Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Stratégies du changement dans les systèmes et les territoires

 | 
Lise Viera
, 
Nathalie Pinède

Axe 3. Diffusion des connaissances et dynamiques de changement

Les usages des technologies web 2.0 par les musées : entre innovation et confirmation des logiques de communication

Geneviève Vidal

Index terms

Full text

Introduction

  • 1 La confusion entre ces deux qualificatifs peut de suite être levée en précisant que la participati (...)

1L’évolution permanente de l’internet et l’extension de ses usages conduisent à une nouvelle phase intitulée web 2.0, autrement dit un web participatif et contributif1. Tous les secteurs d’activités sont concernés par les nouvelles technologies 2.0, y compris le secteur culturel et le secteur muséal en particulier. Leur appropriation permet désormais d’enrichir les sites informatifs et multimédias, qui continuent d’alimenter le réseau. Des sites participatifs et contributifs de musées nord-américains et européens ont ainsi vu le jour, et quelques pionniers s’aventurent sur des plateformes non institutionnelles. Si le web 2.0 séduit, il n’est pourtant pas évident pour les musées d’accueillir des contenus des publics sur leurs sites. Il convient dès lors d’identifier les usages émergents des technologies et services web 2.0 par les musées.

2Les innovations de l’internet muséal font globalement preuve d’une diversification et d’une amplification des contenus en ligne, plutôt que d’interactivité, si l’on considère les technologies 2.0 interactives. Acteurs légitimes sur un réseau foisonnant, les musées garantissent la validité des données et continuent à guider les publics, dans le cadre de leur mission de diffusion des savoirs. Les applications web 2.0 des musées, maintenant des représentations de publics visiteurs, prescrivent les utilisations qui peuvent être engagées par les internautes. Il en est de même d’autres acteurs de l’internet, dont les objectifs visent à piloter les usages des internautes friands de la liberté de circuler et d’émettre sur les réseaux informatiques, surveillés, canalisés, comptabilisés, marchandisés. Toutefois, les usages d’internautes, qui s’emparent des fonctionnalités leur offrant la possibilité d’intervenir sur les contenus ou d’en créer, peuvent modifier ces orientations.

Précisions méthodologiques

3L’étude repose sur l’analyse d’une soixantaine de sites de musées (Vidal, Crenn, 2007), essentiellement des musées d’art, d’histoire et de sciences, des musées très récents, en rénovation, en projet, ou tout simplement de grands musées en France, dans d’autres pays européens et en Amérique du Nord.

4Trois périodes ont marqué le temps de l’analyse : une première période exploratoire de six mois en 2007, puis une deuxième visant la poursuite de l’observation des services web 2.0 déployés en 2008. Une troisième période a permis un suivi des évolutions des services web 2.0 pour confirmer la tendance des musées à créer un web 2.0 muséal en 2009. Pour contre-vérifier la teneur du web 2.0 muséal, nous avons exploré, via les sites exogènes comme les sites de diffusion ou de partage de contenus et de tags (Flickr, MySpace, Facebook, YouTube, Dailymotion, Delicious), la circulation des contenus rattachés aux institutions muséales retenues, à partir de mots-clés relatifs aux musées les plus actifs en matière de web 2.0.

5La grille d’analyse repose en premier lieu sur l’étude de la logique générale du site, puis sur l’étude des productions web 2.0 : fils RSS, newsletters, messageries électroniques, tags, blogs, podcasts, forums, invitations à déposer des commentaires, à créer un musée personnel, outils d’étude d’œuvres, liens vers des sites web 2.0 exogènes.

6Le travail s’est ensuite attaché au classement d’usages web 2.0 : informatifs et promotionnels, documentaires, relationnels, participatifs, contributifs. Par ailleurs, la relève des marques de la propriété du musée (copyright ou creative common) et des chartes d’utilisation sur les sites 2.0 a également été réalisée. Nous avons en outre observé la façon dont les internautes sont invités à participer ou à contribuer et les traces de leurs usages : les contenus publiés (écritures, photographies, vidéos envoyées, commentaires, messages déposés dans les forums ou encore interventions dans les espaces créés par les musées sur les plateformes web 2.0), leur position, leur place, leur valorisation. Cette démarche sur le moyen terme (plus de deux ans) procure l’avantage de dresser une double connaissance des usages des internautes s’intéressant aux contenus muséaux et surtout des usages 2.0 des musées.

7Une première partie présente les usages du web 2.0 par le secteur muséal et une seconde pose les éléments d’analyse de leurs enjeux pour une institution culturelle entre innovation et permanence des missions et des logiques de communication.

1. Le web 2.0 muséal

  • 2 Ces « fils » rejoignent d’une certaine manière la lettre d’information. La Cité des Sciences et de (...)

8Les usages des technologies web 2.0 déployées dans les dispositifs muséaux visent concrètement à délivrer des informations pratiques, sur les événements (futures expositions, rénovations, créations de musées) et les offres de l’institution, à valoriser les ressources et à promouvoir ses activités. Poursuivant leurs efforts de communication, les musées font circuler une image de proximité. Quand ils adoptent les flux RSS, ils fournissent une présentation du musée et sa programmation, des informations pour préparer des visites grâce à un lien permanent et actualisé avec et par les usagers2. La syndication de contenus permet aux utilisateurs de récupérer des données d’un site dans un autre contexte publié et partagé.

