Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Audiences, publics et pratiques radiophoniques

 | 
Jean-Jacques Cheval

Écouter la radio la nuit : écoute en veilleuse ou écoute éveilleuse ?

Claude Sorbets

Texte intégral

« Les gens qui ont peur de mourir dorment moins que les autres »
(Europe 1 – Brigitte Millaud, rediffusion du 2 novembre 2001)

1On peut introduire notre propos analytique relatif à l’écoute des radios la nuit, et plus précisément à la nature des attentes qui peuvent être en fond de cette pratique sociale de communication, par deux remarques préalables.

2La première remarque concerne le site d’observation qui est en fond de notre propos. Il est à la fois limité dans son extension et dans son intention, en l’espèce dans l’étendue et la précision des informations à notre disposition. Notre intention est en l’état actuel de l’étude de pointer un certain nombre de dimensions phénoménales repérées au fil d’une écoute impressionniste de la radio la nuit ; celles que l’on peut retenir d’une écoute qui n’est ni systématique ni structurée mais qui est effectuée au gré d’une pratique procédant de celle du « promeneur » ethnométhodologique. Ici, les « rues » étant les canaux de stations entre lesquels on peut naviguer au fil des jours ou en l’occurrence des nuits. Qui plus est c’est de l’écoute d’une petite partie du spectre de l’offre radiophonique existante dont nous parlerons ici : des radios privées grand public telles Skyrock, Fun, RMC-Info, Europe 1, Sud-radio, etc. qui font une place importante, au moins à certaines heures de la journée, de la soirée ou de la nuit, à des débats et/ou à des échanges avec des auditeurs. Doit-on préciser que nos réflexions hasardent des hypothèses qui devraient sans doute être plus étayées que nous ne sommes en l’état de le faire aujourd’hui ? En tout état de cause, le phénomène lui-même, par l’interaction qui s’y trouve observable, peut être significatif de certaines dimensions de notre « société de l’information » ; ne serait-ce déjà que de l’ambivalence des attentes que nous pouvons penser en fond du jeu des interactions associées à un media.

3La seconde remarque préalable est d’ordre pour partie principiel en étant relative aux limites de ce que nous sommes en état, ou en devoir, de dire dans notre société ; une société que l’on a pu qualifier en référence à la communication mais aussi à une « cité des egos ». Rappelons pour mémoire l’aphorisme de Watzlawick selon lequel « on ne peut pas ne pas communiquer » ou les imputations devenues quasi mécaniques de nombre de crises sociétales à des « problèmes de communication ». Ainsi la référence ou l’injonction communicationnelles y sont hégémoniques et les difficultés à communiquer vécues traumatiquement ! Chacun d’entre nous, dans le vécu quotidien, semble de la sorte buter dans ses quêtes réputées identitaires ou prétendues instrumentales sur les limites du pouvoir – savoir dire de lui ou de ses rapports au monde. Qui ne ressent pas une part de vérité personnelle dans les formules du type : « ce dont on ne peut parler il faut le taire » de Wittgenstein ou dans les incertitudes du héros goethéen méditant sur les difficultés pour « dire ce que l’on ne sait pas » ou encore, celles augustiniennes sur le malheur de ne pas savoir même dire ce que l’on ne sait pas ?

  • 1 C. Perelman, L’empire rhétorique, Paris : Vrin, 1977.
    R. Laufer, C. Paradeise, Le Prince bureaucrat (...)
  • 2 P. Baudry, C. Sorbets, A. Vitalis, La vie privée à l’heure des médias, Bordeaux : Presses Universi (...)

4Une difficulté majeure de notre époque est apparemment de trouver à se faire entendre par quelqu’un, de pouvoir se confier ou de se voir personnellement conseillé. Cette attente semble faire le lit de la participation à la radio la nuit, aux interactions qui s’y opèrent, comme écouteur ou comme « bas-parleur » ; par cette formulation, on veut dire que les gens semblent parler à voix basse quand on les écoute, qu’ils paraissent s’exprimer soit à basse tonalité soit dans le creux de l’oreille pour témoigner souvent de quelque souffrance affective ; une souffrance généralement exposée non sans complaisance voire de façon exhibitionniste. Ce qui procède sans doute de l’univers communicationnel général en lequel s’impose « l’empire rhétorique »1, celui dans lequel le bavardage ou ce que nous avons signifié par le néologisme « perroquer »2 – c’est-à-dire « parler pour parler » et ne pas « dire grand chose » et/ou répéter des propos « entendus » et le faire plus ou moins compulsivement – est une des dimensions de l’expression de nos constituants d’identités « faibles ». Par cette notion, nous souhaitons désigner, les ajouts incrémentaux d’attributs de groupes multiples qui nous rapprochent – plus ou moins durablement – de certaines personnes, dissociés d’autres, ayant des réactions voisines, ou différentes, de certaines des nôtres au gré des événements de l’actualité.

