique du Nord. On pourrait invoquer un simple souci d’efficacité s’il ne s’agissait de la matière première de la connaissance, le produit qui a la plus forte valeur ajoutée dans la société de l’information. Le traitement et la codification de la connaissance de l’environnement de ces États et régions en permettent l’appropriation, le transfert, l’archivage et bien évidemment la commercialisation.

24Pour être efficace, les projets de développement se doivent d’être de véritables observatoires de leur environnement, c’est-à-dire des outils de surveillance. Malgré son aspect social, cette surveillance est d’ordre économique et technique. Les États ainsi observés, qui n’ont pas la maîtrise de l’information collectée sur eux et parfois pas l’accès à cette information, se trouvent placés dans une situation qui, sans être forcément conflictuelle, ressemble à celle de personnes surveillées par rapport à un surveillant dont ils ne savent, en retour, pas grand chose.

25Et on serait tenté de conclure que le chapitre de la science dans le programme de l’Agenda 21 sur le développement durable n’a pas rempli toutes les attentes notamment en matière de production d’information sur l’environnement local et national des pays développés et en matière de partage des connaissances et n’a pas réussi à corriger la situation d’asymétrie d’information dans le domaine de l’information scientifique et technique formalisée.

26Mais les sources de l’information scientifique et technique sur le développement durable sont nombreuses. À côté des bases de données scientifiques, elles se déclinent aussi en portails d’informations scientifiques et à travers les sites internet des organismes en charge de l’information sur l’environnement et sur le développement durable.

4. Les nouveaux contours de la formalisation de l’information utile

Un système global d’information pour le développement durable

27Le chapitre 8 de l’Agenda 21 invitait les États membres des Nations unies à adopter des stratégies nationales de développement durable. En 2002, le Sommet mondial pour le développement durable a incité les États à prendre des dispositions urgentes pour faire avancer la formulation et l’élaboration de leur stratégie nationale de manière à les implémenter dès 2005. Ces stratégies nationales de développement durable sont connues sous le nom d’Agenda 21 local. L’information qu’elles produisent est collectée deux fois par an, en mars et en octobre, par la Commission des Nations unies pour le développement durable ou CSD (Commission for Sustainable Development).

28La carte suivante indique la situation des pays au regard de cet engagement en octobre 2009.

National sustainable development strategies : The global picture

National sustainable development strategies : The global picture

29Les stratégies nationales de développement durable produisent bon an mal an entre 45 et 63 rapports qui vont alimenter le système global d’information.

30En plus de ces rapports, on trouve dans le SGIDD deux types de gisements d’informations :

  • les banques de données des institutions de Bretton Wood :

  • de la Commission des affaires économiques et sociales http://www.un.org/​esa/​dsd/​dsd_aofw_nsds/​nsds_index.shtml

  • de la Commission pour le Commerce International : www.intracen.org (International Trade Centre),

  • les banques de données et archives des organisations non gouvernementales et des universités.

31On trouve ainsi 68 banques de données non affiliées à des entreprises ou organisations industrielles et commerciales dans le système, qui se repartissent de la manière suivante :

32Source et accès aux banques de données :

33http://webapps01.un.org/​dsd/​partnerships/​links/​public/​displayLinks.do

Type of portal

Number

Comments

Databases/lists

3

Central portal, Business, Commerce, Energy

Research-related

4

Universities

Governments

12

Brazil, Canada, China, Czech Rep, Finland, France, Germany, Ireland, South Africa, UK, USA

Major social groups

8

Public Policy Institutes, International Agencies and Initiatives

United Nations

8

Bretton Woods Institutions

3

World Bank

CSD-registered partnerships

30

UN Commission’s partnerships : NGOs ; Regional networks and Initiatives (Water, Energy…)

5. Les stratégies nationales de développement durable

34L’organisation mondiale qui s’estime la plus engagée dans une politique de développement durable est l’Union européenne. Pour les institutions européennes, le développement durable peut être défini simplement comme une qualité de vie meilleure pour tous, pour les générations actuelles et futures.

35Cette vision du progrès englobe le développement économique, la protection de l’environnement et la justice sociale. Et l’une des préoccupations de l’Europe est de faire reconnaître ces valeurs par les gouvernements et les mouvements politiques du monde entier.

36Les préoccupations de l’UE en matière de développement durable sont donc très générales et concernent :

  • les perspectives mondiales : plutôt en matière d’économie et commerce,

  • les perspectives sociales : notamment la responsabilité sociale des entreprises,

  • les perspectives environnementales : telles que perçues dans les réunions des Nations unies ou du G 20,

  • les perspectives économiques : qui traduisent exclusivement les préoccupations de la Chambre de commerce internationale et de la Commission économique des Nations unies,

  • les initiatives concernant l’Eau « initiative de l’eau pour la vie » de l’UE, avec son institut international à Stockholm,

  • les indicateurs de développement durable : notamment d’EuroStat, des industries extractives non énergétiques (l’industrie minière en termes moins euphémiques), de l’Agence européenne pour l’environnement et bien évidemment, les indicateurs de l’ONU et de l’OCDE.

37Par rapport à ces orientations, l’ensemble des institutions européennes développent leurs propres activités en faveur du développement durable en Europe.

38Parmi les institutions, deux comités sont en charge de la gestion de l’information pour le DD :

  • le Comité Économique et Social Européen

  • le Comité des Régions.