  • 3 Par exemple, le Fine Art Museum of San Francisco (FAMSF) http://www.youtube.com/ user/FAMSF et le (...)
  • 4 Les internautes n’ont pas attendu le web 2.0 pour demander ce type de relations grâce à l’internet (...)
  • 5 http://www.moma.org/visit_moma/podcasts/feed.xml
  • 6 Le Mucem, avant son ouverture, est présent sur le web 2.0 grâce à son responsable de la coordinati (...)

9Pour présenter des vidéos d’installations, d’expositions, d’artistes, certains musées choisissent des plateformes web 2.0 comme YouTube3 pour instaurer une relation de complicité avec leurs publics en montrant l’envers du décor4. Ils parient aussi sur l’audio-visuel avec des programmes à télécharger et une inscription pour informer des mises à jour5. Les musées sur Flickr, MySpace et Dailymotion6 désirent faire découvrir leurs collections, y compris avant l’ouverture du musée. Ils s’appuient alors sur un maillage de tags pour organiser les informations, tout en reliant les internautes intéressés par les mêmes thèmes et cherchant à partager les marqueurs. L’initiative cherche à séduire pour inviter à visiter le futur musée et son site web. Les contenus circulant sur ces sites web 2.0 sont donc garantis, et le musée bénéficie de réseaux de diffusion et de mode de rayonnement originaux.

  • 7 Le Fine Art Museum of San Francisco (FAMSF) http://www.famsf.org/blog/index.asp, le musée de l’Hom (...)

10Des présentations, donnant une nouvelle image du musée, sur Facebook ou des blogs sont déployés pour recevoir des commentaires7. Ces derniers sont souvent courts et composés d’écritures subjectives plus ou moins éclairées. Le musée veut immanquablement se protéger des débordements potentiels. Ces dispositifs de communication constituent surtout un moyen de présentation des activités du musée et de ses collections, en associant toutefois les internautes et en tentant d’atteindre leurs réseaux sociaux.

  • 8 Par exemple le musée du quai Branly http://www.quaibranly.fr/fr/actualites/flux-rss.html, les podc (...)
  • 9 Par exemple le Museum of Modern Art (MOMA) de San Francisco : http://www.sfmoma.org/education/edu_ (...)
  • 10 Sont proposés des parcours touristiques – des vidéos ou des fichiers audio – à emporter dans son t (...)
  • 11 http://www.guggenheim-bilbao.es/tu_visita/cuentales_visita/fra/visualizacion.php?id=4&timestamp=11 (...)

11Des outils d’exploration des collections invitent à approfondir et à personnaliser les contenus. Le téléchargement de podcasts8 les rend consultables en permanence et échangeables. Ceux-ci font l’objet d’une valorisation grâce à de nouvelles formes de marketing (Tobelem, 1997), telle que l’obtention d’un rabais à l’entrée du musée9 pour le visiteur muni de fichiers relatifs à une exposition préalablement téléchargés sur le site du musée. En collaboration avec des prestataires de services, tel que Voxinzebox10, pour le développement de ces vidéos ou fichiers audio sur les collections, des musées présentent des contenus multimédias téléchargeables depuis le site institutionnel et des plateformes exogènes, pour de nouveaux accès à la culture. Des logiciels sont proposés pour faire le lien entre le musée et l’univers de l’internaute-visiteur, suite à une éventuelle visite et s’inscrivant dans des pratiques culturelles préalables. Le Guggenheim à Bilbao avec « Racontez-leur votre visite »11 fournit à ses visiteurs un dispositif pour opérer un montage en photographies et sons, et ensuite de l’adresser à leurs amis. Ainsi, le musée fournit un service original pour une mise en valeur de ses activités auprès de publics élargis. Les internautes signalant leurs visites ou adressant des commentaires à leurs réseaux sociaux contribuent à créer une nouvelle visibilité et réputation des musées.

  • 12 Le Fine Art Museum of San Francisco (FAMSF) permet de rendre publics les albums personnels « my ga (...)
  • 13 L’avertissement concernant la reproduction des images marque bien les craintes que ressentent tous (...)

12Moins innovante mais pourtant en évolution, la possibilité de réaliser son « musée personnel » ou un « album personnel »12, en images et sons, à partir de thèmes et œuvres accompagnées des notices, rejoint l’invitation de composer un « tour » personnalisé, dans la perspective d’une visite. Dès lors, les visites virtuelles se diversifient et offrent une liberté (limitée) d’action aux internautes sur la mise en forme des contenus. Certaines galeries personnelles peuvent être rendues publiques, présentant de nouveaux accès aux contenus des musées, suivant les mots-clés choisis par les usagers, distincts de ceux élaborés par les professionnels du musée (Trant, 2006). Cet acte de communication est important et risqué pour le musée qui prend ses précautions avec le copyright et l’identification du discours sur les œuvres13.

  • 14 http://www.mccord-museum.qc.ca/scripts/user.php?Lang=2
  • 15 Steve : http://www.steve.museum/

13Les internautes interviennent aussi sur la description des contenus par les dispositifs d’indexation (tags ou mots-clés) et d’annotations. Le musée McCord au Canada propose14 la création d’un compte pour ensuite créer des étiquettes et annotations sur des contenus. Cette indexation relève alors de thèmes profanes comme des repères du quotidien rompant avec les catégories savantes. Les internautes taggent des œuvres d’art de collections de musées pour créer une nouvelle façon de les découvrir, c’est le cas avec un projet nommé « The Museum Social Tagging Project »15 piloté par des professionnels de musées américains et de grandes institutions muséales.

