Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Stratégies du changement dans les systèmes et les territoires

 | 
Lise Viera
, 
Nathalie Pinède

Axe 3. Diffusion des connaissances et dynamiques de changement

Imaginaire des TIC dans l’agriculture : regards croisés sur les dispositifs numériques et les mutations des organisations agricoles

Aurélie Laborde

Termini per la ricerca

Testo integrale

Introduction

1L’agriculture est aujourd’hui engagée dans un processus de changement continu. Ces mutations du secteur agricole se rapprochent du phénomène de la mécanisation massive des années 60 et s’appuient en partie sur les innovations technologiques en matière d’information, de communication et de gestion.

2Dans cette contribution, nous nous attacherons spécifiquement à l’imaginaire des dispositifs numériques d’information, de communication et de gestion dans l’agriculture, à travers une première étude qualitative réalisée à partir d’entretiens et d’analyses de sites internet. Nous présenterons dans un premier temps le programme RAUDIN (Recherches Aquitaines sur les Usages pour le Développement des dIspositifs Numériques) dans lequel s’inscrit cette recherche, ainsi que des données générales sur les TIC et l’agriculture.

3Dans un deuxième temps, nous proposerons une réflexion sur la place de l’imaginaire des TIC dans l’analyse de l’appropriation des dispositifs numériques. Nous nous interrogerons également brièvement sur le statut du « changement » dans les organisations contemporaines.

4Une troisième partie sera consacrée à l’imaginaire de l’évolution des métiers et de la place des TIC dans l’agriculture, en proposant une première analyse des représentations des institutionnels, des exploitants agricoles et des vendeurs de logiciels. Au-delà de l’incidence sur la productivité des exploitations, ces technologies sont produites et diffusées dans la perspective d’une entreprise agricole idéale, réduisant au maximum les aléas et permettant productivité et réactivité optimales dans un environnement instable.

5Nous adopterons et discuterons en conclusion un point de vue déjà développé dans des travaux antérieurs selon lequel les techniques d’information et de communication sont des dispositifs normatifs qui intègrent les perceptions idéal-typiques des secteurs d’activité dans lesquels elles s’inscrivent. En se diffusant, elles accélèrent les évolutions en cours mais ne trouvent des terrains favorables à leur diffusion que dans la mesure où les mentalités ont déjà intégré les nouvelles représentations de l’activité.

1. Les technologies d’information et de communication dans l’agriculture : un axe de recherche du programme RAUDIN

« Mutations des organisations agricoles aquitaines et appropriation des dispositifs numériques » : Axe 4 du programme RAUDIN

  • 1 Programme financé par le FEDER (Fonds européen de développement régional) et le Conseil régional d (...)

6Cette recherche s’inscrit dans le cadre du programme RAUDIN (Recherches Aquitaines sur les Usages pour le Développement des dIspositifs Numériques)1. Ce programme résulte d’une dynamique concertée entre chercheurs en sciences humaines et sociales pour la mise en place d’actions de recherches qui participeront au développement des usages des dispositifs numériques en Région Aquitaine. Il s’inscrit dans l’axe 2 du programme FEDER : « Développer les TIC au service de la société de l’information ».

7L’axe dans lequel s’inscrit cette communication porte sur les mutations des organisations agricoles et l’intégration des dispositifs numériques. Notre objectif consiste à analyser l’implantation et l’appropriation des dispositifs numériques dans les organisations régionales des secteurs agricole et agro-alimentaire, et leur impact sur les formes organisationnelles et l’activité des exploitants. Dans ce cadre, notre groupe développera pour le début de l’année 2010 un « Observatoire Agriculture et TIC en Aquitaine », qui regroupera l’ensemble des productions des chercheurs et des études commanditées, et sera animé conjointement par un réseau de chercheurs en communication organisationnelle et de professionnels de l’agriculture.

Les TIC dans l’agriculture : données générales

  • 2 Source : INSEE, 2008, « Le PIB aquitain progresse de 2,7 % en 2007 ».

8L’Aquitaine se situe au premier rang des régions françaises pour l’emploi agricole. En 2007, on comptait 43 850 exploitations dans la région, près des trois quart étant dirigées par des exploitants individuels. L’Aquitaine a pour principale caractéristique l’hétérogénéité de ses productions, avec des dominantes par département. L’agriculture représente 4,2 % du PIB régional (soit le double de celui de la France) et l’industrie agro-alimentaire 2 %. En 2007, l’Aquitaine représentait 9,6 % de la valeur ajoutée agricole nationale et occupait ainsi le premier rang des régions devant Champagne-Ardenne2.

