Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Stratégies du changement dans les systèmes et les territoires

 | 
Lise Viera
, 
Nathalie Pinède

Axe 4. Mutations des logiques éditoriales

Systèmes d’information pour la recherche en éducation : analyse comparée de l’offre et des usages entre la France et le Royaume-Uni

Ilham Derfoufi

Entrées d'index

Texte intégral

Introduction

  • 1 Rapport publié en 2001 pour le ministère de l’Éducation nationale.
  • 2 A. Prost est historien et spécialiste des questions d’éducation.

1Notre travail commence en 2005 alors que l’Institut national de la recherche pédagogique (INRP) est en pleine restructuration. En 2001, apparaissait le rapport1 A. Prost2 qui révélait une recherche peu capitalisée en éducation. On pense alors à un système d’information (SI) plus performant en termes de restitution de la recherche. Notre contribution dans cette réflexion était de réaliser une étude sur ces dispositifs dans un contexte numérique en comparant les situations française et anglaise sachant que le Royaume-Uni (RU) est en avance dans le développement des SI. Deux originalités caractérisent cette thèse : la première est qu’il existe très peu d’études comparatives avec un pays anglophone, la seconde est que ce travail aborde à la fois les aspects économique et sociologique des SI. En effet, il propose une analyse des principales composantes de ces dispositifs par l’exploration du contexte de l’offre et de celui des usages puis la confrontation des résultats afin de mieux déterminer les faiblesses et envisager des pistes de réflexion qui permettent d’aider à la conception de SI plus en phase avec les besoins des chercheurs. Tel est notre objectif.

1. Problématique et hypothèses

  • 3 J.-M. Salaün, 2004, « Libre accès aux ressources scientifiques et place des bibliothèques », Bulle (...)

2Si le faible usage d’un SI peut être dû à plusieurs raisons, notre recherche est partie de l’hypothèse que l’offre déterminait en partie les usages d’où notre choix d’analyser l’offre et les usages et de les mettre en regard. Il s’agissait donc dans un premier temps d’identifier les caractéristiques de l’offre dans les contextes francophone et anglophone. Cette caractérisation impliquait de l’envisager d’abord dans le cadre plus élargi de l’édition scientifique en sciences humaines et sociales (SHS). En 2005, le paysage éditorial en SHS connaît d’importantes mutations. Grâce au numérique, l’accès à la recherche est plus ouvert. Cependant, les éditeurs commerciaux dans le bassin anglo-saxon dominent encore le marché des revues. Les répercussions sur l’offre proposée aux chercheurs alimentent nos questionnements. D’abord, avec un accès plus ouvert à la recherche, les bibliothèques présentent désormais une gamme diversifiée de contenus payants et en accès libre, ce qui nous amène à interroger la part de chaque type de contenus dans l’offre en éducation. Par ailleurs, sachant que les revues anglophones sont généralement bien représentées en France particulièrement en sciences exactes et du fait de la rapide expansion des éditeurs anglo-saxons en SHS, nous nous demandons quelles peuvent en être les conséquences dans notre domaine. Les contenus anglophones dans les bibliothèques françaises sont-ils aussi importants en éducation ? Cependant, la revue scientifique domine dans l’offre des éditeurs. Elle est un des canaux principaux de publication des chercheurs en SHS, notre idée est alors d’analyser de plus près la situation de la revue en éducation. Enfin, la question des services qui accompagnent l’offre devait logiquement être évoquée. En effet, certains services sont susceptibles de favoriser des usages. Du côté des usages, notre objectif est d’identifier les facteurs favorisant ou au contraire décourageant l’usage de la documentation numérique. La connaissance des usages permet de reconnaître les forces et les faiblesses des SI. Nous avons émis un ensemble d’hypothèses qui devaient être confrontées à notre terrain. Partant de l’idée que l’offre détermine en partie les usages, avec un accès plus ouvert à la recherche et une croissance des contenus numériques dans l’environnement informationnel du chercheur, il s’agissait d’abord de déterminer quel impact cette offre avait sur les usages des deux communautés de chercheurs. Notre première hypothèse est donc que la nature de l’offre influe sur les usages. Nos lectures, nos premières observations sur le terrain nous permettent de poser trois hypothèses impliquant d’autres facteurs d’usage. D’abord l’âge et la culture technique qui interrogent l’appropriation de la documentation numérique. Nous pensons que l’usage de la documentation numérique est aussi fonction de l’âge et de la culture technique. La discipline des sciences de l’éducation et/ou des Educational Studies est aussi un facteur pertinent dans notre analyse des usages. Nous pensons que le caractère multidisciplinaire de ce domaine génère différentes pratiques chez les chercheurs, d’où l’hypothèse que la connaissance du domaine permet de comprendre les pratiques. Enfin, il nous semblait que la comparaison des contextes francophone et anglophone allait refléter des différences dues aux caractéristiques culturelles des chercheurs. L’idée qu’il existe des conceptions latine et anglo-saxonne du rapport aux documents et à la bibliothèque3 confortait notre hypothèse selon laquelle la différence de culture peut entraîner des différences d’usages.

