Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Stratégies du changement dans les systèmes et les territoires

 | 
Lise Viera
, 
Nathalie Pinède

Axe 4. Mutations des logiques éditoriales

Web 2.0 et renouvellement de l’édition en ligne

Roland Canu et Caroline Datchary

Entrées d'index

Mots clés :

audience active, journalisme

Texte intégral

Introduction

1Les évolutions technologiques récentes, notamment sous l’impulsion du Web 2.0, rendent possible la participation des internautes à la production de l’information. L’avènement d’une audience active contraint dès lors les producteurs classiques, ici les journalistes, à composer avec un lecteur plus consistant, loin d’une simple représentation projetée. L’attention de plus en plus grande portée au lecteur et à ses attentes, peut être interprétée comme une contribution au renouvellement du débat social (Neveu, 2004). Mais on ne peut s’empêcher de faire un lien avec l’impératif marchand et une tendance plus générale à la promotion de la participation et de l’autonomie, signe pour certains auteurs de l’intériorisation de la critique artistique par le capitalisme (Boltanski, Chiapello, 1999), voire de la volonté de mettre le client au travail (Dujarier, 2008).

2Les échanges avec les lecteurs ne sont pas quelque chose de fondamentalement nouveau : on pense évidemment au courrier des lecteurs mais on peut également faire référence aux rencontres, à l’actionnariat, aux sociétés des lecteurs voire à l’organisation de panels de lecteurs (Neveu, 2004). Toutefois, la révolution numérique et plus spécifiquement les outils du Web 2.0, rendent possible des formats plus interactifs, permettant de refaire le lien avec des lecteurs critiques voire désabusés (Matheson, 2004) via ce que Cyril Lemieux a appelé des « arènes de confrontation » (Lemieux, 2000).

3Le site journalistique Médiapart, lancé le 16 mars 2008, est un site d’information généraliste en ligne payant. Né de la rencontre fin 2006 entre des professionnels du journalisme et des spécialistes du Web, il combine les fonctionnalités des journaux en ligne classiques avec des outils communautaires collaboratifs : le lecteur adhérent est invité à commenter, échanger, rédiger, devenant ainsi co-auteur et co-producteur de l’information. Le journal fonde ainsi sa démarche sur la figure d’un lecteur/contributeur qui participe activement au travail de rédaction du journal, loin de l’image habituelle d’un récepteur passif des contenus médiatiques (Habermas, 1992). Ce modèle participatif renouvelle le travail journalistique (Neveu, 2004), à la fois dans son rapport à l’information et à sa réception par le (ou les) public(s). Les échanges avec les lecteurs peuvent être mis à profit par le journaliste à différents stades du processus d’écriture (idée de sujet, informations, co-rédaction, précisions, correction). Bien sûr, les commentaires post-articles sont la forme la plus visible de cette participation. Mais il en existe d’autres. Ainsi, parmi les messages privés auxquels nous avons eu accès, les abonnés donnent parfois des liens vers des informations complémentaires (notamment universitaires). Ces interventions sont d’autant plus profitables qu’il arrive que des lecteurs de Médiapart soient experts de sujets traités. Les abonnés entrent également parfois en catimini dans la conférence de rédaction par la voix des journalistes : « c’est notre abonné X qui nous a informé de la tenue de cette réunion » ou « cet événement sera de toute façon couvert par Y sur son blog ». Il arrive enfin qu’un acteur directement aux prises avec l’événement couvert contacte le journaliste :

Journaliste A,
la grève a apparemment cessé et le travail repris.
Je trouverais cela intéressant pour « clore le dossier » de faire un retour sur expérience. J’aurais plein de questions du genre :
– est-ce que le deal est suffisant ?
– est-ce que cela valait le coup ?
– comment peut-on recroiser/retravailler après des échanges verbaux ou même physiques de cette nature ?
– et après ?...
En effet, on voit souvent les crises mais pas ce qu’il en ressort. Je trouve cela dommage…
Merci pour cette couverture en tout cas…
Abonné A

