Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Stratégies du changement dans les systèmes et les territoires

 | 
Lise Viera
, 
Nathalie Pinède

Axe 3. Diffusion des connaissances et dynamiques de changement

L’usage du téléphone mobile dans l’espace social : théâtraliser la communication ou comment pratiquer l’art d’ignorer l’entourage ?

Mahdi Amri

Entradas de índice

Texto completo

1. Téléphone mobile, géolocalisation, ubiquité communicationnelle

Le mobile comme outil de contrôle et de partage de l’espace social

  • 1 Ch. Licoppe, 2007, « Mobilité, ubiquité et sociabilité », Colloque du Xe anniversaire du GET, p. 1 (...)

1Le développement des dispositifs mobiles de communication portables est soutenu par une utopie de la communication « partout, toujours » (« anywhere, any time »), c’est-à-dire par l’idée que l’on puisse communiquer facilement, immédiatement, sur toutes les modalités possibles, de tous les lieux et les situations que nous traversons en tant que personnes, et que cet idéal constitue la finalité ultime et souhaitable du processus d’innovation technologique1. Libérant les utilisateurs de la fixité des endroits, le téléphone mobile représente un lien avec l’extérieur, plutôt l’extérieur proche, autant d’un point de vue intimitaire que spatial (Pierre-Marie, 2005). Le pouvoir géométrique d’endroits, que ce soit fermés ou ouverts, est contourné par la téléphonie portable qui, étant compatible avec la mobilité, matérialise la possibilité de ne pas rester chez soi (bureau, domicile) pour la réception des appels téléphoniques. En enlevant cette « vieille » nécessité, le téléphone mobile a réduit le rôle socioéconomique de l’endroit (Rutie, 2005). Il a notamment transformé la notion d’appartenance à un lieu et l’a remplacé par un nouveau sens : l’appartenance à son réseau communicationnel, c’est-à-dire le besoin de rester constamment disponible pour les amis et les proches doublé de celui de porter toujours sur soi un artefact communicant (Ito, Daisuke, 2004).

2Ce sens d’appartenance suscite à la fois des réactions positives et négatives. Dans le cadre de notre étude, ce sont principalement les réactions négatives qui ont été relevées. En effet, le trait fondamental associé au mobile, qui peut aussi le rendre de ce fait « dérangeant » et intrusif pour les jeunes enquêtés, est qu’il affecte le domaine privé de son possesseur. La possibilité de recevoir sur son mobile des communications à n’importe quelle heure du jour et de la nuit représente un fait qui diminue le sentiment de liberté et d’autonomie dans l’espace privé, et inversement accentue le sentiment d’« être contrôlé » :

Adrien : Quand j’ai acheté un téléphone portable je me suis dit je suis libre je vais appeler mes amis quand je veux, mais je me suis rendu compte que ce n’est pas mes amis qui m’appellent souvent mais c’est mes parents pour me dire t’es où ? C’est le contrôle, moi ça m’a vite saoûlé le téléphone portable que j’ai commencé par filtrer les appels.

3D’après ce témoignage, si l’acquisition d’un mobile donne l’illusion de liberté, elle peut par ailleurs référer au repérage géographique des individus dans l’espace public et au contrôle social. Le cas de notre enquêté Adrien est révélateur puisqu’il montre comment avec ce mode de contact permanent qu’autorise le mobile, un certain contrôle parental s’est exercé sur ses activités. La variable de l’âge est importante car c’est durant son adolescence qu’il a vécu de telles situations. Dans le cas particulier du contrôle parental exercé par mobile il est intéressant de constater les astuces auxquelles les sujets contrôlés recourent pour échapper aux contraintes subies. Ainsi l’action d’éteindre son mobile ou le laisser à la maison pour profiter des sorties avec les amis traduit une solution efficace pour contourner une emprise sociale.

4Dans la tradition critique occidentale, le terme technologie apparaît quasiment toujours associé à l’idée de contrôle (Machado Da Silva, 2008). Dans le cadre de cette étude, il est banal de souligner comment le contrôle par mobile se présente comme un événement gênant dans la vie des enquêtés. Le mobile autorise un rapport de connectivité permanente à l’autre tout en permettant de le suivre au quotidien allant même parfois jusqu’à l’espionner. Chez plusieurs enquêtés, c’est bien le téléphone mobile qui leur permet de gérer les tâches de tous les jours, d’organiser les rencontres avec le réseau social, mais dans un contexte marqué par la prolifération des contacts où la mobilité du dispositif oblige à répondre, l’engagement se vit comme un malaise et l’intensité des relations devient plus accaparante.

Liberté avec le mobile ou dépendance au mobile ?

