Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Stratégies du changement dans les systèmes et les territoires

 | 
Lise Viera
, 
Nathalie Pinède

Axe 4. Mutations des logiques éditoriales

Colline : un environnement collaboratif pour la conception d’un journal

Eve Ross et Matthieu Deru

Texte intégral

1. Introduction

1Les nouvelles technologies de l’information et le web 2.0. ont transformé l’environnement de travail de la rédaction d’un journal ainsi que les pratiques professionnelles des journalistes. Aux compétences traditionnelles qui sont la réactivité, l’anticipation, le montage éditorial, le journaliste en ligne doit maîtriser les bases techniques de l’Internet. Il doit collecter des informations multimédia sur différents supports, les gérer et les diffuser en temps réel. Cette interactivité permet de mieux répondre aux attentes des lecteurs et de tisser un lien de confiance avec eux. De plus, le journaliste travaille en collaboration étroite avec d’autres journalistes ou experts ainsi qu’avec des internautes. Ce nouveau modèle de production d’un journal est un modèle à cheval entre une information entièrement produite par des professionnels et une information entièrement produite par les internautes comme sur les plateformes du web participatif. Le journaliste, en tant que médiateur, passe donc une grande partie de son temps à collecter de l’information, à la classer, à la valider, pour finalement la partager avec les autres journalistes. Pour faciliter la recherche et la classification de l’information, ainsi que le travail collaboratif, nous avons développé une plateforme collaborative avec une interface tactile : Colline (Collaborative Intelligent Newspaper Editor).

2Dans ce qui suit, nous présenterons la méthodologie qui nous a permis de réaliser notre recherche-action, puis les résultats qui nous ont conduits à la réalisation de Colline. Nous illustrerons l’apport de Colline par rapport aux systèmes en place.

2. Contexte de la recherche

3Le web bouscule la presse traditionnelle dans le monde entier et fait vaciller le modèle du journalisme traditionnel. Il convient de s’interroger sur les nouvelles pratiques journalistiques en terme de dispersion au sens de Foucault (Foucault, 1994 ; de Certeau, Giard, 1983 ; Ruelland, Utard, 2005).

4Les lecteurs veulent toujours s’informer, mais ils sont devenus plus critiques. Ils veulent dialoguer, voire contourner le journal en offrant leurs propres informations sur leur site personnel. Entre 2006 et 2007, le haut débit se développe et de nouveaux services ainsi que de nouvelles pratiques voient le jour. Les blogs intègrent le multimédia aux articles. Les lecteurs peuvent y ajouter leurs commentaires. Parallèlement le contenu généré par les internautes se développe avec des sites de vidéo en ligne. La notion de journalisme citoyen est créée. Chaque récepteur peut devenir émetteur. Le journaliste utilise alors le web comme canal de diffusion des informations qu’ils produisent en y incluant la dimension de participation. Cependant, il ne disparaît pas pour autant. Il redéfinit simplement son rôle en intégrant, en animant, l’apport et la participation des non-journalistes pour ainsi se rapprocher de ses lecteurs. Il sélectionne les meilleures sources sur un sujet et renvoie son lecteur vers les informations essentielles. Il vérifie les informations et croise les sources qui sont validées ensuite par toute la rédaction. Il répond aux questions, aux critiques, modère les commentaires et complète le travail des internautes (cf. journalisme de conversation).

5Le processus de rédaction d’un journal est donc changé (Joannes, 2007). Un article n’est plus rédigé par une seule personne. Il est le résultat d’un travail collectif. Il peut être le fruit d’une idée lancée par un internaute en amont ou enrichie par des commentaires à postériori.

6Les outils de travail du journaliste à l’ère électronique sont nombreux, peu coûteux et faciles d’usage. Un traitement de texte, un logiciel pour traiter les images fixes et animées ainsi que le son. L’édition se fait grâce au CMS et la compréhension et les retours de perception du lecteur par des blogs. Pour se faire connaître les rédactions ont recours à la syndication et à la syndication de contenus.

