Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Stratégies du changement dans les systèmes et les territoires

 | 
Lise Viera
, 
Nathalie Pinède

Axe 5. Espaces numériques durables et responsabilité citoyenne

De la complexité de l’action collective et du développement local

Gestion de la ressource informationnelle, structuration du virtuel et projet de territoire

Julien Angelini, Marie-Michèle Venturini et Christophe Moretti

Texte intégral

Introduction

1Nous nous trouvons certainement dans ce xxie siècle naissant, au fait du phénomène désormais consacré de mondialisation. Les espaces temps sont irrémédiablement bousculés par les technologies de l’information et de la communication, les découvertes territoriales de notre planète connaissent leur achèvement et les sociétés modernes présentent une atomisation sans précédent du corps social.

2Nous voulons alors considérer les perspectives d’une conception renouvelée des rapports humains au savoir, à l’identité, au territoire, à l’action collective et au développement. Il nous faut pour cela questionner le rapport information, individu – espace collectif, dans lequel le lien social peut se révéler et constituer le socle de la dynamique de projet. Nous acceptons avec Bertacchini (Bertacchini et alii, 2006) le constat suivant : « À l’origine physiques, les échelons territoriaux ont intégré ou intègrent progressivement les TIC. Ces dernières brouillent les découpages administratifs et favorisent l’émergence de territoires virtuels. Ainsi la société de l’information se construit. » Dans la dynamique de la décentralisation et de la régionalisation, ainsi que dans le cadre de la construction européenne, nous postulons que le développement local est fonction de la définition des échelons territoriaux pertinents et signifiants, par les acteurs locaux. Cette posture met donc au premier plan la dimension humaine du développement et également la capacité des individus à développer les solidarités indispensables à l’action collective. Il s’agit là d’aborder leur capacité à échanger de l’information et à recevoir et traiter les signaux en provenance du territoire. Sans céder à la facilité d’une causalité linéaire qui nous amènerait à placer les TIC en solution miracle aux failles communicationnelles de nos sociétés contemporaines, nous nous inscrivons pleinement dans une approche instrumentale de l’outil et de ses potentialités de structuration de l’action collective. Les TIC ne sont pas absolument une providence pas plus qu’elles ne doivent être une écrasante obligation sociale. Cependant, les apports positifs de la technologie ayant désormais entériné leur intégration sociale au-delà des usages professionnels, nous soulignons l’impérieuse nécessité de penser la place grandissante des TIC dans les relations interindividuelles.

3Nous formulerons en ce sens la problématique de cette communication. Comment la mobilisation et le partage de l’information peuvent-ils favoriser l’engagement citoyen ?

4En quoi la valorisation patrimoniale par le biais des TIC peut-elle être un socle pour un projet de territoire ?

5Afin de définir l’inscription disciplinaire de l’intelligence territoriale telle que nous la considérons dans nos recherches, nous allons préciser dans une première partie les points d’appui théorique que nous exploitons. Après ce bref retour, nous proposerons une précision sémantique sur les notions d’intelligence et de territoire. Nous allons considérer le territoire dans une perspective qui permet de concilier les approches matérielles et immatérielles. Nos exemples pratiques s’appuieront sur cette conception du territoire et des relations médiatisées en partie par les TIC.

6Ensuite en présentant le cas de la numérisation du patrimoine, nous viendrons sur le terrain d’un projet territorial de développement par la gestion des ressources informationnelles liées à la valorisation du patrimoine. La numérisation permet d’envisager « des perspectives nouvelles de préservation, mais aussi d’étude et de mise à disposition des patrimoines » afin de favoriser leur appropriation et leur partage. Que ce soit les patrimoines immatériels ou les patrimoines matériels la numérisation peut être à la fois un outil d’aide à la sauvegarde, mais aussi un outil essentiel de diffusion, d’accès médiatisé, de partage, et d’enrichissement dans leur valorisation. Nous pouvons envisager une politique ambitieuse et volontariste de numérisation du patrimoine en alliant les technologies, la mise en commun des ressources et surtout des compétences, des volontés et des moyens.

7Nous présenterons enfin un projet lié à une problématique de modification d’un outil territorial, en l’occurrence le port de commerce de Bastia en Haute-Corse. À notre sens, loin d’être uniquement une question d’aménagement du territoire ne mettant en jeu que des questions de croissance économique, ce dossier vient questionner la symbolique territoriale et la conscience sociale.