2. Analyse de l’offre : méthodologie

Les contenus et services dans les bibliothèques

  • 4 Les bibliothèques de l’INRP et de l’université Lyon 2.
  • 5 Les bibliothèques de l’Institute of Education (IOE) de l’Université de Londres et des Educational (...)

3L’analyse de l’offre proposée par les bibliothèques de recherche en Éducation s’est faite sur une base comparative. Nous avons sélectionné des bibliothèques, en France et au RU, qui disposaient d’un fonds important en éducation sur la base d’une étude réalisée par l’INRP pour les bibliothèques françaises4 et de recommandations par un professionnel de l’information britannique pour les bibliothèques anglaises5. L’objectif était d’observer ce que proposaient les sites de bibliothèques en matière de contenus et services puis de recueillir les informations intéressantes.

Les revues

  • 6 Établie dans le cadre d’une enquête faite à la demande du ministère de la Recherche et visant à él (...)
  • 7 http://www.eric.ed.gov/ERICWebPortal/resources/html/about/collection_development_process.html
  • 8 http://vnweb.hwwilsonweb.com/hww/Journals/
  • 9 I. Derfoufi, 2005, « L’information scientifique pour la recherche en Éducation : État des lieux et (...)

4L’étude sur l’édition des revues en éducation a été réalisée sur la même base. Nous avons constitué deux corpus de revues francophones et anglophones les plus représentatives du domaine. Pour les titres francophones, le point de départ a été une liste de revues phare reprenant quasiment l’ensemble de la liste des revues de Philippe Jeannin établie en 20016. Le corpus francophone comporte 101 revues après sa mise à jour. Le second corpus reprend les titres anglophones de la liste Jeannin puis de nouveaux titres sont ajoutés. Pour la sélection, nous avons privilégié les bases ERIC7 et HW Wilson8 recommandées par l’INRP. Le corpus anglophone comporte 129 revues. Après la constitution des corpus, nous avons recueilli un ensemble de données sur les revues afin de pouvoir faire notre analyse sur les deux contextes éditoriaux et les comparer. Cette étude a été réalisée et publiée en 20069.

3. Analyse de l’offre : principaux résultats

Prédominance des contenus payants

5Les contenus qui relèvent d’une logique marchande concernent la majorité des ressources proposées. Ils sont édités par un certain nombre d’acteurs privés, des maisons d’édition françaises ou de grands groupes d’édition étrangers. Notons néanmoins que dans cette offre les revues et les articles sont dominants. Les distributeurs de ces ressources sont pour la plupart des éditeurs et/ou agrégateurs anglo-saxons. Deux types d’acteurs pour les revues sont présents (tab. 1) : les grands éditeurs dont le catalogue est suffisamment important pour leur permettre d’être leur propre agrégateur (Elsevier, Springer, Wiley) et les acteurs n’ayant pas le même poids et qui s’inscrivent dans une logique de mutualisation de leur diffusion numérique via des intermédiaires distributeurs (Ebsco, Ingenta, Cairn).