7Nous avons émis l’hypothèse qu’une plateforme collaborative avec une interface intuitive permettrait à chaque journaliste de manipuler des données et de donner à chacun les éléments dont il a besoin pour optimiser la collecte des informations, optimiser leurs vérifications, les rendre plus attractives et répondre dans l’immédiat. Ainsi, différents médias issus de sources de contenus hétérogènes (flux de syndications, dépêches d’agences ou banques d’images) pourraient être librement manipulés. Chacun des participants pourrait ainsi interagir avec ces « objets médias » pour ensuite, de manière collaborative, concevoir et élaborer les pages du journal. Principalement basée sur la technologie tactile, cette plateforme permettrait aux équipes de journalistes et aux rédacteurs de simplifier le workflow rédactionnel, notamment lors des réunions.

8Une fusion entre appareils mobiles et cet environnement collaboratif garantirait également l’extraction des contenus (notes, photos, enregistrements sonores ou vidéos effectués à partir d’un téléphone portable/appareil mobile) permettant ainsi de simplifier l’acquisition de médias. Pour vérifier les hypothèses et étudier les besoins de l’utilisateur, nous avons effectué une recherche-action.

3. Méthodologie

9Pour spécifier notre système Colline, nous avons pris en compte les attentes des acteurs vis-à-vis de cette nouvelle forme de communication ainsi que de leurs nouveaux besoins. À cet égard, nous avons étudié la littérature sur le métier de journaliste et son évolution ainsi que le contenu des sites journalistiques afin de formuler nos hypothèses. Ensuite, nous avons vérifié ces données sur le terrain avec une approche constructiviste.

10Les travaux de recherche concernant les transformations et la dispersion du journalisme en général (Ringoot, Utard, 2006 ; Augey et al., 2008) ont permis d’appréhender le journalisme par l’ensemble des discours produits par plusieurs acteurs appartenant ou non à la profession. La production d’un journal est ainsi perçue du point de vue des journalistes, des médias, des sources et des communicateurs. L’aspect collaboratif des sites étudiés a permis de déplacer le focus vers le public récepteur qui devient à son tour producteur journalistique. Pour analyser la typologie des sites journalistiques des sites web, nous nous sommes appuyés sur les outils typologiques de Rebillard (Rebillard, 2006).

11Nous nous sommes posés les questions suivantes : est-ce que les agences de presse ont intégré les TIC (technologies de l’information et de la communication) dans leur dispositif de production ? Quels usages en font-elles ? Quelle est la place des sources documentaires ?

12Ces éléments sont extrêmement importants puisque la qualité d’un article dépend non seulement de la compétence rédactionnelle du journaliste, mais aussi de la qualité informationnelle de l’article. Dans ce contexte, les ressources du Net et des internautes sont incontournables. Cependant il faut se demander si l’environnement professionnel, le savoir-faire et les mécanismes de travail du journaliste en ligne sont bien en adéquation avec les changements apportés par Internet. Pour répondre à ces questions, nous nous sommes intéressés à l’analyse des usages, des discours sur les représentations que se font les journalistes interrogés sur la presse en ligne.

13Afin d’affiner cette étude, nous avons choisi une approche constructiviste (Le Moigne, 1995). Les caractéristiques de notre recherche exploratoire et itérative sont relativement proches de la démarche préconisée par Crozier et Friedberg (Crozier, Freiberg, 1997). Nous avons fait le choix de combiner des observations pouvant nous aider dans un premier temps à formuler le questionnement de notre recherche, puis à approfondir le contexte de notre recherche-action et enfin de valider une réponse à notre question de recherche.

14Nous sommes intervenus dans des rédactions de journaux au niveau local, régional et national en France, aux États-Unis et en Allemagne pendant deux ans. Nous avons interviewé et observé une trentaine de rédacteurs ayant au minimum une formation bac + 3 et ayant exercé leur profession pendant au moins cinq ans. Notre échantillon se composait de deux tiers d’hommes et d’un tiers de femmes. Vingt travaillaient comme journalistes en ligne dans une rédaction et les dix autres rédigeaient à la fois le journal en ligne et le journal papier.