5En analysant la manière dont se vit la mobilité via le téléphone mobile, on s’aperçoit que posséder un téléphone mobile est bien autre chose qu’une référence à cette liberté de mouvement et de déplacement qui permet à l’utilisateur de s’affranchir de la fixité de l’espace pour atteindre le mythe de la communication ubiquitaire. Le rapport personnel au mobile intervient dans la valeur que l’on prête à cette mobilité et la symbolique de l’objet communicant est nuancée d’une personne à autre. Au sein de l’échantillon étudié, le rapport sensible à son mobile n’est pas le même chez tous les enquêtés. Si une minorité a l’expertise de se comporter avec son mobile (l’éteindre lorsque c’est nécessaire, pouvoir s’en passer de temps en temps, ne pas le laisser accabler le quotidien), nous avons remarqué par contre que la majorité reste enchaînée à son téléphone mobile, ce dernier créant chez elle une sorte de dépendance physique et mentale. Observons donc les propos de Sara, Natalia et Madalina, trois jeunes étudiantes ayant participé à notre enquête :

« Quand tu n’as pas la télévision tu te sens hors du monde et quand tu n’as pas de portable tu te sens hors du monde aussi et quand tu l’as oublié à la maison tu paniques déjà parce que peut-être il y a quelqu’un qui va t’appeler, il n’y a personne probablement mais tu es paniqué, si tu as le portable avec toi et il n’y a personne qui va t’appeler c’est bien tu le prends toute la journée, mais si tu ne l’as pas avec toi tu te sens paniqué, tu te sens hors du monde », Sara, Master Sociologie, 24 ans « Hier j’ai oublié mon téléphone portable et plus tu l’oublies plus tu as besoin de prendre ça, et c’est vraiment difficile d’être n’importe où, mais d’être sans cette petite boîte parce que personne ne peut converser avec toi », Natalia, Licence Science Politique, 25 ans
« Lorsqu’on m’a volé mon téléphone portable j’ai passé des jours sans portable en disant on va m’appeler, mon père va m’appeler, un tel va m’appeler… je ne peux pas perdre mon numéro parce que tout le monde... oui on est prisonnier, une fois que tu l’as tu ne peux plus t’en passer, mais avant que je l’aie je m’en fichais ! », Madalina, Master Anglais Espagnol, 24 ans

6L’exemple des trois filles est représentatif. Il ne démontre pas seulement que le mobile s’est manifestement imposé dans leur vie quotidienne, mais qu’il y a aussi introduit un nouveau comportement : la dépendance. En effet, le téléphone mobile n’est pas seulement un ensemble de fonctionnalités juxtaposées et pouvant être activées selon la volonté du sujet. Il est surtout un objet matériel, pesant un certain poids, occupant un certain volume et mobilisant dans son usage à la fois des compétences techniques spécifiques de l’utilisateur et un engagement corporel très fort. Bien évidemment, le cas des trois filles enquêtées ne signifie pas que le mobile crée par lui-même cette dépendance ni qu’il leur impose une forte familiarité. Natalia, Madalina et Sara ne subissent à cet effet aucun pouvoir technologique, mais elles se laissent, à notre sens, tomber dans les filets de la technologie. En oubliant son mobile dès qu’elle est sortie de chez elle (Natalia), en éprouvant un sentiment d’affolement une fois séparée de son mobile (Sara), ou en le perdant carrément (Madalina), les trois filles nous ont prouvé que posséder un mobile, c’est nécessairement posséder un capital relationnel étendu avec lequel il faut rester toujours en contact, et que c’est une lourde responsabilité à assumer dans la mesure où perdre son mobile égale une situation de panique synonyme de l’absence des liens.

7Les récits des trois filles à propos de la dépendance au mobile représentent un raisonnement original sur la surdétermination technique des mobiles dans le cas de certains utilisateurs branchés. C’est pour cela qu’il ne faudrait pas négliger comment la technologie risque d’envahir le territoire mental et physique de la personne. Parmi les enquêtés, nous recensons des adeptes aussi fervents que Natalia, Madalina et Sara du mobile. Pour eux, ce dernier est un objet plus qu’indispensable, il est vital. C’était justement l’une des découvertes de notre enquête de terrain de voir comment les jeunes sont si attachés à leur mobile qu’ils n’imaginent pas leur vie sans.

8Dans notre étude, les enquêtés deviennent d’excellents traducteurs du phénomène d’incorporation auquel donne lieu le téléphone mobile. Phénomène si réel qu’au moindre problème, la fameuse liaison entre le sujet et l’objet se trouve coupée. Du coup, la séparation de cet appareil devient le synonyme de confusion, d’invisibilité de repères et d’un nombre considérable de malentendus. Le mobile est un objet communicant de grande consommation mais qui se transforme entre les mains de son possesseur en une chose unique et représentative de soi. Là, il n’est plus intéressant de se demander qu’est ce que les sujets font aux objets, mais contrairement qu’est ce que les objets font aux sujets lorsqu’ils tombent dans leur emprise. Ce qui suppose de porter attention au rapport quasi charnel qui s’établit entre le corps vivant de l’utilisateur et celui inerte de son mobile.

