Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Stratégies du changement dans les systèmes et les territoires

 | 
Lise Viera
, 
Nathalie Pinède

Axe 1. Entre terroirs et territoires : les TIC au cœur du réel

Vers une nouvelle façon de gérer la commune en Côte d’Ivoire ?

Raymond K. Kra

Entrées d'index

Texte intégral

Problématique

1La communication se développe aujourd’hui de plus en plus et elle s’impose à tous ; citoyens, élèves, étudiants, responsables… Les nouvelles technologies de l’information et de la communication sont devenues incontournables dans la gestion des hommes, des entreprises et les collectivités. Dans les pays en développement en général et de façon plus spécifique, en Côte d’Ivoire, l’usage des TIC et plus précisément des technologies récentes (Internet, logiciel de gestion pour application spécifique) est très peu développée dans les communes.

2Il ne fait aujourd’hui l’ombre d’aucun doute que les collectivités locales peuvent jouer un rôle capital dans le processus de reforme démocratique, de développement et de reprise économique. Mais leurs méthodes de travail restent encore très archaïques.

3La présente communication vise à faire un état des lieux des usages des TIC dans les collectivités locales ivoiriennes et à situer leur importance dans la nouvelle façon de gérer les questions de développement local. Cet article s’appuie sur l’analyse de données quantitatives et qualitatives, d’études comparatives effectuées dans différentes communes ivoiriennes et de l’observation armée. Il se structure en trois parties.

4La première faite un état des lieux des méthodes de travail utilisées dans les communes ivoiriennes, notamment dans la gestion des papiers administratifs, dans la gestion des ressources humaines, dans la gestion financière des communes et dans la gestion des documents et des archives.

5La seconde partie expose des données d’enquêtes qualitatives et quantitatives sur les représentations des élus locaux, des agents des collectivités et des populations sur les TIC, leurs usages dans l’exécution des prestations publiques, leur impact dans les rapports de travail et dans les relations entre l’administration locale et les demandeurs.

6La dernière partie ouvre le débat sur les bénéfices que les communes pourraient tirer de l’appropriation et de l’usage des TIC dans l’exécution de leur mission de développement local.

1. De la nécessité de communiquer à un état des lieux pitoyable

La communication, une obligation pour les collectivités locales

7Il se développe aujourd’hui, notamment à propos des services locaux, de nouveaux principes de gestion à prendre en compte par les élus locaux : la transparence et la participation.

8La transparence impose aux autorités responsables des services publics, notamment l’administration communale, d’informer les candidats-usagers et les usagers effectifs des conditions d’accès aux services, des modalités, notamment financières, de l’octroi de la prestation, des décisions individuelles prises à leur égard…

9La participation traduit, quant à elle, la volonté des pouvoirs publics de faire participer, dans la mesure du possible, les habitants d’une commune à la gestion des services publics dont elle a la charge. Se développe ainsi, au niveau des services publics communaux, l’idée d’une participation des habitants, donc également des usagers de ces services, à leur gestion.

10Il semble aujourd’hui évident que ces deux principes (transparence et participation) peuvent connaître une application rapide, efficace et efficiente grâce aux TIC.

De la question des compétences des communes ivoiriennes

11En Côte d’Ivoire, le processus de transfert de compétences est organisé par la loi no 85-525 du 29 juillet 1985 portant précisément régime de transfert de compétences de l’État aux communes et à la ville d’Abidjan. Ce texte donne toute latitude à l’État de transférer aux communes les compétences qu’il entend ne plus assumer directement.

  • 1 K. Attahi, 1993, « Côte d’Ivoire : Évaluation des réformes de gestion urbaine », in R.E. Stern et (...)

12En application de cette loi, le gouvernement a pris huit décrets portant transfert de compétences dans les domaines suivants : culture, santé publique, espaces verts, pépinières, parcs et jardins, urbanisme et construction, éducation, bornes fontaines et puits à eau, hygiène publique et vétérinaire, matière sociale. Mais il est possible selon Attahi de regrouper toutes ces compétences en trois catégories de services1 : les services de collectivité, les services socio-culturels et de promotion humaine et les services économiques.

13Les services de collectivité comprennent essentiellement les voiries et réseaux divers, l’urbanisme, l’environnement, l’hygiène, la salubrité publique, l’adduction d’eau, les cimetières et les services funéraires.

14Les services socio-culturels et de promotion humaine comprennent les services de l’éducation nationale, la santé publique, l’assistance sociale, le logement et l’habitat, les sports et loisirs et les activités culturelles.