15Le fil conducteur de notre démarche repose sur une implication directe du chercheur sur le terrain en amont et en aval de notre questionnement. Pour la conception d’un journal en ligne, quatre critères sont importants : 1) la génération de solutions concernant le journal, 2) l’évaluation des solutions, 3) la prise de décision (Morin, 1990), et 4) la communication. Pour effectuer nos recherches sur le terrain, nous avons pris un modèle comprenant trois niveaux. Nous distinguons :

  1. le niveau individuel : le journaliste cherche une solution par rapport à la thématique qui lui a été confiée en fonction de l’actualité et du lectorat. Au fil de l’élaboration de l’article en ligne, l’expression, le marquage et le réseautage s’enchevêtrent. Ainsi, nous avons distingué les services dont le mode principal d’émission est collectif, tels que les forums, listes de diffusion, wikis, partie d’un portail ainsi que les services personnels ayant un aspect collectif mais qui font partie des outils personnels du journaliste, comme le bookmarking et le blogging. Le troisième service intègre les deux précités : les réseaux sociaux.
  2. linteraction entre journaliste et l’éditeur, le journaliste et les lecteurs/citoyens donnant leur opinion ou fournissant des informations dont ils ont été témoins, le journaliste et les fournisseurs d’information, et le journaliste et les autres journalistes,
  3. le projet rédactionnel dans sa globalité. La démarche de production d’un journal en ligne est conçue comme un double processus : l’action d’un collectif et l’articulation de l’activité d’acteurs individuels. La structuration des interdépendances et des actions entre les acteurs sont liées au type d’article et de journal à produire.

4. Résultats de la recherche-action et définition de Colline

16Les principaux problèmes lorsque le journaliste travaille sont la collecte d’information à partir de plusieurs sources multimédia, la validation de l’information, le sens, l’asynchronisation, surtout humain (la confiance et la solidarité), l’extraction de données, leurs annotations sémantiques et leurs représentations graphiques sur l’interface de l’environnement collaboratif. Un autre aspect important pour la définition de l’environnement collaboratif est l’interprétation et la classification des différents types d’interactions homme-machine possibles, à savoir quels gestes génèrent quelles actions ? Une étude approfondie des méthodes actuelles de rédaction électronique nous a permis d’optimiser les interactions et d’apporter de nouvelles solutions pour la création de l’environnement collaboratif.

17Par « collaboratif », nous entendons l’étude du contexte de travail du journaliste. « Collaboratif » peut impliquer plusieurs niveaux d’interactions et d’échanges interpersonnels différents.

18La première définition que l’on peut donner au terme « collaboratif » est que plusieurs sources d’information proposant des contenus hétérogènes sont mises en relation (Mash-Up) pour proposer ensuite un résultat bien défini. Cette approche laisse au journaliste l’entière liberté de choisir d’abord sa source (sites, blogs, agences de presse) mais aussi le type de format (RSS, XML etc.) à utiliser.

19Ceci est particulièrement intéressant dans le cas de sites tels que des portails qui vont automatiquement extraire leurs contenus rédactionnels sur différents autres sites partenaires à travers l’utilisation de flux RSS, web services ou contenus fournis par une régie. Cette masse d’informations est modifiable à loisir et permet ainsi de combiner plusieurs sources hétérogènes pour obtenir un résultat correspondant aux objectifs fixés par le rédacteur.

20D’un point de vue technique le problème le plus récurrent est la recherche d’articles ou de contenus informationnels ainsi que le choix du support de formats pour un affichage unifié. Par exemple, un portail pourra utiliser la technologie du flux RSS pour afficher les dernières actualités provenant de Reuters. fr, ensuite utiliser une API (Application Programming Interface) pour chercher des photographies géotaggées dans Flickr et pour finir utiliser un lecteur YouTube en Flash pour les vidéos. Le problème est qu’à l’heure actuelle cette agrégation de sources repose sur l’utilisation de technologies différentes. Très souvent le développeur ou la personne qui souhaiterait mettre en commun différentes sources d’informations, se trouve face aux problèmes de formats (RSS, Flash, Silverlight XML, API spécifiques aux web services) le restreignant dans sa volonté d’agréger différentes sources. Certes bon nombre de services utilisent des standards XML ou RSS mais l’intégration des informations récupérées pour réaliser directement une édition « papier » se heurte la plupart du temps à des problèmes de conversions, d’intégration et surtout à un réel problème d’ergonomie.

21La mise en commun de toutes ces sources d’informations est un véritable challenge, car pour l’heure très peu de formats (à l’exception des spécifications en MPG7) permettent une unification et une annotation universelle et correcte des médias (images, textes, vidéos). De plus il ne faut pas perdre de vue qu’un système collaboratif doit tout d’abord être intuitif et simple à configurer. Le temps consacré est également une donnée importante : l’information doit être rendue disponible le plus rapidement possible après un événement sans que l’aspect technique ne vienne ralentir ce processus.