Serveurs de revues

Distributeurs

Plateformes d’éditeurs-agrégateurs

Plateformes d’agrégateurs

Bibliothèques françaises

– Sage (Journals),
– Elsevier (ScienceDirect),

– EbscoHost,
– IngentaConnect,
– Periodicals Archive Online,
– Cairn

Bibliothèques anglaises

– Cambridge (Journals),
– Institute of Physics,
– Elsevier (ScienceDirect),
– Springer (Link),
– Wiley (Blackwell Synergy)

– IngentaConnect,
– Jstor,
– SwetsWise,
– ProQuest

6L’offre de revues numériques francophones en SHS est encore faible et diffusée principalement au niveau national avec peu de moyens. Cette faiblesse de l’offre numérique « marchande » de langue française est liée à plusieurs facteurs : un paysage éditorial français en SHS fortement atomisé (beaucoup de petites et moyennes maisons d’édition avec peu de moyens pour développer ce type d’offre), un marché (bassin linguistique francophone) relativement restreint par rapport au marché anglophone, enfin les faibles budgets des bibliothèques françaises, parmi les premiers acquéreurs de cette offre. Cette situation n’incite pas vraiment les acteurs économiques à s’impliquer beaucoup dans la production d’une offre numérique pour l’université et la recherche. La plupart du temps, cette offre ne peut être développée qu’avec l’aide de l’État. Pour les articles, ce sont encore les Anglo-Saxons qui demeurent les plus présents. Les fournisseurs comptent peu d’acteurs francophones. Dans les bibliothèques britanniques, l’absence de ressources francophones est criante, la seule base de données bibliographiques française identifiée est FRANCIS, une base en SHS produite par l’INIST.

Progression des contenus en libre accès en France

7La frontière entre contenus marchands et contenus en accès libre tend de plus en plus à s’effacer devant les démarches des acteurs éditoriaux à ouvrir l’accès à certaines de leurs productions. Si l’on trouve sur l’ensemble des sites de bibliothèques françaises et britanniques des ressources en libre accès, c’est en France cependant que cette offre est la plus visible. Quand l’État n’offre pas directement sur ses sites institutionnels les publications officielles, il s’implique, depuis déjà quelques années, dans le développement d’archives de revues (Persée, Revues.org). Dans le bassin anglo-saxon, le financement en amont se fait par le biais de fondations privées (le cas de Muse et Jstor). L’accès à ces deux portails patrimoniaux est cependant payant par abonnements institutionnels (bibliothèques, institutions). L’analyse des contenus de bibliothèques a montré aussi la prédominance des ressources anglophones, pour la plupart payantes, dans les bibliothèques françaises alors que les ressources francophones marchandes sont restreintes surtout dans les bibliothèques britanniques. En revanche, les ressources francophones en libre accès sont en progression. Cette situation dénote deux marchés éditoriaux distincts, l’un privé, l’autre public. L’étude sur l’édition des revues en donne une image plus précise.

Les revues : des paysages éditoriaux opposés

8L’édition des revues en SHS ne connaît pas le même développement qu’en sciences techniques et médecine. L’évolution est plus lente du fait de plusieurs facteurs comme des moyens financiers, une organisation, une culture et une évaluation scientifique différents. Malgré de réelles avancées dans l’édition en ligne, des barrières subsistent en espace francophone. Notre analyse des corpus de revues en éducation nous permet de faire un premier constat : les acteurs privés dominent le marché de l’édition des revues anglophones (60 %), une situation qui diverge totalement avec celle des revues francophones, dont les éditeurs sont majoritairement des institutions publiques. Par ailleurs, la présence des éditeurs internationaux sur le marché anglophone (40 %) n’est en rien comparable avec la situation du marché francophone où ils ne représentent que 3 %.

Graphique 1 – Répartition comparée des éditeurs-diffuseurs

Graphique 1 – Répartition comparée des éditeurs-diffuseurs

Source : I. Derfoufi, L’information scientifique pour la recherche en Éducation : analyse comparée de l’offre et des usages entre la France et le RU, Thèse de doctorat, p. 82-84.

Une édition en ligne plus affirmée pour les revues anglophones

9Les revues papier semblent de plus en plus laisser la place aux revues hybrides. Elles ne disparaissent pas pour autant. La tendance est aux revues diffusées sous les deux formes : papier et numérique. Leur proportion est beaucoup plus importante dans le corpus anglophone avec près de 90 % de l’ensemble des revues alors qu’elles ne représentent que 34 % pour le corpus francophone. Ce pourcentage élevé peut s’expliquer par la domination des éditeurs privés dans le secteur des revues anglophones, pour lesquelles le modèle hybride est le plus profitable. Les revues exclusivement électroniques, souvent en accès libre, semblent souffrir d’un manque de valorisation par la communauté scientifique surtout dans le bassin anglo-saxon.

