Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Stratégies du changement dans les systèmes et les territoires

 | 
Lise Viera
, 
Nathalie Pinède

Axe 4. Mutations des logiques éditoriales

Sur la question des usages et des usagers des TIC

Aida Fitouri

Entradas de índice

Mots clés :

usage, usager, pratique, TIC, appropriation

Texto completo

Introduction

1Une réflexion sur la question des usages et des usagers constitue une piste à privilégier dans la compréhension des technologies et permet de penser les rapports entre technique et société tout en évitant le piège du déterminisme de l’une ou de l’autre de ces deux instances ici en jeu. Elle permet également de penser les multiples manières pour les groupes sociaux de s’approprier une innovation d’origine technique.

2Notre réflexion s’articulera autour d’un ensemble de questionnements indissociables dont les plus importants sont : quels usagers sont définis ? Comment sont prises en compte les pratiques et les interactions des usagers ? Quelles sont les compétences des usagers et des concepteurs ? Quelles sont les méthodologies employées ? Quels en sont les apports et les limites ? La réponse à ces questionnements implique un éclairage des notions d’« usage » et d’« usager » et une analyse des différentes approches de l’usage et de l’usager.

1. Les usages

  • 1 A. Aakoun, P. Ansart (dir.), 1999, Le Robert de sociologie, Paris, Le Seuil, p. 565.

3La notion d’« usages » suscite de nombreuses acceptions qui sous-entendent des conceptions tout aussi différentes de la « technique » et « du social ». On trouve dans le dictionnaire Robert de sociologie1 deux sens principaux à la notion d’usage. En premier lieu, cette notion renvoie à la « pratique sociale que l’ancienneté ou la fréquence rend normale dans une culture donnée », sens proche donc du terme mœurs, les pratiques étant ici « vécues comme naturelles ». En second lieu, elle renvoie à « l’utilisation d’un objet, naturel ou symbolique, à des fins particulières ». C’est assurément ce deuxième sens qui est utilisé dans la sociologie des usages des technologies.

  • 2 S. Proulx, 2005, « Penser les usages des technologies de l’information et de la communication aujo (...)

4L’un des premiers emplois de la notion d’usage renvoie à la sociologie des médias et provient du courant fonctionnaliste américain des uses and gratifications proche de l’école de Columbia. Dans les décennies 1960 et 1970, les chercheurs ont voulu prendre une distance face à la pensée unitaire dominante décrivant l’action des médias trop exclusivement en termes d’effets (« ce que les médias font aux gens »). Abandonnant ce « média centrisme »2, ils ont orienté les recherches vers les usages (« ce que les gens font avec les médias »). Ils ont postulé que les usagers utilisaient « activement » les médias pour en retirer des satisfactions spécifiques répondant à des besoins psychologiques ou psychosociologiques. Il s’agit ici d’une perspective abusivement fonctionnaliste qui fut d’ailleurs accusée de se réduire à un psychologisme des usages.

  • 3 M. de Certeau, 1980, L’Invention du quotidien, tome I, Arts de faire, Paris, UGE, p. 25.

5En France, dans les années 1980, l’historien et psychanalyste Michel de Certeau3 a reconnu la capacité des individus à l’autonomie et la liberté. Considéré comme un pionnier de l’approche des usagers, sa démarche consiste à s’interroger sur la production quotidienne de la culture pour saisir les mécanismes par lesquels les individus se créent de manière autonome dans leurs pratiques de vie quotidienne tels la consommation, l’habitat ou la lecture. Dans tous les cas, l’usage des médias et des technologies est un espace de créativité culturelle par le biais de « bricolage » avec des marchandises offertes, et par le recours à des « ruses » et des « tactiques » de la part des usagers confrontés à l’univers aliénant de la consommation quotidienne et aux stratégies d’occupation des producteurs.

  • 4 F. Millerand, 1998, « Usage des NTICs : les approches de la diffusion, de l’innovation et de l’app (...)

6En affirmant que les gens ordinaires sont capables de créativité, Michel de Certeau nous invite à nous méfier des études qui s’accommodent d’un unique travail de déconstruction des contenus des messages médiatiques offerts, comme si ces messages n’étaient pas transformés à travers l’acte même de leur consommation. Parmi les conceptions adaptées à notre réflexion, nous citerons celle élaborée par Florence Millerand et qui consiste à définir l’usage comme : « l’utilisation d’un média ou d’une technologie, repérable et analysable à travers des pratiques et des représentations spécifiques, l’usage devient social dès qu’il est possible d’en saisir – parce que stabilisé – les conditions sociales d’émergence et, en retour d’établir les modalités selon lesquelles il participe aux identités sociales des sujets4 ». Selon cette définition, l’usage serait l’utilisation d’un support ou véhicule d’information ou d’un objet technique. On peut donc l’identifier, le voir et le comprendre car une utilisation concrète (pratique) et mentale existe. Mais encore faut-il distinguer entre les notions d’usage (liée à l’utilisation fonctionnelle, singulière de l’objet technique) et des pratiques (notion plus large qui recouvre les grands domaines des activités des individus en société), d’autant plus que, souvent dans la tradition anglo-saxonne, ces deux termes sont employés d’une manière interchangeable.

