Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Audiences, publics et pratiques radiophoniques

 | 
Jean-Jacques Cheval

Perspectives autour de la radio locale en Espagne, des alternatives à la globalisation

Manuel Chaparro Escudero

Texte intégral

La dérégulation comme règle

1Grâce à la flexibilité croissante des réglementations en vigueur, les processus de concentration des grandes sociétés qui dominent l’industrie audiovisuelle se poursuivent. En standardisant des modèles dont les normes de qualité et de contenu s’établissent exclusivement sur des critères économiques, ce phénomène constitue une atteinte directe à l’objectivité et au pluralisme des flux d’information. À cet égard l’exemple espagnol ne constitue sans doute qu’un exemple dans un paysage international où le club des privilégiés est de plus en plus réduit.

2Le problème n’est pas la concentration elle-même. D’une certaine façon la capacité économique et les ambitions des groupes multinationaux produisent un hyperdéveloppement technologique facilitant l’existence de nouveaux espaces de diffusion multimédias. Les intercommunications continentales, tel l’Internet, et les programmes par satellite dessinent de nouvelles frontières qui échappent à l’heure actuelle, à l’interventionnisme des États. Mais le système entre en crise quand les intérêts particuliers promus par ces industries orientent leurs objectifs à l’avantage d’une minorité privilégiée de la population mondiale, une minorité dont le pouvoir d’achat attire leur convoitise. Il ne s’agit donc pas d’une problématique technologique mais bien de l’utilisation qui est faite de celle-ci.

3En Espagne, le capital maximum qu’un même actionnaire peut détenir dans les chaînes nationales de télévision privées est passé de 25 % à 49 %. Dans le domaine de la radio, il n’est plus nécessaire que les actions soient nominatives, ce qui interdit toute transparence sur leur propriété. Ces deux modifications légales, décidées sans débat parlementaire ni consensus préalables, ont été réalisées par le gouvernement conservateur en place afin de faciliter la constitution d’un nouveau groupe multimédia autour de l’entreprise Telefónica. Ainsi, la politique expansionniste de l’opérateur historique espagnol dans le secteur des transmissions a ouvert la porte aux propriétaires des réseaux de diffusion, en leur permettant non seulement de disposer des autoroutes de l’information, mais aussi d’intervenir comme acteurs médiatiques. Ils s’immiscent dans la réalisation des contenus alors même que l’on peut les soupçonner d’avoir la tentation de peser sur le caractère objectif de l’information.

4Le processus de la globalisation se traduit par une concentration des entreprises, un contrôle oligarchique des chaînes et l’asphyxie des médias de base. Désormais, la mosaïque audiovisuelle espagnole née à la fin de la dictature se résume à une offre réduite de programmes, s’affrontant pour conquérir un marché d’auditeurs prétendument passif. Si sur le marché de l’audiovisuel espagnol, les enjeux sont sans cesse plus nombreux et, dans le même temps, les acteurs indépendants plus rares, les organismes d’arbitrage et de contrôle, qui veilleraient sur les intérêts des citoyens, plus nécessaires aujourd’hui que jamais, brillent par leur absence. L’Espagne, avec la Grèce, est le seul pays de la Communauté européenne qui ne dispose pas d’autorités audiovisuelles indépendantes, qu’elles soient à caractère consultatif ou exécutif.

Clés pour comprendre l’audiovisuel espagnol

5L’histoire récente de l’audiovisuel espagnol peut être condensée en dix observations essentielles définissant les limites d’encadrement et de fonctionnement de ce secteur. Elles dessinent un paysage audiovisuel affecté de défauts notables, résultant à la fois de négligences et d’une incapacité à affronter les intérêts privés dans l’espace médiatique :

  1. En Espagne, le système public de l’audiovisuel n’est pas financé au moyen d’une redevance sur la possession des récepteurs. Les chaînes d’État et celles dépendant des gouvernements autonomes sont financées par des budgets publics généraux et à travers des ressources publicitaires. Ce système induit une planification budgétaire rigoureuse, une ponction importante des fonds publics et une dissimulation des dépenses réelles.
  2. L’Espagne a été le seul pays européen où les radiodiffusions publique et privée ont coexisté depuis les années quarante. L’arrivée de la démocratie à la fin des années soixante-dix a entraîné la fin du monopole de l’information. Si son abandon a été une conséquence de la démocratisation, les stations privées, qui dominent le paysage radiophonique espagnol, constituent un héritage du franquisme.
  3. Les grandes chaînes radiophoniques nationales ont été les principales bénéficiaires des concours publics ouverts pour la concession de fréquences hertziennes. De plus, elles ont su trouver les combinaisons légales nécessaires pour s’approprier les émetteurs indépendants initialement attribués à des acteurs locaux. Les radios locales privées indépendantes et commerciales ont disparu à leur profit, du fait d’une ardeur prédatrice justifiée par les principes et les règles du libre-échange.
  4. Actuellement, les compétences d’octroi des fréquences sont détenues par les Communautés autonomes ou plus exactement par les gouvernements autonomes. Depuis la transition démocratique, ils ont été responsables de l’octroi d’au moins 50 % des fréquences. C’est une formule qui manque de transparence et d’équité fonctionnant au profit des réseaux.
  5. Le seul modèle radiophonique communautaire envisagé légalement est celui de la radio locale publique. Ne disposant pas de cadre légal, les modèles associatifs sont rares et leur autorisation demeure une des questions en suspens pour la démocratie espagnole.
  6. Il n’existe pas d’autorité audiovisuelle indépendante de tutelle. Les tentatives en ce sens des derniers gouvernements socialistes se heurtèrent à leur faiblesse politique conjoncturelle et à un manque de consensus avec la droite sur ce sujet.
  7. La reconduction des autorisations de fréquences est devenue automatique. Bien que les radios privées se soient distinguées par le non-respect systématique des différentes réglementations qu’elles ont toujours fini par adapter à leurs intérêts, la question de l’abrogation de leurs autorisations n’a jamais été envisagée. De plus, les gouvernements successifs ont permis l’achat et la vente des émetteurs existant, empêchant ainsi l’apparition de nouveaux acteurs et favorisant une structure oligopolistique du marché de l’information.
  8. Les télévisions locales hertziennes, régulées pourtant par la loi no 41 de 1995, ne disposent toujours pas de concession légale, le gouvernement actuel refusant d’appliquer cette loi. Pourtant, en 2001, plus de 800 télévisions locales existaient en Espagne et les grands groupes de communication entreprenaient de constituer des réseaux autour d’elles.
  9. L’introduction du câble, le début de la diffusion numérique, par satellite ou par voie terrestre, des programmes de radio ou de télévision ont ouvert une période d’incertitude que la société civile se montre incapable de dissiper en l’absence d’une volonté régulatrice répondant à des critères démocratiques.
  10. La radio locale publique portée par la société civile, organisée en réseau, est la seule qui puisse apporter une réponse aux préoccupations locales en fabriquant du lien social.