4Cette participation plus grande des lecteurs alimente la dimension active des sources (Schlesinger, 1992), et met à mal le mythe du journaliste qui va chercher lui-même toutes les informations. Mais avec la participation des lecteurs, l’activité des sources se débride quelque peu et un minimum de régulation est nécessaire. Le journaliste doit alors apprendre à gérer une communauté. En d’autres termes, l’incarnation discursive du client, quelle que soit la forme sous laquelle elle se manifeste (commentaires post-articles, implication amont dans l’écriture d’un article, blogs, éditions participatives), reconfigure les cadres et la nature même de l’organisation journalistique qu’est Médiapart. Il faut dès lors aux journalistes maîtriser cette intrusion voulue pour ne pas mettre en danger l’édifice. C’est ce que nous allons essayer de montrer ici en éclairant le corollaire du participatif : sa régulation. Cette dernière procède de trois logiques : la première est technique (partie 1), les deux autres sont discursives, que ces discours soient tenus par les journalistes professionnels (partie 2) ou par le public abonné (partie 3).

1. La régulation technique

5Le dispositif technique, parce qu’il permet une modulation de la participation, favorise la prolifération des formats d’écriture, libère des espaces de dialogues, et distribue la régulation de ces mêmes dialogues, est la première des logiques à examiner.

6Le lecteur, sur Médiapart, peut à loisir recommander, commenter, imprimer et faire suivre des articles (y compris dans d’autres réseaux sociaux comme Facebook) mais aussi éditer des billets sur son blog, se construire un réseau relationnel constitué de journalistes et/ou d’autres lecteurs, suivre l’activité de ses contacts, leur envoyer des messages privés. Il peut aussi contribuer, voire être à l’origine d’éditions participatives. Ces dernières, relatives à un thème ou à un événement, peuvent être un lieu de collaboration effective entre journalistes et lecteurs.

7Si la plateforme technique permet aux abonnés de faire entendre leur voix, celle-ci n’a cependant pas la même tonalité, ou plutôt la même couleur : les journalistes de Médiapart sont inscrits en marron alors que le nom des abonnés est inscrit en bleu. D’un simple coup d’œil, le journaliste de Médiapart est donc clairement identifié. On peut néanmoins supposer que les journalistes, pour les besoins de la régulation, empruntent parfois un autre pseudonyme et se transforment en abonnés lambda, dotés d’une couleur moins stigmatisante. Ils apparaissent dès lors comme moins autoritaires et peut-être plus légitimes, pour intervenir dans certains dialogues. Ce basculement leur permet en outre de ne pas engager leur « face » et s’exposer professionnellement. Précisons au passage que le dispositif permet d’autres formes de régulation « clandestines », comme les messages privés directement adressés à l’abonné concerné par le journaliste ou la suppression de messages (celle-ci n’étant que très rarement utilisée). La discrétion de ces formes de régulation est d’ailleurs relativement précaire puisque celles-ci peuvent être reprises voire dénoncées dans l’espace public.

8Le changement de couleur peut aussi jouer à l’inverse et témoigner d’une forme de promotion interne : certains abonnés sont ainsi propulsés « journalistes officiels » à la faveur d’un article publié dans la partie « journal » et changent de couleur (ou du moins possèdent un double de leur compte « recolorisé »). Le journal officiel reste interdit aux « bleus » : pour y écrire il faut montrer une signature marron, être identifié comme un journaliste statutaire de Médiapart. Ce changement de couleur reste rare et, pour la quasitotalité des lecteurs, participer à la rédaction du journal demeure impossible.