  • 5 J. Jouët, 1993, « Pratiques de communication et figures de la médiation », Réseaux, no 60, p. 99-1 (...)
  • 6 J. Jouët, décembre 1992, Pratiques de communication et changement social, Habilitation à diriger d (...)

7Dans ce sens Josiane Jouët propose la distinction suivante : « l’usage est plus restrictif et renvoie à la simple utilisation tandis que la pratique est une notion plus élaborée qui recouvre non seulement l’emploi des techniques (usage) mais les comportements, les attitudes, et les représentations des individus qui se rapportent directement ou indirectement à l’outil »5. Ainsi, la notion de pratiques peut être définie comme une notion plus large, qui englobe l’un ou l’autre des grands domaines des activités sociales des individus comme le travail, les loisirs, la consommation, la famille, etc. Josiane Jouët propose par ailleurs d’étudier la pratique à partir de trois dimensions qui constituent cette notion : l’usage, l’expérience communicationnelle et les représentations sociales. Elle souligne que la pratique se situe au carrefour de la technique et du social6.

  • 7 Ibid., p. 31.
  • 8 Ibid., p. 34.

8L’usage se construit dans le temps à travers l’apprentissage et l’appropriation de la technique. Il rentre dans le mode de vie, change le style de vie, la sociabilité, les loisirs, le mode de travail, etc. Il représente la partie la plus visible de la pratique, car « il est un fait social qui se manifeste par des actions concrètes qui se présentent aisément à des observations empiriques7 ». Concernant l’expérience communicationnelle, elle comprendrait, selon l’auteur, la connaissance des codes de la technique, l’acquisition de savoir-faire opérationnels mais également l’élaboration de modes de faire particuliers. Quant aux représentations sociales, elles intègrent « des constructions mentales qui se rattachent d’une part au discours social sur la modernité mais, qui, d’autre, part, se forgent aussi dans l’expérience concrète de l’usage8 ». Enfin, les représentations sociales comportent un ensemble de croyances et de valeurs.

2. Les usagers

  • 9 D. Boullier, 1994, « Construire le téléspectateur : récepteur, consommateur ou citoyen ? », in A. (...)

9En ce qui concerne l’usager, tout comme l’usage, il s’agit d’une notion très vaste et qui peut avoir plusieurs significations (utilisateurs, clients, acteurs, gens, abonnés, lecteurs, spectateurs, téléspectateurs…). Pour mettre de l’ordre dans cette variété de termes, Dominique Boullier9 propose de prendre en compte les compétences selon lesquelles l’usager peut être « déconstruit » en quatre « états » :

  • Il est récepteur lorsque, dans le message, il traite une représentation à travers la médiation du langage ;
  • Il est utilisateur (ou exploitant) lorsque, dans l’ouvrage, il traite son activité à travers la médiation de technique ;
  • Il est usager (au sens strict) lorsque, dans l’usage, il traite son appartenance à travers la médiation de la société ;
  • Il est consommateur ou électeur lorsque, dans le suffrage, il traite son désir à travers la médiation de la norme.
  • 10 M. de Certeau, cité par Ph. Breton, S. Proulx, 2002, L’Explosion de la communication à l’aube du x (...)
  • 11 Dans son ouvrage L’Invention du Quotidien, Michel de Certeau n’emploie jamais l’expression « usage (...)

10Michel de Certeau écrit à ce sujet : « L’analyse des images diffusées par la télévision (des représentations) et des temps passés en stationnement devant le poste (un comportement) doit être complétée par l’étude de ce que le consommateur culturel fabrique pendant ces heures et avec ces images10. » Il définit ainsi l’usager11 comme un consommateur culturel actif qui construit du sens à partir des images qui lui sont offertes par la télévision. Sa définition reconnaît l’autonomie et la participation des usagers dans l’interprétation des messages. La consommation devient, au sens de Michel de Certeau, comme un autre type de production.

  • 12 P. Chambat, « NTIC et représentations des usagers », in A. Vitalis (dir.), 1994, Médias et nouvell (...)
  • 13 J. Jouët, 2000, « Retour critique sur la sociologie des usages », Réseaux, vol. 18, no 100, p. 487 (...)

11Toutefois, l’usager ne peut être considéré comme un simple consommateur. Il est important de noter qu’on ne peut pas assimiler un outil de communication à un bien de consommation. Comme le note Pierre Chambat, la « satisfaction » des usagers s’inscrit dans une longue durée que le marché peut d’autant moins mesurer qu’il s’agit de nouveautés largement méconnues par le public12. Gilles Pronovost précise que la « participation » des acteurs est modulée par une trajectoire à la fois personnelle et sociologique de pratiques qui se sont constituées progressivement et qui sont susceptibles de se modifier ainsi que de se transformer. Les recherches sur les usages rompent ainsi avec le modèle de la consommation. L’usager n’est plus un simple consommateur passif de produits et services qui lui sont offerts, même s’il garde sa qualité d’agent économique : il devient acteur13.

