Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Stratégies du changement dans les systèmes et les territoires

 | 
Lise Viera
, 
Nathalie Pinède

Axe 2. TIC et territoires virtuels

Imaginaire social : entre territoire physique et territoire virtuel

Étude communicationnelle des manifestations vietnamiennes au sujet d’un conflit territorial

Anh Ngoc Hoang

Entrées d'index

Mots clés :

imaginaire social, diaspora, TIC

Texte intégral

1Dans cette contribution, j’avance une hypothèse centrale selon laquelle l’imagination collective en tant que pratique sociale (Appadurai, 2001), qui est à l’œuvre de nos jours dans les technologies de l’information et de la communication (TIC), permettrait de reconfigurer une identité vietnamienne contemporaine dans un monde caractérisé par le développement exponentiel de ces technologies et par les flux croissants de personnes et d’objets favorisés par la globalisation. Cette reconstruction identitaire, qui s’effectue dans ces mondes en mouvement, se donnera à voir dans un imaginaire social en construction dans les liens actuels entre le Vietnam et la diaspora. Dans cette perspective, des manifestations vietnamiennes antichinoises relatives au différend sino-vietnamien au sujet des archipels des Paracels et des Spratleys me serviront d’exemple pour analyser l’impact des TIC sur la force mobilisatrice à la fois des Vietnamiens du pays et ceux de la diaspora à travers cet événement sociopolitique à forte teneur identitaire.

2L’étude s’articulera autour de trois parties principales. Premièrement, je présenterai l’affaire de manifestations. Deuxièmement, un travail d’élucidation conceptuelle sera consacré au terme de « l’imaginaire social » dans la lignée des travaux de Paul Ricœur. Troisièmement, une analyse communicationnelle portera sur un ensemble hétérogène de sites web, blogs, forums de discussion et de plate-forme d’hébergement de vidéos qui véhiculent, alimentent cette affaire de manifestations.

1. Présentation de l’événement

Un récit possible

  • 1 Terme courant qui désigne des Vietnamiens d’outre-mer.

3L’événement est déclenché par une décision du gouvernement chinois en novembre 2007 qui a fait de deux archipels situés dans la « mer de Chine méridionale », les Paracels (« Hoàng Sa »), et les Spratleys (« Trường Sa »), une cité chinoise unique à l’échelon administratif du district. Cette décision concernant un espace maritime à la souveraineté depuis longtemps contestée entre plusieurs pays, relayée par les médias officiels du Vietnam, a provoqué une série de manifestations rassemblant notamment jeunes, étudiants, intellectuels, artistes et professionnels vietnamiens à Hanoi et à Ho Chi Minh Ville fin 2007 et début 2008. Notons que des médias informatisés comme blogs, forums de discussion et messageries instantanées ont été largement utilisés par ces Vietnamiens, qui se considéraient comme « patriotes », pour protester contre le gouvernement chinois. Puis, à l’instar d’une tâche d’huile, l’événement a très vite pris une dimension transnationale : en effet, un peu partout dans le monde des communautés vietnamiennes d’outre-mer ont tenu une série de manifestations antichinoises auxquelles participent aussi bien des étudiants vietnamiens à l’étranger que des Việt kiều1. Comme ceux du Vietnam, les manifestants de la diaspora entendent montrer leur sentiment national et nationaliste face à l’« invasion chinoise », et beaucoup d’entre eux critiquent aussi des réactions du gouvernement vietnamien vis-à-vis du gouvernement chinois. On constate par ailleurs un fort contraste entre une explosion d’informations dans les médias informels du Vietnam et une certaine pauvreté jusqu’au quasi-silence qui caractérise les médias officiels du pays quant à ces événements.

4Pour commencer, un rapide examen des données géographiques permettrait de saisir l’enjeu de ces îles ainsi que les motifs des disputes dont elles font l’objet.

Le pourquoi du conflit : quelques données géographiques

  • 2 Chemillier-Gendreau, 1996, p. 26.
  • 3 Chemillier-Gendreau, op. cit., 4e page de couverture.