9« Je ne suis pas rentré chez moi pendant trois jours et quand je suis revenu il n’y a aucun appel ! » « Ma sœur, elle est vraiment dépendante parce que le jour où elle l’a perdu elle a pleuré ! » En réfléchissant sur les sens que peuvent connoter ces répliques à double tonalité (déçue et comique), on s’aperçoit que dans le cas de Karim le rapport au mobile est très pris au sérieux ; ainsi vivre à côté de son mobile revendique une attention de l’entourage permanente à son égard, c’est pour cela qu’il était déçu lorsqu’il a consulté son répertoire après trois jours d’inutilisation et s’est aperçu que personne n’avait pensé à l’appeler. Pis encore, dans le cas de sa petite sœur, la situation était plus dramatique lorsqu’elle a commencé à pleurer une fois son mobile perdu. Ces deux exemples à propos de la liaison embryonnaire à son mobile révèlent de nombreuses choses : la pénétration intensive de l’humain par la machine qui transforme l’image du corps en un corps mixte et hybride, la création d’un corps tiers, d’une entité techno-physique, le prolongement du corps par la machine qui est à l’origine d’un réseau de communication autonome à la fois humain et technologique. Ces deux exemples démontrent notamment que dans le cas des téléphonistes branchés le mobile n’est pas du tout doté d’une existence autonome et que dans leur imagination il est fait pour s’adapter à leur corps en tant que prothèse et complément naturel. Il en résulte que matérialisant le contact constant entre objet et sujet, le téléphone mobile pour les jeunes enquêtés devient non seulement un appareil arrimé à leurs moindres mouvements, mais aussi investi d’une grande dimension symbolique et émotionnelle.

2. Significations du téléphone mobile dans l’espace social et renversement de la limite public/privé

Raconter sa vie sur mobile ou l’explosion de la vie privée vers le public !

  • 2 M. Alberganti, 2007, « Le téléphone mobile devient un objet à usage collectif », Le Monde, 15 sept (...)

10Le téléphone mobile est un objet qui techniquement a un propriétaire. Mais cette propriété ne correspond pas nécessairement à une appropriation et privatisation totale (Martin, De Singly, 2002). Autrement dit, elle n’interdit pas l’usage partagé ou, plus expressément encore, l’exposition de sa vie personnelle lors des conversations dans les endroits publics, en présence des autres. Le mobile utilisé normalement par la personne à titre purement individuel et privé peut être utilisé aussi en commun, devant l’entourage social ; dans ce cas-là il est partagé ou plus précisément « publicisé ». Anne Jarrigeon souligne : « La mise en commun du portable induit la disparition de sa fonction d’objet privé contenant des secrets intimes. Il sert de plus en plus de supports pour se raconter2. » La publicisation de l’intime via le mobile peut être approchée de plusieurs manières : par le fait que son utilisateur principal va converser avec son interlocuteur à voix haute dans les lieux publics, par le fait que la sonnerie du mobile lorsqu’elle retentit oblige à répondre et donc « enlève » une part de l’intimité, ou encore par le fait que la zone privée de la personne risque souvent de se mêler avec la zone publique une fois les appels reçus en plein milieu social.

11Un autre indice d’observation concerne l’usage proprement dit du mobile dans les lieux considérés comme des espaces de sociabilité intense, à savoir les transports en commun. Cet indice, s’il a été souvent abordé par les enquêtés, reflète bien la dimension potentiellement collective de l’usage du mobile. Afin de rendre ce constat plus fiable sur l’aspect collectif du mobile dans la sphère publique, nous nous référons aux données de l’enquête. Ces dernières le prouvent : l’équipement d’un mobile dépasse l’image du contact et du lien social. Il reflète désormais une métaphore de se raconter et d’étaler sa vie privée selon les circonstances.

  • 3 Les usages premiers du téléphone mobile laissent transparaître ce média comme étant l’icône d’un m (...)
  • 4 Terme emprunté à Richard Sennett, cf. R. Sennett, 1979, Les Tyrannies de l’intimité, Paris, Le Seu (...)

12Les réactions suscitées par le téléphone mobile dans les lieux publics sont en majorité amères. Si le goût d’ubiquité n’est pas exprimé, c’est que le mobile popularisé depuis plusieurs années est perçu de moins en moins comme le synonyme du média de « tous les lieux3 ». En revanche, le mobile dérange et dans certains lieux publics il se transforme en un miroir qui reflète la vie privée de son possesseur. S’il y a une tendance vers une « tyrannie d’intimité4 » exercée par les médias classiques en raison de leur dévoilement de l’intimité des personnes, c’est notamment le cas pour le téléphone mobile. Car dans la jungle technologique des nouveaux médias, il est devenu le leader de la communication et son usage multi-local rend les affaires privées, même intimes de son propriétaire exposées, au regard complet de l’œil public.

