Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Stratégies du changement dans les systèmes et les territoires

 | 
Lise Viera
, 
Nathalie Pinède

Axe 3. Diffusion des connaissances et dynamiques de changement

Le rôle des réseaux dans la dynamique d’adhésion ou de résistance au changement

Serge Agostinelli et Marielle Metge

Entrées d'index

Mots clés :

appartenance, sens

Texte intégral

1Cette contribution a pour but de discuter trois aspects constitutifs des réseaux humains dans la dynamique d’adhésion ou de résistance au changement induite par les TIC. Le premier aspect présente le passage de la notion d’acteur à celle de membre, le deuxième expose la nécessaire descriptibilité des actions et enfin, le troisième explicite la construction d’un système commun de connaissances. Le croisement de ces trois aspects autorise alors le changement. Celui-ci est ici envisagé comme la reconnaissance d’un outil, son acceptation et sa maîtrise, c’est ce que nous nommons le processus artefactuel (Agostinelli, à paraître) rendu possible par l’apport de la nouveauté à travers la co-construction de sens par les acteurs.

  • 1 Cette première note explicative doit orienter le lecteur vers une lecture qui dépasse l’étude des (...)

2Nous abordons particulièrement la dynamique de réseaux à travers les acteurs humains mais aussi les objets et les organisations, interreliés : les actants (Latour, 2005)1. Ces éléments dissemblables, hétérogènes produisent un certain nombre de configurations topologiques tout en continuant d’évoluer, ce qui permet l’émergence de l’organisation, le réseau d’acteurs correspondant à l’ensemble de ressources et de règles.

1. De la notion d’acteur à la notion de membre

3Le premier aspect propose de passer de la notion d’acteur à la notion de membre. Ce n’est plus l’activité d’un acteur qui est interrogée, mais c’est l’acteur qui tente d’agir sur son environnement et les autres acteurs. En d’autres termes ce sont les interactions et particulièrement comment, dans la recherche de construction de sens, les acteurs se rendent prévisibles pour les autres.

La notion d’acteur

4La notion d’acteur dans les dispositifs TIC est fortement dépendante des processus dans lesquels ils sont impliqués : un acteur n’a pas forcément le même rôle d’un processus à l’autre. On peut distinguer, d’une part, des acteurs producteurs qui agissent sur les processus de communication ou les processus de numérisation des informations et, d’autre part, ceux qui sont bénéficiaires des résultats de ces processus. Bien sûr, un acteur peut être à la fois producteur et bénéficiaire d’informations pour le système de communication : c’est le cas d’un individu qui renseigne de l’information sur son profil et qui consomme en même temps des services rendus par le réseau socionumérique auquel il adhère (ex : Facebook). Par ailleurs, le périmètre englobé par la notion d’acteur peut être différent selon le contexte, l’origine et l’utilisation de l’information que l’acteur envisage de donner. L’idée d’inscription est ici essentielle, là où une inscription correspond à une inscription principale (ex : Viadeo pour une présence professionnelle, Facebook pour une présence amicale, ou encore Meetic pour une présence sentimentale…), d’autres acteurs peuvent la considérer comme une inscription secondaire. C’est-à-dire qu’une personne peut voir un intérêt professionnel à sa présence sur le web si elle souhaite gérer et améliorer son identité numérique et accroître sa visibilité sur Internet. Dès lors, le web et le networking deviennent un champ de recherche d’un emploi et les inscriptions, autant d’hameçons ou de bouteilles à la mer pour attirer l’attention d’un employeur. L’inscription principale à un réseau socioprofessionnel peut être déclinée en plusieurs sous réseaux numériques (Viadeo, Linkedln, Ziki, Xing, Plaxo, etc.).

5C’est cette inscription (d’appartenance) traduite dans la notion d’acteur qui permet de construire un référentiel de fonctionnement pour les acteurs du réseau et introduit un vocabulaire commun. Cette inscription autorise ainsi les modes de fonctionnement, homogénéise et pérennise les pratiques, et permet à de nouveaux acteurs de s’approprier les usages. Elle permet aussi la reconnaissance des stéréotypes qui facilitent la construction d’une image personnelle possédant les caractéristiques culturelles du groupe auquel appartiennent les autres acteurs du réseau. Bien sûr, ces stéréotypes facilitent leur communication car ils font directement écho aux représentations scio-proculturelles partagées.