Peu de visibilité des revues francophones

10À la différence des revues anglophones, les revues francophones en Éducation souffrent d’un manque de visibilité sur le réseau : peu de revues sont en ligne, à peine plus de 30 %, une dizaine seulement sont visibles sur les plateformes de diffusion, enfin 70 % des revues francophones ne sont publiées que dans leur langue d’origine alors que l’anglais est la langue scientifique.

Graphique 2 – Répartition des revues selon leur support de diffusion

Graphique 2 – Répartition des revues selon leur support de diffusion

Source : I. Derfoufi, L’information scientifique pour la recherche en Éducation : analyse comparée de l’offre et des usages entre la France et le RU, Thèse de doctorat, p. 82-84.

Une gamme de services plus élargie au RU

11L’observation et l’analyse des différents services proposés par les cinq bibliothèques étudiées nous a permis de constater qu’au RU les services étaient plus développés, notamment en matière d’accès (web of knowledge, Google/Google Scholar, Athens), de formation (tutoriels en ligne) et d’enseignement (e-learning). Des services permettent par ailleurs de valoriser de nouveaux types de contenus (exemple : les revues systématiques de recherche) et également les compétences des professionnels de bibliothèques qui proposent des formations à leur réalisation. En France, à l’exception de la Veille scientifique et technologique, un service innovant n’ayant pas son pareil dans le bassin anglo-saxon, les services demeurent peu développés.

4. Analyse des usages : méthodologie

12Le choix de la méthodologie de travail a été déterminé par notre volonté de connaître d’abord les pratiques documentaires des chercheurs en éducation et puis d’infirmer ou de réfuter les hypothèses émises. Nous avons donc choisi de réaliser une enquête quantitative complétée d’une enquête qualitative. Pour le premier type d’enquête, un questionnaire a été réalisé et mis en ligne pour des populations de 500 chercheurs en France et au RU, contactés soit directement soit par le biais d’une liste de diffusion. Nous avons eu un taux de réponse de 20 %. Le traitement statistique des données a été réalisé avec le logiciel d’enquêtes Sphinx et Excel. L’enquête qualitative a consisté à conduire des entretiens semi-directifs avec une dizaine de chercheurs dans les deux pays. L’objectif était de préciser certains points restés en suspens dans l’enquête quantitative et de faire émerger des thèmes qui n’auraient pas été abordés dans le questionnaire.

5. Analyse des usages : principaux résultats

Un usage étroitement lié au volume de l’offre

13Un des premiers résultats significatifs de cette analyse concerne l’usage de la documentation numérique. Si les deux communautés de chercheurs admettent qu’elle est importante pour leurs travaux, le niveau d’appréciation de sa valeur diffère. Près de 60 % des anglophones la considèrent comme très importante contre 32 % seulement pour les francophones. Ces derniers sont plus nombreux à déclarer qu’ils en font un usage de plus en plus important (51 %). Ce résultat qui traduit un intérêt récent des chercheurs francophones pour la documentation numérique semble refléter un rythme de mise à disposition de l’offre moins rapide en France et peut-être aussi certaines résistances.

Graphique 3 – Usage de la documentation électronique

Graphique 3 – Usage de la documentation électronique

La langue, l’âge et la culture technique, facteurs de non-usage en France

14L’usage de la documentation numérique est lié également à d’autres facteurs. L’analyse de l’offre a permis de montrer que les contenus en ligne proposés aux chercheurs francophones étaient principalement de langue anglaise, un élément qui constitue un obstacle majeur pour leur utilisation. Plus de la moitié des répondants francophones imputent le non-usage des ressources anglophones à la langue principalement. Côté anglophone, si la langue est aussi en tête des motifs de non-usage des ressources francophones, le rapport avec l’offre n’est pas comparable. En effet, si la littérature anglophone est bien représentée en France, la littérature française, elle, est moins présente dans les bibliothèques britanniques.

Graphique 4 – Motifs de non-usage des ressources

Graphique 4 – Motifs de non-usage des ressources
  • 10 Ibid., p. 209.

