Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Stratégies du changement dans les systèmes et les territoires

 | 
Lise Viera
, 
Nathalie Pinède

Axe 2. TIC et territoires virtuels

Les enseignants face à l’ubiquité virtuelle de leurs étudiants : cartographie d’une nouvelle pédagogie pour le Méta-Univers

Jacques Folon et Isabelle Choquet

Entrées d'index

Mots clés :

virtuel, pédagogie, innovation, savoir

Texte intégral

Introduction

  • 1 E. Morin, 1990, Introduction à la pensée complexe, Paris, Le Seuil.

Toute ma vie, je n’ai jamais pu me résigner au savoir parcellarisé, je n’ai jamais pu isoler un objet d’étude de son contexte, de ses antécédents, de son devenir. J’ai toujours aspiré à une pensée multidimensionnelle. Je n’ai jamais pu éliminer la contradiction intérieure. J’ai toujours senti que des vérités profondes, antagonistes les unes aux autres, étaient pour moi complémentaires, sans cesser d’être antagonistes. Je n’ai jamais voulu réduire de force l’incertitude et l’ambiguïté1.

1Dans Loin d’où ? Joseph Roth et la tradition juive orientale, Claudio Magris relate une histoire juive se déroulant au début du siècle passé en Pologne. L’un est là avec ses valises et l’autre lui demande : « Tu vas où ? » « En Argentine » répond le premier. « Ah, tu vas loin ! » « Loin d’où ? » et l’auteur de faire remarquer que comme ces gens n’ont pas d’État à cette époque, ils sont toujours loin mais que ce « loin d’où » illustre aussi qu’en vivant dans ses valeurs, dans une certaine identité, on est toujours chez soi.

2Ces deux citations, dans le contexte de ce colloque, illustrent à la fois le désir de repousser tant les cloisonnements « confortables » d’une science, parcellarisée chez Edgard Morin, pour accéder à un savoir plus large, multidimensionnel, même si ce dernier est souvent porteur d’incertitude, que la notion d’identité (culturelle ?) qui chez Claudio Magris, « structure » l’individu, même en exil.

  • 2 Cf. infra.

3Depuis le début du xxie siècle, notre compréhension du monde est en mutation complète. S’il n’est plus question pour l’homme de découvrir de nouveaux espaces sur notre planète, l’ère du numérique s’offre à lui. Pour en découvrir toutes les facettes et les caractéristiques, nous procédons à la manière d’Heidegger, en essayant « d’écouter notre langue » et nous créons des termes comme méta-univers, cybermonde, world wide web, navigation, surf, pirates du web. Nous transportons dans ce nouvel espace virtuel tout ce qui est constitutif de notre monde réel (des images, du son, du texte, de jeux, des symboles, des actions et des présences réelles…). Cet espace symbolique devient tant un lieu de présence plus interactive (en moyenne, les jeunes occidentaux passent plus de temps aujourd’hui sur internet que devant leur écran de télévision2) que de nouvelles actions réelles (la récolte de fonds pour la campagne d’Obahma à titre d’exemple).

4Nous nous penchons, dans le cadre de cette contribution, sur l’actualité des nécessaires évolutions des pratiques enseignantes dans un environnement technologique qui voit l’explosion des réseaux sociaux, ce qui a pour conséquence une modification substantielle des comportements des étudiants vis-à-vis des sources de savoir. En tant qu’enseignant, cette nouvelle donne nous oblige à évoluer des questionnements classiques quant aux contenus des enseignements à transmettre vers des réflexions sur la qualité des contacts et des processus d’apprentissages envers des étudiants en interractions permanentes et pour lesquels l’enseignant n’est plus qu’un intervenant parmi d’autres, même dans le domaine du savoir.

1. Des nouveaux espaces : des réseaux sociaux aux Méta-Univers

5L’approche d’Heidegger nous montre que l’espace n’est pas l’infini, qu’il est un lieu que l’homme aménage. Sur cette constatation, que nous donnent à voir les réseaux sociaux ?

6Nous observons immédiatement la rapidité de l’évolution de ces espaces nouveaux que constituent les réseaux sociaux, en mouvance constante. En effet, en permanence, de nouveaux réseaux se créent, se composent et d’autres disparaissent. Ils sont une sorte de kaléidoscope géant avec des espaces-outils où s’écrit, se donne à voir et à entendre, se visionne et s’écoute ce qui relève d’abord du domaine intime, personnel de l’individu lui-même qui s’expose au regard des autres, avec une sincérité variable, allant de l’exhibitionnisme à l’impudeur sans oublier le mensonge.

  • 3 Voir à ce sujet les travaux de S. Craipeau, R. Koster, 2007, Jemtu rapport Usages, no 1, janvier.
  • 4 H. Arendt, 1963, La Condition de l’homme moderne, Paris, Calmann-Lévy.

