Desktop versionMobile Version

Stratégies du changement dans les systèmes et les territoires

 | 
Lise Viera
, 
Nathalie Pinède

Axe 3. Diffusion des connaissances et dynamiques de changement

Réalités et enjeux des TIC dans les pays du Sud

Cas du Maroc

Farid Toumi und Fathallah Daghmi

Indexeinträge

Volltext

  • 1 A. Mucchielli, 2006, Les Sciences de l’information et de la communication, p. 36

1Le discours ayant accompagné les TIC et en particulier la plus emblématique d’entre elle, Internet, fait renaître de leurs cendres des projets de rattrapage socioéconomiques des pays du Sud et leurs chances de développement. En effet, l’idée d’une révolution numérique mondiale qui favoriserait la relance des pays en développement a retenti jusqu’aux plus hauts sommets mondiaux. Les conférences organisées sous l’égide des Nations unies à Genève 2003 avec comme devise « Les TIC pour le développement » et Tunis en 2005 « Les TIC pour tous » en sont des exemples. En général, la diffusion des TIC dans les pays du Sud notamment en Afrique repose essentiellement sur le postulat du déterminisme technologique (Pinède-Wojciechowski, 2008). Comme le rappelle A. Mucchielli, cette notion de déterminisme technologique prédit des changements sociaux radicaux (Mucchielli, 2001) : « le cybermonde va nous faire passer d’une humanité à une autre…1 ». Cette logique de cause à effet est souvent récupérée aussi bien par les politiques que par les médias, en témoignent leurs déclarations au Sommet mondial sur la société de l’information (SMSI) à Genève et à Tunis et l’utilisation à outrance du discours sur « la société de l’information », « les autoroutes de l’information », « la bibliothèque virtuelle », « onelap perchild » et leurs rôles dans la disparition de toutes les barrières liées à la formation et aux disparités socioéconomiques, etc.

  • 2 Extrait de l’introduction d’un communiqué du PNUD de septembre 2000.

2Ainsi, nous pourrons lire dans l’introduction d’un communiqué du programme des Nations unies pour le développement (PNUD), que « les pays qui réussiront à tirer le meilleur parti des TIC peuvent espérer enregistrer une croissance économique fortement accrue, une protection sociale considérablement améliorée et des formes de gouvernement plus démocratiques2 ».

  • 3 N. Haji, 2001, L’Insertion du Maroc dans la société de l’information et du savoir, pour une nouvell (...)

3Au Maroc, les discours portant sur les chances d’un développement socioéconomique par les technologies de l’information et de la communication trouvent un écho favorable auprès des politiques. À titre d’illustration, l’ouvrage de N. Hajji, secrétaire d’État chargé de la Poste, des technologies des télécommunications et de l’information en 2000, montre à quel point le discours technocratique marocain est entaché du déterminisme technologique. Ainsi, nous pourrons lire que « le taux de croissance annuel moyen (TCAM) à long terme du Maroc est de l’ordre de 4 % [...] le TCAM doit donc être très fortement amélioré. Ainsi la banque mondiale souligne que le TCAM doit être au moins de 7 % [...] une des implications majeures d’une telle évolution est l’introduction beaucoup plus rapide des nouvelles technologies de l’information et de la communication3 ».

4Dans un contexte où les discours autour des TIC et le rattrapage socioéconomique ou encore la « fracture numérique » entre le Nord et le Sud oscillent entre manipulation et rêves les plus fous, nous proposons d’établir un état des lieux des TIC en particulier Internet au Maroc, un pays africain en développement. Les discours sur le « rattrapage socioéconomique » par les TIC ont été repris et adoptés non seulement par les intellectuels mais particulièrement par la classe politique marocaine. Cette dernière souhaite faire de ces technologies le leitmotiv de la croissance comme en témoigne le lancement par les autorités marocaines d’une stratégie e-Maroc 2010 et une évolution constante du budget NTIC depuis l’année 2006 après le lancement du programme appelé « Contrat-progrès ». Ce dernier est doté d’une enveloppe de plus de 68 millions d’euros répartie sur cinq ans pour la période 2006-2010.

5Une quinzaine d’années après l’introduction d’Internet au Maroc et plus de trente ans de stratégie des TIC, qu’en est-il aujourd’hui ? Les TIC ont-elles tenu les promesses d’un rattrapage socioéconomique ? Et quelles sont les stratégies de l’insertion du Maroc dans la société de l’information et du savoir ? Dans cette étude, nous dresserons un état des lieux sur l’évolution des TIC au Maroc. Nous nous intéresserons dans un premier temps à l’histoire de l’introduction des TIC au Maroc sur plus de vingt ans. Le second point sera consacré aux discours et aux stratégies des promoteurs du développement socioéconomique du Maroc par Les TIC. Nous proposons, en vue de cerner la réalité de l’insertion des TIC au Maroc, une illustration grâce au cas de l’e-Learning.