9L’architecture du site Médiapart, parce qu’elle est fondée sur la dichotomie entre « journal » et « club », assure une ségrégation spatiale qui joue un rôle indéniable dans le gatekeeping. Plus clivant encore, seul l’accès au « journal » est payant, la consultation des écrits du club étant gratuite. Cela ne laisse plus de doute sur l’espace réservé à l’expertise, seule lecture réputée à l’origine d’une véritable valeur ajoutée (pour écrire il faut être abonné). D’ailleurs, c’est dans l’espace du journal qu’est le plus affirmée et recherchée l’expertise journalistique. C’est ici que se formulent les critiques à l’encontre d’un écart à la pratique idéale du journalisme (détachée d’impératifs économiques, prenant le temps de l’investigation…) revendiquée sur Médiapart. Le journal reste donc ici une affaire de journalistes, et cet espace n’est pas « contaminé » par une production profane, autre bien sûr que les seuls commentaires post-articles. Ces derniers, d’ailleurs, ne sont pas directement lisibles à la suite de l’article : non seulement il faut cliquer sur un autre onglet pour les faire apparaître, mais lorsque l’on imprime ou que l’on fait suivre un article, ils n’apparaissent pas non plus.

10Outre les commentaires, l’abonné peut écrire seulement sur son propre blog ou dans des éditions participatives dont la visibilité reste tout de même limitée. En effet, lorsque l’on accède à la page d’accueil de Médiapart, la plus grande partie est consacrée au journal, sur une colonne de droite apparaît une sélection des billets de blogs ou d’éditions participatives faite par la rédaction du journal. En bas de cette colonne, un espace est réservé aux billets du club les plus commentés. Certains abonnés ne se risquent jamais dans la partie « édition » et les rares fois où ils le font, ce ne sont que de brèves incursions à partir de cette sélection. Parfois, les journalistes renvoient à ce type de contribution dans leurs commentaires suite à un article ou encore dans la rubrique « prolonger ». Il n’est pas rare de retrouver, parmi la sélection du club, des contributions faites par d’autres journalistes, des universitaires ou des personnalités politiques notamment. En dehors de ces moyens de promotion spatiale, largement contrôlés par la rédaction, il est très difficile pour un abonné de rendre visible sa contribution au-delà du cercle de ses propres contacts.

11S’il est compliqué pour un profane de devenir expert par ses propres moyens, l’inverse l’est également. Nous avons vu que le découpage spatial du site formate les participations. Tout comme les abonnés, les journalistes possèdent leur blog personnel d’où, logiquement, ils peuvent tenir des propos qui n’engagent qu’eux-mêmes, non pas comme journaliste-expert mais comme individu-citoyen.

Abonné a : […] Dans le cas précis de cette vidéo, et je serais tenté de généraliser à nombre d’autres articles, l’enjeu c’est de dénigrer plus que de débattre. Le débat, c’est justement de ne pas « ne pas se passer de commentaires » M. [Journaliste a]. On ne peut pas se permettre, dans une société hypermédiatique comme la nôtre, de pratiquer un tel « choc des images »... même de gauche. Le journalisme ne s’en sort pas grandi.
Journaliste a : Ce n’est précisément pas du journalisme : c’est un billet de blog ! Pas un article de Mediapart.
Abonné a : Reste donc à trouver un nouveau nom pour identifier cette prise de parole « non journalistique » d’un journaliste. Je trouve que votre commentaire (ci-dessus) ne vise qu’à légitimer le manque d’analyse. Le blog serait-il donc un paravent bien pratique ? C’est faire honte à ce nouveau mode de communication.
Journaliste a : Ce n’est pas parce que je suis « journaliste » que chacune de mes prises de parole dans l’espace public sont « journalistiques ». Je suis aussi un lecteur, un citoyen. C’est le sens de Mediapart : adosser un espace public (« le Club ») à un journal. Je ne vois pas en quoi il s’agit d’un paravent. Et quel journalisme y a t-il à faire s’agissant de cette prise de position de [acteur], si ce n’est transmettre l’information. Si vous voulez lire du journalisme sur cette question […], Mediapart a publié de très nombreux papiers sur la question, et la journaliste qui la suit, [journaliste b], est autrement mieux informée que [acteur].
Abonné a : Votre réponse se tient, je le concède. J’ai simplement du mal, dans ce cas, à voir l’intérêt de la chose. […] Ne voyez aucune malveillance dans mes propos, j’exprime un avis simplement. Je reste abonné et fidèle lecteur, conscient des dangers de notre société… Émettre des réserves, ce n’est pas forcément devenir ennemi…

