Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Stratégies du changement dans les systèmes et les territoires

 | 
Lise Viera
, 
Nathalie Pinède

Axe 4. Mutations des logiques éditoriales

Les bibliothèques universitaires syriennes entre pratiques traditionnelles et numériques

Abir Alassaf et Mohamed Hassoun

Texte intégral

1. Introduction

1L’émergence des nouvelles technologies et particulièrement d’Internet a bouleversé les pratiques informationnelles quotidiennes des universitaires et par conséquent leurs besoins. Ce thème a fait, depuis de nombreuses années, l’objet d’une longue série d’articles et de débats réalisés aussi bien par les chercheurs que par les professionnels de l’information. Ces productions scientifiques, en revanche, ont été publiées, dans leur majorité, dans des pays où les ressources électroniques telles que les thèses, les archives ouvertes et les revues électroniques sont accessibles en ligne et en constante augmentation au sein des bibliothèques universitaires.

  • 1 A. Beldiman Moore, Enquête sur les pratiques et les attentes des lecteurs de la bibliothèque de Sc (...)
  • 2 B. Macé, Pratiques et usages des ressources éditoriales numériques par les étudiants de niveau L, (...)
  • 3 I. Derfoufi, Information scientifique pour la recherche en Éducation : Analyse comparée de l’offre (...)
  • 4 http://pratiquesnum.enssib.fr [consulté le 28 septembre 2009]
  • 5 École Nationale Supérieure en Sciences de l’Information et des Bibliothèques.

2Parmi les travaux français les plus récents sur ce sujet, il convient de citer l’étude effectuée par la bibliothèque de Sciences Po1 en janvier 2008 qui avait pour objet la comparaison dans le temps des pratiques et des attentes des lecteurs étudiées en 2005, le mémoire de recherche de Benjamin Macé2 en 2009 sur les pratiques et l’usage des livres électroniques par les étudiants de premier cycle, la thèse3 de Ilham Derfoufi, soutenue en juin 2009, qui fait une analyse comparative des pratiques numériques des chercheurs en éducation entre la France et le Royaume-Uni, enfin la journée d’études4 organisée le 2 juillet 2009 à l’ENSSIB5 sur le thème Diversité des pratiques documentaires numériques dans les champs scientifiques. Il paraît donc inutile, voire redondant, de revenir sur ces pratiques et ces besoins largement évoqués ailleurs. Nous allons, en revanche, utiliser quelques résultats d’études françaises qui feront l’objet de comparaison avec nos données.

  • 6 Nous avons choisi la France comme exemple.

3Le discours sur les pratiques et les besoins des universitaires à l’ère du numérique dans les pays développés6 ne semble pas jusqu’à aujourd’hui avoir été bien avancé dans la littérature du monde arabe. L’objectif que nous visons dans cette intervention est de contribuer, à travers une enquête quantitative par questionnaire, à réouvrir le débat sur ce thème mais dans un des pays en voie de développement, où les ressources électroniques sont encore faiblement disponibles en ligne et au sein de ses bibliothèques universitaires, à savoir la Syrie.

2. Contexte du travail

4Afin de lever toute ambiguïté et de faciliter ainsi la compréhension des résultats obtenus lors de notre étude de terrain, il est apparu indispensable de commencer d’abord par une courte présentation de l’évolution du système de l’enseignement supérieur en Syrie et de l’état actuel de ses bibliothèques.

5En Syrie, l’enseignement supérieur, sous tutelle du ministère de l’Enseignement supérieur (MES), est de droit pour tous les porteurs d’un baccalauréat en fonction de leur mérite. Il est en évolution permanente notamment depuis l’année 2000. Parmi les repères de développement, nous citerons :