15De même, l’âge associé à une faible culture technique dans le contexte français n’encourage pas à l’usage de la documentation numérique. La majorité des chercheurs encore très attachés aux méthodes traditionnelles de recherche et de travail et réticents aux nouvelles technologies sont des personnes de plus de 50 ans. Cette réticence est conjuguée à la faible motivation des chercheurs pour la formation documentaire (moins de la moitié des francophones y sont favorables), à la conception et la langue des outils de recherche. FRANCIS, la base la plus citée, est jugée trop complexe : «  on dirait que ces bases ne sont pas faites par des gens du domaine, avec les mots clefs que je saisis, je ne trouve jamais rien d’intéressant…10 ». Par ailleurs, les interfaces de la plupart des bases proposées sont en anglais et la recherche se fait sur des contenus en anglais : or la majorité des chercheurs ne maîtrise pas cette langue. La faible maîtrise de l’anglais et des techniques documentaires à l’ère du numérique font que bon nombre de chercheurs francophones maintiennent des méthodes de recherche d’information traditionnelles bien connues qui leur font gagner du temps.

Les usages, reflets de la discipline

  • 11 Voir bibliographie.
  • 12 I. Derfoufi, op. cit., p. 216.
  • 13 S. Talja, H. Maula, « Reasons for the use and non-use of electronic journals and databases : A dom (...)

16Les pratiques informationnelles des chercheurs reflètent l’organisation, la culture scientifique de leur discipline, c’est ce que suggère Whitley11. Nous avons choisi de confronter discipline et pratiques suivant le cadre d’analyse proposé par Whitley afin de comprendre les pratiques informationnelles des chercheurs en sciences de l’éducation. L’analyse de domaine ou l’exploration des sciences de l’éducation12 à travers la littérature a permis d’en identifier quelques caractéristiques fondamentales. Ces sciences sont d’abord multidisciplinaires ce qui donne l’image d’une discipline éclatée. Les méthodes de recherche sont très diverses du fait des appartenances disciplinaires des chercheurs. Enfin, cette diversité est souvent à l’origine de divergences au sein des communautés sur le choix des méthodes de recherche ou l’interprétation des résultats. Cette image des sciences de l’éducation atteste d’une absence de coordination selon Whitley due aux multiples références disciplinaires, ce qui expliquerait que les SI soient peu élaborés. Cette théorie semble probable bien qu’elle ne traite pas directement des pratiques informationnelles des chercheurs. Les résultats de nos enquêtes, cependant, permettent d’établir un lien entre discipline et pratiques. Certaines techniques de recherche identifiées sur notre terrain sont liées à l’orientation des chercheurs vers l’ouvrage ou la revue (Walsh et Bayma, Talja et Maula), plus ou moins utilisés dans certains champs de l’éducation. La taille du domaine des chercheurs peut aussi révéler le choix d’une technique de recherche. Le browsing (butinage/navigation) commun aux deux communautés confirme la théorie de Bates qui l’associe à la taille/dispersion du domaine. Il semble aussi que les chercheurs en éducation n’ayant pas une connaissance égale de tous les champs de la discipline l’utilisent quand ils souhaitent aller à la découverte d’un domaine. La technique du browsing confirme ainsi la théorie de Chang selon laquelle elle serait utilisée pour découvrir les ressources d’un domaine peu connu. Sur un autre registre, selon Talja et Maula, les disciplines où le critère de pertinence serait lié à des paradigmes feraient un usage beaucoup moins important des revues numériques et des bases de données13. Il semble en effet que les bases de données soient moins utilisées dans certaines disciplines des sciences de l’éducation (philosophie, psychologie de l’éducation) où la recherche par le biais de ces outils serait problématique. L’importance des concepts (paradigmes) ne semble pas être prise en compte. En revanche, nous ne pouvons pas confirmer cette hypothèse pour les revues numériques car nous avons au contraire constaté un usage important de ces ressources dans l’espace anglophone, pour toutes les disciplines y compris la psychologie de l’éducation. Dans l’espace francophone, nous pouvions difficilement la vérifier du fait d’une offre de revues numériques pertinentes (de langue française) relativement faible.