22En partant de ce constat, la plateforme collaborative intuitive que nous souhaitons développer doit répondre aux questions et problèmes suivants : comment favoriser la recherche d’informations et la collaboration ? Comment mettre en valeur le travail du/des journalistes ? Comment permettre une fusion des médias ? Comment prendre en compte les modifications des modes de travail du journaliste (indépendant ou lié à une rédaction) ? Comment prendre en compte les méthodologies du monde de l’édition et du journalisme ? Comment rendre la recherche et la vérification de l’information plus simple ? Comment intégrer de manière simple et dynamique les nouveaux outils du journaliste (mobile, dictaphone) ? Comment permettre la fusion entre Web, communautés Web et flux d’informations traditionnels ? Comment mettre en valeur l’aspect collaboratif pour rendre le travail d’équipe plus productif lors de la phase de conception et de la mise en page ? Comment prendre en compte les questions de droits d’auteur (Copyright et Creative Commons) ?

5. Journalisme à l’heure du Web 2.0 : le journalisme citoyen

23Afin de mieux comprendre les enjeux et quelles modifications le Web a engendré au niveau de l’apport informationnel pour les journalistes, nous avons pris l’exemple de deux services communautaires qui ont connu une forte progression du nombre d’utilisateurs au début de l’année 2009, à savoir iReport de CNN (http://www.ireport.com), Citizenside (http://www.citizenside.com/​) et Twitter (http://twitter.com).

24Le site iReport, lancé après la Coupe du monde 2006, permet à toute personne souhaitant faire part d’une information sur le web, de poster un reportage vidéo sur la plateforme de CNN. Cette vidéo pourra ensuite être taggée/annotée et mise en ligne. CNN profite également de cette plateforme pour agrandir son pool de vidéo et ainsi permettre d’apporter à ses téléspectateurs des reportages pris sur le vif et très proches de l’événement.

25Citizenside est un des premiers services permettant à tout un chacun de publier ses photos ou vidéos et d’être rémunéré si l’un des clichés est acheté par une agence de presse ou un magazine. La plateforme est particulièrement intéressante notamment lorsque des évènements importants se déroulent dans des endroits reculés et dans un laps de temps très court dans lequel il est difficile de dépêcher une équipe sur place (incidents politiques, sportifs people ou évènements climatiques (tornade, inondation)). Citizenside capitalise également sur l’utilisation des nouveaux moyens de communication en proposant notamment aux utilisateurs d’iPhone de rédiger et de prendre des photographies des événements qu’ils sont en train de vivre.

26Une fois téléchargés sur le serveur de Citizenside, les informations sont ensuite analysées, notées et classées suivant leur contenu et leur qualité journalistique. Consciente que le journalisme citoyen allait jouer un rôle de plus en plus déterminant de par l’acquisition et la couverture de certains événements, l’AFP (Agence France Presse) a dès 2007 pris une participation dans la société Citizenside.

27Twitter est un service en ligne qui permet à un utilisateur de signaler à son réseau « ce qu’il est en train de faire ou de vivre ». Il est possible d’envoyer et de recevoir ces updates (mises à jour) par l’Internet, par messagerie instantanée ou par messagerie numérique. Un gros problème à l’heure actuelle est que Twitter ne propose pas de corrélation entre les tweets et les recherches dans les mises à jour passées : il n’est pas possible de préciser sa recherche à l’aide de filtres pour trier et sélectionner l’information souhaitée.

6. Système Colline

28Le système Colline permet de répondre aux besoins des journalistes en leur proposant un support multitouch qui leur permettra d’intégrer, de manière intuitive lors des séances de préparation et de rédaction, plusieurs flux d’informations distincts (RSS Feeds de plusieurs canaux (AFP, Reuters), ou encore d’utiliser des banques d’images en ligne telles que Flickr, Panoramio, mais aussi de diffuser des vidéos, par exemple sur YouTube ou Dailymotion).

29Colline permet de synchroniser un appareil pourvu de la technologie WLAN pour extraire et accéder à ses propres informations individuelles. Par exemple, en synchronisant un appareil photo numérique ou bien son iPhone, le journaliste pourra sans problème intégrer son appareil (avec son contenu sémantiquement annoté ou géotaggé) dans le workflow rédactionnel et pourra librement choisir, à partir de l’écran, quel média pourra être utilisé par le reste de l’équipe.