7La sociabilité en réseau puise sa source dans l’imaginaire mais aussi dans les émotions intimes3. Par rapport aux écrits de H. Arendt qui considérait que l’intrusion de l’intime dans la sphère publique constituait le moment du passage à la modernité4, nous sommes ici dans un monde qui dès sa création s’inscrit dans la modernité. Et nous constatons tous les jours que c’est la sphère publique qui s’y regreffe ensuite en « récupérant » les réseaux sociaux à son usage propre. En effet, les politiciens ont bien compris leur utilité, tout comme les sociétés commerciales qui s’en servent de plus en plus tant pour diffuser de l’information que pour sentir le pouls de l’opinion.

  • 5 J. Caisco, J. Paffendorf et J. Smart, 2007, Metaverse Roadmap. Pathways to the 3D Web. A Cross-Ind (...)

8Des chercheurs se sont intéressés à la frontière des deux mondes, là où le virtuel n’en est plus vraiment et où le réel ne fonctionne plus sans le numérique. Ils nomment ce télescopage des mondes le Méta-Univers5. Ils explorent les implications de l’émergence des mondes virtuels, des technologies de réalité augmentée et de l’information ubiquitaire dans nos vies quotidiennes.

9Ils distinguent quatre manifestations différentes de ce Méta-Univers, selon qu’il tend à la simulation ou à l’augmentation, qu’il relève de technologies de l’intime ou pas :

  • les mondes virtuels (type Second Life ou WoW), qui postulent que d’ici 20 ans ces univers seront devenus les outils primaires de notre interaction ;
  • les mondes miroirs (type Google Earth ou Google Map), c’est-à-dire des représentations exactes de notre monde qui seraient le reflet du monde physique augmenté d’information ;
  • la réalité augmentée, c’est-à-dire notre perception du monde physique sur lequel se superpose des informations contextualisées et dynamiques ;
  • le Lifelogging ou notre intimité augmentée d’information : ce sont là nos objets et nos actions qui sont enregistrés, disponibles et qu’on peut analyser et monitorer à distance.

Typologie des interactions numériques

Typologie des interactions numériques
  • 6 Jamais Cascio, Jerry Paffendorf et John Smart, Feuille de route vers le MetaUnivers. En ligne sur (...)

10Ces quatre scénarios évoquent surtout une typologie de nos interactions numériques, des façons différentes de recomposer notre rapport à des mondes immersifs, et d’essayer surtout d’en regarder les impacts, les risques, les enjeux : « Les technologies des Méta-Univers sont intensivement sociales. Ce qui signifie que les plus forts impacts qui naîtront du développement de ces technologies seront sur les champs des relations sociales et personnelles6. »

11Cette notion de réalité augmentée (monde réel + information, intimité + information) telle que développée récemment pour le métro de Paris pour l’Iphone 3GS, se rapproche fort du monde du Knowledge Management (KM). On peut donc logiquement se poser la question de la nécessité de rechercher si des analogies/transferts de pratiques pourraient se faire quant à la gestion des flux d’informations et la maîtrise de ceux-ci par les apprenants. Nous reviendrons plus loin sur ces liens, dans l’analyse des interactions des apprenants dans le cadre du web 2.0.

12Poursuivons notre cartographie et affinons notre perception de la notion de frontière dans le contexte d’une société en réseau.

2. Les fonctions des frontières

  • 7 Groupe Frontière, Christiane Arbaret-Schulz, Antoine Beyer, Jean-Luc Piermay, Bernard Reitel, Cath (...)

13En se penchant sur les univers interactifs des médias sociaux et des outils permettant de participer à leur évolution, la structuration de ces différents univers apparaît comme une problématique à analyser, et en particulier pour définir le rôle respectif des enseignants et de leurs étudiants. Nous reprendrons ci-dessous la typologie analysée par le groupe frontière7, mais en adaptant certaines des acceptions à l’univers de l’enseignement face à l’ubiquité des étudiants. Cette typologie tout comme les fonctions des frontières sont d’ailleurs basées sur la constation que la notion même de frontière est une « construction historique évolutive ».

