Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Audiences, publics et pratiques radiophoniques

 | 
Jean-Jacques Cheval

Est-ce que ça marche ?

L’observation et l’évaluation des radios communautaires

Peter M. Lewis

Texte intégral

1Il convient tout d’abord de mettre en perspective cette problématique posée de manière abrupte : est-ce que ça marche ? ou, autrement dit, est-ce que les radios communautaires fonctionnent, obtiennent-elles des résultats et si oui lesquels, comment peut-on les mesurer, les évaluer ? Pour répondre à ces questions, il faut aller au-delà des traditionnelles questions sur les audiences et leurs mesures quantitatives. Les réponses méthodologiques que l’on peut apporter passent par une approche ethnographique de ces interrogations.

  • 1 La Radio Authority est l’autorité indépendante de régulation de la radiodiffusion privée en Grande- (...)

2À un niveau mondial, pour de nombreux organismes internationaux, il existe un intérêt pour les radios communautaires et les avantages sociaux qu’elles sont censées apporter. Cette préoccupation existe aussi au niveau du Royaume-Uni. Un projet pilote de radios communautaires, ou Access radio pour leur donner leur dénomination officielle, a été lancé par l’organisme régulateur des radios commerciales, la Radio Authority1. Son lancement est prévu pour le début 2002, pour une durée d’un an.

3Il faut rappeler que le Royaume-Uni est l’un des derniers pays d’Europe occidentale où il n’existe pas encore de secteur séparé et régulé pour les radios communautaires. Si rien n’est fait pour empêcher un groupe social particulier de déposer une demande d’autorisation à émettre, celui-ci doit tenter sa chance dans un secteur hautement concurrentiel. En premier lieu, il doit affronter la concurrence pour l’obtention de la licence elle-même et par la suite pour la conquête de l’audience. Les radios communautaires passent ou trépassent, et la disparition – signifiant une reprise par des groupes commerciaux – a été le destin des quelques stations qui avaient émergé depuis la fin des années 1980. Dans des régions rurales d’Écosse ou du Pays de Galles, une ou deux stations communautaires permanentes seulement arrivent à se maintenir chichement.

4Depuis que la loi de sur la radiodiffusion de 1990 a chargé la Radio Authority de la régulation de toutes les radios en dehors de la BBC, il est vrai qu’il existe en revanche un nombre considérable de radios communautaires temporaires. Les licences d’émission accordées sont de courte durée – un mois – et sont connues sous le nom de RSLs (Restricted Service Licences). La Radio Authority accorde plusieurs centaines de RLSs par an à un large éventail de groupes sociaux, dont beaucoup renouvellent chaque année une demande en ce sens, en association avec un événement tel un festival culturel ou religieux. Il existe également la possibilité de solliciter des licences d’émission pour une année entière ; 220 requêtes de cette nature ont été déposées ; 15 furent reçues favorablement.

  • 2 L’Association Mondiale des Radiodiffuseurs Communautaires.

5La politique de l’Association pour les médias communautaires (CMA) a été dernièrement de s’opposer aux RSLs parce qu’elles suscitent de fausses attentes, consomment les ressources locales et les énergies et ne fournissent pas en définitive de voix permanentes aux communautés qui s’y impliquent. Elle leur reproche aussi de fournir en fait un alibi au gouvernement pour lui éviter de s’attacher à la reconnaissance de radios communautaires permanentes. Le terme « access radio » lui-même a été critiqué comme étant déphasé par rapport à la terminologie utilisée dans le reste du monde et notamment par des organismes comme l’UNESCO et l’AMARC2. Il s’est imposé sous la pression de la BBC et des radiodiffuseurs commerciaux qui souhaitaient être considérés eux-mêmes comme des prestataires de programmes communautaires à travers leurs services locaux.

6Derrière la question : « Est-ce que les radios communautaires marchent ? » se cache en réalité une triste histoire de suspicion et de rejet. La défiance britannique envers la radio communautaire participe du déclin général de l’engagement politique depuis de nombreuses décennies. On opposa également à ces radios communautaires les radios locales de la BBC, créées à la fin des années soixante, qui constituèrent une réponse partielle aux revendications en faveur de la décentralisation ressenties alors à travers toute l’Europe occidentale. Il s’agissait de répondre aux revendications en faveur d’autres moyens locaux d’expression. Dans la première phase au moins du lancement de ces radios locales publiques, à une époque où la programmation en réseau était encore inconnue, ces expériences disposèrent de moyens pour se mettre effectivement au service des initiatives locales communautaires et d’éducation.

