Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Stratégies du changement dans les systèmes et les territoires

 | 
Lise Viera
, 
Nathalie Pinède

Axe 2. TIC et territoires virtuels

Caractères alphanumériques, signes diacritiques et ponctèmes au service des logogrammes sur Internet

Marcienne Martin

Entrées d'index

Texte intégral

Introduction

  • 1 Nouvelles technologies de l’information et de la communication.
  • 2 A. Rey, 2000, Dictionnaire historique de la langue française, Paris, Le Robert, p. 3804.

1Avec l’arrivée des NTIC1 dans l’espace sociétal, la notion de territoire recouvre de nouvelles instances dont, entre autres, les communautés virtuelles et les territoires linguistiques. L’acception de territoire a pour signification, dans son sens propre, celle « d’étendue de terrain sur laquelle est établie une collectivité2 » ; quant à son sens figuré, il correspond à un espace mémoriel recouvrant telle représentation de tel phénomène sociétal. Force est de constater que les territoires dévolus à la société numérique drainent certaines spécificités qui leur sont propres. Il en est ainsi de l’Internet qui est devenu un laboratoire in vivo dans lequel une langue écrite est en train de se créer. C’est donc à travers ce nouveau moyen de communication que nous allons nous interroger sur ce que recouvre la notion d’écrit numérique et plus particulièrement dans sa dimension iconographique. Bien que le langage fonctionne en mode non verbal dans un pourcentage important de l’ensemble d’un acte de communication, le petit pourcentage restant représente, cependant, ce qui diffère l’humain de l’animal, soit le langage articulé. Cette faculté particulière permet d’assembler des sons pour en faire des unités de sens comprises par une même communauté et qui peuvent se combiner de mille manières afin de nuancer ou d’éclairer tel ou tel discours.

1. À l’heure de l’Internet, questionnements sur une pratique scripturaire

2Avec l’apport des NTIC, l’évolution du monde va dans le sens d’une redéfinition de la communication et des langages qui la sous-tendent. Il en est ainsi de l’ensemble des moyens d’expression mis à la disposition de l’internaute lors de ses échanges conversationnels via l’Internet. Les locuteurs communiquant sur ce média ne se voient pas, mais utilisent un code dont la forme est l’écrit, et le fond, l’oral. Ces usagers veulent que cette communication écrite soit aussi rapide que celle en cours lors d’échanges oraux ; ils vont donc axer leur savoir écrire sur une économie de type expressif ; ils veulent aussi transmettre sentiments et émotions et, pour cela, ils vont faire appel à des symboles pictographiques construits à partir des caractères alphanumériques, des signes diacritiques, des ponctèmes et de certains caractères spéciaux. Un certain nombre de chercheurs se sont penchés sur ces problématiques et en ont tenté une analyse non exhaustive. Anis, qui avait commencé ses recherches sur l’analyse de corpus relevés sur le Minitel, note que le langage utilisé sur l’Internet prend en compte plusieurs moyens d’expression : l’utilisation du rébus comme KC pour cassé, l’écriture rapide avec la suppression des voyelles comme « bcp » pour beaucoup, « bjr » pour bonjour, les abréviations par apocope comme « appart » pour appartement, « fac » pour faculté, ou encore par aphérèse comme « jour » pour bonjour, « soir » pour bonsoir, la réduction phonétique comme « zik » pour musique, l’écriture phonétique comme « kwa » pour quoi, les onomatopées comme « snifff », la capitalisation des mots pour attirer l’attention sur un objet particulier comme MOUA, la répétition d’une lettre ou de plusieurs comme Allllloooooo, toujours pour attirer l’attention, la création de pictogrammes comme :) censé représenter un visage souriant tel le logigramme ☺. En effet, les mimiques faciales sont une manière de cartographier des sentiments et des émotions. Ainsi, un rictus avec affaissement des commissures des lèvres peut indiquer le dégoût ou le rejet, les commissures des lèvres relevées vers les joues peuvent évoquer la joie ou le contentement. Ce code analogique que nous pouvons décrypter sur le visage de notre interlocuteur trouvera une autre façon de se réaliser sur le média Internet avec l’utilisation des caractères alphanumériques et spéciaux, des signes diacritiques et des ponctèmes. C’est dans ce matériel que l’internaute puisera afin de créer des icônes représentant la colère, la tristesse ou le contentement, pour ne citer que ces manifestations émotionnelles.