  • 3 G. Sorel, Réflexions sur la violence, Paris : Éd. du Seuil, 1990.
  • 4 M. McLuhan, La galaxie Gutenberg, Paris : Éditions Mame, 1967.
  • 5 A. Honneth, La lutte pour la reconnaissance, Paris : Cerf, 2000.
  • 6 H. Joas, La créativité de l’agir, Paris : Cerf, 1999.

5Dans cette orientation générale de réflexion relative à la communication de masse prenant un tour interpersonnel nous pourrions prendre appui sur quatre perspectives analytiques sémiologiques allant du mythe sorélien3 – le mythe compris comme une image motrice – à une communion d’ambiance macluhanesque4, en passant par des processus de reconnaissance identitaire à la Honneth5 et par l’agir créatif de Joas6.

  • 7 M. Luyckx Ghisi, Au-delà de la modernité, du patriarcat et du capitalisme – La société réenchantée (...)

6L’enjeu identitaire pour la collectivité, les groupes et les individus semble en effet se déployer indéfiniment comme « le » paradigme pratique dominant dans un monde incertain sur la tendance dominante qui le caractérise : un « désenchantement » wébérien tenant à la rationalisation instrumentale ou un « réenchantement » induit d’un nouveau potentiel de créativité humaine7 ?

7Pour le moment, notre intention se limite toutefois à rendre compte de ce qui s’entend lorsqu’on écoute la radio la nuit et d’en tirer quelques réflexions particulières sur les dispositifs organisationnels qui opèrent dans ces configurations communicationnelles qui affichent une finalité de « libre expression », et au-delà sur ce que ça dit (veut dire, peut dire, peut nous dire) de notre temps ?

Les processus d’impression

La dynamique de position(s)

8À l’une des origines de cette communication se trouve, avons-nous dit, la pratique personnelle d’écouter la radio la nuit ; de la sorte, d’avoir quelques bases de réflexions concernant l’entrée dans l’intimité, ou dans un simulacre d’intimité, de gens inconnus qui s’y donnent à entendre. Des personnes qui « témoignent » de quelque chose et dont on ne saura, au bout du compte, pas grand chose au terme de l’audition.

9Que sait-on de ceux qui arrivent « à l’antenne » ? Pas grand chose de leur situation sociale ou géographique si ce n’est ce qui se déduit comme contexte, des façons de dire autant que de ce qui est dit. Rien de la compétition dont ils sont sortis vainqueurs en « ayant été choisis » pour s’exprimer « sur l’antenne » et des raisons et ressources détenues différentiellement pour atteindre cet état de félicité ; nombre d’entre eux remercient l’animateur en préalable à leur prise de parole en joignant généralement des félicitations pour la valeur générale de l’émission en question.

10Chaque protagoniste de l’échange balise le champ avant d’entrer dans le vif du sujet : l’animateur sait de quoi ça va parler et l’intervenant sait qu’il doit se tenir au propos qui a été précédemment validé par quelque « assistant » que l’on comprend opérer le tri des appels. On est ainsi placé dans une logique que l’on peut dire de cadrage « accompagné » de la situation qui est exposée. Le cadre de l’expérience de chaque émission se redouble de la sorte d’une suite de cadrages particuliers au fil des interactions qui se développent dans leur singularité relative de « cas » s’exposant.

11De l’autre côté, on ne connaît pas non plus ceux qui écoutent : on ne sait même pas si ce sont des gens qui ne dorment pas. En effet, pour partie, les auditeurs sont tels, ce sont bien des gens qui ne sont pas synchrones avec la majorité des gens. Ceci sans doute pour des raisons diverses : des états problématiques (être insomniaque, être malade, être prisonnier, etc.) donc être en dehors d’un cadre de l’expérience commun ; on peut aussi être routier ou veilleur de nuit comme nous le disaient des émissions du type « Les routiers sont sympas ». Mais une partie de ces émissions est une reprise d’émissions programmées en direct à une autre heure, dans la journée, par exemple en fin de matinée ou en début d’après-midi.