15Les services économiques quant à eux concernent les prestations en matière d’agriculture et d’élevage, les eaux et forêts, la chasse et la pêche, les ressources minérales, les transports et communication, l’industrie et le commerce, l’artisanat et le tourisme…

16Le premier tableau présente un prototype des services municipaux et de leurs domaines d’activité, au regard des compétences transférées et de l’organigramme général des communes. Il présente également les différentes tâches à informatiser en fonction des services et de leurs sphères d’action.

  • 2 Le tableau no 1 a été élaboré à la suite d’entretiens avec différentes agents chargés des question (...)

Tableau no 1 – Récapitulatif des services municipaux, de leurs compétences et des tâches à automatiser par service municipal2

Services

Tâches

Municipalité

C’est l’organe exécutif, l’agent de liaison entre le Conseil et les services. Elle établit l’ordre du jour des réunions du Conseil, prépare, exécute et suit le programme de développement de la commune, ainsi que la surveillance des rentrées de recettes et toutes les opérations préliminaires à l’attribution des marchés par le Conseil.

Maire

Organisation du travail, coordination des actions de développement, surveillance des rentrées d’impôts, surveillance du travail dans l’ensemble.

Cabinet/maire

Travaux administratifs de saisie, préparation et exécution des budgets primitif et modificatif, suivi budgétaire des autres services. Organisations et planification des réunions du conseil.

Secrétariat général

Organisation, supervision et coordination de tous les services, préparation des travaux des organes collégiaux, suivi et exécution des décisions, préparation des travaux des commissions.

Service administratif

État civil, affaires administratives générales, recensement de la population, recensement militaire, gestion administrative du personnel et développement des ressources humaines, l’archivage général des documents communaux.

Service financier

Préparation du projet de budget de la commune, de l’exécution matérielle de ce budget, de la comptabilité administrative du maire et des études économiques et financières. Paie du personnel, gestion entrée des recettes.

Service technique

Études sur la stratégie d’équipement de la commune, gestion des plans d’urbanisme et d’aménagement et d’occupation de la commune, gestion du patrimoine immobilier, des espaces et jardins publics, préparation et suivi des cahiers des charges des acquisitions, des prestations techniques et travaux et de leur exécution, des travaux d’aménagement et de construction, travaux quotidiens de saisie…

Service socio-culturel et promotion humaine

Gestion de l’action sociale et culturelle, des affaires relatives à l’éducation préscolaire, primaire et populaire, de l’animation sportive et de l’organisation des loisirs. Gestion de la bibliothèque municipale, du musée.

De l’identification des tâches à automatiser à la recherche des solutions matérielles et logicielles

17Le tableau suivant répertorie des besoins en matériels et en logiciels en fonction des différents services.

Tableau no 2 – Récapitulatif des besoins en matériels et logiciels des services

Services

Matériels

Logiciels

Maire

1 PC + 1 Imprimante

Bureautique

Maire résident

1 PC + 1 Imprimante

Bureautique

Chef cabinet/Maire

1 PC + Imprimante

Bureautique + SAARI

Secrétaire du maire

1 PC + 1 Imprimante

Bureautique

Secrétaire général

1 PC + 1 Imprimante

Bureautique + GRH

Secrétaire/Secrétaire général

1 PC + 1 Imprimante

Bureautique + GRH + Archivage

Chef/Secrétaire administratif

1 PC + 1 Imprimante

Bureautique + GRH + Statistiques

État civil

2 PC + 1 Unité d’impression de groupe

Base de données relationnelle + Traitement rapide des copies + enregistrement naissance et décès.

Archives

1 PC + 1 Imprimante partagée

Archivage des documents

Chef service financier

1 PC + 1 Imprimante

Bureautique + SAARI (comptabilité)

Régisseur

1 PC + 1 Imprimante

Bureautique + SAARI

Informaticien

1 PC + 1 Imprimante

Administration du réseau + assistance + Gestion matériel

Chef service technique

1 PC + 1 Imprimante

Bureautique + PAO + AUTOCAD (plan-dessin..)

Secrétaire/Service technique

1 PC + 1 Imprimante

Bureautique + Assistance

Domaine/Urbanisme

1 PC + Table traçante

ARC +/AUTOCAD

Chef Service socioculturel

1 PC + Imprimante

Bureautique

Bibliothèque

1 PC + 1 Imprimante

Bureautique + gestion des ouvrages (entrées/sorties)

Musée

1 PC + 1 Imprimante

Bureautique + gestion du musée.