3. Les logiques sociales de la communication

  • 14 B. Miège, 1996, La Société conquise par la communication, tome I, Logiques sociales, Grenoble, PUG (...)

12La notion de logiques sociales constitue un paradigme fort intéressant dès lors qu’elle nous permet de mieux connaître et comprendre les phénomènes sociaux liés à l’usage des techniques de l’information et de la communication. Il n’est peut être pas inutile de préciser, dans ce sens, que le terme « social » revêt un double sens : un sens de sociétal comme fait de société et fait culturel, et un second sens où les pratiques sont celle d’acteurs sociaux dont les stratégies ou les tactiques divergent, s’opposent et rarement concordent, provoquant régulièrement des négociations et des affrontements14.

  • 15 B. Miège, 2004, L’Information-communication, objet de connaissance, Bruxelles, De Boeck, p. 125.

13Le concept de logiques sociales de la communication, développé par Bernard Miège, permet de repérer des logiques transversales et de relier ainsi production et consommation, et même émission et réception en les positionnant par rapport à la communication en train de se faire15. Sous les logiques sociales, on peut comprendre des règles de fonctionnement ayant une suffisante stabilité temporelle et qui aident à comprendre les évolutions conjoncturelles, les mouvements apparaissant comme erratiques et les tactiques des acteurs sociaux concernés.

14Ces logiques sociales de la communication sont :

  • des « mouvements structurants/structurés » qui ont été définis par Pierre Bourdieu comme étant les dispositions intérieures permettant aux forces extérieures de s’exercer mais de manière durable, systématique et non mécanique. Ainsi, les mouvements ne sont pas extérieures aux actions humaines et ne s’imposent pas aux individus et aux catégories ou classes sociales, mais s’inscrivent dans un réseau de contraintes structurelles et de limites qui leur sont assignées ;
  • des mouvements où s’expriment, se déroulent et s’affrontent les stratégies de différentes catégories d’acteurs sociaux ;
  • des mouvements transversaux en double sens : la transversalité relie ce qui va de la production (ou de l’émission) à la consommation (et à la réception) et elle opère d’un champ social à l’autre ;
  • des mouvements participant tous à la communication médiatisée, qui ont des implications variables et qui traversent de plus en plus l’ensemble des activités humaines et sociales ;
  • des mouvements qui s’entrecroisent, se complètent ou entrent en concurrence.
  • 16 Ibid., p. 198.

15L’auteur souligne l’importance de ne pas considérer les logiques sociales de la communication comme fixes et définitives, surtout dans une période d’effervescence comme la période contemporaine, et que c’est autour de ces logiques sociales que « s’enroulent » et se développent les stratégies des acteurs sociaux concernés qui utilisent la phase d’émergence des nouveaux dispositifs. Ils les utilisent pour des raisons différentes : pour occuper ou gagner des positions par exemple ou pour s’affirmer socialement16. Les logiques sociales permettent également de comprendre pourquoi les acteurs sociaux agissent de telle ou de telle manière. Les acteurs sociaux dans leurs actions concrètes ont la possibilité d’aller momentanément, et dans certains cas durablement, à l’encontre des logiques sociales ; des acteurs peuvent refuser d’inscrire leur actions dans le sens de la logique sociale dominante, dans le même temps, ils acceptent les conséquences de la marginalisation ou de la minorisation économique, et sociale.

  • 17 B. Miège, La Société conquise par la communication, tome I, Logiques sociales, op. cit., p. 19.

16Par ailleurs, les logiques sociales qui traversent la communication de part en part ne s’orientent pas dans des directions identiques ; certaines logiques peuvent être en conflit avec d’autres logiques17.

  • 18 Ibid., p. 19.

17Ici, il faut souligner l’importance des techniques de communication dans la société contemporaine et il faut les étudier dans leur contexte historique sur une longue durée, relier les développements de la communication aux mouvements des sociétés, en articulant les niveaux micro et macro-sociaux, temps court et temps long. L’analyse des changements techniques doit être reliée avec des médiations sociales et culturelles. Il faut inscrire les pratiques auxquelles les objets techniques donnent lieu dans des « filiations d’usage » et relier celles-ci avec les pratiques sociales existantes, au travail ou dans la vie privative18.