1. Politiques et stratégies d’implantation des TIC

6Au-delà des discours politique et médiatique, la littérature économique a largement traité de la corrélation entre le développement et les télécommunications (Amable, Guellec, 1992 ; Curien, 2000 ; Riaz, 1997).

TIC et croissance économique

7De nombreux travaux ont abondé le sens d’une incidence positive des TIC sur le taux de la croissance économique d’un pays. Ainsi, l’expansion économique des États-Unis durant les années 1990, s’expliquerait par les investissements lourds des secteurs privé et public en matière de recherche et d’exploitation des TIC (Mezouaghi, 2005). Plus récemment l’expérience de certains pays émergents tels que la Corée du sud et la Malaisie est marquée par des stratégies de développement basées sur des investissements élevés en matière de technologie de l’information et de la communication (Riaz, 1997).

8Par ailleurs, les TIC contribuent à des secteurs d’activité tels que le secteur bancaire, à des performances économiques dues essentiellement à une réduction des coûts de transaction liés à l’accès et à l’utilisation de l’information. Elles participent également à l’optimisation des relations entreprises, clientèle et fournisseurs. Cette thèse est soutenue par les théories de la croissance endogène qui stipulent que lorsque l’investissement public est orienté vers des activités à rendement croissant, il réduit les externalités induites par la disponibilité des biens publics qui se traduisent par des économies d’échelle, une différenciation des services et des effets d’apprentissage (Amable, Guellec, 1992). Il convient cependant de souligner que l’impact des TIC sur la croissance économique est intimement lié à une forte pénétration des TIC dans le tissu socio-économique du pays (Hardy, 1980 ; Röller, Waverman, 2001). Ainsi, l’impact des TIC sur l’économie des pays de l’Organisation de coopération et de développement économique (OCDE), dont le taux de pénétration se rapprochait du service universel, est une réalité. Au Maroc, au regard des chiffres officiels, la part de participation des TIC dans le PIB est en croissance constante passant de 4,5 % en 2004 à 7 % en 2007. Ce chiffre est appelé à croître d’ici 2012 pour atteindre 10 % (source Association des professionnels des technologies de l’information-APEPI).

L’insertion des TIC au Maroc : du monopole à la libéralisation

9L’évolution du secteur de la télécommunication s’est déroulée en deux phases bien distinctes. En premier lieu, une période du protectorat français basée sur une économie coloniale. La deuxième phase, quant à elle, commence par l’indépendance du Maroc qui a opté pour des plans axés sur le développement économique et social du pays. Durant la première période, la gestion de l’infrastructure des télécommunications, à l’instar de toute l’Afrique francophone, était centralisée en France métropolitaine tandis que l’exploitation des réseaux relevait de la compétence des concessions privées ou publiques accordées par l’administration coloniale locale (Mezouaghi, 2005). Certes, l’équipement des colonies en infrastructure de base de télécommunication a permis de raccorder la Métropole à l’Afrique au réseau téléphonique, mais l’étendue des territoires colonisés, l’hétérogénéité de leurs statuts combinées à une austérité budgétaire de la France ont engendré un développement disproportionné des réseaux de télécommunication caractérisés par l’équipement essentiellement des centres urbains (Debois, 2000).

10Au lendemain de son indépendance, le Maroc a procédé à une nationalisation du secteur des télécommunications. À partir de 1956 fut crée le ministère des Postes et des Télécommunications qui représentait l’autorité de régulation du monopole des télécommunications. Cette volonté de nationalisation s’inscrit dans une optique de conformité avec l’organisation mondiale de ce secteur mais également de rationalité économique et de politique publique. En effet, dans un contexte de stabilité technologique, la position de monopole permet de minimiser le coût de l’installation et du fonctionnement d’un réseau de télécommunication. Dans ce cas l’exploitation d’un réseau unique est plus efficace que plusieurs réseaux juxtaposés ou concurrents dans le sens d’une exploitation du potentiel d’économie d’échelle des activités (Brousseau, Petit, Pham, 1996 ; Cohen, Debonneuil, 2000). Le monopole devait également répondre à une politique publique : le service universel était l’objectif principal de l’État sur le long terme.