  • La frontière d’État est la notion la plus claire, les frontières en sont connues. Et assez étonnament, cette notion reste d’application, pour certains aspects dans le méta-univers. En effet, les règles de droit restent souvent nationales et certains comportements, modes d’expression, utilisation des outils, protection des mineurs et des consommateurs, sont différentes et restreignent les comportements virtuels. Dans le domaine de l’enseignement, certaines règles, souvent nationales, ne sont plus respectées ni ne font plus partie de la morale des apprenants ; c’est le cas par exemple de la propriété intellectuelle. Cela pose problème et nécessite un réapprentissage des normes de citation et de lutte contre le plagiat. Les sanctions sont ici aussi bien réelles.
  • En revanche la notion de frontière historique, basée sur l’histoire de territoires, n’a pas réussi à exister dans le monde virtuel. Même si certains, notamment au début de l’Internet, ont tenté de considérer que les mondes virtuels étaient de nouveaux mondes, dans lesquels les comportements ne pouvaient ni ne devaient être ordonnés par les lois et réglements du monde réel, la réalité a, bien qu’avec certaines difficultés, réussi à imposer dans la majorité des cas le respect des règles dans l’univers virtuel. Certes, la piraterie informatique existe, le non-respect du droit d’auteur aussi, mais les règles s’appliquent et les tribunaux ont à leur actif de nombreuses condamnations à des amendes très réelles.
  • La frontière spatiale n’existe pas comme telle dans le méta-univers. En effet, le lieu physique où est situé tel ou tel serveur n’a aucune conséquence quant à l’application développée, ni même quant aux lois applicables. Le lien reste le lieu du principal établissement du propriétaire bien réel, même si parfois celui-ci s’installe dans un pays réel à fiscalité ou réglementation favorable, mais ce n’est pas limité aux acteurs du monde viruel. Quant aux frontières des mondes virtuels tels que Second Life, elles ont tendance à disparaître avec ces mondes virtuels. Seules celles de jeux en ligne semblent avoir une certaine permanence.
  • La notion de frontière réticulaire est liée à des espaces réels autour de nœuds de communication telles les communautés urbaines qui parfois, comme Lille, débordent au-delà de frontières d’État. Cette notion, quant à elle, est très liée à l’existence des réseaux virtuels. En effet, la technique, et en particulier la possibilité de disposer d’ADSL, de WIFI, de 3G est encore assez concentrée dans les pôles urbains. Les universités mettent souvent à la disposition de leurs étudiants un réseau WIFI, plus ou moins sécurisé, ce qui a d’ailleurs posé problème à certaines d’entre elles lorsque les producteurs de musique ont constaté que les connections servaient beaucoup à télécharger de la musique sans respecter les droits d’auteur.
  • La frontière sociale est une limite interne à une société. Selon Georg Simmel8 cette limite tient compte du degré de participation des membres, divisés entre ceux qui y participent pleinement et ceux qui y sont peu ou pas actifs. Cette frontière est souvent celle qui sépare l’enseignant des étudiants, qui eux sont interconnectés, ont un vocabulaire commun (langage SMS), des lieux d’échanges (les médias sociaux) dans lesquels les enseignants ne se retrouvent pas ou très peu. Mais heureusement ces frontières ne sont pas des barrières, il suffit de vouloir entrer dans cet univers pour en faire partie. Il y a, certes, un effort à faire mais l’accueil est réel lorsque le Rubicon est franchi.
  • Les frontières gestionnaires (qui sont nées du polymorphisme de l’État en confiant certaines règles et compétences à des entités locales) sont évidemment bien réelles dans les univers virtuels. Chaque créateur de réseau social y édicte ses règles, sa « netiquette », ce qui est ou non admis. Mais ici pas de réelle délégation de pouvoir. Un univers se crée, et sous réserve des lois nationales qui le surveillent et de la morale de ses membres dont son succès dépendra, les règles sont à créer, ou à faire évoluer. Il suffit de se rappeler l’évolutions des règles internes de Facebook, face aux pressions allemandes en matière de respect de la vie privée.

14En reprenant également la typologie des mêmes auteurs, analysons les fonctions de la frontière dans le méta-univers.