7Puis à nouveau, les radios communautaires et la télévision ont souffert d’une mauvaise réputation. C’est un exemple d’histoire écrite exclusivement par les puissants. On trouvera une autre illustration de ceci dans les expériences de télévisions communautaires au milieu des années soixante-dix en Grande-Bretagne. Avant que le satellite n’aide le câble à ressusciter, une poignée de petites stations avaient alors été lancées par les compagnies commerciales du câble qui tentaient d’arrêter l’hémorragie de leurs abonnés en utilisant une programmation locale. L’initiative attira la participation de personnes intéressées par l’utilisation de la vidéo comme outil de développement social et communautaire et, cyniquement, elle fut surnommée le « mariage des mercenaires et des missionnaires ». Quand les Conservateurs perdirent les élections et qu’il n’y eut plus aucun espoir que les Travaillistes n’autorisent la télévision à péage, les sociétés commerciales fermèrent ces stations. Dans leur version de l’histoire, ces « expérimentations » avaient été un échec alors même qu’aucun critère de succès n’avait été convenu avec le Ministère ayant autorisé le projet. Pourtant, dans la seule région où une véritable recherche scientifique et sociale fut menée, les résultats montrèrent un niveau remarquable de participation à la vie de la station – Swindon Viewpoint en l’occurrence – et des taux d’audience suffisants pour employer le langage habituel des diffuseurs. On aurait pu imaginer de meilleures « preuves » de « l’échec » des programmations communautaires.

8Suivant la recommandation de la commission Annan (Annan Comittee), qui avait été impressionnée favorablement par la participation communautaire évidente dans les stations câblées, le gouvernement travailliste demanda au régulateur de l’époque, l’IBA (Independent Broadcasting Authority), d’encourager les demandes de licences de radiodiffusion pour des groupements communautaires et des associations à but non lucratif. La seule licence de cette sorte accordée à Cardiff en 1979 aboutit à un programme innovant, auquel on ne donna toutefois ni le temps, ni une structure de soutien suffisante pour réussir. Après son retour à un format commercial conventionnel, l’idée couramment exprimée dans le secteur des radios commerciales était que les radios communautaires ne pouvaient être que des perdantes en matière d’audience (Lewis & Booth, p. 114).

9Si, à ce moment-là, les fonctionnaires du ministère de l’Intérieur étaient plutôt favorables aux dossiers présentés par les radios communautaires, le problème était de persuader les ministres de prendre le temps d’étudier le dossier. La question apparaissait moins importante que d’autres responsabilités incombant au ministère : police, prisons, douanes et régie ou immigration. Finalement, en 1985, le ministre de l’Intérieur, Leon Brittan, encouragea les demandes de licences pour des radios communautaires dans près de vingt régions du pays. Des centaines de demandes furent reçues, l’Association britannique des radios communautaires obtint un rôle de consultant pour participer à la sélection des candidats. Mais, un an plus tard, le successeur de Brittan, Douglas Hurd, mit brutalement fin à l’expérience. Des élections législatives devant se tenir quelques mois plus tard, le gouvernement conservateur envisageait sans doute assez mal l’idée d’offrir un haut-parleur aux sans voix des grands centres urbains. La raison officielle invoquée de cette annulation fut la nécessité d’appréhender la radio communautaire dans le contexte général des autres médias audiovisuels (Gray & Lewis, 1982, p. 165).

  • 3 Communiqué de presse de l’IBA, 6 Mars 1989.

10Finalement, dans ce catalogue assez déprimant d’« échecs », viennent, en 1989, ce que l’on a appelé, les « franchises évolutives ». Dans les derniers mois de son existence et avant de transmettre les pouvoirs à la Radio Authority, l’IBA obtint l’accord du ministère de l’Intérieur pour concéder deux douzaines de licences d’émission dans des régions déjà desservies par des radios commerciales, ayant pour but de fournir des « programmes dirigés vers des communautés d’intérêt ce qui incluait des groupes ethniques, les amateurs de genres musicaux spécialisés ou de petites communautés géographiques »3. Une fois de plus le nombre de demandes a largement dépassé celui des licences disponibles et une fois encore les bonnes intentions furent contrariées par une insuffisance de protection accordée à ce nouveau type de stations financièrement fragiles. Si une ou deux stations consacrées à des musiques spécialisées ont survécu, les groupes communautaires, auxquels il manquait le filet de protection que la création d’un secteur spécifique leur aurait fourni, succombèrent un à un aux sirènes commerciales. Dans le cadre du libre marché créé par la loi de 1990 sur l’audiovisuel (1990 Broadcasting Act), le secteur commercial prospère. Pour la première fois au niveau national, il constitue une concurrence pour la BBC et connaît une expansion considérable au niveau local. En 2001, plus de deux cents stations commerciales diffusaient à travers le Royaume-Uni et il n’existait toujours pas de secteur séparé pour les radios communautaires.