N. B. : Selon les entretiens avec les personnes ressources, et en tenant compte des différents services et des tâches à exécuter, il est possible de dire qu’il faut au minimum à chaque commune à peu près une vingtaine de machines et, en dehors des logiciels classiques de bureautique, les logiciels spécifiques comptabilité, de gestion des ressources humaines, de statistiques, d’archivage, d’administration de réseau, de PAO, de gestion des ouvrages…

18Sur cette base, on peut alors procéder à un état des lieux de l’existant dans les communes.

De la réalité des usages des TIC dans les collectivités ivoiriennes

  • 3 Le choix des collectivités englobe à la fois des communes de grande importance (Yamoussoukro, Trei (...)
  • 4 En plus de l’outil, nous avons ajouté aux indicateurs d’usage : le réseautage des machines, l’exis (...)

19Cet état des lieux porte sur 10 communes ivoiriennes3. Le présent tableau résume le niveau de l’infrastructure et des ses usages4.

Tableau no 3 – Niveau d’infrastructure et usages des TIC

Tableau no 3 – Niveau d’infrastructure et usages des TIC

Un niveau d’équipement à double vitesse

20Il se dégage un constat très net : les communes du district d’Abidjan (Attécoubé, Cocody, Treichville) et le district de Yamoussoukro sont plus équipés en matériels que les communes de l’intérieur du pays (Bondoukou, Tanda, Bouaflé, Tiébissou, Toumodi). Cette différence se traduit tant au niveau du nombre des machines (une trentaine à Treichville et une quarantaine à Cocody) qu’au niveau des solutions logicielles. Alors que des communes telles que Yamoussoukro, Treichville et Attécoubé utilisent des logiciels aussi pointus que PAO + AUTOCAD (plan-dessin...), SAARI (logiciel de comptabilité) ou encore des solutions sur mesure pour la gestion des ressources humaines, les autres communes (de moyenne et de petite importance) possèdent à peine une dizaine de machines qui ne servent qu’à faire de la bureautique.

21À Toumodi, et à Tanda il n’existe pas de responsable chargé de l’informatique ou des TIC. C’est donc le responsable du service financier qui porte cette casquette. Tandis que dans les communes ci-dessus citées, il existe des services créés pour les questions relevant des TIC.

Un niveau d’utilisation insuffisant

22Bien que dans certaines communes il existe un minimum d’infrastructure, on peut noter que les usages restent très limités.

23Dans toutes les communes disposant d’un portail numérique, les sites étaient généralement en panne au moment de l’étude ; un problème de connexion ou un problème avec le fournisseur d’accès était à la base de ce problème.

24Dans les communes du district d’Abidjan ou le district de Yamoussoukro disposant d’une infrastructure minimum, on peut noter que certains usages restent inexistants (mise en réseau des appareils, de la messagerie…).

25À Yamoussoukro, bien que le service État civil soit informatisé, les applications ne permettent pas de demande à distance de documents tels que les extraits d’acte de naissance.

26Dans la plupart des communes le délai d’établissement d’un extrait d’acte de naissance tourne autour d’une semaine, que les services soient dotés ou non de l’infrastructure.

Des méthodes de travail plutôt lentes

27L’analyse du fonctionnement des services des communes, exception faite des grosses communes, appelle un constat : l’archaïsme des méthodes de travail. Dans la majorité de ces communes, l’informatisation des services n’est pas encore une pratique.

28Dans de nombreuses collectivités, les processus d’exécution de certains papiers ou actes (légalisation de papiers, déclarations de naissances, de décès, établissement d’extraits d’actes de naissance…) demandent un ensemble de tâches manuelles et routinières, successives et souvent ennuyeuses, car devenues mécaniques du fait de leur pratique courante, sans innovation majeure.

29Le caractère manuel de l’exécution des travaux peut avoir une conséquence négative relativement à la mise à disposition des demandeurs de certaines informations ou documents dans le temps et dans les délais indiqués.

30Bien souvent il est difficile de dire avec précision le nombre de naissances enregistrées au cours du mois ou de l’année, et même de faire le point des naissances sur un certain nombre d’années. Ceci est également valable pour le nombre d’actes de naissance établis, le nombre de mariages célébrés, le nombre de lots disponibles, le nombre de PME/PMI implantées sur le territoire communal, le nombre d’artisans en fonction…

31Dans l’exécution de leurs tâches les agents eux-mêmes éprouvent bien des difficultés à satisfaire les demandeurs. Par exemple à l’état civil, lorsqu’un citoyen demande à se faire établir un extrait d’acte de naissance, l’agent commis à la tâche doit aller fouiller dans les archives, vieilles de plusieurs années, vérifier les informations, avant d’établir l’acte demandé. L’agent devra reprendre le processus toutes les fois que le demandeur se présentera au guichet pour solliciter à nouveau le même papier.