12Ce long extrait est tiré d’une discussion entre un abonné et un journaliste, suite à la publication d’une vidéo par ce dernier sur son blog. La logique du découpage spatial se heurte ici à celle de l’identité symbolisée par la couleur. Cela montre qu’il est paradoxalement difficile de défaire le journaliste de son expertise, dans la mesure où celle-ci est attachée à la personne bien plus qu’à l’espace. L’individu est affublé de sa couleur qui, quel que soit l’espace, le qualifie et permet son identification publique.

13Comme nous l’enseigne la sociologie des usages, le dispositif n’est pas neutre et porte en lui le projet politique qui sous-tend sa conception. Le dispositif est donc structuré par le projet et structure ensuite les pratiques de ceux qui utilisent le site.

2. La régulation discursive des journalistes

14Le journaliste ne peut sur Médiapart se satisfaire d’un rôle tiède de modérateur, censé accompagner et baliser les débats de ces collectifs hybrides. Il répond à l’inverse à une double injonction spécifique à ce site : non seulement accompagner le lecteur dans sa prise de parole et sa participation au débat public – donc accepter les critiques potentielles – mais aussi pratiquer un journalisme de qualité, c’est-à-dire « enquêter librement, chercher l’information inédite, échapper à la communication trompeuse, aller sur le terrain ». Dès lors, il ne s’agit pas ici de laisser le journalisme aux abonnés mais d’encadrer une participation qui vient redéfinir les contours de l’organisation. Les dialogues post-article sont particulièrement révélateurs d’une seconde forme de logique régulatrice puisqu’ils rendent visible non seulement des critiques ou des remises en cause de la compétence et de l’identité même des journalistes, mais aussi des « échanges réparateurs », des « ripostes » (Goffman, 1973), des réaffirmations professionnelles de la part de ces mêmes journalistes.

15Les échanges réparateurs prennent des formes aussi variées que les critiques formulées, qu’ils précisent les soubassements du journalisme « Médiapartien », qu’ils en redéfinissent les contours, ou qu’ils déploient une rhétorique plus agressive susceptible de répondre à des attaques qui le sont tout autant.

16La première forme d’échange réparateur se traduit par la défense du travail réalisé par le journaliste lui-même. Celui-ci le réhabilite en quelque sorte à ses yeux et aux yeux du public susceptible de lire son expertise. Il réimpose aux abonnés – et à ses collègues/sa hiérarchie – une image du journalisme pratiqué qui le satisfait, en reprécisant la qualité d’un travail que l’abonné a mis en cause par ses remarques. Cette posture, classique, engage nous l’avons dit à rapprocher les pratiques décriées des règles du métier. Il s’agit, pour le journaliste, de montrer qu’il ne s’écarte pas d’un modèle référent. Dans le cas ci-dessous, nous observons un journaliste qui, après avoir été contesté par un abonné pour son parti pris, affiche un désengagement et une posture neutre, factuelle, justifiant son éclairage de l’affaire.

17Parmi les stratégies employées pour valider un propos, le défendre, et le justifier aux yeux de tous, figure également l’affichage des frontières du métier de journaliste, autrement dit, l’identification de ce qui s’inscrit dans ce cadre et de ce qui lui est extérieur. Cette volonté de clarification doit composer avec une pluralité de « genres journalistiques » venant contester ces frontières. Le parti pris est l’un de ces genres. Il apparaît comme un exercice singulier qui, s’il entre dans la case, affiche néanmoins sa singularité puisqu’il traduit l’engagement personnel du professionnel là où le détachement est souvent valorisé (cf. extrait précédent). Mais, justement, cet engagement n’est légitime aux yeux des journalistes eux-mêmes que s’il est préalablement affiché comme tel et qu’il sous-tend le contrat de lecture passé avec l’abonné. Le journaliste peut ainsi prendre volontairement parti sans contester les piliers du métier. Le cas suivant montre ce que le journalisme peut aussi être :