4. L’appropriation sociale des technologies par les usagers : les grandes approches théoriques

18La notion d’appropriation recouvre toutes les compétences techniques et cognitives chez les individus et les groupes qui manient quotidiennement ces technologies. L’originalité de ce courant réside sans doute dans le fait qu’il étudie la formation des usages à partir du point de vue des usagers. Il nous permet également de mettre en évidence la disparité des usages et des usagers et de montrer la construction sociale des usages, notamment à travers les significations qu’ils revêtent pour les usagers. Comprendre le statut d’une technique, en l’occurrence la technique numérique, revient, en effet, à saisir ce qu’elle représente pour les usagers dès lors que celle-ci vient s’inscrire dans le contexte de la vie quotidienne qui désigne un niveau de réalité (entre autres symbolique) et un système de pratiques.

  • 19 S. Proulx, « Penser les usages des technologies de l’information et de la communication aujourd’hu (...)
  • 20 J. Jouët, « Retour critique sur la sociologie des usages », op. cit.

19La notion d’appropriation remonte par ses origines à une socio-politique des usages dont les travaux se fondent sur les courants de l’autonomie sociale. L’appropriation est un procès à la fois individuel et social19. C’est un procès qui concerne aussi bien la sphère privée que la sphère publique. C’est un axe que l’on retrouve analysé dans sa dimension subjective et collective. L’appropriation est un procès, elle est l’acte de se construire en « soi »20.

  • 21 S. Proulx, « Penser les usages des technologies de l’information et de la communication aujourd’hu (...)
  • 22 Ph. Breton, S. Proulx, L’Explosion de la communication à l’aube du xxie siècle, op. cit., p. 256.

20Serge Proulx en est venu à dégager quatre conditions qui doivent être réunies pour pouvoir parler d’appropriation. Hormis le fait qu’il est nécessaire d’avoir d’abord accès au dispositif technique qui est une condition préalable, quatre conditions sont requises pour que l’appropriation d’une technique s’achève, à savoir : la maîtrise technique et cognitive de l’objet, l’intégration significative et créatrice de l’objet technique dans la pratique quotidienne de l’usager, l’usage répété de cette technologie. Finalement, l’appropriation sociale suppose que les usagers soient adéquatement représentés dans les politiques publiques et en même temps pris en compte dans le processus d’innovation (production industrielle et distribution commerciale)21. Selon Philippe Breton et Serge Proulx, l’appropriation donne des possibilités de détournements, de contournements, de réinventions ou même de participations des usagers à la conception des innovations22.

  • 23 B. Miège, 1997, La Société conquise par la communication, tome II, La Communication entre l’indust (...)

21Bernard Miège23 a retenu, pour faire le point sur les travaux portant sur l’insertion sociale des techniques dans la société et leur appropriation par les usagers, trois modèles : celui de la diffusion représenté par le chercheur américain Everett M. Rogers, celui de la traduction incarné notamment par les Français Michel Callon et Bruno Latour du Centre de sociologie de l’innovation (CSI) et celui de la circulation de Patrice Flichy.

La diffusion ou l’adoption des artefacts techniques

22La première école à étudier les usages est l’approche de la diffusion, qui s’est constituée dans les années 1950. Les travaux qui relèvent de ce type d’approche s’attachent à l’analyse de l’adoption de l’innovation technologique au moment de sa diffusion, sans prêter attention à l’étape de la conception du produit en question. L’adoption est perçue ici comme un processus caractérisé par plusieurs moments depuis la première rencontre de l’usager avec l’innovation, jusqu’à la confirmation ou le rejet de l’adoption. Ce sont les caractéristiques de l’innovation telles qu’elles sont perçues par les individus qui déterminent son taux d’adoption. Cinq attributs caractérisent une innovation : son avantage relatif, sa compatibilité avec les valeurs du groupe d’appartenance, sa complexité, la possibilité de la tester et sa visibilité. Par ailleurs, ces usagers sont classés selon cinq profils types : les innovateurs, les premiers utilisateurs, la première majorité, la seconde majorité et les retardataires. Il s’agit ici de la typologie la plus célèbre des cinq catégories d’adoptants formulée en 1962 par Everett M. Rogers.

23Dans son ouvrage fondateur intitulé Diffusion of Innovations (New York, Free Press, 1953) Rogers définit le processus de diffusion comme un cas particulier de communication où l’information échangée concerne une idée nouvelle. Il postule que toute innovation technique entraîne nécessairement un changement social planifié ou spontané. Le modèle diffusionniste qu’il a proposé s’articule autour de quatre éléments principaux : les innovations, la communication, la durée du processus et l’ensemble social dans lequel ce dernier prend place. L’efficacité de ce modèle réside sans doute dans sa capacité de rendre compte de l’ensemble du réseau social de circulation d’une innovation au sein d’une société. Soit dit en passant, la plupart des éléments conceptuels constituant le paradigme de la sociologie de diffusion développée à partir de 1962 par Everett M. Rogers étaient déjà contenus dans les études pionnières de sociologie rurale du début des années 1940. Rappelons, en effet, qu’Everett M. Rogers avait lui-même été formé à la sociologie rurale en Iowa avant de s’orienter vers l’étude des communications de masse.