  • La frontière est une construction territoriale qui met de la distance dans la proximité. » La frontière a ici pour but de protéger les membres à l’intérieur de la frontière, dont le franchissement se limite souvent à une inscription en ligne. Le reste dépendra du comportement du nouvel arrivant qui, s’il ne devient pas actif, s’éloignera de la frontière sociale des membres actifs avec qui il perdra le contact.
  • La frontière est conçue comme un système de contrôle des flux destinés à assurer une maîtrise du territoire à travers un filtrage. » Ce filtrage est lié au processus d’inscription dans l’univers virtuel, mais aussi aux règles qui permettent aussi l’exclusion de ceux qui ne respecteraient pas les règles. Ce filtrage permet aussi de mettre en place des processus d’apprentissage qui permettent l’intégration, et notamment des méthodes de recherches documentaires, de veilles, d’analyse de la qualité des sources qui peuvent être un apport non négligeable des enseignants pour amener les étudiants dans d’autres territoires.
  • Une frontière est un lieu privilégié d’affirmation et de reconnaissance de pouvoirs politiques. » Hormis les règles de droit qui s’imposent, on ne peut pas dire, à ce jour, que le pouvoir politique a pris le contrôle du méta-univers, ni qu’il tenterait d’y établir des frontières spécifiques.
  • Une frontière institue une distinction par l’appartenance matérielle et symbolique à une entité territoriale dont elle est l’expression. » Ici, en revanche, la frontière est le vecteur d’une identité, et cette notion est très réelle dans les médias sociaux. « on y est » ou pas. Il y a un « dedans » et un « dehors ». Et si, par exemple, l’enseignant n’en fait pas partie, il s’exclut, il reste dans son « territoire », sans aller vers celui de ses étudiants, il restera « étranger » à leur monde. Il est donc important de passer au-delà de cette frontière technologico-générationelle pour se retrouver ensemble dans le même territoire et devenir le passeur vers d’autres univers.
  • La frontière engendre des formes et des systèmes spatiaux originaux. » Ceux qui font partie des réseaux en parlent, les utilisent, en utilisent le vocabulaire ésotérique, partagent des informations qui ne sont accessibles qu’aux seuls membres des réseaux. En s’excluant, en restant au-delà du territoire des étudiants, le vocabulaire, les réflexes de partage, de mise en réseau de l’enseignant n’intégreront pas l’univers des étudiants, qui eux intégreront l’enseignement en le « traduisant » dans leur langue compréhensible dans l’univers dont l’enseignant s’est exclu.
  • La frontière met en place de différentiels. » Ces différentiels mettent en place des cultures, des valeurs, des attitudes, des langages spécifiques à l’intérieur des « frontières » et plus les valeurs internes à l’univers seront fortes, plus les différentiels seront importants, plus les « étrangers » seront extérieurs à la communication des « autochtones ».
  • La frontière définit un espace à risques. » En effet, la frontière est aussi une limite à l’envahissement de l’autre qui doit pour être accepté, non pas envahir et imposer ses règles, mais entrer en visiteur et faire partager sa culture et ses connaissances dans un souci d’échange et non de domination.
  • La frontière favorise l’émergence de lieu d’hybridation. » Cette affirmation pourrait constituer la conclusion de ce chapitre. En effet, le but de l’enseignant face à ses étudiants multi-tâches et présents en permanence dans de multiples univers, est de créer un nouvel espace hybride où la science pénètre en étant acceptée au sein de ces nouvelles frontières.

15Nous enrichirons encore la réflexion en y intégrant la notion de « limite ». Dans son sens grec, la limite ne renvoie pas à un extérieur contre lequel il faut se protéger mais plutôt à ce que l’homme peut créer et construire à l’intérieur des limites. Les nouvelles pratiques des enseignants devront donc, passé le stade d’appréhension, oser passer les frontières virtuelles et y créer, en interaction avec des étudiants qui n’imaginent pas d’autres voies, des univers hybrides d’apprentissages qui amèneront les étudiants à créer des processus d’autoapprentissages permanents nécessaires au-delà de l’université, l’enseignant devenant alors un « passeur » professionnel.

3. Les nouvelles pratiques des apprenants

16Nous nous interrogeons sur les nouvelles « pratiques » des apprenants sous l’angle de leur accès au savoir et du type d’interactions qu’ils entretiennent, non seulement avec l’enseignant, mais aussi entre eux et avec les membres des autres réseaux sociaux, que ceux-ci soient apprenants, enseignants ou totalement externes au parcours pédagogique. La génération Y (née dans les années 1980, c’est-à-dire les étudiants actuels), est la première à être en permanence potentiellement, et souvent réellement, « connectée » tant à d’autres humains qu’à des services proposés en ligne, et souvent même durant les parcours d’apprentissages, que ce soit par GSM, ordinateur, lecteurs audio et vidéo, plate-formes de jeux, etc. De plus leur consommation d’information est multiforme en permanence. En effet, musique, sms, réseaux sociaux sont branchés et utilisés en parallèle.

  • 9 Disponible sur : http://www.alloymarketing.com/media/youth_network.html. [Consulté le 13 mars 2009

17Une étude de Alloy Media & Marketing9 révèle que 96 % des adolescents américains participent à un réseau social au moins une fois par semaine. Les filles y seraient d’ailleurs plus nombreuses que les garçons. L’étude confirme également que les jeunes Américains passent désormais plus de temps sur Internet qu’à regarder la télévision. De même, ils seraient quatre fois plus attentifs et concentrés sur le net qu’ils ne le sont devant la télévision. Ces pratiques de consommation des médias démontrent clairement que les pratiques des apprenants ont changé de façon importante. Les enseignants sont confrontés à des étudiants qui sont en permanence multitâche, connectés au monde extérieur, et en interaction avec leurs pairs au sein des réseaux sociaux.

4. La place de l’enseignant dans l’environnement multiple de ses étudiants. La gestion du désordre selon Prigogyne

Comment se traduit l’insertion d’une classe de cours dans une société en réseau ?

18À l’heure du WiFi et de la 3G, peut-on encore parler de l’espace clos de la classe ? La perception l’environnement des apprenants est influencée en temps réel et en permanence par divers facteurs comme par exemple la perception d’un monde « sans frontières » prônée par les compagnies de télécoms et les fournisseurs d’accès Internet.