3Pallier l’absence du langage paraverbal et non verbal est donc à l’origine de l’élaboration d’une poïèse pictographique couvrant des logogrammes tant simples que complexes. Différents questionnements émergents de cette pratique scripturaire. Comment ces pictogrammes, représentant des expressions du visage, des concepts ou encore des statuts (genre sexuel, métiers, etc.), sont-ils structurés ? Y a-t-il des règles présidant à leur construction ? À travers l’analyse de corpus pris sur l’Internet et mis en comparaison avec le système hiéroglyphique présenté par Champollion le Jeune et l’évolution graphique des idéogrammes, il sera montré qu’il s’agit d’un modèle déjà existant et réactualisé au sein duquel une clé peut initier certains champs sémantiques, que ce processus est à l’origine de ce mode scripturaire sur Internet et que le système des pictogrammes mis en place sur ce média procède de la même construction, c’est-à-dire l’initialisation de champs sémantiques à partir de graphies de base. L’analyse de ces dernières, dans le cas de figure des hiéroglyphes et des idéogrammes, montre que leur construction correspond à la représentation graphique d’objets du monde. Chaque graphie ne représente, alors, que l’objet lui-même ; elle est univoque et monosémique. Lors de leur évolution, ces graphies transformées en symboles signifieront tel objet du monde sans nécessairement le représenter.

2. L’origine pictographique de l’écriture

  • 3 J.-C. Boulanger, 2003, Les Inventeurs de dictionnaires, Ottawa, Les presses de l’Université d’Ottaw (...)
  • 4 Ibid., p. 97 et suiv.
  • 5 Champollion le Jeune, Grammaire égyptienne ou principes généraux de l’Écriture Sacrée égyptienne ap (...)
  • 6 Ibid., p. 13.

4Boulanger, évoquant le code écrit, mentionne que « toutes les écritures ont une origine pictographique [et que] les pictogrammes servent à restituer dans leur tracé un référent du monde réel3 ». Certaines formes d’écriture, comme l’écriture sumérienne, avaient pour fonction la comptabilisation et la conservation des transactions commerciales et législatives. En revanche, dès ses débuts, l’écriture égyptienne, à travers ses pictogrammes, fut utilisée pour représenter la langue parlée, notamment avec la transcription de réalités abstraites et concrètes telles que les hymnes religieux, les inscriptions officielles ou privées sur les monuments, les traités médicaux, les actes administratifs et les lettres, etc. Elle se présentait sous trois types de signes : les pictogrammes, dessins stylisés figurant des objets ou des êtres, les phonogrammes représentant des sons, et enfin les déterminatifs indiquant à quelle catégorie appartenaient êtres et choses4. Nous retrouvons ainsi dans les premiers langages écrits, essentiellement figuratifs, des groupes d’objets qui, afin d’être repérés comme appartenant à tel ensemble particulier, sont singularisés par l’apport d’une « clé », dénominateur commun au même groupe d’objets. Les différents travaux d’archéologues, tels ceux de Champollion le Jeune, qui ont permis le décryptage des hiéroglyphes ornant les édifices construits sous l’ère pharaonique, ont validé cette théorie d’une forme d’écriture avec des champs sémantiques introduits par des clés appropriées à chacun d’eux. La mise en signe de l’oral est attestée en Égypte. Dans son ouvrage dédié à la grammaire égyptienne, Champollion le Jeune souligne que « […] dès l’origine, les images d’objets réels, premiers éléments de l’écriture hiéroglyphique […] avaient pour but essentiel l’imitation des objets5 ». Cet auteur spécifie que : « […] Les plus anciens caractères chinois, et les tableaux mexicains, donnent d’ailleurs une idée suffisante de ce que peuvent être les premiers essais d’un peuple, dans l’imitation linéaire des objets6 ». Cependant, ces pratiques scripturaires, corrélées à la narration de situations complexes, ont évolué. Ainsi que le souligne toujours cet auteur :

  • 7 La forme orthographique de la reproduction de l’original de cette grammaire a été retranscrite tell (...)
  • 8 Champollion le Jeune, op. cit., III.