32L’exécution des budgets nécessite l’application des procédures budgétaires et comptables qui font intervenir un grand nombre de documents et de comptes, ce qui expose les agents à de nombreux risques. En outre l’existence des documents comptables dans le programme réduit considérablement le temps que nécessitent leur recherche dans les placards et leur ouverture en gestion ordinaire. De même, la tenue de ces documents est assurée souvent par une seule personne dans les services. De sorte qu’en période de pointe, une accumulation de travail aboutit très rapidement à des lourdeurs.

33Il est aujourd’hui possible de disposer en un temps relativement court, d’une masse d’informations et de données importantes, facilement utilisables grâce aux TIC.

  • 5 Le projet d’informatisation des services financiers des EPN a démarré dès 1983 et a concerné l’ex- (...)

34En la matière des expériences en Côte d’Ivoire ont déjà été initiées (dans certaines communes et certains EPN5). Des logiciels d’application permettent d’effectuer certaines tâches, telles que la préparation et la confection des budgets, la gestion de la comptabilité du maire, le traitement des données relatives aux salaires des agents communaux et l’établissement des bulletins de paie, la gestion de l’état civil (par l’impression automatique des actes de naissance à partir des numéros), le traitement des données relatives aux abattoirs municipaux et services d’hygiène, la gestion des taxes sur la publicité et des taxes diverses, le recouvrement des recettes fiscales au niveau des contribuables, la gestion des droits de places sur les marchés et la voirie…

2. Représentations, usages et impacts des TIC : résultats d’enquêtes6

  • 6 L’enquête a été réalisée entre mars et juin 2009. 250 agents des collectivités et leurs responsabl (...)
  • 7 La présente étude expose les résultats des enquêtes qui ont été faites sur deux catégories d’indiv (...)

35La seconde partie expose des données d’enquêtes qualitatives et quantitatives sur les représentations des élus locaux, et des agents des collectivités sur les TIC), leurs usages dans l’exécution des prestations publiques), leur impact dans les rapports de travail et dans les relations entre l’administration locale et les demandeurs7.

Des usages des TIC dans l’exécution des prestations publiques

Des connaissances des utilités d’Internet

Tableau no 4

Effectifs

%

C’est un outil de communication

178

71,11

Il permet d’échanger des informations

181

72,22

Il permet d’avoir beaucoup d’informations

181

72,22

Il permet de d’avoir toutes les informations qu’on veut

121

48,61

Il permet d’aller très vite

70

27,77

Il permet de faire de la recherche

52

20,83

Il permet d’envoyer des lettres (e-mails)

178

71,11

Ne sait pas

70

27,77

Total

250

3672,22 % des enquêtés connaissent non seulement Internet (ils en ont déjà entendu parler), mais ont cité certaines applications de cet instrument. Ils savent par exemple que c’est un outil de communication qui permet d’envoyer des e-mails (71,11 %), qui permet d’échanger des informations, d’avoir beaucoup d’informations (72,22 %), d’avoir toutes les informations que l’on veut.

37Chez certains parmi eux, Internet est un instrument qui permet d’aller très vite ; on peut entendre ici : être très rapide dans l’exécution de certaines tâches liées à la circulation de l’information et de la communication. Pour d’autres enfin, pas très nombreux (20,83 %), Internet permet de faire de la recherche.

De l’impact des TIC dans les rapports de travail et dans les relations entre administration et demandeurs

Des bénéfices de l’outil informatique

38Les enquêtés ont des opinions très favorables sur les services que l’outil informatique peut rendre dans les prestations de la mairie. Ils ne pensent pas seulement que l’outil informatique peut rendre le travail plus rapide (98,61 %), ils restent convaincus qu’il peut permettre de gagner du temps (75 %), de moins fatiguer les agents (83,33 %) et d’être plus efficace dans le travail (66,67 %).

39Comment les outils technologiques utilisés dans le travail quotidien impriment-ils leur marque aux différentes prestations de la structure ? Qu’est ce qui a véritablement changé et comment cela profite-t-il aux agents ?

Des avantages apportés par les TIC

40Pour les utilisateurs réguliers et occasionnels l’usage de l’outil informatique a modifié quelque chose dans la façon de travailler. Le travail est devenu plus rapide, plus soigné et mieux maîtrisé. De plus l’ordinateur permet de gagner du temps et de mieux satisfaire les clients. À la bibliothèque par exemple, grâce à l’informatique, il est devenu plus facile de chercher les références des ouvrages que les lecteurs (élèves et autres citoyens) sollicitent. Même au service État civil et Population (où l’on n’a pas encore fini la saisie des données relatives à l’état civil), le responsable est affirmatif quant aux avantages qu’on pourrait tirer de cet outil lorsque tout sera mis en place.

