Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Stratégies du changement dans les systèmes et les territoires

 | 
Lise Viera
, 
Nathalie Pinède

Axe 1. Entre terroirs et territoires : les TIC au cœur du réel

TIC et systèmes régionaux d’innovation : vers quels changements ?

Le cas du dispositif PACA Labs

Laura Draetta et Fabien Labarthe

Texte intégral

  • 1 Le premier a donc déjà été lancé (novembre 2008) et reste en cours d’exercice, le second a été ouve (...)
  • 2 Établissement public de coopération intercommunal (communauté urbaine, communauté d’agglomération o (...)

1Cet article a pour objet d’interroger les effets de la politique d’innovation des territoires mise en place par le Conseil régional de Provence-Alpes-Côte d’Azur, à partir de l’analyse du dispositif « PACA Labs ». Initié en novembre 2008 avec l’aide des fonds européens de développement régional (FEDER), ce dispositif vise à soutenir l’expérimentation in vivo de produits et de services numériques sur les territoires en région, afin d’y favoriser le développement économique et social de la filière des technologies de l’information et de la communication (TIC). Pour ce faire, le dispositif s’appuie sur un programme quinquennal d’appels à projet (deux par an)1 ; ces appels s’adressent en priorité aux entreprises du secteur, aux établissements d’enseignement supérieur et de recherche et aux collectivités territoriales (avec une possibilité laissée ouverte aux collectifs de la société civile susceptibles d’être vecteurs d’innovation dans le domaine des TIC). Aussi, pour y répondre, les expérimentations doivent-elles être portées par des acteurs de la vie économique, académique ou associative, en instaurant obligatoirement une coopération avec un territoire de projet ou un regroupement intercommunal de type EPCI2. Elles doivent également être réalisées en situation naturelle et impliquer, de ce fait, des véritables utilisateurs en représentation de la communauté d’usage visée par l’innovation proposée.

2L’implication des « territoires » au sein des projets dits « collaboratifs » constitue, avec la volonté d’impliquer des usagers dans les projets d’expérimentation, l’un des éléments qui singularise fortement le programme PACA Labs, au regard d’autres dispositifs de politique publique d’aide à l’innovation. On peut ainsi considérer que la spécificité de PACA Labs repose sur trois systèmes de fins : (1) soutenir les entreprises de la filière TIC dans le passage de la phase de R&D à celle de la mise sur le marché (par une aide à l’expérimentation), (2) impliquer les usagers et (3) impliquer les territoires dans le processus d’innovation. Bien que ces trois objectifs nécessitent la mobilisation de stratégies différentes pour les réaliser, ils sont considérés comme complémentaires. Au fondement de PACA Labs et de son soutien à l’expérimentation, il y a l’hypothèse selon laquelle l’innovation numérique doit se faire au plus près des usagers et des territoires. Dans le cadre de cet article, nous interrogerons en priorité la portée de l’implication des territoires et ce, afin d’analyser les présupposés de ce programme et ses effets potentiels sur le système régional d’innovation.

3Nous chercherons, dans un premier temps, à préciser ce que recouvre cette idée de spécificité du rôle des territoires dans les processus d’innovation numérique. Puis, nous nous attacherons à montrer en quoi cela constitue à la fois une ressource et une contrainte pour les collectivités territoriales qui participent à un projet PACA Labs. Enfin, nous tenterons de dégager des perspectives et des scénarios possibles quant aux changements visés ou non prévus induits par cette implication des territoires.

4L’analyse s’appuie sur les résultats intermédiaires d’une recherche-action en cours que nous menons dans le cadre du dispositif PACA Labs en tant que partenaires associés (infra). En effet, la Mission TIC du Conseil régional de Provence-Alpes-Côte d’Azur a souhaité lancer et piloter ce dispositif en instaurant un partenariat stratégique avec des organisations régionales représentatives des catégories d’acteurs impliqués par le programme : le pôle de compétitivité Solutions Communicantes Sécurisés (SCS) pour la filière industrielle des TIC ; la Fédération Internet Nouvelle Génération (FING) pour les mondes sociaux susceptibles d’être vecteurs d’innovation dans le domaine des TIC ; l’agence régionale Méditerranée Technologies pour le réseau régional de l’innovation ; et, enfin, l’équipe Deixis-Sophia de l’école Télécom ParisTech pour le milieu académique et son approche sociologique des usages des TIC.