  1. le nombre d’établissements d’enseignement supérieur qui est en croissance permanente7. Nous comptons aujourd’hui cinq universités d’État8, une université virtuelle9, quatorze universités privées10 et 191 instituts moyens (Bac + 2), dont 35 placés sous la tutelle du MES et les autres (soit 156) sous tutelles de différents ministères ;
  2. le nombre d’étudiants inscrits dans l’enseignement supérieur qui augmente. Par exemple, les établissements du secteur public accueillent aujourd’hui plus de 500 000 étudiants, soit deux fois plus qu’en 198011 (sans compter les enseignants) ;
  3. la mise en place de nouveaux modes d’enseignement12. En plus de l’enseignement général, les universités du secteur public proposent parallèlement deux autres modes : l’enseignement ouvert13 depuis 2001 et l’enseignement parallèle14 depuis 2002. Sans oublier qu’il y a aussi l’enseignement à distance de l’Université virtuelle syrienne et l’enseignement privé dans les universités privées ;
  4. l’ouverture de plus en plus de filières d’études supérieures. Par exemple, le Département des Sciences de l’Information et des Bibliothèques de l’Université de Damas propose des études supérieures (Master et Doctorat) depuis l’année universitaire 2008-2009 ;
  5. l’intégration des nouvelles technologies. Toute université possède actuellement son propre site web. Ainsi, l’accès à Internet est accessible sur le campus de plusieurs établissements. Plusieurs projets d’automatisation sont en cours de réalisation. Les forums de discussions comme moyen de communication sont désormais connus et utilisés entre les universitaires. Parmi ces forums, nous citons deux exemples : celui des universitaires de médecine dentaire (http://www.studentals.net/stu/cmps_index.php) et celui des universitaires de Sciences de l’Information et des Bibliothèques (http://maktabat-sy.net) ;
  6. l’arrivée de ressources électroniques. Il est bon de savoir que l’offre éditoriale numérique proposée au sein des établissements d’enseignement supérieur se caractérise par une forte présence de ressources anglo-saxonnes. En fait, les universités ou leurs bibliothèques offrent un accès aux différents genres de ressources : périodiques électroniques, bases de données, archives ouvertes et bibliothèques numériques, etc. Parmi ces ressources éditoriales numériques, nous citons : Science Directe, arXiv.org, Directory of open access journals, Library of Congress et Springer.

6Quant aux bibliothèques universitaires syriennes, elles se diversifient en termes de ressources et en termes de services d’une université à l’autre. Certaines sont traditionnelles, les universitaires s’y déplacent pour pouvoir bénéficier des ressources imprimées et des services disponibles sur place, dans des horaires d’ouverture limitées. D’autres sont informatisées (logiciel NewGenLib ou Horizon) et proposent une offre imprimée et/ou numérique sur place et/ou à distance. L’Université Virtuelle Syrienne, un cas exceptionnel, ne propose qu’une bibliothèque électronique à ses étudiants et enseignants.

7Ainsi, en Syrie, se juxtaposent deux mouvements distincts mais complémentaires qui bouleversent les pratiques informationnelles du public universitaire et leurs besoins. Le premier est celui du développement continu du système de l’enseignement supérieur. Le mode d’enseignement ouvert, à titre d’exemple, a créé chez les universitaires d’autres exigences : ils demandent l’extension des horaires d’ouverture des BU. Le deuxième mouvement concerne l’intégration de nouvelles technologies et l’accès à la documentation numérique librement accessible sur Internet et/ou offerte sur abonnement à l’université. Les universitaires, par exemple, recourent de plus en plus à Internet pour réaliser leurs travaux de recherche et souhaitent désormais bénéficier de services à distance.

3. Méthodologie

  • 15 Nous avons mené également une enquête qualitative à l’aide des entretiens semi-directifs auprès de (...)

8L’enquête, en cours, dont nous publions ici les premiers résultats partiels, avait pour objectif principal de rénover la qualité de l’offre de services proposée au sein des bibliothèques universitaires syriennes. Il s’agit d’une enquête quantitative15 par questionnaire, réalisée en préparation de notre thèse de doctorat, étudiant les pratiques informationnelles des universitaires et leurs nouveaux besoins à l’ère du numérique.

  • 16 La sélection de ces cinq universités s’est faite à partir de la liste exclusive des universités sy (...)
  • 17 httpp://www.damasuniv.shern.net [Consulté le 7 juillet 2009]
  • 18 http://www.svuonline.org/isis_beta/index.php [Consulté le 7 juillet 2009]
  • 19 http://www.uok.edu.sy [Consulté le 7 juillet 2009]
  • 20 http://www.aiu.edu.sy [Consulté le 7 juillet 2009]
  • 21 http://www.iust.edu.sy [Consulté le 7 juillet 2009]

9Cette enquête s’est déroulée en Syrie, plus spécifiquement à Damas et sa périphérie, sur une période allant de mi-mars au 30 avril 2009, dans cinq universités16. L’échantillon d’universités sélectionnées se composait d’une université d’État (Université de Damas17), d’une université virtuelle (Université Virtuelle Syrienne18) ainsi que de trois universités privées (Université de Qalamoun19, Université Arabe Internationale20, et Université Internationale des Sciences et Technologies21).

10Nous avons essayé, par ailleurs, au cours de l’administration de notre enquête, de toucher un échantillon représentatif du public universitaire syrien. En conséquence, nous avons pu réunir, d’une manière aléatoire, 428 universitaires en sciences exactes et en sciences humaines et sociales, dont 68 enseignants de différents statuts et 360 étudiants de différents cycles et types d’enseignement.