1. L’intelligence territoriale

Émergence d’un concept

8Afin de définir l’inscription disciplinaire de l’intelligence territoriale telle que nous la considérons dans nos recherches, nous allons préciser dans cette première partie les points d’appui théorique que nous exploitons. En intégrant le territoire comme objet de réflexion, d’analyse et de recherche, l’intelligence territoriale porte dans son intitulé même un caractère interdisciplinaire, pouvant dépasser le cadre des sciences humaines. Il convient alors de montrer qu’une approche dite d’intelligence territoriale reste fondamentalement une approche communicationnelle et informationnelle et donc interdisciplinaire. C’est pourquoi nous soulignons l’importance de spécifier dans quelles références nous situons nos recherches afin de les ancrer clairement en sciences humaines et sociales. L’intelligence territoriale en tant que champ d’investigation et d’analyse se situe dans l’interdisciplinarité des SIC et doit ainsi continuellement démontrer son ancrage en précisant ses objets de recherches et ses références théoriques.

9Pour Girardot (Girardot, 2009), « l’intelligence territoriale est la science dont l’objet est le développement durable des territoires et dont le sujet est la communauté territoriale ». La proposition de Dumas (Dumas, 2004) précise que l’intelligence territoriale rapproche « l’intelligence territoriale en tant que processus cognitif et d’organisation de l’information, et le territoire en tant qu’espace de relations significatives ». Nous rappelons enfin la définition proposée par Bertacchini (Bertacchini, 2000) pour lequel l’intelligence territoriale constitue

un processus informationnel et anthropologique, régulier et continu, initié par des acteurs locaux physiquement présents et/ou distants qui s’approprient les ressources d’un espace en mobilisant puis en transformant l’énergie du système territorial en capacité de projet. De ce fait, l’intelligence territoriale peut être assimilée à la territorialité qui résulte du phénomène d’appropriation des ressources d’un territoire puis aux transferts des compétences entre des catégories d’acteurs locaux de culture différente. L’objectif de cette démarche, est de veiller, au sens propre comme au sens figuré, à doter l’échelon territorial à développer de ce que nous avons nommé le capital formel territorial.

10Nous considérons que ces trois propositions permettent de cerner clairement les perspectives scientifiques et épistémologiques de l’intelligence territoriale. Nous en tirerons notamment quelques points de repères, à savoir :

  • l’individu et le groupe sont au centre des situations ;

  • la vision statique du territoire n’est plus recevable ;

  • l’intelligence est autant un phénomène cérébral interne à l’individu, qu’une capacité collective pragmatique ;

  • l’action sociale humaine est inévitablement territorialisée ;

  • les individus autant que le territoire vivent d’échanges, d’informations et de communications ;

  • le réel social est inintelligible hors des processus d’information et de communication.

Précisions sémantiques et épistémologiques

La notion d’intelligence

11Nous allons aborder cette notion en précisant tout d’abord que nous essaierons d’en distinguer deux dimensions opérationnelles. En effet, nous allons explorer une première voie qui nous amène vers les capacités cognitives humaines, individuelles et collectives. Puis ensuite, nous verrons en quoi cette notion renvoie vers l’information, le renseignement et la veille.

12Dans une acception première, nous considérons l’étymologie latine intelligentia qui renvoie à la faculté cognitive humaine de compréhension. L’intelligence serait donc avant toute chose la faculté de comprendre, de percevoir une signification et donc de percevoir son environnement comme un espace signifiant. L’être intelligent est donc celui qui a conscience d’exister, et d’être présent en son monde en considérant l’extériorité des choses qui ne le définissent pas. Entendue ainsi, l’intelligence est la condition première de l’adaptation d’un être vivant à son environnement. Limitée à cela, elle définit une stratégie de survie, ou plus simplement une aptitude cérébrale innée. Si intelligere qui est formé par le préfixe inter (entre) et le radical legere (choisir, cueillir), signifie comprendre et plus précisément traiter les éléments par analyse et sélection, alors nous pouvons accéder à une étape supérieure de notre explication. Il s’agit dès lors non seulement de la capacité à traduire la nature vers une forme signifiante, mais au-delà de percevoir comme signifiantes des choses qui ne le sont pas a priori. Plus particulièrement, elle est une aptitude modulable qui permet de lier des éléments qui sans une « démarche intelligente » resteraient séparés.