1. La double assise théorique du dispositif PACA Labs

5On peut reconnaître dans l’incitation à la collaboration tripartite des projets soutenus par PACA Labs le modèle théorique de la « triple hélice » (Etzkowitz, Leydesdorff, 1997) qui sous-tend, selon ses auteurs, les formes modernes de l’organisation institutionnelle de l’innovation scientifique et technologique. Ce modèle repose, en même temps qu’il insiste, sur la nécessité de nouer des relations entre les mondes de l’université, de l’industrie et des pouvoirs publics pour faire émerger et dynamiser des processus de changement dans les domaines cognitif, économique et politique.

  • 3 Conclusions de la Présidence – Conseil européen de Lisbonne, 23 & 24 mars 2000.
  • 4 À ce jour, une vaste littérature, scientifique et surtout technique, existe dans ce domaine. Pour u (...)

6Souvent implicitement et parfois de manière explicite, ce modèle a largement imprégné la « Stratégie de Lisbonne » par laquelle le Conseil européen de mars 2000 a souhaité doter les pays membres d’une économie « fondée sur la connaissance la plus compétitive et la plus dynamique du monde, capable d’une croissance économique durable accompagnée d’une amélioration quantitative et qualitative de l’emploi et d’une plus grande cohésion sociale3 ». En France, cette stratégie a pu trouver à se concrétiser – entre autres – au sein de la politique des « pôles de compétitivité » lancée en 2004 sous le gouvernement Raffarin. L’objectif de ces organismes est en effet de rapprocher sur un même territoire, et avec l’aide de l’État (mais aussi des collectivités territoriales), des entreprises et des centres de formation et de recherche, pour dégager des synergies en vue de développer des projets innovants et d’accroître la compétitivité des entreprises4. Ainsi, au modèle théorique de la triple hélice, se juxtapose l’approche territoriale des clusters qui insiste en particulier, à l’instar des districts industriels italiens, sur une nécessaire inscription locale des acteurs d’un même secteur d’activité pour accroître l’innovation et par là même, l’avantage concurrentiel (Porter, 1999). Dans un esprit conforme à la décentralisation, l’idée qui préside à l’instauration de ces pôles est donc la suivante : c’est à l’échelle des territoires que le rapprochement entre gouvernement, entreprise et université, envisagé par le modèle de la triple hélice, est susceptible d’être le plus performant, et donc le plus compétitif.

7Pour autant, le degré et le niveau d’implication des collectivités territoriales au sein des pôles de compétitivité restent problématiques. Comme le note G. Dang Nguyen (2009),

le principe retenu par l’État français est celui de la subsidiarité inversée : il continue d’impulser et de sélectionner les projets, stimule et oriente de ce fait l’innovation, tout en déléguant au niveau régional ou local des tâches en soutien : filtrage par les instances de labellisation et financement complémentaire par les collectivités de projets sélectionnés au niveau national.

8Autrement dit, l’intervention publique des territoires n’est envisagée dans cette configuration qu’au titre de leur capacité financière à soutenir, au travers des pôles de compétitivité, des projets impulsés par l’État. À charge ensuite aux pôles de favoriser, sur la base des projets proposés, les modes de collaboration localisée entre le milieu de l’entreprise et celui de la recherche.

  • 5 Soulignant, au passage, les difficultés que ces relations avaient à s’établir.

9Les principales critiques adressées au modèle de la triple hélice ont souligné le fait que son très haut niveau d’abstraction ne permettait pas de rendre compte des variations de configuration par lesquelles s’établissent concrètement les relations gouvernement-entreprise-université (Shinn, 2002). Dans le contexte français, des études sur les systèmes territoriaux d’innovation sont venus combler quelques-unes de ces lacunes, en confrontant le cadre théorique du modèle à la formation des dispositifs effectivement mis en place (Lamy, Levratto, 2004 ; Draetta et al., 2008). Toutefois, ces travaux se sont essentiellement penchés sur la problématique des relations science-industrie (Mendez, 2008) et des transferts de connaissance entre ces deux catégories d’acteurs au sein des pôles de compétitivité (Draetta, Fernandez, 2009 ; Draetta, Fernandez, Fribourg, 2008)5, délaissant du même coup l’analyse des autres axes collaboratifs définis par le modèle de la triple hélice, à savoir : science-pouvoirs publics et pouvoirs publics-industrie. De fait, ceux-ci apparaissent comme peu centraux au sein des politiques d’innovation des territoires, si ce n’est – comme nous l’avons souligné – sur le mode de la subsidiarité inversée.