12La radio intime n’est pas ou plus une exception de la seule radio de nuit : des émissions de jour répétées la nuit telle celle de Brigitte Millaud (Europe 1 joue sur le renouvellement de l’animatrice principale quasi annuellement) ; Brigitte Lahaye (RMC-Infos) qui après l’heure de la sieste « réécoute » à l’heure du laitier les difficultés libidineuses qui titillent son auditoire. Alors les gens qui parlent dans le poste entendus la nuit l’ont fait le jour : du bureau, de la maison.

13À cet égard, la non-connaissance du nombre des auditeurs est presque une donnée du jeu ! Les organismes en charge de la mesure des audiences ont certes des indices quantitatifs sur les écoutes en question, mais les indications sont trop fragmentées pour que l’on puisse corriger plus que marginalement le flou initial associé à sa propre « écoute participante ». On se trouve confirmé dans des impressions premières du type : « En écoutant la radio la nuit de la sorte on participe à un auditoire minoritaire qui procède de ces apports incrémentaux à des identités “faibles” » ; ou bien on est amené à souligner que les émissions créent l’auditoire comme la fonction l’organe ; une émission ou un genre d’émission trouve et définit son coproducteur, les réceptionnaires. Des processus d’institutionnalisation sont à l’œuvre : pensons à « Allo Macha » mais plus largement à des installations d’émissions et d’animateurs devenant emblématiques pour telle ou telle station.

14Ce type de réflexion est sans doute ce qui est accessible au chercheur qui se tient à la position de l’auditeur ordinaire, donc qui ne cherche pas à avoir d’informations sur les dispositifs ou les stratégies des programmations situés en amont. Il peut toutefois avancer quelques leçons de l’expérience d’auditeur. Par exemple sur le fait que la nuit est un banc d’essai pour des jeunes animateurs, mais aussi pour la survie d’émissions anciennes, en bout de course (les bals du samedi ou du dimanche soir), ou encore pour des émissions dont la contexture est soit innovante soit susceptible de provoquer des réactions moralistes. On sait que la nuit traditionnellement on est supposé avoir le droit de dire sur les ondes des choses que les enfants ne sont pas supposés pouvoir ou devoir entendre, parler de sexe, parler avec des mots crus, etc. Ce qui semble pour le moins hypocrite dès lors que les jeunes peuvent, on ne peut plus facilement, écouter la radio le soir ou la nuit et sont au centre de certaines cibles radiophoniques justement avec des « libres expressions » (Skyrock, Fun).

15Le format, devenu banal et basique, de l’expression des auditeurs sur tout et rien connaît une extension générale et une actualisation, que ce soit au nom de l’interactivité réactivée par l’image portée de l’expérience des radios libres, en référence à la proximité ou encore à l’expression citoyenne. On rappelle ici seulement pour mémoire le fait que cette radio de témoignage ressortit à la mode d’une “radio-réalité” équivalente aux psyshows télévisuels et à celle d’une radio d’opinions sur « les questions d’actualité », sublimant l’information subjective qui relooke « à la française » un format bien connu aux États-Unis.

Le procès des pratique(s)

16La deuxième origine de cette réflexion analytique, est, elle, collective : le paradoxe s’y retrouve central : on ne sait pas trop qui écoute la radio la nuit mais en plus on ne sait pas trop pour quelles raisons les gens jouent le jeu de l’interaction téléphonique relayée vers les auditeurs. Ou encore pourquoi ceux-ci entrent dans le dispositif en changeant de posture : de l’écoute à l’expression sur les ondes.

17La pratique d’inciter à téléphoner est un classique des stations de radio pour connaître ou reconnaître un auditoire effectif : ne donne-t-on pas des « cadeaux » en réponse de questions destinées à stimuler par leur facilité les appels nombreux ? L’auditoire est séquentialisé par le lieu d’écoute : de la salle de bains, ou la cuisine à l’auto – avec l’effet appel sur portable – et le lieu de travail puis le lit (avec écouteurs) ou la chambre. Le lit peut être le lieu d’une solitude partagée et la chambre un lieu de vie principal.