13Une seconde acception de sens est possible, elle résulte par ailleurs de la première. Elle renvoie à ce que l’on appelle la veille ou plus exactement le renseignement. Nous pouvons nous apercevoir que cette dimension de la notion d’intelligence est directement rattachée au domaine des SIC. Nonobstant les moyens ou media considérés, nous nous situons là dans le registre de l’analyse, du traitement et du transfert de données ou d’informations. Le glissement de sens ainsi opéré entre renseignement et intelligence traduit assez précisément les caractéristiques que nous exposions précédemment. En effet, nous nous trouvons encore dans le cadre d’une « compréhension » de l’environnement, d’une récupération d’éléments signifiants et même, par la mise en place d’un système adéquat, dans la volonté de regrouper des parts du réel fragmenté. Cette conception de l’intelligence appartient à un usage social généré par la diffusion culturelle. Cependant, nous gardons le sens que nous considérons comme premier en y ajoutant la notion de système, de structure ou encore de réseau, sous tendant le fonctionnement d’une machine intelligente. Qu’il s’agisse du cerveau humain, d’un réseau informatique ou d’un système d’agents, une structure intelligente renvoie à une organisation complexe et à un traitement de données. Une machine intelligente, vivante ou robotique, traite perpétuellement des informations et tend donc systématiquement à la réduction de l’incertitude dans son environnement.

La notion de territoire

14Afin de rendre notre propos explicite et opérationnel, il nous semble opportun de définir le sens que nous conférons dans notre approche à la notion de territoire. Le terme est actuellement l’objet d’une utilisation extensive et souvent abusive. Or, à l’heure où le retour au local devient une composante importante du développement durable, il faut nécessairement définir clairement ce qu’est la dimension locale. Nous proposerons ainsi une vision complexe du territoire, c’est-à-dire de l’espace local, conjuguant réel et symbolique, matériel et immatériel.

15Nous posons que l’existence d’un territoire ne peut être un décret individuel ex nihilo. Dans et hors des jalons administratifs, la construction d’un territoire appartient à un collectif humain, engagé dans une démarche concertée de création de sens et de valeurs. Certains territoires symboliques peuvent concorder avec leurs limites administratives, ils n’en demeurent pas moins des territoires vivants porteurs d’une charge culturelle, d’un patrimoine à transmettre. D’autres sont à construire ou à refonder, hors ou dans les limites administratives. Le territoire n’est donc pas réductible à une délimitation géographique, il est aussi porteur de représentations, de sens. Nous considérerons donc cette notion dans une perspective constructiviste, en perpétuelle négociation sociale entre le réel et le symbolique, pouvant puiser son essence dans l’imaginaire individuel et collectif. Nous considérons que la démarche de développement local doit être le lieu de révélation des territoires de projets. Les systèmes territoriaux sous-tendant le développement local ne sont pas à inventer mais plus exactement à mettre au jour et à faire évoluer par l’ingénierie informationnelle. Nous y reviendrons plus en avant.

16Nous considérons que la démarche de projet, à la portée de petits groupes, doit être le lieu de révélation des territoires de projets. Les systèmes territoriaux sous-tendant le développement local ne sont pas à inventer mais plus exactement à mettre au jour et à faire évoluer par l’intelligence informationnelle.

Intelligence territoriale et TIC

17La pertinence du concept tel que nous venons de le présenter ne réside que dans une ouverture totale de la démarche à la volonté citoyenne. Autrement dit, dans la mesure le processus d’intelligence territoriale se veut de fonctionner dans une logique de bottom-up et non de top-down, il perd son essence s’il n’est pas porté par des collectifs citoyens ainsi acteurs du projet territorial. Comme nous l’avons évoqué précédemment nous considérons que les territoires vivent d’échanges entre les acteurs. L’information est donc le ciment des relations territoriales. Même si nous convenons avec Bougnoux (Bougnoux, 2001) « que l’homme ne vit pas seulement de contenus d’informations ni même de vérité, mais d’abord d’excellentes relations », il semble que l’accession aux territoires symboliques et donc signifiants passe inévitablement par la mutualisation de l’information pertinente. Le lien communautaire territorial émerge donc de la mise en évidence et de la diffusion de la ressource informationnelle. L’intelligence informationnelle serait ainsi l’ingénierie sous-tendant l’intelligence communicationnelle. C’est aussi la reconnaissance du besoin de l’outil pour gérer, organiser et optimiser la ressource informationnelle. Les TIC, et Internet en particulier, sont depuis une quinzaine d’années maintenant incontournables dans les approches SIC. On pourrait voir en ce nouveau medium une évolution de la technique et donc une évolution de la nature de la transmission de l’information impactant in fine sur les formes de communication. Ce constat semble difficilement réfutable. Pour autant, si le medium internet en tant qu’outil de transmission et de diffusion a ouvert des perspectives nouvelles en SIC et des applications multiples dans les pratiques professionnelles et quotidiennes, nous considèrerons comme particulièrement pertinente l’approche de Lévy (Lévy, 1997) lorsqu’il questionne l’anthropologie du cyberspace.