9On peut regrouper les technologies numériques utilisées dans l’agriculture en six grandes « familles » de dispositifs mobilisés par les exploitants et les organisations de producteurs :

  • les dispositifs de contrôle et vérification (télé-déclaration PAC, traçabilité) ;
  • les dispositifs de gestion comptable (logiciels souvent reliés aux centres de gestion) ;
  • les dispositifs de gestion de la production (logiciels de gestion des troupeaux, des parcelles…) ;
  • les dispositifs de production (GPS embarqués, machine to machine, automatisation, identification électronique des animaux…) ;
  • les dispositifs de transformation (surtout dans la viticulture et l’agroalimentaire) ;
  • les dispositifs commerciaux et de communication avec les consommateurs (e-marketing, e-commerce) ;
  • les dispositifs de communication et de réseaux professionnels (newsletters, blogs, échanges EDI…).
  • 3 Baromètre annuel agro-distribution/« BVA Baromètre 2006 ».
  • 4 Service de la statistique, évaluation et prospective agricole du ministère de l’Agriculture, enquê (...)
  • 5 Enquête « « Agrinautes êtes vous innovateurs ? », 2009, réalisée par NTIC Agriconseil.

10Plusieurs études, souvent anciennes, s’attachent à l’équipement et aux usages de l’informatique et d’internet des agriculteurs français. Aucune n’a été récemment réalisée sur le territoire aquitain. En décembre 2006, seuls 4 % des agriculteurs français possédant 35 ha et plus déclarent ne pas avoir d’ordinateur, contre 50 % en 2003 et seulement un tiers des exploitations en 20003. En ce qui concerne la connexion internet, une étude AGRESTE4 estime le nombre d’exploitations françaises connectées en 2008 à 147 771, soit 45 % des exploitations. L’étude NTIC-Agriconseil projette ce chiffre à 53 % en 20095.

  • 6 Ibid.

11L’enquête « Agrinautes êtes-vous innovateurs ? » d’octobre 20086 montre que la moitié des agrinautes (agriculteurs utilisant internet) interviewés disposent d’un ordinateur depuis plus de 10 ans et d’une connexion internet depuis plus de 5 ans. Toujours selon cette étude, le Minitel reste aujourd’hui utilisé par 14 % des agriculteurs. 82 % des agrinautes interrogés ont un mobile sans accès internet et 14 % un mobile connecté, 77 % ont un fax, 42 % un ordinateur portable, 32 % un assistant numérique personnel.

  • 7 Ces chiffres nécessiteraient d’être pondérés en fonction des activités, de la taille d’exploitatio (...)

12Les services utilisés en premier lieu sur l’ordinateur des exploitants concernent la comptabilité, la gestion, les déclarations PAC et le calcul des prix de revient. On trouve ensuite les solutions de gestion de la production (élevage, culture), puis les outils d’aide à la traçabilité, enfin les applications commerciales. La messagerie électronique est essentiellement utilisée avec les amis et la famille mais également pour les échanges avec les fournisseurs et pour l’abonnement à des newsletters spécialisées. Les représentations des TIC sont identifiées comme suit dans cette enquête : 68 % des exploitants les déclarent indispensables pour s’adapter aux nouvelles contraintes du métier, 51 % les perçoivent comme une source d’ouverture sur le monde, 39 % comme une source de productivité. 21 % des exploitants pensent au contraire qu’elles représentent une charge supplémentaire et seulement 3 % les considèrent comme des gadgets sans grand intérêt pour le métier7.

2. Imaginaire, changement et appropriation des TIC

Pourquoi s’intéresser à l’imaginaire quand on parle d’appropriation des TIC ?

13Nos travaux s’attachent depuis plusieurs années aux représentations des dispositifs numériques et à la place de l’imaginaire dans la diffusion et l’appropriation des innovations. Dans le cadre du programme RAUDIN, nous nous interrogeons sur la manière dont les imaginaires des dispositifs numériques d’une part, et du métier et de l’entreprise agricole d’autre part, vont créer des conditions favorables ou au contraire défavorables à l’appropriation des outils. L’imaginaire, tel que nous l’envisageons ici, ne s’oppose pas au réel mais participe au contraire de la construction des usages. Il est, comme le souligne Patrice Flichy, une des ressources mobilisées par les acteurs pour concevoir et faire évoluer leur cadre de référence sociotechnique. Cet imaginaire se déploie et se construit depuis les laboratoires (Callon et Latour, Flichy) jusqu’aux usagers (Jeanneret, Perriault, Robert).

  • 8 Sur Imaginaire et TIC voir notamment Imaginaire(s) des technologies de l’information et de la comm (...)

14Nous évoquons ici l’imaginaire dans son sens le plus large : ensemble de représentations, de croyances, de mythes, de rêves et d’utopies associés à la technique mais également aux organisations dans lesquelles elle s’insère8. De ce point de vue les imaginaires de l’efficacité organisationnelle et du management participent pleinement à la façon dont on va s’approprier ou non les TIC (Zarifian, Boltansky et Chiapello, Alter).