5Constitués d’une « poussière de bancs, îlots, rochers parmi lesquels on trouve quelques îles véritables »2, les Paracels et les Spratleys sont situées sur le passage de grandes voies maritimes internationales (cf. carte). Cela montre l’importance que revêt la souveraineté donc le contrôle stratégique de ces ensembles d’îles. Cela explique de nombreuses disputes dans lesquelles s’impliquent plusieurs États de cette zone géopolitique. Ainsi, l’événement des manifestations vietnamiennes antichinoises de fin 2007 et de début 2008 n’est que le déploiement d’un différend de longue date qui implique, entre autres, le Vietnam et la Chine au sujet des archipels des Paracels et des Spratleys perçus comme « contrôle stratégique, zone de pêche et promesse de pétrole3 ».

Carte – Position géographique des Paracels et des Spratleys

Carte – Position géographique des Paracels et des Spratleys

6Il présente un intérêt tout particulier sous l’angle de la problématique qui est en jeu dans cette communication : celle d’un imaginaire social du Vietnam que construisent des Vietnamiens de nos jours dans et par des médias informatisés. Mais qu’est-ce qu’un imaginaire social ? Par souci de clarté du propos, s’impose un travail d’élucidation conceptuelle.

2. Élucidation conceptuelle

  • 4 J.-J. Wunenberg, 1991, L’Imagination, Paris, PUF, « Que sais-je ? », p. 3.
  • 5 Le Nouveau Petit Robert de la langue française, 2008, p. 1277.

7On a affaire en réalité à deux termes très liés, souvent considérés comme synonymes : imagination et imaginaire. De l’imagination, Jean-Jacques Wunenburger donne la définition suivante : « Le mot imagination désigne, dans la langue française, une production mentale de représentations sensibles, distinctes de la perception sensorielle de réalités concrètes et de la conceptualisation d’idées abstraites4. » Dans la triade perception-imagination-conceptualisation, l’imagination souffre souvent d’une mauvaise réputation : en effet, par rapport à une sensation, elle n’a pas l’évidence immédiate de ce qui est perçu ; par rapport à un concept, elle n’a pas la précision de ce qui est conçu sans emprunt au sensible. Quant à « imaginaire », le terme souffre également d’une mauvaise « image » : le dictionnaire Robert nous rappelle qu’est imaginaire ce « qui n’existe que dans l’imagination » ou ce « qui est sans réalité » et, par conséquent, il est synonyme de « irréel, fictif »5. Est-il possible donc d’attribuer un sens fort et positif à « imagination » et « imaginaire » ? Le philosophe Wunenburger soutient que

  • 6 J.-J. Wunenberg, op. cit., p. 63.

tout peut devenir imaginaire, même ce qui est tenu par ailleurs comme réel, puisque l’imaginaire est posé par une conscience comme un contenu concret absent, non actualisé. Est donc posé comme imaginaire ce qui ouvre sur des possibles, est doté d’une dynamique créatrice interne (fonction poïétique), d’une prégnance symbolique (profondeur de sens seconds) et d’une puissance d’adhésion du sujet6.

  • 7 Ibid., p. 10.
  • 8 P. Ricoeur, 1986, Du texte à l’action : essais d’herméneutique II, p. 255.
  • 9 P. Ricoeur, 1991, A Ricœur Reader : Reflection and Imagination, ed. Mario J. Valdes, Toronto, Unive (...)

8Pour ma part, inscrite dans la lignée des travaux qui confèrent à l’imagination un rôle fondamental, ma thèse s’appuie essentiellement sur les travaux philosophiques de Paul Ricœur. Trouvant son ancrage dans la phénoménologie de Husserl, la théorie ricœurienne de l’imagination met en évidence le fait que loin d’être la « folle du logis », l’imagination est « la faculté de l’exploration du possible ». Il s’agit d’une imagination « en contexte » et à l’œuvre dans des discours et des pratiques, une imagination grâce à laquelle « le sens devient compréhensible, le monde dicible et l’action praticable7 ». À partir de cette conception de l’imagination, le philosophe français met en lumière le « caractère constituant de l’imaginaire social8 », le considère comme une « dimension imaginative et créative du social9 » :

  • 10 Ibid., p. 474. Ma traduction.

Chaque société […] possède ou fait partie d’un imaginaire sociopolitique, c’est-à-dire un ensemble de discours symboliques. Cet imaginaire peut fonctionner comme rupture ou comme réaffirmation. Comme réaffirmation, l’imaginaire opère comme une « idéologie » qui peut positivement répéter et représenter le discours fondateur d’une société, ce que j’appelle ses « symboles fondateurs », qui préservent donc son sens d’identité. […] À l’opposé de cela, il existe l’imaginaire de rupture, un discours d’utopie qui reste une critique des pouvoirs, qui pourrait être en fidélité à un « ailleurs », à une société qui n’est « pas encore là »10.

