Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Stratégies du changement dans les systèmes et les territoires

 | 
Lise Viera
, 
Nathalie Pinède

Conférences inaugurales

Les systèmes d’information : une gouvernance en réseaux pour l’entreprise et les organisations ?

Yves Chevalier

Texte intégral

Introduction

1La question que je veux poser n’est pas tant celle du Système d’information (SI) dans sa nature technique ou organisationnelle que celle du rôle que vient à jouer le SI dans le management et l’organisation des activités d’une organisation ou d’une entreprise. Non que cette question soit inintéressante : l’architecture du SI, produit « naturel » ou « monstrueux » – selon les analystes – de la science informatique et des sciences de gestion, mérite bien sûr qu’on s’y arrête. Des travaux sont en cours.

2Ce dont je veux vous parler c’est du processus par lequel un dispositif technique et intellectuel – Stiegler dirait une « technologie cognitive » – se « naturalise », c’est-à-dire finit par se caractériser par des paramètres réputés déterministes et non humains alors même que son essence profonde est d’ordre politique et anthropologique.

3Au cœur de toute cette affaire, la notion de gouvernance. Cette notion me semble refléter, en creux, la problématique que je voudrais décrire avec vous. Parler de gouvernance, c’est, d’abord, ne pas parler de gouvernement, ne pas parler – en tout cas au premier abord – des hommes et des femmes qui exercent ce gouvernement, des femmes et des hommes qui exercent ce pouvoir. C’est la première étape de la « naturalisation » : la neutralisation.

4L’hypothèse que je fais est la suivante, et je vais l’énoncer assez brutalement, quitte à la nuancer un peu plus tard. La démocratie politique est en train de se vider d’une part de son contenu au profit de mécanismes technologiques réputés déterministes et non anthropologiques ; et ce mouvement, cette tendance, accompagne l’émergence d’une forme du néolibéralisme. On peut même dire qu’il constitue l’une des formes du néo-libéralisme. Le système d’information matérialise, représente une forme de maîtrise technique des mécanismes du management et de la gestion. En quelque sorte, accompagnant la théorie néolibérale et la prééminence du marché, il lui permet d’en aménager les représentations en donnant à ces dernières une vision scientifico-technique qui s’appuierait sur une démarche scientifique, hypothético-déductive fondée sur des indicateurs essentiellement quantitatifs. Si les « cadres » (frames) à travers lesquels les SI présentent les dispositifs de circulation de l’information, de la gestion de ces informations, bref les cadres du pilotage et de la gouvernance, sont de l’ordre du savoir objectif – totalement déterministe – alors ils doivent échapper à l’idéologie (c’est-à-dire à la circulation des idées), et donc, en dernière analyse, se situer hors du débat public.

5Il convient dès maintenant d’expliquer le terme « naturalisation ». Je voudrais commencer par me référer à Roland Barthes, et à l’avant-propos des Mythologies dont je vais vous lire quelques lignes :

  • 1 Avant-propos de l’édition Points Seuil, 1957, p. 9.

Le départ de cette réflexion était le plus souvent un sentiment d’impatience devant le « naturel » dont la presse, l’art, le sens commun affublent sans cesse une réalité qui, pour être celle dans laquelle nous vivons n’en est pas moins parfaitement « historique » : en un mot, je souffrais de voir à tout moment confondues dans le récit de notre actualité, Nature et Histoire […]1.

6Cette référence à Barthes permet peut-être de mieux situer mon propos. Ce sont les mécanismes de circulation et de trivialisation de dispositifs composites autour des SI qui m’intéressent. J’ai analysé l’un des mécanismes de cette trivialisation dans le numéro de Communication et Langages consacré au SI. Nous avons, Jeanneret et moi, analysé les modes de schématisation et de représentation graphique dans les processus de socialisation des SI. Bref rappel : qu’est-ce qu’un SI ? Entre cybernétique, systémique et informatique, le SI apparaît comme une réalité profondément labile et protéiforme. Certains l’utilisent pour désigner les dispositifs techniques (serveurs, réseaux et applicatifs) ; d’autres réservent ce terme au système de circulation des informations dans une organisation, système tantôt purement fonctionnel, tantôt très organisationnel ; d’autres encore considèrent le SI comme l’outil de base du pilotage, de l’entrepôt de données au système décisionnel qu’il alimente.