6. La dialectique offre/usages

17La dernière phase de notre travail consistait à confronter nos analyses de l’offre et des usages sur notre terrain. Auparavant, nous avons engagé une réflexion sur les différentes relations qui pouvaient s’établir entre offre et usages, impliquant le rôle des besoins, et montré la complexité de leur articulation représentée par la difficulté de concevoir des systèmes d’information efficaces (modèles orienté-système, orienté-usager et orienté-acteur). Ainsi, l’offre est génératrice de besoins et d’usages ; elle peut ne pas être suivie d’usages s’il n’existe pas de besoins réels. Le non-usage peut s’expliquer également par une offre inadéquate ou d’autres facteurs. Sur notre terrain de travail, nous avons été confrontés à des contextes différents tant au niveau de l’offre qu’à celui des usages. En France, leur mise en regard a révélé quelques incompatibilités entraînant surtout un non-usage de l’information numérique. Au RU, au contraire, il semble y avoir une meilleure concordance entre offre et usages. L’offre numérique proposée par les bibliothèques françaises est essentiellement composée de ressources anglophones, accompagnée d’outils d’accès conçus en anglais. Cette offre est destinée à des chercheurs dont la majorité ne maîtrise pas cette langue. Il n’y a donc pas de besoins particuliers pour cette offre et donc pas d’usages. La maîtrise de la langue est conjuguée à la maîtrise technique du chercheur. Les formations à l’utilisation des outils sont insuffisantes et parfois rejetées par manque de motivation (âge, faible utilité) ou du fait de leur conception, jugée inappropriée dans certaines disciplines. L’offre numérique française est insuffisante et ne concerne pas tous les domaines de l’éducation. Les revues scientifiques sont encore majoritairement sous format papier. Dans le contexte anglais, la documentation numérique se caractérise essentiellement par une collection riche de revues scientifiques et rapidement accessibles grâce à Athens, un système d’accès distant performant. La langue n’étant pas un problème, ni la nature de l’offre ni les outils ne constituent un obstacle à leur utilisation. Par ailleurs, les formations sont régulières et plus fréquentes. Les faiblesses identifiées des systèmes d’information pour la recherche en éducation en espace francophone sont essentiellement liées à la nature de l’offre proposée aux chercheurs mais également à la culture disciplinaire très diversifiée et à l’organisation de la recherche en éducation. La culture technique et le facteur âge influent aussi sur les usages mais ils peuvent disparaître avec le temps car les générations futures de chercheurs seront plus familières avec le numérique. Les chercheurs auront un rôle majeur à jouer concernant l’offre en participant à sa construction et en permettant à leurs partenaires de mieux connaître leur univers et leurs pratiques dans la recherche, tant dans le contexte français qu’anglais. L’usager-constructeur peut ainsi mieux exprimer son besoin et mieux organiser son environnement informationnel. Une offre construite sur la base d’une collaboration active entre prestataires d’information et chercheurs peut sans doute favoriser des usages. La notion de « construction » est cependant à relativiser pour les chercheurs en éducation. Elle concernerait davantage le choix et l’organisation des ressources, reflétant ainsi la manière dont se fait la recherche dans cette discipline. Ces pistes de réflexion pourraient aider à la conception de SI plus en phase avec les attentes des chercheurs.

Conclusion

18Au terme de ce travail, nous sommes convaincue qu’une analyse exhaustive des dispositifs informationnels doit nécessairement intégrer une analyse de l’offre et une analyse de la réception. Leur confrontation a dévoilé des déséquilibres entre offre et besoins. L’approche socio-économique apparaît la plus féconde pour comprendre les processus informationnels et contribuer à leur évolution. Ainsi, nous avons pu vérifier notre principale hypothèse : « la nature de l’offre influe sur les usages ». Dans l’analyse de l’offre, la comparaison avec la situation anglo-saxonne a démontré que le système éditorial était structurellement différent. L’édition française ne dispose ni des mêmes moyens ni du même contexte. Concernant les usages, les enquêtes nous ont confrontée à deux communautés différentes de chercheurs en éducation du fait qu’elles évoluent dans des contextes informationnels distincts mais peut-être aussi du fait de leurs disciplines, différentes par leur histoire et leur constitution. Par ailleurs, notre hypothèse selon laquelle la connaissance de la discipline permet de comprendre les pratiques, a été faiblement vérifiée du fait d’un échantillon peu représentatif de la multidisciplinarité des sciences de l’éducation. Enfin, nos enquêtes nous ont permis de confirmer que l’âge, surtout en France, et la culture technique influençaient bien les usages.