11Il est bon de souligner aussi que deux questionnaires suivant la même structure ont été élaborés. Le premier s’adressait aux étudiants, le second aux enseignants-chercheurs. La rédaction de ces questionnaires a été faite en langue arabe. Les résultats de l’enquête ont, par la suite, été traduits en français pour faciliter la phase du traitement avec le logiciel Sphinx.

12Notre problématique, pour refléter les pratiques et les besoins des universitaires syriens à l’ère du numérique, se limite, dans le cadre de cette publication, aux questions suivantes :

  1. L’utilisation de nouvelles technologies entraîne-t-elle une diminution de la fréquentation des bibliothèques universitaires syriennes ?
  2. Comment les universitaires syriens échangent-ils entre eux à l’ère des nouvelles technologies ?
  3. De quels produits et services les universitaires syriens souhaiteraient-ils bénéficier au sein d’une bibliothèque universitaire ?

13Nous accompagnerons l’analyse des résultats de notre enquête par une brève présentation de ce qui se passe en France et dans quelques pays du monde arabe, ceci afin de faire un parallèle entre l’évolution des pratiques et des besoins sous l’impulsion du numérique dans les pays développés et les pays en voie de développement.

4. Résultats de l’enquête et discussion

Impact du numérique sur la fréquentation

  • 22 I. Charaf, « Automatisation des bibliothèques universitaires en Syrie : présentation du projet SYR (...)

14Dans un article de poster, paru récemment (juin 2009) et publié dans les actes du 7e colloque international du chapitre français de l’ISKO, nous pouvons lire qu’en Syrie, « il est probable qu’un grand nombre d’étudiants obtiennent leur diplôme universitaire sans avoir mis les pieds dans une bibliothèque22 ». Néanmoins, les résultats obtenus grâce à notre étude de terrain réfutent cette opinion et prouvent que les étudiants syriens fréquentent, en majorité, leurs bibliothèques universitaires. En effet, 226 étudiants, parmi les 360 interrogés, affirment avoir fréquenté ce genre de bibliothèques (tableau 1). Cela signifie, en d’autres termes, que la bibliothèque universitaire syrienne est fréquentée par près de 6 étudiants sur 10.

Tableau 1 – Étudiants fréquentants et non fréquentants

Fréquentez-vous les BU ?

Nombre

Pourcentage

Fréquentants

226

62,8 %

Non-fréquentants

134

37,2 %

TOTAL

360

100 %

15Comparée aux étudiants qui fréquentent leur BU, la population des non-fréquentants, seulement 37,2 % des étudiants interrogés, est plus masculine : 42,1 % des hommes déclarent ne pas avoir fréquenté les BU.

  • 23 G. Boisard, « Les publics de bibliothèque d’enseignement supérieur en France », p. 313.

16Cette population se caractérise également par une forte présence d’étudiants en première année de licence (56 % des étudiants en L1 ne se rendent pas en BU). Ce résultat conforte celui obtenu, en janvier 1993, par l’enquête SCP Communication réalisée pour le journal Le Monde : « Plus on avance dans ses études et plus on fréquente les bibliothèques23 ».

17Quant aux disciplines, il ressort que les étudiants en génie civil (75 % d’entre eux) et en droit (69 %) fréquentent beaucoup moins les bibliothèques universitaires.

18Sur les cinq universités sélectionnées, il est apparu que les étudiants de l’Université Virtuelle Syrienne et de l’enseignement à distance sont les moins assidus des BU. 82 % entre eux ne s’y rendent pas. Ce résultat n’est pas surprenant, puisque l’enseignement virtuel n’incite pas habituellement ses étudiants à fréquenter les bibliothèques et ne leur offre pas une bibliothèque universitaire physique pour qu’ils puissent la fréquenter.

  • 24 http://www.alassad-library.gov.sy/eindex.html (Consulté le 7 juillet 2009).

19La concurrence d’Internet comme source d’information se place en tête des raisons citées par ces étudiants pour justifier leur non-fréquentation des BU. 23,3 % des non-fréquentants utilisent l’Internet au lieu d’aller à la bibliothèque universitaire. Cela est en partie lié à l’équipement informatique à domicile : 43,9 % des non-fréquentants se connectent à Internet de chez eux. Il est bon de souligner d’ailleurs que 23,3 % des étudiants non fréquentants vont dans d’autres types de bibliothèques, notamment à la Bibliothèque nationale Al-Assad24.

