Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Stratégies du changement dans les systèmes et les territoires

 | 
Lise Viera
, 
Nathalie Pinède

Axe 3. Diffusion des connaissances et dynamiques de changement

Créativité et innovation

Le rôle des e-portfolios dans l’enseignement supérieur

Irène Tomé

Index terms

Full text

Pour la première fois dans l’histoire, relativement courte, des technologies d’apprentissage, nous assistons à la montée d’une nouvelle génération d’outils dédiés à valoriser les réalisations de l’individu, tout au long de la vie : l’e-portfolio. In http://www.europortfolio.org/​

1La société de l’information et celle de la connaissance sont associées au xxe siècle. Alors que la première se base sur le mode d’accès à l’information, sur sa production et utilisation, caractérisée par la convergence d’ordinateurs, programmes et télématique – ce qu’on appelle TIC –, la deuxième est le résultat de l’utilisation de la connaissance, c’est-à-dire qu’une plus grande importance sera donnée aux questions relatives aux problèmes soulevés par la nécessité d’apprendre à apprendre – champ privilégié de la métacognition.

2Cependant les exigences qui sont demandées aux citoyens dans tous les domaines de la vie requièrent un degré de compétences qui ne peuvent pas être dissociées d’un apprentissage permanent dans ces domaines. Ainsi, la clé stratégique basée sur la primauté de l’éducation s’assume comme un compromis impérieux entre citoyens et gouvernants, ce que Roberto Carneiro appelle « nouveau contrat social » où l’« éducation est un droit et l’apprentissage un devoir » (2001, p. 244). Donc, le xxie siècle se présente comme étant la société de l’apprentissage dont les principes philosophiques se basent sur le sujet qui apprend, dans un processus en construction et en développement continu.

3Dans ce même ordre d’idée, la Commission européenne a déterminé que l’année 2009 serait dédiée à la créativité et à l’innovation, dans la mesure où :

Créativité est le chemin pour l’innovation et facteur-clé pour le développement personnel, occupationnel, entrepreneurial ou de compétences sociales, comme pour le bien-être des individus dans la société.

4Comment pouvons-nous promouvoir l’innovation et la créativité ? Quels paradigmes est-il nécessaire d’établir ? La technologie peut-elle être le lien entre la créativité, l’innovation et la pratique entrepreneuriale ? Les réseaux d’apprentissage et les institutions d’enseignement peuvent-ils encourager les élèves/professeurs à de nouveaux modèles d’apprentissage, de travail et de vie ? Quels outils et stratégies choisir ?

5Une des stratégies définies par l’organisation Europortfolio est celui de motiver les institutions d’enseignement européennes à définir, ébaucher et développer des systèmes de portfolios numériques (e-portfolios), dont l’utilisation est considérée comme l’une des bases de l’économie de la société d’apprentissage ( http://www.europortfolio.org/​).

6En quoi consiste un e-portfolio ? Pour quelle raison peut-il être considéré comme un outil de réflexion stratégique ? Le e-portfolio est une collection personnelle d’informations (sous format électronique) qui décrit et illustre l’apprentissage, la carrière, l’expérience et les réalisations d’un individu. De cette façon, les e-portfolios ont des implications pour l’institution, les professeurs et les élèves, bien qu’ils aient des objectifs différenciés. Cependant, quels que soient leur application et leur développement, ils sont associés à la nécessité de démontrer ce qu’on sait faire, soit du point de vue du développement personnel et professionnel, soit du point de vue de la certification des compétences acquises.

7L’objectif de cette étude n’est pas d’explorer les différents usages ou typologies que les e-portfolios peuvent avoir dans les divers contextes éducatifs, mais la façon dont le curriculum, une page web ou un blog peuvent être structurés de manière à donner lieu à un e-portfolios de présentation ou de développement professionnel capable de refléter les compétences de l’individu, de ses savoirs et savoir-faire. Dans cette perspective, ce sera un outil pour l’insertion sur le marché de l’emploi, c’est-à-dire pour la transition de l’enseignement à la vie active.