Cher [abonné a], qui vous parle de nier votre droit à ne pas vous faire voler votre vote ? Il s’agit d’un article on ne peut plus factuel, qui donne la parole « à la base intermédiaire » (c’est précisé à deux reprises) des soutiens de Ségolène Royal. […] Il s’agit d’un éclairage et non d’un parti pris, quoi que vous en pensiez, cher [abonné b]. Je le dis d’autant plus facilement que j’ai écrit avant même le vote des motions un papier sur la sincérité relative des votes à venir (ce qui d’ailleurs n’est hélas pas nouveau). Je sais que cela vous fait plaisir de l’imaginer, mais nous n’avons, [journaliste] et moi, aucune inclinaison particulière quand nous traitons du PS. Est-ce nécessaire d’en venir tout de suite aux invectives et aux procès ad hominem ? N’est-il plus envisageable de pouvoir débattre et nous faire part de critiques totalement légitimes, dans le calme et la sérénité ?
Journaliste : Bonjour, le titre d’un « parti pris », donc d’un éditorial (qui, par ailleurs, n’engage que moi) est nécessairement sujet à polémique. De plus, je l’ai voulu ainsi dans ce cas précis.

18Une stratégie possible pour le journaliste consiste de manière symétrique à identifier ce qui est extérieur au cadre fixé : il procède alors à une délimitation par défaut – ce que le journalisme n’est pas. Par exemple, même si le journalisme se construit sur l’apport de preuves factuelles, une distinction est ici opérée entre le travail du professionnel et une « recherche scientifique ». Ce travail peut certes reposer sur une investigation poussée, notamment à Médiapart – qui revendique ce journalisme d’investigation – mais il ne se traduit pas par des emprunts et discussions théoriques, ne s’appuie non plus sur un matériau recueilli dans des temporalités élargies, ne permet pas enfin de déployer une argumentation sur plusieurs dizaines, voire centaines, de pages. La nécessaire synthèse opérée, le caractère accessible des propos tenus, distinguent immédiatement ces productions – nous y reviendrons.

Journaliste : Bonjour à tous. Évitons les malentendus, si possible. Cet article de journaliste n’est pas une recherche scientifique. La plupart des « données » et des constats sont toutefois issus de la recherche sociale citée dans le texte (et référencée dans l’onglet Prolonger), qui se présente comme une sorte de synthèse.

19Les critiques sont parfois telles que les journalistes ne peuvent se contenter d’introduire quelques propos dans le fil de la discussion pour se justifier au gré des remarques formulées par les abonnés.

20Dès lors, il arrive que les journalistes basculent, dans la gestion de la critique, de la justification de leur travail (posture défensive) à la contestation des méthodes et des discours des abonnés (posture offensive). Parmi ces réponses que l’on peut qualifier de « ripostes », la première tactique consiste à décrédibiliser l’adversaire dans l’arène publique. Le journaliste va alors stigmatiser la contribution incriminée en la qualifiant comme inadéquate. Il peut adopter une posture d’autorité, souvent privilégiée lorsqu’il s’agit d’attaques personnelles outrancières ou insultantes. Parfois il menace de supprimer le billet et, plus rarement encore, il rappelle la loi sur la diffamation. Mais généralement, il renvoie à la charte dans le cours de la discussion, comme cadre dans lequel peuvent se tenir les interactions. Plus précisément, la charte de modération apparaît non seulement comme cadre mais aussi comme ressource pour l’action – typique de la logique juridique. Ce renvoi intervient, dans le cas de Médiapart, pour valider/légitimer les rappels à l’ordre égalitaires : le journaliste dit en quelque sorte « je ne fais pas jouer mon autorité, je m’en tiens simplement à la charte ». Il s’agit donc moins, pour les individus qui interagissent, de faire autorité en brandissant leur position ou statut, que de la déléguer à un objet neutre, détaché de la dynamique relationnelle. Néanmoins, la tactique la plus utilisée (y compris par les lecteurs) reste sans conteste l’ironie.