La première tentative fut de réduire les caractères hiéroglyphiques au plus petit nombre de traits possibles, mais de manière, toutefois, à conserver non-seulement7 l’ensemble général des formes, mais, surtout, ce type d’individualité qui distingue chaque image de quadrupède, d’oiseau, de reptile, etc., de l’image de chacun des autres objets de la même classe, employés dans l’écriture hiéroglyphique8.

5Faisant mention des radicaux qui introduisent les champs sémantiques, cet auteur spécifie ceci :

  • 9 Ibid., IV.

D’autres signes ajoutés à la fin des mots écrits phonétiquement sont, à proprement parler, des déterminatifs génériques, puisque chacun d’eux se joint, pour en indiquer l’acception, à un nombre plus ou moins considérable de noms très différents dans leur signification, mais, qui tous, expriment des individus ou des objets appartenant au même genre d’êtres bien que d’espèces différentes9.

  • 10 L. Li, Évolution de l’écriture chinoise, p. 10.

6Li Leyi, auteur d’un ouvrage intitulé Évolution de l’écriture chinoise, 500 exemples, présente la transformation graphique de quelque cinq cents idéogrammes en partant des pictogrammes d’origine. Lors de cette étude, il est évoqué le passage de graphies de type pictographique à des graphies de type idéographique. Par exemple, l’idéogramme chinois « béi », signifiant « coquillage », est passé du mode analogique, avec la représentation telle quelle de l’objet « coquillage », au mode digital, dans une graphie stylisée et symbolisée du dit objet. Cet auteur en fournit l’explication suivante : « […] 贝 est un coquillage. Le caractère ressemble à une coquille ouverte. Les hommes d’autrefois utilisaient les coquillages comme monnaie. C’est pourquoi les caractères chinois munis d’un radical 贝 évoquent souvent la richesse10. »

7Les exemples présentés par cet auteur sont tout à fait réadaptables au fait pictographique sur Internet. Pour revenir à notre objet d’étude, le clavier de l’ordinateur fait fonction, à la fois, de support des codes linguistiques et de média permettant la transcription et l’envoi des messages écrits. Ces derniers sont rédigés à partir de la combinaison des différents signes de la table des caractères fournie avec Windows XP, pour ne citer que ce système d’exploitation. Sur cette table figurent les caractères alphanumériques existant dans l’alphabet latin, les signes de ponctuation ainsi que des logogrammes particuliers comme l’arobase ou le signe mentionnant un copyright.

3. Caractères alphanumériques et spéciaux, signes diacritiques et ponctèmes

8Dans le cadre des échanges communicationnels sur Internet, l’utilisation des caractères alphanumériques remplit sa fonction habituelle, c’est-à-dire celle de support des échanges conversationnels de type écrit. Dans le tableau 1, il est montré quelques moyens expressifs utilisés par les internautes tels que le rébus, l’écriture rapide, l’apocope, l’aphérèse, l’écriture phonétique et les onomatopées.

  • 11 J. Anis, 2001, Parlez-vous texto ? Guide des nouveaux langages du réseau, Paris, Le Cherche Midi, p (...)

9Certains internautes procèdent à la traduction de textes écrits en langue française en faisant appel à ce nouveau langage. Anis11 présente notamment cet extrait d’une chanson de Brel :

[…] Ô mon amour
Mon doux, mon tendre, mon merveilleux amour,
De l’aube claire jusqu’à la fin du jour
Je t’aime encore, tu sais, je t’aime.

10Et qui, en langage « texto », se présente sous cette version :

[…] O mon Amour
Mon dou mon tendre mon mRVyeu Amour
2lob cler juska la fin du jour
je tM encor tu se je tM

  • 12 M. Martin, 2005, Les Constructions identitaires du sujet à travers la mise en place de pseudonymes (...)