13Dans les témoignages récoltés, le tramway représente l’archétype du lieu subjectif laissant transparaître et s’écouler « les vies » de ses voyageurs mobiles. Le fait que ces derniers parlent au téléphone quasiment des mêmes sujets confronte l’entourage à une situation de routine. Il illustre aussi quelque part l’absurdité de la coprésence dans la mesure où cette dernière renvoie à une iconographie de la sociabilité humaine. La présence massive des gens dans les heures de pointe au bord du tramway, la circulation des sons, des bruits, des gestes témoignent effectivement du symbolisme du lieu et de sa connotation sociale. Étant un lieu où on effectue des trajets, le tramway est aussi un lieu pour téléphoner et converser, ne serait-ce que pour quelques minutes. Les enquêtés expriment à cet égard leur gêne vis-à-vis des conversations privées qui non seulement dévoilent les secrets des gens mais contribuent à troubler la sphère publique.

14En effet, les conversations téléphoniques favorisent par leur généralisation et leur banalisation sur mobile la déconstruction des limites traditionnelles qui séparent une sphère intime, privée, protégée des regards extérieurs d’une sphère publique où s’organise la présentation de soi face à l’objectivité de l’entourage. L’examen de ces conversations fait apparaître du côté de l’individu, le désir d’ouvrir au public un nouvel espace privé, et du côté de la technique, la nature paradoxale de la technologie mobile. Cette dernière dénature, déterritorialise et atomise à la fois l’être humain en lui permettant de se construire un nouvel habitat numérique. Par ailleurs, l’effacement des frontières entre le privé et le public est favorisé par le mobile et ses usages qui opèrent une sorte de remodelage de l’imaginaire, de la perception et de la représentation de soi et du monde comme si dans un monde reconstruit numériquement, l’exposition de soi au public était valorisée (Brunet, 2002).

15Les conversations mobiles sur la scène sociale radicalisent sur une grande échelle l’intrusion du regard et de l’écoute d’autrui dans la sphère privée. Cette double possibilité de confrontation à l’autre entraîne une violence scopique et auditive dans les deux sens (émetteur, récepteur). Elle n’est pas sans poser de redoutables interrogations juridiques et éthiques (respect de la vie privée, droit à l’image, confidentialité des communications, outrages et incitations diverses), mais elle s’inscrit surtout dans une tendance sociétale engageante qui valorise la transparence permanente et totale des moindres faits et gestes des individus subordonnées aux machines intelligentes. Par conséquent, le secret comme forme originale de socialité n’est plus respecté. D’autant plus que cette abolition technologique de la confidentialité risquerait d’ouvrir sur un abandon de soi, en acceptant d’être manipulé et soumis à la technologie.

16En fait, dans la mesure où le lien établi entre le privé et le secret est problématique, la notion d’intimité qui en découle est à définir selon les cultures. Mais dans le cas typique du tramway, nous pouvons constater que celui qui y téléphone force les voyageurs à assumer le rôle de complices (Martin, 2003) et à pratiquer ainsi une écoute spontanée de la conversation, ce qui les conduit à disposer d’informations confidentielles sur lui. En effet, aujourd’hui il est devenu commun de voir les gens parler sur leurs téléphones mobiles dans les coins de la rue, dans les aéroports et les restaurants et dans pratiquement tous les autres espaces publics (Ling, 2004). La distinction entre espace privé et espace public est devenue problématique dans la mesure où l’usager du mobile enfermé dans une bulle imaginaire rend témoins les voyeurs/auditeurs de sa propre intimité. En imposant leurs positions sonores dans la sphère publique, les usagers du mobile s’approprient un morceau de cette sphère et la privatisent. Du coup, ils ont tendance parfois à courir le risque d’une conduite malencontreuse. D’après l’enquête, l’usage du téléphone mobile dans les transports est souvent vu selon ces termes. La sonnerie du mobile, la perception que l’on parle trop fort et le sens que l’on force d’autres pour écouter de manière indiscrète les conversations privées, sont qualifiés comme autant d’intrusions dans la sphère publique, la raison étant que dans de telles situations il est difficile de couvrir les traces audibles de la conversation téléphonique mobile.