19L’espace même de leur « classe » se trouve en permanence ouvert sur des allers-retours entre les mondes « virtuels » et le monde réel dont toutes les évolutions sont accessibles en permanence, ces deux mondes étant interconnectés en permanence. Les étudiants basculent en permanence d’un univers à l’autre, de Facebook à Twitter, d’une plateforme de jeu à un réseau social, avec des identités, des pseudonymes différents, gérant en permanence diverses identités dans différents environnements, en une sorte d’ubiquité permanente, la classe n’étant qu’un univers parmis de nombreux autres. Ces divers espaces, réels ou virtuels, parfois, comme les plateformes e-learning incluses dans les univers pédagogiques, ont de plus la particularité de n’être évidemment pas tous uniquement destinés à l’apprentissage.

Comment inscrire l’enseignant et l’apprenant dans cette « postmodernité » où le flux d’informations est de plus en plus dense, complexe et chaotique ?

20Les travaux de Prigogine sur la transformation de l’énergie pour gérer le désordre sont à mettre en relation avec les travaux sur le connectivisme de Siemens en pédagogie (que nous analyserons ci-dessous) et semblent tous deux constituer une piste intéressante pour répondre. Prigogine a montré que du désordre pouvaient naître des structures d’ordre qu’il nomme des structures dissipatives :

  • 10 Ilya Prigogine, « L’Homme devant l’incertain ». En ligne sur le site de l’Université de Mons. Cons (...)

Au fond, la nature semble chercher à se rapprocher le plus possible de l’équilibre. Loin de l’équilibre, la situation est tout à fait différente car des mécanismes tout à fait nouveaux entrent en jeu. La nature a l’air de dire : puisque nous sommes très loin de l’équilibre, essayons de trouver des structures qui vont nous rapprocher de l’équilibre.
Ce sont les structures dissipatives que j’ai eu l’occasion d’étudier il y a une trentaine d’années et qui montrent que la matière est bien moins inerte, bien moins banale que ne le supposait Whitehead en la traitant de soundless, scentless, colourless, qu’elle n’est pas seulement un ensemble de molécules qui vont dans tous les sens. La matière peut s’auto-organiser. Et, au fond, l’auto-organisation c’est ce qui est à la base de la notion d’individu, d’individualité. Prenez par exemple une cellule biologique : cette cellule a une auto-organisation qui n’est possible que par suite des interactions avec le monde extérieur.
Il y a une espèce de compétition entre le près de l’équilibre et le loin de l’équilibre et le loin de l’équilibre conduit aux structures qui apparaissent aux points de bifurcation, là où le système a le choix entre plusieurs chemins et réalise une seule de ces possibilités.
Mais il n’est pas possible de prédire quel chemin sera choisi, parce que ce choix dépend de fluctuations qui ne peuvent être maîtrisées même en connaissant les équations de mouvement. La probabilité devient donc une notion fondamentale. Nous ne sommes plus dans un univers déterministe, nous sommes dans un univers probabiliste10.

  • 11 I. Prigogine et I. Stenghers, 1986, La Nouvelle Alliance, Paris, Gallimard, Folio Essais.

21Prigogine et Stenghers11 mais aussi d’autres chercheurs ont compris que cette vision d’auto-organisation des systèmes pouvait s’appliquer à de nombreuses disciplines scientifiques.

  • 12 M. Lebrun, disponible sur : http://apprendre2point0.ning.com/profiles/blogs/gastronomie-lyonnaise- (...)

22Ainsi, par analogie, M. Lebrun12 suggère que les apprentissages seraient des structures dissipatives qui apparaissent dans certaines conditions d’interaction des systèmes (professeurs-étudiants, étudiants-étudiants, étudiants-monde externe). En effet, dans ces systèmes aussi il y a consommation d’énergie et évacuation de l’entropie (du désordre).

23Nous pensons par ailleurs que le désordre peut aussi correspondre à un dispositif où l’apprenant est plongé dans un environnement comprenant des ressources multiples qu’il doit manipuler seul ou en groupe.

24C’est ici que les plateformes d’apprentissage de type Claroline créent un dispositif beaucoup plus « ordonné », plus structuré mais qui génère moins d’interactions que ce qui est observé dans le domaine des réseaux sociaux.

5. Des structures dissipatives au connectivisme

  • 13 Disponible sur : http://www.opossum.ca/guitef/archives/001252.html [consulté le 13 mars 2009]

25Dans le domaine de la pédagogie, il nous semble que ce soit le connectivisme qui reflète au mieux la prise en compte des résultats des travaux de Prigogine et de notre nouvel environnement technologique. « Le connectivisme constitue un modèle d’apprentissage qui reconnaît les bouleversements sociaux occasionnés par les nouvelles technologies, lesquels font en sorte que l’apprentissage n’est plus seulement une activité individualiste et interne, mais est aussi fonction de l’entourage et des outils de communication dont on dispose13. »

26Ce qui différencie le connectivisme des autres pédagogies modernes (Rogers, Piaget…) c’est que la connaissance n’est plus seulement individuelle mais collective.