20La méthode d’enseignement est la seconde raison pour ne pas fréquenter les BU. 20,8 % des étudiants non fréquentants citent qu’ils ne ressentent pas la nécessité d’y aller. Trois facteurs peuvent expliquer ce résultat :

  1. l’absence de la prescription enseignante : 69,4 % des non-fréquentants affirment que les enseignants ne les ont jamais incités à fréquenter les BU. De même, diverses études d’usage ont mis en évidence « une forte corrélation entre la fréquence d’utilisation de la bibliothèque et la méthode d’enseignement suivie par le professeur. Ainsi, cette fréquence tend à augmenter lorsque le professeur demande à ses étudiants de faire des lecteurs et des recherches dans la bibliothèque. En revanche, elle tend à baisser dans le cas contraire25 » ;
  2. les types de ressources utilisées : les non-fréquentants (du L1 au M2) se basent essentiellement sur les polycopiés distribués par leurs enseignants et sur les livres universitaires achetés au début de chaque année universitaire pour réussir leur examen ;
  3. l’absence de recherche : 41,2 % des non-fréquentants, toutes disciplines confondues, ne réalisent pas de travaux de recherche au cours de leur scolarité.

21Les enseignants syriens, quant à eux, fréquentent aussi dans leur majorité les BU : 49 enseignants soit 72,1 % des personnes interrogées vont à leur bibliothèque universitaire (Tableau 2).

Tableau 2 – Enseignants fréquentants et non fréquentants

Fréquentez-vous les BU ?

Nombre

Pourcentage

Fréquentants

49

72,1 %

Non-fréquentants

19

27,9 %

TOTAL

68

100 %

22Quant aux enseignants non fréquentants des BU, qui représentent 27,9 % de la population étudiée, ils se caractérisent par la présence féminine : 45,5 % des femmes ne fréquentent pas les BU.

23Les non-fréquentants sont situés en majorité (soit 40,7 %) dans la tranche d’âge allant de 40 à 49 ans.

24Ainsi, le statut le plus typique dans cette population est celui de l’enseignant vacataire : 66,7 % d’entre eux ne se rendent pas à la BU.

25D’autre part, la fréquentation de la bibliothèque universitaire est peu importante pour les enseignants en génie informatique : 72,7 % d’entre eux ne fréquentent pas les BU. Cela peut être expliqué par la nature de leur domaine d’enseignement et de recherche.

26En outre, la plupart des enseignants rattachés à l’Université Virtuelle Syrienne ne fréquentent pas non plus les BU (70 % parmi eux). Leur faible fréquentation est liée à la méthode d’enseignement suivie.

27À la question « Pourquoi ne fréquentez-vous pas les BU ? », les enseignants non fréquentants citent plusieurs raisons freinant la fréquentation. L’Internet comme source primordiale de l’information est là aussi en tête (36,6 %). Vient ensuite la fréquentation des autres bibliothèques (24,4 %). Il s’agit en majorité de la Bibliothèque nationale AL-ASSAD. Puis 14,6 % évoquent la pauvreté du fonds documentaire. Ensuite, 7,3 % citent le manque d’équipements informatiques. Et aussi 7,3 % évoquent le manque du temps. Enfin, seuls 4,9 % des enseignants interrogés ne se déplacent pas parce qu’ils peuvent accéder à distance au fonds numérique proposé par les BU et/ou l’université.

  • 26 N. Alhamoud, B. Alkhatib, « Rôle de la Bibliothèque de la Faculté d’Éducation Principale dans l’in (...)

28Comparée aux données obtenues dans d’autres pays du monde arabe sur la faible fréquentation des BU, nous retrouvons presque les mêmes résultats. Par exemple, une étude26 quantitative par questionnaire a été conduite à Kuwait, en 2007, auprès de 676 universitaires (soit 50 enseignants et 626 étudiants) de la Faculté de l’Éducation Principale. Cette étude a montré que 12 % de la population étudiée ne fréquentent pas la bibliothèque universitaire. L’explication de cette faible fréquentation la plus souvent donnée était celle de l’utilisation d’Internet pour la réalisation de leurs travaux de recherches (84 % des universitaires affirment que l’utilisation d’Internet entraîne une baisse de leur fréquentation de la bibliothèque). Les autres motifs les plus souvent cités également concernaient les services proposés par la bibliothèque. Citons à titre d’exemple : horaires d’ouverture insuffisants (62 %), pauvreté du fonds documentaire (54 %), éloignement de la bibliothèque (41 %). En outre, pour 56 % des universitaires, la méthode d’enseignement ne les incite pas à s’y rendre.

  • 27 MV2 Conseil, Enquête auprès des usagers de la bibliothèque universitaire de Paris 8 : pratiques, o (...)

29Les motifs de la non-fréquentation de la bibliothèque universitaire ont été aussi étudiés et discutés en France mais avec d’autres résultats. Par exemple, l’enquête27 menée, en 2006, par la société MV2 Conseil auprès des étudiants de l’Université de Paris 8, a fait apparaître que seul 5 % des non-fréquentants, qui représentent 14 % de la population d’étude, ont cité l’Internet comme un motif de la non-fréquentation. Les non-fréquentants expliquent d’ailleurs leur absence de visite par l’absence de temps (31 %), de besoin (20 %) ou de motivation (11 %).