6L’inscription devient alors une identité collective qui définit son appartenance au groupe de référence auquel il appartient. À l’extrême, l’acteur n’est pas considéré comme un être séparé, mais comme appartenant d’un tout plus large. Chaque acteur participe aux attributs du groupe.

La notion de membre

7Il s’agit ici de mieux comprendre ce qu’est « être membre » et maîtriser un « sens commun » en rapport avec l’appartenance sociale à un groupe afin de décrire, interpréter, expliquer, raconter cette appartenance à un ordre social et assurer le changement.

La notion de membre est le fond du problème. Nous n’utilisons pas le terme en référence à une personne. Cela se rapporte plutôt à la maîtrise du langage commun, que nous entendons de la manière suivante. Nous avançons que les gens, à cause du fait qu’ils parlent un langage naturel, sont en quelque sorte engagés dans la production et la présentation objectives du savoir de sens commun de leurs affaires quotidiennes en tant que des phénomènes observables et racontables [...]. (Garfinkel et Sacks, 1970, p. 339)

8De plus, est aujourd’hui communément admis que le groupe n’est pas réductible aux individus qui le composent, ni aux ressemblances qui existent entre eux, ni à la similitude de leurs buts. C’est un double système d’interdépendance, entre les membres d’une part, entre les éléments du champ d’autre part (buts, normes, représentation du milieu extérieur, division des rôles, statuts…), c’est le système des interdépendances d’un groupe à un moment qui donne sens à ses actions (Kaufmann, 1968). Ainsi une décision prise collectivement engage plus qu’une décision individuelle, intégrer un blog ou un forum, adhérer à Facebook ou Myspace, participer à une instance dans un jeu en réseau ou à une communauté virtuelle… De même et inversement, il semble plus facile de changer les normes et les idées d’un groupe que d’un individu. Dès lors, la notion de membre, la conformité au groupe peut d’une part provoquer une résistance au changement mais aussi être mise au service du changement (Anzieu, 1971 ; Maisonneuve, 1968). Il s’agit alors de décristalliser d’abord les préjugés affectifs sous-jacents et d’un point de vue pratique, de modifier les niveaux d’équilibre quasi stationnaire soit en ajoutant des forces dans la direction souhaitée, soit en diminuant les forces antagonistes.

Le sens commun relève alors de la logique localement négociée dans un groupe. C’est l’ensemble de règles, de connaissances indexées et de cadres de références qui déterminent les actions quotidiennes des membres et va servir de référence au raisonnement de sens commun. La pertinence d’une telle connaissance est résolument pratique, construite lors des actions concertées des membres. (Agostinelli, 2003, p. 131)

  • 2 Pour Conein (1984) les expressions indexicales relèvent de trois caractéristiques :
    – elles ont une (...)
  • 3 For society to function, a majority of its members must be predictable a majority of the time. R. (...)

9En fait, les membres d’une communauté ne se définissent qu’en regard de leur pratique de sens commun. Seul le partage d’une même indexicalité (Conein, 1984)2 donne à une personne le statut de membre. Le membre est donc celui qui partage le langage commun du groupe. « La notion de membre […] se rapporte plutôt à la maîtrise du langage commun » (Garfinkel et Sacks, 1970, p. 342) et un membre doit être capable de produire des énoncés reconnaissables pour transmettre ce qu’il fait, a fait ou fera : « Être membre, c’est être prévisible3 » disait Ray Birdwhistell.

  • 4 Erving Goffman fournit une description détaillée et l’analyse du sens dans les interactions banale (...)

10En effet on n’intervient pas n’importe comment sur un forum ou sur un autre outil de représentation numérique de soi (Georges, 2009), on ne dialogue pas de la même façon avec un inconnu et avec un ami, etc. On suit pratiquement toujours des prototypes communicatstudies (Gilbert, 2003) proches des performances studies4 dans laquelle la communication est conçue comme une participation lors de chaque interaction, conformément au modèle orchestral de la communication (Winkin, 2000) dans lequel pour se conduire de manière acceptable, les membres d’une culture doivent avoir les mêmes connaissances et croyances, afin de pouvoir changer de rôle (Goodenough, 1957, p. 167). C’est ce qui ce passe dans les forums ou blogs : les rôles sont interchangeables car les échanges ne sont possibles qu’en se référant aux coutumes, traditions, habitudes sociales, valeurs, croyances et au langage commun que l’on retrouve dans les performances quotidiennes (Goffman, 1996). On parle ici d’une influence mutuelle entre des interactants et évaluation réciproque des comportements selon des normes attendues.

