Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Audiences, publics et pratiques radiophoniques

 | 
Jean-Jacques Cheval

Pratiques radiophoniques et enseignement à distance

Michel Triboy

Texte intégral

1L’enseignement à distance, une des missions de l’Université moderne, facilite l’accès aux études à ceux qui pourraient en être empêchés par leur situation : éloignement, maladie ou handicap physique, situation de salarié, astreinte à des obligations familiales ou militaires… En France, 33 000 étudiants font leurs études en passant par l’un des 23 Centres d’enseignement à distance universitaire. Le taux de réussite, pour ceux qui se présentent à l’examen, est comparable à celui qu’enregistre l’Université pour les étudiants « en présence ». L’enseignement à distance rend donc possible la diffusion des savoirs et des savoir-faire, dans les lieux les moins accessibles du territoire : tous les points touchés par la poste, les ondes ou les réseaux, deviennent des lieux de travail universitaire au même titre que les implantations universitaires des grandes villes. De ce fait, l’enseignement à distance a de plus en plus d’implications dans les politiques d’aménagement du territoire. Il se révèle un des outils majeurs de la formation et se trouve lié aux opérations de formation continue et d’« enseignement sur mesure ».

2Le principe d’enseignement à distance s’est développé dès l’apparition de technologies capables de répondre aisément à des exigences de diffusion de masse auprès de cibles d’apprenants caractéristiques.

3Depuis l’apparition de ce principe, de nombreux supports ont été utilisés pour la transmission des contenus, qu’ils soient textes, sons, ou images. Initialement accompagnée de polycopiés, jusqu’à aujourd’hui la mise en ligne des données sur serveur, l’émission radio a souvent tenu un rôle important dans l’enseignement à distance. Elle répondait à une certaine « esthétique » incontournable de la communication, tendant à valoriser autant les contenus spécifiques, que les différentes formes nécessaires à leur expression en laissant une place à l’imaginaire. Les dernières disponibilités numériques renforcent ces tendances, en offrant de nouvelles perspectives, tant dans le domaine de la création que celui de l’exploitation des documents.

4À Bordeaux, la première initiative en ce sens est ancienne puisqu’elle date de 1928 à la Faculté des Lettres. Aujourd’hui le Département d’enseignement à distance de l’Université Michel de Montaigne Bordeaux 3 assure un enseignement à distance universitaire pour 1 500 étudiants environ, soit approximativement 10 % des étudiants de l’Université. Il transfère les enseignements de dix Unités de formation et de Recherche (lettres, philosophie, histoire, géographie, langues étrangères) et de certains départements (informatique par exemple) pour plus de 150 modules d’enseignement en DEUG et Licence. Plus de 250 enseignants fournissent au département les prestations nécessaires, cours, notices méthodologiques, corrigés…

5Les promoteurs de l’enseignement à distance ont toujours évoqué, en dehors des deux dimensions habituelles de la radio que sont l’information d’une part et l’animation au sens le plus large d’autre part, la véritable place d’un espace radiophonique différent. La BBC la première instituait la diffusion d’un programme d’émissions éducatives dès 1924. Plus près de nous et sur l’initiative de Robert Escarpit, ce service de productions d’émissions radiophoniques d’enseignement à distance a été inauguré au début des années soixante sous le nom de Radio Faculté.

De « propédeutique » à la « télé-propédeutique »

6Conçue pour permettre aux étudiants éloignés ou malades, aux maîtres d’internat ou surveillants d’externat de poursuivre leurs études, cette forme de Télé-Enseignement était diffusée en modulation d’amplitude par les seuls services autorisés à l’époque, ceux de l’ORTF, et conventionnés avec le ministère de l’Éducation nationale. À partir de 1969 et jusqu’en 1978 la diffusion a été effectuée en modulation de fréquence, sur le canal local de France Culture.