10Or, en souhaitant impliquer les territoires au sein même des projets collaboratifs, la Région PACA semble initier une nouvelle étape dans la fabrication empirique de la triple hélice, comparativement à celle qui se donne à voir dans les pôles de compétitivité. Ce qui change avec le dispositif PACA Labs, c’est la capacité qu’il offre aux collectivités territoriales d’initier ou de piloter les projets collaboratifs auxquels elles se sont associées. Comment, dès lors, les collectivités territoriales s’approprient-elles ce dispositif ? Et comment, dans ce cadre, se construisent concrètement les axes collaboratifs entre les acteurs en présence (et en l’occurrence avec le monde de l’université et celui de l’entreprise) ?

11Pour commencer à répondre à ces questions, nous avons mené une enquête par entretiens semi-directifs auprès des acteurs qui portent les projets collaboratifs du premier appel de PACA Labs (notamment territoires et chefs de file). Nous avons également analysé les dossiers de candidature (21 au total) contenant des informations relatives aux caractéristiques des consortiums et à la conception des expérimentations. Compte tenu du caractère récent du dispositif (à peine une année d’existence), le propos qui va suivre a pour objet de poser des premiers jalons en vue d’une étude plus longitudinale de la politique d’innovation des territoires initiée par PACA Labs, et des variations du modèle de la triple hélice qui peuvent en découler.

2. PACA Labs : une réponse à une volonté « latente » de la part des territoires

  • 6 Consultables à l’adresse Internet http://eric.regionpaca.fr/article.php3?id_article=1663.

12Le dénominateur commun aux projets PACA Labs repose principalement sur la présence obligatoire d’une collectivité territoriale au sein de chaque consortium porteur de projet. En effet, tel que le prévoient les textes de référence6, trois types de projets collaboratifs sont susceptibles d’être éligibles dans le cadre du dispositif, selon qu’ils impliquent : 1) un EPCI (ou un Territoire de projet) et une ou plusieurs entreprises, 2) un EPCI (ou un Territoire de projet) et un ou plusieurs établissements d’enseignement supérieur et de recherche, 3) un EPCI (ou un Territoire de projet) et une ou plusieurs entreprises et un ou plusieurs établissements d’enseignement supérieur et de recherche.

  • 7 Notamment en réduisant la problématique des usages à celle du développement des infrastructures (Mu (...)

13Les raisons qui ont poussé la Mission TIC du Conseil régional à adopter ce critère d’éligibilité restent difficiles à identifier. Elles procèdent tout à la fois d’une « intuition », comme il nous l’a été confié par le responsable du programme, et d’une orientation stratégique relevant d’une politique d’aménagement numérique des territoires. Ainsi, le programme régional « Territoires numériques », dont est issu le dispositif PACA Labs, a-t-il eu pour ambition de convoquer la participation des collectivités territoriales situées en région pour y développer des réseaux haut-débit et des usages associés. C’est sur cette base, non dénuée d’ambiguïté7, que la Mission TIC a souhaité pousser plus avant la logique de développement des services numériques, en positionnant cette fois-ci les territoires comme « territoires d’innovation ».

  • 8 Et d’un autre dispositif intitulé « e-services et territoires ». Ce dernier vise à soutenir des pro (...)

14Concrètement, ce nouveau positionnement s’est traduit par la mise en œuvre du programme PACA Labs8 et par un élargissement des modalités de portage opérationnel des projets d’expérimentation pour les territoires. À cet effet, deux modalités sont prévues : la première suppose que le territoire s’implique dans un projet PACA Labs en tant que « partenaire », et qu’à ce titre il fasse une demande de subvention à la Région et à l’Europe. La seconde suppose que le territoire, ne souhaitant pas obtenir de subvention, intervienne plutôt comme « sponsor » du projet. Dans le cadre des objectifs affichés par le dispositif, l’instauration d’une relation de partenariat avec un territoire est considérée comme plus « impliquante » qu’une simple relation de sponsoring.

15Reste que ces deux déterminations ne témoignent en réalité que très imparfaitement des niveaux d’implication des territoires dans les projets. En effet, une demande de subvention étant conditionnée par l’obtention d’un acte délibératif de la part de l’instance habilitée à engager le territoire bénéficiaire, les délais du premier appel à projet n’ont pas permis, dans la plupart des cas, de répondre à une telle exigence. Dès lors, l’instauration d’une relation de partenariat avec un territoire est apparue comme une contrainte trop forte pour permettre aux porteurs de projet de monter leur dossier dans les temps. Ainsi, sur les 21 dossiers retenus pour la phase de candidature, seulement 6 d’entre eux ont pu présenter des territoires-partenaires. Cependant, en y regardant de plus près les restants, l’on constate que dans 6 cas sur 15 les territoires-sponsors ont accompagné leur soutien d’un apport financier, ce qui porte au total de 12 (en comptant les 6 territoires-partenaires) les projets qui ont accompagné leur candidature d’un soutien financier de la part d’un territoire, contre 9 qui n’ont obtenu qu’un simple soutien de principe.