7Certains diront que c’est bien là toute la question. Un statut ambigu : technique, organisationnel et gestionnaire. La caractérisation métaphorique de ces systèmes ferait à elle seule une intéressante problématique. La naturalisation est donc le mécanisme par lequel des objets et êtres culturels, des procédures sociales et leurs outils, sont déshistoricisés, extraits du champ de la politique et décrits en termes déterministes comme des processus quasi naturels, régis par des lois. Et créant ainsi ce que l’on pourrait appeler une ontologie, un monde virtuel régi par ses propres lois. Je reviendrai peut-être sur ce terme plus tard. Plusieurs étapes à cette naturalisation, nous venons d’évoquer la « neutralisation ». Il faudrait creuser davantage cette question.

8Deux couples opposés pourraient tout aussi bien résumer cette approche : procédures versus processus. Équation versus adéquation.

Comment notre question traverse celle de la relation public/privé. Transparence, opacité et démocratie

  • 2 C’est bien dans les discours fonctionnels – et non dans les textes techniques ou d’architecture SI (...)

9Les promoteurs des systèmes d’information s’alimentent à une source, largement théorique et récente, celle-là : les théories de la « nouvelle gestion publique ». Bon nombre des notions que ces théories ont formalisées se retrouvent dans l’appareil discursif et fonctionnel des systèmes d’information2.

  • 3 On trouvera une bibliographie très complète sur le New Public Management sur le site « Premier rés (...)

10C’est une idée simple au départ : la gestion de l’administration peut être menée selon les mêmes critères et canons que ceux de l’entreprise privée3. D’où l’idée d’y imposer une démarche d’objectifs et non seulement de moyens, et surtout de mettre en place dans l’administration les outils du pilotage d’une entreprise : définir des centres de coûts ; imposer des objectifs clairs ; rationaliser les organigrammes et les cahiers des charges ; responsabiliser les centres de décision en leur donnant plus d’autonomie ; généraliser une culture d’indicateurs. Ces thèses, ou plus exactement le présupposé majeur de ces thèses, à savoir la similitude de traitement public/privé, heurte de front une tradition française du service public. Il leur est reproché d’être fondées sur la notion de profit financier ou à court terme, et de ne pas faire de distinction réelle entre service public et secteur privé. Les citoyens y sont considérés comme des consommateurs de prestations.

  • 4 La loi du 10 août 2007 sur l’autonomie des universités semble en être directement inspirée.

11Au-delà de l’opposition idéologique entre deux modèles du « service au public », sur laquelle je ne souhaite pas m’étendre ici, ce qui peut être intéressant, c’est d’étudier les zones de congruence idéologique ou représentationnelle, entre ces thèses du New Public Management et celles qui sous-tendent les systèmes d’information. Au fond, il s’agit de comprendre, au-delà des caricatures, ce mouvement de pensée qui, aujourd’hui à travers des textes de lois4, est en train de s’installer dans les faits et les mentalités comme pensée de référence, avec une certaine facilité vu la faiblesse et l’inaudibilité des critiques qui lui sont adressées. Sur quels concepts articule-t-il sa pertinence – ou son impertinence – politique ? Comment s’y réfère-t-on ?

Le New Public Management : ou l’idéologie de la transparence

12La demande sociale, à tout le moins ce que l’on convient d’appeler ainsi, semble être totalement en phase avec le New Public Management. Ce que l’on appelle « demande sociale » n’est autre, au fond, que l’idée que l’on se fait de ce que « demanderait » l’opinion publique, à travers les vecteurs qui s’en réclament, la presse notamment, et… l’air du temps. On connaît les débats sur la tyrannie de la « demande sociale » quelquefois instrumentalisée par les politiques, « demande sociale » à laquelle on fait dire à peu près ce que l’on veut, dans la mesure où elle n’est jamais, ou rarement, rapportée à un projet de société plus global qui serait fondé sur une ou plusieurs alternatives argumentées. Disons les choses autrement et plus sérieusement : certaines notions mises en avant par les tenants du New Public Management trouvent dans l’opinion et chez ceux qui la font un écho particulièrement positif ; pourquoi le nier ?