  • 11 Ibid., p. 255.

9Étant une composante de la vie collective, cet imaginaire opère au niveau le plus élémentaire, comme l’a décrit Max Weber lorsqu’il caractérise l’action sociale par un comportement signifiant, mutuellement orienté et socialement intégré. Il est lié à la nécessité « pour un groupe quelconque de se donner une image de lui-même, de « se représenter », au sens théâtral du mot, de se mettre en jeu et en scène11 ». Pour Ricœur, l’imaginaire social se manifeste sous deux formes, à savoir idéologie et utopie. Ainsi, de même que l’idéologie a pour fonction de « préserver l’identité d’une personne ou d’un groupe social », l’utopie a pour fonction d’« explorer le possible », « les possibilités latérales du réel ».

10À la lumière de cette conceptualisation, il est possible d’investiguer les manifestations antichinoises des Vietnamiens au sujet du conflit des archipels sous le double angle des TIC et de l’imaginaire social.

3. Le conflit territorial sino-vietnamien à la lumière d’une approche communicationnelle

11Ici, l’analyse adopte une approche communicationnelle qui tente d’articuler de façon particulière trois dimensions de nature différente qui constituent cet objet d’investigation : une dimension logistique (technique), une dimension sociale (acteurs sociaux), et une dimension symbolique (sens). Dans le cadre de cette contribution, je me limite à une approche qualitative. Concrètement, une analyse discursive, argumentative et sémiotique portera sur un ensemble hétérogène de sites web, blogs, forums de discussion et de plate-formes d’hébergement de vidéos (YouTube) qui construisent, véhiculent, alimentent cette affaire de manifestations.

Des manifestations rendues possibles : force de l’imagination collective dans l’agir

  • 12 « Vietnamese hold rare rally over islands » [en ligne]. AP (Associated Press), 9 décembre 2007. Dis (...)
  • 13 J.-J. Wunenberg, op. cit., p. 74.

12Force est de constater d’emblée que ces manifestations sont porteuses d’une signification toute particulière dans le contexte spécifique du Vietnam où « les manifestations sont extrêmement rares12 ». D’ailleurs, des blogueurs et des « forumeurs » vietnamiens qui participent eux-mêmes aux manifestations ou en sont témoins expriment leur surprise devant un tel événement dans leur billet et leur discussion sur la toile. Alors, pourquoi ces manifestations ont-elles pu se réaliser ? J’avance l’hypothèse que cela tient beaucoup, entre autres, à la capacité de l’imagination collective mise en œuvre dans des TIC par les usagers vietnamiens. En effet, l’imagination, conçue comme une composante essentielle de la faculté d’agir humain, configure les actions des hommes « en leur donnant des fondements, des motifs, des fins et en dotant l’agent d’un dynamisme, d’une force, d’un enthousiasme13 ». L’examen détaillé des appels à manifestation et d’autres initiatives montrera le rôle central des pratiques imaginatives des Vietnamiens contemporains dans ce conflit.

Appels à manifestation sur Internet

  • 14 http://www.thuvienphapluat.vn/default.aspx?CT=NW&NID=5570
  • 15 http://www.tagvn.com/Hoang-Sa-Truong-Sa/Thong-bao-ve-cuoc-mit-tinh-thehien-long-yeu-nuoc/. Texte or (...)
  • 16 http://vantuyen.net/index.php?view=story&subjectid=19501

13J’étudierai ici trois appels à manifestation successifs venant tous de l’initiative des Vietnamiens du Vietnam : le premier pour la manifestation du 9 décembre14, le deuxième pour celle du 16 décembre 200715 et le troisième pour celle du 9 janvier 200816. Par ailleurs, je prendrai en compte aussi deux billets d’un blogueur vietnamien à Hanoi qui présentent l’intérêt de fonctionner comme une sorte d’« appel à manifestation ».

  • 17 Malheureusement la fermeture des services de Yahoo ! 3600 en juillet 2009 ne m’a pas permis de retr (...)