11Les limites de ce mode de régulation des télécommunications ont été vite atteintes. En effet, dès le début des années 1980, le monopole public au Maroc présentait des défaillances caractérisées par l’obsolescence des infrastructures, une faible productivité du capital investi. De plus, la manne financière qui découle de l’activité des télécommunications est utilisée comme une compensation budgétaire à travers l’allocation d’une partie des ressources des excédents d’exploitation au financement du déficit public. Ces défaillances ont eu pour conséquences directes l’encombrement récurrent du réseau public, des délais de raccordement longs et surtout l’essoufflement et l’échec du monopole public dont la mission initiale était d’assurer un service universel. À cet égard, l’accès des Marocains au réseau téléphonique fixe était l’un des plus faibles de la région du Maghreb avec une télédensité qui atteint à peine 1 % au titre de l’année 1983.

  • 4 Par exemple entre 1977 et 1978, l’investissement public a enregistré 30 % de moins passant ainsi de (...)

12La faiblesse de la télédensité au Maroc marque l’échec de la politique publique dans la généralisation du réseau téléphonique fixe et donc de l’accès et du service universel pourtant les plans triennal de 1978-1980 et quinquennal de 1981-1985 prévoient l’élargissement du réseau téléphonique jusqu’aux zones rurales en vue de leur désenclavement. Or, les déficits internes ont eu raison des discours politiques et des différents plans prévisionnels du Maroc car pour les réduire, l’État a opté pour la diminution de l’investissement public4. Après une longue période de réajustement structurel, le Maroc réussit son passage à l’économie du marché avec comme point d’orgue la signature de l’Accord général sur les tarifs douaniers et le commerce (GATT)/OMC en 1994.

Un constat d’échec favorable à l’ouverture

13La signature par le Maroc des accords du GATT/OMC. Ces accords lui imposent un nouveau mode de régulation des télécommunications plus libéral et plus ouvert à la concurrence des marchés des services de télécommunication. Le parlement adopte à cet égard la loi 24-96 en 1997 qui met fin au monopole de l’État et crée l’Agence nationale de régulation des télécommunications (ANRT) qui a pour fonction la régulation économique (contrôle du respect de la concurrence, de la tarification et surtout l’attribution des licences), juridique (établissement de normes, des cahiers de charge et la fixation des procédures de saisine) et technique (contrôle des équipements des opérateurs) puis scinde par la même occasion l’opérateur public l’Office national des postes et télécommunications ONPT en deux entités : Itissalat Almaghrib (Maroc Telecom) devenue société anonyme dont le capital est ouvert au secteur privé et Barid almaghrib (Poste du Maroc) pour la poste et les services financiers. Ce dernier exerce pour le compte de l’État les activités de service du courrier aussi bien à l’échelon national qu’international à l’exception du courrier rapide international qui a été ouvert à la concurrence. En 2004, Maroc Telecom achève sa privatisation avec son introduction en bourse de Paris et de Casablanca.

  • 5 Nous signalons que Medi Telecom est devenue une société 100 % marocaine après la cession des parts (...)
  • 6 À signaler que Wana est déjà titulaire de deux licences : une première attribuée en 2005 concernant (...)
  • 7 On compte actuellement au Maroc trois opérateurs globaux opérant sur tous les segments de la téléph (...)

14La suppression du monopole public a abouti à l’entrée de nouveaux opérateurs sur le marché marocain de la téléphonie mobile, de l’accès à internet et de la transmission des données. En effet, L’agence nationale de la régulation des télécommunications (ANRT) a lancé un premier appel d’offre international pour l’attribution d’une licence GSM. Le choix du nouveau partenaire devait répondre à deux impératifs : disposer des moyens nécessaires pour développer le marché du mobile au Maroc et acquérir la licence au juste prix (Bezzina, 2001 ; Mezouaghi, 2005). Le consortium maroco-hispano-portugais Meditel5 répond à ces exigences et gagne en 1999 la deuxième licence GSM dont le prix s’élève à 1 140 000 000 de dollars. La troisième licence GSM, quant à elle, a été attribuée à Wana en 20096 qui devra verser à l’ANRT une contribution financière annuelle équivalente à 1,5 % du chiffre d’affaires sur le segment GSM, en plus de 36 millions de dirhams (plus de 3 millions d’euros) comme contribution au réaménagement du spectre des fréquences7.

15Si l’attribution des licences du mobile a rencontré un succès auprès des autorités marocaines de régulation, nous ne pouvons pas dire autant pour les licences de la téléphonie fixe. En effet, l’appel d’offre lancé par l’ANRT en 2002 pour le téléphone fixe est resté lettre morte. Ce marché se caractérise en effet par une faible attractivité pour les investisseurs due essentiellement à la baisse de la demande des lignes fixes par les Marocains mais également à la contrainte du cahier de charges de l’ANRT qui impose à l’opérateur le développement de son propre réseau desservant les principales villes du Royaume dans un délai de 16 mois.

