Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Audiences, publics et pratiques radiophoniques

 | 
Jean-Jacques Cheval

Postface

Jean-Jacques Cheval

Texte intégral

1En ce début de XXIe siècle, la radio reste le média le plus répandu à travers le monde et, pour s’en tenir à l’exemple français, on sait que plus de 80 % de la population la pratiquent, la fréquentent, l’entendent, l’écoutent ou la « consomment » chaque jour en semaine ; en moyenne, ses auditeurs lui consacrent deux heures et demie par jour. Or, il est encore coutumier d’aborder la question de la recherche sur l’objet radiophonique en constatant un déficit d’études et de publications et finalement de chercheurs à ce propos. Tour à tour, en France ou ailleurs, les observateurs s’accordent pour souligner combien la radio est passée au second plan des préoccupations éditoriales et scientifiques et comment ce média, pourtant si vivant et si prégnant, paraît l’objet de peu d’attention. Si effectivement, par rapport à d’autres médias, d’autres problématiques au sein du champ des sciences de l’information et de la communication, la radio apparaît être une moindre préoccupation, l’intérêt qu’elle suscite auprès des chercheurs et des universitaires n’est pourtant pas inexistant. Ce qui semble faire essentiellement défaut ce sont les lieux de rencontres et de débats, les occasions d’échanges oraux ou écrits. Peu nombreux, ceux qui travaillent sur le sujet peuvent rester isolés, nationalement ou internationalement, ce qui accentue encore leur manque de visibilité et de reconnaissance.

2C’est avec l’espoir d’apporter une contribution à une rupture de cette situation que s’est constitué le Groupe de Recherches et d’Études sur la Radio (GRER) à l’Université Michel de Montaigne Bordeaux 3, en 1998. Le GRER, composante du Centre d’Études des Médias (CEM), est hébergé par la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine. Formant un groupe interdisciplinaire émergent de recherches et de réflexions sur la radio, il rassemble déjà, et souhaite réunir plus encore, des universitaires, des étudiants et des acteurs de la radiodiffusion sur Bordeaux, sa région mais aussi au-delà. Ses travaux s’insèrent dans une tradition universitaire bordelaise de recherches sur les médias, initiée par le Professeur André-Jean Tudesq depuis plus de vingt-cinq ans, portant sur leur histoire, leurs implantations locales, nationales ou internationales et sur leurs mutations récentes.

  • 1 Cf. Jean-Jacques Cheval, « Les études historiques de la radio », p. 23-34 in Histoire et média, Jo (...)
  • 2 Nous pouvons citer à cet égard les noms emblématiques de Marcel Bleustein-Blanchet, Roland Dhordai (...)
  • 3 Il n’est pas possible ici de citer les noms de tous les auteurs, mais peut-être que les suivants s (...)
  • 4 Sans qu’ici non plus cette liste ne soit exhaustive, citons plus particulièrement : Jean-François (...)
  • 5 http://www.chr.asso.fr
  • 6 Société Pour l’Histoire des Médias, contact : sphm@wanadoo.fr

3En France, les travaux sur le thème de l’histoire de la radio constituent, relativement, le domaine d’investigation le mieux exploré des études radiophoniques1. Les premiers écrits sur la radiodiffusion furent souvent des témoignages d’acteurs, professionnels ou non, engagés à divers titres dans cette activité2. Puis, des universitaires se sont intéressés au sujet. À partir des années soixante-dix, des études pionnières sont proposées auxquelles des universitaires viennent apporter leur pierre à travers de nombreuses recherches individuelles ou collectives3. Travaux de synthèse ou monographies, ils témoignent d’un regain d’intérêt qui fut sans doute stimulé par l’émergence du mouvement des radios libres et les évolutions ultérieures des radios locales privées4. Si on y ajoute les travaux d’étudiants, mémoires ou thèses, qui se sont multipliés sur ces sujets, l’ensemble constitue une somme importante contribuant à la connaissance de la radio, de sa création jusqu’à la fin du XXe siècle. Depuis décembre 1982, le Comité d’Histoire de la Radiodiffusion (CHR) publie les Cahiers d’Histoire de la Radiodiffusion dont chaque livraison enrichit l’histoire de la radio5. Créée plus récemment, la Société pour l’Histoire des Médias (SPHM)6 a, elle aussi, vocation à alimenter cette historiographie.