  • 28 Unité de Formation et de Recherche
  • 29 E. Fraisse, D. Renoult, « Les enseignants du supérieur et leurs bibliothèques universitaires : à p (...)

30Au contraire, les enseignants français, toutes disciplines confondues, fréquentent peu la bibliothèque universitaire. Ils ont tendance à fréquenter les bibliothèques d’UFR28, d’institut ou de laboratoire pour avancer dans leurs recherches, et à utiliser leur bibliothèque personnelle pour préparer leurs cours. Ce résultat a été atteint à travers une enquête29 conduite en 1993 auprès de 993 enseignants de différentes disciplines et statuts.

  • 30 C. Montalescot, La Communication entre un SCD et les enseignants-chercheurs au sein de l’universit (...)

31L’étude en 2003 de Clémence Montalescot30 auprès des enseignants en sciences humaines et sociales de l’Université de Lyon III confirme le résultat précédent. Elle montre que peu d’enseignants en SHS fréquentent les BU. Ils trouvent souvent leur documentation ailleurs. Ils préfèrent travailler chez eux et recourent à Internet, aux revues auxquelles ils sont abonnés et à leur bibliothèque personnelle.

Impact du numérique sur l’échange31

  • 31 Le terme « échange » se limite ici à l’utilisation d’un outil informel de communication : la messa (...)

32L’évolution informatique, notamment les réseaux Internet, a modifié en profondeur les pratiques d’échange et de partage d’informations entre universitaires. Ils peuvent désormais communiquer entre eux, d’une manière aussi facile que rapide, avec leurs collègues, surtout ceux de l’étranger.

  • 32 A. Melot, « Quelques réflexions sur l’évolution de l’offre éditoriale et des pratiques information (...)

33Diverses études ont fait la preuve de cette allégation. Nous citons, à titre d’exemple, celle qui a été menée en France, fin 2000, auprès des enseignants et des doctorants du groupe HEC32. Cette enquête a révélé que la messagerie électronique est le moyen le plus utilisé par les chercheurs interrogés pour partager la rédaction d’un papier de recherche.

  • 33 L. Ouahmed, Réseaux d’information et mutualisation des ressources : quelles stratégies pour l’Algé (...)
  • 34 Réseau algérien de la documentation agricole.

34Ce résultat peut être comparable à celui des pays du Maghreb. Par exemple, l’enquête de Lamia Ouahmed33 publiées en juillet 2008 et conduite auprès de 103 chercheurs et enseignants-chercheurs algériens du réseau RADA34 a démontré que 96,1 % communiquent entre eux via la messagerie électronique. Parmi eux, certains transmettent également l’information de manière traditionnelle en faisant circuler le document papier (83,5 %).

  • 35 A. Ben Alsabti, L’Échange électronique des informations entre les enseignants-chercheurs de l’Univ (...)

35Une autre étude algérienne35 effectuée auprès de 160 enseignants de l’Université de Mentouri Constantine révèle l’attachement des enseignants aux moyens traditionnels d’échange (23,75 %). Seuls 2,5 % ne communiquent que grâce aux moyens électroniques d’échange et de communication. Mais plus de la moitié des enseignants (soit 60,62 %) utilisent les deux moyens. Il est apparu aussi que la messagerie électronique est le moyen électronique le plus utilisé par les enseignants interrogés (cité par 65 % entre eux).

36Les résultats obtenus par notre enquête montrent que la majorité des étudiants syriens communiquent encore entre eux de manière traditionnelle. En fait, 47,7 % des étudiants déclarent qu’ils communiquent l’information en faisant circuler les documents sous forme papier. Le second moyen de communication utilisé est la messagerie électronique (27,4 %). C’est le moyen électronique le plus utilisé par les étudiants pour partager la réalisation de leurs travaux de recherche avec leurs collègues (47,7 %) et/ou avec leurs enseignants (16,6 %). Il ressort, par ailleurs, que l’utilisation de la messagerie électronique est très courante parmi les étudiants inscrits à l’Université Virtuelle Syrienne ainsi que parmi les étudiants en études supérieures (doctorants).

37Quant aux enseignants, les résultats de l’enquête ont fait apparaître qu’ils s’attachent encore aux moyens traditionnels de partage (37,5 %). Mais 43,3 % des enseignants syriens échangent aussi les informations entre eux en utilisant la messagerie électronique. En effet, ils utilisent la messagerie électronique pour partager le document en texte intégral, les adresses URL, ou les commentaires scientifiques pour avancer dans la recherche. Il est apparu ainsi que l’utilisation de la messagerie est marquée par une forte présence d’enseignants de la tranche d’âge de 40 à 49 ans.

