Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Stratégies du changement dans les systèmes et les territoires

 | 
Lise Viera
, 
Nathalie Pinède

Axe 4. Mutations des logiques éditoriales

L’observatoire numérique : un nouvel instrument au service du dialogue science-société ?

Anne Piponnier

Texte intégral

1Dans un contexte socioéconomique et politique marqué par l’accroissement de la complexité et de l’incertitude (Callon et al., 2001), la création d’observatoires comme outils d’aide à la décision devient stratégique pour les organisations, quels que soient leur statut et leur secteur d’activité. Avec ces dispositifs, les organisations entendent se munir d’instruments de veille et de prospective destinés à accompagner leur action et à en légitimer la conduite. Cette démarche est particulièrement sensible dans le domaine de la gestion territoriale où les observatoires sont en plein essor et deviennent un élément-clé du système d’information territorial.

2L’observatoire numérique (ON), présenté dans les discours d’acteurs comme l’instrument du changement et de l’innovation, n’a paradoxalement à ce jour pas fait l’objet d’études critiques, alors même qu’il tend à instaurer un cadre d’action largement distribué dans les organisations. Notre contribution s’attache à explorer quels sont, dans le domaine territorial, les ressorts et les impacts de l’adhésion à ce type de dispositifs. Elle montre que l’ON est un objet sociotechnique doté de dynamiques informationnelles et cognitives qui lui sont propres. Il témoigne de pratiques sociales en tension, fondées sur la mise en scène d’un agir commun, l’observation territoriale, dont les organisations territoriales se saisissent dans leur recherche pragmatique de gouvernance.

3Cette pratique sociale instrumentée procède d’une approche scientifique partagée du territoire. Elle montre l’émergence de nouvelles formes de construits sociaux, nés de l’interaction et de l’échange entre les acteurs dans le domaine de l’intervention territoriale. Elle nous incite à revisiter un aspect des relations science-société et à redéfinir celles-ci comme un espace d’action construit collectivement et inscrit dans des pratiques situées de médiation.

1. Cadre méthodologique

4Notre analyse d’observatoires numériques territoriaux (ONT) a pris place dans le cadre de la participation à un projet de recherche inscrit au 6e PCRD (2006-2009), l’Action de Coordination pour le Réseau Européen d’Intelligence Territoriale (caENTI). Ce projet avait pour objectif scientifique un travail interdisciplinaire sur le concept et les méthodes de l’intelligence territoriale. L’évaluation de l’activité éditoriale de projet qui nous a été confiée nous a conduit à identifier le rôle des observatoires dans la structuration de ce programme (Giddens, 2005), à la fois comme espace de pratique territoriale et comme instrument de sa visibilité sociale. L’analyse des pratiques d’acteurs autour de ces observatoires numériques nous a permis d’éclairer dans les processus de conception de ces dispositifs, les points de passage par lesquels se met en place une conception partagée de l’observation territoriale mais aussi les tensions qu’elle révèle à l’épreuve de sa mise en public dans un espace social élargi.

5Nous examinerons dans un premier temps les dynamiques informationnelles propres aux dispositifs numériques d’observation territoriale. Nous dégagerons ensuite ce qui dans les pratiques numériques témoigne de la mise en œuvre sur les réseaux d’un construit social, l’observation territoriale, pour conclure enfin sur les enjeux sociocognitifs de l’observation comme pratique instrumentée au sein de l’espace social.

2. L’observatoire numérique territorial : quels contenus, pour quelles stratégies ?

  • 1 Outils et méthodes de la recherche en sciences sociales qui croisent approches quantitative et qua (...)

6Les ONT connaissent actuellement sur les réseaux un développement significatif. La très grande majorité des organisations territoriales disposent en effet à l’heure actuelle d’un observatoire numérique. Sites dédiés au sein des portails d’information territoriale, ils occupent désormais une place stratégique dans le système d’information territorial, et ce, quelle que soit l’échelle d’intervention considérée, région, pays, ville, commune. Leur mission déclarée est de produire et de fournir une information à valeur ajoutée aux acteurs du territoire à partir de l’usage d’outils et de méthodes validés scientifiquement1.

