Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Stratégies du changement dans les systèmes et les territoires

 | 
Lise Viera
, 
Nathalie Pinède

Conférences inaugurales

Enjeux et usages des TIC : la nécessité d’une approche paradigmatique

Alain d’ Iribarne

Texte intégral

1Pour aborder les stratégies de changement liées aux diffusions et aux usages des TIC dans les systèmes – c’est-à-dire dans les organisations productives ou non –, et dans les territoires, une approche paradigmatique paraît d’autant plus nécessaire que les contextes économique et social dans lesquels s’élaborent et se mettent en œuvre ces stratégies de changement sont eux-mêmes l’objet de transformations profondes.

1. Les bases empiriques de la proposition conceptuelle

2Cette vision est issue d’une longue pratique d’observations dans des entreprises de toutes tailles avec comme objectif de mieux comprendre comment se faisaient les processus de diffusion et d’appropriation des innovations techniques, organisationnelles et gestionnaires de la part de salariés qui étaient confrontés, par ailleurs, à de nouvelles exigences productives liées à des déplacements stratégiques sur les marchés des produits fabriqués et des services rendus. Dans leurs dernières étapes, ces évolutions technologiques ont d’abord correspondu à des processus concomitants mais disjoints d’informatisation des processus productifs et des processus de gestion tant dans les ateliers et les usines que dans les bureaux, suivant une informatique centralisée. Elles se sont poursuivies ensuite par leurs rencontres à travers une informatique distribuée, avant que n’apparaissent, à la fin des années 1990, les ensembles intégrés associés aux connexions à l’Internet et à la mise en place des Intranet supports de toutes les applications que l’on connaît : e-mails, sites web, bases de données gestionnaires, workflow…

3Elles sont également issue d’une pratique plus récente et décalée de conduite de projets de recherche liés à la mise en place de politiques publiques à l’échelle d’un territoire – municipalité, « pays », Région – en vue de favoriser les développements des territoires concernés en incitant les acteurs de ces territoires à s’engager activement dans des usages des TIC. Un objectif de ces travaux s’apparentant à de la « recherche action » était, dans la perspective de la mise en place d’un modèle européen de la « société de l’information », que ces TIC soient des TIC pour tous. Une telle perspective signifiait concrètement la mise en place de dispositifs publics visant à éviter ce qui est appelé une « fracture numérique », certains « citoyens » ne pouvant accéder aux usages de ces TIC et étant donc considérés comme susceptibles d’être des « exclus ».

4De l’ensemble de ces travaux de recherche qui, en ce qui concerne les TIC, ont débuté en 1994, il est ressorti, d’un point de vue conceptuel, que « le social se saisissait de la technique autant que la technique se saisissait du social ». Il est apparu, en corollaire, que les processus d’appropriation des TIC par les usagers s’appuyant sur une logique industrielle dominante qui consistait à privilégier les offres de nouvelles techniques issues de la R&DT, suivant une logique technological push/market drive, avaient intérêt à être complétés par des approches tenant compte des desiderata des utilisateurs potentiels, ces derniers étant intéressés à titre principal par la solution de leurs problèmes quotidiens suivant une approche social pull.

5Dans ce dernier cas, la difficulté principale, en présence de véritables innovations technologiques ou techniques, et donc en absence de toute expérience préalable de leurs conditions d’usage, a toujours été de pouvoir évaluer à l’avance les résultats susceptibles d’être obtenus à travers ces usages, c’est-à-dire les améliorations de services rendus. En ce qui concerne les entreprises, cette question était d’autant plus importante que, face à des gains d’efficacité immédiats attendus – le plus souvent évalués par des gains de productivités du travail –, les performances réelles obtenues avec les nouveaux équipements commençaient par se dégrader avant de s’améliorer à la suite d’apprentissages individuels et collectifs dans les usages de ces techniques. Mais, au regard des pressions exercées par les employeurs pour que les salariés s’activent à utiliser les techniques mises à leur service, les pressions exercées sur les « citoyens usagés » étaient extrêmement faibles, laissant ainsi à ces derniers des marges de latitudes d’usage infiniment plus grandes. En ce qui les concernait donc, les motivations économiques et sociales d’usages devenaient les principaux facteurs d’usages, les « barrières d’entrées » aux usages n’étant pas celles traditionnellement présentées, dès lors que des politiques publiques destinées à faciliter les accès aux équipements étaient convenablement mises en place.