  • 9 Il subsiste cependant une répartition géographique inégale. Sur les 6 départements que compte la Ré (...)
  • 10 Loi no 99-587 du 12 juillet 1999.

16À l’aune de cette nouvelle répartition, on peut s’étonner du succès que remporte d’ores et déjà le dispositif PACA Labs quant au degré d’implication des territoires dans les projets collaboratifs9. Sans doute, la loi de 1999 sur l’innovation et la recherche10 et la plus récente politique des pôles de compétitivité (supra) ont-elles contribué à sensibiliser les collectivités territoriales aux dynamiques collaboratives que ces deux dispositifs avaient déjà permis d’impulser, bien qu’elles n’y soient jusque-là que faiblement impliquées. Il semble, en effet, que le dispositif PACA Labs vient répondre à une attente « latente » de leur part, consistant à vouloir mieux maîtriser l’émergence et le développement de projets innovants sur leurs territoires. C’est, en tout cas, ce qui nous a été affirmé à plusieurs reprises dans les entretiens :

C’est la première fois que l’on participe à un projet collaboratif, même si c’est un souhait affiché depuis longtemps. C’est vrai qu’on est partenaire des pôles de compétitivité, mais au seul sens où, aujourd’hui, on finance leur fonctionnement. Nous, on veut étoffer ce partenariat en prenant part aux projets des pôles de compétitivité et en invitant les projets à s’expérimenter sur le territoire. Donc, on est complètement en phase avec PACA Labs, qui tombe à point nommé, en fait. […] Moi, j’y vois un intérêt très fort, c’est qu’il permet de déclencher des expérimentations de projets innovants sur le territoire. C’est notre souhait, mais on ne savait pas par quels moyens… enfin, on n’avait pas encore cherché les moyens pour y arriver. Donc là, en fait, on nous apporte la proposition sur un plateau. Après, c’est à nous d’utiliser au mieux le dispositif pour attirer un grand nombre de projets. […] J’espère que le dispositif sera pérennisé et que, nous, on se donnera les moyens d’être plus demandeurs, d’être plus acteurs.
Direction du département économique, Communauté d’agglomération Nice Côte d’Azur.

17Ainsi, le dispositif PACA Labs apporterait aux territoires le moyen de s’impliquer dans les structures de coopération mises en place par les pôles de compétitivité, non plus seulement comme financeurs, mais aussi potentiellement comme « acteurs de l’innovation ». Ce point n’est pas anodin, et il faudra tirer toutes les conséquences de ce que cette nouvelle posture est susceptible d’induire dans les changements institutionnels, économiques et intellectuels issus des dynamiques collaboratives entre territoires, entreprises et établissements de recherche et d’enseignement supérieur.

18Pour l’heure, on peut identifier trois « registres » d’implication des territoires dans les projets PACA Labs, sans que ces registres ne soient nécessairement exclusifs les uns des autres : (1) implication dans les projets ayant un intérêt potentiel sur le plan du développement économique et de l’attractivité du territoire ; (2) implication dans les projets ayant un intérêt potentiel sur le plan de l’amélioration des services publics dont le territoire a la charge ; et (3) implication dans les projets ayant un intérêt potentiel sur le plan du fonctionnement interne de la collectivité territoriale, en sa qualité d’organisme institutionnel. C’est, semble-t-il, dans les deux derniers cas de figure que les territoires sont plus enclins à devenir porteurs ou initiateurs de projet.

19En effet, à l’issue de la première phase opérationnelle, les projets PACA Labs ayant de possibles retombées sur la gestion administrative des informations et des ressources humaines ou sur l’amélioration des services à destination des compétences (au sens juridique du terme) font majoritairement l’objet d’un soutien financier de la part des territoires. Tandis que les projets qui présentent moins directement un potentiel en matière de retombées économiques ou symboliques sur le territoire obtiennent plutôt un soutien de principe (voir tableau ci-dessous).