Synthèse critique de l’évolution de l’information audiovisuelle en Espagne

Synthèse critique de l’évolution de l’information audiovisuelle en Espagne

L’extinction des radios locales privées indépendantes

6Avant d’évoquer l’audiovisuel dans sa dimension locale, il est nécessaire de rappeler, qu’à l’exception de récentes concessions de radio numérique concernant des stations à fréquences uniques pour l’ensemble du pays, en théorie toutes les radios existantes en Espagne sont censées être locales. Du fait même de la portée des émetteurs qu’elles utilisent, les concessions de radio analogique commerciale en modulation de fréquence sont par nature exclusivement locales. Néanmoins, la présence de réseaux contrôlant la quasi-totalité des émetteurs locaux a contribué à la disparition des stations commerciales indépendantes. La société Prisa (Unión Radio, SER, C-40, M-80, Sinfo Radio, Ole, Dial), Telefónica (Onda Cero) et l’église catholique (COPE) se partagent la quasi-totalité des radios commerciales du pays. Rien, ni personne ne les oblige à maintenir, même pour des raisons de cohérence, un temps d’antenne minimum destiné à la programmation locale. Au moment des autorisations, les engagements en ce sens de nombreux postulants, n’ont jamais été pris en compte. De fait, la programmation strictement locale est pratiquement inexistante sur ces chaînes à l’exception de décrochages concernant des programmes publicitaires liés au secteur de couverture des émetteurs ou de quelques espaces d’informations générales et sportives. Ces décrochages sont diffusés en dehors du « prime time », sans grande incidence sur la programmation générale.

7Les gouvernements autonomes l’ont parfois déploré, et dans l’exercice de leurs propres compétences en matière de concession de fréquence, bien que sans grande conviction, ils ont essayé de favoriser les acteurs locaux. Ce volontarisme a été contrecarré de manières diverses : apparition de prête-noms au moment de l’attribution des fréquences, rachat illégal des stations et contrats abusifs assurant la dépendance des stations envers les réseaux. En définitive, et quelle que fût leur formule initiale, toutes ces stations se sont converties en relais hertziens des chaînes nationales.

8Les radios locales commerciales qui ont initialement refusé le processus de dépendance ont fini par l’accepter en étant confrontées à une autre réalité incontournable : les méthodes de mesure de l’audience, qui pour le marché publicitaire sont censées valider le travail des stations, sont avant tout conçues pour mesurer l’audience des réseaux présents sur l’ensemble du territoire espagnol ; elles ne sont pas significatives pour mesurer l’incidence des stations sur des secteurs géographiques de petite dimension. Ceci explique l’absence de publicité diffusée par les grandes agences et leurs sièges sociaux auprès des stations exclusivement locales et, en conséquence, une dépendance absolue de celles-ci à l’égard des marchés locaux rendant impossible leur maintien en tant que telles.

9En 2001, la radiodiffusion espagnole attirait autour de 70 000 millions de pesetas d’investissements publicitaires par an (420 millions d’euros environ). Il s’agissait de sommes importantes quoique considérablement inférieures à celles attirées par la presse ou la télévision (supérieure chacune à 250 milliards de pesetas, soit 1,5 milliards d’euros). La proportion de la publicité radiophonique gérée par les grandes agences représentait plus de 65 % du marché publicitaire total de la radio. Dans ces circonstances, il est aisé de comprendre pourquoi les radios privées indépendantes ont succombé à la politique d’achats et d’absorptions des chaînes.

  • 1 L’EGM est réalisée par la Asociación para la Investigación de los Medios de Comunicación (AIMC). C (...)

10La principale étude d’audience, pour ne pas dire la seule, est l’Estudio General de Audiencia (EGM)1. Elle est construite à partir de trois vagues de sondages par an (de 11 000 à 14 000 interviews sur la population de quatorze ans et plus), basés sur la mémorisation des pratiques de la veille. L’enquête ne prend pas directement en compte les habitants des agglomérations de moins de 50 000 habitants, qui ne participent à l’échantillon que de manière aléatoire. Ce type d’étude multimédia ne tient pas compte du fait que dans des régions comme l’Andalousie, 52 % de la population vit dans des communes de moins de 50 000 habitants et que dans des villes situées au-dessous de cette limite, il existe un nombre important de stations présentant une programmation exclusivement locale. L’EGM est sans doute un bon indicateur pour vérifier l’audience des chaînes nationales, mais ignore la réalité locale qui nécessite des mesures d’audience appropriées ; des mesures coûteuses auxquelles les marchés publicitaires refusent habituellement toute validité.

11Le paysage radiophonique espagnol se résume à un schéma géographique sectorisé comprenant principalement trois aires de diffusion : le secteur national, le secteur des régions autonomes et le secteur local/provincial. Il convient d’ajouter à ce schéma l’existence de stations publiques et associatives locales, présentes sur l’ensemble du territoire, qui vivent en marge des intérêts « mégamédiatiques » et, dans de nombreux cas, en marge de la loi.

12Les radios espagnoles occupent 2 962 fréquences en FM qui se répartissent de la manière suivante : 1 083 sont utilisées par le secteur privé et 1 879 par le secteur public (y compris les 646 stations municipales recensées en 2000). Grâce à leur surface et à leur potentiel économique, les réseaux commerciaux, les stations publiques d’État et celles qui sont gérées par les Communautés autonomes monopolisent pratiquement l’ensemble de l’espace radiophonique existant.

13Entre 1975 et 1996, l’augmentation du nombre de fréquences disponibles en Espagne a été très importante. La fin de la dictature a entraîné une diversification de l’offre et un véritable développement de la modulation de fréquence aboutissant au Plan technique de 1996. En 1975 le nombre des émetteurs en ondes moyennes (OM) était de 189 – 81 pour le secteur public et 108 pour le privé. Sur les dernières décennies, le nombre des stations OM a uniquement augmenté pour le secteur public jusqu’à atteindre 172 fréquences. Par contre pour la FM la croissance a été beaucoup plus spectaculaire. D’un total de 186 fréquences en 1975, 50 pour la radio publique et 136 pour la radio privée, on est passé à 2 962 fréquences, en 2000. Cette croissance a généré d’âpres polémiques entre le secteur public et privé ainsi qu’entre les groupes privés concurrents.