2. Retour sur la problématique des usages en entreprise

  • 1 Pour en savoir plus, on trouvera in fine, les principales références bibliographiques de l’auteur d (...)

6En ce qui concerne les usages des TIC en entreprise – que cette dernière soit privée ou publique –, ceux-ci ont toujours été dominés par une problématique de la compétitivité et de l’efficacité productive. Cette problématique a fait l’objet de très nombreuses recherches au carrefour de l’économie et de la sociologie tant de l’entreprise que du travail, ces recherches étant rejointes par celles relevant de la gestion1.

7Au cours du temps, et en ce qui concerne l’informatisation en réseau, on a vu les réseaux à protocole IP se substituer aux réseaux propriétaires tandis que se développait le « multimédia » puis, aujourd’hui, les nouvelles générations du web avec le « web 2.0 » mettant l’emphase sur les outils favorisant les pratiques communautaires et le travail collaboratif. De même, en ce qui concerne les relations entre la dimension technologique et les autres, on a assisté à la recherche d’un encastrement de plus en plus grand des techniques dans la gestion économique et l’organisation sociale, suivant une dynamique productive qui, par ailleurs, a cherché à encastrer l’entreprise dans son environnement territorial de proximité alors que l’accent était mis au contraire sur un élargissement des marchés et de la concurrence à un espace monde.

8C’est que les entreprises, confrontées à une concurrence élargie et renforcée, se sont mises à chercher, dans les territoires où elles ont été implantées, des synergies destinées à améliorer leurs compétitivités relatives en incorporant ce que les économistes appellent des « externalités positives », c’est-à-dire les apports que représentent la disponibilité d’infrastructures de transport, d’éducation, de recherche ou de loisir, pour ne citer que celles-là.

9Plus précisément, en ce qui concerne les entreprises, la dynamique des TIC s’inscrit ces trente dernières années dans une dynamique de changement de paradigme productif qui a vu le passage d’un paradigme « taylorien/fordien » appuyé sur une perspective globale « d’État providence », à un paradigme dit « de la valeur » qui s’affichait d’abord comme de la valeur pour tous – c’est-à-dire les clients, les fournisseurs, les salariés et les financeurs, sans oublier l’environnement –, et qui est devenu peu à peu un paradigme de « la valeur pour l’actionnaire », celui-ci prélevant à son profit une part élevée des résultats économiques de l’entreprise au détriment de tous les autres.

3. Le paradigme du « low cost » de la « valeur pour l’actionnaire »

10Les TIC ont donc été « formatées » pour contribuer à cette valorisation, devenant ainsi un outil de l’efficacité de la production dans une société de plus en plus dominée par des activités de service. Elles ont été également formatées, dans leur mise en œuvre, pour constituer un outil d’inégalité de répartition, en particulier en devenant le support privilégié de la sphère financière. Du point de vue de l’efficacité productive, les réseaux IP ont servi tout particulièrement de support à la composante « RH » du paradigme constitué par un passage de la logique de la « qualification » à la logique de « compétence » associée par ailleurs à une coopération élargie et à une mutualisation des savoirs. Les TIC ont également servi, grâce à la traçabilité, de support privilégié à toute la gestion de la logistique devenue essentielle dans une économie dont les processus ont été à la fois démembrés et intégrés dans une gestion à flux tendus basée sur le « zéro stock », le « just in time » et le « TQM ».

11Si on veut bien considérer sa trajectoire historique, ce modèle de la « valeur pour l’actionnaire » constitue une forme dégradée de celui de la « valeur pour tous » qui avait émergé à la sortie de la crise précédente de la fin des années 1970. Il s’inscrit par ailleurs dans ce grand mouvement du low cost qui se combine avec le high price comme dans le cas de Microsoft, avec le midel price comme dans le cas de Nokia, ou avec le low price comme dans le cas de Wal-Mat. Il s’agit également, dans ce dernier cas, d’une évolution dégradée du modèle low cost/low price du type Ikea qui a comme caractéristique de rechercher sa compétitivité plus sur des innovations de produits et de process que sur du « moins disant social ».