7Cette mission, largement exposée dans les argumentaires de présentation des observatoires, réfère à une politique territoriale volontariste de la gestion des ressources informationnelles. Celle-ci invoque communément l’importance stratégique d’un instrument de veille, qui soit à la fois mobilisable par l’ensemble de ses acteurs et adaptable à l’évolution des besoins d’information. Le rôle dévolu à l’instrument d’observation et la confiance accordée à son optimisation numérique s’est forgé dans un contexte politique et organisationnel qui incite les organisations territoriales à adapter leurs instruments à de nouveaux modes de gouvernance.

8Les observatoires numériques ont, ainsi, d’abord été conçus comme des vecteurs de diffusion de l’information territoriale en direction des partenaires institutionnels et professionnels, l’objectif étant de proposer dans une interface adaptée un ensemble d’indicateurs utiles à l’action territoriale et à sa mise en visibilité.

9Produits de l’initiative institutionnelle, menée dans une perspective de diversification de la communication territoriale (Tétu, 1995), ces dispositifs évoluent aujourd’hui vers de nouveaux contenus et usages. L’extension et la diversification croissante des observatoires marque ici non seulement l’adoption d’un outil dans un domaine de l’action publique, mais également l’appropriation progressive de l’instrument dans ses multiples composantes sociotechniques. Ce processus d’appropriation peut être relevé à trois niveaux de la pratique d’observation : l’offre de contenu, la dynamique éditoriale, l’entrée de nouveaux acteurs.

L’offre de contenu

10L’offre de contenu est adossée au « cœur de métier » de l’observation dont elle utilise, de façon globale ou partielle, les outils, produits et services de référence. Elle est construite sur la production de chiffres-clés, statistiques, banques de données documentaires, rapports, états de l’art. Ce cœur de métier structure l’offre de contenu de manière explicite : l’interface numérique de l’observatoire permet une consultation des données produites et recueillies à travers un jeu de rubriques prédéfinies qui reprennent les principaux éléments constitutifs de l’activité d’observation.

11Ce profil générique, largement distribué dans le corpus, montre une volonté d’outiller l’action en facilitant l’accès aux ressources informationnelles et de donner à celles-ci une visibilité dans le système d’information territorial. Elle propose une approche cumulative des ressources d’information dans une logique de diffusion (Piponnier, 2005), l’offre de contenu étant généralement sous la responsabilité d’un groupe d’acteurs restreint (chargés de mission, cellule de veille, par exemple). L’usage de l’observatoire, fondé sur une stratégie itérative de consultation des données, montre la confiance que les promoteurs de ces dispositifs accordent au dispositif technique et à son utilisation, supposée aller de soi : les intitulés de rubriques se veulent explicites, les parcours de navigation considérés comme clairs, l’accès effectif relevant d’une incitation institutionnelle. Mais à ce niveau, cette confiance dans les instruments est également observable dans l’offre de contenu elle-même. Lorsqu’elle reprend à son compte certains des outils et des méthodes de l’observation, l’observation territoriale valide et légitime dans le domaine de l’information territoriale des instruments dont l’usage et l’impact social ont fait par ailleurs l’objet d’un travail critique (Desrosières, 2000 ; Lorrain, 2006).

12L’étude du corpus extensif des ONT montre cependant que ce type d’offre est actuellement en pleine évolution. Les contenus mais aussi les accès à ces contenus s’affinent et se diversifient. Le périmètre de l’offre tout comme son profil vont donc évoluer selon la représentation que se font les acteurs institutionnels de l’observatoire comme outil d’aide à la décision.

La dynamique éditoriale

13L’expérience de la gestion de contenu se traduit en effet dans les ON par un certain nombre d’aménagements et d’ajustements qui ont pour objectif déclaré de faire évoluer l’offre et de l’adapter à une demande que les porteurs de projets d’observatoires annoncent comme croissante et diversifiée. Cette évolution de l’offre passe par la mise en place d’un travail d’éditorialisation des contenus, qui se préoccupe non seulement de la pertinence et de la qualité de l’offre, mais également de ses conditions de production et réception.

  • 2 Par exemple, la méthode Catalyse, développée par le centre MTI@ SHS (laboratoire ThéMA, université (...)