8Peu à peu, depuis les années 1990, on en est venu à réfléchir à l’importance que les e-portfolios ont dans l’éducation et nombreuses furent les publications qui ont accompagné cette réalité à tel point que plusieurs auteurs ont dénoncé le risque de la banalisation du mot portfolio. Ana Simão (2005, p. 85), en citant Dommen (1994), mentionne que « de nombreuses expressions en éducation courent le risque de devenir des mots “bruyants”, s’ils ne sont pas incorporés dans une perspective théorique consistante ». Dans ce même ordre d’idées, le e-portfolio peut être considéré comme un instrument d’évaluation et d’auto-régulation d’apprentissages, en accentuant la matrice constructiviste dans la mesure où le e-portfolio réflexif aide l’individu à prendre conscience de ses apprentissages, mais aussi à fixer des objectifs.

9Les institutions d’enseignement et de formation qui reconnaissent le rôle important qu’ont les différentes typologies de e-portfolios et qui, par conséquent, incitent professeurs et élèves à exploiter le e-portfolio comme stratégie de développement personnel, sont de plus en plus nombreuses.

10Par rapport aux élèves, cet encouragement se revêt de la plus grande importance à deux niveaux. En tant qu’étudiants, les e-portfolios sont un outil interactif, qui permettent l’adoption de méthodologies, stratégies et activités à caractère socio-constructif, et favorisent le développement de la capacité d’auto-régulation et monitorisation de l’apprentissage lui-même, habiletés/aptitudes indispensables et permettant un solide apprentissage tout au long de la vie, comme le développement de la compétence de « comment apprendre ». En fin de cycle éducatif, ils se présentent comme un outil de divulgation de compétences ayant, comme objectif, l’insertion sur le marché de l’emploi.

11Barrett (2005) défend qu’un e-portfolio reflète les principes constructivistes s’il permet à l’apprenant de (re) commencer son apprentissage à des moments différents du processus d’apprentissage individualisé. Or la construction d’un e-portfolio exige de l’élève une réflexion constante et une révision du travail. Vygotsky (1978) souligne aussi l’importance du constructivisme social dans la construction de l’apprentissage avec les autres, ce qui devient conforme aux fonctionnalités de social networking mises à la disposition par le système. La possibilité de contrôler l’accès au e-portfolio) encourage la création et l’interaction de groupes/communautés d’apprenants, organisées entre les utilisateurs du système, par affinités de thèmes, sujets ou travaux à réaliser.

12Le e-portfolio de présentation ou de développement professionnel n’est pas un concept nouveau puisqu’il a toujours été utilisé comme instrument de divulgation et de promotion pour les professions associées aux arts, au design et à l’architecture. Dans ce cas, c’est une compilation de textes, d’images, de sons qui démontrent le travail réalisé par une personne.

13Cependant, aujourd’hui, le e-portfolio de présentation ou de développement professionnel ne peut pas être une simple compilation de travaux effectués. Il doit nécessairement aller plus loin ; il doit refléter ce que l’individu « a fait et comment il a fait » (Bernardes et Miranda, 2003, p. 18). Les auteures établissent une comparaison entre un e-portfolio et une simple compilation de travaux, au moyen d’un schéma-synthèse. Bien que le e-portfolio mentionné soit associé au modèle réflexif, on considère que certaines de ses caractéristiques sont communes et applicables à la typologie du e-portfolio de présentation ou de développement professionnel.

14On souligne certains points (adaptés de Bernardes, Miranda, 2003, p. 18) :

  • il doit faire connaître la personne et son parcours ;

  • les éléments à insérer doivent être choisis en accord avec les objectifs recherchés mais ils doivent aussi représenter les compétences acquises ;

  • les éléments choisis doivent être datés ;

  • il doit permettre une reformulation constante.

15Cependant il est nécessaire de reconnaître que certaines institutions ne sont pas préparées pour adopter les e-portfolios comme modèle de divulgation des connaissances et des compétences que ceux-ci contiennent et qu’une situation identique se vérifie dans le corps professoral, comme au sein des élèves, moins familiarisés avec les TIC. De cette manière, un abordage, a priori, de sensibilisation et de soutien à leur construction est considéré comme pertinent afin que tous les intéressés puissent apprendre à réfléchir pour savoir sélectionner les éléments constituant des e-portfolios.

16Dans plusieurs études, certains auteurs insistent sur le besoin d’une supervision dans la structuration d’un e-portfolio, auprès des professeurs en formation initiale et des élèves, dans la mesure où ils ont vérifié que les lignes d’orientation transmises au début se sont révélées peu précises quand elles ne sont pas accompagnées dans le déroulement de la construction du e-portfolio. Nunes e Moreira (2005, p. 57) ajoute que, dans une étude avec des élèves, ceux-ci « n’étaient pas familiarisés avec la stratégie [du portofolio] et avec les mécanismes qui leur permettaient de réfléchir sur leur propre apprentissage et, pour cette raison, il devenait urgent d’agir ».