2. La descriptibilité des actions

11Le deuxième aspect concerne la descriptibilité des actions qui autorise la coopération et son instrumentation. Pour que les membres puissent décrire, interpréter, expliquer, raconter le monde social, il faut que celui-ci soit disponible d’une manière ou d’une autre, c’est-à-dire intelligible, descriptible, analysable, observable, racontable, bref accountable. Pour cela, les acteurs organisent leurs actions et leurs interactions de façon à les rendre restituables, sujettes à description et donc mutuellement intelligibles.

12Cette descriptibilité n’est pas donnée mais produite. C’est un accomplissement pratique des acteurs, indissociable de l’auto-organisation, occasionnée et locale, de leurs activités, c’est-à-dire de la production de celles-ci comme réalités ordonnées. Il y va de l’objectivité du monde social en tant que produit des activités pratiques des membres. Ainsi, communiquer avec autrui via les TIC c’est procéder à des échanges qui mettent en jeu : des formes, des significations et des allants de soi, affirmations que l’on n’a pas besoin d’expliciter parce qu’elles « vont de soi ». Si les allants de soi ne sont pas vraiment partagés le fil de la communication se rompt et le changement ne peut intervenir. Ainsi, intégrer un intranet dans une entreprise aujourd’hui ou adhérer à Facebook relève de ce que les activités liées à ces outils représentent pour les membres de cette entreprise ou de ce groupe sur Facebook. La notion d’appartenance apparaît dès lors comme tout à fait fondamentale car être membre du groupe, c’est avoir l’occasion d’apprendre les allants de soi du groupe, donc l’accountabilité du groupe et de vérifier concrètement, que l’on n’a pas commis de contresens dans cet apprentissage.

3. Système commun de connaissances

13Le troisième aspect s’intéresse à cette intelligibilité à travers la construction d’un système commun de connaissances, de représentations, d’actions qui renvoie à la notion de partage caractérisée à la fois par les interactions sociales, la lecture et l’utilisation de dispositifs technologiques et sémiotiques sophistiqués. Nous parlons ici d’actions situées (Suchman, 1987), c’est-à-dire d’accomplissement d’actions à travers une coordination étroitement synchronisée entre les acteurs par les médiations technologiques. Toute action est forcément située au sens où toute action, même planifiée, est réalisée dans le cadre de circonstances particulières et concrètes. Autrement dit, pour avoir un sens, une action ne peut être dissociée ni des circonstances matérielles et sociales de sa réalisation, ni des acteurs qui la réalisent. Elle ne peut être dissociée du contexte dans lequel elle est effectuée. Le cours de l’action est « bâti » par les acteurs qui utilisent les circonstances au fur et à mesure qu’elles se présentent à eux, pour agir de façon cohérente. Il est illusoire de vouloir séparer l’action du contexte de sa réalisation. Les acteurs utilisent les règles et les procédures uniquement quand ils le jugent nécessaire ou approprié. Il en est de même en matière de changement. L’accomplissement du changement est une forme d’action, d’où la possibilité de baser une théorie du changement sur une certaine compréhension de l’action située. D’abord, si les tâches sont situées, c’est-à-dire si elles ne peuvent être dissociées de ceux qui les font et du contexte dans lequel ils les font, il est illusoire d’essayer de les changer comme on modifierait les pièces d’une machine. Ensuite, un programme de changement est souvent un ensemble de nouvelles règles et de nouvelles procédures à suivre. Ainsi, la résistance au changement ne serait peut-être finalement que le miroir de l’écart naturel entre action définie de façon abstraite (règles) et action réelles (pratiques situées). Si l’on regarde du côté des médias participatifs, le principe même de participation ou non à l’écriture d’une information est source de création d’une communauté dans une autre. Si on adhère à l’information transmise on devient membre et rédacteur soi-même et lorsqu’un avis se répète, l’information change et évolue.