Figure 1 – Capture d’écran du terminal collaboratif Colline

Figure 1 – Capture d’écran du terminal collaboratif Colline

30L’utilisation de Wikipédia permet d’avoir plus d’informations (background informations) sur certains sujets d’actualité facilitant ainsi la recherche et l’intégration de définitions ou d’informations techniques.

Architecture de Colline

31L’illustration ci-dessous montre l’architecture et la combinaison des services que le système Colline propose.

Figure 2 – Capture d’écran du terminal collaboratif Colline

Figure 2 – Capture d’écran du terminal collaboratif Colline

32La première « couche » du système représente les différentes sources d’informations ou services imbriqués (pluggables) pour la partie « extraction de données ». Ces informations peuvent être directement adressées et déplacées par drag-and-drop sur la page vierge située au centre de l’écran. Les différents services/sources d’informations planifiés pour le système Colline sont : les flux RSS (AFP, Reuters), Flick’r, YouTube, Wikipedia.

33La couche application permet de faire le lien entre les sources d’informations et leur utilisation dans la mise en page finale. La couche interaction permet de définir les modalités d’acquisition et de manipulation des médias (par geste multitouch).

Apport collaboratif de Colline

34En partant des constatations et des recherches empiriques sur les méthodologies employées lors des séances de rédaction et de pagination, nous sommes venus à la conclusion que de nouveaux modes d’interactions permettraient d’enrichir et de rendre le processus de mise en page plus rapide. C’est là qu’intervient le deuxième aspect « collaboratif » du système : permettre à plusieurs journalistes d’interagir simultanément sur une zone de travail commune.

35Grâce à la technologie multitouch il est possible d’offrir plus d’interactions, ce qui permet à chacun des participants de mieux mettre en valeur son travail de recherche et d’interagir directement sur le processus de rédaction. L’interface très intuitive permettra même aux journalistes qui n’ont pas de formation spécifique en informatique, de composer de manière intuitive un journal. De plus, chaque journaliste pourra apporter lors des séances de rédactions son appareil mobile personnel et ainsi compléter la bibliothèque de médias de la rédaction.

Interactions avec les médias

36La partie de droite présente différentes sources de médias (AFP, Reuteurs) que le journaliste peut choisir et sélectionner suivant certains critères. Les images présentées sont également annotées et classées suivant des rubriques (politique, sport, techniques et sciences etc.). Les utilisateurs pourront à l’aide de filtres affiner leurs recherches et obtenir des informations répertoriées.

Interactions et fusions avec une caméra et des téléphones portables

37L’une des nouveautés du système Colline est la possibilité de pouvoir synchroniser directement un appareil mobile (caméra ou téléphone portable) avec le terminal Colline. Pour cela l’utilisateur active le logiciel mobile Colline (pour l’instant programmé en Cocoa Touch pour les iPhones et iPod touch). À partir de là, l’utilisateur peut directement extraire les données de son appareil mobile et continuer à manipuler ces contenus librement et directement sur une surface multitouch.

38L’avantage d’un tel système est évident : le journaliste n’est plus contraint de visualiser le média sur son appareil de surface d’affichage assez réduite : il peut directement « sortir » une image et par des gestes (pinch avec deux doigts, toucher avec trois doigts) effectuer des modifications d’échelle ou retravailler l’image.

39Cette manière d’interagir avec le système n’est pas uniquement limitée aux images : les vidéos se laissent également intégrer. Un premier prototype de capture d’image à partir d’une vidéo est en cours de réalisation. Le journaliste peut donc grâce à une base de données de contenus provenant à la fois de la communauté web, de ses recherches personnelles sur le terrain et du système Colline, facilement créer et mettre en page un journal, d’une manière intuitive et collaborative.

40Une autre fonctionnalité intéressante du client mobile consiste à pouvoir prendre une photo et la stocker directement sous forme d’aperçu dans une fiche. Ces fiches éditables sont en fait une dématérialisation du carnet de notes traditionnel. Des commentaires, des liens ou la position géographique actuelle de l’évènement peuvent être rajoutés. L’aspect communautaire est également présent avec une option permettant de recevoir des mises à jour via Twitter.

41Une fois revenu à son bureau, le journaliste pourra synchroniser ses données et stocker ses annotations directement dans la base de données de la rédaction. Lors de la réutilisation du contenu ou du média, ces annotations permettront un gain de temps évident et un accès rapide.