14Tout d’abord, on constate que la manifestation du 9 décembre à Hanoi et à Ho Chi Minh Ville – la première qui a joué un rôle de déclencheur – est une réponse effective à un appel lancé sur Yahoo Messenger – le service de chat le plus populaire pour les internautes vietnamiens –, sur des blogs utilisant la plate-forme de Yahoo 36017 et sur téléphone portable quelques jours auparavant. C’est au moins ce que rapportent de nombreux récits de la manifestation.

15Puis il est intéressant de voir de près le contenu de ces appels sous l’angle d’un schéma clé. En effet, même si très court, le premier appel comporte des éléments essentiels pour inciter à agir et en même temps pour préparer cette action : acte à réaliser (manifester, protester), cause et motif (protester contre le gouvernement chinois qui entérine la création d’une cité gérant deux archipels du Vietnam), caractéristique de l’action (une manifestation pacifique), date, heure et lieu, moyens matériels (banderole, drapeau national), sens de l’agir (répondre à un appel sacré : « Le pays a besoin de nous »).

Appel à la première manifestation
« Protestez contre la récente décision du gouvernement chinois d’entériner la création de la cité de Sansha qui relève d’Hainan et qui gère les trois archipels, les Paracels, les Macclesfield Bank et les Spratleys. À 9 h exactes, dimanche 9 décembre 2007, organiser une manifestation pacifique. À Ho Chi Minh Ville : le Consulat général de Chine, 39 rue Nguyen Thi Minh Khai, Q. 1. À Hanoi : l’ambassade de Chine, 46 Hoang Dieu. Apporter avec vous banderole avec slogan et drapeau national en allant à la manifestation. Le pays vietnamien a besoin de nous. »
Source : http://www.thuvienphapluat.vn/​default.aspx?CT=NW&NID=5570. Ma traduction

16Ensuite, tous ces appels cherchent à agir sur les lecteurs en fondant l’action collective sur un motif central, à savoir le patriotisme qui opère en tant qu’un argument de communauté : on mobilise une valeur supposée partagée par l’ensemble des Vietnamiens. Si cette évocation du sentiment patriotique est encore implicite dans le message du premier appel, elle est totalement explicite dans le deuxième appel (« Avis à un meeting pour manifester le patriotisme », objectif : « unifier le patriotisme »). Quant au troisième appel, il est censé s’adresser aux « Vietnamiens patriotes ».

  • 18 J.-J. Wunenberg, op. cit., p. 75.
  • 19 http://www.voiceofvietnam.org/Loi%20Keu%20Goi%20Bieu%20Tinh%20Lan%203.pdf

17Mais le patriotisme n’est pas présenté dans ces textes comme un beau sentiment abstrait, mais au contraire comme un esprit incarné par tant d’hommes et de femmes vietnamiens tout au long de l’histoire du pays, ces Vietnamiens érigés en héros parce qu’ils ont combattu les envahisseurs du Nord. Ici les auteurs opèrent une équation sémantique : « être patriote » = « défendre la Patrie » = « combattre l’envahisseur ». C’est ainsi que le site Soft Law conclut son article : « Le but ultime est de manifester la détermination de défendre la vérité, de défendre la Patrie. » Quant au deuxième appel, il fixe l’un des objectifs du « meeting » : « manifester la détermination de sauvegarder l’intégralité du territoire ». Par ailleurs, force est de constater dans ces textes comment « l’imaginaire sert à doter les hommes de mémoire, en leur fournissant des récits qui synthétisent et reconstruisent le passé et justifient le présent18 » et orientent le futur aussi. Sur ce point, le texte du troisième appel offre un exemple particulièrement éclairant. Pour inciter les lecteurs à manifester contre la Chine, l’auteur évoque une double mémoire qui est supposée toujours vivante dans l’esprit des Vietnamiens : d’un côté une volonté pérenne et permanente de la Chine de dominer et d’annexer le Vietnam depuis la fondation de ce dernier jusqu’à maintenant ; de l’autre, une longue tradition de patriotisme vietnamien manifesté par des héros vietnamiens multiples combattant les envahisseurs du Nord : « Au cours de cette même histoire, le peuple vietnamien engendrait toujours des enfants brillants prêts à s’élever pour mener le combat pour chasser les envahisseurs et préserver l’intégralité du territoire. » Cette mémoire est illustrée par un visuel d’accompagnement du troisième appel dans la version réécrite par un site de la diaspora19 : il montre le héros Lê Lợi dirigeant les soldats vietnamiens dans la résistance contre l’envahisseur Ming au xve siècle. En outre, le choix de la date du 9 janvier pour la troisième manifestation vise à puiser dans la mémoire collective (la Journée vietnamienne des Élèves et des Étudiants) la force juvénile pour faire descendre dans la rue en faveur d’une bonne cause.