Des changements apportés par les TIC dans les rapports Collectivités-Population

41Les enquêtés restent convaincus que si des efforts plus notables étaient faits dans le sens d’une informatisation plus large des services, des changements pourraient intervenir. Ces changements rendraient les prestations plus rapides (94,44 %), les usagers pourraient s’ils le souhaitaient obtenir plus d’informations sur la mairie et certaines de ses attributions (94,44 %) ; ils seraient moins mécontents (83,33 %) ; tout ceci contribuerait à obtenir une meilleure satisfaction des usagers.

Des changements possibles sur l’organisation des services

Tableau no 5

Effectifs

 %

Meilleure coordination des services

43

68,25

Meilleure circulation des informations

45

71,44

Lenteur dans le travail des services

0

0

Plus d’engouement au travail

18

28,57

Accès plus rapide aux informations

35

55,56

Autres (à préciser)

0

0

Total

63

42Les TIC, si elles étaient bien introduites dans les services de la mairie, pourraient favoriser une meilleure circulation des informations (71,44 %), aider à mieux coordonner les services (68,25 %) et faciliter l’accès aux informations (55,56 %).

Conclusion partielle

43L’étude sur la représentation et l’usage des TIC a permis de faire plusieurs remarques.

44L’étude a révélé une insuffisance des outils et de leur utilisation ; l’usage fait par ces outils se limite seulement aux logiciels les plus courants (Word, Excel…).

45L’étude a aussi révélé que les agents qui les utilisaient, le faisaient aussi bien pour le travail, qu’à des fins personnelles. De l’avis des agents (tous les agents) les TIC n’ont pas apporté de changements notables. Mais pour ceux qui les utilisent on peut noter des avantages réels : un gain de temps, une meilleure efficacité dans le travail, de la rapidité, une meilleure conservation des documents.

46En ce qui concerne l’influence des TIC sur la qualité du travail, la majorité des utilisateurs affirment que cela a changé quelque chose : un travail désormais plus rapide, une meilleure satisfaction des clients, un travail plus soigné, un gain de temps considérable par rapport à la situation précédente (lorsque les ordinateurs n’étaient pas encore arrivés), faite de lenteur, de longueur dans l’exécution des tâches. Les agents, utilisateurs actuels, restent fermement convaincus qu’un usage généralisé des NTIC pourrait rendre les services plus performants, les prestations plus rapides pour les populations, demandeuses de services.

47Enfin en ce qui concerne l’influence des TIC sur les rapports de travail et sur l’organisation des services, les agents utilisateurs constatent que ces outils ont favorisé un changement dans les relations avec les collègues : plus de communication en raison de l’insuffisance des machines, plus de rapprochement entre ceux qui ne savent pas vers ceux qui en savent un peu plus… Par contre, en l’état actuel de l’usage des TIC, il n’y a pas de changements notables entre les collectivités et les administrés. Ils ont cependant la ferme conviction que les TIC peuvent apporter à l’administration communale une meilleure satisfaction de ses clients, des prestations plus rapides, beaucoup plus d’informations sur la structure elle-même (la mairie). De même l’usage généralisé des TIC peut favoriser dans l’institution une meilleure coordination des services, une meilleure circulation des informations, et un accès plus rapide à certaines informations.

3. Vers un usage plus large des TIC dans les collectivités

48La dernière partie ouvre le débat sur les bénéfices que les communes pourraient tirer de l’appropriation et de l’usage des TIC dans l’exécution de leur mission de développement local.

De la nécessité d’une généralisation des TIC aux collectivités de Côte d’Ivoire

49L’apparition et la diffusion des TIC dans les différents domaines de la vie (vie sociale, économique, politique, culturelle…) posent aujourd’hui la question des usages, des influences et surtout de la généralisation de ces outils. Les enquêtes que nous avons faites nous ont permis de distinguer qu’il existe aussi bien pour les travailleurs que pour la structure des usages et des influences qui militent en faveur d’une politique globale de généralisation de ces outils à toutes les collectivités de Côte d’Ivoire.

Les influences sur le travail et les prestations

50L’enquête a révélé que l’informatisation de l’État civil pouvait accélérer la confection des pièces telles que les extraits d’actes de naissance), ce qui conduirait donc à une réduction des délais d’attente. Il en est de même de la confection du budget communal ou de la préparation de divers documents. Les TIC rendent donc le travail plus plaisant, plus rapide, plus efficace, plus soigné, plus précis et moins harassant. Les prestations sont rendues en un temps record ; le service gagne du temps, beaucoup de temps. Et il s’ensuit évidemment une meilleure satisfaction des administrés.