15Il existe une articulation étroite entre imaginaires, technologies et pratiques :

La rencontre des objets est préparée par une machine rhétorique et narrative, liée au marché éditorial et médiatique, aux restructurations des industries de l’information et de la culture, aux discours de légitimation politique. Cette forme circulante de l’imaginaire est très prégnante dans notre pratique, elle n’habite pas seulement notre façon de nommer la machine, l’écran, les images, mais aussi nos attitudes devant les objets et notre façon d’évaluer nos propres gestes. (Jeanneret et Roelens, 2004)

16Si l’adoption est souvent affaire de normes de l’environnement social et d’imaginaires, l’appropriation, elle, donne lieu à une évolution de ces imaginaires fondée sur la pratique.

17L’analyse – nécessairement restreinte – des productions discursives et textuelles des institutionnels, des vendeurs et des exploitants, que nous proposons ici, ne peut alors prétendre rendre compte d’un imaginaire global des techniques numériques dans l’agriculture. Cet article s’attache plutôt aux représentations et attitudes que l’on peut déceler dans les discours comme autant d’éléments susceptibles de porter les « traces » de cet imaginaire.

18Nous avons eu l’occasion, dans des travaux antérieurs, de nous intéresser aux différentes représentations associées aux techniques d’information et de communication depuis au moins deux siècles (Laborde, 2001). On retrouve ainsi plusieurs représentations des TIC encore actives aujourd’hui : la promesse d’un monde meilleur ou les techniques salvatrices ; l’idée d’un village global associé à une mondialisation des affects et un lien social dégagé de la problématique de l’espace et du temps ; les TIC comme symbole de la modernité et du progrès ; l’idée de rupture, de nouveau départ, d’aventure culturelle ; cette aventure est avant tout celle d’une « nouvelle » génération ; ajoutons à cela la transparence, la plus-value démocratique, la disparition de la violence…

19Dans un ouvrage de 1992 encore tout à fait d’actualité, Victor Scardigli (1992) montre que l’imaginaire des techniques peut s’établir selon sept pôles déclinables en « miracles ou frayeurs ». C’est ainsi le cas de la plupart des représentations liées aux TIC, elles peuvent se décliner en aspects positifs et négatifs, selon le moment de développement de la construction de cet imaginaire mais également selon les groupes d’acteurs observés.

20Sur le terrain agricole, nous avons fait l’hypothèse de la disparité des discours et d’un manque de compréhension entre institutionnels, exploitants agricoles et vendeurs de solutions. Ces disparités pourraient alors expliquer en partie l’absence de sensibilisation de certains exploitants à l’apport que pourrait constituer les TIC pour la gestion de leurs exploitations. Cette hypothèse ne se vérifie qu’en partie dans ce travail exploratoire et sera explorée de façon plus exhaustive à travers d’autres enquêtes.

Du changement dans les organisations aux processus et mouvement organisationnels

21Plusieurs théoriciens ont montré que le changement ne se conçoit plus aujourd’hui dans les organisations comme un passage exceptionnel entre deux états stables mais au contraire que les organisations contemporaines se caractérisent par un mouvement ininterrompu d’innovations rendu nécessaire par une adaptation continue à un environnement instable (Alter, 2000 ; Carayol, 2004 ; Veltz, Zarifian, 1993). L’évènement, l’imprévu, n’est alors « plus à la marge mais au centre de l’activité de production » (Veltz et Zarifian, 1993 ; Zarifian, 1995). Ce changement permanent s’appuie également sur un imaginaire du mouvement perpétuel et l’idée plus ou moins proclamée que l’absence de mouvement, l’immobilisme, serait préjudiciable et dépassé dans la société contemporaine.

22La notion de changement permet alors difficilement de penser le mouvement à l’œuvre dans les organisations contemporaines : on ne peut ainsi isoler et circonscrire différentes évolutions sous peine d’appauvrir la réalité.

  • 9 L’auteur parle alors de dyschronie plutôt que de dysfonction.

23Pour Norbert Alter, l’innovation a peu de choses à voir avec le changement, c’est plutôt une « trajectoire incertaine », « un mouvement incertain qui est un désordre ». L’entreprise organisée devient alors mobile : les cultures professionnelles, les intérêts des acteurs, les techniques, les stratégies industrielles, les produits, se transforment. Mais chacun de ces éléments change selon des registres et des temporalités spécifiques, amenant contretemps et dysfonctionnements9. Dans les organisations, les actions de rationalisation continue se conjuguent alors paradoxalement avec un grand désordre occasionné par une innovation permanente. Dans l’agriculture, les exploitants ont connu un processus ininterrompu d’innovations dans le domaine de l’équipement technique (depuis la mécanisation des années 1960 jusqu’aux dispositifs numériques de gestion de la production contemporains). Il ne s’agit pas de traiter l’appropriation des TIC comme un changement ponctuel mais comme participant d’un processus continu et global d’évolution du secteur.