  • 16 Il convient de garder à l’esprit la limite du paradigme de la popularité propagé par le moteur de (...)

14L’enregistrement de tags sur un site comme del.icio.us par exemple s’inscrit dans le cadre d’un marquage social (social bookmarking). Cet étiquetage profane s’inscrit dans une folksonomie, reflet d’une classification collaborative décentralisée spontanée (Francis et Quesnel, 2007) et d’un web sémantique informel et impensé. L’indexation de données par les internautes correspond à leurs représentations, et par agrégation de mots-clés un classement est opéré selon leur fréquence d’usage16.

  • 17 La Tate Britain avec « Write Your Own Label » : http//:www.tate.org.uk/britain/writey-ourown/
    Par e (...)
  • 18 L’institut de recherche et d’innovation (IRI) du Centre Pompidou a développé un dispositif d’écrit (...)
  • 19 Au Getty “Cranach Magnified – A Comparative Image Tool” : http//:www.getty.edu/museum/conservation (...)

15Les étiquettes créées en liaison avec des contenus muséaux, à la Tate17 par exemple, ou les productions avec un logiciel d’annotations au Centre Pompidou18, rejoignent la démarche de médiation du musée. En effet, des contenus d’internautes sur le site ou sur l’espace web 2.0 du musée peuvent guider l’interprétation, comme les commentaires adressés au Getty Museum qui soumet une application relative à la recherche, « Cranach Magnified », pour permettre, hors cercle des chercheurs de comparer, d’agrandir les images d’œuvres du peintre Cranach19.

  • 20 http//:www.quaibranly.fr/fr/programmation/expositions/expositionspassees/-diaspora/cataloguenumeri (...)
  • 21 Voir le colloque En faire toute une histoire ! L’engagement social en histoire et en muséologie du (...)

16Les technologies web 2.0 ouvrent aussi des perspectives dans l’exercice de la critique des expositions. Le catalogue numérique « Diaspora-l’expo » du musée du quai Branly, présent sur MySpace, Dailymotion, Flickr et YouTube, invite les internautes à apporter leurs témoignages relatifs à la diaspora africaine20. Ainsi, le musée réaffirme son engagement social et politique au cœur de la société21, en perpétuant son ouverture aux publics qui s’expriment dans son enceinte, réelle ou numérique.

  • 22 http://www.ingenious.org.uk/Debates/
  • 23 La rubrique des forums du Palais de Tokyo indique (juin 2009) un verrouillage dû à la profusion de (...)
  • 24 http://www.tate.org.uk/onlineevents/forums/
  • 25 http://eyelevel.si.edu/
  • 26 Les internautes ou visiteurs du musée sont invités à partager dans un album sur la plateforme Flic (...)
  • 27 http://www.facebook.com/pages/Toulouse-France/Museum-de-Toulouse/34269244432 ?ref=ts

17De nouvelles façons d’échanger, entre musées et publics, et parfois entre internautes se multiplient. Les forums modérés par le musée ouvrent sur des débats formalisés et souvent limités dans le temps, tels que le site du National Museum of Science & Industry et du New Opportunities Fund22 le propose. Ces forums sont la plupart du temps reliés à des événements en ligne demandent une inscription préalable, comme le Palais de Tokyo23 ou la Tate24. Des blogs de discussion rendent également compte d’échanges à propos des visites, mais aussi des contenus esthétiques, scientifiques en liaison avec l’activité du musée. Le blog « Eye Level25 », produit par le Smithsonian American Art Museum, vise l’échange sur les enjeux de la recherche et de la conservation. Des musées, comme le Brooklyn Museum26, le Museum de Toulouse27, ont engagé des échanges via les plateformes exogènes MySpace et Facebook. Lorsque les échanges se tiennent en dehors du site institutionnel, le musée ne se conçoit plus comme l’émetteur principal d’informations, mais comme un maillon dans une chaîne d’échanges entre de multiples publics qui peuvent avoir un statut d’auteur de contenus et de commentaires, au-delà des sphères académiques ou médiatiques et d’évaluation par des experts.

  • 28 Le Musée MacVal http://www.macval.fraproposéà26habitantsdeVitry-sur-Seine (en région parisienne) d (...)
  • 29 Bürgergalerie, P. Weibel et M. Gommel, projet FLICK_KA, 2007, ZKM_Collection, dans le cadre de l’e (...)
  • 30 La Tate Modern s’est associée en 2007 à Flickr pour l’exposition photographique « How we are now » (...)
  • 31 La Tate Modern http://www.tate.org.uk/, en particulier avec « Your Tate Track ».
  • 32 L’exposition « Click ! A Crowd Curated Exhibition », 2008. http://www.brooklynmuseum.org/exhibitio (...)