16Ce n’est qu’en 2004 que les termes du cahier de charge ont été modifiés en autorisant entre autres l’accès des opérateurs privés aux réseaux de fibres optiques publics et en étendant le service universel à des activités à valeur ajoutée dont internet (Mezouaghi, 2005). Deux licences furent attribuées, la première en 2005 pour l’opérateur Méditel et l’autre en 2007 à la société Wana.

2. Introduction des TIC : une réalité complexe

17La libéralisation du secteur des télécommunications au Maroc a eu non seulement une incidence sur la diversification de l’offre des services liés aussi bien à la téléphonie mobile qu’internet mais elle a abouti également à une hausse significative du chiffre d’affaires des opérateurs privés et par conséquent une hausse des investissements et de l’emploi dans ce secteur d’activité. En effet, la qualité des services proposés s’est nettement améliorée avec une couverture de réseau plus large, une fluidité du trafic et une large gamme d’offre commerciale ayant comme base les forfaits aussi bien en téléphonie qu’en accès internet. Lorsque nous nous attardons sur la réalité des investissements étrangers au Maroc nous constatons qu’ils représentaient pour la période 2001 près de 20 milliards de dollars pour se stabiliser en 2007 à 53 milliards de dollars. Ils entraînent ainsi dans leur sillage la création d’emplois directs et indirects avec plus de 40 500 emplois soit 0,5 % de la population active du Maroc. En effet, de nombreuses activités se sont développées autour des trois opérateurs dans des domaines divers et variés tels que la sous-traitance, la vente de terminaux ou encore l’installation en télécommunication. Les entreprises opérant dans ces secteurs représentent environ 150 sociétés avec des effectifs allant de 10 à 200 personnes. Par ailleurs, des points de vente privés de distribution de télécommunication ont vu le jour. C’est ainsi que les téléboutiques et télékiosques, regroupant des cabines téléphoniques, se sont multipliés atteignant près de 11 500 en 2000 et plus de 52 000 à la fin de l’année 2006 répartis entre Itissallat almaghreb et Méditélécom.

Téléphonie mobile : l’arbre qui cache la forêt

18Globalement le chiffre d’affaires du secteur des télécommunications a connu une forte progression allant de 8,5 milliards de dirhams (1 euro = environ 11 dirhams) en 1999 à 30 milliards de DH en 2007. Cette dynamique sectorielle est insufflée pour l’essentiel par l’explosion de la téléphonie mobile qui enregistre des taux de pénétration de l’ordre de 72 % (UIT, 2008) avec 22 000 815 abonnés. L’acteur prédominant du secteur des télécommunications au Maroc reste aujourd’hui la société anonyme Itissallat almaghreb (Maroc Telecom dont 51 % du capital appartient à Vivendi) suivie de près par les sociétés Meditélécom et Wana (dont l’actionnaire principal est Omnium Nord Afrique-ONA).

19Une analyse plus approfondie de ces données montre que l’incidence des TIC sur la croissance économique au Maroc est tout à fait relative si nous intégrons l’influence de la téléphonie mobile car il s’agit là d’un phénomène récent et que les taux de croissance de la pénétration sont biaisés en raison d’un faible stock initial. De ce fait les modèles qui en découlent peuvent exagérer l’influence de la croissance des réseaux mobiles sur la croissance économique (Sridhart, Sridhar, 2004 ; Mezouaghi, 2005).

  • 8 Ce chiffre est à prendre avec du recul car dans ses statistiques l’ANRT inclut les téléphones fixes (...)

20Par ailleurs, la croissance des réseaux mobiles cache une carence en infrastructure de la téléphonie fixe car malgré les progrès réalisés en matière d’adoption des technologies de l’information et de la communication, l’accès des populations à la téléphonie fixe, surtout dans les zones rurales, est insuffisant. À cet égard, la télédensité de la téléphonie fixe s’élevait en 2007 à seulement 4,5 % puis à 10,49 %8 fin juin 2009, alors que la moyenne internationale atteignait 15 %. Cette faiblesse dans le développement de l’infrastructure de la téléphonie fixe est compensée par les réseaux GSM qui sont installés dans des délais très courts. Le corollaire est la satisfaction d’une très forte demande notamment dans le milieu rural. Une autre conséquence de la croissance du marché du mobile dans les zones urbaines est la baisse de la télédensité de la téléphonie fixe marquée par un phénomène de substitution fixe/mobile qui s’est traduit sur le terrain par une résiliation de nombreux abonnements.