3. Imaginaire des dispositifs numériques d’information, de communication et de gestion dans l’agriculture : résultats d’une première exploration qualitative

Corpus et méthodologie

24Ce travail doit être qualifié d’exploration qualitative plus que d’enquête rigoureuse. Il permet de produire des hypothèses et des données contextuelles pour une série d’enquêtes prévues pour 2010-2011.

  • 10 Une trentaine d’entretiens, sur un échantillon plutôt représentatif d’institutionnels et de vendeu (...)

25Notre objectif d’exploration de l’imaginaire des TIC dans l’agriculture aquitaine nous a amené à interviewer trois types de population10 :

  • des institutionnels et chercheurs (représentants de la Chambre régionale d’agriculture d’Aquitaine, du syndicat agricole majoritaire, de la Direction régionale de l’agriculture et de la forêt, du service agriculture du Conseil régional d’Aquitaine, d’un GIE sectoriel, de l’ENITAB11)
  • des exploitants agricoles (une majorité de petites structures du Pays basque mais également quelques grosses exploitations)
  • les principaux vendeurs de logiciels de gestion de comptabilité et de production dans toute la France.
  • 12 Nous nous sommes exclusivement intéressées ici aux dispositifs d’information, de communication et (...)

26À ces entretiens semi-directifs s’est ajoutée une analyse qualitative des plaquettes commerciales et des sites internet des vendeurs de logiciels interviewés12.

Représentations des dispositifs numériques d’information, de communication et de gestion comptable et de la production

27Ces dispositifs, dans l’agriculture, sont globalement considérés par les personnes interviewées comme rationnalisant, optimisant les pratiques et répondant aux contraintes réglementaires. Selon les populations interrogées, la part de chacune de ces dimensions varie. Les institutionnels, lorsqu’on les interroge sur ces outils, évoquent spontanément leur intérêt dans le cadre de contraintes réglementaires : enregistrement des conditionnalités PAC et de la comptabilité destinée aux centres de gestion ; garantie, sécurité et gain de temps dans le cadre de la traçabilité ; veille permanente et souvent automatisée via les réseaux sur les évolutions de l’environnement de travail (marchés, législation, météo…). Si certains évoquent l’autonomie que ces outils confèrent aux exploitants et leurs fonctions d’aide à la décision et d’aide à la production, c’est le plus souvent dans un second temps.

28Les sociétés qui diffusent ces solutions insistent au contraire immédiatement sur les atouts de ces dispositifs pour donner à l’exploitant une « véritable autonomie » et une « gestion rationnelle » de son exploitation : visibilité sur ses marges en temps réel (« aujourd’hui l’agriculteur travaille sans savoir s’il gagne ou s’il perd de l’argent, ces outils permettent de gagner en précision d’analyse ») ; possibilité de faire de la prospective et « d’anticiper » ; « pilotage » et « aide à la décision »…, l’exploitant équipé devient « un véritable chef d’entreprise ». La réponse facilitée et sécurisée aux obligations légales est plutôt citée dans un second temps par les entreprises, même si elle reste essentielle et déterminante dans l’argumentaire de vente.

29Les vendeurs insistent également tous sur la simplicité et la facilité d’utilisation de leurs applications, représentations diversement partagées par les exploitants et les concurrents.

30Enfin, en ce qui concerne les exploitants agricoles, les discours et les usages annoncés sont variables d’un entretien à l’autre. Dans ce domaine, le secteur d’activité, la taille de l’exploitation et le profil de l’exploitant influent directement sur les usages possibles de ces dispositifs et sur les représentations et attentes.

31On peut toutefois noter que les exploitants déjà engagés dans un processus d’informatisation complexe de leur gestion et de leur production comprennent difficilement comment il est possible de se passer de ces outils aujourd’hui. La majorité d’entre eux sont satisfaits de leurs applications qui leur permettent : un gain de temps (« je ne passe plus qu’une journée par an pour mes bilans comptables »), une plus grande autonomie (ils disposent des informations avant les retours comptables et les analyses des organismes de producteurs), une réduction des erreurs (« l’informatique est bien plus fiable que les cahiers »), une vision immédiate de leur exploitation (« pour le maïs on sait au moment de vendre à quel prix on gagne ou on perd de l’argent, donc on peut faire le choix de vendre ou pas en temps réel »), un appui technique qui est devenu essentiel, enfin une possibilité de s’informer autour de la production, via internet, qui réduit la dépendance aux divers organismes techniques (veille sur le secteur, informations sur les meilleurs prix et les « best practices »). Certains de ces exploitants s’intéressent également à l’intérêt des TIC pour la vente à distance et le commerce de proximité. Celui-ci permet en effet de réaliser des marges plus importantes sans se soumettre aux lourds cahiers des charges de la grande distribution et aux contraintes sur la production du transport vers les centrales d’achat.