13C’est le cas de la notion de « transparence » comme de celle de « service au client ».

Service public ou service au public ?

  • 5 « Service public » est une expression attachée à la tradition républicaine de gauche depuis la fin (...)
  • 6 Un étudiant ordinaire en formation initiale (non boursier) paie environ 250 € de droits d’inscript (...)

14Le service public, quelquefois nommé « service au public » – et on comprend rapidement le sens de ce glissement syntaxique et sémantique5 –, c’est un ensemble de dispositifs sociaux, vitaux pour le fonctionnement de la collectivité, et dont l’État s’est gardé – jusqu’à une date assez récente – le pilotage et la propriété au nom de la collectivité. Le service public « rend » – et ce verbe est à comprendre dans son sens plein et entier – des services : c’est-à-dire qu’il mobilise des fonds publics issus de l’impôt pour assurer aux citoyens l’usage et le bénéfice de ces services. La différence entre un service privé et un service public, c’est que le service public est en quelque sorte « prépayé ». Malheureusement, ce pré-paiement est souvent oublié et c’est l’idée de gratuité qui domine alors. Idée hautement fallacieuse. Le service public est tout sauf gratuit6. Si la dérégulation se généralise, l’entreprise privée va bien entendu occuper ces niches : chronopost, frêt, formation des élèves prétendument « surdoués » ou « sous-doués », formation aux langues, agence pour l’emploi, etc. Dès lors la distinction s’estompe entre service public et service privé, surtout quand aucune évaluation comparative équitable et sérieuse n’est mise en place sur les services effectivement rendus par les uns et les autres, ou que les résultats de ces évaluations restent confidentielles ; dans un tel contexte, l’impôt devient rapidement insupportable, injustifié aux yeux de l’opinion. Et l’institution s’affaiblit alors dangereusement ; sa voix est inaudible, ses missions incompréhensibles, son autorité s’effrite ; l’opinion et ses maîtres triomphent. Les maîtres de l’opinion ont, en outre, une prédilection spontanée pour la contestation de l’institution, tout média confondu. L’institution se voit ainsi poussée à adopter un vocabulaire et des stratégies qu’elle n’a pas pris le temps de penser en relation avec son projet fondateur originel : autonomie, projet, responsabilité, gouvernance, transparence ; toutes ces notions, de ce fait, sonnent faux parce que les valeurs qu’elles véhiculent dans l’espace public ne sont pas pensées, débattues, mises à plat, expliquées en regard du projet républicain. En outre, de nombreux textes et règlements usuels vont clairement à l’encontre de ces notions rebattues.

15Si le « service public » ne réagit pas positivement à cela, en remettant sans cesse en question ses procédures, ses métiers, ses services, son management, sa « gouvernance » – comme on dit – il est fatal qu’il devienne moins performant. Il réagit, mais sans doute trop lentement, de façon non lisible, en traînant les pieds, ces dernières décennies. Les raisons de ces réticences sont multiples, nous en présenterons quelques-unes.

Confiance informationnelle versus sécurité des réseaux

16La « confiance » est une notion importante pour les systèmes d’information. Mais c’est sur un malentendu qu’elle s’impose : confusion est souvent faite entre sécurité technique des réseaux et confiance dans leurs usages. Il n’est pas de problème qui ne trouve sa solution technique. Mieux (ou pire) : cela va sans dire que les problèmes d’appropriation ou d’usage sont réductibles à des questions techniques. Dit sous cette forme, ce propos peut paraître excessif. Mais la force de ce truisme c’est précisément qu’il n’est jamais, plus jamais exprimé, donc plus jamais questionné. Il est entré dans la grille des représentations et des scripts à l’aide desquels on pense « société de l’information ».