Répartition des projets PACA Labs en fonction du niveau et du registre d’implication des territoires

Répartition des projets PACA Labs en fonction du niveau et du registre d’implication des territoires

20Ces indicateurs demandent à être affinés et confirmés lors des prochains appels à projet, mais ils dessinent d’ores et déjà un cadre d’intervention de prédilection de la politique d’innovation des territoires dans le domaine des TIC, qui vise en priorité le développement de produits et de services numériques à destination des compétences juridiques et administratives dont la collectivité territoriale à la charge (transport, santé, environnement, tourisme, culture, etc.).

  • 11 Ces projets proposent d’expérimenter des solutions technologiques dont la phase de R&D a été réalis (...)

21Au jour d’aujourd’hui, une bonne partie des projets PACA Labs émanent du pôle de compétitivité SCS11 – pôle mondial spécialisé dans les métiers de la filière TIC. Dans l’hypothèse d’un nouveau positionnement des territoires en tant acteurs de l’innovation, il faudrait que ces derniers puissent se donner les moyens pour initier, à leur tour, des projets d’expérimentation. Ce changement ne va pas de soi : il se heurte tout d’abord à des habitudes de travail interne au sein des collectivités territoriales, mais aussi d’une manière plus générale à l’organisation traditionnelle de leurs missions. Par ailleurs, s’il se poursuit, ce changement de posture de la part des territoires devrait pouvoir s’appuyer sur une intervention plus importante d’un autre acteur concerné par PACA Labs, mais qui n’apparaissait pas jusqu’alors comme déterminant. En effet, le second objectif visant l’implication des usagers au sein des projets d’expérimentation a permis de mettre à jour le rôle pivot que pouvaient jouer les acteurs académiques dans le dispositif :

Avec l’Université, ben initialement, on va dire que notre compétence – donc là, je veux dire « compétence en matière TIC » – ne nous portait pas forcément à nous tourner vers l’Université, puisque les relations TPM/Université sont gérées au niveau de la Direction du développement économique. Donc, a priori, ce n’était pas notre positionnement. Par contre, ce qui nous a mis ensemble autour de la table, c’est le multimédia, clairement… et les usages que l’on peut faire des TIC pour un territoire. Donc, nous, on répondait à l’axe « service » de notre stratégie de développement numérique.
Direction des systèmes d’information et de la qualité, Communauté d’agglomération Toulon Provence Méditerranée (TPM).

3. Vers une structuration de l’axe collaboratif Territoire-Université ?

  • 12 Entendu au sens du Régime d’aide à la R&D&I des collectivités territoriales et de l’État prévu par (...)

22Le dispositif PACA Labs prévoit de soutenir trois grands types de projets de « développement expérimental12 », qui se déclinent de manière complémentaire en trois axes : (1) projets de prototypage « grandeur nature » ; (2) projets de recherche-expérimentation ; (3) projets d’« écosystème numérique ».

23Cette déclinaison s’inspire de l’approche européenne des Living Labs, dont on peut considérer que l’axe 3 constitue une sorte d’équivalence. Le contenu et les contours de cet axe restent néanmoins encore largement à préciser, et c’est la raison pour laquelle il n’a pas été ouvert lors du premier appel à projet. L’axe 2, quant à lui, de par sa dimension exploratoire, invite aux collaborations avec les établissements d’enseignement supérieur et de recherche. Toutefois, sur les 21 projets du premier appel, et alors même que 12 dossiers présentaient un partenariat avec des établissements de ce type, aucun ne s’est positionné sur cet axe. C’est donc sur l’axe 1 que se sont rabattus l’ensemble des candidats, toutes formes de consortiums confondues.

24On peut avancer trois types d’explication à cet état de fait. La première relève de ce que la majorité des projets PACA Labs sont issus, comme nous l’avons déjà mentionné, du pôle de compétitivité SCS, ce qui implique en retour un niveau d’avancement suffisant de leur phase de R&D pour permettre une expérimentation effective de prototype. La deuxième relève d’une ambiguïté du dispositif PACA Labs, inhérente cette fois-ci à la notion même de « développement expérimental ». Sa traduction au sein du programme a conduit le dispositif à privilégier les projets se situant stricto sensu en phase d’expérimentation (soit l’axe 1), plutôt que ceux qui pouvaient aussi relever d’une phase de développement (soit l’axe 2). Et il semblerait que cette ambiguïté ait été intuitivement perçue par les porteurs de projet qui, dans les dossiers de candidature, ont tous fait le choix de se positionner sur l’axe 1, alors même que certains d’entre eux n’en relevaient pas forcément. Enfin, la troisième explication est à chercher dans la « boîte noire » de l’axe 2, c’est-à-dire dans la manière dont il a été initialement pensé. Cet axe semble en effet avoir été inspiré par une expérience précédente PACA Labs, menée début 2007. À cette occasion, la FING, la Communauté d’agglomération Toulon Provence Méditerranée et l’Institut Ingémédia de l’Université du Sud-Toulon-Var se sont vu adresser par la Mission TIC de la Région un « défi » :