14Au plan de l’offre de contenus, l’ON ne va donc pas se limiter à garantir l’accès à un socle d’informations, un ensemble de données fiables que les acteurs (élus, services techniques, équipes projet,..) peuvent mobiliser à tout moment au fil de leur activité. L’ON élargit et diversifie de plus en plus son périmètre informationnel en intégrant de nouveaux produits de l’observation, plus ou moins formalisés, tels que des études de cas, des enquêtes, des témoignages d’acteurs, mais aussi en livrant un certain nombre d’outils jusque-là réservés en interne aux seuls experts de l’observation territoriale, tels que des outils cartographiques ou de nouvelles méthodes d’observation territoriale2. Du point de vue de l’accessibilité aux contenus, l’étude du corpus montre par ailleurs que de nouvelles stratégies de publication accompagnent la diversification de l’offre. Le travail sur les rubriques se complète et s’affine, les parcours de navigation, plus lisibles, sont explicités sur la page d’accueil et enfin, les contenus font l’objet d’un péritexte destiné non seulement à valoriser les contenus, mais aussi à en faciliter l’usage ou la production. La mise en place de sites dynamiques utilisant des outils d’édition web tels que les CMS sont à cet égard censés faciliter le dépôt et le suivi éditorial des données d’observation.

15L’analyse du processus éditorial révèle une requalification de la fonction instrumentale de l’observatoire : à une offre de contenus verticale, fondée sur la gestion cumulative des données et sa consommation au fil de l’activité, vient se greffer une approche horizontale qui repose sur une incitation à la réactivité et à la participation sociale. Ces dernières passent par une volonté des acteurs de faciliter l’usage des données et leur réappropriation dans une dynamique contributive. Symétriquement, la fonction de veille de l’observation territoriale s’en trouve réinterprétée : en articulant recueil de données, outils d’analyse et terrains d’investigation, l’ON tente de construire un dispositif dynamique, capable de faire de l’observation non seulement un outil efficace de prospection mais aussi un instrument de l’animation territoriale.

L’entrée de nouveaux acteurs

16Cette évolution du concept d’observation territoriale par la pratique de médiatisation est renforcée par l’ouverture des dispositifs à de nouveaux acteurs.

  • 3 C’est le cas notamment des observatoires Catalyse qui entendent organiser « la comparaison entre d (...)

17Conçus et réalisés à l’origine par les acteurs institutionnels des territoires (services techniques, cellule de veille et de prospective) comme dispositifs internes de travail, les ON s’ouvrent à de nouveaux partenaires de la gestion et de l’animation territoriale, tels que les associations, les groupes d’intérêt et certaines communautés de pratique. Ceux-ci sont non seulement appelés à utiliser les ressources de l’ON mais également à user du dispositif comme cadre d’action3. Dès lors la participation active des parties prenantes de l’observation territoriale est une des composantes essentielles de l’observatoire. Elle indique un déplacement dans la conception que se font les acteurs du rôle de l’observatoire et de son statut dans la structuration de l’activité, comme dans la construction d’une représentation collective qu’ils se font de l’observation territoriale en tant qu’activité sociocognitive.

18L’évolution de l’offre de contenu montre les dynamiques informationnelles (Guyot, 2006) propres à l’activité d’observation territoriale et comment, en retour, celles-ci construisent une dynamique éditoriale qui construit le cadre d’action de l’observation territoriale. L’étude des ONT montre le passage d’un dispositif vecteur d’information vers un dispositif que l’on peut qualifier de « ressource de médiation » qui « joue un rôle actif dans la confiance qui s’établit entre les acteurs, et dans la constitution d’acteurs collectifs » (Grossetti, 2008). L’ON comme ressource de médiation travaille dès lors, à travers le dispositif médiatique, la vision que se font les acteurs de la conduite du changement territorial : s’agit-il d’une question d’instrument et/ou de pratique instrumentée ?

3. L’ONT : des pratiques sociocognitives en tension

19L’usage médiatique de l’observation territoriale, tel qu’il s’incarne dans les ON étudiés, procède de logiques d’action, qui pour être diversement menées, convergent autour de trois axes de réflexion : le rôle des instruments dans l’action, la relation au terrain, la démarche de projet dans le contexte territorial.