18Notons enfin la mise en avant de l’agir comme l’horizon de tout appel. Le troisième appel termine dans cette forte interpellation : « Écoutez l’appel du pays natal ! Les envahisseurs sont entrain de s’emparer de chaque pouce de terrain du pays natal… Quand agir sinon maintenant ? Qui agira, si ce n’est pas nous ? » Et le blogueur Dang Thieu Quang exprime sa détermination : « Ce dimanche je descendrai dans la rue. Nous agirons. […] Il est temps pour que cette génération [les jeunes] agisse et ne se contente pas des paroles. »

19Ces appels à manifestation n’épuisent pas la force imaginative des Vietnamiens dans ce conflit. Il est intéressant d’appréhender encore un ensemble hétérogène d’initiatives mises en place par des internautes vietnamiens dans des TIC à ce sujet.

Quand l’imagination prend forme et prend corps

  • 20 J.-J. Wunenberg, op. cit., p. 69.

20Cette partie tente d’analyser comment des pratiques imaginatives sous forme d’initiatives ont donné lieu à des productions matérielles concrètes. Elles sont caractérisées par une diversité et une hétérogénéité : un ensemble composé de slogans, de poèmes, de chansons, d’affiches, de vidéoclips, de caricatures. Toutes ces productions comportent une double dimension matérielle et créative. Il y a de la matérialité textuelle (des mots), visuelle (des images, des photos), sonore (musique, son). C’est cette matérialité de mots, d’images, de sons qui circule, se diffuse dans les forums, les blogs pour créer une représentation collective du conflit des archipels dans l’optique vietnamienne. Quant à la créativité, elle est cette capacité des auteurs de chercher « un autre mode de manifestation des choses20 » en tant qu’homo aestheticus.

  • 21 http://www.minhbien.org/?p=156
  • 22 http://web.datviet.com/blogs/forums/showthread.php?t=176091&page=2

21Ainsi, les slogans en anglais proposés par Dương Danh Huy sur le blog collectif Minhbien traduisent cette tentative de « faire la manifestation » autrement : en soulignant le « caractère multilatéral et international du litige » des archipels : « Stop China’s expansionism in the South China Sea21 ». Dans la même perspective Trần Việt Yên propose sur le forum Datviet une série de cinq slogans antichinois dont chacun est rédigé en 8 langues différentes : chinois, vietnamien, italien, anglais, espagnol, russe, allemand, français22.

  • 23 Le tambour de bronze est un des objets les plus importants et typiques de la culture dite « Đông Sơ (...)

22On peut prendre la mesure de la teneur symbolique de l’image en prenant l’exemple d’une affiche qui a été créée à partir d’une photo « réelle ». En effet, on constate, au centre de l’affiche et en arrière-plan, l’image du tambour de bronze, objet emblématique de la civilisation pré-chinoise du Vietnam antique23, et le mot « Vietnam » en grande taille et en jaune dont la lettre « A » prend la forme d’une étoile, ce qui évoque le drapeau national du Vietnam actuel. En premier-plan, c’est la figure centrale d’une femme vietnamienne qui ouvre largement sa bouche et qui lève son bras pour faire un geste de protestation déterminée. Ce jeu d’images et de couleurs plonge les lecteurs dans l’imaginaire d’un Vietnam à la fois mythique et contemporain et d’un Vietnam à volonté indomptable.