21Cette dynamique est également insufflée en grande partie par une croissance très forte des services prépayés de la téléphonie mobile. En juin 2009 près de 22,556 millions personnes ont opté pour ce mode de communication. Cependant, le prépayé présente un inconvénient majeur : le revenu moyen par utilisateur baisse d’une manière importante. Ainsi en 1991 et 2004, le revenu moyen est passé de 353 DH à 126 DH puis à 60 dirhams en 2008, ce qui à terme affecterait vraisemblablement la croissance du marché. Cette situation ne va pas sans conséquences négatives sur la pénétration des autres technologies de l’information et de la communication et notamment internet.

Internet, une fracture comblée en apparence

22Internet a connu ses débuts au Maroc en 1994 à l’École Mohamedia des ingénieurs de Casablanca. Après la tenue de la première conférence traitant de l’introduction d’internet au Maroc, les académiciens de l’école ont bénéficié d’un seul et unique service : la messagerie électronique. L’introduction effective des TIC a eu lieu deux années plus tard en 1996 faisant du Maroc le cent unième pays connecté au réseau mondial avec comme point d’orgue le lancement la même année du premier cyberespace du Royaume à Marrakech. Certes, la connexion du Maroc à la toile mondiale vient plus tard que ses voisins immédiats tunisien et algérien reliés respectivement en 1991 et en 1993. Ce retard s’explique par le choix des autorités marocaines d’associer les entreprises du secteur privé et d’en faire un levier du développement d’internet au Maroc contrairement à une politique interventionniste des États algériens et tunisien. Ainsi, en 2005, près de 130 fournisseurs d’accès partageaient le marché au Maroc. Cette structure du marché des services d’accès à internet est artificiellement atomisée (Mezouaghi, 2005) dans le sens où seuls Maroc Telecom, Maroc Connect et dans une moindre mesure des PME telles que Casanet, Azurenet se partagent réellement le marché. D’ailleurs la plupart de ces PME disparaîtront en raison des coûts exorbitants d’interconnexion au Backbone et surtout un nombre limité d’abonnés.

23Il existe en effet des obstacles à la diffusion et à la pratique d’internet tels que l’infrastructure technique, l’accès, le coût de l’équipement et l’analphabétisme.

24Sur un plan technique, la généralisation de l’accès à internet repose essentiellement sur les infrastructures en télécommunication dont dispose un pays. Or le nombre limité de lignes téléphoniques fixes freine le déploiement de l’accès internet large bande via des lignes ADSL et limite cet accès aux seules zones urbaines. Ainsi, en 2008, le Maroc compte seulement 489 000 abonnés à internet sur une population de plus de 30 000 000 d’habitants enregistrant un taux de pénétration de 1,55 % loin derrière la Tunisie qui enregistre un taux de pénétration de 2,24 %. Cependant, l’accès universel à internet devient plus large si nous comptabilisons les clients de près de 3 000 structures mutualisées (cybercafés, cyberespaces) que compte le Royaume.

  • 9 À cet égard nous citons l’exemple du programme Nafida (Fenêtre) au profit des enseignants réduisant (...)

25Le Maroc a œuvré, comme c’est le cas dans la majorité des pays en développement, plus dans le sens d’un accès universel que dans le sens d’un service universel. Ce dernier est une condition sine qua non pour impulser la croissance économique du pays (Röller, Waverman, 2001). Les coûts d’équipement et de l’accès à internet s’ajoutent au premier facteur pour freiner la généralisation des TIC au Maroc. Bien que des efforts considérables aient été fournis dans le sens d’une réduction des coûts9, plus de 60 % de Marocains estiment trop chers les prix des ordinateurs et des connexions haut débit. Ce constat ne va pas sans conséquence sur l’équipement des ménages en ordinateurs. Ainsi le Maroc compte seulement trois ordinateurs pour cent habitants contre sept pour la Tunisie. D’ailleurs l’indice de développement en matière des TIC élaboré par l’Union internationale des télécommunications concernant les prix des TIC épingle le Maroc et le relègue au 104e rang du classement mondial loin derrière la Tunisie et l’Algérie respectivement 53e et 58e du même classement.

26La notion d’un accès universel ubiquitaire, équitable et financièrement abordable aux infrastructures et aux services TIC, doit être vue comme nécessaire mais insuffisante car il faut inclure d’autres aspects importants tels que les habiletés techniques de l’utilisateur, sa langue ou encore sa culture en vue d’une appropriation sociale des TIC. Dans le cas du Maroc l’habileté technique des utilisateurs est mise à mal, entre autres, à cause de l’analphabétisme ; plus de 48 % de la population est analphabète dont 67 % en milieu rural.