18La question du « pourquoi » on écoute de façon que l’on peut dire active en s’impliquant personnellement dans le jeu expressif est encore plus difficile : est-ce par procuration ou par reconnaissance ressentie d’être dans le même monde du « moi, je, personnellement » que ceux qui sont entendus dans telle ou telle émission ? C’est-à-dire, les gens prennent la parole « autorisée » par la règle générale de celle-ci ou en suivant l’exemple des personnes qui ont pris la parole avant, guidés par un effet de concaténation.

19Tout se passe ainsi comme si, de ce point de vue, la face utile de l’écoute stimulée pour la conserver « animée » est celle, pour reprendre les concepts analytiques de Tarski, du code plus que celle du principe : le niveau meta plus que la chose signifiée dans l’acte expressif. Il s’agit bien de laisser entendre que la file d’attente de ceux à qui on va donner la parole ensuite est à la fois déjà dense mais demeure ouverte toutefois.

20Chaque émission trie aussi, par un « je ne sais quoi » qui se marque dans le ton général des échanges de propos la génération et/ou le niveau de culture de l’auditoire principalement visé ou atteint. On écoute une expression de gens qui sont triés et sérialisés par l’heure et l’animateur.

21Le dispositif d’animation trie ceux qui accèdent à l’expression (quelques témoignages retenus par les assistants qui prennent les appels) ; mais les preneurs de parole choisissent, d’une certaine façon, aussi « leur » animateur. Parfois cette double logique semble déraper au point que l’appropriation de l’émission menace d’échapper aux programmateurs et de rendre critique – « N’y a-t-il pas un outre-passement de leurs droits en déprivant les « usagers » ? peuvent s’interroger ses auditeurs – coproducteurs » – sa suppression. Ce qui est le cas de figure qui a pu être observé lorsque l’émission nocturne quotidienne « Les meilleurs de nuit » d’Europe 1 a été supprimée alors qu’un réseau routinisé, structuré et personnalisé d’auditeurs s’y donnait rendez-vous – sur l’antenne et en dehors – pour des échanges résolument « optimistes », style d’expression auquel veillaient les animateurs Hubert et Malher (cf. l’encadré p. 160).

22D’une manière générale, d’un point de vue analytique, on pourrait dire que les réflexions sur l’audition « active » ou « animée » des émissions de radio, en l’espèce celles de notre échantillon d’écoute, sont susceptibles de variations importantes selon que l’on adopte une perspective individualiste méthodologique, qui présuppose des logiques agrégatives d’éléments et des attributs multiples de groupe en ceux-ci, ou une perspective holistique qui tendra à souligner des dimensions collectives pouvant avoir des effets cachés aux acteurs, notamment au regard des raisons qui les font agir.

Décliner des postures et connaître la grammaire

23Une façon d’organiser les observations empiriques peut être, dans une logique interactionniste, d’identifier les postures qui sont actualisées dans les cadres de l’expérience de ces émissions. Elle peut se combiner avec un travail de spécification de la grammaire – générale et particulière – permettant de spécifier ce qui peut y être dit et comment on doit le dire pour s’exprimer « correctement » dans le genre d’émission en lequel telle émission se classe avec sa personnalité singulière.

24En deux mots, on peut rappeler quatre grandes postures qui sont identifiables au fil des écoutes :

  • la posture d’interprète8 : à propos d’un sujet-thème type « j’ai réussi à surmonter… » – annoncé à l’avance ou la « libre expression » générale ou périodique, il est sollicité une expression de témoignages bruts ;
  • la posture d’exégète : elle induit chacun à se mettre à la place de celui qui parle ou de celui qui commente pour apporter son point de vue « expert » – généralement à l’occasion de la publication d’un livre – à côté ou avec l’animateur ou en faisant chorus avec lui pendant quelques minutes ;
  • la posture d’anachorète : il s’agit de prendre une distance réflexive avec la singularité de la situation exposée, de se porter à la limite externe de l’effet affectif d’un état critique, du « problème » en cause ; le mécanisme postural est du type « je suis un monstre mais on peut comprendre que, dans de tels cas… » ;
  • la posture de catachorète : cette posture est celle qui veut qu’une fois la distance prise avec la situation immédiate on retourne au monde pour faire part aux autres des leçons tirées de l’expérience ; dans cette posture la formule de principe est du type « lorsque l’on a vécu ce que j’ai vécu et réfléchi… je peux dire que… ».

25Les dispositifs d’animation eux aussi jouent avec ces quatre postures en interaction avec les apporteurs de témoignages. Cette réalité systémique du jeu pourrait sans doute s’inscrire dans une analyse conversationnelle focalisant sur les articulations des propositions.