Les influences sur la collecte, le traitement et la circulation de l’information

51Les TIC apportent aux collectivités les moyens qui manquaient à la collecte, au traitement et à la diffusion de l’information en temps réel. La circulation des informations entre les différents services devient plus dynamique, la mise à disponibilité de l’information se fait avec plus de célérité. Internet, par exemple, rime avec rapidité et efficacité. L’expédition et la réception d’informations bénéficient de la rapidité des réseaux. La célérité de cet outil de communication apparaît comme une nouveauté pour ses usagers.

Les influences sur l’organisation des services

52L’outil technique impose lui-même les conditions de sa propre utilisation. L’usage des TIC suppose la mise en place d’un cadre et d’un environnement propices : des bureaux aérés ou climatisés, disposition particulière des bureaux, distances entre les différentes machines…

53Les outils technologiques influencent aussi la coordination des services, une meilleure surveillance, un suivi plus rigoureux de l’exécution du travail, un rapprochement des services à travers une meilleure circulation des informations, un accès plus rapide à celles-ci, et une maîtrise de la déperdition informationnelle.

54Les TIC favorisent enfin une meilleure planification du travail des différents services et des facilités techniques propices à certaines formes de rencontre (messagerie, groupe de discussion, chat…)

De la nécessité de mettre en réseau les mairies de Côte d’Ivoire

55La mise en réseau des administrations communales sera très bénéfique eu égard aux applications innombrables qui pourront en découler : une meilleure gestion du personnel grâce à un échange d’informations en temps réel des offres d’emploi et des compétences disponibles), une meilleure gestion des risques en globalisant les moyens et en individualisant les réponses), un traitement statistique en temps réel du territoire national…

56Au-delà du fonctionnement interne des administrations locales, les nouvelles technologies peuvent également bouleverser les relations entre l’État et le citoyen.

Une administration plus proche et plus ouverte

57La création de sites web interactifs au niveau des collectivités et même des administrations constitue un moyen d’accession plus efficace pour les citoyens (changement profond de l’accès au service public). La collectivité se met au service du citoyen : réduction des contraintes de déplacements, de l’attente, de la fermeture en dehors des heures de travail…

58Le développement des télé-procédures (procédures de travail à distance) concernent aussi bien les entreprises que les citoyens qui peuvent bénéficier de leur développement dans leurs relations avec l’administration ; la mise en ligne des formulaires administratifs est une voie possible d’amélioration, tout comme la possibilité de faire des déclarations fiscales par Internet.

59Les TIC favorisent la diffusion des données publiques aux citoyens par la création de sites proposant divers contenus d’information : textes officiels de la République, informations sur les traités et accords internationaux publiés, lois et règlements, instructions et circulaires publiées, conventions collectives nationales ayant fait l’objet de diffusion… et autres documents officiels de caractère juridique…

Une nouvelle approche pour l’aménagement des collectivités locales

  • 8 A. Joyandet, P. Hérisson, A. Türk, 1996-1997, L’Entrée dans la société de l’information, Rapport d (...)
  • 9 Ibid., p. 12.
  • 10 Ibid., p. 12.

60L’aménagement des collectivités est devenu aujourd’hui une question essentielle de développement. Il est un facteur essentiel de cohésion sociale. « Un État ne peut supporter longtemps de graves cassures territoriales8. » Les schémas d’un pays à deux vitesses, avec une capitale fortement développée et des localités « en développement », sont aujourd’hui à bannir. « Il n’est pas concevable de se borner à constater cette évolution […] le pays, s’il l’acceptait, s’exposerait à des crises violentes ainsi qu’à la résurgence des revendications autonomistes9. » Il serait donc intolérable de voir se développer, entre les villes et les zones faiblement peuplées, un fossé supplémentaire qui serait celui de l’accès à l’information et aux nouvelles technologies. « Les territoires isolés ne doivent pas devenir les nouveaux analphabètes. Bien au contraire, il faut faire en sorte que les technologies nouvelles soient le vecteur d’une égalité territoriale retrouvée10. »

61Les nouvelles technologies ont donc un rôle important à jouer dans le développement plus harmonieux des collectivités locales. Le développement des réseaux peut raccourcir les distances et multiplier les possibilités de contacts et d’échanges.

62Aujourd’hui la localisation de l’activité économique ne dépend plus que des compétences et de l’attractivité des territoires, et non plus de simples critères géographiques. Les réseaux de communication permettent une gestion à distances des activités.