3. TIC et enseignement, le révélateur d’une réalité complexe

27L’introduction du concept e-learning ou les technologies de l’information et de la communication dans l’enseignement s’inscrit dans le cadre du discours des politiques portant sur le rattrapage socio-économique du pays et sur la nécessité de réduire la « fracture numérique » entre le Nord et le Sud. En effet ce discours était récurrent dans les déclarations finales des sommets de Genève 2003 et de Tunis 2005. Il s’agit des recommandations sur l’utilisation des TIC à tous les stades de l’enseignement, de la formation et du développement des ressources humaines et de l’engagement de l’Unesco à aider les États membres en vue du développement des TIC dans l’enseignement.

  • 10 Déclaration de l’association internationale des universités, Sao Paulo, 2004.

28Les TIC sont utilisées en milieu scolaire et universitaire essentiellement à des fins pédagogiques (développement des cours, la distribution des contenus, la communication entre professeurs et étudiants) et à des fins informationnelles (inscriptions des étudiants, annonces des résultats et soutien administratif). D’après l’association internationale des universités, « les TIC sont un moyen pour les professeurs d’obtenir un accès plus large et plus facile à l’information, une opportunité accrue d’échange avec leurs pairs et une possibilité d’interaction enrichie avec les étudiants10 ». Dans ce contexte, qu’en est-il de la « transposition » des TIC dans un contexte d’enseignement marocain ? Y a-t-il des mutations d’ordre pédagogique en œuvre au sein de l’université marocaine ?

29Nombreux sont les projets d’e-learning effectivement réalisés ou en cours d’élaboration. Ainsi, le réseau MARWAN (Moroccan Academic and Research Wide Area Network) est le premier réseau informatique national à but non lucratif, dédié à la formation et à la recherche depuis 2002. Il a pour objectif la mise en place d’une infrastructure informationnelle et communicationnelle entre les établissements de formation qui va permettre : l’accès à Internet et à ses différents services et l’accès aux technologies multimédias, l’accès aux réseaux internationaux de recherche la valorisation des travaux de recherche par l’archivage électronique, le traitement et la diffusion. La mise en ligne du réseau MARWAN rencontre cependant un succès relatif pour le moment car seuls 37 établissements universitaires sur 65 y sont connectés.

30Le cas de l’université Ibn Zohr d’Agadir au sud-ouest du Maroc, considérée comme une « université pilote » en la matière, est fort intéressant dans la mesure où il révèle les enjeux d’une coopération Nord-Sud dans le domaine de l’enseignement. Ainsi, depuis janvier 2004, cette université chapeaute un campus virtuel marocain. Il s’agit du projet Coselearn, un programme initié par la direction du développement de la coopération suisse à travers la société Qualilearn pour promouvoir le e-learning dans dix pays d’Afrique francophone dont le Maroc. Ce campus est destiné à fédérer et à mutualiser les ressources des programmes de e-learning dans les universités publiques.

31Un autre projet en cours, largement débattu lors des séminaires de formation organisés dans le cadre du Fonds de Solidarité Prioritaire-appui à la recherche et l’enseignement supérieur marocain (FSP-ARESM), vise l’intégration des technologies de l’information et de la communication dans l’enseignement du module Langue et communication (Daghmi, Toumi, 2008). Une analyse de contenu des différents rapports de synthèse montre que l’introduction d’un enseignement à distance est susceptible, selon ses promoteurs, de contourner les contraintes d’ordre organisationnel comme les effectifs pléthoriques dont souffrent la plupart des universités marocaines. De plus, l’hétérogénéité des niveaux des étudiants nécessite une individualisation de l’apprentissage. L’enjeu majeur pour les responsables consiste à prouver l’adaptation de leurs organisations aux nouvelles évolutions de la société marocaine. Le potentiel du marché de l’e-learning attire bon nombre de sociétés internationales qui exercent une pression considérable pour équiper les pays africains et notamment le Maroc. Elles proposent, par le biais des produits d’enseignement à distance, des modèles d’apprentissage qui ne mettent pas forcément l’apprenant marocain au cœur du dispositif. En effet, ainsi que l’affirme P. Flichy, si les TIC performent les usages c’est qu’elles ont déjà incorporé les nouvelles caractéristiques de la société (Flichy, 2004). Cela est loin d’être le cas pour le Maroc.

32La concrétisation de ses différents programmes d’e-learning ne résoudra en aucun cas les problèmes d’accès au savoir, des sureffectifs, etc., tant que les problèmes d’équipement et d’accès persisteront. Il semble donc clair qu’il y a un décalage entre les discours politiques et les réalités d’équipement au Maroc. Le but est de montrer les efforts affichés du pays dans la mise en place des réformes. Le souci du politique est de réagir aux « pressions » internationales, de moderniser son enseignement supérieur et de montrer sa réactivité face à la demande sociale (offshoring par exemple). Il convient à cet égard de préciser que la seule université Ibn Zohr couvre plus de 50 % du territoire du Maroc avec une majorité de zones rurales (plus de 3 000 localités) dépourvues de toutes infrastructures de télécommunication. Dans le même ordre d’idée, la faculté des sciences juridiques, économiques et sociales d’Agadir qui comptait au titre de l’année 2008 plus de 10 000 inscrits dispose de seulement 10 salles informatiques non connectées à internet.