Confidence, truth or security

17B. Stiegler a bien raison de réintroduire, quasiment en contrebande, des notions comme « la motivation », « le désir », « le désenchantement », ou « le réenchantement », quand il nous livre ses analyses des « nouveaux appareils de l’esprit » et des technologies de contrôle.

  • 7 C’est le sens de cette formule de Heidegger : « C’est l’essence de la technique qui est le danger (...)

18Les technologies, de notre point de vue, et au risque de choquer, ne peuvent qu’inquiéter7, au sens étymologique de ce verbe, c’est-à-dire « mettre dans un état d’éveil ». Ceci est loin d’être un propos technophobe.

19La seule chose qui puisse donner la confiance c’est la socialisation des techniques, et l’institutionnalisation de leurs usages, c’est-à-dire l’inscription de ces usages dans des procédures contractualisées d’échanges, de réciprocité, de respect des individus, des cultures et des langues. Mais derrière ces mots, c’est d’une réflexion sur la relation de confiance que nous avons besoin. Cette confiance dont Niklas Luhmann nous dit qu’elle permet de « réduire la complexité sociale ». Une réflexion sur la confiance et sur la défiance, et sur le rôle que peuvent, et doivent, jouer ces postures dans l’institution de la société ou pour son maintien.

La transparence

  • 8 Vincent Petitet montre bien le rôle de l’architecture de verre dans cette recherche de transparenc (...)

20Le moment est venu de parler « transparence ». La défiance est une posture ordinaire de la démocratie, une dimension complémentaire nécessaire de la confiance sociale. Niklas Luhmann nous montre dans ses travaux l’intérêt, en termes de « réduction de la complexité sociale », que présente la construction d’une confiance systémique que des individus et groupes d’individus vont accorder à un système complexe (société, organisation). Cependant, un système complexe, note Luhmann, peut très bien anticiper ce mouvement – ne serait-ce que par crainte qu’il ne se mette pas en place « tout seul » – en mettant en œuvre par opportunité une confiance « tactique ». Il s’agit au fond d’aider un peu le cours des choses, du moins le croit-on. La transparence, et tout ce que recouvre cette notion, constitue l’outil majeur de la confiance tactique. Ce que l’on convient d’appeler « transparence » semble assez évident mais il n’est pas inutile d’en préciser les contours. Les immeubles de verre, les bureaux paysagers, les espaces numériques partagés, les points de presse, les conférences de presse, les sites web, les blogs, les newsletters8, tous ces dispositifs sont peu ou prou, symboliquement ou effectivement mis au service de cette idéologie de la transparence et de la confiance tactique ; et les systèmes d’information sont souvent présentés comme le point nodal de cette transparence. Mais qu’en est-il vraiment ?

21La transparence, c’est… une notion opaque. C’est d’abord :

22 plutôt une déclaration d’intention de transparence : en effet, le citoyen lambda n’est que rarement en état de pratiquer le contrôle démocratique que semble lui promettre la transparence. Qu’il s’agisse des délibérations, des décisions, de l’exécution ou de l’évaluation d’une politique publique ou de ses acteurs, ou plus simplement d’une décision administrative, il est impossible de partager avec les citoyens la totalité des attendus et des motivations de ces actes politiques. De là à penser que la transparence n’est rien de plus que la possibilité – déjà existante – pour le citoyen de lire les débats des assemblées électives, de lire les lois et décrets, d’analyser la presse spécialisée… Mais cette intention de transparence n’est pas sans risque, même si elle ne change rien, fondamentalement, à la communication sociale telle qu’elle est ; elle valide l’idée selon laquelle il y aurait dissimulation. En outre, il s’agit d’une promesse qui ne peut être tenue, c’est donc la promesse d’une déception.