7Le nombre d’émissions programmées pendant cette période a été pléthorique. La répartition thématique des émissions était à la hauteur de la disponibilité du temps d’antenne. La programmation se composait essentiellement de séries de cours magistraux sur les littératures, cultures et civilisations étrangères, l’histoire littéraire générale, la civilisation antique, l’histoire et la géographie des différents continents. On trouvait aussi un volume important de commentaires et d’analyses de textes, de cours de thèmes et de versions, notamment en langue vivante anglaise et allemande mais également en langue latine, des exercices d’application et de pratique des langues étrangères parlées, du type répétition de l’étudiant dans un silence aménagé après le modèle diffusé, ainsi que tous leurs corrigés. On retrouvait parfois ces émissions en version intégrale dans les laboratoires de langues de l’université. La durée de chaque émission était limitée à trente minutes.

8Chaque jour de la semaine avait sa dominante : le lundi était consacré à l’histoire ; le mardi à la géographie ; le mercredi aux langue, littérature et civilisation anglo-américaines ; le jeudi à la littérature française ; le vendredi aux civilisations arabe ou espagnole.

9En 1979 la diffusion en modulation de fréquence a été abandonnée, ce fut le retour à la modulation d’amplitude en ondes moyennes. Une décision lourde de conséquences avec les implications induites que l’on suppose. La diffusion était désormais assurée en Aquitaine par les quatre émetteurs suivants : Bordeaux-Néac 249 m, 1206 khz, Toulouse-Muret 317 m, 945 khz, Bayonne-ville 201 m, 1494 khz, Pau-Billères 214 m, 1404 khz, informations qui étaient données en annonce de chaque diffusion.

10La programmation, adaptée à une couverture régionale, a souffert rapidement de la désaffection générale subie par cette gamme d’ondes alors que la modulation de fréquence était en plein essor tout au long de la décennie quatre-vingt. Dans les dernières années de la diffusion sur le réseau Radio France, à partir de 1986 et jusqu’en 1989, les conditions de diffusion étaient devenues de plus en plus défavorables. Radio France avait cessé sa propre programmation sur ce canal, ondes moyennes, tout en maintenant une tranche quotidienne disponible pour l’enseignement à distance à partir de 18 h. L’émetteur de Bordeaux-Néac était donc mis en service chaque jour immédiatement avant la diffusion du programme universitaire, puis interrompu à la fin de celui-ci. Technologie d’une autre époque : le démarrage de l’émetteur prenait 10 à 15 minutes avant d’atteindre ses conditions de diffusion optimum…

11À ces problèmes technologiques s’ajoutait une autre controverse : la cible des émissions était extrêmement étroite pour un système de diffusion collective : c’était des programmes pour un module d’enseignement unique et très spécialisé, annoncé en présentation de l’émission et pour lequel un nombre encore plus réduit d’étudiants à distance était concerné. Toute autre audience ne se sentait pas concernée et donc n’était pas à l’écoute. L’audience était de fait inexistante.

12Les conditions générales de fonctionnement n’étaient concrètement plus réunies pour maintenir la cohérence et la crédibilité du dispositif d’enseignement universitaire par la radio. Aussi, en 1989, le retour vers une diffusion en modulation de fréquence a été décidé en utilisant les services de radios locales indépendantes intéressées par un projet de collaboration. Le Télé-Enseignement de Bordeaux III a donc créé un réseau partenaires de diffusion en FM passant par le canal de la Fédération Aquitaine des radios libres (FARL), regroupant de nombreuses radios associatives sur la région.

Des ondes moyennes à la modulation de fréquence

13En 2001, dix stations FM proposent, au sein de leurs propres grilles de programme, les émissions du département Enseignement à Distance de l’Université Michel de Montaigne Bordeaux 3. Elles couvrent les cinq départements de la région Aquitaine. Cette structure a fait du Télé-Enseignement de Bordeaux 3 un centre innovant en France, le seul qui ait opté pour cet élargissement d’audience et pour le maintien de la diffusion FM. Les dix-sept autres centres d’enseignement à distance universitaire, y compris Radio Sorbonne ont purement et simplement interrompu définitivement leur diffusion. Ces cessations d’activité ont essentiellement deux raisons : tout d’abord un taux d’écoute devenu extrêmement faible et donc une image de marque dévalorisée du dispositif, ensuite un coût global particulièrement élevé de la prestation du diffuseur Radio France pour l’ensemble des Centres d’enseignement à distance qui était à la charge du ministère de l’Enseignement supérieur.