14Ces trois aspects sont indissociables des communautés de pratique et de réseaux socionumériques. Ils jouent un rôle crucial dans leur dynamique d’adhésion ou de résistance au changement.

4. Le changement comme reconnaissance d’un outil

15Tout changement génère des résistances qui ont leur propre légitimité. Ainsi, dans le cadre d’un projet utilisant un réseau, les acteurs concernés sont susceptibles de :

  • s’interroger sur leur capacité à utiliser de nouvelles technologies, de nouveaux outils,
  • craindre une perte de marge de manœuvre, de périmètre, d’autonomie ou d’identité du fait de l’évolution des pratiques, de la traçabilité, de la mise en histoire,
  • se représenter le réseau comme le moyen de contrôler leur travail, désirs, sentiments, pensées à distance ou a posteriori,
  • craindre des perturbations dans leurs travaux quotidiens ou une rupture dans leurs habitudes du fait des changements induits.

16Toutes ces raisons peuvent conduire les acteurs concernés à des craintes ou à des peurs, les rendant résistants au changement. Chaque changement doit donc le plus en amont possible identifier ces différentes peurs et résistances, leurs sources, les populations concernées, puis des leviers de réduction de celles-ci.

17Cette identification prend appui sur le dialogue permanent entre les acteurs du réseau. Celui-ci est en effet une structure vivante, qui évolue sous l’influence de facteurs externes (législation, normes…) et internes (changements de périmètre, évolution des intérêts, évolution de l’organisation…), et sous l’effet de l’obsolescence des technologies. La combinaison de ces facteurs rend parfois difficile le changement.

18Le choix est volontairement d’exclure un exemple pour cette partie. Nous souhaitons cette mise à distance afin de bien montrer que le changement est un processus en soi. Certes, si son application peut être contextualisé, il n’en demeure pas moins un processus d’émergence d’une organisation plus fonctionnelle à l’existant. Les terrains pourraient être nombreux, du réseau social ouvert à tous, aux systèmes d’information sécurisés d’une entreprise ou d’une université : la reconnaissance du réseau d’acteurs correspondant à l’ensemble de ressources et de règles. En d’autres termes, nous proposons des repères au changement pour organiser le rôle des réseaux dans la dynamique d’adhésion ou de résistance au changement.

De la reconnaissance d’un outil

  • 5 Un artefact est un artis factum, un effet de l’art, une construction graduellement élaborée au cou (...)

19Le changement est ici envisagé comme la reconnaissance d’un outil, son acceptation et sa maîtrise à travers un processus qui donne le statut d’artefact5 aux outils. Cette reconnaissance peut être épistémique et autoriser la reconnaissance de l’outil à travers ses propriétés, son histoire, etc., ou pragmatique et concerner les actions de transformation sur l’outil. Toutefois, le problème est moins la maîtrise de l’outil que la maîtrise des interactions entre membres, de la médiation par l’outil (Engeström, 1999, p. 19-38), par les acteurs (souvent dû à une focalisation sur des préoccupations d’ordre technique), mais surtout par les difficultés d’intégration de cet outil, étroitement liées à la possibilité et la volonté des acteurs de participer à l’élaboration permanente d’un langage commun.