  • 24 http://www.youtube.com/watch?v=0Cf10nEFfiA

23Cette force de l’image en tant que dimension iconique de l’imaginaire se trouve aussi dans des caricatures, mais surtout dans l’exemple du vidéoclip intitulé « Spratleys-Paracels-Nous sommes un » sur Youtube24. Si on regarde de près, ce vidéoclip tente aussi de convaincre les lecteurs d’agir. D’ailleurs, cette visée persuasive s’annonce déjà dans la présentation du clip : « Les Spratleys et les Paracels appartiennent au peuple vietnamien. Quand la Chine les envahit, le gouvernement vietnamien n’ose pas défendre fermement le pays, alors les Vietnamiens accepteraient-ils d’être indifférents ? » Mais, à la différence d’autres appels à manifestation, il tire sa force d’un média combinant à la fois texte, image et son. En effet, des éléments divers composent ce clip : carte du Vietnam, photos, dessins, archives, musique instrumentale, chanson, film. Cette dimension du « plan de l’expression » (Hjelmslev) est construite de manière à prendre corps dans un schéma rhétorique simple et claire : faits – interrogations – réponses (propositions).

24Ainsi, différents sites, blogs et forums du Vietnam et de la diaspora sont devenus le lieu de discussion et de fomentation des idées, des plans, des appels qui permettent aux Vietnamiens d’agir dans le conflit sino-vietnamien au sujet des archipels. Ces pratiques imaginatives collectives s’appuient sur les propriétés techniques des TIC (facilité d’accès, capacité de diffusion instantanée de multitude d’informations, concentration de différents éléments comme texte, image, son sur un même support, etc.) et se déploient en activant la mémoire des faits et des formes. Cette imagination collective arme les Vietnamiens d’espérance, d’attentes, de dynamisme, de force pour organiser des actions communes, pour protester, pour critiquer.

25Mais ces flux médiatiques vietnamiens ne circulent pas aussi librement qu’on l’espère, car ces pratiques imaginatives se heurtent aux contraintes de la réalité sociétale du contexte vietnamien dans lequel elles se déploient.

Imagination collective versus contraintes de la réalité

  • 25 http://sinhviennganhang.com/diendan/showthread.php?t=5092. Ma traduction. C’est moi qui souligne.

26Ici, on peut identifier une forme d’opposition qui impose des limites à cette imagination collective : le contre-discours. Il est intéressant de noter que le contre-discours s’appuie également sur les ressources offertes par des TIC. Ainsi, des forums, des blogs deviennent un lieu de « combat discursif ». À titre d’exemple, une discussion sur le forum des étudiants de l’École des études bancaires de HCMV est titrée « Avertissement sur les manifestations » et datée du 8 décembre 2007 : « Il s’agit d’une manifestation illégale, qui n’est pas préconisée par l’État vietnamien, mais fomentée par des organismes réactionnaires afin de perturber l’ordre public et de s’opposer à l’État vietnamien. » Et le sentiment patriotique est aussi posé comme le motif central de l’acte de ne pas manifester : « Ainsi, sur la base de ces informations, je vous conseille de ne pas participer à la manifestation pour éviter d’être victime des gens malhonnêtes ! Pour défendre la patrie vietnamienne25. »

  • 26 http://www.bbc.co.uk/vietnamese/inpictures/story/2007/12/071209_chinaprotest.shtml. L’intégralité d (...)
  • 27 http://www.vnagency.com.vn/Vnanetvn/FR/tabid/145/itemid/226938/Default.aspx

27Le discours dissuasif vient aussi de l’institution. Quelques jours avant le 9 décembre, circule aussi un avis officiel du recteur de l’Université de Technologies – Université nationale de Hanoi qui demande aux étudiants, enseignants et personnels de ne pas participer à la manifestation pour « éviter d’être excités, entraînés26 ». La presse officielle, suite à la première manifestation du 9 décembre, participe aussi à cette tentative de contre-discours : le journal Công An [Police], le quotidien très populaire Tuổi Trẻ [Jeunesse] ont publié le 15 décembre l’article intitulé « Découverte des menées d’excitation à manifestation ». Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères a déclaré à propos des manifestations du 9 décembre : « Il s’agissait d’une activité spontanée, non autorisée par les organes compétents vietnamiens27. »

Conclusion : une cyber-Vietnamité en construction ?

  • 28 Il y a environ une trentaine de manifestations anti-chinoises des Vietnamiens qui sont tenues de dé (...)