4Sans s’interdire de travailler également dans cette direction, le GRER inscrit prioritairement son activité dans des dimensions plus contemporaines ainsi que prospectives. Il souhaite se pencher sur le présent de la radio, et sur ce que pourrait être son futur, notamment à travers les nouvelles technologies numériques, qu’elle sera à même ou non de s’approprier. Il s’agit, à la fois d’approcher un état des lieux de la vitalité radiophonique actuelle, dans ses diverses formes, expressions et usages et de mesurer les potentiels d’évolution de la radio, ses capacités d’adaptation à des situations nouvelles, de nouveaux défis. Ces questions ne peuvent plus être observées que d’un point de vue international, c’est pourquoi le GRER aspire à nouer des contacts, sur une dimension européenne en premier lieu, pour permettre la mise en place d’un réseau de réflexion et d’échange sur la radio. Par ailleurs, le groupe ne néglige pas d’autres zones géographiques et tout particulièrement l’Afrique subsaharienne où la radio demeure le média le plus répandu et le principal moyen de communication sociale.

  • 7 La veille, le jeudi 29 novembre 2001, le colloque fut précédé d’une conférence débat, intitulée «  (...)

5Le colloque « Audiences, publics et pratiques radiophoniques », qui s’est tenu à Bordeaux le 30 novembre 2001, a constitué la première manifestation publique du GRER. C’était aussi la dernière étape d’un programme de travail intitulé : « Audience et publics radiophoniques en Aquitaine » qui a bénéficié d’un financement de la région Aquitaine7. Il visait à étudier l’audience et les fonctions de la radio en Aquitaine, par la connaissance de ses différents publics et la mise en lumière de pratiques liées à la radiodiffusion en région. L’étude a associé une approche quantitative à travers l’acquisition, la présentation et l’analyse du sondage radiophonique annuel « Médialocales », réalisé par la société Médiamétrie. Elle a procédé également d’une démarche qualitative en développant des études de cas autour des pratiques et réalisations radiophoniques, tant du point de vue des émetteurs que des récepteurs. Les principaux résultats de cette recherche sont présentés dans ce volume.

6Nombreux furent les organismes, institutions et individus qui par leur participation directe et leur soutien ont permis l’organisation du colloque. Il convient de remercier ici le laboratoire de recherche du CNRS : le CERVL - Pouvoir, Action Publique, Territoire (UMR 5116 CNRS) ; le Conseil Régional d’Aquitaine qui a subventionné les travaux préparatoires portant sur l’étude de l’audience de la radio en Aquitaine ; le Comité technique radiophonique de Bordeaux (CTR) et, à travers lui, le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) ; le Département Communication Sociale de l’UFR SICA et l’École Doctorale Interdisciplinaire des Langages et des Cultures (EDILEC) de l’Université Michel de Montaigne Bordeaux 3 ; la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine qui a accueilli cette rencontre et a permis la publication de ses actes ; la société Médiamétrie et enfin Radio Campus Bordeaux qui fut partenaire de la manifestation.

7La problématique générale de notre rencontre était de révéler la diversité des projets et des vocations, la vivacité et à la fois le morcellement des audiences de la radio, de démontrer les similitudes, convergences ou disparités des usages en région, en Aquitaine et ailleurs en France, en Europe et en Afrique. La radio, média mondial par excellence, méritait et nécessitait ce point de vue international. Le colloque a permis de témoigner de la variété des points de vue et la diversité des axes d’observation. Confrontant des démarches diverses, à des distances variables, allant de la macro- à de la micro-observation, apportant des résultats quantitatifs et d’autres plus qualitatifs issus d’approches ethnologiques, présentant des interrogations méthodologiques, des chercheurs français mais aussi africain, belge, britannique et espagnol ont échangé et partagé leurs points de vue dans un colloque qui se voulait fondateur d’une dynamique nouvelle des études sur la radio. Le présent volume, avec son titre employant délibérément les pluriels, rend compte de ces échanges.

8Si tant est qu’un ouvrage collectif se lise de manière linéaire nous avons tenté d’y introduire une cohérence, partant d’une base régionale qui fut à l’origine du projet, nous avons élargi le propos à travers la mesure de l’audience et l’examen de publics, de communautés d’auditoires ou l’examen de la situation de territoires particuliers, pour conclure sur les innovations technologiques et les nouvelles pratiques professionnelles.

9Avancer une évaluation et une analyse des audiences, des auditoires de la multiplicité des formats, contenus et des pratiques radiophoniques, c’était en premier lieu poser le constat de la permanence du média radiophonique et ce malgré la considérable augmentation de la concurrence médiatique, de l’offre de produits, du fait de la télévision notamment et des nouveaux médias. Au-delà de ce constat, la permanence de la radio pouvait et devait continuer à être interrogée : quels étaient et sont les facteurs favorisant son maintien, ceux qui permettent d’envisager ses potentiels d’évolutions, inversement quelles transformations pourraient la menacer ? Depuis son invention, la radiophonie a sans doute déjà connu maintes métamorphoses faites d’ajustements, de repositionnements. Elle a su s’accommoder assez diversement des emprises du politique et de l’économie, la radio a su assimiler les lois et les règlements, se couler dans les régulations et dérégulations des systèmes audiovisuels. Par le passé, ses évolutions ont été aussi souvent liées à des mutations technologiques – qui ont pu agir tantôt sur la qualité de l’écoute, tantôt sur l’augmentation de l’offre et de la réception, et de fait sur ses perspectives ou potentialités commerciales, mais aussi sociales et culturelles. Aujourd’hui encore, la véritable capacité d’adaptation de la radio à des situations nouvelles, de nouveaux défis, reste peut-être sa meilleure défense face aux concurrences.