14En Aquitaine, par contre, la nouvelle conception de la diffusion a permis d’une part le retour à une qualité de diffusion FM répondant aux attentes des auditeurs, et d’autre part l’institution d’un partenariat authentique avec les diffuseurs par l’intégration des émissions de l’enseignement à distance aux programmations régulières des radios acceptant l’enjeu de cette nouvelle situation. La programmation des émissions du département EAD s’intègre donc et participe à une grille de programmation en tant que partenaire, c’est-à-dire : annonces des programmes à l’antenne, diffusion des programmes de l’université, informations dans les autres médias locaux, etc. Ces collaborations évitent d’entrer dans une logique commerciale, pour des raisons budgétaires évidentes et de garantir ainsi une indépendance du format.

15Le programme des émissions se déroule globalement pendant la période universitaire c’est-à-dire d’octobre à mai. Environ 120 émissions sont ainsi proposées, la rediffusion quotidienne est systématiquement appliquée par l’ensemble des diffuseurs. Parallèlement un dispositif d’enregistrement de ces émissions sur cassettes a été mis en place, permettant aux étudiants désireux de conserver une archive du cours dispensé, de les acquérir après diffusion.

16En 1990, comme élément complémentaire du réseau de diffusion FM, le Département d’enseignement à distance de l’Université Michel de Montaigne a proposé la création d’une radio locale interuniversitaire, « Radio Campus Bordeaux ». Ce projet déjà abordé en 1981 n’avait pas connu d’aboutissement. Regroupant les trois universités bordelaises alors existantes et le CROUS, un projet est réalisé et une demande d’autorisation est finalement déposée auprès du CSA en 1991. L’un des objectifs, parmi beaucoup d’autres, était la diffusion quotidienne des programmes d’EAD. Agréée en 1992, sur le site de l’Université, Radio Campus Bordeaux diffuse depuis lors dans le cadre de sa propre programmation les émissions de l’Enseignement universitaire.

De la modulation de fréquence aux nouvelles technologies de l’information et de la communication

17Le Département d’Enseignement à distance a intégré l’évolution des technologies numériques dans les modalités de diffusion de ses programmes en gardant comme spécificité deux axes de diffusion : en premier lieu le maintien de la diffusion FM locale de proximité sur une dimension régionale, ensuite la diffusion et les téléchargements sur un serveur et via les réseaux.

18Depuis 1996, les différents centres d’enseignement à distance des universités productrices se sont fédérés autour une structure commune de double diffusion en réseau, appelée « Encyclopédie sonore » d’une part et « Audiosup » d’autre part. Cette structure est positionnée sur un serveur à l’Université Paris X-Nanterre.

19L’Encyclopédie sonore propose un catalogue général des archives d’émissions existantes au sein de chaque université partenaire. Une base de données commune a été créée, authentique mémoire de l’université française, proposant une véritable recherche encyclopédique multicritères : université, auteur, matière, mots du titre, etc. Ces documents sont directement téléchargeables à partir de ce site sous différents formats : Real audio, Real audio haute qualité et MP3 s’ils sont déjà numérisés. Dans le cas contraire, une interface utilisateur informe instantanément le détenteur du document original d’une demande. Celui-ci doit en conséquence effectuer les opérations techniques de numérisation, de transfert et de mise à disposition du document demandé sur le serveur. Pour les étudiants auditeurs ne disposant pas personnellement des technologies informatiques nécessaires, certaines bibliothèques universitaires conventionnées avec Encyclopédie sonore, proposent l’accès à la base de données et le téléchargement sur cassettes audio dans les mêmes conditions que le prêt d’ouvrages. Parallèlement Audiosup fonctionne comme un diffuseur radiophonique en diffusant en temps réel au format real audio, une sélection d’émissions constituant un programme quotidien. À ce jour treize universités françaises et cinq universités russes, associées pour leurs programmes spécifiques, sont partenaires producteurs de ce dispositif et affichent plus de 7 500 références disponibles.

20À Bordeaux, le Département EAD a archivé depuis le début de son existence, près de 3 000 émissions pour la majorité des exposés ou des commentaires. Celles-ci constituent le fonds patrimonial majoritaire du serveur Encyclopédie sonore, où se trouvent le témoignage et l’enseignement de nombreuses personnalités ayant marqué l’histoire universitaire bordelaise.