18Les internautes peuvent en outre apporter leurs contenus, pour nourrir des projets de transformation de musées, d’exposition ou contribuer à un projet artistique, à un projet de circulation innovante de connaissances. Ils sont alors invités à envoyer des photographies28, des avis et analyses pour inspirer le musée. Les publics sont sollicités en tant que créateurs ou amateurs éclairés. La « Galerie des citoyens » du ZKM29 a proposé aux internautes d’envoyer leur portrait à insérer dans l’exposition au musée ou sur Flickr. Les publics soumettent des œuvres que l’institution, après sélection, expose, comme la Tate qui s’est associée en 2007 à Flickr pour l’exposition photographique « How we are now30 ». L’ensemble des soumissions était visible sur Flickr et sur le site du musée, ainsi que sur des diaporamas dans les espaces du musée. La Tate31 a également invité de jeunes internautes à s’inspirer d’œuvres de la collection pour écrire une chanson, à publier sur un espace à créer dans MySpace. Un jury, composé de musiciens, votait pour désigner un vainqueur qui voyait sa composition en écoute, dans le musée, aux côtés de l’œuvre qui l’a inspiré. Le Brooklyn Museum a quant à lui lancé un appel aux artistes locaux dans le cadre de l’exposition « Click !32 », dans le musée et en ligne, un processus d’exposition dont « le commissaire est la foule » (Surowiecki, 2008). Les contributions des artistes ont été évaluées par les internautes grâce à un forum électronique. L’exposition des photographies sélectionnées a été ensuite présentée au musée.

2. Le secteur muséal entre innovation et continuité

19L’appropriation des technologies web 2.0 au sein de la sphère muséale est contrastée bien que globalement centrée sur la diffusion d’informations, la promotion des ressources et des activités. Confirmant leurs efforts de communication, des musées utilisent ainsi des fils RSS, des podcasts et des blogs pour transmettre des nouvelles sur les projets du musée. Ces services offrent une nouvelle exploration des collections et un nouvel accès à la culture.

  • 33 http://www.flickr.com/groups/collectionnerlevivantautrement/

20La mise à disposition d’espaces personnels ou de publication de contenus des internautes, de forums et de dispositifs web 2.0 par certaines institutions muséales permet néanmoins d’axer, dans une certaine mesure, la politique de communication sur le participatif. Les publics ont la possibilité d’intervenir sur les contenus (œuvres et production scientifique) et leur forme, de décrire, d’échanger, de contribuer à un projet soumis par le musée, voire de créer leur propre espace d’expressions à propos des musées, en marge des sites de ces derniers. Un des plus actifs contributeurs du groupe du Museum de Toulouse sur Flickr a par exemple créé un groupe sur Flickr également « Collectionner le vivant autrement33 » attirant des internautes ne passant pas par le groupe créé par le musée.

  • 34 Le musée du Louvre au Japon a lancé des guides multimédias expérimentaux, permettant de s’envoyer, (...)

21Ces usages recoupent les fonctions d’information-communication, de médiation et la fonction sociale du musée. Mais les innovations techniques (applications web 2.0, mais aussi téléphones mobiles, lecteurs MP3, agendas électroniques, puces RFID34) et sociales engagent le musée dans une tension entre l’extérieur et l’intérieur. Les objets communicants, mais aussi des logiciels sur le site du musée, font entrer ou sortir des données, à retrouver sur l’internet ou dans les musées, devenus fournisseurs de contenus consultables et téléchargeables sur le réseau. Les invitations à contribuer lancées par certains musées, notamment la Tate en Grande-Bretagne et le Brooklyn Museum aux États-Unis, engagent une mise à disposition d’espaces sur le site institutionnel, mais également sur les plateformes externes (comme Flickr ou MySpace), pour accueillir des photographies, des messages, des commentaires, des créations, avec parfois l’aide d’outils fournis par le musée. Ces expériences servent à combler quelque peu la distance entre les professionnels de musée et les publics, visiteurs potentiellement rejoints par des usagers de plateformes web 2.0 des musées non visiteurs.

22Le déploiement de ces services interactifs n’est pas aisé pour un secteur fondé sur une organisation centralisée et une conception de l’exclusivité des compétences scientifiques. En effet, les contributions accueillies sur le site institutionnel ou l’espace web 2.0 créé par le musée provoquent des déplacements de son autorité, bien que les usagers des musées, réels et virtuels, gardent la confiance (Le Marec, 2007) en une institution diffuseur légitime de contenus sur l’internet garantissant la validité scientifique des données. En développant un web 2.0 muséal, ces institutions sont ainsi amenées à penser différemment les relations avec leurs publics ou avec de nouveaux publics, autant quand l’internaute intervient sur la description des contenus par les dispositifs d’indexation (tags), que lorsque le musée met à disposition des outils auparavant réservés aux chercheurs.

23S’il est nécessaire de cerner les craintes de certaines institutions, inquiètes de ne pas maîtriser les interventions d’internautes, il faut également mesurer l’enjeu de l’articulation entre expertises des musées et participation profane des publics. Les musées n’appliquent que très rarement le principe de « confiance radicale » (Spadaccini et Sebastian, 2007). Le Brooklyn Museum accorde a priori le statut de contributeur et d’évaluateur légitime à la communauté en ligne. Mais en règle générale, le musée accueille des contenus d’internautes, en les distinguant des siens pour maîtriser son espace de publication. Il en est de même sur les plateformes non institutionnelles, comme les réseaux sociaux, sans empêcher le rayonnement de ses ressources pour une diversification et une amplification des contenus muséaux en ligne. L’étude des contenus tant des internautes que des musées met généralement en évidence une mise en visibilité de l’institution privilégiée. Mais cela ne témoignerait-il pas d’une faible participation des services web 2.0 des musées ? Comment arriver à penser à la fois les expertises des musées et la participation des publics ?