14Il existe un déséquilibre apparent entre le secteur public et privé quant au nombre de fréquences. Toutefois pour évaluer sa dimension réelle, il convient de prendre en compte des critères qualitatifs. C’est-à-dire que pour déterminer la richesse du discours informationnel proposé (un concept qui se réfère à la diversité, au pluralisme et à l’abondance des contenus) nous devons tenir compte de la couverture effective des émetteurs, étudier la nature des formats d’information diffusés et connaître les caractéristiques déterminant le marché des audiences. La radio publique se doit d’offrir un service public à l’ensemble du territoire, pas seulement là où la rentabilité économique augure un bénéfice pour les actionnaires.

Répartition des fréquences de radio publiques et privées (Fréquences analogiques)

Répartition des fréquences de radio publiques et privées (Fréquences analogiques)

Sources : Plan Technique de 1996, recherche de l’auteur pour le recensement des fréquences municipales (EM).
*Les données incluent la radio publique d’État, les chaînes autonomes d’Andalousie, de Catalogne du Pays Basque, de Galice, Madrid, Murcie, de la Communauté valencienne et les 646 fréquences municipales (EM) qui fonctionnaient en 2000.

La radio locale en Espagne

15On peut se poser la question : où perdure en Espagne la radiodiffusion conservant une vocation authentiquement locale ? Aujourd’hui, cette radiodiffusion locale s’est en fait réfugiée au sein des émetteurs municipaux (EM), ce que l’on appelle aussi la « Radio Publique Locale » (RPL) ou radios municipales.

16Les stations municipales ont amorcé leur fonctionnement en 1979, alors que se mettaient en place les municipalités démocratiques. Mais il leur a fallu attendre 1991 pour obtenir une reconnaissance légale, à travers la Loi d’Organisation et de Contrôle des Émetteurs Municipaux de radio en modulation de fréquence (LOCEM). La majorité de ces stations, de faible puissance, se situent dans de petites localités de moins de 15 000 habitants. Il en existe dans des agglomérations plus grandes, telles que les principales villes de Catalogne ou bien Grenade et Jerez en Andalousie, mais au total pas dans plus d’une douzaine de villes de plus de 100 000 habitants. Pour les communes où elles sont présentes, il est clair que le service public qu’elles apportent vient compenser un réel déficit d’information locale, qu’elles constituent un élément de lien social et contribuent à l’assise de valeurs culturelles démocratiques

17Aucun gouvernement n’ayant prévu d’espace pour la radiodiffusion associative communautaire, celle-ci a été réduite à sa plus simple expression, soit une trentaine de stations sur l’ensemble du territoire espagnol, concentrées principalement sur les secteurs urbains les plus peuplés : Madrid et Barcelone. Les gouvernements autonomes les considèrent comme un élément marginal. Leur faible nombre, leur puissance d’émission limitée constituent une justification et un alibi pour ne pas les interdire, ni les réglementer. Face au manque de légalité des radios associatives communautaires, les EM participent d’une mouvance radiophonique alternative faisant intervenir la société civile dans son fonctionnement.

18Si les EM ont bénéficié d’un lent processus de reconnaissance légale, ceci n’a pas entraîné une expansion de ce modèle de radiodiffusion, leur nombre étant resté stable, faute probablement d’un appui économique suffisant. Seulement 8 % des 8 000 municipalités espagnoles existantes ont choisi de favoriser cette formule de participation citoyenne, bien qu’en permanence il existe une possibilité pour présenter des projets de ce type ; une bande de fréquence ayant été réservée à cet effet entre les 107 et les 107,9 Mhz.

19En la matière, les communautés autonomes qui se démarquent le plus notablement sont la Catalogne et l’Andalousie. Dans cette dernière communauté, le nombre des EM s’est élevé à 172 stations, soit une vingtaine de moins que les 193 enregistrées en Catalogne. 22,3 % des communes andalouses et 20,6 % des communes catalanes disposent d’une EM. Ces deux communautés cumulent 56,6 % des 646 EM existantes en Espagne.

Distribution et progression des stations municipales par communautés autonomes entre 1989 et 2000

Distribution et progression des stations municipales par communautés autonomes entre 1989 et 2000

Sources personnelles de l’auteur, 2000.

  • 2 La Loi établit trois catégories de stations en fonction des populations auxquelles elles s’adresse (...)

20Les données quantitatives prennent toute leur valeur si l’on considère également la qualité des émissions diffusées, l’utilisation d’un personnel de plus en plus qualifié et les usages démocratiques que ces médias induisent. Le profil-type d’une EM peut se dessiner à travers les caractéristiques suivantes : elles sont installées dans des communes de moins de 15 000 habitants, dirigées par le parti socialiste. Elles disposent en moyenne de deux emplois contractuels et d’une vingtaine de collaborateurs volontaires. Leur budget moyen est de moins de quatre millions de pesetas par an (24 000 euros). Leur puissance moyenne d’émission est de 150 watts2. Elles sont enfin situées dans les provinces les plus peuplées de la côte méditerranéenne ou du sud-ouest atlantique. Un regard en arrière ne permet pas de conclure que cette carte soit complète et encore moins consolidée. Si le volontarisme des administrations municipales en la matière demeure faible – ce qui constitue un inconvénient sérieux pour la progression de ce modèle alternatif et communautaire – là où elle s’est correctement implantée, la radio publique locale s’est convertie en un élément de revitalisation majeur sans lequel la vie des communes ne peut plus être envisagée. Alors qu’il s’agit de soutenir l’opportunité de création de médias locaux permettant une forte participation citoyenne, les mairies sont aiguillonnées en ce sens par la mission de service public qu’elles remplissent en fournissant comme un service essentiel un moyen d’information aux populations, service négligé par ailleurs par les entreprises privées qui ne le considèrent pas comme rentable.