Comme les précédents espaces anthropologiques, l’Espace du savoir aurait vocation à commander les espaces antérieurs et non à les faire disparaître. En effet, c’est désormais des capacités d’apprentissage rapide et d’imagination collective des êtres humains qui les peuplent que dépendent aussi bien les réseaux économiques que les puissances territoriales.

18Si cette pensée reste à opérationnaliser, nous considérons qu’une démarche pro-active concernant l’utilisation des technologies de l’information ne peut faire l’économie d’une telle perspective. Sans céder à un effet de type bulle internet, il nous semble dangereux de ne pas anticiper les retombées anthropologiques des évolutions structurelles du traitement et de la diffusion de l’information. Il semble ainsi que quelle que soit la problématique à laquelle les SIC tentent de répondre, une approche dite « information-communication » reste une approche centrée sur les rapports humains. Autrement dit, toute situation de médiation ou de médiatisation, est un objet humain dont les SHS sont une grille de lecture naturelle. C’est donc bien le lien que nous questionnons quand nous construisons un objet de recherche. Nous questionnons ses natures, ses formes et modalités, ses finalités, ses occurrences culturelles, ses rapports à la technique. À ce titre, nous rappellerons la proposition de Bougnoux (Bougnoux, 2001) pour qui la communication est la part maudite ou mal dite de nos échanges, celle qui ne se laisse pas quantifier, techniciser, ni décrire objectivement. Les SIC en tant que SHS exercent un droit de suite (Bougnoux, 2001) en circulant dans les autres disciplines tant que les médiations ou médiatisations humaines sont en question. Ainsi les questionnements autour du rapport global/local, concernent directement les SIC et particulièrement l’intelligence territoriale. Si l’universel se trouve dans le particulier, l’inscription des Hommes dans une société monde (Zarifian, 1999) se trouve certainement en premier lieu dans leur inscription dans un territoire de vie. C’est l’affirmation territoriale d’une identité vécue qui doit permettre l’accès aux formes de rencontres et de partages et s’il n’y a pas de culture sans clôture, c’est la réouverture communautaire qui crée le lien à l’Autre. Ce lien à la base du vivre-ensemble et des vivre-ensemble à co-construire, peut représenter un objet transversal des études en intelligence territoriale. Au-delà de la relation et donc du lien, l’intelligence territoriale ne peut être considérée hors de l’étude de la sphère informationnelle. Autrement dit, l’intelligence territoriale en tant que grille de lecture aborde la capacité des acteurs à échanger de l’information, la créditer et à bâtir autour de ces échanges pragmatiques les réseaux pertinents en rapport aux actions envisagées (Bertacchini, 2006). L’intelligence territoriale se composerait ainsi d’une intelligence du lien ou communicationnelle et d’une intelligence informationnelle.

19Nous allons maintenant proposer un éclairage pratique et ainsi des pistes d’applications de l’intelligence territoriale. D’abord à travers la thématique patrimoniale et les apports des TIC dans sa valorisation.

2. Patrimoine et développement local

La création du sens

20Le patrimoine est un vecteur du développement local parce qu’il se compose des ressources locales. Il est doté de facteurs économiques et sociaux classiques ou génériques comme par exemple la capacité de travail, le capital mobilisable et les matières premières. Parmi celles-ci, certaines peuvent être spécifiques au territoire ce qui permet d’expliquer la création d’activités nouvelles. Elles semblent dédiées à un usage et à un lieu et leur valorisation dépend d’une stratégie de territoire impulsée par une combinaison d’acteurs d’origines très diverses.