23 C’est aussi un jeu avec la notion de distance.

  • 9 Voir notre analyse du rôle de cette distance symbolique dans les procédures de légitimation médiat (...)
  • 10 Notons également que certains efforts de transparence, menés de bonne foi par des responsables pol (...)

24Proximité ne signifie pas abolition de toute « distance symbolique9 ». La transparence érigée en système – système largement discursif, nous venons de le voir –, la transparence comme idéologie, efface l’espace dans lequel la confiance/défiance peut s’installer en le sur-saturant de messages, de témoignages et de déclarations de bonne intention. Elle neutralise la démarche citoyenne, l’engagement citoyen dans la recherche de l’équilibre confiance/défiance. Bien entendu, ne nous méprenons pas : la saine gestion est sans aucun doute une vertu politique, mais l’idéologie de la transparence politique est une sottise, c’est tout aussi certain10.

25 C’est encore une confusion entre transparence administrative et transparence démocratique.

26La transparence démocratique est difficile parce qu’elle suppose un apprentissage, une familiarisation avec des réalités non binaires, et une compétence d’évaluation et d’arbitrage. Il est tentant de lui faire préférer la transparence administrative qui semble plus simple parce qu’elle se manifeste généralement et essentiellement à travers des chiffres : objectifs, indicateurs, évaluation quantitative.

  • 11 Alain Desrosières évoquait dans une conférence (Université de Bretagne-Sud, 2006) cet indicateur m (...)

27La transparence ne commencerait donc, ne pourrait donc commencer, qu’en aval de la décision publique ; et là, en effet, à ce stade, une logique d’objectifs et d’indicateurs convient parfaitement. Les indicateurs, s’ils ne sont pas le reflet d’une appropriation politique d’un projet, demeurent des outils abstraits, sujets à toutes les manipulations ou interprétations11. Et la seule façon de favoriser cette appropriation politique c’est d’associer les acteurs aux délibérations, de favoriser l’échange libre et ouvert sur le projet, en amont, dans le cadre, bien entendu, où s’inscrira socialement et politiquement ce projet.

28Enfin, il ne faut jamais oublier que l’accessibilité en ligne ne signifie pas la transparence : le déploiement d’un système d’information global donne très vite l’occasion de s’interroger sur les accès authentifiés donc sur les autorisations. C’est sans doute l’une des vertus des systèmes d’information : mettre en évidence les circuits de l’information, inviter les acteurs, en particulier les décideurs, à « écrire » les procédures.

  • 12 P. Rosanvallon, 2006, La Contre-démocratie. La politique à l’âge de la défiance, Paris, Le Seuil, (...)

29L’idéologie de la transparence « s’est ainsi peu à peu érigée en lieu et place de l’idéal démocratique de production d’un monde commun12 ».

30Ne pas renoncer à la construction de ce monde commun, même à travers un système d’information global, voilà l’alternative.

« La confiance repose sur l’illusion »

  • 13 N. Luhmann, 2006 [2000], La Confiance. Un mécanisme de réduction de la complexité sociale, Paris, (...)
  • 14 G. Simmel, 1999 [1908], Sociologie. Études sur les formes de la socialisation, Paris, PUF, p. 356.
  • 15 P. Rosanvallon, op. cit., p. 12.

31Ainsi s’ouvre le chapitre V de La Confiance de N. Luhmann13. En effet, on ne dispose jamais de la quantité d’informations nécessaires à une action au succès garanti. On est donc obligé de s’en remettre, en permanence, dans nos activités quotidiennes, les plus ordinaires comme les plus cruciales, à autrui : son voisin, un quidam, son patron, ses étudiants. C’est ainsi, il faut le savoir ; et il ne peut en être autrement. C’est un principe fondateur de la vie en société. Donc dès qu’il y a confiance entre deux individus, c’est aussi qu’il y a entre eux manque d’information. L’essence de la confiance, c’est d’abord l’ignorance. C’est, dit G. Simmel, un « état intermédiaire entre le savoir et le non-savoir sur autrui14 ». Il est déterminant de ne jamais perdre de vue cet aspect des choses parce que, tout aussi naturellement et nécessairement, la défiance devra constituer le revers indispensable de la confiance créée. Ceci étant posé, les mécanismes de confiance/défiance sont essentiels au bon fonctionnement d’une société. « Mécanisme de réduction de la complexité sociale » ou, comme le dit Pierre Rosanvallon « économiseur institutionnel15 », la transparence totale dans l’agir social, l’information complète dans la préparation des choix individuels sont totalement impossibles dans une société évoluée. Seules la confiance et la défiance peuvent réguler positivement ce manque structurel d’informations.