  • 35 On peut faire l’hypothèse que les internautes intéressés par les sites web de musées sont égalemen (...)

24Le fait de ne pas connaître les internautes35 conduit à la nécessité de cerner des usagers caractérisés par leur mode d’intervention sur les réseaux et par l’ensemble de leurs pratiques culturelles, communicationnelles et informatiques. Des processus éphémères, évolutifs mais cependant ancrés dans des habitudes et repères d’usages sont à considérer pour saisir les enjeux des usages du web 2.0. Des changements discrets néanmoins importants sont d’ores et déjà à retenir, comme la façon de ne plus envisager les internautes exclusivement comme des visiteurs potentiels ou comme des usagers de multimédia selon une simple logique d’accès.

  • 36 http://www.w3.org/2001/sw/La norme W3CResource Description Framework (RDF) définit un modèle du we (...)

25En affirmant sa présence dans des sites web 2.0 non institutionnels, le musée participe à la fragmentation des ressources patrimoniales. Entre innovation et permanence des missions et des logiques de communication, le secteur muséal soulève des questions clés relatives aux TIC dans la société. En effet, qu’il s’agisse du web 2.0 muséal émergent ou des applications web 2.0 en général, on assiste à une structuration de l’information et à l’encadrement de la communication inter-individuelle. Une économie de l’internet ne fait que se confirmer et le web 2.0 est une étape, passionnante, mais surtout éclairante d’une sophistication technologique des activités sociales. Les institutions muséales ont toujours mis en œuvre des technologies sophistiquées, comme le langage XML. Contrairement au langage de balises HTML, XML n’a pas fait l’objet d’une appropriation élargie. En ce qui concerne les technologies web 2.0, seules les applications relèvent d’une appropriation populaire. Cette nouvelle phase de l’internet présente un développement opaque étant donné le fait que les interventions des internautes s’inscrivent dans des plateformes captant données, comportements pour un profilage de type industriel et à visée marchande. Le musée ne s’inscrit certes pas dans la marchandisation des données des internautes, mais dans l’industrialisation des processus d’information et de communication, orchestrant désormais les réseaux techniques. Si l’on ne prend que l’exemple des pratiques d’indexation grâce aux tags, créés tous azimuts, on relève une innovation socio-technique, nommée folksonomie, traduisant des interprétations, erronées et inventives, des ambiguïtés liées à la culture de l’utilisateur, dans un esprit de partage. Celle-ci fait également figure de prémices du web 3.036. Or, le web sémantique exige des pratiques professionnelles, relevant de compétences déployées notamment par les institutions culturelles. C’est ici l’ambiguïté qui expose des internautes prétendument libres mais en réalité captifs, excepté quelques acteurs capables de développer les technologies elles-mêmes, comme les militants du Libre ou des leader d’opinion (Lazarsfeld et Katz, 2008) sur les réseaux informatiques.

26Les musées dans ce contexte doivent mener leurs actions en associant structuration de leurs données et médiation pour une appropriation de leurs ressources sur l’internet. Ces institutions patrimoniales ont dès lors tout leur rôle à jouer dans cet environnement réticulaire, puisque susceptibles de contribuer à mettre en débat le paradigme des réseaux informatiques, dans lesquels prescription et servuction (Eiglier et Langeard, 1987) côtoient inventions et alternatives.

27Le pouvoir des internautes friands de web 2.0, d’échanges de contenus commentés, décrits qui contribueraient à construire une réputation sur l’internet des musées, est à relativiser. La variation des canaux de communication des subjectivités des internautes rejoint celle utilisée par les acteurs économiques faisant la promotion de leurs marques et par les acteurs du secteur culturel visant la poursuite de leurs missions. Une démarche marketing est en effet la même pour tous ces acteurs qui cherchent à instaurer une relation de complicité avec leurs publics, en laissant croire qu’ils sont impliqués dans la vie de l’institution. L’appropriation du web 2.0 par les musées vise avant tout à poursuivre la circulation et la promotion de leurs données, en plaçant les publics dans de nouvelles postures. Les nouvelles médiations multimédias et interactives, voire contributives, au cœur ou à l’extérieur du musée visant des usagers secondaires, rejoignent la frénésie relative au potentiel de l’interactivité informatique. Les internautes imaginent intervenir dans l’espace de l’émetteur, mais se sentent dans l’incapacité de le faire concrètement. La capacité des usagers à décider et agir est perceptible dans le cadre d’une indépendance limitée par le musée. Les institutions ont besoin de continuer à structurer et homogénéiser leurs activités. De fait, les contributions et les étiquettes produites par les internautes, s’insérant dans les prémices du web sémantique, n’arrêtent pas la marche en avant des musées en attente d’un réseau sophistiqué et maîtrisé.

28Les usages 2.0, qui surprennent encore, n’empêchent pas la continuité d’un modèle globalement diffusionniste des musées (tout comme des acteurs économiques), soutenu par des technologies structurantes. En offrant de nouvelles manières de concevoir la création, l’échange et la gestion des informations et contenus en ligne, les technologies web 2.0 contribuent à simuler la modification des relations entre l’institution muséale et ses publics. Les musées rejoignent alors un mouvement de fond qui consiste à structurer les données pour modérer les contributions et rationaliser les entrées et sorties de contenus experts ou profanes. De fait, au moment où les musées tentent de penser l’ouverture et la mise en réseau décentralisé de leurs contenus, ils mettent en place des verrous pour maîtriser leur communication, assurer leur mission de diffusion des savoirs et du patrimoine.