  • 14 Stéphane Wattier, « Analyse d’un scénario connectiviste ». En ligne sur le site Si loin si proche. (...)

La connaissance ne réside pas seulement dans « la tête du sujet » mais elle se manifeste largement dans ce qu’on a appelé l’intelligence collective (résultat d’apprentissages partagés) […]. Pour l’apprentissage, cela implique de nouvelles choses : apprendre à apprendre certes mais aussi la capacité de transformer l’information en connaissances, d’établir des liens entre diverses approches, de contribuer à l’intelligence collective, de faire naître des archipels d’ordre dans le désordre, de veiller aux structures précurseurs de ces structures d’ordre…14

27L’approche du connectivisme se focalise sur le « processus », sur ce qui est vécu, intégré dans l’acte d’apprentissage alors que nos institutions fonctionnent encore trop souvent sur la validation des compétences.

6. Du micro-blogging au Knowledge Management et leur apport à l’enseignant

28Revenons maintenant à la question de la socialisation en ligne et voyons, à titre d’exemple, comment s’explique le succès des services de microblogging. Il semble qu’ils comblent ce besoin de « solitude collective ». Dans son livre à paraître, Ch. Deschamps note :

  • 15 Disponible sur : http://business-commando.com/business_commando/2008/10/06/christophe-deschamps-la (...)

Les services de micro-blogging ont une fonction rassurante puisqu’en tant que signaux de présence ils permettent de ne jamais être vraiment seul sur le web […] même si les interactions s’arrêtent là, le réconfort suscité par cette simple présence (j’ai l’air seul mais mes « amis » sont avec moi) semble être un élément essentiel de leur popularité15.

29Ce que cet auteur illustre, c’est que, pour réussir, il faut fournir à l’apprenant les moyens d’atteindre des objectifs personnels puis des objectifs partagés. C’est parce que ces outils se basent sur ce qui constitue les motivations profondes des individus et leur offrent des solutions pour les transformer en actes qu’ils ont des chances de réussir là où la précédente génération d’outils purement collaboratifs a échoué.

30Pour conclure, il nous semble intéressant de revenir au lien pressenti précédemment avec le Knowledge Management.

31Lors d’une conférence à Londres en 2006, l’ancien directeur de l’institut IBM, Dave Snowden, parle lui aussi d’un Personal Knowledge Management. Sa réflexion s’oriente bien entendu plus vers les entreprises mais les tendances lourdes sont les mêmes.

32Il présente ainsi différents systèmes dans lesquels se meuvent les organisations :

  • le système connu : les causes et les effets y sont répétitifs et prévisibles.
  • le système connaissable : domaine du probable où les causes et les effets se répètent mais sont éloignés dans le temps et l’espace,
  • le système complexe : les causes et les effets y sont cohérents rétrospectivement et ne se répètent qu’accidentellement,
  • le système chaotique : domaine de l’inconcevable où il n’y a généralement aucune relation de cause à effet perceptible.

33Les deux premiers systèmes sont ceux que préfèrent les entreprises, ceux où elles se sentent à l’aise. Mais elles ont tendance à vouloir appliquer les mêmes recettes, et notamment celle de la reproductibilité des expériences, aux domaines du complexe et du chaotique, là où elles n’ont pas de pertinence.

34Pour ces environnements Dave Snowden propose une approche où l’humain n’est plus vu comme un terminal de traitement de l’information (« information processing appliance ») capable de prendre des décisions rationnelles en fonction des éléments qui lui sont fournis, ce qui est en soi irrationnel puisque d’après lui les seuls humains qui analysent toutes les données et font alors un choix rationnel sont autistes, mais les économistes insistent en précisant que c’est notre mode de travail. Il propose donc de passer d’un mode de travail linéaire (une question-une réponse, la bonne information au bon moment), à un mode différent qui serait celui de la vision périphérique.

35Pour arriver à cela il faut laisser les individus organiser leurs informations au niveau de granularité qu’ils jugent pertinent et leur proposer d’utiliser des outils de tagging qui permettront l’émergence d’un écosystème personnel de liens et de contenus flexible et réorganisable en fonction du contexte. Il faut également leur permettre d’utiliser des outils qui ne leur imposeront pas l’information mais leur permettront de l’obtenir au moment voulu (outils d’information contextuels) ou lorsqu’ils le jugeront utile.

36Il faudra accepter les failles inhérentes à ce système, à savoir le fait de passer de temps à autre à côté d’une information parce qu’au lieu de chercher à atteindre une exhaustivité illusoire on posera une vision périphérique, à la mode d’un radar sur notre environnement.

37L’idée principale est qu’il faut accepter l’incomplétude car le temps passé à l’atteinte de la perfection est une perte pour l’entreprise.

38Pour Dave Snowden plusieurs outils actuels permettent ce nouveau mode de traitement de l’information à un niveau personnel :

  • blogs pour créer un sens collectif, un flux narratif et des conversations interconnectées
  • tags sociaux pour faire émerger des metadata et des trouvailles imprévues
  • wiki pour un travail et des espaces partagés
  • présence pour savoir et partager le fait de savoir qui est là et qui fait quoi
  • agrégateurs de groupes pour créer des inputs16.