11La capitalisation ou le changement d’échelle progressif des lettres d’une lexie font également partie des moyens utilisés afin d’attirer l’attention des interlocuteurs comme nous pouvons le voir dans cet énoncé12 :

<Leslie_92> Vs SaVé Pa DiR bOnJoUr Ou quoi ??????????

12Ces techniques scripturaires ont aussi servi la poésie. Dans un de ses calligrammes, Apollinaire illustre tout à fait ce phénomène comme nous pouvons le voir dans cet extrait tiré du poème intitulé « Du coton dans les oreilles » où nous voyons les différentes hauteurs de son, illustrées par une augmentation de la taille de la police de caractère :

13phénomène que nous retrouvons sur Internet lorsque l’usager désire se faire « entendre » dans un salon de conversation (chat ou chatroom) avec des interjections comme, par exemple :

  • 13 J. Anis, op. cit., p. 29.

14L’orthographe subit également des remaniements afin de rendre ces échanges d’une part plus expressifs et, d’autre part, de leur redonner le rythme de débit qu’ils ont en usage à l’oral. Ainsi que le souligne Anis : « À moins d’être une dactylo chevronnée, personne n’arrive à taper aussi vite qu’il ne parle sur son clavier d’ordinateur13. »

  • 14 J. Dubois et al., 2001, Dictionnaire de linguistique, Paris, Larousse-Bordas, p. 142.
  • 15 N. Catach, 1980, « La ponctuation », Langue française, Paris, Larousse, p. 21.

15Afin de pallier l’impossibilité d’exprimer le langage non verbal, les émotions et tous ces indices qui permettent au locuteur de comprendre la dimension extra-discursive d’un échange, l’internaute utilise également les signes diacritiques, les ponctèmes et certains caractères spéciaux. Selon le dictionnaire, le signe diacritique est « un signe graphique adjoint à un graphème simple de l’alphabet afin de transcrire un phonème différent de celui que transcrit habituellement ce graphème14 ». Il en est ainsi de l’accent circonflexe ou de la cédille. Quant à la ponctuation « [elle] comprend plusieurs classes de signes graphiques discrets et formant système, complétant ou suppléant l’information alphabétique. […] La plupart des ponctèmes ont une fonction séparatrice et organisatrice15 ». Les caractères spéciaux regroupent des signes comme celui du copyright ou encore l’arobase, pour ne citer que les plus connus.

4. Clés et champs sémantiques dans les échanges sur Internet

16À partir de différents corpus collationnés sur la toile, il a été mis en place un relevé de clés qui, d’une part, servent à la création de logogrammes complexes et, d’autre part, initialisent certains champs sémantiques ; elles ont été répertoriées et classées en plusieurs groupes. Ces différentes graphies sont présentées dans des tableaux synoptiques ; pour chacun d’eux, les icônes de base sont celles qui figurent dans la table des caractères de la version XP de Windows. Ainsi, le champ des expressions du visage présente plusieurs clés qui subsument les champs des mimiques faciales comme nous pouvons le voir dans le tableau 2 :

17Certains pictogrammes correspondant à une icône (tableau 2) initient des séries de pictogrammes corrélés au champ sémantique des attitudes et des émotions comme il est montré dans le tableau 3. La combinaison, par exemple, du point-virgule associé à la parenthèse ouverte sera décryptée comme « j’ai l’air mécontent » (parenthèse ouverte), mais le point-virgule, équivalant à un clin d’œil, laisse entendre qu’il s’agit d’une plaisanterie. En revanche, certains ponctèmes comme les deux points ou le point-virgule sont des radicaux nécessaires à la mise en place des expressions du visage. Une simple parenthèse ou un dièse (bouche cousue, tableau 2), figurant seuls, perdent tout leur sens. Il faut au minimum un logogramme qui comprendra deux icônes : la première représentant les yeux et la seconde, la bouche pour que le pictogramme informe le locuteur de l’état émotionnel ou autre de son correspondant. Ces graphies à deux icônes peuvent être complétées par le petit tiret qui correspond au nez.