  • 24 B. Winston, 1998, Media, Technology and Society, a History : From the Telegraph to the Internet, L (...)

24Plus récemment, des chercheurs, tel Brian Winston24, ont repris cette tradition de recherche, et s’intéressent à la diffusion des techniques dans le domaine de la communication. Brian Winston a mis en évidence le fait que le développement des nouveaux médias est le fruit d’un constant ajustement entre d’une part, des aspirations de la société dans son ensemble et, de l’autre, des prototypes puis des innovations qui sont « poussés » par le secteur industriel vers les usagers.

  • 25 D. Boullier, 1989, « Du bon usage d’une critique du modèle diffusionniste : discussion-prétexte de (...)

25Ce modèle a fait l’objet de critiques dont nous retenons les deux suivantes : les catégories d’adoptants formulées par Rogers auraient pour commun dénominateur, selon Dominique Boullier25 d’offrir un modèle linéaire du processus d’innovation (ce qui suppose des adoptants passifs face à la nouvelle technique) alors qu’il existe des modèles beaucoup plus sophistiqués de compréhension du processus d’innovation. Il considère ainsi qu’Everett Rogers a contribué à propager une conception fausse de la diffusion.

26De leur côté, Michel Callon et Bruno Latour (1986) estiment que ce modèle rogérien, malgré l’intérêt qu’il manifeste pour les pratiques de « réinvention » de la part des usagers, postule tout de même que l’innovation est « déjà-là » sans possibilité de modifications effectives de la part des usagers.

  • 26 B. Miège, 2001, « Nouvelles technologies, nouveaux usages ? », Sciences humaines, mars/avril/mai, (...)

27Une autre critique de grande importance est celle avancée par Bernard Miège dans un article sur les usages des TICs26. Il souligne que le modèle diffusionniste trace différentes étapes dans la diffusion d’une nouvelle technique (information, persuasion, décision, application et confirmation), mais il remarque que ce modèle n’explique ni comment se fait le passage d’une étape à l’autre, ni pourquoi certains acteurs sont impliqués dans telle ou telle étape.

28Les travaux de sociologie de l’innovation mettent en scène le travail complexe de conception des objets techniques et vont proposer une alternative au modèle de la diffusion dans une tentative de dépasser cette entité ayant une forme déjà stabilisée qu’il s’agit de diffuser au sein d’une population cible.

L’innovation ou la conception des objets techniques dans la sociologie française

29Le modèle de la diffusion élaboré par Elihu Kaz et Everett Rogers a été repris par la sociologie française. Il est cependant transformé pour tenir compte des interactions entre technique et social. Ainsi, les recherches regroupées sous le nom de sociologie de l’innovation s’attachent à l’étude de la genèse de l’innovation sociotechnique, c’est-à-dire au moment de la conception des objets, qui implique des prises de décision et des choix d’ordre technique, social, économique et politique. Nous allons détailler ces deux écoles dans les deux paragraphes qui suivent.

Michel Callon, Bruno Latour et le paradigme de la traduction

30Selon cette approche attribuée à Michel Callon et Bruno Latour dont la tâche était en 1986 de comprendre le processus d’innovation dans les entreprises, l’innovation est le fruit du jeu de différents acteurs de la société et pas seulement des innovateurs. Les dispositifs techniques sont perçus comme des construits sociaux et non plus simplement comme des contraintes technologiques. À partir de là, le phénomène de conception se situe en amont du phénomène de diffusion et l’usager devient une partie prenante au processus d’innovation. Ce modèle nous amène donc à nous intéresser à ce moment tout à fait décisif de la conception des objets techniques, étape qui avait été complètement négligée par la précédente approche rogérienne.

31C’est donc à travers ce modèle que les deux auteurs désignent par « modèle de traduction », que l’usager est analysé. Cette traduction s’opère entre individu et objet technique à travers une négociation permanente. Par ailleurs, le mode d’emploi, en tant que support didactique, joue le rôle de « passeur » de la technique vers l’usager. Ce dernier va ignorer certaines fonctionnalités de l’appareil, les transformer et les réinterpréter ou se plier aux usages « préconçus ». Cette négociation permanente et ces transformations sont des inscriptions et des descriptions de l’environnement dans l’innovation.

32Ce modèle a suscité plusieurs critiques en regard de son orientation trop exclusive vers l’étude du travail des concepteurs et de l’absence de considération du rôle des pratiques,-à-dire de l’action de l’usager sur le façonnage de l’objet technique. D’ailleurs, les tenants de cette école reconnaissent eux-mêmes que leur approche ne prend pas en considération les pratiques des usagers, les références des consommateurs, ou plutôt leur action sur le « façonnage » de l’objet technique. Dès que l’objet est « utilisé », il cesse d’intéresser les sociologues de l’école de la traduction.

Patrice Flichy et le modèle de la circulation

  • 27 P. Flichy, 1995, L’Innovation technique, récents développements en sciences sociales vers une nouv (...)