32Le sentiment de confiance mérite quelques explications. Luhmann distingue deux types de confiance : la confiance personnelle et la confiance systémique.

  • 16 « Celui qui fait confiance se décharge par là d’une complexité qu’il ne peut supporter. » N. Luhma (...)
  • 17 « C’est ainsi que, au sein des grandes organisations dans lesquelles le champ officiel des respons (...)

33La confiance personnelle, qu’un individu accorde à un autre individu, nous intéresse peu ici : elle est fragile, aléatoire et souvent involontaire, même si elle constitue l’un des plus beaux fleurons de l’intersubjectivité humaine. À l’inverse, la confiance systémique est spontanément réflexive : elle inclut comme hypothèse fondatrice le manque d’information et la réciprocité. Dans la confiance systémique, on sait que tout est construit, que tout est décidé et voulu. Il n’y a rien de « naturel » dans cette forme de confiance : la réduction de la complexité sociale est ici voulue et assumée comme telle. La confiance systémique n’est pas une généralisation de la confiance personnelle. Elle est d’un autre ordre. Elle s’accompagne d’un « apprentissage », note Luhmann, l’apprentissage de ne plus exiger ou plutôt de ne plus avoir besoin d’exiger en permanence les gages de la vérité. Cette confiance repose sur un système, un dispositif social ; elle n’est donc pas à la merci d’une déception passagère, d’une trahison individuelle ou d’un état d’âme. La fonction de ce dispositif social qui produit la confiance est explicitement de réduire la complexité sociale. Pour le dire autrement et trivialement, la confiance permet en société de gagner un temps fou : même si elle consiste la plupart du temps à se décharger sur autrui d’un fardeau16 que l’on ne pourrait pas assumer seul(e) : connaissance approfondie d’un sujet, historique des phases d’une action, etc. Je fais confiance parce que je n’ai pas le temps, ou pas l’envie ni la compétence de vérifier les présupposés des actions dans lesquelles on m’engage17. Une relation de type symbiotique s’installe. La confiance dispense donc de ré-expliquer chaque fois ce que l’on fait et pourquoi on le fait. Mais nos « associés » dans ce jeu savent qu’ils peuvent à tout moment exiger de nous ces explications, et ils savent aussi que, la plupart du temps, ils ne le feront pas. C’est bien d’un « apprentissage » qu’il s’agit.

34Cette confiance systémique est spontanément réflexive parce qu’elle suppose dans sa mise en œuvre la confiance corollaire de notre voisin. Elle suppose acquise la confiance de l’autre dans la même chose que nous, en vertu d’une sorte de contrat non écrit et pourtant très engageant parce qu’informel.

35Il apparaît clairement qu’il n’y a pas plus ou moins de confiance, « naturellement », dans le cadre d’un échange qui s’effectuerait tout ou partie via des machines, que dans le cadre d’échanges interpersonnels non médiatés. Ce qui est en cause et ce qui peut produire de la confiance ou de la défiance, ce sont les procédures, définies ou non, formalisées ou non, qui conduisent à la mise en œuvre d’un processus. Pour N. Luhmann, la confiance systémique n’est pas un état institutionnel, c’est l’institution se construisant ; donc un état instable, ou plutôt, comme dit Luhmann « métastable », c’est-à-dire en recherche permanente de son propre équilibre. L’idée couramment admise qui consiste à dire que la délégation doit s’accompagner de confiance est très réductrice en dépit de son apparente évidence : elle ne vise que la confiance personnelle, or cette dernière ne peut en aucun cas suffire à constituer la base d’une délégation réflexive efficace. La confiance systémique, créée par l’institution, dans le cadre d’une relation non pas duelle (entre deux individus) mais nécessairement tripolaire, c’est-à-dire avec l’intervention d’un tiers extérieur (état, organisme, structure de direction, de coordination, de médiation, grand témoin, représentation institutionnelle,…) n’est pas vraiment une illusion, c’est une construction abstraite. En soi, c’est une institution au sens propre de ce terme.