20Le processus commence avec la découverte d’un objet technique et les questions associées : « à quoi ça sert ? en quoi est-ce fait ? etc. » C’est l’intentionnalité donnée à l’objet qui lui autorise une utilisation possible, « cet objet me permet de faire ». Avec l’apprentissage et les expérimentations, se construit une connaissance subjective liée à la relation personnelle que nous avons avec l’objet et avec cette connaissance, « voici ce que je fais avec… ». D’objet inanimé, il devient outil et évolue ensuite vers un usage établi et considéré comme normal, il devient un outil personnel et annonce, par les termes « cet outil me changent la vie… », des actions sur, par, avec l’outil. L’individu se construit alors par un système d’interactions avec les actants qui se traduit par la construction d’un contexte simultanément à l’avancement des échanges qui permettent la création ou l’amélioration d’un processus volontaire et réflexif. Ce processus autorise chez l’individu une planification de son action pour l’atteinte du but grâce à une plus grande structuration de ce contexte et une meilleure gestion de son activité. Le changement est donc un ensemble d’accomplissements continus, d’aboutissements pratiques socialement reconnus, des acteurs au quotidien (March, 1991, p. 89) : « Je suis un membre de la communauté de l’outil… » C’est-à-dire que les fonctionnements quotidiens mis en œuvre dans le changement conduisent à identifier « ce qu’il faut faire pour pouvoir faire ». Cette simplification du réel passe particulièrement par la reconnaissance d’un système commun de signification et d’un présupposé fondamental sur le changement naturel. En d’autres termes, on présuppose l’existence d’un changement comme allant de soi qui permet d’éclairer ce qui est pertinent et ce qui ne l’est pas pour mener à bien une activité journalière. Il existe, entre les outils et les acteurs, une réorganisation des activités, une reconstruction de l’organisation du « travail à faire » qui autorise une construction continue des activités concernées par les actants dans leur réalité quotidienne. Le changement utilise pour cela des procédés connus, utilisés, pris comme déjà là. Il porte également un intérêt sur son fondement qui est d’une certaine manière toujours présent et évident, mais qui passe inaperçu au cours des pratiques quotidiennes fondées sur un savoir intuitif et immédiat, sur ce qui est raisonnable de faire, sur un savoir qui est culturellement construit grâce au sentiment d’appartenance, à la reconnaissance d’une identité à la fois individuelle et collective.

21Cette reconnaissance de l’outil est aussi un certain type d’ordre social (Douglas, 1986) dans lequel l’acteur devient membre parce qu’on y est prévisible et reconnu. Les usages partagés sont en permanence reconstruits par les faits, les gestes, les échanges (Goodenough, 1957). Le réseau socionumérique est alors fondé sur l’acceptabilité et la prévisibilité que doivent offrir en toute situation les membres d’une culture donnée (Winkin, 2000). Enfin, le changement trouve sa source dans le dépassement des usages, dans la capacité à produire de nouveaux objets en changeant et en combinant ceux qui existent déjà à partir des pratiques que l’on en a. La principale caractéristique du changement est alors, une capacité à modifier un mode de pensée en fonction du contexte dans lequel elle s’effectue.

Bibliographie

Bibliographie

Agostinelli Serge, à paraître, « Comment penser la médiation inscrite dans les outils et leurs dispositifs : une approche par le système artefactuel », Distances et savoirs, vol. 7, no 4.

Agostinelli Serge, 2003, Les Nouveaux Outils de communication des savoirs, Paris, L’Harmattan.

Anzieu Didier et Martin Jean-Yves, 1971, La Dynamique des groupes restreints, Paris, PUF.

Birdwhistell Ray, 1977, « Some Discussion of Ethnography, Theory, and Method », in Brockman John (ed.), About Bateson: Essays on Gregory Bateson, New York, E.P. Dutton, p. 103-141.

Callon Michel, Lascoumes Pierre et Barthe Yves, 2001, Agir dans un monde incertain : essai sur la démocratie technique, Paris, Le Seuil.

Conein Bernard, 1997, « L’action avec les objets. Un autre visage de l’action située ? » in Conein Bernard et Thévenot Laurent (eds.), Cognition et Information en société, Raisons Pratiques, no 8, p. 25-45.

Conein Bernard, 1984, « L’enquête sociologique et l’analyse du langage : les formes linguistiques de la connaissance sociale », in Arguments ethnométhodologiques, Paris, Centre d’étude des Mouvements Sociaux.

Douglas Mary, 1986, Risk Acceptability According to the Social Sciences, London, Routledge and Kegan Paul.

Engeström Yrjö, 1999, « Activity theory and individual and social transformation », in Engeström Yrjö, Miettinen Reijo, et Punamäki Raija-Leena (eds.), Perspectives on Activity Theory, Cambridge, Cambridge University Press, p. 19-38.

Garfinkel Harold, 1984, Studies in Ethnomethodology, Oxford, Polity Press/Blackwell Publishers.

Garfinkel Harold et Sacks Harold, 1970, « On formal structures of practical actions », in Mckinney John C., et Tiryakian Edward A. (eds.), Theoretical Sociology: Perspectives and developments, New York, Appleton-Century-Crofts, p. 337-366.

Georges Fanny, 2009, « Représentation de soi et identité numérique. Une approche sémiotique et quantitative de l’emprise culturelle du web 2.0 », Réseaux, vol. 2, no 154, p. 165-193.