Ce que nous a proposé la Région, c’était un défi. Elle nous a mis en réunion avec le directeur de l’Institut Ingémédia, le directeur du programme ville 2.0 de la FING et nous, pour nous dire « voilà, dans le cadre du programme Ville 2.0, ça serait intéressant que l’on puisse expérimenter, ou réfléchir ensemble à comment les services numériques pourraient être mis au service de la ville, et à faire changer les modes de coopération entre les différents acteurs urbains » […] La grande contrainte, c’était de ne pas chambouler le calendrier universitaire pour pouvoir lancer ce projet là. Donc, que nous dit le directeur d’Ingémédia ? Il nous dit « il faut absolument que, à la fois la FING et le territoire TPM se mettent d’accord sur un sujet, ben, qui rencontre les préoccupations Ville 2.0, qui rencontre les préoccupations de l’agglomération et qui rencontre la problématique pédagogique de l’Institut Ingémédia ». Donc voilà, l’idée qui en a germé, après quelques petits brain storming, c’était de mettre en place, enfin, de tester la mise en place d’un outil Wiki-cartographique.
Direction des systèmes d’information et de la qualité, TPM.

  • 13 Et c’est d’ailleurs la raison pour laquelle cet organisme a ensuite été associé à la gouvernance de (...)
  • 14 Parmi lesquels « Ville 2.0 », « Plus longue la vie », « Identité Active » et « 27e Région » [http:/ (...)
  • 15 Il s’agit du laboratoire I3M (Information, Milieux, Médias, Médiations).

25C’est donc à partir de l’élaboration de cet « outil Wiki-cartographique » que s’est forgée la double idée selon laquelle les projets de recherche-expérimentation devaient, d’une part, être menés en partenariat avec la FING13 et, d’autre part, associer des établissements d’enseignement et de recherche relevant en priorité des sciences pour l’ingénieur (SPI). Cependant, deux conditions essentielles de la réussite du Wiki-cartographique n’ont pas été objectivées : d’une part, il a été thématisé conjointement par la FING et TPM. Cette dimension a en effet disparu de la formulation de l’axe 2 de l’appel à projet. Si celui-ci stipule bien le partenariat avec la FING, il ne mentionne plus les programmes thématiques14 qui précisément lui donnaient du sens, ce qui vide du même coup l’axe 2 de son contenu et n’engage pas les porteurs de projet à s’en saisir. D’autre part, les enseignants-chercheurs qui ont accompagné le projet font aussi partis d’un laboratoire de recherche spécialisé dans l’étude des usages des TIC15.

Pour moi, on a de la chance que l’Institut Ingémédia avec lequel on travaille soit aussi un laboratoire des études des usages TIC. C’est idéal, parce qu’en plus c’est suffisamment générique pour ne pas être spécialisé sur un domaine, comme la santé, le transport, et tout ça.
Direction des systèmes d’information et de la qualité, TPM.

26En dépit de ces deux impensés, l’expérience inaugurale du Wiki-cartographique demeure riche d’enseignements quant aux conditions supposées rendre opératoire l’axe 2, et aux effets potentiels du dispositif PACA Labs dans son ensemble. Suite à ce projet, une convention a été signée entre TPM et le laboratoire I3M afin de renforcer leur coopération mutuelle. L’instauration de cette dynamique collaborative s’est par ailleurs révélée particulièrement fertile, puisqu’elle a servi de base à l’obtention du label européen Living Labs et de support à l’élaboration de quatre projets PACA Labs. Autrement dit, la structuration de l’axe collaboratif « Territoire-Université » aura permis à TPM d’anticiper sur l’axe 3 du dispositif et de se positionner sur l’axe 1.

  • 16 Ceci est notamment le cas des quatre projets soutenus par TPM, qui présentent tous la particularité (...)