21Les radios publiques locales, principalement en Andalousie, Galice et Catalogne, ont pris conscience du fait que la mise en commun de leurs efforts pouvait valoriser la considération à leur égard et envers un modèle radiophonique local spécifiquement espagnol. Les EM souffrent du manque de coordination entre les différentes administrations dans les aides et financements qu’elles peuvent leur apporter. Bien qu’il ne s’agisse pas de médias coûteux en termes d’investissements ou de maintenance, l’ensemble élevé de postes budgétaires que doivent par ailleurs assumer les mairies menace leur financement spécifique. Les municipalités espagnoles sont souvent en déficit et l’absence de mécanismes d’évaluation qui rendent tangible l’utilité des stations publiques locales ne les incite pas à des efforts plus généreux envers elles.

22Mais les difficultés financières ne doivent pas toujours disculper les collectivités locales de leurs démissions en la matière. Il faut évoquer ici le processus irresponsable de privatisation de l’espace public amorcé par certaines communes, qui affecte des communautés autonomes comme celles de Valence et de Murcie pour presque 70 % d’entre elles, 20 % en Andalousie, voire 60 % dans des provinces comme Malaga. Les fréquences destinées à la radio publique locale y sont dévolues à des usages privés. C’est un procédé frauduleux, supposant des actes de prévarication, en marge de la légalité, que l’on retrouve partout en Espagne et auquel les administrations n’ont su mettre de frein. La Loi (LOCEM) établit que : « le service public de radiodiffusion sonore dont la concession est accordée aux communes sera géré directement par des médias dont les configurations sont prévues à l’article 85.3 de la Loi 7/1985, du 2 avril, régulatrice des bases du régime local ». En l’occurrence, l’article en question pose que « la concession adoptera l’une des configurations suivantes : A) gestion par la collectivité locale même. B) organisme local autonome. C) société commerciale dont le capital appartient intégralement à l’entité locale ».

23Dans le modèle espagnol de radiodiffusion, on est passé de la confiance en un système de non-monopole, participatif et ouvert, qui pariait sur le développement démocratique comme objectif principal, à un système de permissivité complaisante conduisant à un appauvrissement des contenus radiophoniques. L’accès et la formation aux nouvelles technologies ne sont parfois revendiqués que dans le but de mettre en œuvre des pratiques mercantiles de séduction. Ces stratégies associent et assimilent les activités culturelles à de simples actions irréfléchies de consommation de biens marchands, des absorptions bien peu nutritives au demeurant.

Recensement des radios locales publiques (EM) en Andalousie

Recensement des radios locales publiques (EM) en Andalousie

Sources personnelles de l’auteur, 2000.

24Le chaos de l’audiovisuel espagnol se manifeste autant à travers la radio que la télévision locale. Il s’agit de deux secteurs sensibles pour l’information des citoyens si l’on considère que la presse locale est inexistante sur une grande partie du territoire. Ces problèmes, qui ne sont pas propres au paysage médiatique espagnol, sont à rapprocher d’une confusion constante existant entre la légalité et la légitimité, la liberté d’entreprise et la liberté d’expression. La légitimité conquise par de nombreux médias alternatifs n’est pas ratifiée par une décision législative en leur faveur, une décision qui supposerait l’utilisation coercitive de la loi afin de les protéger de médias dominateurs. À l’inverse, une certaine classe d’entrepreneurs ayant des ambitions de pouvoir revendique toujours l’accès aux médias en assimilant le droit à la liberté d’expression et à son exercice, à la liberté d’entreprise et à la possibilité d’exploiter un bien collectif. Dans les deux cas, c’est la force du capital et le pouvoir de l’argent qui l’emportent.

La structure en réseaux domine le secteur radiophonique espagnol

25Depuis la fin des années soixante-dix, dans le sillage ouvert par les différents plans techniques élargissant l’usage de la modulation de fréquence, on a pu observer la constitution de nouveaux groupes radiophoniques tandis que se renforçaient ceux existant déjà durant la dictature. Dans le même temps, la diversité du paysage radiophonique n’a cessé de s’altérer face aux ambitions des entrepreneurs et aux ingérences de la classe politique. Au long de cette évolution, et sans que leur autorisation d’émission ne soit remise en jeu dans des concours publics, au moins quatre réseaux radiophoniques (Radio 80, Antena 3, Onda Cero et le réseau RATO qui dispose encore d’une vingtaine de fréquences en location) ont disparu ou bien ont changé de propriétaires. Il en a été de même pour des centaines des stations indépendantes incapables de survivre dans un environnement structuré par la centralisation du marché publicitaire et par la conjonction des intérêts de celui-ci avec les réseaux. Dans de nombreux cas, les stations locales privées avaient obtenu leurs licences par le biais de prête-noms de réseaux ou de leurs filiales ou encore de personnes physiques qui n’avaient pour seule intention que de spéculer sur le manque de fréquences et les fortes convoitises qu’elles suscitaient. Ces stations ont fini par rejoindre la liste des stations appartenant aux grandes chaînes radiophoniques.

26Tout ceci contribue à une fausse représentation des intérêts des citoyens ; à l’inverse cela a favorisé les grands groupes et leurs arrangements convergents, marchands et politiques. Les concours publics, ou appels à candidature pour l’attribution des fréquences, n’ont pas joué le rôle qui leur était assigné. À l’encontre de la perspective de rééquilibrage idéologique invoquée, ils ont systématiquement échoué dans leur intention de construire un paysage radiophonique pluraliste de nature à favoriser l’information locale avec des stations se situant en marge des chaînes nationales.

  • 3 On distingue communément en Espagne, la programmation conventionnelle, qui correspond à une progra (...)

27À la fin de l’année 1999, l’EGM témoignait une nouvelle fois du leadership radiophonique du Groupe Prisa (propriétaire du quotidien El País et actionnaire de Canal +) avec 4,2 millions d’auditeurs pour sa programmation conventionnelle3 (la chaîne SER), soit 1,6 millions de plus que son rival immédiat la chaîne COPE et plus de 2,2 millions d’auditeurs de plus que pour Onda Cero, chaîne appartenant au groupe Telefónica. Dans le domaine de la radio musicale, on retrouvait encore davantage la domination du même groupe avec plus de 5,5 millions d’auditeurs, soit 4,5 millions de plus que son challengeur le plus proche : la Chaîne 100 appartenant à la COPE.