17L’irritation provoquée par l’usage de téléphones mobiles dans les lieux publics (l’accent a été mis sur le tramway lors de l’enquête) est un thème commun aux réponses tirées des entretiens :

« Ah ! La vie personnelle d’une personne devient brusquement publique, donc elle est presque passée au public. Je suis allé dans un train, déjà dans le train ils disent de mettre les portables en silencieux, tu avais un garçon, une sorte de bande de frimeurs qui se vantaient d’avoir tant d’amoureuses ou de copines. On sent franchement que c’est hyper désagréable. Tu voyages, tu aimerais être tranquille et il faut que les gens te racontent leur vie ! leur vie qui ne t’intéresse plus, c’est comme les autres qui regardent les voisins. » Roland, Doctorant en Arts Plastiques, 33 ans
« Je n’aime pas les paysans qui commencent à hurler et raconter leur vie dans un café au téléphone. » Madalina, Licence Anglais Espagnol, 24 ans
« ... (Dans le tram) mais moi je n’ai pas envie d’écouter l’histoire des autres, quelqu’un qui parle il a fait ça il a fait ça. » Khalid, Doctorant en Économie, 30 ans
« J’ai remarqué une chose, dans le tram les gens ils parlent, ils racontent leur vie, il y a certaines filles qui racontent carrément leur vie par détails donc forcément on est attiré par l’histoire par curiosité. » Hind, Doctorante en Civilisation arabo-musulmane, 30 ans

  • 5 La disponibilité mobile, terme inventé sur la base de l’enquête, désigne la possibilité associée a (...)

18Selon ces témoignages, le café et le tramway rentrent dans la catégorie des lieux publics. Pour cela, le déroulement d’une conversation téléphonique dans ces lieux est perçu comme une transgression. Si la conversation sur le mobile est d’habitude une activité privée, elle devient très publique dans certains espaces. La différenciation entre espace public et privé étant constamment redéfinie selon les contextes et les cultures, les mobiles appuient cette redéfinition en trouvant pleinement leur place dans toutes sortes d’espaces. Par conséquent, la distinction architecturale solide entre les endroits privés et publics semble disparaître à la suite de la disponibilité mobile5. Cette dernière signifie que le téléphone mobile n’est plus relié à un espace dans lequel la personne est insérée, mais qu’il est l’instrument d’une personne en communication indépendante de n’importe quelle limitation d’espace. C’est pour cela que la technologie mobile présente aux chercheurs une grande opportunité pour examiner la nouvelle fluidité des espaces dans la société urbaine de nos jours.

19« Dans le tram, les gens parlent, ils racontent leur vie. » Comme on le remarque, la présence des mobiles dans les transports communs n’est pas neutre ; elle suscite des sujets de conversation tout à fait spécifiques. Raconter ses affaires privées devant les gens, s’attarder sur les détails d’une histoire, parler à voix haute, sont devenus des comportements habituels et typiques des appels au mobile. La présence fluctuante de ces comportements marque le degré d’intimité entre les interlocuteurs, le niveau légitime d’intrusion dans les lieux et les activités de l’autre que le mobile a rendu désormais imprévisibles (Caron, 2005). Elle marque aussi la perception propre de la personne de l’espace, son ouverture ou sa réserve et les limites qu’elle se trace en rentrant en interaction avec l’entourage. Cette caractéristique du téléphone mobile a été observée fréquemment par les jeunes enquêtés. Il n’est pas étonnant donc que le mobile se comporte de cette façon dans les lieux en définissant de nouveaux scénarios d’interaction sociale.

20En analysant minutieusement les dires des interviewés sur la place du mobile dans l’espace, on a pu saisir un propos qui nous a donné un aperçu très fort des répercussions des mobiles sur la pudeur sociale. Le voici dans son intégralité :

« Mais il y a des trucs que tu ne veux pas entendre, ça m’est arrivé à deux reprises, la première fois (au tram) c’était un couple assez âgé et c’était le problème gynécologue de la femme du gars !... Donc tu ne te rends pas compte que lorsque la conversation est privée le mec il dit ah ça sue ! Et tu dis qu’est ce qu’il raconte mais c’était vraiment c... ! La deuxième fois c’était dans un McDo et le mec dis à sa copine tu es en colère pour la troisième fois alors va te faire avorter ! Des trucs comme ça parfois t’as vraiment honte de les entendre. Et voilà les gens n’ont plus peur de livrer leur vie privée aux autres, parce qu’ils sont anonymes. L’anonymat est un grand pouvoir, quand personne ne te connaît tu dis si je raconte quelque chose de ma vie c’est pas un problème. » Karim, Licence Anglais, 21 ans

  • 6 Terme emprunté à Kim Sung-Do, il signifie l’étiquette mobile, c’est à dire les nouvelles règles et (...)

21Au fur et à mesure que Karim nous relate ses anecdotes sur les significations du mobile dans l’espace, on s’aperçoit que cet instrument est révélateur d’une singulière urbanité. Les deux lieux évoqués dans le récit sont le tramway et le restaurant. D’un point de vue social, ce sont des lieux particuliers parce qu’ils sont occupés de manière temporaire tout en étant à la fois des espaces publics et privés (Ling, 1998). Les conversations mobiles sur ces lieux les transforment en des territoires privés pour une durée donnée. En retournant sur les paroles de Karim, nous remarquons que les pratiques téléphoniques des utilisateurs du mobile dans les lieux publics laissent apparaître une spéciale motiquette6. Cette motiquette consiste dans l’art d’ignorer ceux qui sont à côté de nous en dressant une barrière, une ligne de séparation fictive. Ces barrières permettent aux utilisateurs des mobiles de maintenir au moins un semblant d’intimité, puisque la conversation téléphonique demeure plus ou moins audible à tous.