Évolutions de la forme et de la réalisation radiophoniques du télé-enseignement

21Présentée sous une forme académique au départ, en phase avec l’image de marque de l’institution universitaire, mais également avec celle du diffuseur Radio France, sur un canal non moins institutionnel que France Culture, les annonces du programme et leurs contenus étaient magistraux, soulignés d’un habillage musical non moins magistral et dans le cadre d’une réalisation convenue. Ce format et la qualité de la prestation jugée nécessaire privilégiaient en fait une expressivité dénuée de spontanéité et d’une dimension pédagogique toute relative. Le document était la plupart du temps rédigé dans son intégralité, puis lu en studio, calibré et aseptisé des éléments jugés indésirables dans le discours conventionnel.

22Plus que cela encore, le contenu devait obligatoirement faire référence à l’éthique de la mesure radiophonique, à l’époque du monopole d’État tout ne pouvait être prononcé sur l’antenne de la radio nationale. Pour l’anecdote, on rappellera cet événement datant du 17 février 1976. Il a été révélé par un document intitulé « Radio aphonie » de l’Université de Toulouse le Mirail, du 8 mars de la même année, adressé aux responsables des différents centres d’enseignement à distance qui relatait l’indignation unanime des universitaires Toulousains : « Le 17 février, la diffusion d’une émission de philosophie prévue dans le cadre de l’enseignement à distance sur le thème « Psychanalyse et sexualité » a été censurée par Radio France. La diffusion de l’émission était, en effet jugée inopportune à une heure de grande écoute dans le milieu rural et familial. [Rappelons que la diffusion avait lieu sur France Culture…] Cette décision a été confirmée le 19 février 1976 par une note émanant de la direction de Radio France en accord avec le Secrétariat d’État aux écoutes des Universités… mais, sans aucune justification…. »

23Quelques années plus tard, le registre des valeurs ayant lentement évolué, l’accent institutionnel est heureusement ramené à un autre plan, au profit d’une approche différente. Les relations formelles entre enseignants et apprenants, exprimées sous la forme d’un monologue détaché, adressé à une collectivité d’auditeurs, au travers d’un média ou la notion d’interactivité n’existait pas vraiment encore, ne représentent certainement plus aujourd’hui les conditions favorables de la communication. Actuellement, pour des contenus pédagogiques sensiblement identiques, la réalisation des nouvelles émissions fait une place plus large à la nécessaire convivialité des relations entre auteurs et auditeurs et à la spontanéité de l’expression orale en en acceptant les paramètres. Quelquefois décriés tant pour leur forme que pour leur contenu, ces premiers documents ont supporté certaines critiques, argumentant une réalisation souvent minimaliste. Ils suscitent cependant un regain d’intérêt, certainement dû en partie aux nouveaux moyens utilisés pour leur diffusion.

24Aux enregistrements initiaux effectués en studio, sont opposées aujourd’hui des réalisations où les événements sonores environnants ne sont plus nécessairement considérés comme une nuisance à éviter, mais plutôt des éléments accessoires apportant une dimension supplémentaire et concrète au document. Ainsi la sonorité d’un amphithéâtre et sa réverbération caractéristique, à condition d’en limiter l’intensité, l’ambiance feutrée d’une bibliothèque, apportent à l’auditeur une perception et une écoute préférables à l’acoustique incolore d’un studio insonorisé. Le Département EAD procède donc, dès que cela est possible, à des enregistrements dans des conditions délibérément expressives et pouvant apporter une illustration sonore complémentaire du cadre strict de l’émission. Des émissions sur l’histoire de l’art ont été réalisées notamment sur les lieux du thème de l’émission par exemple dans l’enceinte de la Casa de Goya ou dans les réserves du Musée des Beaux-Arts de Bordeaux. Le Département enregistre par ailleurs de nombreux événements culturels et pédagogiques : théâtre, concerts de l’Orchestre Universitaire, conférences, cours publics, débats, qui ouvrent ainsi l’éventail des richesses culturelles de l’université.