12Ce modèle n’a pu prendre son plein développement qu’en raison d’une adhésion dominante, tant dans le monde des dirigeants des grandes entreprises que dans celui des politiques, à l’idée selon laquelle une ouverture généralisée des marchés à une concurrence renforcée ne pourrait qu’être bénéfique – tant pour les consommateurs que pour la croissance mondiale –, en raison d’un abaissement généralisé des prix des biens de consommation et une intensification de la circulation des biens et des capitaux, ces derniers allant vers les lieux de mobilisations où leur rentabilité serait la plus élevée.

13La conjonction de ces deux facteurs – l’innovation technologique et l’adhésion au credo « libertarien » –, a eu pour effet d’accélérer un double mouvement de raccourcissement du temps et d’élargissement des espaces d’échanges économiques, ces mouvements étant déjà amorcés avec le « zéro stock » et le démembrement des entreprises « recentrées sur leur cœur de métier ». De fait, dans le prolongement de la lean enterprise – l’entreprise agile car elle a perdu ses kilos superflus –, c’est à la hollow enterprise qu’il est fait référence, c’est-à-dire à l’entreprise débarrassée de toutes ses immobilisations et qui ne garde plus que les fonctions stratégiques : celles qui, dans son cœur de métier, lui permettent de générer et de capter le plus possible de « valeur ».

14Associées aux vertus d’une division du travail sans cesse élargie puisée dans Adam Smith, les vertus de l’innovation chère à Joseph Schumpeter accordent une place stratégique accrue à la R&DT à qui il est demandé de toujours accélérer les vitesses de mise sur le marché des résultats des laboratoires : le raccourcissement du fameux time to market. Il s’agit pour l’entreprise, à travers ces innovations plus ou moins réelles, de se créer, par rapport à ses concurrentes, des avances temporelles sur des marchés segmentés lui permettant de disposer le mieux possible de monopoles temporaires à l’origine des marges les plus élevées possibles.

15Ainsi, par opposition à l’entreprise « stable », l’entreprise « stratégique », qui se meut dans un univers de « liquidité » et de recherche d’une rentabilité de court terme continuellement renouvelée, se doit d’être à la fois réactive, agile et légère. Une telle entreprise qui est aussi celle de « l’impatience » a cependant comme caractéristique d’engendrer une instabilité, voire une déstabilisation des acteurs, en particulier des salariés qui se voient confrontés à des brouillages plus ou moins intenses de leurs repères, y compris leurs repères sociaux de métiers et de groupes de référence associés à des pertes de sens. Dès lors, dans un paradigme GRH de la « compétence » qui demande au salarié d’être à la fois autonome, coopératif, inventif et entreprenant, celui-ci va se demander pourquoi (quel but ?), et pour qui (au profit de qui ?), il travaille.

16Ces pertes de repères peuvent être d’autant plus fortes que dans le double mouvement de démembrement juridique de l’entreprise et d’intégration technologique et processuelle de plus en plus élargi des fournisseurs (voire des clients) on assiste à la création « d’entreprises réseaux » verticalement intégrées et de « réseaux entreprises » à intégrations horizontales et au sein desquels il devient difficile pour les salariés (mais aussi pour les clients) de se retrouver, tant les frontières lui deviennent floues : qui est au juste responsable de quoi ? À qui faut-il s’adresser pour avoir une réponse pertinente à une question posée ? La dilution des pouvoirs de décision au sein de ces réseaux paraît souvent peu supportable, donnant l’impression d’une absence de pilote dans l’avion ou d’une volonté de noyer les responsabilités.