39Dans cette perspective, l’avenir du KM (tout comme celui de l’enseignement) se joue dans un renversement de perspective vis-à-vis de l’utilisateur final.

40Celui-ci occupe la place centrale du dispositif et si on lui donne les outils appropriés, il devient de fait un agent actif du KM dans son organisation « tout simplement parce que le frein constitué par l’existence même d’un outil central de KM (base de données, portail) n’existe plus. Il est remplacé par plusieurs outils propres au travailleur de l’information, qu’il utilise au gré de ses humeurs et de ses besoins et qui sont là avant tout pour lui simplifier la tâche au quotidien.

  • 17 Ibid.

41Le KM devient invisible à ses yeux, il ne lui demande pas d’effort supplémentaire car il est diffus, dispersé dans les outils qu’il utilise quotidiennement à son profit, et partageable pourtant, car appuyé de fonctionnalités sociales (fils rss, tags, commentaires,...). « Le KM n’est plus alors perçu comme un élément extérieur de plus ayant sa place dans l’intranet d’entreprise [...] Il est présent implicitement dans le quotidien du travailleur de l’information qui y contribue sans même s’en apercevoir. Il ne le perçoit plus comme un système extérieur mais n’en voit que les bénéfices qu’il en retire17 ».

Conclusion : du KM aux plateformes e-learning et aux nouvelles formes d’enseignement

42Notre contribution nous aura permis d’appréhender la pratique d’enseignant face aux nouveaux comportements de nos étudiants.

  • 18 I. Choquet, 2007, « Les Apports de la plateforme Icheccampus dans la lutte contre l’échec en Bac + (...)

43En effet, si nous avions constaté dans une étude précédente18 l’utilité pratique d’une plateforme d’e-learning pour la réussite en premier Bac, nous constatons aujourd’hui les limites de ces plateformes.

44Par ailleurs, les comportements multitâches des étudiants, leurs connections multiples et permanentes, leur ubiquité au sein d’environnements réels et virtuels ont rendu le couple maître savant-étudiant ignorant dépassé.

45Les travaux de Prigogine, le connectivisme, les évolutions du Knowledge Management nous permettent de formuler de nouvelles hypothèses de démarches pédagogiques.

46Il est impératif aujourd’hui de ne plus tenter en pure perte d’amener nos étudiants dans un univers qui n’est pas le leur, mais plutôt de faire l’effort d’intégrer leurs univers et de les aider à apprendre à apprendre en utilisant et en développant avec eux les univers dans lesquels ils se trouvent.

Bibliographie

Bibliographie

Arendt Hannah, 1963, La Condition de l’homme moderne, Paris, Calmann-Lévy.

Baumeister Hans-Peter, « Networked learning in the knowledge economy : a systemic challenge for universities », European Journal of Open, Distance, and e-learning. Retrieved on January 10, 2008 from http://www.eurodl.org/materials/contrib./2005/Baumeister.htm

Caisco Jamais, Paffendorf Jerry et Smart John, [en ligne], 2007. [consulté le 13 mars 2009]. Disponible sur : http://www.metaverseroadmap.org/MetaverseRoadmapOverview.pdf

Choquet Isabelle, 2007, « Les Apports de la plateforme Icheccampus dans la lutte contre l’échec en Bac+ 1 », in Meimaris Michel et Gouscos Dimitris (dir.), Médias et diffusion de l’information, vers une société ouverte, Actes du colloque EUTIC 2007, Université d’Athènes, p. 204-210.

Craipeau Sylvie et Koster Raphaël, 2007, Jemtu rapport Usages no 1, janvier.

Enlart Sandra et Bénaily Monique, 2008, La Fonction formation en péril [en ligne]. Éditions Liaisons, p. 86 [consulté le 13 mars 2009]. Disponible sur :

Fortin Tony, Mora Philippe, Trémel Laurent, 2005, Les Jeux vidéo : pratiques, contenus et enjeux sociaux, Paris, L’Harmattan, 240 p.

National Leadership Council for Liberal Education and America’s Promise, 2007, p. 19.

Octobre Sylvie, 2009, « Pratiques culturelles chez les jeunes et institutions de transmission : un choc de cultures ? » [en ligne]. Culture prospective, no 1, janvier [consulté le 13 mars 2009]. Disponible sur : http://www.alloymarketing.com/media/youth_network.html

Pouts-Lajus Serge, « Le Maître ignorant, Joseph Jacotot et le B2i, une rencontre inattendue » [en ligne]. Tribune Libre, 2007 [consulté le 10 mars 2009]. Disponible sur : http://www.cndp.fr/DossiersIE/tribune/tribune200607.htm

Siemens George, Learning and Knowing in Networks : Changing Roles for Educators and Designers, IT FORUM for discussion, January 27, 2008.