28Ces chiffres d’audience sont à rapprocher du nombre de fréquences dont dispose chaque chaîne. Quoique dans les dernières années les attributions de fréquences aient plus profité à ses concurrents, jusqu’en 1997, le groupe Prisa possédait plus du double d’émetteurs que la COPE et 136 de plus que Onda Cero. Le reste des fréquences se répartissait entre des groupes de moindre importance, ne disposant pas d’implantation sur l’ensemble du territoire : Radio Voz (récemment intégrée dans Onda Cero), Cadena Ibérica, Onda Rambla, Cadena Flash…

29L’offre radiophonique a été notablement élargie dans les communautés autonomes qui disposent de chaînes publiques régionales. Elles y jouent un rôle fondamental d’ossature territoriale au niveau des communautés régionales comme le font les EM à un niveau strictement local. L’attention quasi exclusive accordée aux informations régionales par ces entités médiatiques autonomes a contribué de manière décisive à une meilleure connaissance de leur environnement par les citoyens. Au nom du pluralisme, il serait souhaitable que des initiatives privées poursuivent également des efforts dans ce sens.

Répartitions des émetteurs entre les principaux groupes de radio

Émetteurs en OM

Émetteurs en FM

TOTAL

Groupe Prisa (Unión Radio)

50

269

319

Onda Cero

7

214

221*

COPE

43

134

177

Sources personnelles de l’auteur, 1999.
* Les chiffres comprennent les émetteurs de Radio Voz intégrée au groupe Telefónica.

Entre la théorie et la pratique. Les nouvelles tactiques de survie pour la radiodiffusion locale

30Quand la diffusion par satellite de la radio locale publique andalouse a débuté en 1994, le sentiment commun était, qu’après quinze ans d’existence, un certain modèle de radiodiffusion publique locale avait été épuisé et qu’il était nécessaire d’ouvrir le chemin à de nouvelles options afin d’optimiser le rendement des différentes stations, de plus en plus nombreuses sur la région. Deux sauts qualitatifs avaient alors été franchis pour les radios municipales. Tout d’abord, les stations avaient obtenu une reconnaissance légale, garantie par la « LOCEM » de 1991 et par des décrets correspondants adoptés dans chaque Communauté autonome. L’obtention d’un statut légal étant acquise (ce qui avait été jusqu’alors leur principal souci), l’effort des acteurs de ces radios a alors pu se concentrer précisément sur l’offre d’un modèle alternatif de radiodiffusion au niveau local.

31L’intérêt commun de nombreuses stations municipales, plus de soixante, s’est fixé sur de nouveaux objectifs : conforter les radios communautaires, améliorer leurs moyens techniques et humains, les doter de contenus de qualité suffisants pour en finir avec certaines critiques habituelles, lancées essentiellement par la radiodiffusion commerciale, tendant à assimiler ces stations aux positions partisanes des élus et à l’inconsistance de leurs programmes.

32Si depuis quelques années des productions communes existaient – productions qui essayaient de charpenter et de donner un sens unitaire commun à l’action de ces stations à travers la distribution de cassettes – les temps nouveaux allaient être placés sous le signe d’un renforcement de ces productions et de leur diffusion par satellite. La nouvelle formule se devait d’améliorer la qualité technique des émissions tout en tenant compte de l’urgence du direct, ainsi que permettre la canalisation de la publicité vers les stations participant au service.

33Comme nous l’avons indiqué, un fort pourcentage de stations municipales andalouses (60 %) se situent dans des communes de moins de 15 000 habitants, voire moins de 10 000 habitants dans des provinces comme Huelva ou Cordoue (68 % ou 73 % respectivement). Ce sont des stations à petits budgets où l’élément participatif reste fondamental. Leur intégration au réseau non seulement contribue à insérer leurs zones de diffusion dans un ensemble régional global mais leur permet aussi de recevoir des éléments de programmations afin de compléter et étendre leurs grilles et ainsi mieux satisfaire les attentes de leurs auditeurs. Il s’agissait de réaliser une programmation, sans perdre l’identité locale, voire même en la renforçant et, dans le même temps, de lui donner une présence au niveau régional. Il était nécessaire de réunir les diverses sensibilités culturelles du territoire pour les faire participer à un projet commun.

34EMA-Satélite, ce fut le nom que reçut ce projet de diffusion d’émissions de radio par satellite développé par EMA-RTV (l’Association des Stations Municipales de Radio et de Télévision d’Andalousie). Pendant presque un an, 150 minutes de programmation furent envoyées quotidiennement vers les stations. Il s’agissait de microprogrammes, répartis tout au long de la journée, destinés à être insérés dans les grilles des stations locales. Outre ses propres productions, et grâce à un accord passé avec le service radio de l’agence de presse EFE diffusé sur Hispasat, EMA-RTV offrait chaque jour les bulletins horaires de l’agence et trois blocs d’informations nationales et internationales de 30 minutes. Les stations disposaient également de la programmation musicale distribuée par le même canal. Les stations pouvaient ainsi couvrir les espaces de programmation difficiles à assurer à certaines heures de la journée et qui restaient jusque-là vacants. Elles pouvaient se concentrer d’autant mieux sur l’information locale, là où réside la clef de leur succès et là où l’on constatait les principales carences par rapport aux territoires considérés.

35Ce modèle de programmation, complémentaire et respectueux des stations locales est le principe de base du nouveau service mis en place par EMA-RTV en septembre 1998, baptisé la Onda Local de Andalucía (la OLA). Depuis cette époque, l’association andalouse dispose de son propre canal de diffusion sur le satellite Hispasat et elle a mis en place un programme associant un ensemble d’émissions multidiffusées sur 24 heures. Après six mois de fonctionnement, plus de trente stations utilisaient déjà le service délivré depuis Tomares (Séville) pour enrichir leurs grilles de programmes. En 2001, près de 60 stations recourent aux programmes de OLA.

36Comme tout ce qui naît de la prévision, mais aussi de l’expérimentation, le projet est soumis en permanence à des révisions pour essayer de le configurer en fonction des multiples événements qui accompagnent l’existence de chacune des stations abonnées, sans que soient abandonnés pour autant les critères généraux de fonctionnement.

37OLA ne constitue pas une nouvelle chaîne radiophonique, c’est un réseau de services à structure horizontale et donc participative. De ce point de vue, une partie de la programmation est élaborée par l’équipe rédactionnelle de l’association et une autre est apportée par les stations locales qui ont la possibilité de concevoir des programmes en direction de l’ensemble des adhérents. Pour que cet objectif soit réalisé, l’association s’efforce d’inciter les stations à s’équiper de lignes téléphoniques numériques. De cette manière, n’importe quelle station peut envoyer ses contenus vers le siège de EMA-RTV pour qu’ils y soient redirigés vers l’ensemble des autres stations. La qualité des liaisons numériques permet des transferts en direct et sans perte de qualité. Toutes les stations peuvent être parties prenantes de la programmation générale. C’est une formule participative qui abaisse les coûts de production.