Les TIC, une économie pour les collectivités locales

63Les différents entretiens réalisés auprès des responsables ont largement mis en évidence la perception dubitative, méfiante, d’un grand nombre de ceux-ci vis-à-vis d’Internet et des TIC en général. De nombreux responsables considérant un investissement dans ce domaine comme incompatible avec les ressources limitées de leur budget.

64Mais bien souvent l’on ignore les économies que procure au contraire la messagerie électronique par rapport aux envois par voie postale ou par fax. Si le taux de raccordement était satisfaisant, la plupart des correspondances administratives pourraient devenir des correspondances par messageries électroniques, ce qui ferait gagner à la fois du temps et de l’argent. Il faut mentionner que, de plus en plus, les fournisseurs d’accès eux-mêmes s’orientent vers le principe des forfaits. Il existe pour une collectivité ou pour un groupe de collectivités la possibilité de négocier les conditions de son abonnement avec le fournisseur d’accès.

65L’exploitation d’Intranet fournit aussi aux collectivités de nombreuses possibilités. Intranet fournit l’occasion, d’une part, de moderniser l’organisation administrative et la communication interne d’une collectivité et, d’autre part, de contribuer à renforcer les échanges entre collectivités locales, voire entre collectivités locales et l’État, cet ensemble d’échanges s’effectuant à un coût réduit et une rapidité accrue.

Conclusion : Vers la création d’un environnement favorable au développement des TIC en Côte d’Ivoire

66Le projet de mettre toutes les mairies en réseau est ambitieux et demande de nombreux sacrifices, aussi bien pour les pouvoirs que pour les bénéficiaires.

67De gros efforts restent encore à faire aussi bien aux plans institutionnels et des infrastructures qu’aux plans administratifs et législatifs.

Au plan institutionnel

68La création d’un Conseil Stratégique des Technologies de l’Information (CSTI), organe de veille et de conseil en matière de stratégie et de politique nationale. La création d’une commission Interministérielle pour la Société de l’Information (CISI) ; cet organe va coordonner les projets conduits dans l’administration.

69La création d’une Agence Nationale de Développement des NTIC ; cette structure autonome sera chargée d’assurer une gestion centralisée des principales ressources communes de l’État (serveurs, réseaux, logiciels systèmes d’exploitation, applications inter-structures…).

Au plan des infrastructures

70L’établissement de la connexion haute vitesse du pays à l’Internet et le déploiement d’un backbone national orienté NTIC. L’infrastructure de base sera constituée de serveurs et systèmes hébergeant les applications et les contenus, de réseaux de voix et de données, des moyens de transport (fibre optique, satellite, faisceaux hertziens) et des centres de sécurité (autorité de certification).

Au plan de l’administration

71La mise en place d’un câblage réseau dans toute l’administration pour une interconnexion au réseau Intranet de l’administration, ce qui suppose la création d’un Intranet pour l’administration.

Au plan des NTIC dans le tissu social

72Des mesures d’accompagnement telles que la sensibilisation de l’ensemble des partenaires du système éducatif (enseignants, étudiants, personnel d’encadrement…) aux NTIC, l’introduction de la formation aux NTIC dans les programmes d’études dès le scolaire, la baisse substantielle des coûts d’abonnement à Internet et des communications téléphoniques, la promotion du développement et de l’utilisation des logiciels libres.

Au plan réglementaire et législatif

73Une révision de la loi sur les télécommunications s’impose pour tenir compte de l’identification des opérateurs de la société de l’information (régimes des réseaux et services, le régime des responsabilités, la cryptologie et les signatures électroniques. De même que s’impose la révision de la loi sur l’audiovisuel pour tenir compte du régime de la liberté de la communication audiovisuelle, de la spécialisation des professions de l’audiovisuel, du renforcement de l’organe de régulation.

74Il s’impose aussi et enfin une révision de la loi portant régime juridique de la presse (pour tenir compte de l’édition en ligne, du principe de liberté, de l’identification et de la responsabilité des acteurs) et une extension de la régulation à l’édition en ligne.

75Ces mesures pourront aider la Côte d’Ivoire à rattraper son retard dans le domaine des TIC, si éventuellement chaque acteur joue efficacement sa partition.

76Sans être un passage obligé, les TIC représentent pour les collectivités locales une occasion de se faire connaître, de se rapprocher davantage des administrés, d’accélérer leur développement, sans qu’il s’agisse pour autant d’un investissement risqué.