21Cette riposte, si elle est généralement le fait du journaliste contesté, peut également être prise en charge par un autre membre de l’équipe Médiapart. La défense d’un autre est toujours plus légitime que sa propre défense : le défenseur, désengagé du conflit interactionnel, fait autorité par cette position extérieure. Cette régulation collective prend parfois la voie hiérarchique comme dans le cas ci-dessous où c’est le rédacteur en chef qui prend la parole.

Cher [abonné], merci de garder pour vous vos appréciations concernant [le journaliste] qui, par amalgames successifs, frisent la diffamation. On a lu avec patience vos précédents commentaires. Je pense que vous pouvez vous arrêter là. Si l’interpellation entre abonnés et journalistes de Mediapart est utile, l’insinuation injurieuse n’est pas de mise sur ce site. Merci d’en prendre note, sinon nous serons obligés de supprimer vos commentaires comme nous y autorise notre charte de modération.

3. La régulation discursive des lecteurs

22L’examen des échanges post-articles laisse entrevoir une dernière forme de régulation qui s’ancre plutôt dans les dynamiques relationnelles entre lecteurs eux-mêmes : dans leurs commentaires, ces derniers peuvent critiquer les positions des autres lecteurs, défendant parfois les journalistes contre des attaques qu’ils ne jugent pas pertinentes, ou essayant de retenir des abonnés sur le départ.

Réponse d’un lecteur à un autre lecteur attaquant un journaliste : En ce qui me concerne je préfère un bon journaliste, même légèrement pédant et parfois involontairement comique de ce fait ; qui ne se couche pas devant les commentateurs de ses articles, à un mauvais condamné à la surenchère sarkocide et toutes autres complaisances pour cause d’insuffisance professionnelle évidente.

23On en arrive même parfois à l’injonction paradoxale suivante : un bon journaliste doit non seulement savoir tenir compte des critiques, mais aussi, voire surtout, se préserver de la tyrannie de l’audience active pour ne pas risquer de perdre son indépendance. De l’aveu même des lecteurs contributeurs, toutes les critiques émises ne sont pas bonnes à suivre. Par exemple, le cas suivant dans lequel un journaliste, chahuté par des lecteurs, prend le temps de répondre et de justifier son article par un billet sur son blog. La prise en compte des remarques négatives est appréciée par les abonnés : « Bravo : salutaire, ce retour critique » ou encore « Félicitations, je ne vois plus trop ce qu’on pouvait vous reprocher ». Pour autant, d’autres jugent cette remise en question contestable :

Abonné : Que vous fassiez une autocritique, libre à vous et j’admire. Mais que les lecteurs du site qui ont voulu de la sorte vous « orienter » ne se posent pas de questions et ne se mettent pas eux en cause sur ce que DOIT être une presse libre et indépendante me révolte totalement. On met là le doigt sur LE piège : un piège militant, un piège tendu de l’intérieur par les lecteurs qui veulent non pas de l’INFORMATION, mais un vague ronron qui respecte LEURS OPINIONS. Pas-touche-ailleurs !
Journaliste : Cela étant dit, le billet que j’ai posté ce matin n’est pas la conséquence d’une sorte de tyrannie du lecteur déçu. Des commentaires, si l’on gomme certains excès d’écriture, ont visé juste à mon sens.

24La prise en charge et la sauvegarde de l’organisation Médiapartienne se distribue ainsi entre des professionnels du journalisme et des abonnés soucieux de protéger un cadre pour lequel ils sont prêts à payer. D’ailleurs, à Médiapart, le lecteur intervient régulièrement pour dire qu’il est satisfait ou qu’il a apprécié tel article, mais comme le note une journaliste, c’est à relier au fait que l’abonnement est payant : s’il s’est abonné, c’est qu’a priori il est plutôt favorable et « en déclarant “Merci de cet article”, le lecteur justifie aussi les 9 euros qu’il dépense chaque mois ».