Des « fractures » multiples

33En guise de conclusion, la stratégie de l’implantation des TIC au Maroc se heurte inlassablement à des problèmes à la fois d’infrastructures techniques qui empêchent l’accès et le service universels aux TIC et des problèmes socioéconomiques dont le coût de l’équipement et l’analphabétisme sont les points culminants. L’optimisme des discours des politiques sur la modernité et sur la société de l’information contraste avec des réalités de terrains beaucoup plus complexes. Les vrais freins au développement des TIC résident moins dans la fracture numérique entre les pays du Nord et les pays du Sud que dans la multiplication de ces fractures qui diminuent la marge de manœuvre de leurs promoteurs. Ce sont les disparités entre zones urbaines et zones rurales, entre les différentes zones géographiques et entre les classes sociales qui empêchent l’harmonisation et la généralisation des TIC sur le territoire. Bien que des efforts aient été consentis en vue de diminuer ces disparités géographiques notamment avec l’introduction d’Internet 3G et la téléphonie mobile, l’analphabétisme et la pauvreté constituent la principale menace non seulement pour le développement des TIC mais pour la modernisation des pays. Il est certain que nous sommes loin des idéaux de la « révolution numérique » de la libre circulation de l’information, des idées et de l’accès de tous aux connaissances et dans tous les secteurs.

34L’analyse de la situation du Maroc montre comme ailleurs dans le monde les limites des discours sur les technologies déterministes des usages (technologisme). Il révèle également que les discours sur la reproduction sociale conditionnant l’innovation et la propagation technologique (sociologisme) sont désormais dépassés. Il est certain que la définition des orientations futures des innovations technologiques ne peut se réaliser en dehors des pratiques et appétences des usagers.

Literaturverzeichnis

Bibliographie

Amable Bruno, Guellec Dominique, 1992, « Les théories de la croissance endogène », Revue d’Économie Politique, vol. 102, no 3, p. 314-377.

Brousseau Éric, Petit Pascal, 1996, Mutations des télécommunications, des industries et des marchés, Paris, ENSPTT-Economica, Coll. Management, communication, réseaux, 553 p.

Castells Manuel, 2001, La Galaxie internet, Paris, Fayard, 365 p.

Chéneau-Loquay Annie (éd.), 2004, Mondialisation et technologie de la communication en Afrique, Paris, Karthala, 328 p.

Cohen Daniel, Debonneuil, Michèle, 2000, Nouvelle économie, Rapport du Conseil d’analyse économique, Paris, La Documentation française, 251 p.

Curien Nicolas, Muet Pierre-Alain (dir.), 2004, La Société de l’information, Paris, La Documentation française, 310 p.

Curien Nicolas, 2000, Économie des réseaux, Paris, La Découverte, 128 p.

Daghmi Fathallah, Toumi Farid, 2008, « Implications du passage au LMD dans les universités marocaines : cas du parcours “langue et communication” », in Chouikha Larbi, Meyer Vincent, Gdoura Wahid (dir.), Interagir et transmettre, informer et communiquer : quelles valeurs, quelle valorisation ?, Actes du colloque international SFSIC/ISD/IPSI, Tunis, SFSIC, p. 611-618.

Desbois Dominique, 2000, « Les politiques du développement des télécommunications », in Cheneau-Loquay Annie (éd.), Enjeux des technologies de la communication en Afrique, Paris, Karthala-Regards, p. 127-149.

Durampart Michel, Guyot Brigitte, Renaud Pascal, 2008, « Transmettre à l’heure du numérique : l’usage d’Internet par les étudiants du sud », in Chouikha Larbi, Meyer Vincent, Gdoura Wahid (dir.), Interagir et transmettre, informer et communiquer : quelles valeurs, quelle valorisation ?, Actes du colloque international SFSIC/ISD/IPSI, Tunis, SFSIC, p. 261-269.

Flichy Patrice, 2004, « L’individualisme connecté entre la technique numérique et la société », Réseaux, no 124, p. 17-51.

Hajji Nasr, 2001, L’Insertion du Maroc dans la société de l’information et du savoir, pour une nouvelle vision, Casablanca, Édition Afrique orient, 237 p.