Stephenson Karen, « A quantum theory of trust » [en ligne]. Strategy + business, 2002 [consulté le 10 mars 2009]. Disponible sur : http://www.strategy-business.com/39910.

Whitehead Alfred North, 1925, Science and the Modern World, New York, Mentor, p. 125 (9e édition, 1959).

Sites consultés sur Internet

http://www.internetactu.net/2007/07/04/second-earth-la-feuille-de-route-vers-le-metaunivers [consulté le 13 mars 2009]

http://w3.umh.ac.be/~chimfm/jetc7/text_prigogine_fr.htm [consulté le 14 mars 2009]

http://www.opossum.ca/guitef/archives/001252.html [consulté le 13 mars 2009]

http://www.siloinsiproche.com/2009/01/27/analyse-dun-scenario-connectiviste [consulté le 10 mars 2009]

http://www.opossum.ca/guitef/archives/001252.html [consulté le 12 mars 2009]

http://business-commando.com/business_commando/2008/10/06/christophe-deschampslance-le-blog-de-son-futur-livre-travaileur-du-savoir/[consulté le 10 mars 2009]

http://www.outilsfroids.net/news/km-la-vision-de-dave-snowden [consulté le 10 mars 2009]

http://www.brunodevauchelle.com/blog/?2007/04/08/114-au-quebec-aussi-l-ecole-ne-faitpas-ecole-pour-les-tic

Notes

1 E. Morin, 1990, Introduction à la pensée complexe, Paris, Le Seuil.

2 Cf. infra.

3 Voir à ce sujet les travaux de S. Craipeau, R. Koster, 2007, Jemtu rapport Usages, no 1, janvier.

4 H. Arendt, 1963, La Condition de l’homme moderne, Paris, Calmann-Lévy.

5 J. Caisco, J. Paffendorf et J. Smart, 2007, Metaverse Roadmap. Pathways to the 3D Web. A Cross-Industry Public Foresight Project. En ligne sur le site Metaverse Roadmap. Consulté le 13 mars 2009. Disponible sur : http://www.metaverseroadmap.org/MetaverseRoadmapOverview.pdf

6 Jamais Cascio, Jerry Paffendorf et John Smart, Feuille de route vers le MetaUnivers. En ligne sur le site Internetactu.net. Consulté le 13 mars 2009. Disponible sur : http://www.internetactu.net/2007/07/04/second-earth-la-feuille-de-route-vers-le-metaunivers/.

7 Groupe Frontière, Christiane Arbaret-Schulz, Antoine Beyer, Jean-Luc Piermay, Bernard Reitel, Catherine Selimanovski, Christophe Sohn et Patricia Zander, 2004, « La frontière, un objet spatial en mutation ». En ligne sur Espaces Temps.net, Textuel, 29 octobre. Consulté le 20 septembre 2009. Disponible sur : http://www.espacestemps.net/document842.html

8 G. Simmel, 1999, Sociologie. Études sur les formes de la socialisation, Paris, PUF, p. 609-612.

9 Disponible sur : http://www.alloymarketing.com/media/youth_network.html. [Consulté le 13 mars 2009]

10 Ilya Prigogine, « L’Homme devant l’incertain ». En ligne sur le site de l’Université de Mons. Consulté le 14 mars 2009. Disponible sur : http://w3.umh.ac.be/~chimfm/jetc7/text_prigogine_fr.htm.

11 I. Prigogine et I. Stenghers, 1986, La Nouvelle Alliance, Paris, Gallimard, Folio Essais.

12 M. Lebrun, disponible sur : http://apprendre2point0.ning.com/profiles/blogs/gastronomie-lyonnaise-au-menu#comments [consulté le 17 mars 2009]

13 Disponible sur : http://www.opossum.ca/guitef/archives/001252.html [consulté le 13 mars 2009]

14 Stéphane Wattier, « Analyse d’un scénario connectiviste ». En ligne sur le site Si loin si proche. Consulté le 10 mars 2009. Disponible sur : http://www.siloinsiproche.com/2009/01/27/analyse-dun-scenario-connectiviste/

15 Disponible sur : http://business-commando.com/business_commando/2008/10/06/christophe-deschamps-lance-le-blog-de-son-futur-livre-travaileur-du-savoir/ [consulté le 10 mars 2009]

16 Disponible sur : http://www.outilsfroids.net/news/km-la-vision-de-dave-snowden [consulté le 10 mars 2009]

17 Ibid.

18 I. Choquet, 2007, « Les Apports de la plateforme Icheccampus dans la lutte contre l’échec en Bac + 1 », Colloque Eutic, Athènes, Université d’Athènes, 8 pages.

Table des illustrations

Titre Typologie des interactions numériques
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/5274/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 84k

Auteurs

ICHEC-ISFSC, Bruxelles. jacques.folon@ichec.be

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540