17Autre élément : ce paradigme, vis-à-vis des salariés, conduit les « managers » à exprimer des demandes de comportement qui, là où se trouvaient des alternatives, se retrouvent des conjonctions. Ainsi, il leur sera demandé non pas d’être créatifs ou soumis à des règles et procédures, mais d’être créatifs et soumis. De même, il leur sera prescrit d’être autonomes tout en leur demandant de se soumettre à des contrôles procéduraux renforcés. Il pourra également leur être demandé d’être tout le temps disponible, « ici et ailleurs », en application de « l’ubiquité » qu’autorisent les outils de communication. Également, et ce n’est pas la moindre des choses, il leur sera demandé de rester fidèles, tandis que cette dernière affirmera ne pas pouvoir garantir une stabilité de lien salarial en raison du caractère devenu aléatoire des marchés et de la nécessité de privilégier une gestion stratégique pour satisfaire les exigences des actionnaires.

18Enfin, dans ce grand mouvement de déplacement paradigmatique, on assiste, à la suite de l’apparition d’un excès d’offre par rapport à la demande et dans le cadre d’un processus de plus en plus poussé de segmentation des produits et services offerts, à un retournement historique avec l’appui des dirigeants des grandes entreprises cotées en bourse, des rapports de force au détriment des fournisseurs et des salariés et en faveur d’abord des clients et, ensuite, des financeurs.

4. Vers un nouveau paradigme productif

19Si on poursuit cette analyse de la dynamique productive et de la société, on peut constater que les effets pervers de ce paradigme combinant le low cost à la « valeur pour l’actionnaire » (effets révélés si cela était nécessaire de le rappeler par l’actuelle crise financière) se développent dans tous les domaines de l’économie et de la société réelle aussi bien sociaux qu’environnementaux, voire politiques. Ces effets pervers se développent plus vite que les effets bénéfiques, ce qui laisse supposer, comme pour le paradigme qui l’a précédé, qu’il est confronté à des formes d’épuisement. Dès lors la question se pose de savoir ce que pourrait être un processus de sortie de ce paradigme et de transition vers un nouveau.

20Tout autant que pour la période précédente – et peut-être plus encore en raison d’une superposition probable d’évolutions de périodicités multiples –, il nous faut pour prétendre répondre à cette question envisager les manières dont la dynamique technologique viendra s’encastrer dans les dynamiques économiques et sociales, avec leurs effets potentiels autant positifs que négatif. On est effet confronté, dans une double perspective de développement économique et de bien-être social – donc dans une perspective ontologique de « progrès » –, à l’élaboration d’une nouvelle étape de réagencement temps/espaces ainsi qu’individuel/collectif.

21Sur le court terme, il s’agit avant tout de trouver une régulation de l’économie financière qui, par un retournement assez classique dans une société capitaliste, résulte du fait que la finance a imposé sa loi à l’économie réelle et à la société au lieu d’être en situation inverse. Sur le moyen terme/long terme, il s’agit de déterminer la manière dont va se faire le basculement d’un espace monde « atlantico centré » issu de la conquête de l’Amérique par l’Europe, à un espace monde planétaire qui sera plus ou moins intégralement « pacifico centré ».

22L’intensité et les modalités concrètes de ce basculement dépendront très largement des choix politiques qui seront opérés, dans la sphère mondiale de la régulation, en faveur d’un engagement plus ou moins actif vis-à-vis d’un nouveau paradigme : il pourrait s’agir banalement de celui qui s’invite en force dans la rhétorique dominante actuelle, mais qui relève des signaux faibles dans l’économie réelle, celui du « développement durable et équitable ». On sait que, suivant ce paradigme, le développement économique, dans sa logique productive, devrait être moins gaspilleur et destructif des ressources tant naturelles qu’humaines. Il devrait être également plus équitable dans la répartition des richesses, permettant, par exemple, pour ne prendre en considération que cette dimension, au milliard actuel d’humains vivant un dessous du seuil de famine, de sortir de sa sous-nutrition.