33L’approche de Patrice Flichy concerne plus spécifiquement le paradigme de l’innovation, en s’en distinguant sur quelques points. Elle vise à identifier le processus complexe de confrontation et de négociation qui associe de nombreux acteurs techniques mais aussi les usagers. Elle tente également d’apporter des réponses à certaines questions qui sont au cœur de ce processus telles que la manière dont naît l’innovation technique, la réadaptation d’un projet technique en fonction des multiples variations de l’environnement. La réflexion de Patrice Flichy part de la constatation suivante : « Jusqu’à maintenant, les différents projets volontaristes de promotion des nouvelles technologies n’ont pas été couronnés de succès27. » Ce décalage, il l’explique par le fait que l’articulation avec le marché a été insuffisante. Résultat : maintes nouvelles technologies n’ont pas réussi à créer de nouveaux usagers. Il a constaté également que les sociologues qui se sont intéressés à la diffusion de l’innovation n’ont, pas plus que les économistes, considéré la technique pour elle-même et lui ont gardé une dimension largement abstraite. Ainsi, l’étude de la technique demeure pour l’auteur inachevée, ce qui le conduit à proposer son propre modèle d’analyse qui s’appuie notamment sur les notions d’« objet frontière » propre à l’approche interactionniste et de « cadre de référence socio-technique ».

34Dans son ouvrage L’Innovation technique, l’auteur propose un panorama critique des différentes théories de l’innovation proposées par les sciences sociales. Son reproche central se base sur la séparation radicale que ces théories effectuent entre le technique et le social, mais également sur le fait de ne pas intégrer dans une même analyse la genèse d’une technique et son utilisation. Il parle ensuite d’autres approches qui lient ces deux variables, mais l’un des deux termes (technique/social) l’emporte toujours sur l’autre, d’où le déséquilibre. Pour résoudre le problème, Michel Callon et Bruno Latour éliminent toute hiérarchie entre technique et société. Cependant, Patrice Flichy critique cette approche qui élimine l’étude des interactions initiales, des projets innovateurs ; de plus, ce modèle ne fait guère de place aux usagers, selon Patrice Flichy. L’auteur analyse des travaux issus du constructivisme social et de la nouvelle sociologie française des sciences et des techniques. Sa préférence va, cependant, à l’éthno-méthodologie et à l’interactionnisme et c’est à partir de cette nouvelle approche qu’il va élaborer la notion de « cadre de référence » par lequel il développe son propre modèle d’analyse de la technique et des usages. Ce cadre permet de

  • 28 Ibid., p. 132.

percevoir et de comprendre les phénomènes techniques auxquels on assiste et d’organiser son action et sa coopération avec les autres acteurs. Il est constitué d’un ensemble de savoirs, de savoir-faire et d’artefacts techniques mobilisés dans le déroulement d’une action technique […]. Il permet de structurer des interactions qu’un individu développe avec les artefacts techniques et avec les autres hommes, organise les interprétations que l’individu tient face à lui-même28.

35Ce cadre va donc permettre la rencontre et l’interaction de tous les acteurs prenant part à l’innovation technique (les ingénieurs et les usagers, les industriels, les exploitants de services, les réparateurs, les commerçants, etc.). Par ailleurs, Patrice Flichy précise que le cadre de référence socio-technique n’est pas la somme du cadre de fonctionnement et du cadre d’usage mais c’est l’union ou l’alliage des deux cadres.

36Les temps de l’innovation technique selon Patrice Flichy :

  1. Préhistoire de l’innovation : c’est le déroulement de différentes histoires parallèles non liées entre elles. On parle dans cette phase de l’objet valise : il s’agit de la période instable, de la phase d’utopie où on énonce l’idée de départ et où l’on conçoit des schémas, des principes et des descriptions abstraites du processus. C’est généralement la phase des controverses et de débats.
  2. L’objet frontière qui est défini comme un objet situé à l’intersection de plusieurs mondes sociaux va rendre possible les interactions en forme de coopérations et de confrontations entre des individus pour lesquels les objets, en particulier les nouveaux objets, revêtent a priori des sens différents.
  3. Ensuite vient la solidification du cadre de référence socio-technique qui n’est autre que l’alliage du cadre de fonctionnement et de cadre d’usage. Une fois que l’incertitude est faible, c’est le moment de fixer le prix et l’aspect extérieur de l’objet technique. Les usagers, quant à eux, vont pouvoir commencer le braconnage.
  4. Patrice Flichy parle aussi d’un dernier cadre concret qui est le verrouillage technologique ; c’est le moment où une technique l’emporte de façon définitive sur les autres. On parle alors de l’objet technique concret.