Conclusion : les SI comme médias ou comme ontologie

36J’oppose donc ici média et ontologie. En effet média signifie ici espace de relations, transferts, à la fois lecture et écriture de légitimité, espace de médiamorphose. Ontologie en revanche désignerait ici un mode clos sur sa perfection, clos sur son exigence désespérée de perfection.

  • 18 Op. cit., p. 105.
  • 19 On n’est pas loin de la notion d’« accountability » de l’éthnométhodologie. Voir Garfinkel, 1984, (...)

37On l’aura compris, ces questions ne se posent que sur fond de complexité. N. Luhmann postule que plus le contexte est complexe et plus la confiance devra pour se construire susciter de la méfiance, « institutionnaliser de la méfiance », écrit Luhmann18. Les procédures d’équilibre aboutissant à la confiance systémique ne sont, en fait, que des manifestations de méfiance concrétisée par des validations et des contrôles organisés19. Il y a bien paradoxe ou plutôt tension.

38La légitimité doit être conquise jour après jour, comme la confiance systémique. La méfiance – ou disons plutôt la défiance pour reprendre le terme qu’utilise Rosanvallon – n’est pas le contraire de la confiance. Il n’en demeure pas moins que l’affaiblissement de cet « économiseur institutionnel » qu’est la confiance pose problème.

39Pour finir, cette question : le système d’information global peut-il y apporter une solution ?

40Un système d’information qui fonctionne bien peut théoriquement résoudre ce problème : il a la capacité de mettre en œuvre le niveau de transparence que l’institution lui commande.

41Transparence, donc confiance ? Est-ce cela qu’il faudrait retenir ? C’est là une idée fausse : la confiance, avons-nous dit, après Luhmann, est de la méfiance dissipée ou écartée. Voilà pourquoi la transparence n’est pas une vertu essentiellement démocratique. Pour la même raison, l’arrivée d’un système d’information global dans une institution ou une entreprise ne peut pas résoudre les problèmes de confiance et de légitimité. Il peut en revanche être un outil qui va contribuer à poser dans les bons termes, en s’appuyant sur des images et des métaphores non trompeuses, les problèmes de gouvernance qui se posent et servir de vecteur aux solutions institutionnelles qui seraient proposées.

Notes

1 Avant-propos de l’édition Points Seuil, 1957, p. 9.

2 C’est bien dans les discours fonctionnels – et non dans les textes techniques ou d’architecture SI – que se retrouvent ces concepts. Par fonctionnel, nous entendons ici tous les processus « métier » qui mobilisent, utilisent et mettent en œuvre des SI.

3 On trouvera une bibliographie très complète sur le New Public Management sur le site « Premier réseau ouvert sur les services publics en Europe ».
http://www.unilim.fr/prospeur/fr/prospeur/ressources/management/partie1/biblio.htm (décembre 2007)

4 La loi du 10 août 2007 sur l’autonomie des universités semble en être directement inspirée.

5 « Service public » est une expression attachée à la tradition républicaine de gauche depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale. Parler de service « au public », c’est chercher à vider la chose de sa référence idéologique de gauche.

6 Un étudiant ordinaire en formation initiale (non boursier) paie environ 250 € de droits d’inscription. Le coût réel d’une année de formation universitaire est en moyenne de 8 000 €, hors frais fixes, investissements, amortissements, etc. Personne ne le rappelle, c’est pourtant la réalité. Ces droits d’inscription ne sont en fait que le viatique quasi symbolique qui traduit l’engagement personnel d’un étudiant ou de sa famille dans une démarche de formation de haut niveau.