21Le processus de développement correspond à la recherche de spécificités au sein desquelles le patrimoine joue un rôle concurrentiel moteur. Combinée à la fonction de prospective, elle révèle des potentiels de développement. La numérisation de données patrimoniales peut en cela aider à formuler la fonction de prospective à définir pour un territoire donné. C’est la posture adoptée par les tenants de l’intelligence territoriale qui fait largement appel aux possibilités offertes par l’appropriation des TIC. Posée de la sorte, cette problématique de patrimoine et territoire verra donc se multiplier les propositions de découverte du patrimoine de proximité, contribuant ainsi à confirmer auprès du grand public l’élargissement de la notion de patrimoine observé depuis près d’un demi-siècle. Ce sera l’occasion, pour les acteurs locaux, de mettre en valeur le patrimoine spécifique d’un « pays » ou d’une région, qu’il soit déjà pleinement légitimé par les procédures réglementaires de protection ou en phase d’émergence.

22Au fond, la question centrale pourrait être : qu’est-ce qui fait bien commun pour les gens qui vivent ici ? Corollairement, nous pouvons nous demander également : quel élément patrimonial est à même de représenter le territoire d’ici pour les gens qui viennent ou qui le découvrent d’ailleurs ?, tant le patrimoine constitue bien souvent l’emblème, voire l’icône d’un territoire. La numérisation offre des perspectives nouvelles de préservation, mais aussi d’étude et de mise à disposition des patrimoines pour leur partage et leur appropriation. Que ce soit les patrimoines immatériels comme les films, les livres, l’audiovisuel, ou les patrimoines matériels comme la sculpture, la peinture ou bien l’architecture, la numérisation peut être un outil d’aide à la sauvegarde, mais aussi un outil essentiel de diffusion, d’accès médiatisé, de partage, et d’enrichissement dans leur valorisation.

23Un enjeu majeur de la numérisation des patrimoines réside selon nous dans l’organisation des bibliothèques et médiathèques virtuelles, dans le repérage de leurs contenus ainsi que dans la facilitation de leur accès.

TIC, patrimoine et territoire

24Une politique ambitieuse de numérisation du patrimoine est possible aujourd’hui au niveau français et européen, elle est affaire de technologies, de mises en synergie des compétences, d’ambitions et de moyens. Selon nous, les technologies multimédias offrent bien plus qu’un support médiatique à exploiter économiquement. Elles apportent un nouveau système d’échange, de solidarité, d’éducation et de partage de la connaissance du patrimoine culturel français, européen et mondial. Encore faut-il que les principaux agents de ce patrimoine se donnent les moyens de cet échange, tant au niveau technique que relationnel.

  • 1 http://umrlisa.univ-corse.fr/

25L’Université de Corse développe depuis quelques années un projet de valorisation territoriale autour d’une numérisation du patrimoine. Ce projet porté par l’Unité Mixte de Recherche CNRS Lieux, Identités, eSpaces, Activités1 doit aboutir par la mise en œuvre d’une Médiathèque culturelle de la Corse et des corses. Cet outil sera mis en ligne et accessible au grand public afin de mettre à disposition de tous un espace numérique dans lequel sera organisé une large banque de données patrimoniales. L’objectif de cette démarche est double. D’abord nous préciserons que c’est par la sollicitation des acteurs territoriaux détenteurs du patrimoine et de la mémoire que le fond d’archive est constitué. Donc la nécessité de conservation est en soi une instance de création de lien social et ainsi une incitation à la participation au projet territorial. Le cyberspace patrimonial est donc la forme émergente et le point de convergence de ce qui crée le lien, c’est-à-dire la ressource informationnelle qu’est le patrimoine à partager. Voilà ce qui à notre sens est une piste de création de lien social. Le processus de patrimonialisation est une forme de glu relationnelle au sens de Bougnoux (2001), devenant le support de la territorialité.