38De préférence, les programmes de fond sont élaborés par l’équipe de l’association. Il s’agit de capsules ou de micro-programmes d’une durée moyenne située entre 15 et 25 minutes. La ligne rédactionnelle de ces espaces est d’atteindre un fort degré de mimétisme avec les productions locales, afin qu’elle puissent s’intégrer aisément entre les émissions propres à chaque station ou en leur sein même.

39Les microprogrammes sont conçus pour être diffusés sur des créneaux à forte audience. Ils essayent de développer des sujets habituellement absents des médias commerciaux ou qui y sont traités de manière frivole. Ce sont des sujets qui nécessitent un travail de journalistes concentrant leurs activités sur l’investigation puis sur la production, dans un langage accessible et attrayant à la fois pour l’auditoire.

40Les critères de production tiennent compte des difficultés que peuvent avoir les stations locales à traiter de certains sujets, qui sont en conséquence absents de leur programmation. Il ne peut s’agir de sujets particuliers ou locaux sur lesquels on attend justement d’elles qu’elles concentrent leurs efforts, en évitant d’aborder des thématiques plus générales. La destination des sujets doit donc être générale. Les programmes élaborés par l’association concernent les questions environnementales, la jeunesse, l’éducation, les aides à l’emploi, le développement du tourisme rural, les conséquences locales de décisions parlementaires ou des informations sur l’agriculture, l’élevage, la pêche. L’élaboration, la production et la diffusion de ces programmes se font sous la responsabilité d’une équipe de réalisateurs qualifiés et expérimentés dans leurs domaines d’information, une compétence qui leur a été reconnue à travers l’obtention des prix andalous les plus prestigieux en communication.

41L’insertion et la rediffusion de ce contenu dans le programme distribué par satellite à différentes heures de la journée facilite son utilisation à la carte par n’importe quelle station associée. En même temps, si la station se connecte sur une longue durée, les critères de multidiffusion employés font que l’auditoire peut difficilement écouter le même contenu plus d’une fois. Un logiciel conçu spécialement à cette fin est destiné à gérer la programmation de manière automatique. Les programmes émis sont directement stockés sur le disque dur pour leur réutilisation dans d’autres créneaux de la journée ou ultérieurement. Ce système permet, aussi, l’automatisation du service la nuit et durant les jours fériés. Il est alimenté en énergie par des appareils de secours activés en cas de panne. L’association ne dispose pas canaux de diffusion propre, ses émissions ne peuvent atteindre les auditeurs qu’à travers les stations locales associées qui les retransmettent depuis le signal satellite.

42À la fin de l’année 2001, près de dix heures de programmation quotidiennes étaient produites : 5 heures et demie étaient réalisées par l’équipe de l’association et 4 heures et demie l’étaient par des stations membres du réseau. Ces émissions se mêlent à de brèves plages musicales. Elles sont choisies de manière à ne pas recouper la programmation dominante des stations commerciales et à stimuler une culture musicale qui ne soit pas en concordance avec les modes passagères imposées par le marché du disque.

43En fait les critères de programmation de OLA respectent les principes de base suivants : offrir autant que les autres donnent, concevoir ce qui n’existe pas ou qui n’est pas accessible, ce qui est utile et absent des médias existant, proposer ce qui offre de nouvelles perspectives et reflète des valeurs relatives à la solidarité, à l’éducation, au développement, à l’humanisme, au désir de changement et d’évolution, tout en essayant de stimuler le sens critique. Faire le contraire serait redondant avec les discours de même type diffusés par l’ensemble des stations. Programmer les mêmes productions musicales et élaborer des agendas d’information sur des critères de pertinence identiques et de convenance marchandes serait contribuer à un message en contrefaçon.

  • 4 Association Mondiale des Radiodiffuseurs Communautaires.

44OLA évoque des événements qui ne trouvent pas d’espace matériel ou temporel sur les autres supports médiatiques ou qui simplement ne les intéressent pas, bien qu’ils concernent la citoyenneté. Ainsi des programmes d’informations sont réalisés en collaboration avec les agences de presse latino-américaines Pulsar et Recosur. Appuyées par l’AMARC4 et l’UNESCO, elles diffusent des bulletins d’information par satellite, en direction de l’Europe ou à travers Internet pour l’Amérique latine et la Caraïbe. Le point de partage entre OLA et le reste de l’offre radiophonique est l’élaboration pour un public andalou d’un agenda quotidien de l’information à partir des réalités locales qui inclut aussi des nouvelles diffusées par ces deux agences. En effet, pourquoi ne pas prendre en compte ainsi la géographie linguistique de l’information au lieu de ne considérer que des notions de proximité physique et ethnocentrique ? L’intégration de deux communautés dans une même aire d’information tente d’approcher quelque chose qui va au-delà de la notion d’impact économique, analysées du point de vue des intérêts en jeu pour les grandes entreprises. Le progrès et le développement englobent des valeurs qui parlent aussi de solidarité, de compréhension mutuelle et qui éventuellement peuvent dénoncer les réalités qui permettent l’opulence d’une minorité face à la pauvreté et à la marginalisation des couches sociales productives.

45Une des perspectives envisagées par OLA est en relation avec les services multilingues, ouvrant la voie à l’échange de contenus entre des stations d’aires linguistiques différentes ou permettant à celles-ci l’accès au satellite pour les échanges se faisant jusqu’alors par voie postale. Il s’agirait d’un service comparable à celui implanté en son temps par le réseau InterkoneXiones (IKX), qui centralisait les échanges de programmes enregistrés sur cassette entre des radios communautaires européennes et latino-américaines. L’expérience, qui a fonctionné durant deux ans avec l’aide de fonds communautaires, était conduite par Radio Dreyeckland, une radio associative de Fribourg.

46Le service OLA est un projet pionnier qui tente d’affermir les soubassements d’un nouveau système de communication appelé à promouvoir les médias locaux. Des médias où la participation demeure un élément consubstantiel au même titre que leur audience sur leur zone de couverture. Les radios traditionnelles ont éliminé la participation citoyenne et, en se pliant aux servitudes du fonctionnement en réseau, ont renoncé à d’authentiques programmations locales attentives aux besoins de connaissance et d’information des réalités les plus proches. Les nouvelles structures comme OLA offrent de perspectives novatrices de collaboration et d’entente : une organisation participative du travail essayant d’impliquer l’ensemble des stations dans les prises de décisions stratégiques.