27Dans le cadre de notre recherche-action, l’équipe Deixis-Sophia à laquelle nous appartenons a été chargée par la Mission TIC de la Région de mettre en place un Guidelines de l’implication des usagers, afin de sensibiliser les futurs porteurs de projet à l’approche de « l’innovation par l’usage » (Cardon, 2005). À mi-parcours de notre travail, il est apparu que les projets qui envisageaient concrètement une prise en compte des usagers dans leurs expérimentations mobilisaient par ailleurs des compétences en sciences humaines et sociales (SHS) dans l’élaboration des méthodes de recueil de données et d’analyse des usages16. Aussi, avons-nous proposé d’inviter les porteurs de projet n’ayant pas de compétence en matière de protocoles d’études des usages, de s’associer à des laboratoires de recherche ou à des départements universitaires de la région qui s’inscrivent dans les différentes disciplines SHS susceptibles de les mettre en œuvre. Ce faisant, nous avons ouvert la possibilité d’impliquer des établissements d’enseignement supérieur et de recherche sur l’axe 1, alors que ce type de collaboration n’avait été envisagé que pour l’axe 2.

28Mais il y a plus. Si l’axe 1 tend à mobiliser des compétences SHS et l’axe 2 des compétences SPI, il se pourrait bien que les compétences conjointes des SHS et des SPI puissent participer des moyens à mobiliser pour développer les « écosystèmes numériques » que le dispositif PACA Labs appelle de ses vœux dans l’axe 3. Reste que la structuration de l’axe collaboratif Territoire-Université, au même titre que les coopérations Université-Entreprise (Grossetti, Bes, 2001 ; Grossetti, 2008), suppose l’existence de dynamiques relationnelles entre des individus issus de sphères d’activités différentes.

Conclusion

29Alors que les pôles de compétitivité restent le plus souvent l’affaire des entreprises, n’impliquant les territoires que dans le co-financement des projets collaboratifs, le dispositif PACA Labs, quant à lui, tend à aménager une place aux collectivités territoriales dans leurs architectures organisationnelles. En ce sens, ce programme régional vient utilement compléter l’action du pôle SCS orientée vers la production de formes d’innovation « territorialisée » : si jusque-là le territoire intervenait surtout en tant que financeur et en tant que lieu de production de cette innovation, il en devient à présent acteur à part entière, ayant la possibilité de se positionner en initiateur, à partir de ses besoins.

30Ce faisant, l’un des effets du dispositif PACA Labs pourrait résider dans le passage d’une logique de « l’innovation des territoires » à celle de « l’innovation par les territoires ». Or, non seulement ce changement ne va pas de soi, mais il se pourrait bien qu’il entraîne aussi avec lui, en sus des effets visés par PACA Labs, des effets non prévus. Parmi ceux-ci, émerge déjà une interrogation à propos de la tension entre l’engagement du territoire en tant qu’acteur de l’innovation et le respect du code des marchés publics auquel il est soumis.

Bibliographie

Bibliographie

Barthet Marie-France, Thoin Muriel, 2009, Les Pôles de compétitivité, Paris, La Documentation française.

Cardon Dominique, 2005, « Innovation par l’usage », in Ambrosi Alain, Peugeot Valérie, Pimienta Daniel (dir.), Enjeux de mots. Regards multiculturels sur les sociétés de l’information, Caen, C&F éditions, p. 309-330.

Dang Nguyen Godefroy, 2009, « Innovation et territoires : les pôles de compétitivité », in Gille Laurent (dir.), Les Dilemmes de l’économie numérique. Les transformations des économies sous l’influence de l’innovation, Limoges, FYP Éditions, p. 63-72.

Draetta Laura, Fernandez Valérie, 2009, « Les TIC comme artefacts de médiation de la connaissance à l’échelle des territoires », in Gille Laurent (dir.), Les Dilemmes de l’économie numérique. Les transformations des économies sous l’influence de l’innovation, Limoges, FYP Éditions, p. 176-182.

Draetta Laura, Fernandez Valérie, Fribourg Bertrand, 2008, « Coopérer dans le territoire : les TIC dans une approche de la proximité organisée », XVIIe Congrès de l’Association Internationale des Sociologues de Langue Française (AISLF), Istanbul, 7-11 juillet.

Draetta Laura, Fernandez Valérie, Gadille Martine, Puel Gilles, 2008, « Nouvelle politique industrielle et constitution de systèmes territoriaux d’innovation : le cas du secteur TIC », XLVe Colloque de l’Association de Science Régionale de Langue Française (ASRDLF), Rimouski (Québec), 25-27 août.

Etzkowitz Henry, Leydesdorff Loet, 1997, Universities and the Global Knowledge Economy: a Triple Helix of University-Industry-Government Relations, Londres, Cassel Academic.