Impact du numérique sur les besoins

38S’agissant de leurs besoins à l’ère de nouvelles technologies, l’analyse des résultats de l’enquête a fait apparaître que la plupart des étudiants et des enseignants syriens souhaitent que leurs BU se développent dans un environnement hybride, dans lequel le fonds documentaire imprimé gardera une place importante, mais où l’accent sera mis en priorité sur le fonds documentaire électronique et sur les services à distance (graphiques 1 et 2).

Graphiques 1 et 2 – Attentes des étudiants

Graphiques 1 et 2 – Attentes des étudiants

39En termes de ressources électroniques, les étudiants espèrent d’abord, avant tout, que les BU leur proposent une sélection de ressources accessibles gratuitement sur Internet. Cela peut être expliqué par leur difficulté à identifier les ressources utiles et fiables dans leurs domaines. En effet, ils sont nombreux à souhaiter suivre une formation à la recherche sur Internet, hormis ceux de l’enseignement à distance.

  • 36 N. Alhamoud et B. Alkhatib, op. cit., p. 34.

40Les enseignants, par ailleurs, souhaitent tout d’abord avoir un accès aux ressources électroniques en langue étrangère. Leur suggestion peut être argumentée d’une part, par la pauvreté du fonds documentaire numérique accessible sur abonnement à l’Université et d’autre part, par la pauvreté de la publication électroniques en langue arabe. Il est bon de souligner d’ailleurs ici que les publications en langue arabe ne représentent que 1,1 % des publications au niveau mondial36.

41En termes de services électroniques, les données de l’enquête montrent que les étudiants et les enseignants attendent un accès aussi facile que rapide à l’information dont ils ont besoin en texte intégral. Ils souhaitent, par exemple, rechercher l’information via un catalogue collectif entre universités, qui leur permette d’identifier, localiser et accéder facilement à l’information nécessaire.

  • 37 L. Ouahmed, op. cit., p. 124.

42Dans son enquête, Lamia Ouahmed37 a démontré que les universitaires algériens souhaitent que les nouvelles technologies soient intégrées dans leurs bibliothèques. Leurs attentes principales concernent d’abord l’accès aux informations numériques fiables (98,1 %), puis l’accès au texte intégral (97,1 %) et enfin l’accès à un catalogue en ligne (96,1 %). La formation aux TIC a été aussi citée. 93,2 % déclarent souhaiter suivre ce genre de formation qui leur permet d’accéder facilement à la connaissance.

  • 38 F. Saeed Bamfleh, « L’usage des bases de données électroniques par les enseignants de l’Université (...)

43D’après l’étude38 réalisée à l’Université d’Om AL-QORA en Arabie Saoudite, les principales attentes des enseignants concernaient l’accès à distance aux bases de données électroniques et le souhait de suivre une formation leur facilitant l’utilisation des documents électroniques.

  • 39 A. Melot, op. cit., p. 209.

44Quant aux attentes numériques des universitaires français, elles concernent essentiellement l’accès à distance à l’information complète en texte intégral39.

5. Conclusion

45À notre connaissance, très peu d’études ont été consacrées aux nouvelles attitudes et exigences des universitaires syriens. Les résultats obtenus lors de notre enquête ont montré que l’évolution informatique et celle du système d’enseignement supérieur ont créé chez eux d’autres pratiques et d’autres besoins, auxquels devront certainement faire face les bibliothèques universitaires dans un avenir proche pour répondre aux besoins de fréquentants et de non-fréquentants.

46L’Internet est apparu en Syrie comme la raison primordiale, commune aux étudiants et aux enseignants, de ne pas fréquenter les bibliothèques universitaires, mais n’est pas la seule. L’explication de la non-fréquentation s’appuyait aussi sur une causalité interne et une causalité externe. La première est liée à l’offre de service proposée au sein des BU tandis que la seconde est liée aux caractéristiques sociologiques des universitaires.

47La messagerie électronique est aussi bien utilisée en Syrie que dans les autres pays développés ou en développement. Cela peut être expliqué par les avantages qu’elle propose : la facilité d’utilisation, le faible coût, la rapidité d’échange, etc.

48Les universitaires syriens attendent des TIC une amélioration dans l’offre de services des BU. Ils voudraient surtout bénéficier d’une bibliothèque universitaire hybride dans laquelle coexisterait les ressources documentaires sur support imprimé et électronique et les services sur place et à distance.

Bibliographie

Références bibliographiques

Alhamoud Nahlaa, Alkhatib Bashaer, 2008, « Rôle de la Bibliothèque de la Faculté d’Éducation Principale dans l’incitation à la lecture », Revue arabe d’archives de documentation et d’information, vol. 12, no 23-24, p. 25-53.