22Dans la culture téléphonique mobile, parler à son interlocuteur sans prêter attention à la présence de l’autre est devenu un fait occurrent. Le contrôle que l’autre peut exercer sur les contenus échangés est négligé. Dans ce cas-là, cette liberté acquise suppose un avantage en retour : le propriétaire du mobile se comporte comme si l’entourage avait le droit d’assister aux conversations, ce qui lui donne une position de déchaînement et confirme les traits souvent observables de l’étiquette mobile dans les espaces publics : parler fort, négliger la présence des autres, dévoiler la part d’intime. La pénétration forte des mobiles dans tous les lieux invite à repenser effectivement les frontières entre le public et le privé, le personnel et le collectif. Les notions de pudeur, de réserve sociale et d’un certain savoir-vivre téléphonique sont même à réinterroger.

23« C’était le problème gynécologue de la femme du gars… va te faire avorter ! » En s’arrêtant un instant sur la connotation de ces deux phrases à la fois amusante et choquante, on découvre que le mobile renvoie au mime de « l’interlocuteur déchaîné », extraverti, parfois dans l’impossibilité de mesurer ses paroles et de ne pas vociférer dans les conversations tendues. L’évocation si elle prend une tournure ironique, elle rappelle que le mobile fait figure pour certains enquêtés de comédie sociale. L’expression de Karim illustre avec humour et férocité ce raisonnement, de la même façon qu’elle démontre jusqu’à quel point les mobiles ont influé sur la civilité urbaine. Ainsi les gens n’ont aucune honte d’étaler leur vie privée devant les autres dans les conversations téléphoniques privées. En plus, même le fait d’extérioriser sa colère ou insulter échappe au contrôle de quelques utilisateurs.

De l’éthique de communication à l’étiquette mobile : les seuils de la civilité urbaine

24L’utilisation étendue de téléphones mobiles dans la vie quotidienne signifie que la distinction entre la sphère publique et privée dans la vie sociale reste toujours moins prononcée. En effet, les endroits publics sont communément colonisés par les vies privées d’usagers de téléphone mobile. Ces derniers ayant tendance à parler à haute voix sur leurs mobiles des sujets très privés, il en résulte que leur entourage étranger écoute de manière forcée et indiscrète des morceaux confidentiels de leur vie. Ainsi, nous pouvons souvent remarquer que les utilisateurs des mobiles (les restaurants comme exemple type) enchaînent souvent des communications privées à leur table de restaurant pendant que leur partenaire d’à côté leur jette des coups d’œil curieux en attente de la suite de l’anecdote racontée.

25Dans le cadre de notre recherche, il n’est guère étonnant que plusieurs enquêtés aient qualifié l’usage du téléphone mobile dans les lieux fermés comme un cas de violation assez gênant de l’espace parce qu’il marque la rupture de la civilité sociale. Dans son ouvrage consacré au déclin de la culture publique, Richard Sennett définit la civilité comme « l’activité qui protège le moi des autres moi, et lui permet donc de jouir de la compagnie d’autrui. Le port du masque est l’essence même de la civilité. Les masques permettent la pure sociabilité, indépendamment des sentiments subjectifs de puissance, de gêne… de ceux qui les portent. La civilité préserve l’autre du poids du moi ». Pour Sennett la civilité consiste donc nécessairement à respecter la distance à autrui, le port de masques sociaux étant son instrument. Cependant, si la civilité consiste à traiter les autres comme s’ils étaient des inconnus (strangers) et à forger avec eux des liens sociaux respectant cette distance première, la fracture de cette civilité donne naissance à un comportement inverse : peser sur les autres de tout le poids de sa personnalité ce qui génère le déclin de la sociabilité (Sennett, 1979).

26En fait, la prise de conscience que l’usage du mobile se situe toujours sous le regard d’autrui, sur la scène publique, pose un problème d’étiquette. Le statut attribué aux conversations sur mobile est souvent tranché : des communications relevant du privé mais qui ont tendance à se conjuguer avec l’être-ensemble de l’espace public. Dans le cadre de notre enquête, écoutons Natacha, Adrien et Sara qui discutent entre eux sur l’apport du téléphone mobile aux façons de communiquer et d’interagir sur la scène sociale. À un moment donné, ils s’arrêtent sur un scénario comique relevant de la culture téléphonique mobile : marcher dans la rue en parlant au mobile sans le coller à l’oreille mais en utilisant les kits piétons.

  • 7 M.-J. Gros, 2007, « Le portable, meilleur ami de l’homme », Libération, 20 septembre, p. 15.