23Si on s’inscrit dans l’hypothèse de l’avènement non seulement souhaitable mais aussi recherché d’un tel paradigme global de « développement durable et équitable », on devrait se trouver en face d’entreprises plus « raisonnables », plus « socialement responsable », plus « solidaires », plus « citoyennes ». Cette sortie vers un nouveau paradigme productif à travers une « financiarisation régulée » aurait entre autres comme objectif immédiat d’assurer une croissance économique basée sur la mobilité dans la stabilité sociale et donc, de permettre aux acteurs concernés par la vie de l’entreprise – et pas seulement dans l’entreprise –, de retrouver des repères et, plus largement, de retrouver du sens à leurs activités.

24Mais l’expérience laisse supposer que pour avoir de réelles chances de voir ce type d’entreprise constituer la norme productive, il faudra non seulement revenir au projet de produire de la « valeur pour tous », mais aussi modifier substantiellement les rapports de pouvoir au sein du système de l’entreprise « low cost/valeur pour l’actionnaire », en assurant un autre équilibre dans son système de gouvernement. Au-delà de l’hypothèse qu’un tel mouvement pourrait se faire relativement facilement dans le cadre de l’économie capitaliste « normale » en s’appuyant sur les entreprises patrimoniales, en raison de la confusion qui existe entre les activités managériales et la détention des capitaux, l’expérience des institutions productives relevant de l’économie sociale – coopératives, mutuelles, fondations et autres associations loi de 1901 –, laisse supposer qu’une participation réelle aux instances de décision stratégiques, des salariés – véritables collaborateurs de l’entreprise – voire des bénéficiaires de services – sociétaires –, serait nécessaire sans être utopique.

25Dans ce type d’entreprise, le modèle de la « compétence » basé sur « l’autonomie, la responsabilité, la créativité et l’entrepreneuriat pour tous » serait réellement mis en œuvre et serait associé, de plus, à des organisations favorisant des « échanges de savoir-faire et de savoir » donnant ainsi une consistance à l’idée d’une « mutualisation » de ces derniers et, par-delà, un contenu effectif à la motion de « société de la connaissance ».

26Cette perspective pourrait avantageusement s’appuyer sur les développements technologiques actuels et leurs applications, moins ceux qui sont orientés vers les nanotechnologies et la bionique permettant de donner un contenu à la notion d’« homme élargi » que ceux du « web 2.0 » – avec ses « chats » et ses blogs –, qui conduisent à mettre en avant, au-delà de la notion de « monde élargi » du type Second Life, les réseaux sociaux du type Facebook.

27Si on poursuit cette perspective plus à fond, en relation avec le modèle qui a fondé les « logiciels libres » de type « Linux », c’est, en fait, une autre économie qui est susceptible de se développer. On voit, en effet, s’ouvrir la perspective d’une économie dans laquelle le rôle moteur de l’innovation ne serait plus dévolu à l’entreprise, mais à ces réseaux sociaux, véritables têtes chercheuses des « nouvelles sociétés », ces réseaux étant d’autant plus efficaces que les usagers ne seraient même plus des « co-concepteurs » avec les professionnels de la R&DT, mais des « concepteurs-utilisateurs » à la fois producteurs et bénéficiaires des technologies ainsi que de leurs applications. Ce serait donc, en quelque sorte, un renversement des processus d’innovation, avec des « concepteurs usagers » qui ne seraient plus à la terminaison de la chaîne de production de valeur, mais à sa source.

28Dans cette perspective, la notion « d’entreprise élargie » étendue à celle « d’entreprise réseau » vient se dissoudre dans la société en relation avec des ensembles communautaires, suivant des continuums au sein desquels les droits et devoirs individuels et collectifs seraient à déterminer en fonction des articulations opérées entre d’un côté une économie de la gratuité où régnerait une logique de « don et contre don » et, de l’autre, une économie marchande traditionnelle.

29À ce stade de la perspective ainsi ouverte, on voit bien que c’est la question de la citoyenneté qui émerge au centre du questionnement : celle du gouvernement tant de l’entreprise que de la « Cité », l’une et l’autre étant fortement interdépendantes en raison de leur encastrement, la citoyenneté étant prise avant tout dans le sens de la capacité à « disposer d’une voix au chapitre ».