Beldiman Moore Anita, 2008, Enquête sur les pratiques et les attentes des lecteurs de la bibliothèque de Sciences Po [en ligne], Paris, Bibliothèque de l’institut des Sciences Politiques de Paris, janvier [Consulté le 02 mars 2009]. Disponible sur : http://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/document-1724

Ben Alsabti Abdelmalek, L’Échange électronique des informations entre les enseignants-chercheurs de l’Université de Mentouri Constantine, [en ligne], Disponible sur : http://www.arabcin.net/arabiaall/1-2003/4.html. (Consulté le 27 août 2009) (En langue arabe)

Boisard Geneviève, 1995, « Les publics de bibliothèque d’enseignement supérieur en France », in Calenge Bertrand, Delorme Silvie, Salaün Jean-Michel et al. (coord.), Diriger une bibliothèque d’enseignement supérieur, Québec, Presses de l’Université du Québec, p. 311-320.

Bouazza Abdelmajid, 1995, « Essai de typologie pour les utilisateurs des bibliothèques d’enseignement supérieur », in Calenge Bertrand, Delorme Silvie, Salaün Jean-Michel et al. (coord.), Diriger une bibliothèque d’enseignement supérieur, Québec, Presses de l’Université du Québec, p. 321-330.

Charaf Inaam, 2009, « Automatisation des bibliothèques universitaires en Syrie : présentation du projet SYReLIB », Actes du 7e colloque international du chapitre Français de l’ISKO, Lyon, 24-26 juin 2009, Lyon, Université Jean-Moulin Lyon 3, p. 369-372.

Fraisse Emmanuel, Renoult Daniel, 1994, « Les enseignants du supérieur et leurs bibliothèques universitaires : à propos d’un sondage récent », Bulletin des Bibliothèques de France, vol. 39, no 4, p. 18-25.

Derfoufi Ilham, 2009, Information scientifique pour la recherche en Éducation : Analyse comparée de l’offre et des usages entre la France et le Royaume-Uni, thèse de doctorat en sciences de l’information et de la communication, Lyon, Université Lyon 1, 325 p.

Macé Benjamin, 2009, Pratiques et usages des ressources éditoriales numériques par les étudiants de niveau, Mémoire de recherche, Diplôme de conservateur de bibliothèque, Lyon, ENSSIB, 55 p.

Melot Agnès, 2002, « Quelques réflexions sur l’évolution de l’offre éditoriale et des pratiques informationnelles des chercheurs dans une école de commerce : le Groupe HEC », in Chartron Ghislaine (dir.), Gallezot Gabriel, Mahé Annaïg, Melot Agnès et al. (collab.), Les Chercheurs et la Documentation numérique : nouveaux services et usages, Paris, Electre-Éditions du Cercle de la Librairie, p. 207-210.

Ministère des Affaires étrangères et européennes, Ambassade de France en Syrie, Fiche Syrie [en ligne], 4 p., [Consulté le 7 juillet 2009]. Disponible sur : http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/IMG/pdf/Fiche_Syrie_2007.pdf

Montalescot Clémence, 2003, La Communication entre un SCD et les enseignants-chercheurs au sein de l’université : l’exemple du service commun de la documentation de l’université Lyon 3 Jean Moulin, Mémoire d’étude, Diplôme de conservateur de bibliothèque, Villeurbanne, ENSSIB, p. 107.

Mv2 Conseil, 2007, Enquête auprès des usagers de la bibliothèque universitaire de Paris 8 : pratiques, opinions et satisfaction [en ligne], Paris, Université Paris 8-Vincennes-Saint-Denis, [Consulté le 21 janvier 2009]. Disponible sur : http://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/document-1163.

Ouahmed Lamia, 2008, Réseaux d’information et mutualisation des ressources : quelles stratégies pour l’Algérie à l’ère du numérique ? Cas du Réseau Algérien de la Documentation Agricole RADA, mémoire de magister, Algérie, Institut National d’Informatique, p. 161.

Saeed Bamfleh Fatine, 2004, « L’usage des bases de données électroniques par les enseignants de l’Université d’Om AL-QORA », Revue arabe d’archives de documentation et d’information, vol. 8, no 15-16, p. 9-41.

Site du ministère de l’Enseignement Supérieur en Syrie. Disponible sur : http://www.mhe.gov.sy [Consulté le 7 juillet 2009]

Notes

1 A. Beldiman Moore, Enquête sur les pratiques et les attentes des lecteurs de la bibliothèque de Sciences Po, p. 4.

2 B. Macé, Pratiques et usages des ressources éditoriales numériques par les étudiants de niveau L, p. 10.

3 I. Derfoufi, Information scientifique pour la recherche en Éducation : Analyse comparée de l’offre et des usages entre la France et le Royaume-Uni.