32En ce qui concerne les exploitants qui utilisent ces outils a minima (simples enregistrements comptables pour les centres de gestion et éditions de factures), ceux que nous avons rencontrés ne souhaitent souvent pas aller plus loin. Les outils sont considérés comme « facilitant » sur des tâches obligatoires (télédéclaration par exemple) mais aussi contraignants quand l’agriculteur ne perçoit pas directement l’intérêt dans la gestion de son exploitation (« mon mari est très bon berger, il a tout dans la tête ! Il n’est pas motivé pour ce genre de choses, ça ne l’intéresse pas »). Au domicile de ces agriculteurs on retrouve généralement une multiplication des supports d’enregistrement : cahiers et blocs-notes, Excel, Word, logiciels comptable, télédéclaration en ligne sur les sites officiels.

33Les représentations de la mobilité (usage de Pocket PC ou smart phone pour l’enregistrement des données sur le terrain) sont elles aussi divergentes. Les institutionnels en parlent très peu, certains exploitants considèrent cette évolution comme essentielle, d’autres sans intérêt, préférant leur carnet et une retranscription le soir (« Dans ma ferme, l’électronique reste au sec à la maison »). Tous les vendeurs de solutions proposent ce type d’accès au logiciel. Ils sont le plus souvent convaincus par cette forme d’usage. Selon les types de production, la mobilité devient un argument essentiel de vente, c’est le cas notamment pour l’élevage ovin où les troupeaux sont de plus en plus importants et les informations à enregistrer au cours de la journée de plus en plus nombreuses.

34Dans cet échantillon réduit d’exploitants, l’âge n’apparait pas comme un facteur explicatif des représentations et de l’appropriation des outils. Les types de production, leurs contraintes et le « profil » de l’exploitant (innovateur ou plus traditionnel) sont des variables, semble-t-il, plus déterminantes. La couverture réseau et la problématique des « zones blanches » est également à prendre en compte.

Une spécificité de l’imaginaire des TIC en agriculture ?

35Ces entretiens ont permis de mettre à jour un ensemble de valeurs associées aux TIC dans l’agriculture qui sont proches de l’imaginaire social des TIC tels qu’il a pu être défini par plusieurs chercheurs (Breton, Laborde, Mattelart, Musso…). On retrouve ainsi évoquées la liberté et l’autonomie qu’elles confèrent aux usagers, l’immédiateté et la rapidité qu’elles proposent, elles sont aussi symboles de modernité et de progrès et quelquefois également promesse d’un monde meilleur, elles sont enfin instinctivement associées à une nouvelle génération, même si la plupart des usagers « convaincus » rencontrés avaient entre 40 et 50 ans.

36En revanche, plusieurs thématiques fréquemment associées à l’imaginaire des TIC ne se retrouvent pas dans nos entretiens. C’est le cas de l’idéal de la transparence par exemple, même si ces outils, de fait, permettent un échange plus simple des informations avec les organismes de producteurs et les institutions de tutelles. C’est le cas également du discours sur la rupture et la nouveauté, les agriculteurs étant soumis, nous l’avons dit, à un processus continu d’évolution dont ces techniques ne constituent qu’un élément. Si les références au temps, positives et négatives (gain et perte de temps), sont omniprésentes, celles à l’espace (affranchissement de l’espace matériel), ne le sont pratiquement pas. Enfin, la logique de projet et de travail collaboratif, généralement directement associée aux possibilités des TIC dans les organisations, n’est pas non plus évoquée. Sur ce point, on peut avancer que le secteur agricole est fondé depuis longtemps sur un travail en réseau où l’exploitant est inséré dans un système complexe de structures institutionnelles et de production et que les TIC ici n’occasionnent pas une évolution suffisamment significative des réseaux collaboratifs déjà fortement constitués. On peut même, à l’inverse, percevoir à travers les entretiens une autonomisation de l’exploitant par rapport à ces réseaux grâce aux TIC.

37Si on reprend la typologie de Scardigli dans « Les sens de la technique », on se rend compte à travers nos entretiens que chaque pôle de représentations peut être décliné positivement ou négativement selon les acteurs interrogés.

38Le pouvoir. Les TIC donnent de l’autonomie et de la liberté par rapport aux différents organismes de contrôle et de conseil : l’exploitant dispose de ses données de gestion en temps réel, il peut lui-même consulter les marchés pour vendre directement aux moments les plus opportuns, les solutions de gestion de la production calculent exactement les intrants nécessaires pour éviter toute déperdition. Parallèlement, les exploitants sont soumis à un autre pouvoir, celui de la technique dont ils ne peuvent plus se passer.

39Le savoir. Dans les entretiens réalisés, le savoir est uniquement envisagé dans sa version positive : un plus grand nombre d’informations, plus ciblées, plus rapides. Les personnes interrogées n’évoquent pas la surinformation et la perte de temps qu’elles occasionnent, danger généralement corollaire de l’information via les TIC. Si on peut imaginer une « intelligence collective » facilitée par le partage d’une même solution et de l’ensemble des données de production à l’échelle d’une coopérative par exemple, celle-ci n’est pas évoquée.