3. Le cas du port de commerce de Bastia

Territoire et thématique du changement

26Nous ne pourrons pas dans cet article proposer un exposé exhaustif de cette problématique territoriale. Nous allons cependant essayer d’en dégager les points d’analyse saillants. Nous n’aborderons donc pas la pertinence intrinsèque du projet dans le sens où nous conviendrons du postulat posant comme nécessaire l’évolution de la structure portuaire existante. En effet, le port de commerce de Bastia dans sa configuration actuelle se trouve dans une saturation au regard de l’accroissement du trafic maritime, à l’évolution de la taille des navires et au volume de l’activité tant pour le fret que pour les passagers. Pour synthétiser nous dirons que la motivation première à la formulation d’un projet de développement du port est d’ordre structurelle et donc économique. Le conseil exécutif de la collectivité territoriale de Corse a donc piloté le développement de deux types de projets afin de les soumettre à une consultation publique. Le premier consiste à développer et étendre la structure existante datant de 1870. Le second consiste à construire un nouveau port de commerce sur un site dit de la Carbonite, à l’entrée sud de la ville. Nous nous intéresserons maintenant au débat public qui doit constituer l’initiation de l’accompagnement social au changement. L’objectif d’un débat public de ce type réside plus dans une explication d’une démarche engagée avec un volet de choix restreint, que dans la récolte d’information venant structurer un projet en l’initiant de la sorte. Cette démarche est d’ailleurs imposée par la Loi de proximité du 27 février 2002. Si cela ne constitue pas l’instance de formulation collective du projet, l’organisation d’une telle situation d’échange aura au moins donnée la parole aux acteurs locaux afin d’exprimer publiquement un certain nombre d’avis concernant l’évolution des projets.

La prise en compte de la demande sociale

27Cette évolution portuaire et les raisons qui la suscitent ne peuvent certainement pas émaner d’une demande sociale de développement du territoire. Il ne peut sur une telle question y avoir une demande sociale. Cependant, c’est un problème collectif qui est soulevé où chaque individu évoluant sur ce territoire, est concerné. L’option de construction sur un nouveau site semblant être la voie privilégiée, les réactions sociales se sont concentrées sur deux points. La modification du paysage et son corolaire, l’impact écologique. La principale question résultant de ce débat public renvoie ainsi à un aspect pouvant sembler secondaire au regard des enjeux économiques et structurels. C’est l’impact social et écologique d’une telle transformation territoriale. Si les acteurs associatifs se sont ainsi exprimés c’est parce que les représentations sociales liées à un patrimoine collectif se trouvent bousculées. Cette conclusion d’étape ne fait que souligner la grande complexité de la question. Si le développement structurel de l’île semble bien nécessiter des projets d’envergure, il n’en demeure pas moins que ce que cela dépasse l’aspect économique et matériel pour venir questionner dans l’espace public la dimension humaine et sociale du développement. Et cela nous confirme le fait que nous sommes totalement dans une problématique de développement durable du territoire. C’est bien le vivre ensemble que nous venons aussi questionner. C’est également la capacité des acteurs à co-écrire les scenarii du développement local qui est ici soulevée. Notre proposition réside dans l’acceptation de cette démarche comme relevant d’un processus d’intelligence territoriale. À notre sens, la mutualisation par un groupe d’acteurs d’un ensemble d’informations dans une logique de projet est un processus d’intelligence territoriale. Il nous reste à expliquer maintenant en quoi cette démarche, que nous considérons pertinente pour structurer le développement territorial, se doit d’être structurée par une méthodologie et des outils.

Structuration du virtuel et logique de projet

28Nous pensons en effet avec Crozier et Friedberg (1977) que l’action collective n’est pas un phénomène naturel mais un construit social. La mise en place, le développement et le maintien d’un réseau informationnel territorial, est également soumis à une démarche collective qui ne repose pas sur des caractéristiques innées des sociétés humaines et des groupes. Il s’agit d’un terrain qui pourrait à notre sens constituer un révélateur pour notre proposition. Le nœud de cette problématique réside selon nous dans le délitement de l’espace public et de la mobilisation citoyenne dans ces questions d’envergure. Mais nous faisons également l’hypothèse que le manque d’information est également une cause de cet abandon du projet territorial à la représentativité politique. Sans vouloir substituer l’espace numérique à l’espace public par essence plus complexe, nous pensons que le développement d’un cyberspace mettant à disposition de tous les acteurs concernés par la problématique la ressource informationnelle liée au projet est indispensable. L’espace numérique où l’information est mobilisable et mutualisée, par et entre les acteurs devient désormais un corollaire naturel de l’espace public. La gestion du virtuel comme espace d’information et de rencontre des acteurs donne la possibilité de structurer une instance de négociation entre matériel et immatériel, réel et symbolique. Et l’accompagnement social au changement nécessite certainement la prise en compte et la médiatisation des représentations sociales dans un espace virtuel structuré et valorisé.