37Nous apportons deux précisions concernant la théorie de Patrice Flichy. La première concerne la pensée de l’auteur ; celle-ci s’inspire de la critique des théories standard de l’innovation, des approches où on lie technique et société, et enfin de l’ethnométodologie (la recherche empirique des méthodes que les individus utilisent pour donner sens et en même temps pour accomplir leurs actions de tous les jours, communiquer, prendre des décisions, raisonner) et de l’interactionnisme (étude des processus et des actions collectives). La deuxième précision concerne l’originalité de cette approche. Nous estimons que cette originalité réside dans le fait que l’auteur a essayé d’inclure dans une même étude technique et sociale. Il a intégré, en effet, dans une même analyse la genèse d’une technique et son utilisation.

Conclusion

38L’usage, par ces différentes définitions et approches sociologiques que nous venons d’exposer, implique une série de dimensions (technique, sociale, temporelle et matérielle…) De même, l’usager varie sur un continum allant de la passivité à l’activité totale d’où la difficulté pour établir un paradigme ou une définition unifiée de ce que sont les usages et les usagers. À partir de là, il est important de ne pas réduire l’explication des usages des technologies à un principe unique, mais de constamment prendre en compte les interactions complexes entre outil et contexte, offre et utilisation, technique et sociale. Il est nécessaire donc de ne pas s’inscrire dans un seul courant de recherche, mais à la croisée de plusieurs.

  • 29 B. Miège, La Société conquise par la communication, tome II, op. cit., p. 144-154.

39Par ailleurs, les grandes approches théoriques de l’usage (la diffusion, la traduction et la circulation) représentent des pistes de réflexion pertinentes dans notre réflexion, même si elles sont discutables sur certains points. Bernard Miège29, dans une critique faite à ces trois théories, souligne que la théorie de la diffusion met trop l’accent sur des raisonnements déterministes et rationnels. En revanche, les chercheurs qui développent le modèle de la traduction ont le mérite de mettre l’accent sur des aspects peu étudiés auparavant, comme les médiations entre les acteurs sociaux qui participent au processus de l’innovation. Pour sa part, Patrice Flichy a réussi dans sa tentative d’aller au-delà du modèle proposé par Michel Callon et Bruno Latour grâce à son introduction d’autres dimensions analytiques comme l’inégalité entre les acteurs sociaux et l’importance de l’histoire dans l’étude des techniques. Cette formulation globale permet de rendre compte de l’apport ainsi que des limites de ces théories. Ceci étant, ces approches nous aident pour la compréhension des formes sociales de la création et de l’appropriation d’une nouvelle technique, ou tout simplement pour la question des technologies numériques et leurs formes d’usage.

Bibliografía

Bibliographie

Akoun André, Ansart Pierre (dir.), 1999, Le Robert de sociologie, Paris, Le Seuil.

Boullier Dominique, 1994, « Construire le téléspectateur : récepteur, consommateur ou citoyen ? », in Vitalis André, Médias et nouvelles technologies. Pour une socio-politique des usages, Rennes, Apogée, p. 63-74.

Boullier Dominique, 1989, « Du bon usage d’une critique du modèle diffusionniste : discussion-prétexte des concepts de Everett Rogers », Réseaux, no 36, p. 31-51.

Breton Philippe, 2002, Proulx Serge, L’Explosion de la communication à l’aube du xxie siècle, Paris, La Découverte.

Certeau Michel de, 1980, L’Invention du quotidien, tome I, Arts de faire, Paris, UGE.

Chambat Pierre, 1994, « NTIC et représentations des usagers », in Vitalis André, Médias et nouvelles technologie, Rennes, Apogée, p. 45-59.

Flichy Patrice, 1995, L’Innovation technique, récents développements en sciences sociales vers une nouvelle théorie de l’innovation, Paris, La Découverte.

Jouët Josiane, 2000, « Retour critique sur la sociologie des usages », Réseaux, vol. 18, no 100, p. 487-521.

Jouët Josiane, 1993, « Pratiques de communication et figures de la médiation », Réseaux, no 60, p. 99-120.

Jouët Josiane, 1992, Pratiques de communication et changement social, Habilitation à diriger des recherches sous la direction de Miège Bernard, Université Stendhal, Grenoble 3.

Miège Bernard, 2001, « Nouvelles technologies, nouveaux usages ? », Sciences humaines, mars/avril/mai, hors série no 32, p. 8-12.

Miège Bernard, 2004, L’Information-communication, objet de connaissance, Bruxelles, De Boeck, p. 125.

Miège Bernard, 1997, La Société conquise par la communication, tome II, La communication entre l’industrie et l’espace public, Grenoble, PUG, p. 145.

Miège Bernard, 1996, La Société conquise par la communication, tome I, Logiques sociales, Grenoble, PUG.

Millerand Florence, 1998, « Usage des NTICs : les approches de la diffusion, de l’innovation et de l’appropriation » [en ligne]. COMMposite, (1re partie), vol. 98, no 1. Disponible sur : http://commposite.uqam.ca/98.1/articles/ntic_1.htm

Pronovost Gilles, 1996, Médias et pratiques culturelles, Grenoble, PUG.