40La mémoire. Ces dispositifs, pour pratiquement tous les interviewés, permettent une traçabilité et un archivage sûre de la gestion et de la production. Parallèlement, les utilisateurs les plus engagés et depuis plus longtemps disent avoir perdu la mémoire de leurs activités traditionnelles au profit de la technique. C’est l’exemple d’un éleveur bovin qui nous dit ne plus connaître ses bêtes aussi bien qu’avant et laisser à la machine le soin de lui rappeler leurs généalogies et les différents événements de leurs vies (vaccination, insémination…).

41La justice sociale. L’idéal d’un monde d’exploitations connectées et gérées informatiquement transparait dans certains entretiens mais pas tous. En revanche, plusieurs personnes interrogées pensent que ceux qui n’intègreront pas ces outils ne pourront plus exister. Se pose alors la question de la sensibilisation, de la formation, mais aussi et surtout de l’équité de connexion dans les territoires ruraux.

42Le lien social. Les exploitants s’intéressent surtout à cette thématique dans le cadre du rapprochement avec les consommateurs et de la suppression des intermédiaires, les réseaux de producteurs et relations avec les experts reposant traditionnellement sur du présentiel sans que ceci soit remis en question.

43La prospérité économique. Ces technologies apporteraient des gains plus importants, toutefois la crise récente du lait montre que les exploitants qui se sont équipés ne peuvent rentabiliser leurs investissements et souffrent encore plus que ceux qui ne l’ont pas fait.

44L’espace-temps. Nous l’avons vu, selon les personnes interviewées et leur type d’utilisation et de perception de la technique, le temps est gagné ou perdu. En revanche l’espace, le territoire, demeurent. Sa contraction n’est ni positive ni négative, elle n’est pas évoquée.

La place des TIC dans le métier d’exploitant agricole aujourd’hui et demain

45À partir des années 1960, on assiste à une augmentation de la production agricole, à la mécanisation croissante des exploitations, à l’usage des sélections génétiques et, de ce fait, à l’apparition de nouveaux métiers. À cette période, la mécanique fait partie du quotidien de l’agriculteur. Dans les années 1980-1990, les TIC apparaissent dans l’agriculture (Minitel, débuts de l’informatique…). Selon Thierry Mazet, directeur du service Agriculture, Agroalimentaire, Forêt et Mer au Conseil régional d’Aquitaine, ces outils n’ont pas occasionné de rupture radicale dans les métiers de l’agriculture comme a pu le faire la mécanisation. En revanche, aujourd’hui, on assisterait à un autre type de rupture : « l’agriculteur doit revenir à ses missions premières, redevenir agriculteur, agronome et non chimiste. L’agriculteur ne doit plus avoir à suivre autant les experts qui lui préconisent systématiquement les actions de prévention à mettre en place, souvent coûteuses, il doit savoir réagir rapidement face aux divers aléas (maladies, climat…). Cette évolution se fait peu à peu et doit se poursuivre pour aller vers une économie financière et environnementale, vers une meilleure gestion de la production et donc, vers une agriculture raisonnée. Dans cette perspective, les TIC sont essentielles (systèmes d’aide à la décision, outils permettant réactivité, autonomie…) ».

46Selon les experts, l’évolution des TIC dans l’agriculture va dans le sens d’un interfaçage des différents outils et d’une « webisation » des applications (accès aux logiciels directement en ligne, multiplication des connexions aux sources extérieurs d’information depuis une solution de gestion de la production unique). Certaines offres sont déjà passées dans cette phase, d’autres pas. Les inégalités de couverture réseau restent un problème dans ce cas.

47L’usage des outils de gestion de production « en mobilité » reconfigure le quotidien des agriculteurs et notamment la séparation entre temps de gestion et temps de production. Dans ce contexte, la place de la femme d’agriculteur, se consacrant souvent encore, dans les exploitations traditionnelles, aux activités de gestion et d’administration, risque d’être remise en question, l’ensemble des données s’enregistrant à terme, au cours de l’activité et sur le terrain.

48Pour plusieurs personnes interrogées, notamment les institutionnels, il se dessine ainsi aujourd’hui un nouveau profil d’exploitants, généré par une sur-informatisation des exploitations et une augmentation importante du travail administratif : « Les structures agricoles, dont le nombre va diminuer, vont voir leurs surfaces augmenter. Les entreprises vont dont grossir et l’on va assister à la naissance de profils essentiellement gestionnaires » déclarent certains institutionnels, reprenant ainsi le discours de l’Europe.

49Pour une représentante de la Chambre régionale d’Agriculture Aquitaine, « l’outil et ce qui existe en amont de l’outil (les instances décisionnaires, les acteurs institutionnels qui ont pouvoir d’attribuer, ou non, les aides gouvernementales) génèrent un stress quotidien pour l’agriculteur ».