10Le propos du colloque fut peut-être justement en partie de mettre en lumière ces capacités d’adaptation de la radio à travers les réponses aux attentes des auditoires, aux demandes sociales ou identitaires et les propositions apportées à l’éclatement des publics et des pratiques radiophoniques ; son acclimatation également aux territoires différents, aux communautés et également aux nouveaux supports de diffusion, l’accommodation des métiers radiophoniques à l’informatisation et à la numérisation du matériel de production. Le terme d’appropriation pouvait être un des mots clés de ce colloque. Il pouvait rendre compte de l’adoption par la radio et ses acteurs de nouvelles technologies, qui si elles ne sont pas toutes dédiées à la radio, modifient et prolongent son action. Il pouvait aussi servir à évoquer les pratiques radiophoniques dans les appropriations de la radio par ses utilisateurs, ses publics, ses « usagers » qui peuvent être tour à tour consommateurs ou acteurs pour la réception ou pour l’émission, d’un média, d’un outil d’information et de communication, de distraction aussi bien évidemment. Décrire les pratiques médiatiques, les conduites stables « routinisées », les usages, qu’il faut distinguer comme l’a rappelé Jean-Claude Domenget des simples « utilisations » sans lendemain, provoquées par des circonstances non significatives, la participation directe à travers une interactivité ponctuelle plus ou moins significative ou les investissements plus impliquants dans des médias communautaires, nous a permis de dessiner diversement les multiples degrés de familiarité qu’entretient la radio avec ses auditeurs. Mais, dans le même temps, cela nous a permis aussi de débusquer les frontières floues qui séparent les usagers des utilisateurs, les acteurs des consommateurs et ce faisant ne pas craindre de s’éloigner de lignes de démarcation trop rigides dressées entre les uns et les autres par des théories classiques.

11De nombreuses problématiques ont été avancées au fil des communications. Différemment mais fréquemment, l’attention a été portée vers les radios de proximité, radios locales ou communautaires, leurs expériences recèlent et témoignent toujours à l’évidence de pistes pour comprendre les enjeux démocratiques des communications médiatiques contemporaines, d’Aquitaine en Andalousie, d’Irlande en Afrique de l’Ouest… Les interrogations sur les moyens de mesurer l’audience de la radio ont eu le mérite de rappeler que ce ne sont certes pas des méthodologies ou des outils parfaits, ni neutres, ainsi qu’au sujet de l’exemple belge, Frédéric Antoine nous en fit la démonstration magistrale. Encore fallait-il proposer des alternatives pour évaluer la présence et les effets des stations, ce fut le propos de Peter Lewis à propos des radios communautaires dans des exemples pris à travers les milieux les plus divers, échappant à une vision trop européenne. Ce point de vue distancié fut aussi tout l’intérêt de la communication d’Amadou Ba portant sur le dynamisme radiophonique en Afrique de l’Ouest, avec des radios de proximité, instruments d’expression de l’identité culturelle, de la citoyenneté et du renforcement de la démocratie, à la fois porteuses d’espoirs et de frustrations. Décidément oui ! l’Afrique écoute et aussi l’Afrique parle et le plus souvent grâce à la radio qui y persiste comme vecteur essentiel ; sans doute lui reste-t-il encore largement à être entendue du reste du monde.

12Considérant les procédés d’écoute et d’usage de la radio par des publics particuliers, et notamment les dispositifs interactifs grandement présents, on peut, avec Claude Sorbets, se surprendre, et se désoler même, du nombre d’interventions qui suintent un excès de malheur et de souffrance et le caractère désolé des vies qui s’exposent de cette manière. Mais n’est-ce pas justement le mérite de la radio de proposer ces espaces d’exposition, dégagés de l’exhibition la plus crue, qui, s’ils n’apportent pas en eux-mêmes de remèdes, constituent au moins la possibilité d’expression d’aspirations individuelles, prenant un sens collectif par le fait même de leur médiatisation. Comme l’indique Hervé Glévarec, entre distanciation et proximité, la particularité de l’espace radiophonique est de se situer à l’intersection improbable d’un espace privé et d’un espace public où, paradoxalement, le trait social de la radio pourrait être la gratification apportée par une moindre institutionnalisation.