17P. Vianin (2009, p. 210) mentionne que « cela ne sert à rien de « donner » des stratégies et des méthodes de travail aux élèves, type « clé en main », s’ils sont loin de réfléchir sur leur processus d’apprentissage, dans la mesure où ils ne peuvent pas y repenser, ni assimiler ». On constate ainsi que la « clé » se trouve, pour les élèves, dans la compréhension de l’efficacité des stratégies. Il faut également souligner l’importance de la médiation, venant du professeur et sous-jacente au processus de développement de la compétence réflexive.

Le cas portugais

18L’Universidade Nova de Lisboa a ouvert, en partenariat avec l’Instituto do Emprego e da Formação Profissionnal, un bureau d’insertion professionnelle, en octobre 2009.

19Ce bureau a été constitué, par arrêté ministériel no 127/2009 du 30 janvier. Il est l’unique du genre à fonctionner dans les universités portugaises. La création de ces bureaux s’intègre dans un ensemble de mesures qui visent, entre autres, à l’amélioration des niveaux d’employabilité, par le biais du soutien à la recherche active d’emploi et de la captation d’offres auprès des entités patronales (alinéas b) et d), du point 1, article 5). De cette manière, le bureau siégeant à l’Universidade Nova de Lisboa promouvra un ensemble d’actions orientées vers la promotion de l’employabilité de tous ses diplômés et servira de base à la production d’information actualisée sur le parcours d’insertion professionnelle de ces derniers.

20Les nouveaux dispositifs de diffusion de l’information et de la connaissance disponibles en ligne et la création respective de bases de données permettent l’application effective des mesures spécifiques énoncées, de soutien à la transition de l’enseignement à la vie active des étudiants de toute unité organique ou de tout cycle d’enseignement de l’Universidade Nova de Lisboa. Face aux études consultées, nationales et étrangères, et aux résultats positifs divulgués dans celles-ci, il nous est permis de penser que l’utilisation de cette stratégie – de construction d’un e-portfolio de présentation ou de développement professionnel – puisse effectivement avoir un rôle important dans le processus de transition de l’enseignement à la vie active, dans la mesure où il sera le miroir de ce que l’élève arrive à faire, mais aussi, de ses expériences professionnelles, s’il en possède.

21Le grand avantage du e-portfolio numérique réside dans le fait que les moyens et les outils électroniques facilitent l’organisation et la structuration de l’information. Il rend possible la présentation qui recourt à des moyens audio-scripto-visuels motivants, comme les liens dynamiques entre ses composantes et encore la quantité d’information qui peut être disponible, l’accès facile à celle-ci et la nature inachevée, dans une actualisation permanente.

  • 1 La matrice réflexive d’un portfolio de présentation ou de développement professionnel doit rendre p (...)

22Ainsi, nous prétendons élaborer une réflexion sur les objectifs d’un e-portfolio, sur son organisation, sur son utilisation et sur les procédés à choisir. Les résultats de cette réflexion formeront un Manuel de bonnes pratiques1 de façon à ce que ces e-portfolios puissent être adoptés dans un établissement d’enseignement, logés sur une plateforme d’apprentissage en ligne. L’élaboration d’un manuel ne signifie pas que l’e-portfolio ait un caractère unique ; ce document se limite seulement à contribuer avec quelques suggestions à l’organisation de documents et de réflexions passibles d’être introduits comme scénario dans l’e-portfolio. La nature de celui-ci est singulière et son élaboration est le fruit de la réflexion et du choix individuel. Pour cela, il requiert une nouvelle culture pédagogique puisque le succès de l’utilisation de ces outils dans l’apprentissage dépend du contexte et de la façon dont ils sont utilisés, c’est-à-dire que s’ils s’insèrent dans une perspective d’acquisition de connaissances, ce sont des moyens faibles, mais, au contraire, si la perspective est celle de la construction de connaissances, « ils présentent généralement des possibilités cognitives beaucoup plus intéressantes » (Devoper, 2008, p. 87).

Bibliography

Bibliographie

« Portaria 127 », 2009, in Diário da República, 1.ª série (21) 30 de Janeiro, p. 643-645.