  • 4 Documents de la Radio Authority, 2001.

11Que veut-on dire quand on se demande si une radio, quel qu’en soit le type, fonctionne ? La Radio Authority a tenté de répondre à cette question à travers une définition de la radio de proximité et par l’élaboration de critères d’évaluation qui furent utilisés lors de la dernière expérience en la matière4. En premier lieu, les postulants et leurs projets doivent :

  • Témoigner d’une intention de service public et/ou apporter la preuve que leurs objectifs peuvent constituer un apport social.

  • Desservir un quartier ou une communauté d’intérêt.

  • Être financés sur un plan commercial et non commercial de façon mixte, ou uniquement non commercial, mais pas exclusivement commercial.

  • Avoir un caractère bénévole ou à but non lucratif.

  • Être protégés en terme de propriété et de fonctionnement des radios commerciales et être distinctes des radios commerciales.

  • Avoir pour objet et concentrer leurs activités sur un quartier spécifique ou sur la communauté particulière auxquels ils souhaitent s’adresser.

  • Fournir aux communautés concernées le plus large accès possible à la vie, au fonctionnement et aux services de la radio.

12En outre, la Radio Authority a prescrit une évaluation de l’activité et des résultats des radios de proximité selon des critères qui peuvent être résumés de la manière suivante :

13Intégration sociale, voisinage, éducation et formation : En admettant que chaque projet ait un préconçu différent, des buts et des objectifs distincts, quels apports sociaux spécifiques et mesurables furent atteints ? Ceci prend en compte les dispositions nécessaires engagées pour assurer des stages et une expérience professionnelles aux participants ; les liens tissés avec les services locaux d’éducation ; les projets d’intégration sociaux ; la promotion pour un engagement actif de la communauté. Autrement dit : Est-ce que ce service a apporté des bénéfices éducatifs pour la communauté ? Avec quel succès la station a t-elle atteint son environnement ou sa communauté d’intérêt ? Est-ce que le service était intégré socialement ? Est-ce que la station reflétait son environnement et son identité ?

14Accès et participation : Quelles possibilités de participation décisionnelle et opérationnelle la station offrait-elle ? Arrivait-elle à attirer des participants ? Quelles tranches d’âge, groupes ethniques ou socio-économiques furent atteints et impliqués dans la radio ? Est-ce que les intérêts propres de ces groupes étaient pris en compte ? Y-a-t-il eu pression de leur part sur les contenus diffusés.

  • Parole et langage : Ce service donnait-il la parole aux intervenants ? En termes d’expression et de niveau de langage, est-ce que les auditeurs visés étaient atteints ? A-t-on pu constater une sensibilisation accrue à la richesse linguistique présente dans l’environnement de la station ?

  • Avantages spécifiques : Y a-t-il eu des avantages annexes ou indépendants pour les parties prenantes de la radio ou de la communauté en question ?

  • Promesses : Dans quelles mesures les promesses contenues dans les dossiers ont-elles été tenues ?

  • Finances : De quelle manière les choix de financement opérés ont-ils influé sur la continuité du service ?

  • Impact sur les autres radios : Quel fut l’impact de la radio communautaire sur les autres stations en termes d’audience et de revenus publicitaires ?

  • AM/FM : Y a-t-il eu des différences appréciables dans la réussite ou l’impact des stations communautaires selon qu’elles émettaient en AM ou en FM ?

  • Durée, régime d’autorisation, viabilité des services : Quelles conclusions peuvent être tirées sur ces différents points ?