S’équiper pour agir

20L’usage croissant des ON témoigne en premier lieu de la volonté des organisations territoriales de disposer d’un outil stratégique qui facilite la prise de décision territoriale à moyen ou long terme. Dès lors, au-delà de la valeur d’usage revendiquée par l’ON, se pose la question centrale de la dimension symbolique attribuée à ces instruments, d’une part au sein d’un dispositif d’information local mais aussi et surtout dans un espace public élargi. Quelle vision de l’agir territorial cet usage croissant des ON contribue-t-il à forger ? Cette vision opère-t-elle dans une seule perspective technicienne ou prend-elle en compte toute la dimension sociale incluse dans la technique, en ouvrant notamment le dispositif d’observation à de nouveaux objets de recherche et à de nouveaux acteurs ?

  • 4 Cf. supra, « La dynamique éditoriale ».

21L’étude du corpus élargi montre une tension dans les pratiques entre une confiance instrumentale largement partagée et des pratiques instrumentées qui tendent à relativiser cette confiance. L’instrument dans ses multiples déclinaisons est une donnée incontournable de l’activité d’observation, il traduit une forme de confiance dans la technique. Rarement interrogées, la production de chiffres, la description de modèles d’analyse semblent, dans leur accumulation même, aptes à limiter l’incertitude et suffire à autoriser la prise de décision dans un environnement complexe. Le contexte organisationnel peut en partie expliquer cette confiance : l’observatoire est un dispositif lui-même encastré (Giddens, 2005) dans un dispositif englobant, le système d’information territorial, dans lequel la technique joue un rôle structurant. L’observatoire y acquiert un double statut, à la fois outil opérationnel de production d’information territoriale et dispositif au service de la structuration de la communication territoriale. Parallèlement les ON développent, nous l’avons vu plus haut4, des processus de médiation de l’observation qui accompagnent les outils et les démarches de l’observation. Ces processus sont un indicateur clé de la fabrique de l’observation comme construit social. Elle montre comment la confiance instrumentale, à défaut d’être remise en question, se déplace vers une pratique instrumentée, dont les acteurs négocient le profil, dans leurs contextes d’action respectifs. Elle semble néanmoins indiquer le maintien d’une ligne de force faisant de l’instrument d’observation l’élément organique du pilotage de l’activité territoriale. L’ON comme dispositif dédié à l’observation est à ce titre un agent organisationnel et médiatique de l’observation (Cooren, 2004), susceptible d’articuler les outils et techniques d’observation pour en organiser le sens et l’impact auprès des parties prenantes.

22Avec la mise en place généralisée d’un observatoire et sa publicisation progressive au sein des espaces publics de communication territoriale (portails régionaux, sites de ville ou d’agglomération), les territoires entendent construire une représentation partagée de l’observation territoriale, comme activité et compétence collective fondée sur un usage raisonné des instruments de l’observation.

Conduire le projet territorial

23Pratique collectivement construite, l’observation territoriale s’inscrit dans une démarche de projet, un cadre d’action qui fonde désormais le territoire (Piponnier, 2008). Cette corrélation est attestée dans l’ensemble du corpus étudié. Elle est repérable à plusieurs niveaux du dispositif médiatique : dans les textes d’accompagnement situés en accroche éditoriale des observatoires, dans la contiguïté des énoncés entre observation et projet dans le système d’information territorial. La mise en perspective de l’observation et du projet révèle comment dans le domaine de l’action publique territoriale, via le dispositif numérique, se noue une interaction forte entre deux types d’instruments qui se renforcent réciproquement. L’observatoire est un instrument inscrit dans l’espace médiatique du projet de territoire, un projet qui oriente son action et auquel il apporte en retour la caution « scientifique » de données fiables, d’outils validés et maîtrisés. Ainsi dans l’approche managériale qui fonde aujourd’hui l’action territoriale, l’observation est clairement instituée comme instrument au service du projet territorial. Par elle, le projet de territoire se trouve informé : il prend forme et informe les parties prenantes à partir d’un outil décisif, le diagnostic territorial sur lequel il fonde ou refonde ses grandes orientations. Légitimé dans l’organigramme informationnel du territoire, l’ON l’est par sa vocation instrumentale, dans l’ensemble du système d’information organisationnel territorial (Le Moënne, 2004).

24Mais l’organisation médiatique de l’ON indique aussi comment l’observatoire est, en soi, un projet plus ou moins formalisé et à quelles conditions il s’articule au projet global. Les approches horizontale (site participatif, de projet) et/ou verticale (site de production et de diffusion d’information spécialisée) coexistent dans le corpus, parfois se superposent dans certains dispositifs. Elles traduisent les degrés d’appropriation d’une démarche de projet, de son insertion dans la pratique territoriale.