Conclusion

29Nous avons vu au cours de cet article que la question du développement durable des territoires est plus que jamais un enjeu humain considérable. Ajoutant aux trois piliers classiques que sont l’économie, l’écologie et le social la notion de culture, le développement durable appartient de façon cruciale aux acteurs locaux et à leur capacité à organiser le développement local.

30L’introduction du concept d’intelligence territoriale vient proposer une vision du développement des territoires dans le sens d’une dynamique citoyenne de responsabilisation et de concertation territoriale. Nous faisons de la question du lien communautaire un point clé de cette culture du développement. Nous plaçons également l’information, et donc l’accès à la ressource informationnelle territoriale au centre de la démarche concertée. De la capacité des acteurs à mutualiser les informations dépend la structuration du système territorial.

31Nous avons proposé comme exemple la valorisation patrimoniale par la création d’une structure numérique, ainsi qu’un exemple d’accompagnement social au changement territorial par la structuration d’un espace public complexe intégrant la puissance médiatique des TIC. Les éléments prégnants de cet exposé résident dans la prise en considération de la dimension instrumentale des TIC en tant que vecteurs du lien communautaire. Ce n’est pas l’utilisation de l’outil en soi qui crée le lien, mais la coopération autour de la structuration de l’outil. Participer à l’alimentation de la ressource informationnelle territoriale ne peut se concevoir sans les caractéristiques que seuls les espaces numériques proposent. Cependant, nous conservons comme pilier central l’existence d’un lien social souverain et la nécessité de faire émerger les solidarités vécues en dehors des espaces virtuels. Car nous ne pourrions soutenir une thèse qui ferait de l’outil numérique le seul espace de rencontre ; et c’est bien pour cela que les TIC ne pourront pas constituer en soi une solution aux problèmes de liens sociaux.

Bibliographie

Bibliographie

Angelini Julien, Bertacchini Yann, Venturini Marie-Michèle, 2007, « De la ressource informationnelle et du croisement des projets : le bilinguisme, territoire d’instances », 6e Rencontres TIC & Territoires, Quels Développements ?

Bertacchini Yann, Girardot Jean-Jacques, Gramaccia Gino, 2006, « De l’intelligence territoriale : théorie, posture, hypothèses, définition », 5e Rencontres TIC & territoires, Quels développements ?

Bougnoux Daniel, 2001, Introduction aux sciences de la communication, Paris, La Découverte, coll. Repères.

Dumas Philippe, 2006, « Territoire et mondialité », 5e Rencontres TIC & territoires, Quels développements ?

Mattelart Armand, Mattelart Michèle, 2004, Histoire des théories de la communication, Paris, La Découverte, coll. Repères.

Mattelart Armand, 1997, L’Invention de la communication, Paris, La Découverte, Essais.

Morin Edgar, 1997, Introduction à la pensée complexe, Paris, Le Seuil, coll. Points.

Lévy Pierre, 1997, L’Intelligence collective, pour une anthropologie du cyberspace, Paris, La Découverte, Essais.

Venturini Marie-Michèle, Angelini Julien, 2006, « Société Corse, Société de l’Information : vers l’intelligence territoriale », 5e Rencontres TIC & Territoires, Quels développements ?

Venturini Marie-Michèle, Angelini Julien, 2006, « TIC, territoires, savoirs et patrimoines : vers l’intelligence territoriale. La région Corse », Granada, XXIIe congrès de la CESE.

Venturini Marie-Michèle, Angelini Julien, 2006, « La Corse patrimoine insulaire et identité régionale : vers l’intelligence territoriale » [en ligne], 1re conférence internationale de la CAENTI. Disponible sur : http://isdm.univ-tln.fr

Watzlawick Paul, Helmick Beavin Janet, Jackson Donald D., 1972, Une logique de communication, Paris, Le Seuil, coll. Points.

Notes

1 http://umrlisa.univ-corse.fr/

Auteurs

Université de Corse Pascal Paoli.
angelini.univcorse@gmail.com

Université de Corse Pascal Paoli.
mmventuri@univ-corse.fr

Université de Corse Pascal Paoli
christoumor@gmail.com

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540