:-c
L’utilisateur est ennuyé

:-/
L’utilisateur est sceptique

:-o
L’utilisateur est surpris

:-9
L’utilisateur se lèche les lèvres

:-:
L’utilisateur a un sourire rentré

(:!

L’utilisateur est stupide

:-o
L’utilisateur est silencieux

:)
L’utilisateur est content

:(
L’utilisateur est mécontent

18Les pictogrammes simples sont décryptables sans légende comme les quatre premiers présentés dans le tableau 4. En revanche, d’autres nécessitent un petit texte explicatif. L’interprétation de ces icônes complexes varie alors d’une culture à l’autre, voire d’un internaute à l’autre comme ceux censés représenter un bonhomme de neige.

(_) ?
Café

[_]
thé

< 3
cœur

@@>--
fleur/rose

: ^) 0O > []
bonhomme de neige

(:|)(000)
bonhomme de neige

19Porteur d’un certain nombre de particularités, ce langage s’est développé à partir de graphies simples, système logographique de base qui tend à la normalisation dans le cadre des « textos » ou « sms » envoyés à partir des téléphones portables, par exemple. La version complexifiée de ces pictogrammes est habituellement accompagnée d’une légende explicative. Dans le tableau 5, il en est présenté quelques exemples.

:-)-8
L’utilisateur est une femme

+-:-)
L’utilisateur est le pape ou une autorité religieuse

c=:-)
L’utilisateur est cuisinier

  • 16 M. Grevisse, 1969, Précis de grammaire française, Paris, Duculot, p. 273.
  • 17 Ibid., p. 273.

20Avec ce nouveau langage, nous assistons à une transformation des pratiques scripturaires liées à l’usage des caractères alphanumériques, des signes diacritiques, de la ponctuation et de certains caractères spéciaux. Ainsi, le système de ponctuation est-il détourné de son usage originel et permet, dans le cadre des échanges sur Internet, de « ponctuer » le discours par des petits visages qui traduisent l’état émotionnel du locuteur. Force est de constater que ces créations pictographiques mettent en relief l’existence de radicaux ou clés. Ceci n’est pas sans nous renvoyer à l’étude de logogrammes, tels que les idéogrammes ou les hiéroglyphes structurés autour de champs sémantiques dont le dénominateur est soit une clé pour les idéogrammes soit un déterminatif pour les hiéroglyphes. Il en est ainsi des séries qui mettent en scène l’internaute. En effet, les clés récurrentes à ce type de pictogramme sont les ponctèmes qui correspondent au point-virgule et aux deux points. Dans le système de ponctuation, ces signes correspondent, pour le premier, à « une pause de moyenne durée. Il s’emploie aussi pour séparer, dans une phrase, les parties dont une au moins est déjà subdivisée par la virgule16 » et pour le second, « pour annoncer une citation, un discours direct […] Pour annoncer l’analyse, l’explication, la conséquence, la synthèse de ce qui précède17 » ; utilisés dans la construction des binettes (Québec), frimousses (France) ou smileys (anglo-américain), ils peuvent s’analyser comme une clé. Comme le spécifie Martin :

  • 18 M. Martin, 2007, Le Langage sur l’Internet, un savoir-faire ancien numérisé, Paris, L’Harmattan, Co (...)

En effet, [les deux points ou le point-virgule] sont décryptés comme des yeux, symbolisant le regard du locuteur, émetteur ou récepteur, et signifient que le champ sémantique circonscrit est celui des expressions du visage, reflet des états émotionnels, car si nous ajoutons à cette clé une parenthèse fermée, nous obtenons un visage souriant, et son remplacement par une parenthèse ouverte, un visage triste. L’utilisation de la lettre « o » à la place des parenthèses se lit comme une expression de joie (rires) ou encore d’étonnement ou de stupéfaction. Ce processus autopoïètique permet à l’émetteur d’un message de transmettre à son destinataire l’état émotionnel dans lequel il se trouve18.