27L’observation des gestes est l’un des points forts dans l’investigation empirique. Dans une démarche sociologique, il est à noter que les nouvelles chorégraphies de rue déclenchées par le téléphone mobile annoncent un vrai phénomène esthétique et symbolique. Au lieu de marcher normalement, les gens au téléphone, ceux spécialement équipés d’oreillettes, ralentissent par moments, tournicotent sur eux-mêmes, pointent le pied avec plus ou moins de grâce7. Le retour sur la scène des oreillettes, quant à lui, ouvre un champ vaste pour la réflexion. Il prouve que le mobile comme objet usuel dans les situations de conversation les plus basiques, reste lié aux notions de technologie et de nouveauté du fait de l’extension de ses possibilités et de ses modifications esthétiques. Faisant l’objet d’une théâtralisation de la communication et d’une démonstration à chaque nouvelle acquisition (mobiles, accessoires), le mobile se transforme en un véritable étendard de la consommation personnelle. De même, il reflète une certaine valorisation de savoir-faire technique entre pairs, avec une tendance nette à l’emploi ludique de la technologie.

28En réfléchissant à l’image de l’utilisateur équipé d’un kit-piéton, les enquêtés sont en train de théoriser autour des implications des actions individuelles sur la civilité urbaine. Ils explorent de même les jeux autorisés par la technologie et toute la part d’invention privée qui peut en découler. L’usage du mobile dans un lieu défini (la rue), avec un certain équipement (les oreillettes), en une certaine manière (marcher en parlant et sans saisir le mobile à la main) invite donc à une discussion polémique quant aux questions éthiques qu’il suscite : quelles sont les limites de la politesse lorsque les individus s’approprient les outils technologiques dans l’environnement social ? Quel est le sens profond de cette tyrannie d’intimité que le téléphone mobile a créé autour de lui, dans le contexte social, au point de devenir une icône de la société communicante ? Qu’est ce que les progrès techniques et esthétiques à venir du téléphone mobile vont nous apprendre sur le lien social, la communication ubiquitaire et omniprésente, le rapport à l’espace, aux objets, aux sujets, ainsi que les différentes corrélations possibles entre ces différentes entités ?

Bibliografía

Bibliographie

AFOM, 2007, Le Téléphone mobile aujourd’hui : usages et comportements sociaux [en ligne]. Paris, GRIPIC/CELSA, 156 p. Disponible sur : http://www.afom.fr/v4/STATIC/documents/rapport_gripic_integrale.pdf

Benasayag Miguel, Delrey Angélique, 2006, Plus jamais seul : le phénomène du portable, Paris, Bayard, 111 p.

Brunet Patrick J., 2002, « Espace public et privé sur Internet : érosion des frontières identitaires et fin de la vie privée », in Brunet Patrick J., Éthique et Internet, Québec, Presses universitaires de Laval, coll. Éthique et philosophie de la communication, 270 p.

Caron André, Caronia Letizia, 2005, Culture mobile : les nouvelles pratiques de communication, Montréal, PUM, 311 p.

Coman Mihai, 2003, Pour une anthropologie des médias, Grenoble, PUG, 214 p.

Gaglio Gérald, « L’ostentation et la distinction, deux concepts pertinents pour aborder la culture matérielle ? Illustration à travers l’exemple du téléphone mobile et de sa trajectoire sociale » [en ligne]. Disponible sur : http://www.argonautes.fr/uploads/uploads/documents/GAGLIO.pdf

Garcia-Montes José-Maria, 2006, « Changes in the self resulting from the use of mobile phones » [en ligne]. Disponible sur : http://mcs.sagepub.com/cgi/reprint/28/1/67

Goffman Erving, 1973, La Mise en scène de la vie quotidienne : les relations en public, Paris, Éditions de Minuit, 368 p.

Hall Edward-T., 1979, Au-delà de la culture, Paris, Le Seuil, 233 p.

Höflich Joachim-R., 2005, « A Certain Sens of Place : Mobile Communication and Local Orientation » [en ligne]. Disponible sur http://21st.century.phil-inst.hu/Passagen_engl4_Hoeflich.pdf

Höflich Joachim-R., 2006, « The Mobile Phone and the Dynamic between Private and Public Communication : Results of an International Exploratory Study » [en ligne]. In Knowledge, Technology, & Policy, vol. 19, no 2, 2006. Disponible sur : http://resources.metapress.com/pdf-preview.axd?code=7ggla24rb51mj3v8&size=large

Humphreys Lee, 2003, « Can you hear me now ? A field study of mobile phone usage in public space » [en ligne]. p. 3. Disponible sur : http://www.asc.upenn.edu/usr/lhumphreys/PublicCellphones1.pdf

Ito Mizuko, Daisuke Okabe, 2004, Mobile Phones, Japanese Youth, and the Re-Placement of Social Contact [en ligne]. Disponible sur : http://www.itofisher.com/PEOPLE/mito/mobileyouth.pdf

Jauréguiberry Francis, 1998, Les Branchés du portable, Paris, PUF, 160 p.