4 http://pratiquesnum.enssib.fr [consulté le 28 septembre 2009]

5 École Nationale Supérieure en Sciences de l’Information et des Bibliothèques.

6 Nous avons choisi la France comme exemple.

7 Le site du ministère de l’Enseignement supérieur http://www.mhe.gov.sy [Consulté le 7 juillet 2009]

8 La dernière université d’État (Université d’Al-Fourate à la ville de Deir-Ezzor) a été inaugurée par le décret no 33 daté du 1er juin 2006.

9 L’Université Virtuelle Syrienne qui a vu le jour en 2 septembre 2002. Disponible sur : http://www.svuonline.org/isis_beta/index.php [Consulté le 7 juillet 2009].

10 L’ouverture d’universités privées est autorisée en Syrie depuis juin 2003.

11 Ministère des Affaires étrangères et européennes, Ambassade de France en Syrie, Fiche Syrie, p. 1.

12 Cinq modes d’enseignement peuvent être distingués dans le secteur d’enseignement supérieur syrien. Ils sont différents dans leurs objectifs, leurs méthodes pédagogiques, etc.

13 La formation continue http://www.ol-dam.net [Consultéle7juillet2009].

14 Formation payante de l’État.

15 Nous avons mené également une enquête qualitative à l’aide des entretiens semi-directifs auprès des directeurs des BU.

16 La sélection de ces cinq universités s’est faite à partir de la liste exclusive des universités syriennes disponibles sur le site du ministère de l’Enseignement supérieur : http://mhe.gov.sy/new [Consulté le 7 juillet 2009]

17 httpp://www.damasuniv.shern.net [Consulté le 7 juillet 2009]

18 http://www.svuonline.org/isis_beta/index.php [Consulté le 7 juillet 2009]

19 http://www.uok.edu.sy [Consulté le 7 juillet 2009]

20 http://www.aiu.edu.sy [Consulté le 7 juillet 2009]

21 http://www.iust.edu.sy [Consulté le 7 juillet 2009]

22 I. Charaf, « Automatisation des bibliothèques universitaires en Syrie : présentation du projet SYReLIB », p. 369.

23 G. Boisard, « Les publics de bibliothèque d’enseignement supérieur en France », p. 313.

24 http://www.alassad-library.gov.sy/eindex.html (Consulté le 7 juillet 2009).

25 A. Bouazza, « Essai de typologie pour les utilisateurs des bibliothèques d’enseignement supérieur », p. 328.

26 N. Alhamoud, B. Alkhatib, « Rôle de la Bibliothèque de la Faculté d’Éducation Principale dans l’incitation à la lecture », p. 38-49.

27 MV2 Conseil, Enquête auprès des usagers de la bibliothèque universitaire de Paris 8 : pratiques, opinions et satisfaction, p. 11.

28 Unité de Formation et de Recherche

29 E. Fraisse, D. Renoult, « Les enseignants du supérieur et leurs bibliothèques universitaires : à propos d’un sondage récent », p. 22.

30 C. Montalescot, La Communication entre un SCD et les enseignants-chercheurs au sein de l’université : l’exemple du service commun de la documentation de l’université Lyon 3 Jean Moulin, p. 40.

31 Le terme « échange » se limite ici à l’utilisation d’un outil informel de communication : la messagerie électronique (e-mail).

32 A. Melot, « Quelques réflexions sur l’évolution de l’offre éditoriale et des pratiques informationnelles des chercheurs dans une école de commerce : le Groupe HEC », p. 207.

33 L. Ouahmed, Réseaux d’information et mutualisation des ressources : quelles stratégies pour l’Algérie à l’ère du numérique ? Cas du Réseau Algérien de la Documentation Agricole RADA, p. 121.

34 Réseau algérien de la documentation agricole.

35 A. Ben Alsabti, L’Échange électronique des informations entre les enseignants-chercheurs de l’Université de Mentouri Constantine, p. 9-14.

36 N. Alhamoud et B. Alkhatib, op. cit., p. 34.

37 L. Ouahmed, op. cit., p. 124.

38 F. Saeed Bamfleh, « L’usage des bases de données électroniques par les enseignants de l’Université d’Om AL-QORA », p. 36.

39 A. Melot, op. cit., p. 209.

Table des illustrations

Titre Graphiques 1 et 2 – Attentes des étudiants
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/5754/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 237k

Auteurs

ENSSIB-ELICO. alassafabir@yahoo.fr

ENSSIB-ELICO. hassoun@enssib.fr

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540