Conclusion

25La dimension participative observée dans le cas de Médiapart est une évolution majeure et centrale qui caractérise de nombreuses organisations. Le client prend ainsi de la consistance et ne se réduit plus à cette instance rhétorique mobilisée à des seules fins stratégiques. Désormais, l’organisation doit composer avec un client plus présent et plus expressif et accepter de redimensionner ses cadres. Les journalistes membres de l’équipe Médiapart sont dès lors confrontés à une équation difficile à résoudre : d’une part, l’injonction politique au fondement du site qui consiste à faire participer le client en tirant profit de ses connaissances et de ses contacts, et donc à le mettre au travail ; et, d’autre part, les injonctions professionnelle et économique qui les encouragent à préserver l’expertise journalistique, la seule qui fonde le coût de l’abonnement, et partant à remettre les abonnés à leur place. Pour ce faire, nous avons vu que les journalistes bénéficiaient de l’aide du dispositif technique, voire de l’aide de certains lecteurs.

26Ces transformations à l’œuvre dans la communication entre lecteurs/journalistes et plus largement entre clients/producteurs ne sont pas anodines. Surtout si l’on pense à la suite de Taylor que l’organizing réside justement dans la communication. En effet, si l’on se place dans le cadre théorique proposé par Taylor (Taylor, 1993), c’est tout le processus conversation/texte décrit qui est affecté (Swiderek, 2009). Faire participer le client, c’est lui permettre de contribuer à la mise en conversation des textes et donc d’en discuter les valeurs sous-jacentes, valeurs qui fondent l’organisation. D’un côté, c’est enrichissant car le client apporte avec lui sa propre expertise et ses connaissances mais, d’un autre côté, c’est déstabilisant pour l’organisation car ses valeurs sont en perpétuelle discussion. En outre, la participation du client peut s’avérer bénéfique à un autre niveau, puisqu’elle double les opportunités d’attachement de l’abonné : celui-ci peut s’attacher via les valeurs prônées par Médiapart (en l’occurrence une critique acerbe des médias classiques), mais s’il participe, ce premier attachement se double du tissage de liens sociaux parfois très forts au sein de la communauté des Médiapartiens qui rend d’autant plus coûteux et pénible un désengagement.

Bibliographie

Références

Boltanski Luc, Chiapello Ève, 1999, Le Nouvel Esprit du capitalisme, Paris, Gallimard.

Dujarier Marie-Anne, 2008, Le Travail du consommateur, De McDo à eBay : comment nous coproduisons ce que nous achetons, Paris, La Découverte.

Goffman Erving, 1973, La Mise en scène de la vie quotidienne, tome 2, Les Relations en public, Paris, Éditions de Minuit.

Habermas Jürgen, 1992, L’Espace public. Archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise, Paris, Payot.

Lemieux Cyril, 2000, Mauvaise presse. Une sociologie compréhensive du travail journalistique et de ses critiques, Paris, Métailié.

Matheson Donald, 2004, « Weblogs and the Epistemology of the News : Some Trends in Online Journalism », New Media Society, 6, no 4, p. 443-468.

Neveu Érik, 2004, Sociologie du journalisme, Paris, La Découverte.

Schlesinger Philip, 1992, « Repenser la sociologie du journalisme. Les stratégies de la source d’information et les limites du média-centrisme », Réseaux, no 51, p. 75-98.

Swiderek K., 2009, Évolution des formes de contribution et interactions entre lecteurs et journalistes : le cas de Mediapart, Information et communication, Toulouse, Université Paul Sabatier. M2R.

Taylor James R., 1993, « La dynamique de changement organisationnel : une théorie conversation/texte de la communication et ses implications », Communication et Organisation, 3, p. 51-94.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540