30Cependant, pris dans l’euphorie des nouvelles perspectives ainsi offertes, il ne faut pas oublier une autre question importante posée à propos de tous ces outils et de leurs applications nouvelles : celle des usages contraires qui peuvent en être faits en fonction de la façon dont ils viennent s’encastrer dans des rapports sociaux préexistants. En effet, nous savons tout ce qui peut être dit de bénéfique à propos de l’avènement de cette « société du savoir » avec ses applications que sont, par exemple, le knowledge management et la démocratie participative. Mais on connaît aussi tout ce qui relève de leurs capacités accrues à favoriser aussi bien la manipulation de l’information que le contrôle des personnes, avec tout ce qui constitue les contrôles on line des activités – y compris les processus cognitifs –, la « traçabilité » et les possibilités d’intrusion dans la vie privée (privacy), l’ensemble pouvant aller jusqu’à la mise en cause des libertés publiques.

31On voit donc bien que, tant du point de vue de la prospective que de l’analyse du passé, on débouche à nouveau, in fine, sur des choix de modèles de société, c’est-à-dire sur la philosophie politique et sur le politique, les réhabilitant, l’un et l’autre, face à l’histoire.

Bibliographie

Publications sur le sujet depuis 1999

Benghozi Pierre-Jean, Flichy Patrice, Iribarne Alain d’, 2000, « Le développement des NTIC dans les entreprises françaises : premiers constats », Réseaux, vol. 104, no 18, Internet en entreprise, p. 31-57.

Eveno Emmanuel, Gadille Martine, Iribarne Alain d’, 1999, « Les politiques locales comme support au développement d’Internet : une comparaison entre les villes de Parthenay et de Cholet », in Actes du 2e Colloque international « Usages & services des télécommunications », ADERA – Association pour le Développement de l’Enseignement et des Recherches auprès des universités, des centres de recherche et des entreprises d’Aquitaine, Arcachon, 7-9 juin, p. 54-64.

Fenoyl Anne de, Iribarne Alain d’, 2004, « TIC et transformation des métiers : peut-on parler d’un “néo-métier” de documentaliste ? », in Actes de colloque « Le renouvellement des dynamiques de métiers : quelles articulations entre connaissances, compétences et identités ? », Paris, 5-6 février, 13 p.

Gadille Martine, Iribarne Alain d’, 2000, « Les PME françaises et internet : connaître les usages collectifs d’internet pour guider les offreurs de formation professionnelle », Formation Emploi, octobre-décembre, no 72, p. 59-88.

Gadille Martine, Iribarne Alain d’, 2000, « Transformations organisationnelles dans les PME françaises et nouveaux modes de gouvernances : l’exemple de l’usage d’Internet », 12th Annual Meeting of the SASE, SASE – Society for the advancement of socio-economics, Londres, 7-10 juillet, 23 p.

Gadille Martine, Iribarne Alain d’, 2000, « La diffusion d’Internet dans les PME : motifs d’adoption dans les réseaux et ressources mobilisées », Réseaux, vol. 104, no 18, Internet en entreprise, p. 60-92.

Gadille Martine, Iribarne Alain d’, 2000, « Les PME et les NTIC en réseaux : modalités d’usages externes et ressources mobilisées », in Les PME face à l’innovation et à la gestion des connaissances : quel rôle jouent les grandes structures ?, Actes du 12e Séminaire annuel « Organisations, innovation & international », Université de technologie de Compiègne, 24-27 janvier, Lille, AGIR, 2000, p. 379-400.

Iribarne Alain d’, Hervé Michel, Bourguinat Élisabeth, 2007, De la pyramide aux réseaux. Récits d’une expérience de démocratie participative, Paris, Autrement.

Iribarne Alain d’, Hervé Michel, 2006, « Parthenay, la révolution numérique aura-t-elle lieu ? », in Berry Michel et l’École de Paris, Managements de l’extrême, tome 2, Crises et renaissances, Paris, Autrement, p. 118-134.

Iribarne Alain d’, 2005, « La @-production : vers un modèle néo-artisanal de services sur mesure numérisés ? », Revue européenne de formation professionnelle, septembre-octobre/III, no 36, p. 5-15.