Bibliographie

Bibliographie

Bates Marcia J., 1996, « Learning about the information seeking of interdisciplinary scholars and students », Library trends, vol. 45, p. 155-164.

Chang Shan-Ju, Rice Ronald E., 1993, « Browsing : A multidimensional framework », Annual Review of Information Science and Technology, vol. 28, p. 231-276.

Chartron Ghislaine, « Acteurs du « marché » de l’article scientifique, impacts du numérique » [en ligne] [consulté le 18/07/08]. Disponible sur : http://archivesic.ccsd.cnrs.fr/docs/00/06/27/10/PDF/sic_00001687.pdf

Derfoufi Ilham, 2005, « Les revues pour la recherche en Éducation : état des lieux et engagement numérique », Perspectives Documentaires en Éducation, no 62, p. 31-43.

Fry J., 2006, « Scholarly research and information practices : a domain analytic approach », Information Processing & Management, vol. 42, p. 299-316.

Kling Rob, Mckim Geoffrey, 1999, « Not just a matter of Time : field differences and the shaping of Electronic Media in supporting scientific communication » [en ligne], Journal of the American Society for Information Science, vol. 51, no 1 [consulté le 8/02/08]. Disponible sur : http://xxx.lanl.gov/ftp/cs/papers/9909/9909008.pdf

Le Coadic Yves-François, 2004, Usages et Usagers de l’information, Paris, ADBS, A. Colin (nouvelle édition), 127 p.

Mialaret Gaston, 2004, Méthodes de recherche en sciences de l’éducation, Paris, Presses Universitaires de France, 127 p.

Salaün Jean-Michel, 2004, « Libre accès aux ressources scientifiques et place des bibliothèques », Bulletin des Bibliothèques de France, no 6, p. 20-30.

Talja Sanna, Maula Hanni, 2003, « Reasons for the use and non-use of electronic journals and databases : A domain analytic study in four scholarly disciplines », Journal of Documentation, vol. 59, no 6, p. 673-691.

Walsh John P., Bayma Todd 1996, « Computer networks and scientific work », Social Studies of Science, vol. 26, p. 661-703.

Whitley Richard, 2000, The Intellectual and Social Organization of the Sciences, Oxford, Oxford University Press (Second Edition), 319 p.

Notes

1 Rapport publié en 2001 pour le ministère de l’Éducation nationale.

2 A. Prost est historien et spécialiste des questions d’éducation.

3 J.-M. Salaün, 2004, « Libre accès aux ressources scientifiques et place des bibliothèques », Bulletin des Bibliothèques de France, no 6.

4 Les bibliothèques de l’INRP et de l’université Lyon 2.

5 Les bibliothèques de l’Institute of Education (IOE) de l’Université de Londres et des Educational Studies de l’Université d’Oxford ainsi que la Education Library de l’Université de Bristol.

6 Établie dans le cadre d’une enquête faite à la demande du ministère de la Recherche et visant à élaborer des instruments de mesure de la production scientifique en SHS.

7 http://www.eric.ed.gov/ERICWebPortal/resources/html/about/collection_development_process.html

8 http://vnweb.hwwilsonweb.com/hww/Journals/

9 I. Derfoufi, 2005, « L’information scientifique pour la recherche en Éducation : État des lieux et engagement numérique », Perspectives Documentaires en Éducation, no 62, p. 31-43.

10 Ibid., p. 209.

11 Voir bibliographie.

12 I. Derfoufi, op. cit., p. 216.

13 S. Talja, H. Maula, « Reasons for the use and non-use of electronic journals and databases : A domain analytic study in four scholarly disciplines ».

Table des illustrations

Titre Graphique 1 – Répartition comparée des éditeurs-diffuseurs
Légende Source : I. Derfoufi, L’information scientifique pour la recherche en Éducation : analyse comparée de l’offre et des usages entre la France et le RU, Thèse de doctorat, p. 82-84.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/5778/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Graphique 2 – Répartition des revues selon leur support de diffusion
Légende Source : I. Derfoufi, L’information scientifique pour la recherche en Éducation : analyse comparée de l’offre et des usages entre la France et le RU, Thèse de doctorat, p. 82-84.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/5778/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
Titre Graphique 3 – Usage de la documentation électronique
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/5778/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 171k
Titre Graphique 4 – Motifs de non-usage des ressources
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/5778/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 195k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540