25Certaines conditions extrêmes de réalisation ne sont pas écartées, par exemple dans le cadre d’un laboratoire de recherche scientifique où l’environnement technologique sonore souligne les propos de l’enseignant chercheur ; plus encore, cet autre exemple de réalisation effectuée sur une table à la terrasse d’un café. L’enseignant commentait la poésie d’Apollinaire et souhaitait réaliser l’émission dans des conditions similaires à celles qui régnaient lorsque le poète rédigeait ses textes sur la nappe de papier d’une même table, installée sur le trottoir d’une ruelle du centre ville…

26Aux longs monologues initiaux constituant ces premiers documents, il a été substitué l’intensité et la convivialité nécessaires aux échanges universitaires, à tous ces moments culturels et pédagogiques qui sont orientés vers un large public. De ce fait, les émissions créées par le Département prennent régulièrement la forme d’un dialogue, d’une table ronde, d’un débat, et s’insèrent sans difficulté dans le rythme spécifique des différentes radios qui les diffusent. Les prises de sons sont effectuées en stéréophonie autorisant une authentique mise en scène sonore et sollicitant davantage l’imaginaire de l’auditeur.

27Ces conditions peuvent paraître aujourd’hui « radiophoniquement » évidentes et couramment pratiquées, il a fallu cependant les initier, posant une question récurrente : quel type d’émission s’agit-il de réaliser, de l’information, un cours, un documentaire, un commentaire, ou bien tenter de trouver un compromis ?

Du réel au virtuel

28De la prise de son élémentaire à la composition sonore structurée, l’avènement de l’ère numérique a contribué de façon sensible à l’amélioration de la qualité générale des émissions et au développement de la réalisation. Comme dans beaucoup d’autres domaines, les nombreuses capacités des logiciels de montage et de traitement informatisé des données sonores, mettent à disposition du réalisateur de ces documents et naturellement à leurs auteurs une gamme de possibilités sans commune mesure avec la technologie analogique précédente. Il ne s’agit pas ici d’en explorer toutes les disponibilités, mais d’en indiquer simplement les plus caractéristiques.

29La visibilité au travers de l’écran, de la représentation graphique des différents sons composant par exemple un texte, constitue un point initial fondamental. Le montage virtuel d’un document sonore numérique n’intervient que sur une image de celui-ci et non sur le document lui-même. Il est donc possible de réaliser de nombreux essais et plusieurs configurations possibles, en conservant toujours un accès instantané à un point quelconque de l’un des documents. La réalisation en mode multipistes d’une table ronde ou d’un débat, autorise une construction non strictement linéaire du déroulement des événements sonores, à l’image de la prise de son initiale. La rapidité et la précision particulièrement aiguë des interventions sont également des facteurs essentiels pour des gains de temps non négligeables. Par ces interventions, un changement de rythme peut être donné à un document, très différent de celui du cadre initial : ralentissement ou accélération du propos sans en changer le ton, ou bien inversement rectification du ton du discours sans en modifier la durée.

30Considérant que le son est également un « matériau » puisqu’il possède des caractéristiques physiques, mesurables et reproductibles, il est donc possible de le modeler pour en modifier la perception et donc le sens qu’il est supposé transmettre. Un aspect intéressant, mais limité à certaines réalisations particulières, concerne les interventions possibles sur trois dimensions des images phoniques. En premier lieu se situent les variations de l’effet de présence, que sont les fluctuations du niveau des graves et des aigus, assimilable à un effet de proximité, cette présence mesure l’attention qui doit être portée à un son ou à une séquence. Ensuite on trouve l’efficacité ou la grande précision des empreintes ou éléments sonores complémentaires qui modèle cette attention entre la suggestivité de la narration et celle du thème. Enfin la dynamique, qui est la différence maximum entre deux niveaux et provoque les émotions. Au total, les écarts de niveaux de présence et d’efficacité mettent en mouvement une dynamique sonore génératrice d’émotions. Les applications de ces principes ont une place de choix dans les réalisations du domaine artistique et du théâtre en particulier.