Jauréguiberry Francis, 2004, « Hypermobilité et télécommunication », in Allemand Sylvain, Ascher François et Lévy Jacques (dir.), Les Sens du mouvement. Modernité et mobilités dans les sociétés urbaines contemporaines, Paris, Belin, 336 p.

Judes Lisa, Stevens Mike, 2007, « Bursting the Bubble. Mobile Phone Etiquette on Public Transport » [en ligne]. In The Journal of The Communications Network. Disponible sur : http://www.theitp.org/UserData/root/Files/2007Vol6Prt1_02.pdf

Licoppe Christian, 2007, « Qu’est ce que répondre au téléphone ? Une sociologie des sonneries téléphoniques (musicales) », Réseaux, no 141-142, 390 p.

Licoppe Christian, 2007, « Mobilité, ubiquité et sociabilité, in la société de la connaissance à l’ère de la vie numérique » [en ligne]. Colloque du Xe anniversaire du GET, 240 p. Disponible sur : http://www.institut-telecom.fr/archive/174/Livre_vert_version_web.pdf

Ling Richard, 2004, « Mobile telephones and the disturbance of the public sphere » [en ligne]. Disponible sur : http://www.richardling.com/papers/2004_disturbance_of_social_sphere.pdf

Ling Richard, 1998, « On peut parler de mauvaises manières ! Le téléphone mobile au restaurant », Réseaux, vol. 16, no 90, p. 51-70.

Machado Da Silva Juramir, 2008, Les Technologies de l’imaginaire : médias et culture à l’ère de la communication totale, Paris, Éd. La table ronde, 216 p.

Martin Corinne, 2007, Le Téléphone portable et nous : en famille, entre amis, au travail, Paris, L’Harmattan, 173 p.

Martin Olivier, De Singly François, 2002, « Le téléphone portable dans la vie conjugale. Retrouver un territoire personnel ou maintenir le lien conjugal ? », Réseaux, no 112-113, 430 p.

Morel Julien, 2002, « Une ethnographie de la téléphonie mobile dans les lieux publics », Réseaux, no 112-113, 430 p.

Rutie M.-Rettie, 2005, « Presence and Embodiment in Mobile Phone Communication » [en ligne]. In PsychNology Journal, vol. 3, no 1, Business School, Kingston University, U.K. Disponible sur : http://www.psychnology.org/File/PSYCHNOLOGY_JOURNAL_3_1_RETTIE.pdf

Sennett Richard, 1979, Les Tyrannies de l’intimité, Paris, Le Seuil, 254 p.

Sung-Do Kim, 2006, « Quelques remarques sur l’écologie culturelle de la technologie mobile » [en ligne]. Disponible sur : http://www.inst.at/trans/16Nr/07_1/sung-do16.htm-39k

Uhl Magali, 2002, « Intimité panoptique, Internet ou la communication absente » [en ligne]. In Cahiers Internationaux de Sociologie, no 112, 212 p. Disponible sur : http://www.cairn.info/article.php?ID_REVUE=CIS&ID_NUMPUBLIE=CIS_112&ID_ARTICLE=CIS_112_0151

Notas

1 Ch. Licoppe, 2007, « Mobilité, ubiquité et sociabilité », Colloque du Xe anniversaire du GET, p. 180. http://www.fing.org/

2 M. Alberganti, 2007, « Le téléphone mobile devient un objet à usage collectif », Le Monde, 15 septembre, p. 23.

3 Les usages premiers du téléphone mobile laissent transparaître ce média comme étant l’icône d’un microcosme communicatif et de compression spatio-temporelle, au même titre que les moyens de transport (selon une démarche évolutive).

4 Terme emprunté à Richard Sennett, cf. R. Sennett, 1979, Les Tyrannies de l’intimité, Paris, Le Seuil.

5 La disponibilité mobile, terme inventé sur la base de l’enquête, désigne la possibilité associée au téléphone mobile de se connecter à son entourage social en franchissant l’obstacle spatio-temporel (dans tous les lieux, à tout moment).

6 Terme emprunté à Kim Sung-Do, il signifie l’étiquette mobile, c’est à dire les nouvelles règles et gestes liés à la conversation mobile. Cf. K. Sung-Do, 2006, Quelques remarques sur l’écologie culturelle de la technologie mobile. Disponible sur : http://www.inst.at/trans/16Nr/07_1/sung-do16.htm

7 M.-J. Gros, 2007, « Le portable, meilleur ami de l’homme », Libération, 20 septembre, p. 15.

Autor

Laboratoire MICA, Université Bordeaux 3. amrimahdi@yahoo.fr

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2010

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540