Bibliographie

Bibliographie

Attahi K., 1993, « Côte d’Ivoire : Évaluation des réformes de gestion urbaine », in R.E. Stern et al., Villes africaines en crise. Gérer la croissance urbaine au sud du Sahara, Paris, L’Harmattan, p. 145.

Joyandet A., Hérisson P., Türk A., 1996-1997, L’Entrée dans la société de l’information, Rapport d’information 436, Paris, p. 12.

Kra Raymond, 2006, Les TIC et leur exploitation dans la gestion des collectivités locales en Côte d’Ivoire, thèse de doctorat unique en sciences de l’information et de la communication, Abidjan, août, 530 p.

Misse Misse, 2003, « Les acteurs sociaux et les outils et dispositifs de communication : le phénomène du pouvoir dans l’insertion sociale des TIC en Afrique subsaharienne », Journées d’études autour de l’Afrique, Douala, 26 mars.

N’Dri Célestin, 2003, « Yamoussoukro : 150 ordinateurs, 30 machines, 4 véhicules pour le district », Fraternité Matin, 12-13 juillet, no 11602, p. 16.

Ori Boizo, 1944, « Crise, Gestion municipale et participation populaire ou jeux de pouvoir dans la ville », colloque international Crise, Ajustements et Recompositions en Côte d’Ivoire : La remise en cause d’un modèle, Abidjan, 28 novembre-2 décembre, p. 32-39.

Ori B., Zogbo G., 1993, Étude sur la privatisation des services communaux en Côte d’Ivoire : cas des communes de Biankouma, Sinfra, Soubré, Abobo, Port-Bouet et Grand Bassam, Abidjan, US AID, septembre-octobre.

Renaud Pascal, 2000, « Toute l’Afrique est sensible à Internet », Revue Futures, décembre, no 1, p. 134.

Roche Marcel, 1987, « Le tiers-monde à l’épreuve des avancées de la science », Le Monde diplomatique, juin, no 399, p. 28.

Vanie Prosper, 2003, « Bingerville : La mairie présente ses grands projets aux investisseurs américains », Fraternité Matin, no 11592, 1er juillet, p. 8 et 10.

Zra Bi Foua Denis, 1996, L’Informatisation des communes et des Établissements publics nationaux : bilan et perspectives, Abidjan, E.N.A., Mémoire de fin de cycle moyen supérieur de l’École Nationale d’Administration.

Notes

1 K. Attahi, 1993, « Côte d’Ivoire : Évaluation des réformes de gestion urbaine », in R.E. Stern et al., Villes africaines en crise. Gérer la croissance urbaine au sud du Sahara, Paris, L’Harmattan, p. 145.

2 Le tableau no 1 a été élaboré à la suite d’entretiens avec différentes agents chargés des questions informatiques des communes concernées.

3 Le choix des collectivités englobe à la fois des communes de grande importance (Yamoussoukro, Treichville, Cocody), de moyenne importance (Bondoukou, Toumodi, Bouaflé, Grand-Lahou et Attécoubé) et de petite importance (Tanda, Tiébissou).

4 En plus de l’outil, nous avons ajouté aux indicateurs d’usage : le réseautage des machines, l’existence et l’usage d’Internet), le délai de délivrance des extraits d’actes de naissance.

5 Le projet d’informatisation des services financiers des EPN a démarré dès 1983 et a concerné l’ex-SATMACI, l’INSP, le CHU de Cocody…, la commune de Yamoussoukro (en 1988). Le logiciel a été conçu pour la gestion des recettes municipales.

6 L’enquête a été réalisée entre mars et juin 2009. 250 agents des collectivités et leurs responsables ont été interrogés. L’enquête s’est faite sur une dizaine de communes citées plus haut.

7 La présente étude expose les résultats des enquêtes qui ont été faites sur deux catégories d’individus : la première catégorie concerne les agents des collectivités utilisant au quotidien l’outil informatique. Ici on retrouve tous les responsables des services informatiques (pour les mairies qui disposent d’un service), toues les personnes qui ont la responsabilité de ces questions, les secrétaires…
La seconde catégorie d’individus concerne certains élus locaux et les responsables de directions et/ou de services.

8 A. Joyandet, P. Hérisson, A. Türk, 1996-1997, L’Entrée dans la société de l’information, Rapport d’information 436, Paris, p. 12.

9 Ibid., p. 12.

10 Ibid., p. 12.

Table des illustrations

Titre Tableau no 3 – Niveau d’infrastructure et usages des TIC
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/5214/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 258k

Auteur

Université de Cocody, Abidjan/Côte d’Ivoire. raymond.kra@univ-cocody.ci ; kraraymond@yahoo.fr

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540