Labarthe Fabien, 2005, « Les jeunes du quartier, l’ECM et Internet : ethnographie d’une appropriation collective » in Vieira Lise, Pinède-Wojciechowski Nathalie (dir.), Enjeux et usages des TIC : aspects sociaux et culturels, tome 2, Pessac, Presses Universitaires de Bordeaux, p. 81-91.

Lamy Erwan, Levratto Nadine, 2005, « Mobilisation du dispositif de la loi sur l’innovation par les régions : le cas de l’Auvergne », in Chatel Élisabeth, Kirat Thierry, Salais Robert (dir.), L’Action publique et ses dispositifs. Institutions, économie, politique, Paris, L’Harmattan, p. 347-378.

Martinotti Guido, Pozzali Andrea, 2008, « La dimensione locale dell’innovazione », in Viale Riccardo (a cura di), La cultura dell’innovazione, Milan, Il Sole 24 Ore, p. 151-171.

Mendez Ariel (dir.), 2008, Quelle articulation entre les pôles de compétitivité et les tissus productifs régionaux ? Une mise en perspective de quatre pôles en Provence-Alpes-Côte d’Azur [en ligne]. Disponible sur : http://halshs.archivesouvertes.fr/docs/00/32/66/31/PDF/Quelle_articulation_entres_les_poles_de_competitivite_et_les_tissus_productifs_regionaux.pdf

Musso Pierre, 2009, « Critique de la notion de territoire numérique », in Gille Laurent (dir.), Les Dilemmes de l’économie numérique. Les transformations des économies sous l’influence de l’innovation, Limoges, FYP Éditions, p. 168-175.

Porter Michael, 1999, L’Avantage concurrentiel, Paris, Dunod [1re éd., 1986, Paris, InterÉditions].

Shinn Terry, 2002, « Nouvelle production du savoir et triple-hélice : tendances du prêt-àpenser les sciences », traduit par de Launay Michelle, Actes de la recherche en sciences sociales, no 141-142, p. 21-30.

Notes

1 Le premier a donc déjà été lancé (novembre 2008) et reste en cours d’exercice, le second a été ouvert en septembre 2009.

2 Établissement public de coopération intercommunal (communauté urbaine, communauté d’agglomération ou communauté de communes).

3 Conclusions de la Présidence – Conseil européen de Lisbonne, 23 & 24 mars 2000.

4 À ce jour, une vaste littérature, scientifique et surtout technique, existe dans ce domaine. Pour une présentation synthétique des pôles de compétitivité, nous renvoyons à la dernière publication de la DIACT (Barthet, Thoin, 2009).

5 Soulignant, au passage, les difficultés que ces relations avaient à s’établir.

6 Consultables à l’adresse Internet http://eric.regionpaca.fr/article.php3?id_article=1663.

7 Notamment en réduisant la problématique des usages à celle du développement des infrastructures (Musso, 2007), rabattant ainsi la question de l’appropriation des TIC sur celle de l’accès (Labarthe, 2005).

8 Et d’un autre dispositif intitulé « e-services et territoires ». Ce dernier vise à soutenir des projets de services numériques liés en particulier au tourisme et au patrimoine.

9 Il subsiste cependant une répartition géographique inégale. Sur les 6 départements que compte la Région PACA, seuls 3 ont été concernés par le premier appel à projets. Ainsi, 11 projets sont issus des Bouches-du-Rhône, 6 des Alpes-Maritimes et 4 du Var, tandis qu’aucun projet n’a émané du Vaucluse, des Alpes-de-Haute-Provence et des Hautes-Alpes.

10 Loi no 99-587 du 12 juillet 1999.

11 Ces projets proposent d’expérimenter des solutions technologiques dont la phase de R&D a été réalisée dans le cadre du pôle.

12 Entendu au sens du Régime d’aide à la R&D&I des collectivités territoriales et de l’État prévu par les fonds structurels.

13 Et c’est d’ailleurs la raison pour laquelle cet organisme a ensuite été associé à la gouvernance de PACA Labs.

14 Parmi lesquels « Ville 2.0 », « Plus longue la vie », « Identité Active » et « 27e Région » [http://www.fing.org].

15 Il s’agit du laboratoire I3M (Information, Milieux, Médias, Médiations).

16 Ceci est notamment le cas des quatre projets soutenus par TPM, qui présentent tous la particularité d’être associés au laboratoire I3M.

Table des illustrations

Titre Répartition des projets PACA Labs en fonction du niveau et du registre d’implication des territoires
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/5142/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 73k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540