Conclusion

21Finalement, nous pouvons faire le constat suivant : le paradigme digital, territoire dont font partie les nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC), est à l’origine de pratiques langagières particulières. La créativité dont fait montre l’internaute est à l’origine de la mise en place de pictogrammes à modalité prescriptive En effet, nombre de manuels dédiés au langage dit « texto » ou « sms » proposent des listes de pictogrammes avec, en regard, leur signification. Certains d’eux sont appelés automatiquement sur le logiciel Word dès que l’on tape certains types de ponctuation comme les deux points suivis d’une parenthèse ouverte ou fermée. Ces icônes jouent également le rôle de clés puisqu’elles introduisent des champs sémantiques, notamment celui relatif aux expressions du visage. Ponctuant la communication échangée entre les internautes, ces pictogrammes pallient l’impossibilité des manifestations paraverbales et non verbales mises en place lors des conversations réalisées dans le cadre de la société civile. Que ce soit le hiéroglyphe, l’idéogramme ou encore le pictogramme sur Internet, ces objets renvoient à un modèle au sein duquel une clé ou un radical initie un champ sémantique. À l’heure des NTIC, ne s’agit-il pas d’une réappropriation d’un savoir-faire ancien ?

Bibliographie

Bibliographie

Anis Jacques, 2001, Parlez-vous texto ? Guide des nouveaux langages du réseau, Paris, Le Cherche Midi, 111 p.

Apollinaire Guillaume, 1925, Calligrammes, Paris, NRF, 188 p.

Bailly Florence et al., 2002, Pratiques professionnelles et usages des écrits électroniques, Paris, L’Harmattan, 235 p.

Boulanger Jean-Claude, 2003, Les Inventeurs de dictionnaires, Ottawa, Les presses de l’Université d’Ottawa, 545 p.

Breton Philippe et Proulx Serge, 1994, L’Explosion de la communication : la naissance d’une nouvelle idéologie, Montréal, Boréal, 341 p.

Breton Philippe, 2000, Le Culte de l’Internet, Paris, La Découverte, 125 p.

Catach Nina, 1980, « La ponctuation », in Langue française, La Ponctuation, Paris, Larousse, p. 16-27.

Champollion le Jeune, Grammaire égyptienne ou principes généraux de l’Écriture Sacrée égyptienne appliquée à la représentation de la langue parlée, Paris, Jean de Bonnot, 1997 (1re édition, 1836), 555 p.

Dessalles Jean-Louis, 2000, Aux origines du langage : une histoire naturelle de la parole, Paris, Hermès Science Publications, 351 p.

Dico SMS 1, 2001, Paris, Michel Lafon, 95 p.

Dico SMS 2, 2001, Paris, Michel Lafon, 95 p.

Dico SMS 3, 2001, Paris, Michel Lafon, 95 p.

Dubois Jean et al., 2001, Dictionnaire de linguistique, Paris, Larousse-Bordas, 514 p.

Ghiglione Rodolphe, 1986, L’Homme communiquant, Paris, Armand Colin, Collection U, 272 p.

Grevisse Maurice, 1969, Précis de grammaire française, Paris, Duculot, 291 p.

Hagege Claude, 1985, L’Homme de paroles, Paris, Fayard, Collection Folio Essais, 406 p.

Hall T. Edward, 1971, La Dimension cachée, Paris, Le Seuil, 254 p.

Jean Georges, 1987, L’Écriture mémoire des hommes, Paris, Découvertes Gallimard Archéologie, 224 p.

Jean Georges, 1989, Langage de signes : l’écriture et son double, Paris, Découvertes Gallimard Archéologie, 208 p.

Jespersen Otto, 1976, Nature, évolution et origines du langage, Paris, Payot, 436 p.

Leroi-Gourhan André, 1964, Le Geste et la Parole, première partie : Technique et langage, Paris, Albin Michel, Collection Sciences d’aujourd’hui, 323 p.

Li Leyi, 1993, Évolution de l’écriture chinoise, Beijing (République Populaire de Chine), Université des Langues et Cultures, 500 p.