31Si la conception de la réalisation s’en trouve amplement bouleversée et rationalisée pour atteindre les objectifs recherchés, la créativité des auteurs-réalisateurs ne reste pas moins indépendante de cette technologie. Celle-ci doit davantage s’exercer dans le cadre du projet pédagogique ou culturel et s’intégrer dans le dispositif de communication très spécifique qu’est la radio. Certains grands réalisateurs, comme notamment Pierre Billard et Guy Robert, ont très tôt exploré les domaines croisés de l’éducation et de la radio. Leurs différents travaux respectifs au sein de l’OCORA et de RFI, ont démontré la crédibilité et l’efficacité du principe de la radio éducative, mais aussi la complexité de sa mise en œuvre. Ces techniques entraînent cependant des exigences incontournables, notamment les compétences particulières nécessaires à la création pédagogique et culturelle.

32Il s’agit plus aujourd’hui de réaliser une production en utilisant un authentique langage radiophonique et ses paramètres, que, comme par le passé, de considérer la diffusion radiophonique comme un simple vecteur technologique.

L’évolution de la programmation

33Pendant longtemps et lorsque la radio était le seul moyen concret de diffusion de ces documents, la nature des émissions et leur cible étaient directement liées aux contenus des programmes pédagogiques universitaires. La création de nouvelles émissions n’était envisagée que dans le cadre strict du programme pédagogique défini pour l’année en cours. L’institution d’une base de données du fonds documentaire radiophonique interuniversitaire et sa mise en réseau ont révélé certaines informations concernant la répartition thématique des émissions. Il est apparu ainsi que de très nombreux documents produits par différentes universités, proposaient des approches similaires sur des thèmes identiques. Il est apparu également certaines insuffisances dans d’autres domaines. On dispose par exemple de très nombreuses émissions sur la poésie française des XVIIIe et XIXe siècles, sur les origines du premier conflit mondial ou sur les aspects de la colonisation et de la décolonisation françaises, par contre on peut noter l’absence de documents sur les technologies actuelles de l’information et de la communication, la musicologie et autres disciplines diverses. Le Département EAD intègre ces besoins et programme en coordination avec le réseau de partenaires producteurs, la production de nouvelles émissions.

34L’intérêt de ces nouvelles productions dépasse donc les limites du public étudiant des premiers temps, inscrit dans une spécialité, et donc particulièrement réduit. Actuellement la diffusion d’un programme d’émissions généralistes, indépendant du programme d’études universitaires, représente plus un programme de culture générale de niveau universitaire qu’un programme strictement pédagogique.

35La grande majorité des programmes radiophoniques universitaires anciens et nouveaux, n’est accessible qu’au travers de serveurs informatiques et des réseaux. En fait l’appellation « émissions radio » devient partiellement inexacte, il s’agit en réalité de produits plus complexes, associant fréquemment, au son initial, des textes et des images. On peut considérer pourtant qu’il n’existe pas de réelle « concurrence » des modes de diffusion. Les technologies de l’information et de la communication, proposent une série de services et d’informations complémentaires à la radiodiffusion. Sous la rubrique « efficacité » ces nouveaux modes de diffusion ont tendance à privilégier en premier lieu la recherche précise des gisements, la rapidité de l’accès aux contenus, et enfin les contenus eux-mêmes. Le Département d’enseignement à distance de l’université Michel de Montaigne Bordeaux 3, persuadé qu’il existe toujours un espace disponible au sein du flot médiatique continu d’informations et d’animations, persiste dans sa volonté de maintenir un programme radiophonique régional en modulation de fréquence, participant au positionnement de l’Université dans sa région. En outre, le Département propose un programme actuel d’état de la recherche et des travaux universitaires, un programme pédagogique plus généraliste, mais aussi la rediffusion de documents historiques, présentés comme tels, valorisant le patrimoine universitaire. On peut simplement regretter, qu’à ce jour, une seule université en France, continue institutionnellement de miser sur la radiodiffusion d’un programme pédagogique et culturel régulier.

Auteur

triboy@montaigne.u-bordeaux.fr
Responsable du secteur radio et nouvelles technologies du Département d’Enseignement à distance de l’université Michel de Montaigne Bordeaux 3, il participe dans le cadre de la fédération interuniversitaire de l’enseignement à distance (F.I.E.D.) au développement du dispositif « Encyclopédie sonore ».

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540