26En fond, ce qui est en enjeu dans tout dispositif de cet ordre c’est d’établir une régularité, ce qui est passible de l’énonciation de la grammaire propositionnelle que l’on doit respecter : on ne doit pas parler de n’importe quoi n’importe où ; on doit éviter le « bidonnage » donc le faux témoin ; on doit dire les choses dans une certaine tonalité et dans un certain format, etc. Les animateurs d’une émission doivent ainsi établir un code d’expression et savoir donner à entendre ce qu’est le niveau meta de leur émission : ils corrigent ceux qui ne savent pas se tenir « comme il faut » ou se tenir dans le cadre de l’expérience proposé. Par exemple, dans l’émission “Les meilleurs de nuit” évoquée précédemment, on n’avait « pas le droit » d’être pleurnichard, chacun savait en s’exprimant la règle que l’on pourrait énoncer ainsi : « il faut être Positif en Permanence même si tout n’est pas rose bien sûr pour chacun ».

27Dans les émissions de libre expression destinées aux adolescent(e)s, une de ces règles de grammaire est que l’on peut s’exprimer avec des mots crus et que ce dont il convient de parler c’est de vécu générationnel en particulier sexuel. On échange des conseils ou on passe des annonces entre pairs, ou entre un « groupe de pairs » rismanien imaginaire, celui des auditeurs équipés aujourd’hui de leur portable. Dois-je ajouter que le caractère choquant provient plus de la formulation de ce qui peut se dire dans de tels forums radiophoniques que de qui s’y dit au fond ; on est même souvent conduit à s’interroger sur la pauvreté intellectuelle des échanges de propos qui s’entendent et sur la généralité générationnelle du monde qui peut s’y reconnaître.

Écoute en veilleuse ou écoute éveilleuse ?

28Écoute en veilleuse ou écoute éveilleuse ? avons-nous sous-titré notre propos dans cette communication : la question que nous avons de la sorte placée en exergue est bien relative à l’effet visé et/ou atteint par l’écoute nocturne de la radio. Est-on « ici » pour passer le temps en se laissant placer dans une écoute flottante, une écoute de bruit de fond (ce qui se dit en arrière-plan de ce qui se dit) ? Est-on en quête d’une information active (« éveilleuse ») ? Entendons ici de l’ordre de la quête d’une identité ou d’une instrumentalité. Ce qui peut schématiquement se ramener à quatre niveaux de codification par lesquels s’organisent les conduites et représentations sociales :

  • le niveau des Valeurs prégnantes dans la société d’appartenance, que la société soit globale (notre époque) ou locale (notre temporalité de groupe(s)) ;
  • le niveau des Normes : ce qui est institué par la loi collective ou la loi du groupe qu’il soit générationnel ou de genre ;
  • le niveau des Règles : comment faites-vous ? pourrait-être la question, avons-nous dit, que les gens semblent devoir se poser ou se voir se poser par la radio la nuit ;
  • le niveau des Façons de faire : en l’espèce, on doit pouvoir répondre à la question : « que sont les expressions attendues ? », de l’animation aux coproducteurs d’écoute, les protagonistes pèsent les arguments mis en balance par les uns et par les autres.

29Dans le genre insolite, il y a aussi des « Maurice » qui stigmatisent, en daïmon de Maxwell, les mauvaises expressions de ceux qui se proposent à s’entendre demander « qui est là ? » par l’animateur, les façons de dire supposées rendre difficile ou impossible une réflexion correcte sur « ce qui se passe ici ». La dimension « maître d’écoute sévère » de ce style personnel d’animation – qui joue avec la relation conditionnelle « à mériter l’amour de l’animateur » – peut créer une gêne à l’écoute, ne serait-ce qu’en pressentant les états de déroute, de dérive ou de désespoir de nombre des appelants et des fragments de discours qu’ils viennent exprimer sur les ondes.

30Chacun se trouve sommé de dire ici aussi comment il fait, sait, est et dit les choses de « sa » vie. Doit-on ajouter que nombre des témoignages laissent, dirai-je, sans voix, que ce soit par l’excès de malheur et de souffrance qui suinte ou que ce soit par le caractère désolé des paysages imaginés des vies qui s’exposent ?

Les formes d’expression(s)

31Nous voudrions ici reprendre certaines des dimensions phénoménales pour en tirer quelques réflexions plus générales, des considérations demeurant toutefois de nature hypothétique.