Opinions et tendances

42Lors de la création d’un journal, bon nombre de rubrique sont uniquement informationnelles et reprennent dans la plupart des cas de figure les dépêches des agences de presse. Un aspect intéressant du système Colline est la possibilité d’accéder directement aux tendances actuelles et opinions. Bon nombre de services communautaires (tels que qik.com ou seesmic.com) permettent d’obtenir de manière précise et rapide des avis d’internautes sur certains sujets d’actualités.

Gestion des droits pour les images

43Un des problèmes très récurrents dans l’édition est la gestion des droits d’auteurs concernant les médias diffusés et imprimés. Grâce aux différentes API des diffuseurs d’images ou de vidéos en ligne il est possible à l’heure actuelle de déterminer quelles créations sont protégées par copyright ou par Creative Commons.

44Les différents droits sont représentés par une icône qui viendra se placer à côté des médias sélectionnés. Afin de simplifier le travail du « layouteur », une mention avec le copyright sera intégrée automatiquement.

Conclusion

45À partir de recherches empiriques, nous avons développé une méthodologie pragmatique pour la rédaction d’un journal en ligne. Cette méthodologie nous a permis de spécifier et développer un environnement rédactionnel collaboratif intuitif qui permet au journaliste en ligne et à la rédaction d’un journal de rechercher, de classifier les médias, pour produire des articles en temps réel et contribuer ainsi à la fidélisation de l’audience. Un prototype de Colline est en cours de développement au niveau international. Les futurs développements prendront en compte les évolutions du métier de journaliste, les outils, les changements organisationnels des rédactions, ainsi que les pratiques professionnelles inhérentes à chaque pays.

Bibliographie

Bibliographie

Augey Dominique, Demers François, Tétu Jean-François, 2008, Figures du journalisme, Brésil, Bretagne, France, la Réunion, Mexique, Québec, Québec, Presses de l’Université de Laval.

Baumard Philippe, 1997, « Constructivisme et processus de la recherche : l’émergence d’une posture épistémologique chez le chercheur », Cahiers de recherche LAREGO, Université de Versailles St Quentin, septembre.

Certeau Michel de, Giard Luce, 1983, L’Ordinaire de la communication, rapport au ministère de la Culture, Paris, Dalloz.

Crozier Michel et Friedberg Ehrard, 1977, L’Acteur et le Système, Paris, Le Seuil.

Estienne Yannick, 2007, Le Journalisme après Internet, Paris, L’Harmattan.

Foucault Michel, 1994, Dits et écrits, Paris, Gallimard.

Joannès Alain, 2007, Le Journalisme à l’ère électronique, Paris, Vuibert, collection Lire et Agir.

Kazoun Chafic, Lott Joey, 2008, Programming Flex 3 : The Comprehensive Guide to Creating Rich Internet Applications with Adobe Flex, Sebastopol, O’Reilly Media, Adobe Developer Library.

Le Moigne Jean-Louis, 1995, Le Constructivisme, tome 2, Épistémologie de l’interdisciplinarité, Paris, ESF, 315 p.

Rebillard Franck, 2007, Le Web 2.0 en perspective. Une analyse socio-économique de l’Internet, Paris, L’Harmattan, collection Questions contemporaines.

Ringoot Roselyne, Utard Jean-Michel, 2005, Le Journalisme en invention, nouvelles pratiques nouveaux acteurs, Rennes, Presses Universitaires de Rennes.

Ruellan Denis, Thierry Daniel, 2000, Nouvelles Technologies de la Communication : nouveaux usages, nouveaux métiers, Paris, L’Harmattan.

Sadun Erica, 2009, The iPhone Developer’s Cookbook : Building Applications with the iPhone SDK, Boston, Addison-Wesley.

Table des illustrations

Titre Figure 1 – Capture d’écran du terminal collaboratif Colline
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/5679/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 167k
Titre Figure 2 – Capture d’écran du terminal collaboratif Colline
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/5679/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 149k

Auteurs

Centre de recherche sur les médiations, CRM (EA 3476), Université Paul Verlaine Metz. ross@univ-metz.fr

Deutsches Institut für Künstliche Intelligenz, Intelligente User Interface, D-66123 Saarbruecken. matthieu.deru@dfki.de

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540