39Ces deux comités veillent surtout à ce que les États membres produisent régulièrement leur rapport de Stratégie Nationale de Développement Durable, mais ont aussi pour mission de recenser ou de signaler les initiatives, les projets, les activités autour du développement durable en cours dans les pays membres : « La Commission souhaiterait publier davantage d’informations sur les activités des États membres liées au développement durable. N’hésitez pas à nous communiquer des liens concernant des projets ou des activités de votre pays. »

40Dans d’autres régions du monde, tout en contribuant plus ou moins au système global d’information pour le développement durable, on a adopté d’autres stratégies. Je citerai au passage deux initiatives, qui sont en train de devenir des tendances : l’une en Amérique latine et l’autre en Afrique.

6. SciElo : la recherche scientifique au service du développement

41SciElo (Scientific Electronic Library Online) est une initiative des institutions publiques de pays d’Amérique latine pour l’accès gratuit en ligne aux publications scientifiques nationales lancée en 1998 par le Brésil, le Chili et Cuba. Le réseau propose aujourd’hui, outre les collections scientifiques des pays fondateurs et de l’Espagne qui les a rejoints en 2003, celles de l’Argentine, de la Colombie, du Venezuela et s’apprête à intégrer celles du Mexique, du Costa Rica, du Paraguay, du Pérou, de l’Uruguay et de la Bolivie qui vient de rejoindre le consortium.

42De guichet unique aux ressources en information scientifique et technique et en information utile des pays membres, le système s’est structuré en archives ouvertes, intégrant non seulement toutes les productions des chercheurs locaux mais aussi les banques de données et archives ouvertes des institutions internationales.

43À cette démarche qui consiste à mettre la recherche et la production scientifique au service des besoins du développement répond en Afrique une autre qui se prépare à utiliser les effets du développement durable comme facteur de développement de la science.

7. Les effets du développement durable comme facteur de développement de la science

44Le chapitre 40 de l’Agenda 21 stipule que « pour veiller à ce que les décisions soient de plus en plus fondées sur des informations correctes », il y a lieu d’appliquer les deux éléments suivants du programme :

  • l’élimination du fossé qui existe en matière d’information ;

  • l’amélioration de l’accès à l’information.

45C’est le sens des revues électroniques et du programme africain d’édition des thèses initiées à Madagascar, C’est en ce sens qu’ont été mis en place les revues électroniques et le programme africain d’édition des thèses initiées à Madagascar pour participer à la production de l’information scientifique, ainsi que le programme SIST (Système d’information scientifique et technique), alliant les ressources du réseaux des bibliothèques universitaires africaines et les ressources de l’INIST, supprimer virgule pour accéder à la littérature scientifique.

46En Asie, on peut mentionner « les lois pour la protection de l’environnement » connues sous le nom de SEPA, programme chinois pour informer les scientifiques et la population sur la stratégie nationale de développement durable et les tendances et initiatives en matière de protection de l’environnement dans le reste du monde (http://english.mep.gov.cn/​).

8. L’information pratique de développement durable

47Je voudrais finir ce rapide tour d’horizon des systèmes formalisés d’information pour le développement durable par un retour en Europe et sur ce qui, par-delà les macros problèmes d’écosystèmes, de ressources naturelles, de pollution et de solutions économiques aux échelons local, national et mondial, intéresse directement chacun d’entre nous : l’information utile pour devenir au quotidien acteur du développement durable.

48Dans l’Union européenne, les citoyens sont censés recevoir des renseignements utiles des agences de protection de l’environnement et d’information sur les énergies renouvelables. Mais nombre de citoyens européens et d’organisations de la société civile, répondant sans doute à l’appel de l’Article 2 de la charte française qui stipule que « toute personne a le devoir de prendre part à la préservation et à l’amélioration de l’environnement », ont investi, à côté des agences nationales, le champ de l’information pratique pour le développement durable.

49C’est ainsi par exemple qu’il est plus facile de trouver des informations sur les problèmes, les équipements et les coûts des installations pour la production de l’énergie photovoltaïque sur les blogs, sites personnels et forums que dans les agences spécialisées qui n’hésitent pas, elles-mêmes, à renvoyer vers les sites proches de sociétés industrielles ou des sites d’associations d’usagers privés. Mais il y a un hic : une recherche par Google sur Internet avec le mot clé « développement-durable » génère entre 13 300 000 et 13 500 000 références, sur « énergies-renouvelables » et « France », 1 170 000 références…

50Enfin, le tout nouveau plus gros centre de recherche français en sciences de l’information et de la communication, le laboratoire MICA et son Groupe de recherche et d’évaluation des systèmes informatisés de communication vous offre une recette de grand-père pour découvrir une structure pertinente dans la masse d’information informelle du Web visible. Il s’agit du rappel de l’une des trois méthodes de recherche : la recherche par nœuds.

51En introduisant dans vos descripteurs ou mots clés les mots magiques « liens » ou « links » suivant la langue utilisée, et qui fonctionnent en toutes circonstances, les résultats sont spectaculaires de concision et d’organisation :

  • le mot-clé « liens-développement-durable » employé seul ne propose que 10 600 références,

  • Sustainable-development-links » : 3 350 références,

  • liens énergies renouvelables » et « France » : 153 références…

52En vous souhaitant une bonne collecte d’informations pertinentes hors du Web invisible !

Indice delle illustrazioni

Titolo Graphique 1 – « Air pollution » on Dialog Information Server
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/5910/img-1.jpg
File image/jpeg, 48k
Titolo Graphique 2 – « Water pollution » on Dialog Information Server
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/5910/img-2.jpg
File image/jpeg, 48k
Titolo Graphique 3 – « Sustainable Development » on DIS
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/5910/img-3.jpg
File image/jpeg, 48k
Titolo National sustainable development strategies : The global picture
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/5910/img-4.jpg
File image/jpeg, 324k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2010

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540