32Nous comprenons que dans les phénomènes observés, le message semble ne pas être le medium mais celui-ci opère comme un miroir réfléchissant l’imaginaire de ceux qui l’écoutent, dans une logique d’identification paradoxale. Tout semble en effet se passer comme si le réceptionnaire était l’allocutionnaire, les deux apparaissant interchangeables dans leur position-posture.

33Le coproducteur qu’est le réceptionnaire peut être vu comme l’apporteur de la substance-contexture complétant la trame-format de l’émission de la radio : d’un côté de l’expérience de vie, des leçons tirées ou des questions posées, de l’autre un attracteur thématique s’offrant comme support expressif potentiel anticipant le message qui ne doit pas manquer de venir prendre sa place.

34Ce dont il semble être question ici c’est d’un des dispositifs attestant de processus de constitution de ce que nous appelons des « identités faibles » : des états identitaires personnels constitués certes sur un noyau central « dur » dont on est doté par sa situation sociale – personnelle mais qui sont agrégés au fil des jours par les multiples appartenances plus ou moins durables à des groupes dotant d’attributs de positionnement du fait de communes réactivités localisées. Ce qui correspond sans doute bien à une époque qui bruisse d’opinions au gré de l’actualité ou de la factualité et à des sociétés globalisées, fragmentées, plurielles et individualisantes.

35La question récurrente dans toutes les émissions d’expression des auditeurs est celle de la présentation minimale de celui qui vient à l’antenne : « d’où appelez-vous ? » à laquelle la réponse donnée est une signalétique du type prénom, âge, lieu de résidence, (parfois) profession, toutes qualités précadrant le message prévalidé en amont de la venue à l’antenne. Parfois, l’animateur va jouer avec les dispositifs techniques pour « faire dialoguer » des appelants entre eux, dessinant des configurations argumentatives de type « table ronde ».

36Il est à souligner le gain de terrain, de la nuit au jour, des émissions de témoignage aux émissions d’actualité, dans le champ des radios de ce format et style d’émission dénotant la valorisation cognitiviste de la subjectivité et la validation de l’échange constructiviste de la réalité, dans la constitution des identités personnelles et sociales.

37Deux dimensions fortes et structurantes des émissions nocturnes peuvent être en cette direction identifiées : un cadre de l’expérience et des formes de configuration.

Un cadre de l’expérience : ma sœur la nuit

38On pourrait dire que le message « subliminal » des émissions radiophoniques de nuit, des émissions d’échanges d’opinions et d’expériences que nous avons écoutées est de l’ordre des attentes implicites présentes dans un état de société, de ce qui peut être socialisé et de ce qui est légitimement exprimable par chacun des individus saisi dans la phase initiale de son expression. À ce niveau la radio la nuit ressortit à une fonctionnalité voisine de celle des magazines en particulier « féminins » où les lecteurs et lectrices peuvent (re)connaître le niveau autorisé d’expression sociale que ce soit en relation à la sexualité, à la famille ou à l’autonomie personnelle. À cet égard, les émissions de témoignage sont des façons de dire que la vie est un plaisir/déplaisir solitaire… partagé, que l’on peut dire « je », s’afficher avec ses stigmates – généralement de victime – et que l’on sera entendu parce que chacun est frère ou sœur dans l’état des choses actuel où le « problème » se découvre à la « solution » identifiée (même si elle est inaccessible dans le vécu singulier). De façon significative, les experts qui sont si hégémoniquement présents dans le fonctionnement de notre société aujourd’hui, sont de plus en plus conviés sur les ondes à dire leur mot. Au bout du compte les auditeurs actifs qui disent leur opinion ne prennent-ils pas eux aussi une posture d’expert, d’expert parce que ayant la connaissance d’expérience et attestant d’une compétence expressive à jouer avec des modes opératoires tels ceux du réseau radiophonique ?

39On pourrait ramasser en quatre traits ce schème :

  • des programmes d’échange singulier-universel de témoignage ;
  • des expressions d’époque : souffrance et plaisir ;
  • des jeux en miroir : auditeurs-voyeurs de nuit ;
  • des “meilleurs de nuit” : du je(u) en réseau(x) d’initiés-initiateurs.