25Projet et observation interagissent donc fortement dans la conception et le développement des ON : ils forment le cadre d’action institutionnel et politique (le projet de territoire) et opérationnel (le projet d’observatoire) au service d’un objectif partagé. Pour G. Pinson (2005), l’instrument projet se caractérise par la mobilisation sociale, une pensée de l’existant et une critique des savoirs experts et sectoriels. Cette définition nous éclaire ici sur l’articulation forte entre projet et observation et la tension cognitive et pratique qui peut en résulter.

Prendre en compte le terrain

26Dans la construction de son objet, l’observation territoriale ne peut faire l’impasse sur le terrain sans lequel son action serait nulle et dont elle tire une grande partie de sa légitimité. Cependant cette relation au terrain ne va pas nécessairement de soi dans les observatoires numériques. Diversement prise en compte et mise en scène, elle révèle les enjeux, pour la communication territoriale, de l’interaction entre terrain et enquête.

27Chaque ON est fondé sur le recueil et le traitement de données provenant d’un terrain d’enquête délimité : un secteur d’activité (industrie, agriculture,...), une thématique socioéconomique (emploi, santé, loisirs...) ou un groupe social (jeunes, actifs, retraités,...). Traduits en chiffres, statistiques, ces secteurs ou groupes cibles de l’enquête prennent le risque d’être naturalisés au profit d’indicateurs qui, malgré leur finesse, ne recouvrent que très imparfaitement une réalité difficile à saisir. Le rôle médiateur de l’ON peut être ici déterminant. Dans un contexte de gestion cumulative des données, peu médiatisées, le rapport au terrain semble bien distendu, en tout cas assujetti à une logique d’extraction et le terrain lui-même considéré comme un gisement d’informations à exploiter. L’ON renforce dans ce cas la dimension instrumentalisante de l’enquête. Ailleurs, le choix de mettre en relation les données par un système d’hyperdocumentation, de renforcer la navigation entre les rubriques, de créer des médiations documentaires, tend à rendre au terrain sa dynamique. La capacité à restituer ces données et à leur conférer du sens fait de l’ON non pas un simple outil de gestion fonctionnelle de l’observation territoriale mais un instrument cognitif dont la portée sociale et symbolique se construit à l’épreuve d’un terrain diversement représenté.

28À l’issue de cette enquête, l’observation territoriale apparaît comme une pratique sociale en tension. Malgré les risques de clôture institutionnelle (rationalisation d’une pratique par les instruments), organisationnelle (approche managériale du projet), communicationnelle (qui parle réellement, à qui, de quoi ?), quel sens donner à une pratique sociale dont l’organisation médiatique se consolide et s’accroît dans le champ du développement territorial ?

29Ceci nous conduit à nous interroger sur les processus de construction et d’appropriation de cet agir et les enjeux de son développement dans l’espace public des réseaux.

4. L’essor des observatoires numériques : vers une nouvelle approche du dialogue science-société

30L’enquête menée sur les dispositifs numériques d’observation territoriale a montré comment se construit une pratique sociale, confrontée à la fois aux modèles de l’information scientifique et technique, et à un environnement sociotechnique fortement instrumenté. Cette mise à l’épreuve de l’activité professionnelle dans un environnement à la fois très structurant et ouvert pose la question de la publicisation des savoirs et des techniques. Elle demeure peu traitée, tant par la critique que par les acteurs eux-mêmes. Cet implicite, rarement levé dans les discours d’escorte des observatoires numériques, nous semble porteur, au contraire, de nouvelles tentatives pour renouer le dialogue science-société.

31Nous souhaitons appréhender la problématique du dialogue science-société comme pratique sociale et recherche d’un monde commun (Callon et al., 2001). Nous l’explorons ici à travers un mode de gouvernance, l’observation territoriale, considéré comme susceptible de déplacer et de recomposer au sein de l’espace social les objets, outils et acteurs de la connaissance. L’ON nous paraît à cet égard, au-delà de sa fonction instrumentale décrite plus haut, devoir être interrogé plutôt comme un terrain privilégié de l’expérimentation de ce dialogue. Dès lors, à une approche duale science et société, dans laquelle le dispositif sociotechnique constituerait un outil de rapprochement entre deux mondes considérés comme clos, nous préférons une approche pragmatique qui postule l’interaction fondamentale entre savoirs et usages, technique et social, dans un temps et un espace socialement situés. Cette approche nous incite à reconsidérer les processus par lesquels s’éprouvent les conditions de ce dialogue.