50Le développement de l’agriculture industrielle, la multiplication des contraintes (légales ou provenant des cahiers des charges de la grande distribution) obligeraient alors les agriculteurs à adopter ces nouveaux outils, qui existent depuis les années 1980 mais « doivent » se développer largement aujourd’hui. Les exploitations, pour survivre, « doivent » également calculer leurs marges au plus juste et ces outils leur permettent d’être plus réactives dans ce domaine. Pour les vendeurs de solutions et certains institutionnels et exploitants, les agriculteurs qui ne se résoudront pas à passer à ce type d’outils sont voués à disparaître.

51Dans le même temps, l’autonomie de l’exploitant se développe par rapport à l’ensemble des structures dont il dépend. Le rapport au conseil semble s’inverser pour certains : « l’agriculteur, grâce aux outils TIC innovants est capable de réaliser toutes ses mesures et c’est le conseiller agricole qui va avoir tendance à récupérer les informations auprès des agriculteurs usagers ».

52Comme dans d’autres activités, l’usage intensif des dispositifs numériques optimise l’activité de production et simultanément éloigne l’usager de son cœur de métier : la profusion des nouvelles contraintes, et les outils permettant les enregistrements, obligeant l’exploitant à augmenter son temps de gestion administrative, au détriment de son cœur de métier.

53Selon les producteurs fermiers de petites exploitations, qui prônent une agriculture raisonnée, une transformation des produits à la ferme et une vente directe aux consommateurs (souvent dans le cadre de réseaux de producteurs), les TIC peuvent également aider à optimiser la sensibilisation des publics à ce type de production et faciliter sa commercialisation. Cette approche reste toutefois marginale dans un paysage agricole européen où les incitations et les aides vont toutes dans le sens d’une intensification et d’une optimisation de la production. Cette problématique du commerce de proximité est également partagée par quelques grands exploitants aquitains, l’un d’entre eux estime que « les logiques de développement agricole nous ont rendu aveugle au commerce de proximité et de qualité. Aujourd’hui on a besoin de modifier les stratégies commerciales pour être plus proches de la demande et des problématiques de développement durable ».

Conclusion

54Les TIC ne peuvent être considérées comme sources des évolutions dans le domaine agricole. Elles sont perçues par la majorité des personnes interviewées comme des outils stratégiques qui permettent d’accompagner les exploitants vers de nouvelles préoccupations issues de contraintes extérieures (marchés fluctuants, réglementations environnementales et sanitaires, incitation à l’augmentation de la productivité sans augmenter la main d’œuvre, nécessité du développement d’une agriculture de précision, cahier des charges de la grandes distribution…). De la même façon, il semble que ces contraintes ne peuvent s’exercer que parce que l’on sait qu’elles pourront reposer sur des outils pour être menées à bien.

55Comme dans d’autres secteurs d’activité, l’évolution continue de l’environnement est en interaction étroite avec le développement des TIC. Les dispositifs numériques, sans être à l’origine ou l’aboutissement des mutations, permettent d’accompagner ce mouvement permanent, et dans un même temps, très probablement, l’accélèrent.

56Les dispositifs proposés intègrent alors les évolutions des métiers dans un environnement instable et, en se développant dans les exploitations, accélèrent l’évolution de ces métiers et même peut être des contraintes qui leur sont imposées.

57Ces premiers résultats sur la place de l’imaginaire dans l’appropriation des TIC des exploitations agricoles doivent aujourd’hui être complétés par des enquêtes précises sur des secteurs de production en prenant en compte la taille de l’exploitation et les caractéristiques sociodémographiques de l’exploitant. Une analyse plus détaillée des discours des vendeurs de solution est également en cours, qui devrait s’attacher aux éventuels décalages entre l’offre et la demande, et aux attentes des exploitants.

Bibliografia

Bibliographie

Alter Nobert, 2000, L’Innovation ordinaire, Paris, PUF.

Boltansky, Chiappelo, 1999, Le Nouvel Esprit du capitalisme, Paris, Gallimard.

Breton Philippe, Proulx Serge, 1996, L’Explosion de la communication, Paris, La Découverte.

Carayol Valérie, 2004, Communication organisationnelle : une perspective allagmatique, Paris, L’Harmattan, collection Communication des organisations.

Flichy Patrice, 1995, L’Innovation technique, Paris, La Découverte.

Jeanneret Yves, Roelens Nathalie (dir.), 2004, L’Imaginaire de l’écran/Screeen Imaginery, Amsterdam/Atlanta, GA, Rodopi.

Laborde Aurélie, 2009, « Appropriation des TIC dans les entreprises maliennes. Dispositifs normatifs et évolutions des formes organisationnelles », in Kyindou Alain (dir.), Fractures, mutations, fragmentations. De la diversité des cultures numériques, Paris, Lavoisier.