Malmberg Bertil, 1979, Le Langage : signe de l’humain, Paris, Picard, 289 p.

Martin Marcienne, 2005, Les Constructions identitaires du sujet à travers la mise en place de pseudonymes et l’émergence d’un nouveau code langagier via l’outil internet, 448 p., Annexes, 590 p. Thèse de doctorat, Saint-Denis, Île de La Réunion.

Martin Marcienne, 2006, Le Pseudonyme sur Internet – Une nomination située au carrefour de l’anonymat et de la sphère privée, Paris, L’Harmattan, Collection Langue et parole, 180 p.

Martin Marcienne, 2007, Le Langage sur l’Internet, un savoir-faire ancien numérisé, Paris, L’Harmattan, Collection Langue et parole, 159 p.

Martin Marcienne, 2010, Dictionnaire des pictogrammes numériques et du lexique en usage sur Internet et sur les téléphones portables, Paris, L’Harmattan.

Ouaknin Marc-Alain, 1997, Les Mystères de l’alphabet, Paris, Assouline, 379 p.

Proulx Serge, 2004, La Révolution Internet en question, Montréal, Québec Amérique, 143 p.

Rey Alain, dir., 2000, Dictionnaire historique de la langue française, Paris, Le Robert, 4304 p.

Rousseau Jean-Jacques, Essai sur l’origine des langues, texte intégral reproduit d’après l’édition A. Belin, 1817, Paris, Bibliothèque du graphe, 1969, p. 501-543.

Vandendorpe Christian, 1999, Du papyrus à l’hypertexte, Montréal, Boréal, 271 p.

Watzlawick Paul, Helminck Beavin Janet et Jackson Don, 1972, Une logique de la communication, Paris, Le Seuil, 280 p.

Sites consultés sur l’Internet

http://www.chez.com/smileys/

Site proposant le téléchargement de pictogrammes électroniques, 2001.

http://www.freegaia.com/smil-objet.htm

Site proposant le téléchargement de pictogrammes électroniques, 2001.

Schwartz (Ys2500@Aol.Com)

Site proposant le téléchargement de pictogrammes électroniques, 2001.

Notes

1 Nouvelles technologies de l’information et de la communication.

2 A. Rey, 2000, Dictionnaire historique de la langue française, Paris, Le Robert, p. 3804.

3 J.-C. Boulanger, 2003, Les Inventeurs de dictionnaires, Ottawa, Les presses de l’Université d’Ottawa, p. 49.

4 Ibid., p. 97 et suiv.

5 Champollion le Jeune, Grammaire égyptienne ou principes généraux de l’Écriture Sacrée égyptienne appliquée à la représentation de la langue parlée, p. 2.

6 Ibid., p. 13.

7 La forme orthographique de la reproduction de l’original de cette grammaire a été retranscrite telle quelle.

8 Champollion le Jeune, op. cit., III.

9 Ibid., IV.

10 L. Li, Évolution de l’écriture chinoise, p. 10.

11 J. Anis, 2001, Parlez-vous texto ? Guide des nouveaux langages du réseau, Paris, Le Cherche Midi, p. 67.

12 M. Martin, 2005, Les Constructions identitaires du sujet à travers la mise en place de pseudonymes et l’émergence d’un nouveau code langagier via l’outil internet, Thèse de doctorat, Saint-Denis, Île de La Réunion, p. 393.

13 J. Anis, op. cit., p. 29.

14 J. Dubois et al., 2001, Dictionnaire de linguistique, Paris, Larousse-Bordas, p. 142.

15 N. Catach, 1980, « La ponctuation », Langue française, Paris, Larousse, p. 21.

16 M. Grevisse, 1969, Précis de grammaire française, Paris, Duculot, p. 273.

17 Ibid., p. 273.

18 M. Martin, 2007, Le Langage sur l’Internet, un savoir-faire ancien numérisé, Paris, L’Harmattan, Collection Langue et parole, p. 133-134.

Auteur

Laboratoire ORACLE, Université de l’île de la Réunion
marcienne.martin@hotmail.com

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540