Hardy Andrew, 1980, The Role of the Telephone in Economic Development, Telecommunications Policy, vol. 4, no 4, p. 278-86.

Maigret Éric, 2000, « L’Internet un nouveau média », Cahier français, no 295, mars/avril, p. 11-15.

Mattelart Armand, 1999, Histoire de l’utopie planétaire. De la cité prophétique à la société globale, Paris, La Découverte, 416 p.

Mezouaghi Mihoub, 2003, « La libéralisation des télécommunications au Maghreb : une réforme controversée », Annuaire d’Afrique du Nord, CNRS Éditions, vol. 39, p. 65-84.

Mezouaghi Mihoub, 2004, « Les enjeux industriels de la diffusion des TIC pour les pays en développement », in Chéneau-Loquay Annie (éd.), Mondialisation et technologies de la communication en Afrique, Karthala, Paris, p. 25-40.

Mezouaghi Mihoub, 2002, « L’émergence de technopoles dans les pays du Maghreb : facteur d’insertion des TIC ou mimétisme institutionnel ? », Mondes en Développement, tome 30-118, p. 65-78.

Mezouaghi Mihoub, 2005, « Libéralisation des services de télécommunication au Maghreb : transition institutionnelle et performances », Agence française de développement, notes et documents, no 23.

Mucchielli Alex, 2006, Les Sciences de l’information et de la communication, Paris, Hachette, 4e éd., 160 p.

Ntambue Tshimbulu Raphaël, 2001, L’Internet, son web et son e-mail en Afrique. Approche critique, Paris, L’Harmattan, 353 p.

Pinède-Wojciechowski Nathalie, 2008, « Fragmentations et ruptures numériques autour des usages des TIC », in Chouikha Larbi, Meyer Vincent, Gdoura Wahid (dir.), Interagir et transmettre, informer et communiquer : quelles valeurs, quelle valorisation ? Actes du colloque international SFSIC/ISD/IPSI, Tunis, SFSIC, p. 751-758.

Renaud Pascal, 2007, « Internet au Maghreb et au Machrek : de la R&D à l’appropriation sociale », in Mezouaghi Mihoub (éd.), Le Maghreb dans l’économie numérique, Paris, Maisonneuve et Larose, p. 55-70.

Röller Lars-Hendrik, Waverman Leonard, 2001, « Telecommunications Infrastructure and Economic Development: A Simultaneous Approach », American Economic Review, vol. 91, no 4, p. 909-923.

Sridhar Kala Seetharam, Sridhar Varadharajan, 2004, « Telecommunications Infrastructure and Economic Growth : Evidence from Developing Countries », National Institute of Public Finance and Policy, Working Paper no 14, p. 37-56.

Wolton Dominique, 1999, Internet et après ? Une théorie critique des nouveaux médias, Paris, Flammarion, 240 p.

Anmerkungen

1 A. Mucchielli, 2006, Les Sciences de l’information et de la communication, p. 36

2 Extrait de l’introduction d’un communiqué du PNUD de septembre 2000.

3 N. Haji, 2001, L’Insertion du Maroc dans la société de l’information et du savoir, pour une nouvelle vision, p. 137.

4 Par exemple entre 1977 et 1978, l’investissement public a enregistré 30 % de moins passant ainsi de 11 744 MDHS à 8 127 MDHS.

5 Nous signalons que Medi Telecom est devenue une société 100 % marocaine après la cession des parts de Portugal telecom et de Telefonica en septembre 2009 à CDG et Finance com.

6 À signaler que Wana est déjà titulaire de deux licences : une première attribuée en 2005 concernant les services de nouvelle génération, utilisée pour commercialiser les services sous la marque Bayn, et une seconde attribuée en 2006 concernant les services 3G, utilisée notamment pour l’offre tant critiquée de l’internet mobile.

7 On compte actuellement au Maroc trois opérateurs globaux opérant sur tous les segments de la téléphonie, fixe, mobile en plus de l’Internet.

8 Ce chiffre est à prendre avec du recul car dans ses statistiques l’ANRT inclut les téléphones fixes à mobilité restreinte introduits par la société Wana.

9 À cet égard nous citons l’exemple du programme Nafida (Fenêtre) au profit des enseignants réduisant de plus de 200 euros le coût d’achat d’un ordinateur et des tarifs de connexion préférentiels allant jusqu’à 5 euros pour une clé 3G.

10 Déclaration de l’association internationale des universités, Sao Paulo, 2004.

Autoren

Faculté des sciences juridiques économiques et sociales, Université d’Agadir. ftoumi2000@yahoo.fr

Migrinter (UMR 6588), Université de Poitiers. fdaghmi@univ-poitiers.fr

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2010

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search