Gilbert Carolyn, Clegg, 2003, « Documents as prototypes: Designing written drafts for communication across cross-disciplinary teams », IEEE transactions on professional communication, vol. 46, no 4, p. 327-330.

Goffman Erving, 1996, La Mise en scène de la vie quotidienne, Tome 1, La Présentation de soi, 1959, Paris, Éditions de Minuit, trad. fr. 1973, rééd. Minuit coll. Le Sens commun.

Goodenough Hunt, Ward, 1957, « Cultural anthropology and linguistics », in Garvin Paul (ed.), Report at The 7 Annual Round Table Meeting on Linguistics and Language Study, Washington, Georgetown University Press.

Kaufmann Paul, 1968, Kurt Lewin : une théorie du champ dans les sciences de l’homme, Paris, Vrin.

Latour Bruno, 2005, Reassembling the Social : an Introduction to Actor-Network-Theory, Oxford, New York, Oxford University Press.

Latour Bruno, 1995, « Note sur certains objets chevelus », Nouvelle revue d’ethnopsychiatrie, no 27, p. 21-36.

Maisonneuve Jean, 1968, La Dynamique des groupes, Paris, PUF.

March James Gardner, 1991, Décision et organisation, Paris, Dunod.

Marcotte Jean-François, 2001, « Interactions en réseaux et communautés virtuelles » [en ligne], La Communication Médiatisée par Ordinateur : un carrefour de problématiques, Université de Sherbrooke, 15-16 mai. Disponible sur http://grm.uqam.ca/cmo2001/marcotte.html

Suchman Luise, 1987, Plans and Situated Actions : the Problem of Human-Machine Communication, Cambridge, Cambridge University Press.

Winkin Yves, 2000, La Nouvelle Communication, Paris, Le Seuil (1981).

Notes

1 Cette première note explicative doit orienter le lecteur vers une lecture qui dépasse l’étude des réseaux sociaux. En effet, nous ne nous limitons pas à la compréhension des acteurs individuels, mais aussi aux acteurs non humains (objets, artefacts…). B. Latour, 1995, « Note sur certains objets chevelus », p. 21-36. Dans la théorie de l’acteur-réseau, un actant peut être une personne, un objet ou une organisation. Tous ont une importance égale au réseau social, de cette façon, l’organisation est appréhendée comme étant un effet-cause par les interactions successives d’actants hétérogènes, des acteurs-réseaux. B. Latour, 2005, Reassembling the Social : an Introduction to Actor-Network-Theory.

2 Pour Conein (1984) les expressions indexicales relèvent de trois caractéristiques :
– elles ont une signification qui ne peut être donnée sans recours à des éléments liés au contexte pragmatique (espace, temps, sujets présents, objets présents) ;
– la signification de l’expression change avec le contexte pragmatique car, dans chaque contexte elle se réfère à des états de choses différents ; – elles comportent des indicateurs réflexifs sans valeur descriptive, les déictiques et les index qui marquent la dépendance contextuelle.

3 For society to function, a majority of its members must be predictable a majority of the time. R. Birdwhistell, « Some Discussion of Ethnography, Theory, and Method », in J. Brockman (ed.), About Bateson, New York, E. P. Dutton, p. 103-141.

4 Erving Goffman fournit une description détaillée et l’analyse du sens dans les interactions banales de la vie quotidienne (1996-1959). C’est une approche interactionniste symbolique qui insiste sur une analyse qualitative des éléments constitutifs de l’interaction. Elle se concentre sur les détails de l’identité individuelle, de groupe relations, l’impact de l’environnement. Goffman emploie une approche la métaphore théâtrale dans laquelle l’interaction est considérée comme une « performance » façonnée par l’environnement et les acteurs. Elle est construite de manière à fournir aux autres l’impression qui sont en harmonie avec les intentions de l’acteur.

5 Un artefact est un artis factum, un effet de l’art, une construction graduellement élaborée au cours de médiations. L’art est ici entendu comme une aptitude, une habileté à faire « quelque chose », mais aussi comme un ensemble de moyens, de procédés, de règles intéressant une activité, une profession. C’est l’art de l’ingénieur. Le mot effet est ici entendu comme une influence, comme le résultat d’une action ; ce qui est produit par « quelque chose », provoque une action, une réaction. S. Agostinelli, 2003, op. cit.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540