32L’observation territoriale, quels que soient ses modes d’action, est une construction critique portée par un ensemble d’acteurs pluriels. À ce titre, elle est d’abord un processus d’appropriation de l’objet technique dans l’action (Conein et al., 1993), marqué par une série d’adaptations de l’objet technique aux contraintes d’usage de l’activité territoriale. L’ON est un objet qui tire son sens de l’action et, en retour, crée l’action par l’usage qui en est fait : c’est d’ailleurs sur cette interdépendance outil/pratique que repose en grande partie la confiance instrumentale. L’observation territoriale est également un processus d’apprentissage de nouvelles pratiques de travail que l’on pourrait qualifier d’infomédiation. La publicisation de l’observation implique en effet pour les acteurs, non seulement la maîtrise de savoirs savants et opérationnels propres à l’activité d’observation, mais aussi l’acquisition progressive de savoirs et de techniques notamment éditoriales qui élargissent et recomposent en partie le champ des pratiques professionnelles. Enfin, le cadre d’action institué par l’interaction entre projet de territoire et dispositif numérique place l’activité d’observation dans un processus d’ajustements continus de l’action. Il pose la question de l’apprentissage et de l’acceptation d’une organisation de travail évolutive, qui concerne non seulement l’efficience de l’activité dans le cadre du projet de territoire, mais aussi sa légitimité dans le champ social.

33À partir des processus d’apprentissage sociocognitifs relevés dans la mise en place des ON, trois indicateurs forts de l’observation territoriale comme lieu d’expérimentation d’un dialogue science-société peuvent ici être dégagés.

  • 5 On notera à ce titre l’impact des projets de R&D dans la construction d’une observation compréhens (...)

34On notera en premier lieu la dimension interculturelle de cet agir : il s’agit d’une pratique partagée dans de multiples pays (France, Espagne, Italie, Belgique,…), qui concerne une pluralité d’acteurs (économiques, institutionnels, politiques, associatifs,...) et s’exerce dans des contextes socioéconomiques très divers (échelles d’action très variables). En second lieu, on insistera sur la dimension sociocognitive d’un agir collectif qui permet des déplacements entre des pôles considérés comme distincts et qui trouvent dans le dispositif de nouvelles conditions de production et d’échange des savoirs (certes encore timides dans le corpus mais attestées). L’ON conçu comme dispositif de médiation d’une activité de veille s’expose au social. À travers l’évolution éditoriale des ON, se dessine la manière dont la question de l’observation territoriale sort du champ de l’expertise pour aller sur le terrain de l’expérimentation sociale et d’une construction de sens partagé (Callon et al., 2001 ; Nowotny et al., 2003). Enfin, la pratique de l’observation et sa médiatisation s’accompagnent d’une forme d’ouverture institutionnelle dont on peut trouver les signes discrets mais néanmoins présents dans les ON. Largement conçus et développés dans des contextes politiques d’évaluation du territoire, les dispositifs intègrent de plus en plus une approche compréhensive fondée sur de nouveaux acteurs, outils et méthodes qualitatives5.

35L’usage d’un cadre d’action, l’ON, bien que contraint par les instruments et les méthodes utilisés, témoigne d’une certaine capacité des acteurs à l’auto-organisation. Celle-ci s’exprime dans les dispositifs numériques par des processus de médiation de l’observation, porteurs de dynamiques de changement et d’une forme d’innovation ascendante (Von Hippel, 2002).

36Symétriquement, on observe qu’en portant dans l’espace public cette pratique instrumentée, l’observation territoriale forge et légitime en retour ces instruments, ainsi que les règles naissantes d’une pratique sociale partagée. Deux modèles d’observatoires semblent ici coexister : l’ON comme instrument, à vocation prescriptive, qui tend à naturaliser les pratiques d’observation versus l’ON comme ressource, à vocation de médiation qui tend à interpréter les pratiques d’observation.