Conclusion

29Les musées s’approprient progressivement les technologies 2.0 qui font entrer des contenus créés par les usagers sur leurs sites web. Les musées s’invitent par ailleurs sur les réseaux sociaux et plateformes d’échanges de contenus. Ils sont ainsi conduits non seulement à penser différemment leurs relations avec les publics, mais également à envisager de nouveaux publics qu’ils ne cernent pas encore avec précision, notamment les non-visiteurs de musées. Les musées poursuivent leur mission, introduisent, non sans difficulté, une culture de réseaux décentralisés, et cherchent à contenir la participation sur l’internet, tout en la provoquant. L’autorité du musée, en tant qu’institution détentrice et dispensatrice de connaissances, tend à évoluer, sans pour autant abolir sa légitimité, ni annuler la relation de confiance établie entre musée et public (visiteurs ou non). Une polyphonie des énonciations provoque des déplacements de l’autorité de l’institution amenée à la partager avec des internautes. Pour maîtriser l’ouverture de leur espace de publication, ils élaborent de nouveaux procédés de validation éditoriale des contenus créés par les internautes, et d’articulation de ceux-ci aux leurs. Les nouvelles formes de participation des publics aux activités du musée dépassent la logique de consultation et d’accès aux collections, pour expérimenter une nouvelle appropriation de contenus muséaux. Tandis que certaines institutions restent réticentes, d’autres s’engagent pleinement dans la culture 2.0, sollicitant les internautes en tant qu’acteurs, tels que la Tate en Grande-Bretagne et le Brooklyn Museum aux États-Unis.

30Les craintes de certains musées, inquiets de ne pas dominer la participation exogène, sont compensées par la fréquentation, voire la fidélisation des internautes qui peuvent utiliser les potentiels de contribution (contenus, commentaires, tags, messages). Mais pour engager et confirmer ce tournant, de véritables moyens humains et financiers sont indispensables pour la mise en œuvre de ces modalités de l’interactivité. Appréhender les innovations tout en conservant un statut de diffuseur légitime qui garantit la validité scientifique des données sur l’internet face à l’abondance de contenus en ligne, tel est l’enjeu actuel pour le secteur muséal. Ce dernier doit faire face à sa grande compétence de prescrire les usages des connaissances. Une cohabitation de deux logiques structurantes et spontanées d’usages de l’internet met l’institution muséale dans une situation délicate. Pourtant les internautes revendiquent une puissance de contribution sans pour autant toujours la mettre en œuvre. En effet, le site qui réduit la distance grâce à des médiations techniques la maintient avec ses publics, qui intériorisent les limites imposées.

  • 37 L’expression est souvent utilisée par les musées eux-mêmes pour organiser par exemple des journées (...)
  • 38 Le cas wikipedia est éclairant à ce titre pour saisir le besoin d’expertises : http://fr.wikipedia (...)

31Dans le cadre de ces préfigurations du « musée 2.037 », il semblerait que le web 2.0 sert de nouvelles diffusions sur l’internet pour le musée, tout comme d’autres émetteurs utilisant des sites web 2.0 pour leur promotion. Les musées souhaitent continuer à désigner et formuler les savoirs38. Comment dès lors innover et perpétuer ?

  • 39 Par exemple : http://www.buzzeum.com ; http://blogs.univ-paris5.fr/hy08648/weblog/1949.html ; http (...)

32Le web 2.0 s’inscrit dans la continuité du développement de divers instruments d’expression certes, mais aussi de segmentation des publics, consommateurs de biens et services culturels notamment, appelant à adopter une position de client, dans une logique de consommation de produits industriels informatiques et télécommunicationnels. Amateurs de musées ou amateurs éclairés des arts, des sciences et de l’histoire sur le web 2.0 non institutionnel, les internautes peuvent ne plus attendre le signal des musées pour s’exprimer. Si le musée n’ouvre pas ses portes, l’émission de contenus à propos des musées est possible sur les plateformes web 2.039. Si le musée laisse la parole sur son site, l’institution l’organise. Dans un cas marqué par la profusion et l’informel, comme dans l’autre marqué par la prescription, le musée conserve son rôle dans la société, et gagne de nouvelles manières de concevoir le rayonnement du patrimoine culturel sur l’internet, pour interroger la société.

Bibliography

Bibliographie

Eiglier Pierre, Langeard Éric, 1987, Servuction. Le Marketing des services, Paris, McGraw Hill, 205 p.

Francis Élie, Quesnel Odile, 2007, « Langages documentaires et outils linguistiques. 1re partie. La représentation des contenus » [en ligne], Documentaliste-Sciences de l’Information, vol. 44/1, ADBS, p. 58-63 [consulté le 9 juin 2009]. Disponible sur : http://www.cairn.info/article.php?ID_ARTICLE=DOCSI_441_0058

Lazarsfeld Paul, Katz Elihu, 2008, Influences personnelles. Ce que les gens font des médias, Paris, Armand Colin, Collection Médiacultures, 416 p.

Le Marec Joëlle, 2007, Publics et musées. La confiance éprouvée, Paris, L’Harmattan, 224 p.