Proulx Serge, 2005, « Penser les usages des technologies de l’information et de la communication aujourd’hui : enjeux, modèles, tendances », in Vieira Lise, Pinède-Wojciechowski Nathalie (dir.), Enjeux et usages des TIC : aspects sociaux et culturels, (Tome I), Pessac, Presses universitaires de Bordeaux, p. 7-20.

Winston Brian, 1998, Media, Technology and Society, a History : From the Telegraph to the Internet, Londres et New York, Routledge.

Notas

1 A. Aakoun, P. Ansart (dir.), 1999, Le Robert de sociologie, Paris, Le Seuil, p. 565.

2 S. Proulx, 2005, « Penser les usages des technologies de l’information et de la communication aujourd’hui : enjeux, modèles, tendances », in L. Vieira et N. Pinède-Wojciechowski (dir.), Enjeux et usages des TIC : aspects sociaux et culturels, tome I, Pessac, Université Michel de Montaigne-Bordeaux 3-GRESIC, Presses Universitaires de Bordeaux, p. 7-20.

3 M. de Certeau, 1980, L’Invention du quotidien, tome I, Arts de faire, Paris, UGE, p. 25.

4 F. Millerand, 1998, « Usage des NTICs : les approches de la diffusion, de l’innovation et de l’appropriation » [en ligne], (1re partie), COMMposite, vol. 98, no 1 [consulté en mai 2005]. Disponible sur : http://commposite.uqam.ca/98.1/articles/ntic_1.htm

5 J. Jouët, 1993, « Pratiques de communication et figures de la médiation », Réseaux, no 60, p. 99-120.

6 J. Jouët, décembre 1992, Pratiques de communication et changement social, Habilitation à diriger des recherches sous la direction de B. Miege, Université Stendhal, Grenoble 3, p. 30.

7 Ibid., p. 31.

8 Ibid., p. 34.

9 D. Boullier, 1994, « Construire le téléspectateur : récepteur, consommateur ou citoyen ? », in A. Vitalis, Médias et nouvelles technologies. Pour une socio-politique des usages, Rennes, Apogée, p. 63-74.

10 M. de Certeau, cité par Ph. Breton, S. Proulx, 2002, L’Explosion de la communication à l’aube du xxie siècle, Paris, La Découverte, p. 260.

11 Dans son ouvrage L’Invention du Quotidien, Michel de Certeau n’emploie jamais l’expression « usager » pour désigner celui qui utilise les médias. Il concentre plutôt des descriptions sur les usages, qu’il définit comme les « manières de faire » avec les matériaux symboliques mis à la disposition de l’individu. Quand il porte son regard sur les individus eux-mêmes, il parle alors de « consommateurs culturels » ou de « pratiquants ».

12 P. Chambat, « NTIC et représentations des usagers », in A. Vitalis (dir.), 1994, Médias et nouvelles technologie, Rennes, Apogée, p. 45-59.

13 J. Jouët, 2000, « Retour critique sur la sociologie des usages », Réseaux, vol. 18, no 100, p. 487-521.

14 B. Miège, 1996, La Société conquise par la communication, tome I, Logiques sociales, Grenoble, PUG, p. 18.

15 B. Miège, 2004, L’Information-communication, objet de connaissance, Bruxelles, De Boeck, p. 125.

16 Ibid., p. 198.

17 B. Miège, La Société conquise par la communication, tome I, Logiques sociales, op. cit., p. 19.

18 Ibid., p. 19.

19 S. Proulx, « Penser les usages des technologies de l’information et de la communication aujourd’hui : enjeux, modèles, tendances », op. cit.

20 J. Jouët, « Retour critique sur la sociologie des usages », op. cit.

21 S. Proulx, « Penser les usages des technologies de l’information et de la communication aujourd’hui : enjeux, modèles, tendances », op. cit.

22 Ph. Breton, S. Proulx, L’Explosion de la communication à l’aube du xxie siècle, op. cit., p. 256.

23 B. Miège, 1997, La Société conquise par la communication, tome II, La Communication entre l’industrie et l’espace public, Grenoble, PUG, p. 145.

24 B. Winston, 1998, Media, Technology and Society, a History : From the Telegraph to the Internet, Londres et New York, Routledge.

25 D. Boullier, 1989, « Du bon usage d’une critique du modèle diffusionniste : discussion-prétexte des concepts de Everett Rogers », Réseaux, no 36, p. 31-51.

26 B. Miège, 2001, « Nouvelles technologies, nouveaux usages ? », Sciences humaines, mars/avril/mai, hors série no 32, Paris, CNRS, p. 8-12.

27 P. Flichy, 1995, L’Innovation technique, récents développements en sciences sociales vers une nouvelle théorie de l’innovation, Paris, La Découverte, p. 9.

28 Ibid., p. 132.

29 B. Miège, La Société conquise par la communication, tome II, op. cit., p. 144-154.

Autor

GRESEC, Université de Savoie. aydafitouri@yahoo.fr

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2010

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540