  • 5 Manuel Chaparro, Radio Pública Local. Madrid : Fragua, 1998, Chapitre 8.

47La somme des micro-audiences des stations locales sur l’ensemble de l’Andalousie peut être évaluée à plus de 500 000 auditeurs par jour5. Leur implantation sur des zones délaissées, à l’écart des circuits favorisés existant autour des grandes agglomérations, font que les médias de communication locaux participent d’un maillage infrastructurel de base. Ils sont appelés à dépasser les carences conjoncturelles interdisant précisément l’amélioration de la qualité de la vie, qui n’est pas qu’une question de possession matérielle mais est aussi liée à des valeurs apparemment intangibles, telles la connaissance et la culture.

48En septembre 2000, le service achevait sa deuxième année de fonctionnement et renouvelait ses contrats pour poursuivre son activité pour au moins deux autres années. Jusqu’à cette date, les appuis apportés par l’administration ou le marché ont été ponctuels et sans projection sur le long terme. Pourtant un canal qui remplit un énorme besoin dans des zones principalement rurales sur lesquelles réside 55 % de la population andalouse, qui rassemble les inquiétudes, l’opinion et la culture, qui peut participer au système éducatif en permettant la formation non présentielle et reste un complément à l’éducation régulière, ne doit pas tomber dans l’oubli. Le potentiel des médias locaux dans l’implication de leurs auditeurs doit être utilisé pour atteindre des seuils plus élevés de développement. Les gouvernements européens essayent d’appuyer ces systèmes alternatifs ou au moins de ne pas leur porter préjudice, nous avons des exemples éclairants de ceci en France et en Hollande. En Amérique latine et dans les Caraïbes, légitimés par l’appui populaire, les médias alternatifs contribuent de manière extraordinaire à la démocratisation des systèmes politiques. L’AMARC, appuyé par l’UNESCO, défend son implantation dans le monde entier. Le projet OLA participe à cette mouvance qui essaye de trouver des partenaires dans d’autres pays européens. Le succès rencontré par EMA-RTV l’a conduit à travailler sur des projets de « communication pour le développement » en Bolivie, au Salvador et au Guatemala ; où ses membres contribuent à l’émergence et à la création de radios communautaires. En 2001, les activités de solidarité de l’association ont représenté plus de 600 000 euros obtenus auprès de fonds de coopération andalous.

Nouvelles perspectives pour les environnements locaux. Influence des stratégies internationales

49L’équilibre entre développement technologique et développement social a été dépassé par une correspondance établie entre la maîtrise des technologies et le pouvoir économique. Dans ces conditions, quand on privilégie l’accès aux biens de première nécessité exclusivement de tous autres, comment garantir le pluralisme des médias et défendre la nécessaire participation des populations à la construction de la réalité ? À la fin du XXe siècle, une réelle participation de la société civile peut être envisagée aisément à travers l’usage des nouvelles technologies. Encore faut-il pour cela que l’on ne garantisse pas seulement le droit à la liberté d’expression, mais aussi, la disponibilité des fréquences et des moyens technologiques eux-mêmes, ceux dont disposent les industries afin de socialiser les pratiques de marché soutenant la production de biens marchands et leurs propres intérêts. Il est nécessaire de protéger le patrimoine commun face à des intérêts corporatistes, et il est donc nécessaire de défendre la non-privatisation des espaces publics considérés comme biens essentiels. Parce que tout simplement les réalités du marché ne garantissent même pas notre survie à court terme. Le nouveau millénaire exige la redéfinition et la mise en œuvre de nouveaux concepts de développement et de démocratie, fondés sur des principes d’humanisme et de partage.

  • 6 Le G-8 ou groupe des Huit réunit les organisations suivantes : ALER, Asociación Latinoamericana de (...)

50En face des modèles monopolistiques qui sont ceux des grands réseaux radiophoniques surgissent des voix actives qui constituent des réseaux de coopération et d’échange, souvent reliés à l’AMARC, et aussi des entités régionales engagées dans de nouvelles pratiques culturelles et démocratiques. Un bon exemple de cela est constitué par le G-8, groupe qui n’a rien à voir avec le sommet des huit pays les plus riches du monde, mais est constitué de huit réseaux latino-américains et caraïbes investis dans l’utilisation des moyens de communication pour promouvoir le développement, l’éducation, la solidarité6. Ce militantisme s’accompagne de la revendication d’un statut démocratique légal pour les stations communautaires comme une reconnaissance du droit d’accès à la condition d’émetteur pour la société civile, pour les groupes organisés qui désirent participer à l’expression de l’opinion publique et à la construction démocratique. Dans la majorité de ces pays, comme dans la majeure partie du monde, l’usage banalisé des techniques d’expression s’oppose aux restrictions persistantes qui restreignent leur généralisation. L’absence d’une volonté politique démocratique minimale de distribution des fréquences reflète l’anachronisme de groupes au pouvoir persistant dans leurs intentions d’exercer une tutelle sur des sociétés contraintes dans des comportements prétendument raisonnables. Dans des pays comme l’Uruguay, la gestion du spectre radioélectrique, la concession des fréquences continuent à être de la compétence de l’armée.

51La présence des moyens locaux audiovisuels ne vient pas, par elle même, résoudre les carences de représentation sociale. Une régulation du système médiatique est nécessaire afin d’en obtenir un rendement satisfaisant et pour éviter les abus de positions dominantes, les exclusions dans la gestion et la diffusion des émissions. Le paysage médiatique espagnol connaît un fort développement des médias locaux ; cependant le rôle qui leur est assigné reste très faible. Premièrement parce que la prise de conscience de l’importance du service qu’ils offrent n’existe pas forcément ou est insuffisante et, en second lieu, parce qu’il n’y a pas de réel intérêt parmi les gouvernants à réguler le secteur avec cohérence, de manière à atteindre une meilleure rentabilité sociale. Le discours sur la démocratisation des médias ne doit pas être confondu avec celui sur la permissivité. Il suppose l’obtention d’authentiques droits constitutionnels et la mise en place de normes régulatrices qui permettent la coexistence de trois catégories de stations : les stations locales, régionales et nationales (ou étatiques). La défense de la diversité des identités culturelles et l’aménagement du territoire doivent être des préoccupation présentes dans le schéma médiatique en tant qu’élément additionnel à l’information globale et à l’uniformisation des coutumes induites par les contenus diffusés par les médias étatiques ou transnationaux. Ici réside l’équilibre entre le global et le local, ce que certains ont défini comme la glocalisation ou glocaliser. La glocalisation des médias suppose une spécialisation des contenus dans chacun des territoires couverts tout en construisant les bases d’une interrelation entre les différents niveaux médiatiques.