37Au terme de cette enquête sur les ON, l’observation territoriale peut être envisagée comme un espace instituant d’une nouvelle forme de pratique cognitive dans l’espace public. À ce titre, le dispositif d’observation, tel qu’il se généralise dans sa double dimension fonctionnelle et médiatique, peut être répertorié au titre des instruments de gouvernance (Lascoumes, Le Galès, 2005) dont l’impact politique et social mérite d’être plus largement exploré.

Bibliographie

Bibliographie

Callon Michel, Lascoumes Pierre, Barthe Yannick, 2001, Agir dans un monde incertain, Paris, Le Seuil.

Conein Bernard, Dodier Nicolas, Thévenot Laurent (dir.), 1993, Les Objets dans l’action, Paris, EHESS, Raisons pratiques no 4.

Cooren François, 2004, « Textual Agency : How Texts Do Things in Organizationnal Settings », Organization, no 11, p. 373-393.

Desrosières Alain, 2000, La Politique des grands nombres. Histoire de la raison statistique, Paris, La Découverte.

Giddens Anthony, 2005, La Constitution de la société. Éléments de la théorie de la structuration, Paris, PUF.

Grossetti Michel, 2008, « Réseaux sociaux et médiations dans les activités d’innovation », Hermès, no 50, p. 21-27.

Guyot Brigitte, 2006, Dynamiques informationnelles dans les organisations, Paris, Hermès Science Publications.

Lascoumes Pierre, Le Galès Patrice (dir.), 2005, Gouverner par les instruments, Paris, Les Presses de Sciences Po.

Le Moënne Christian (dir.), 2004, « Systèmes d’information organisationnels ? », Sciences de la société, no 63, p. 11-25.

Lorrain Dominique, 2006, « La dérive des instruments. Les indicateurs de la politique de la ville et l’action publique », Revue française de science politique, vol. 56, no 3, p. 429-455.

Masselot Cyril, 2006, « Systèmes d’information territoriaux et politiques sociales. Quand l’observation territoriale s’empare du Net », in Questionner les pratiques d’information. Agir professionnel et agir social, actes du XIVe Congrès de la SFSIC, Bordeaux 10-12 mai 2006, Paris, SFSIC, p. 411-422.

Nowotny Helga, Scott Peter, Gibbons Michael, 2003, Repenser la science, Paris, Belin.

Pinson Gilles, 2005, « Le projet urbain comme instrument d’action publique », in Lascoumes Pierre, Le Galès Patrice (dir.), Gouverner par les instruments, Paris, Les Presses de Sciences Po, p. 199-233.

Piponnier Anne, 2005, « Le dispositif de diffusion de l’Observatoire de l’École Rurale » in Alpe Yves, Champollion Pierre, Poirey Jean-Louis (coord.), L’Enseignement scolaire en milieu rural et montagnard, tome 3, Collégiens à mi-parcours, Besançon, Presses Universitaires Franc-Comtoises, p. 153-171.

Piponnier Anne, 2008, « La gouvernance des territoires à l’épreuve des projets : dimension interculturelle et dispositifs médiatiques », in Correia Carlos et Tomé Irène (dir.), EUTIC 08, Dynamiques de développement au carrefour des mondes, Lisbonne, 13-14 octobre 2008, Lisbonne, Universidade Nova de Lisboa, novembre 2009, p. 237-249.

Tétu Jean-François, 1995, « L’espace public local et ses médiations », Hermès, no 17-18, p. 287-298.

Von Hippel Eric, 2002, Horizontal innovation networks – by and for users [en ligne], MIT Sloan School of Management. 4366-02, 27 p. Disponible sur :
http://web.mit.edu/evhippel/www/papers/UserInnovNetworksMgtSci.pdf

Notes

1 Outils et méthodes de la recherche en sciences sociales qui croisent approches quantitative et qualitative pour décrire et analyser des faits sociaux.

2 Par exemple, la méthode Catalyse, développée par le centre MTI@ SHS (laboratoire ThéMA, université de Franche Comté-CNRS, Besançon, France).

3 C’est le cas notamment des observatoires Catalyse qui entendent organiser « la comparaison entre diagnostic, ressources et contexte » (Masselot, 2006, p. 420).

4 Cf. supra, « La dynamique éditoriale ».

5 On notera à ce titre l’impact des projets de R&D dans la construction d’une observation compréhensive des territoires. Cf. caENTI, site du projet disponible sur http://www.territorial-intelligence.eu/

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540