Spadaccini Jim, Sebastian Chan, 2007, « Radical Trust : The State of the Museum Blogosphere » [en ligne], in Trant Jennifer and Bearman David (eds), Museums and the Web 2007 : Proceedings, Archives & Museum Informatics, publié le 31 mars, Toronto. Disponible sur : http://www.archimuse.com/mw2007/papers/spadaccini/spadaccini.html

Surowiecki James, 2008, La Sagesse des foules, Paris, Jean-Claude Lattès, 384 p.

Tobelem Jean-Michel, 1997, « The Marketing Approach in Museums », Museum Management and Curatorship, no 16/4, p. 337-354.

Trant Jennifer, 2006, « Exploring the potential for social tagging and folksonomy in art museums : proof of concept » [en ligne], New Review of Hypermedia and Multimedia, no 12/1, juin, p. 83-105. Preprint [consulté le 12 juin 2007]. Disponible sur : http://www.archimuse.com/papers/steve-nrhm-0605preprint.pdf

Vidal Geneviève, Crenn Gaëlle, 2007, « Les musées français et leurs publics à l’âge du Web 2.0. Nouveaux usages du multimédia et transformations des rapports entre institutions et usagers ? » [en ligne], in Trant Jennifer and Bearman David (eds), International Cultural Heritage Informatics Meeting (ICHIM07), Proceedings, Archives & Museum Informatics, Toronto, publié le 30 septembre. Disponible sur : http://www.archimuse.com/ichim07/abstracts/prg_335001554.html

Notes

1 La confusion entre ces deux qualificatifs peut de suite être levée en précisant que la participation relève de la proposition de l’émetteur, alors que la contribution de l’initiative de l’internaute.

2 Ces « fils » rejoignent d’une certaine manière la lettre d’information. La Cité des Sciences et de l’Industrie (CSI) par exemple a depuis plusieurs années adopté la « newsletter ».

3 Par exemple, le Fine Art Museum of San Francisco (FAMSF) http://www.youtube.com/ user/FAMSF et le MOMA http://www.youtube.com/user/MoMAvideos.

4 Les internautes n’ont pas attendu le web 2.0 pour demander ce type de relations grâce à l’internet. Il y a dix ans déjà, ils revendiquaient des accès privilégiés du fait de leur statut de publics « connectés », pour en voir plus que les visiteurs. Voir G. Vidal, 1999, L’Appropriation sociale du multimédia de musée. Les interactions entre pratiques de musée et de multimédia de musée, Thèse de Doctorat en Sciences de l’information et de la communication, Saint-Denis, Université Paris 8.

5 http://www.moma.org/visit_moma/podcasts/feed.xml

6 Le Mucem, avant son ouverture, est présent sur le web 2.0 grâce à son responsable de la coordination des projets informatiques et multimédias, conseiller scientifique, également ancien responsable de la mission recherche et technologie du ministère de la Culture français : http://www.flickr.com/photos/dalbera/sets/72157600049159182/comments/, http://www.dailymotion.com/labo_leden,http://del.icio.us/dalbera

7 Le Fine Art Museum of San Francisco (FAMSF) http://www.famsf.org/blog/index.asp, le musée de l’Homme « Sagablog » rappelant le titre de l’exposition « La Saga de l’Homme » http://www2.mnhn.fr/sagablog/. La Cité nationale de l’histoire de l’immigration http://blog-chantier.histoire-immigration.fr, avant son ouverture en octobre 2007. La Cité de la Musique http://www.cite-musique.fr/gainsbourg2008/proposait un blog de la future (à l’époque) exposition sur le chanteur S. Gainsbourg, qui avait pour objectif d’associer les publics à la conception, avec à l’appui des documents de recherches du concepteur de l’exposition. Mais seul le concepteur d’exposition semblait être contributeur.

8 Par exemple le musée du quai Branly http://www.quaibranly.fr/fr/actualites/flux-rss.html, les podcasts audio du Metropolitan Museum (MET) http://www.metmuseum.orgou vidéos du MOMA http://www.moma.org/visit_moma/podcasts/feed.xml

9 Par exemple le Museum of Modern Art (MOMA) de San Francisco : http://www.sfmoma.org/education/edu_podcasts.html avec « SFMOMA Artcasts » produit en collaboration avec l’entreprise Antenna Audio, pour permettre aux internautes, devenus visiteurs du musée, de se présenter à l’entrée du musée avec leur lecteur mp3, disposant du « artcast » téléchargé, et d’économiser deux dollars sur le billet d’entrée.

10 Sont proposés des parcours touristiques – des vidéos ou des fichiers audio – à emporter dans son téléphone mobile : http://www.voxinzebox.com/ethttp://www.zevisit.com/

11 http://www.guggenheim-bilbao.es/tu_visita/cuentales_visita/fra/visualizacion.php?id=4&timestamp=1190190733

12 Le Fine Art Museum of San Francisco (FAMSF) permet de rendre publics les albums personnels « my gallery », http://www.famsf.org/gallery/index.asp

13 L’avertissement concernant la reproduction des images marque bien les craintes que ressentent tous musées dans le cas de diffusion hors site officiel. L’album sur Flickr de l’exposition « Trésors du quotidien ? Europe et Méditerranée » du Mucem par exemple prévient des limites : « La reproduction des images et des notices associées n’est permise que pour des usages culturels et éducatifs, avec mention écrite du musée et de l’exposition en cours. » Les images sont protégées par licence Creative Commons. http://www.flickr.com/photos/dalbera/sets/72157600049159182/comments/

14 http://www.mccord-museum.qc.ca/scripts/user.php?Lang=2

15 Steve : http://www.steve.museum/

16 Il convient de garder à l’esprit la limite du paradigme de la popularité propagé par le moteur de recherche Google, masquant dangereusement de riches ressources moins visibles.