13Jean-François Brieu, Gaël Le Dantec, quant à eux, ont eu le mérite de poser indirectement la question du pourquoi faire des nouvelles technologies ? En examinant leur introduction dans un espace professionnel, il s’agissait de mesurer ce qui avait changé : a-t-on fait progresser l’éthique ou seulement obtenu un hypothétique gain de temps. La clarté du message y a peut-être gagné… mais n’est-ce pas au détriment de la vérité ? Ce faisant, ils laissent entrevoir ce que pourrait être l’évolution des professions et ce que demain pourront être les combats que devront livrer les journalistes de radios, leurs syndicats ou sociétés de rédacteurs.

14Les questions soulevées lors du colloque demeurent largement ouvertes, elles laissent la place aux investigations futures. Dans les prochaines années, le fil conducteur choisi par le GRER sera celui de la notion de service public qui ne se délimite pas au seul périmètre de la radio publique mais concerne l’ensemble des stations nationales ou locales qui s’y rattachent et s’y attachent selon des investissements et des implications variables. Que l’on considère la notion classique de service public ou les conceptions plus floues de services aux publics, le média radiophonique et les stations dans leur diversité ont des rôles à jouer, une place à tenir. Il s’agit là d’un vaste champ de réflexion, de pistes de recherches nombreuses permettant de prometteuses confrontations. Elles nous fourniront certainement l’opportunité de nouvelles rencontres.

Notes

1 Cf. Jean-Jacques Cheval, « Les études historiques de la radio », p. 23-34 in Histoire et média, Journée d’étude autour du Professeur André-Jean Tudesq, Bordeaux : Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1997, 114 p.

2 Nous pouvons citer à cet égard les noms emblématiques de Marcel Bleustein-Blanchet, Roland Dhordain ou Jacques Rigaud.

3 Il n’est pas possible ici de citer les noms de tous les auteurs, mais peut-être que les suivants s’imposent : Michel Amoudry, Frédéric Brunnquell, Luc Bernard, Élisabeth Cazenave, René Duval, Hélène Eck, Jacques Loudot, Denis Maréchal, Cécile Méadel, Pierre Miquel, Jean-Claude Montagné, Jean- François Remonté et Simone Depoux, Antoine Sabbagh, Caroline Ulmann-Mauriat, sans oublier André-Jean Tudesq, déjà cité, et bien sûr Christian Brochand auteur de la monumentale synthèse : Histoire générale de la radio et de la télévision en France 1921-1974 publiée à la Documentation Française, et bien d’autres… cette courte liste ne saurait nullement être considérée comme complète, sinon peut-être comme représentative.

4 Sans qu’ici non plus cette liste ne soit exhaustive, citons plus particulièrement : Jean-François Bizot, François Cazenave, Claude Colin, David Charasse, Annick Cojean et Franck Ezkenazi, Jacques Soncin et Jean Benetierre, Jean Kouchner ou, récemment, Daniel Lesueur et certainement Robert Prot. Ils figurent parmi les auteurs qui ont étudié la très riche période récente de l’histoire de la radio en France.

5 http://www.chr.asso.fr

6 Société Pour l’Histoire des Médias, contact : sphm@wanadoo.fr

7 La veille, le jeudi 29 novembre 2001, le colloque fut précédé d’une conférence débat, intitulée « Il y a 20 ans les radios libres… », dédiée à l’anniversaire de la radio FM en France afin de rappeler les 20 ans de l’autorisation des radios libres en 1981, à partir d’exemples bordelais et girondins. Elle fit intervenir des témoins et acteurs girondins de cette période, MM. Philippe Boecksoone, Claude Fouchier, Noël Héry, Michel Miquel, José Sanchez… Tenue à la Bibliothèque municipale de Bordeaux, cette manifestation, tournée vers le grand public, était organisée par le GRER en collabo- ration avec l’association « La Mémoire de Bordeaux ».

Auteur

jjcheval@msha.u-bordeaux.fr
Maître de conférences à l’Université Michel de Montaigne Bordeaux 3. De 2000 à 2002, chercheur CNRS en délégation au sein de l’UMR 5116 CERVL - Institut d’Études Politiques de Bordeaux. Spécialisé dans la radiodiffusion, il a publié Les radios en France, histoire, état et enjeux aux éditions Apogée (Rennes, 1997). Créateur et responsable du Groupe de Recherches et d’Études sur la Radio (GRER), il participe à la direction et à l’animation de la station locale Radio Campus Bordeaux après avoir été membre du Comité technique radiophonique de Bordeaux.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540