28Cette nouvelle force de l’imagination collective, conjuguée avec celle des médias informatisés, contribue à construire ce que j’appelle une « cyber-vietnamité ». Cette dernière désigne la caractéristique d’un Vietnam aux prises avec la globalisation caractérisée notamment par ce qu’Appadurai appelle les ethnoscapes et les mediascapes. Ainsi, des manifestations antichinoises révèlent tout autant qu’elles construisent ces ethnoscapes et ces mediascapes, car elles mettent en évidence l’interconnexion entre des Vietnamiens du pays et ceux de la diaspora28 et le rôle des médias informatisés dans cette affaire, notamment celui des médias informels (forums, blogs). Divers acteurs sociaux vietnamiens s’approprient ces nouveaux dispositifs pour explorer des possibles latéraux à réaliser, pour galvaniser des énergies, pour mijoter des plans d’action, pour imaginer des solutions dans ce conflit territorial sino-vietnamien perçu comme une menace réitérée d’un envahisseur millénaire du Nord. Sous l’effet d’une imagination collective, ils tentent de créer une autre optique de la réalité que celle des médias mainstream strictement contrôlés par le gouvernement vietnamien. Dans cette perspective, cette cyber-vietnamité comporte une dimension utopique au sens ricœurien : elle porte la recherche de nouveaux horizons, un désir de transformation sociale pour le Vietnam, un Vietnam qui serait imaginé comme libéré de l’emprise de l’Empire du Milieu, comme unifié dans un même patriotisme et nationalisme, comme bâti sur le respect du droit à la liberté d’expression, sur la justice etc. En même temps, cette cyber-vietnamité s’avère aussi profondément idéologique dans la mesure où elle perpétue la croyance et l’attachement des Vietnamiens en une même Patrie vietnamienne précieusement et glorieusement construite et préservée par leurs pères dans une histoire pluri-millénaire contre multiples envahisseurs.

  • 29 N. G. Schiller, 2004, Encyclopedia of Diasporas, p. 570.

29De manière plus générale, portant sur un différend de territoire physique, cette communication met en lumière l’impact du territoire virtuel sur le territoire actuel. S’attachant à prendre en compte la dimension matérielle et logistique des flux médiatiques, elle ne souscrit ni à une exaltation de dématérialisation ni à une vulgate de déterritorialisation. Elle remet en question en revanche le rapport au territoire, notamment en ce qui concerne la diaspora, et interroge le sens d’un ancrage territorial, aussi bien matériel que symbolique, dans le contexte de la globalisation. En effet, on assiste ici à une sorte de « nationalisme à distance » selon l’expression de Nina Glick Schiller dans lequel « les frontières nationales ne sont pas conçues pour délimiter l’adhésion à la nation29 ».

30Enfin, cette étude montre aussi que la cyber-vietnamité est loin d’être libre de toute contrainte imposée par des dispositifs de pouvoir au sens foucaldien du terme, car l’État vietnamien cherche aussi à contrôler et canaliser des flux médiatiques globaux en sa faveur. Ainsi, des médias informatisés ne sont en eux-mêmes ni émancipateurs ni répressifs, car ils peuvent aussi bien aider à libérer que servir à contrôler, surveiller. Mais l’étude montre, dans la lignée de Michel de Certeau, une créativité sociale – une « poïétique sociale » (Jeanneret, 2008, p. 92) – dont les membres d’une société se montrent capables quand ils « font avec les objets et les normes qui leur sont imposés et peuvent ainsi se créer des occasions d’agir, d’engendrer à leur tour des valeurs et de produire du sens » (Jeanneret, ibid.).

Bibliographie

Bibliographie

Abélès Marc, 2008, Anthropologie de la globalisation, Paris, Payot, 280 p.

Appadurai Arjun, 2001, Après le colonialisme : les conséquences culturelles de la globalisation, Paris, Payot, 334 p.

Certeau Michel, 1990, L’Invention du quotidien, tome 1, Arts de faire, Paris, Gallimard, 350 p.

Foessel Michaël, 2007, Lamouche Fabien, Anthologie : Paul Ricœur, Paris, Le Seuil, collection Points-Essais, 430 p.

Jeanneret Yves, 2008, Penser la trivialité, volume 1, La Vie triviale des êtres culturels, Paris, Hermès Science, Lavoisier, 267 p.

Nguyen Khac Vien, 1999, Vietnam une longue histoire, Paris, L’Harmattan, 504 p.

Ricœur Paul, 1991, « The Creativity of Language: Interview with Richard Kearney », in Valdes Mario J., A Ricoeur Reader : Reflection and Imagination, Toronto, University of Toronto Press, p. 463-481.