17 La Tate Britain avec « Write Your Own Label » : http//:www.tate.org.uk/britain/writey-ourown/
Par exemple : http//:www.tate.org.uk/britain/writeyourown/form.jsp?acno=T00693

18 L’institut de recherche et d’innovation (IRI) du Centre Pompidou a développé un dispositif d’écriture et de lecture collaboratives, grâce à un logiciel d’annotations, « Lignes de Temps », accessible tant dans le musée que sur l’internet http//:www.iri.centrepompidou.fr/

19 Au Getty “Cranach Magnified – A Comparative Image Tool” : http//:www.getty.edu/museum/conservation/cranach_comparison/comparison_tool_1.html

20 http//:www.quaibranly.fr/fr/programmation/expositions/expositionspassees/-diaspora/cataloguenumerique/-index.html

21 Voir le colloque En faire toute une histoire ! L’engagement social en histoire et en muséologie du 26 septembre 2008 au Musée McCord d’histoire canadienne à Montréal. Disponible sur : http://www.patrimoine-canada.ca/2008/09/colloque-en-faire-toute-une-histoirel%E2%80%99engagement-social-en-histoire-et-en-museologie/

22 http://www.ingenious.org.uk/Debates/

23 La rubrique des forums du Palais de Tokyo indique (juin 2009) un verrouillage dû à la profusion de spams : http://www.palaisdetokyo.com/forum/index.php

24 http://www.tate.org.uk/onlineevents/forums/

25 http://eyelevel.si.edu/

26 Les internautes ou visiteurs du musée sont invités à partager dans un album sur la plateforme Flickr leurs photographies http://www.flickr.com/photos/brooklyn_museum/.Voir aussi : http://www.myspace.com/brooklynmuseum

27 http://www.facebook.com/pages/Toulouse-France/Museum-de-Toulouse/34269244432 ?ref=ts

28 Le Musée MacVal http://www.macval.fraproposéà26habitantsdeVitry-sur-Seine (en région parisienne) de prendre en photographie le chemin de leur domicile au musée d’art contemporain, et a ensuite créé un parcours-exposition en ligne à partir des photographies soumises.

29 Bürgergalerie, P. Weibel et M. Gommel, projet FLICK_KA, 2007, ZKM_Collection, dans le cadre de l’exposition « You_ser : the Century of the Consumer ». Disponible sur : http://www02.zkm.de/flick_ka/

30 La Tate Modern s’est associée en 2007 à Flickr pour l’exposition photographique « How we are now ». L’ensemble des soumissions est visible sur des diaporamas sur écrans dans les espaces d’exposition et sur Flickr : http://www.flickr.com/groups/howwearenow/

31 La Tate Modern http://www.tate.org.uk/, en particulier avec « Your Tate Track ».

32 L’exposition « Click ! A Crowd Curated Exhibition », 2008. http://www.brooklynmuseum.org/exhibitions/click/

33 http://www.flickr.com/groups/collectionnerlevivantautrement/

34 Le musée du Louvre au Japon a lancé des guides multimédias expérimentaux, permettant de s’envoyer, via l’internet, des données glanées sur le parcours de la visite augmentée, ponctuée de puces RFID. L’expérience s’est déroulée en 2007 à Tokyo. Voir M. Prot-Poilvet, 6 juin 2007, « Personnaliser la visite grâce aux RFID : l’expérience du Louvre au Museum Lab (Tokyo) », [consulté le 12 octobre 2008]. Disponible sur : http://reseau.erasme.org/Personnaliser-la-visite-grace-aux. Voir aussi « Louvre-DNP Museum Lab », in Culture et Recherche no 112, été 2007.

35 On peut faire l’hypothèse que les internautes intéressés par les sites web de musées sont également visiteurs de musées. En effet, la sociologie de la culture permet de saisir que les publics vont vers ce qu’ils connaissent déjà. Voir à ce sujet O. Donnat, « Diversité culturelle et combat contre la loi du cumul » [consulté le 22 août 2009]. Disponible sur :
http://www.revues-plurielles.org/_uploads/pdf/82/148/89316_14386_18197.pdf.

36 http://www.w3.org/2001/sw/La norme W3CResource Description Framework (RDF) définit un modèle du web sémantique, versions 1999 et 2004 : http://websemantique.org/RDF

37 L’expression est souvent utilisée par les musées eux-mêmes pour organiser par exemple des journées d’étude, telles que celles du centre Pompidou http://www.centrepompidou.fr/musee2.0/

38 Le cas wikipedia est éclairant à ce titre pour saisir le besoin d’expertises : http://fr.wikipedia.org/wiki/Citizendium

39 Par exemple : http://www.buzzeum.com ; http://blogs.univ-paris5.fr/hy08648/weblog/1949.html ; http://www.auhavre.com/blog/index.php?2009/01/09/282-le-web-20-et-les-museacutees-ou-l-internet-quotmuseacutealquot

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2010

Terms of use: http://www.openedition.org/6540