7 C’est le sens de cette formule de Heidegger : « C’est l’essence de la technique qui est le danger (Gefahr). » M. Heidegger, 1958, « La question de la technique », in Essais et Conférences, Paris, Gallimard, p. 9-48. Et bien sûr les travaux d’Ulrich Beck, 2001 [1986], La Société du risque. Sur la voie d’une autre modernité, Paris, Aubier-Flammarion.

8 Vincent Petitet montre bien le rôle de l’architecture de verre dans cette recherche de transparence que mettent en œuvre les grands groupes pour leurs sièges. Il montre également que cette recherche de transparence participe plus largement d’une quête de légitimité. V. Petitet, 2004, « Communication et domination dans les organisations. Analyse d’un cabinet conseil », thèse de doctorat, Lyon.

9 Voir notre analyse du rôle de cette distance symbolique dans les procédures de légitimation médiatique.
Y. Chevalier, 1999, L’« expert » à la télévision, traditions électives et légitimité médiatique, Paris, CNRS Éditions.

10 Notons également que certains efforts de transparence, menés de bonne foi par des responsables politiques ou administratifs, ont pour résultat d’accentuer l’effet « boîte noire », dans la mesure où nos sociétés démocratiques sont, par nature, hypercomplexes. De ce fait les effets d’annonce sur la transparence s’apparentent bien souvent à de la pure démagogie. La complexité est inhérente au fonctionnement démocratique. Voir à ce sujet les analyses pénétrantes d’Yves Sintomer, 2007, Le Pouvoir au peuple, Paris, La Découverte. En particulier son analyse du tirage au sort en démocratie.

11 Alain Desrosières évoquait dans une conférence (Université de Bretagne-Sud, 2006) cet indicateur mis en œuvre par la gendarmerie nationale : le nombre de procès verbaux pour conduite sous emprise de l’alcool ; en hausse il signifie aussi bien un échec de la politique menée sur ce terrain qu’une efficacité croissante de l’action menée sur le terrain. Et… vice versa.

12 P. Rosanvallon, 2006, La Contre-démocratie. La politique à l’âge de la défiance, Paris, Le Seuil, 372 p.

13 N. Luhmann, 2006 [2000], La Confiance. Un mécanisme de réduction de la complexité sociale, Paris, Economica, Collection Études sociologiques.

14 G. Simmel, 1999 [1908], Sociologie. Études sur les formes de la socialisation, Paris, PUF, p. 356.

15 P. Rosanvallon, op. cit., p. 12.

16 « Celui qui fait confiance se décharge par là d’une complexité qu’il ne peut supporter. » N. Luhmann, p. 75.

17 « C’est ainsi que, au sein des grandes organisations dans lesquelles le champ officiel des responsabilités dépasse largement dans les postes supérieurs la capacité de responsabilité de l’individu (notamment la capacité de traiter l’information), émergent des relations personnelles de confiance très caractéristiques entre les supérieurs et leurs subordonnés, entre les postes décisionnels et le personnel, entre les parlementaires et les hauts fonctionnaires. Dans ces relations, l’une des parties se trouve dans l’obligation de faire personnellement confiance en raison de la surcharge de responsabilités qui lui incombe, confiance qui ne peut être avouée de manière officielle ni déclarée, tandis que l’autre partie saisit cette confiance, sent bien ses conditions et ses limites, la cultive et l’utilise comme base de l’influence qu’elle peut exercer sur la partie qui lui accorde sa confiance… ». N. Luhmann, op. cit., p. 74.

18 Op. cit., p. 105.

19 On n’est pas loin de la notion d’« accountability » de l’éthnométhodologie. Voir Garfinkel, 1984, What is Ethnomethodology ?, Turner.

Auteur

Université Européenne de Bretagne-Bretagne-Sud, Laboratoire PREFics-EA 3207/UMR LCF 8143. yves.chevalier@univ-ubs.fr

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540