Iribarne Alain d’, 2004, « Santé au travail et @ entreprise : quand les transformations des normes de travail, d’emploi et de compétences deviennent de nouvelles sources de maladies professionnelles », in Poltier Hugues, Guénette Alain-Max, Henchoz Anne-Marie (dir.), Travail et fragilisation : l’organisation et le management en question, Lausanne (Suisse), Payot-Lausanne, Économie, organisation et humanités, p. 93-128.

Iribarne Alain d’, 2004, « IMAGINE : A structural analysis of the use of the Internet by households in four European towns », in Consalvo Mia, Baym Nancy, Hunsinger Jeremy, Bruhn Jensen Klaus Bruhn, Logie John, Murero Monica, Regan Shade Leslie (ed.), Internet Research Annual : Selected Papers from the Association of Internet Researchers Conference 2000-2002, volume 1, New York, Peter Lang, Digital formations, vol. 19, p. 109-117.

Iribarne Alain d’, 2004, « La conception française du passage de la qualification à la compétence : trois propositions pour expliquer une vision de rupture », in Oiry Ewan, De la qualification à la compétence, rupture ou continuité ?, Paris, L’Harmattan, p. 13-44.

Iribarne Alain d’, 2003, Hervé Michel, « Parthenay ou les infortunes de la vertu », in Les Amis de l’École de Paris du Management, volume IX, Paris, École de Paris du Management, p. 305-313.

Iribarne Alain d’, 2003, « Logique compétence, nouveaux modèles d’organisation productive et NTIC : un système gestionnaire », in Guénette Alain-Max, Rossi Mathias, Sardas Jean-Claude (dir.), Compétences et connaissances dans les organisations, Lausanne, SEES, p. 79-86.

Iribarne Alain d’, 2003, « Introduction : au-delà du déterminisme technologique », Formation Emploi, no 82, avril-juin, « Les enjeux des technologies de l’information et de la communication », p. 5-10.

Iribarne Alain d’, Tchobanian Robert, 2003, « Technologies multimédias en réseaux et dynamiques des activités professionnelles : le cas de France Télécom », Formation Emploi, avril-juin, no 82, « Les enjeux des technologies de l’information et de la communication », p. 91-105.

Iribarne Alain d’, Tchobanian Robert, « PME et TIC : quels sites web pour quelles PME ? », Réseaux, 2003 (parus en 2004), vol. 21, no 121, p. 145-169.

Iribarne Alain d’, 2002, « Quelles stratégies pour les formateurs dans une économie de la compétition et de la performance ? », Éducation permanente, juillet-août, vol. 2, no 151, « Apprendre des autres », p. 127-140.

Iribarne Alain d’, 2001, « Trente ans de Céreq – des qualifications aux compétences : chronique d’un oubli accepté ? », Formation Emploi, octobre-décembre, no 76, p. 71-91.

Iribarne Alain d’, Oiry Ewan, 2001, « La notion de compétence : continuités et changements par rapport à la notion de qualification », Sociologie du travail, janvier-mars, vol. 43, no 1, p. 49-66.

Iribarne Alain d’, 2000, « Comment revaloriser la santé au travail ? », in Charpentier François (dir.), Encyclopédie protection sociale : quelle refondation ?, Paris, Economica, p. 1175-1183.

Iribarne Alain d’, 2000, « Compétitivité économique et cohésion sociale », in AEES – Académie d’éducation et d’études (éd.), Au risque de la science : annales 1999-2000, Paris, Fayard, p. 119-157.

Iribarne Alain d’, 2000, « Pour une approche socioculturelle des autoroutes de l’information », in Chéneau-Loquay Annie (coord.), Enjeux des technologies de la communication en Afrique : du téléphone à Internet, Paris/Talence, Karthala/Regards, Hommes et sociétés, p. 313-320.

Notes

1 Pour en savoir plus, on trouvera in fine, les principales références bibliographiques de l’auteur de ces lignes, sur ce sujet.

Auteur

LAIOS/FMSH. iribarne@msh-paris.fr

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540