Barrett Helen, 2005, « Directions for research and development on electronic portfolios », Canadian Journal of Learning and Technology, vol. 31, no 3, p. 1-15.

Bernardes Carla, Miranda Filipa Bizarro, 2003, Portfolio. Uma escola de competências, Lisboa, Porto Editora.

Brown Christine, 2007, « Learning through multimedia construction – A complex strategy », Journal of Educational Multimedia and Hypermedia, vol. 16, no 2, p. 93-124.

Carneiro Roberto, 2001, « 2020 : 20 Anos para Vencer 20 Décadas de Atraso Educativo », In Carneiro Roberto (coord.), Fundamentos da Educação e da Aprendizagem : 21 Ensaios para o século 21, Vila Nova de Gaia, Fundação Manuel Leão.

Costa Fernando Albuquerque, Laranjeiro Maria Adelina, 2008, e-Portfolio in Education. Practices and reflections, Sintra, Associação de Professores de Sintra,

Criatividade e Inovação, Ano Europeu 2009 [en ligne]. [Consulté en janvier 2009]. Disponible sur : http://criar2009.gov.pt/

Delors Jacques (coord.), 1996, « Educação um tesouro a descobrir », in Relatório para a UNESCO da Comissão Internacional sobre Educação para o século XXI, Porto, Edições ASA.

Depover Christian et al., 2008, Enseigner avec les technologies, Québec, Presses de l’Université du Québec.

Europe. Imagine. Create. Innovate [en ligne]. [Consulté en janvier 2009]. Disponible sur : http://www.create2009.europa.eu/index_en.html

European Foundation for Quality in eLearning [en ligne]. [Consulté en janvier 2009]. Disponible sur : http://www.qualityfoundation.org

European Institute for E-Learning [en ligne]. [Consulté en janvier 2009]. Disponible sur : http://www.eife-l.org/publications/eportfolio

Europortfolio [en ligne]. [Consulté en Janvier 2009]. Disponible sur : http://www.europortfolio.org/

Mason Robin, Stefani Lorraine, Pegler Chris, 2007, The Educational Potential of E-portfolios. Supporting Personal Development and Reflective Learning, New York, Routledge.

Montgomery Kathleen K., Wiley David A., 2008, Building e-Portfolios using PowerPoint, Londres, Sage Publications.

Nunes Alexandra, Moreira António, 2005, « O “Portfolio” na aula de língua estrangeira », in Sá-Chaves Idália (org.), Os “portfolios” reflexivos (também) trazem gente dentro, Lisbonne, Porto Editora, p. 51-66.

Prensky Marc, 2001, « Digital natives, digital immigrants » [en ligne], On the Horizon, vol. 9, no 5, 1-2. Disponible sur : http://www.marcprensky.com/writing/Prensky%20-%20Digital%20Natives,%20Digital%20Immigrants%20-%20Part1.pdf

Sá-chaves Idália (org.), 2005, Os “portfolios” reflexivos (também) trazem gente dentro, Lisbonne, Porto Editora.

Simão Anna Maria Veiga, 2005, « O “Portfolio” como instrumento na auto-regulação da aprendizagem », in Idália (org.), Os “portfolios” reflexivos (também) trazem gente dentro, Lisbonne, Porto Editora, p. 83-100.

Vianin Pierre, 2009, L’Aide stratégique aux élèves en difficulté scolaire, Bruxelles, Éditions De Boeck.

Vygotsky Lev Semenovich, 1978, Mind in Society : The Development of Higher Psychological Processes, Cambridge, Mass., Harvard University Press.

Wade Anne, Abrami Philip C., Sclater Jennifer, 2005, « An electronic portfolio to support learning » [en ligne]. Canadian Journal of Learning and Technology, vol. 31, no 3, p. 33-50 [Consulté en Novembre 2008]. Disponible sur : http://www.cjlt.ca/content/vol31.3/wade.html

Notes

1 La matrice réflexive d’un portfolio de présentation ou de développement professionnel doit rendre perceptibles des aspects comme la définition d’objectifs, la conceptualisation, la structuration et le développement, la sélection de documents à insérer, l’interactivité, la reconnaissance de compétences, et l’Évaluation.

Author

CITI Centre de Recherche pour les Technologies Interactives, Universidade Nova de Lisboa.irenetome@gmail.com

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2010

Terms of use: http://www.openedition.org/6540