Des formes de configuration : passeurs de nuit

40On pourrait faire l’hypothèse que dans une société qui se veut productiviste, la nuit peut ressortir à du temps perdu si elle sert seulement à dormir ! Les émissions de nuit de la télévision après celles de la radio prennent sans doute le format d’une société dans laquelle les grandes différenciations de nos représentations instituées s’estompent « nature/culture », « jour/nuit », « jeunes/vieux », « travail/loisirs », « famille une/multiple », etc. La complication qui est associée à cette fragmentation, logiquement démultiplie les « problèmes » et sans doute les expériences individuelles, par là la recherche de solutions et de sites d’expression… Communiquer n’est-ce pas le complément de ce monde « rhétorique » dont nous parle Choïm Perelman en lequel l’argumentation légitime l’opinion comme premier moteur et ultime référent des actions ?

41Ici aussi on peut pointer quatre traits repères dans « nos » émissions de radio écoutées la nuit qui procèdent d’un apprentissage à la gestion des temps présents, désignés par de nouvelles façons de différencier les choses et de les exprimer stratégiquement. Pour ce faire il convient de cadrer le dispositif et de cibler les messages, les formater et leur donner la contexture qui convient. N’est-ce pas un tel banc d’essai que constitue la radio telle que nous l’avons vu opérer ?

  • Le genre de la maison (de l’émission) et les anticipations de réception par des auditoires ciblés qui doivent se reconnaître : pour cela il faut « Savoir ce que l’on peut (y) dire ».
  • Du témoignage assistanciel on tire l’expérience d’une écoute maïeuticienne.
  • Des interactivités plus ou moins marginales permettent d’expérimenter le vécu régulé dans la fragmentation.
  • De l’expérience de l’importance de la posture de médiation, celle de l’animateur ou du groupe de pairs, c’est l’exemple d’autant d’opérateurs d’interface conditionnant, dans des je(ux) de rôle, le dialogue et l’économie de l’échange qui se donne à entendre et à écouter.

42En guise de conclusion, peut-on formuler l’hypothèse d’une « radio la nuit » que l’on pourrait considérer comme un révélateur critique de notre société non seulement par ce qui s’y dit explicitement mais aussi par ce qui s’y expérimente comme code – mode de fonctionnement de la constitution de ses vécus ? Dans cette « cité des egos », ne convient-il pas d’apprendre à savoir y faire, pour reprendre la formule principielle de la morale de l’homme de cour de Balthasar Gracian ? Dans une telle société se confrontent des postures et des états de pouvoir. Avec sans doute un peu d’excès et de provocation, ne pourrait-on dire que la radio la nuit est une forme d’école ou du moins d’apprentissage où s’expérimentent collectivement des façons de faire et de dire des vécus forcément problématiques dans un monde en évolution ? Un apprentissage à un monde complexe, multiple qui ne serait pas pour autant nécessairement celui de la « la foule solitaire » mais qui se pourrait devenir celui d’une écoute solidaire.

Notes

1 C. Perelman, L’empire rhétorique, Paris : Vrin, 1977.
R. Laufer, C. Paradeise, Le Prince bureaucrate : Machiavel au pays du marketing, Paris : Flammarion, 1981.

2 P. Baudry, C. Sorbets, A. Vitalis, La vie privée à l’heure des médias, Bordeaux : Presses Universitaires de Bordeaux, 2002, p. 14.

3 G. Sorel, Réflexions sur la violence, Paris : Éd. du Seuil, 1990.

4 M. McLuhan, La galaxie Gutenberg, Paris : Éditions Mame, 1967.

5 A. Honneth, La lutte pour la reconnaissance, Paris : Cerf, 2000.

6 H. Joas, La créativité de l’agir, Paris : Cerf, 1999.

7 M. Luyckx Ghisi, Au-delà de la modernité, du patriarcat et du capitalisme – La société réenchantée ?, Préface de Ilya Prigogine, Paris : L’Harmattan, 2001.

8 D. C. Dennett, La stratégie de l’interprète – Le sens commun et l’univers quotidien, Paris : Gallimard, 1990.

Auteur

c.sorbets@iep.u-bordeaux.fr
Politologue, directeur de recherche au CNRS et directeur du CERVL (UMR 5116 du CNRS). Il enseigne, à l’Institut d’Études Politiques de Bordeaux, l’épistémologie des sciences sociales et à l’Université Michel de Montaigne Bordeaux 3, les politiques de communication. Il est membre du groupe européen de recherche Euromedia research group qui assure un suivi comparatiste des évolutions du champ des nouveaux médias.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540