Laborde Aurélie, 2009, « Analyser l’imaginaire des TIC, une nécessaire complémentarité des méthodes », in Lakel Amar, Massit-Folléa Françoise, Robert Pascal (dir.), Imaginaire(s) des technologies de l’information et de la communication, Paris, Éditions de la MSH.

Laborde Aurélie, Mahy Isabelle et Soubiale Nadège (dir.), 2008, « Retour sur les images d’organisation », Communication & Organisation, no 34, janvier.

Laborde Aurélie, Soubiale Nadège, 2007, « Résistance à l’utilisation d’internet : analyse des représentations des non internautes et des facteurs communicationnels, cognitifs et psychosociaux associés à la non utilisation », in Meimaris Michel et Gouscos Dimitris (dir.), Médias et diffusion de l’information, vers une société ouverte, Actes du colloque EUTIC 2007, Université d’Athènes, p. 467-475.

Laborde Aurélie, 2004, « TIC et développement humain. Vision onusienne des “N” TIC et enjeux d’une techno-utopie », in Questionner l’internationalisation, actes du XIVème Congrès national des Sciences de l’Information et de la Communication, SFSIC.

Laborde Aurélie, 2003, « Du télégraphe optique à l’internet : « oubli » de l’intermédiaire technique et avènement d’un monde nouveau », Communication, Québec.

Laborde Aurélie, 2002, « Du télégraphe optique à l’internet, originalités des discours contemporains sur les techniques de communication à distance » in Les Recherches en information et communication et leurs perspectives, Actes du XIIIe congrès des SIC, SFSIC.

Laborde Aurélie, 2001, Les Discours accompagnant les nouvelles techniques de télécommunication : du télégraphe optique à l’internet. Pour une meilleure compréhension des discours de presse contemporains sur les TIC, Thèse.

Mattelart Armand, 2000, « La communication et la promesse de rédemption », Quaderni no 40, hiver 1999-2000, p. 69-78.

Mattelart Armand, 1999, Histoire de l’utopie planétaire, de la Cité prophétique à la société globale, Paris, La Découverte.

Musso Pierre, 1997, Télécommunications et philosophie des réseaux. La postérité paradoxale de Saint-Simon, Paris, PUF.

Scardigli Victor, 1992, Les Sens de la technique, Paris, PUF, 275 p.

Sfez Lucien, 1999, « L’idéologie des nouvelles technologies », in « Révolution dans la communication », Monde Diplomatique, Manière de Voir no 46.

Veltz Pierre, Zarifian Philippe, 1993, « Vers de nouveaux modèles d’organisation ? », Sociologie du travail, vol. 35, no 1, p. 3-25.

Zarifian Philippe, 1995, Le Travail et l’Événement, Paris, L’Harmattan.

Note

1 Programme financé par le FEDER (Fonds européen de développement régional) et le Conseil régional d’Aquitaine – 1re phase : 2008-2011. Le projet est divisé en cinq axes de recherche développant chacun une problématique différente et regroupant 26 enseignants-chercheurs de l’Université de Bordeaux et des Universités de Toulouse et Montpellier.

2 Source : INSEE, 2008, « Le PIB aquitain progresse de 2,7 % en 2007 ».

3 Baromètre annuel agro-distribution/« BVA Baromètre 2006 ».

4 Service de la statistique, évaluation et prospective agricole du ministère de l’Agriculture, enquête 2008 cité dans « Agrinautes êtes vous innovateurs ? ».

5 Enquête « « Agrinautes êtes vous innovateurs ? », 2009, réalisée par NTIC Agriconseil.

6 Ibid.

7 Ces chiffres nécessiteraient d’être pondérés en fonction des activités, de la taille d’exploitation et de la CSP de l’exploitant, ce que nous nous proposons de faire prochainement dans une enquête quantitative à l’échelle de l’Aquitaine.

8 Sur Imaginaire et TIC voir notamment Imaginaire(s) des technologies de l’information et de la communication, 2009.

9 L’auteur parle alors de dyschronie plutôt que de dysfonction.

10 Une trentaine d’entretiens, sur un échantillon plutôt représentatif d’institutionnels et de vendeurs de solutions, mais non représentatif d’exploitants. Ces entretiens ont souvent été menés et retranscrits, dans le cadre du projet RAUDIN, avec Karine Breton et Nadège Soubiale, qu’elles en soient remerciées ici.

11 École nationale d’ingénieurs des travaux agricoles de Bordeaux.

12 Nous nous sommes exclusivement intéressées ici aux dispositifs d’information, de communication et de gestion comptable et de la production, sans prendre en compte l’ensemble des dispositifs numériques directement destinés à la production comme l’automatisation de la traite, l’identification automatique du cheptel, le machine to machine, la reconnaissance GPS…

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2010

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540