Ricœur Paul, 1986, Du texte à l’action : essais d’herméneutique II, Paris, Le Seuil, 405 p.

Schiller Nina Glick, 2004, « Long-distance nationalism », in Ember Carol R., Ember Melvin, Skoggard Ian, Encyclopedia of Diasporas, Springer, p. 570-580.

Wunenburger Jean-Jacques, 2003, L’imaginaire, Paris, Presses universitaires de France, 125 p.

Notes

1 Terme courant qui désigne des Vietnamiens d’outre-mer.

2 Chemillier-Gendreau, 1996, p. 26.

3 Chemillier-Gendreau, op. cit., 4e page de couverture.

4 J.-J. Wunenberg, 1991, L’Imagination, Paris, PUF, « Que sais-je ? », p. 3.

5 Le Nouveau Petit Robert de la langue française, 2008, p. 1277.

6 J.-J. Wunenberg, op. cit., p. 63.

7 Ibid., p. 10.

8 P. Ricoeur, 1986, Du texte à l’action : essais d’herméneutique II, p. 255.

9 P. Ricoeur, 1991, A Ricœur Reader : Reflection and Imagination, ed. Mario J. Valdes, Toronto, University of Toronto Press, p. 470.

10 Ibid., p. 474. Ma traduction.

11 Ibid., p. 255.

12 « Vietnamese hold rare rally over islands » [en ligne]. AP (Associated Press), 9 décembre 2007. Disponible sur : http://www.redorbit.com/news/science/1174713/vietnamese_hold_rare_rally_over_islands/index.html. Consulté le 7 octobre 2009.

13 J.-J. Wunenberg, op. cit., p. 74.

14 http://www.thuvienphapluat.vn/default.aspx?CT=NW&NID=5570

15 http://www.tagvn.com/Hoang-Sa-Truong-Sa/Thong-bao-ve-cuoc-mit-tinh-thehien-long-yeu-nuoc/. Texte original à l’adresse http://hoangsa.org/diendan/viewtopic.php?f=2&t=178qui n’est plus valable.

16 http://vantuyen.net/index.php?view=story&subjectid=19501

17 Malheureusement la fermeture des services de Yahoo ! 3600 en juillet 2009 ne m’a pas permis de retrouver des traces de ces appels à manifestation.

18 J.-J. Wunenberg, op. cit., p. 75.

19 http://www.voiceofvietnam.org/Loi%20Keu%20Goi%20Bieu%20Tinh%20Lan%203.pdf

20 J.-J. Wunenberg, op. cit., p. 69.

21 http://www.minhbien.org/?p=156

22 http://web.datviet.com/blogs/forums/showthread.php?t=176091&page=2

23 Le tambour de bronze est un des objets les plus importants et typiques de la culture dite « Đông Sơn » de l’âge du bronze vietnamien, une civilisation qui prospéra entre le Ier et le IIe millénaire av. J.-C. dans le delta du Fleuve Rouge (Nord du Vietnam actuel). Voir Khac Vien Nguyen, 1999, Vietnam une longue histoire, p. 10-13.

24 http://www.youtube.com/watch?v=0Cf10nEFfiA

25 http://sinhviennganhang.com/diendan/showthread.php?t=5092. Ma traduction. C’est moi qui souligne.

26 http://www.bbc.co.uk/vietnamese/inpictures/story/2007/12/071209_chinaprotest.shtml. L’intégralité de l’avis est reprise sur http://www.dcvonline.net/php/modules.php?name=News&file=print&sid=4302, http://www.minhbien.org/?p=141&cpage=2#comments

27 http://www.vnagency.com.vn/Vnanetvn/FR/tabid/145/itemid/226938/Default.aspx

28 Il y a environ une trentaine de manifestations anti-chinoises des Vietnamiens qui sont tenues de décembre 2007 à février 2008 dans 13 pays différents situés dans presque tous les continents, sauf l’Afrique, au sujet du conflit des archipels.

29 N. G. Schiller, 2004, Encyclopedia of Diasporas, p. 570.

Table des illustrations

Titre Carte – Position géographique des Paracels et des Spratleys
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/5391/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 137k

Auteur

GRIPIC, CELSA, Université Paris IV Sorbonne. hoanganhngoc@gmail.com

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540