52La radio et la télévision locales ont des missions prioritaires se situant en étroite relation avec les objectifs de surmonter les déficits culturels, d’information et de participation dans notre société. L’intérêt des médias locaux doit résider dans l’implémentation de programmes d’intérêt citoyen comblant les lacunes existantes sur leurs zones de couverture. Il n’est pas question d’imiter le comportement des grandes chaînes, mais bien de répondre à l’inertie, aux inquiétudes, à l’esprit critique et participatif de leurs auditeurs potentiels.

53La solidarité et l’esprit de travail en commun, décrit précédemment, comme dans le modèle alternatif andalou OLA, constituent autant d’exemples motivants pour maintenir une conscience sociale active qui permette une réelle émancipation de l’être humain et la reconnaissance des démocraties depuis des expériences de développement personnel basé sur l’information et la culture. La paresse, l’autosuffisance de nos sociétés dans un système qui pourvoit peu au présent, sans penser à l’avenir, qui épuise toutes les ressources sans établir de contrat avec les générations futures, méritent une action qui produise un changement de mentalité, qui transforme nos démocraties symboliques, serviles à l’égard de simples intérêts industriels et spéculatifs, en des modèles plus solidaires. Ce positionnement de rupture radicale doit conduire au-delà d’une désintégration des structures sociales héritées, à la perception des problèmes auxquels nous faisons face depuis d’autres perspectives, en nous plaçant dans une nouvelle dimension et en apportant de nouvelles propositions.

PROGRAMACIÓN SATÉLITE EMA-RTV : Onda Local Andalucía

PROGRAMACIÓN SATÉLITE EMA-RTV : Onda Local Andalucía

Septembre 2001.

Bibliographie

Bibliographie

CASTELL Manuel, La era de la Información, vol. I, II, III, Madrid : Alianza Editorial, 1998. RAMONET Ignacio, La tiranía de la Comunicación, Madrid : Temas de Debate, 1998.

SENECAL Michel, Televisiones y radios comunitarias, Barcelona : Mitre, 1986. LEWIS Peter et BOOTH Jerry, La radio el medio invisible, Barcelona : Paídos, 1989. MACBRIDE Sean et al., Un solo mundo, voces múltiples, Madrid : Pideia, 1988.

CHAPARRO ESCUDERO Manuel, Radio Pública Local, Madrid : Fragua, 1998.

CHAPARRO ESCUDERO Manuel (éd.), La democratización de los medios, Sevilla : Dip. Sevilla/ EAM-RTV, 2000.

AMARC (Association Mondiale des Radiodiffuseurs Communautaires),

Notes

1 L’EGM est réalisée par la Asociación para la Investigación de los Medios de Comunicación (AIMC). Cette association intègre plus 160 sociétés parmi lesquelles se retrouvent les consortiums médiatiques, les agences et les centrales d’achat, les producteurs et des agences-conseil.

2 La Loi établit trois catégories de stations en fonction des populations auxquelles elles s’adressent. La catégorie A concernent les communes de moins de 15 000 habitants, leur puissance d’émission est limitée à un maximum de 50 Watts ; celles de la catégorie B, entre 15 000 et 50 000 habitants, sont limitées à 150 Watts ; et celles de la catégorie C (communes de plus de 50 000 habitants) peuvent atteindre un plafond maximum de 500 Watts. La loi autorise également le financement des stations à travers la publicité et les budgets municipaux.

3 On distingue communément en Espagne, la programmation conventionnelle, qui correspond à une programmation généraliste, de la programmation thématique ou spécialisée baptisée « Radio formula ».

4 Association Mondiale des Radiodiffuseurs Communautaires.

5 Manuel Chaparro, Radio Pública Local. Madrid : Fragua, 1998, Chapitre 8.

6 Le G-8 ou groupe des Huit réunit les organisations suivantes : ALER, Asociación Latinoamericana de Escuelas Radiofónicas ; AMARC, Asociación Mundial de Radios Comunitarias (siège régional à Quito) ; CIESPAL, Centro Internacional de Estudios Superiores de Periodismo en Equateur ; FELAFACS, Federación Latinoamericana de Facultades de Comunicación Social ; FIP, Federación Internacional de Periodistas con sede (siège régional de Caracas) ; VIDEAZIMUT, Coalición Internacional Audiovisual para el Desarrollo y la Democracia ; SCC, Servicio Conjunto de Comunicación ; PROA, Asociación Latinoamericana de Comunicación Grupal, connue aussi sous le nom Producciones Alternativas.

Table des illustrations

Titre Synthèse critique de l’évolution de l’information audiovisuelle en Espagne
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/4987/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Répartition des fréquences de radio publiques et privées (Fréquences analogiques)
Légende Sources : Plan Technique de 1996, recherche de l’auteur pour le recensement des fréquences municipales (EM).*Les données incluent la radio publique d’État, les chaînes autonomes d’Andalousie, de Catalogne du Pays Basque, de Galice, Madrid, Murcie, de la Communauté valencienne et les 646 fréquences municipales (EM) qui fonctionnaient en 2000.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/4987/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Titre Distribution et progression des stations municipales par communautés autonomes entre 1989 et 2000
Légende Sources personnelles de l’auteur, 2000.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/4987/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 227k
Titre Recensement des radios locales publiques (EM) en Andalousie
Légende Sources personnelles de l’auteur, 2000.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/4987/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 119k
Titre PROGRAMACIÓN SATÉLITE EMA-RTV : Onda Local Andalucía
Légende Septembre 2001.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/4987/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 309k

Auteur

mch@uma.es
Docteur en Sciences de l’Information, professeur de théorie et technique de l’information audiovisuelle à l’Université de Malaga. Fondateur et directeur de l’association des radios municipales d’Andalousie (EMA-RTV), il coordonne et dirige des projets de communication pour le développement en Andalousie et en Amérique latine. Il est l’auteur de nombreuses publications sur les radios et les télévisions communautaires, dont : Radio Pública Local. (Fragua, 1998) et Sorprendiendo al futuro (los libros de la Frontera, 2002).

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540