15Ces questions dépassent largement ce qui est habituellement demandé aux principaux diffuseurs, et en fait, comment pourrions nous répondre à la question : « la diffusion généraliste marche-t-elle ? » On chercherait tout d’abord une réponse dans les données fournies par les mesures d’audience : Médiamétrie en France, RAJAR au Royaume-Uni. Pour les radios commerciales, on pourrait ensuite examiner le chiffre des recettes publicitaires et les comptes des sociétés en se demandant si les actionnaires ont bien reçu les dividendes escomptés ? Pour des diffuseurs publics, les critères d’évaluation les plus proches équivaudraient à une reconduction d’un financement permanent votée par le Parlement ou bien, dans le cas britannique, dans un renouvellement de la licence et de la charte de la BBC. Mais pour les radios communautaires, les mesures d’audience classiques sont inutiles : la taille de l’audience est trop faible pour offrir des échantillons fiables. C’est pourquoi il faut se tourner vers d’autres directions et vers des exemples où, à travers des méthodes de recherche différentes, des instances diverses ont tenté de répondre à la problématique de l’impact et des effets des médias communautaires.

16Un premier exemple de ceci pourrait être une recherche menée autour de l’expérience de Swindon Viewpoint. C’était l’une des six stations de télévision câblées qui, au milieu des années soixante-dix, offraient une programmation communautaire en Grande-Bretagne. Son équipe de production invita des chercheurs de l’Université de Leicester à étudier leur projet. L’étude a débuté par une analyse basique des modèles locaux de communication et des besoins existant, ceci avant même que Swindon Viewpoint ne débute ses programmes. De cette manière, la suite de l’observation a pu montrer comment l’introduction d’un projet local et participatif pouvait transformer les situations initiales et révéler des besoins latents – en matière d’expression, de création, d’information et de distraction. À cette époque, il n’y avait pas de radio locale dans la ville, située dans une région rurale à la périphérie de deux ou trois zones de couverture TV, là où selon les mots d’un habitant : « il faut qu’un membre de la famille royale tombe de cheval pour apercevoir une équipe de télévision ». Les recherches avaient pour but d’étudier le fonctionnement du projet, son utilisation par la communauté et les formes de loisir et de comportement social qui en découlaient. Les méthodes de recherche employées ont été des enquêtes menées avant que les émissions ne commencent et une année après leur lancement, ainsi qu’une observation participante sur une période de neuf mois (Croll & Husband, 1976).

17Un autre exemple d’évaluation peut être trouvé en Amérique latine où les radios communautaires existent depuis longtemps. Il a ses origines dans les écoles de radio en Colombie. En 2000, l’ALER (Asociación Latinoamericana de Escuelas Radiofónicas), l’association qui représente ces radios dans la plupart des pays de la région, a mené une étude sur la viabilité et l’impact des radios communautaires (ALER 2000). Cette recherche s’appuyait sur les interrogations suivantes :

  • Les stations communautaires saisissaient-elles la réalité sociale contemporaine de leur zone d’implantation ?

  • Connaissaient-elles leurs auditeurs ?

  • Maintenaient-elles des liens avec les organismes sociaux de la zone ?

  • Diffusaient-elles une programmation pertinente et efficace face à la concurrence locale et établissaient-elles des contacts à un niveau local, national ou continental ?

  • Étaient-elles capables d’atteindre une viabilité financière ?

  • ... ou d’attirer des soutiens institutionnels ?

  • Utilisaient-elles les nouvelles technologies de communication ?

18Les méthodes de recherche utilisées furent l’observation, l’étude de documents et des entretiens avec le personnel des stations, les bénévoles, les membres des groupes sociaux locaux. Il fut remarqué que peu des stations de radio étudiées avaient mené pour elles-mêmes des recherches systématiques d’audience.

19De son côté, la radio communautaire irlandaise bénéficia d’une décision éclairée (clair-voyante) de son administration régulatrice : l’IRTC. Il s’agissait d’impliquer des consultants (Nexus en l’occurrence) ayant l’expérience du développement communautaire dans le processus d’évaluation. Le souhait de l’IRTC était « de s’assurer que les stations développent un sentiment d’implication dans le processus d’évaluation » (IRCT : 1999). Ses incitations à la réalisation de comptes-rendus par des groupes d’évaluation et à la mise en place d’ateliers communautaires de discussion sont de bons exemples d’un processus d’observation et d’évaluation participantes des expériences. Ce processus est baptisé en anglais : PM&E pour « Participatory Monitoring and Evaluation ».

20Les principales caractéristiques du schéma d’évaluation irlandais incluaient les points suivants :

  • La reconnaissance par le régulateur de la charte de l’AMARC comme base de définition de ce qui constitue une radio communautaire. La charte de l’Association Mondiale des Radiodiffuseurs Communautaires fait partie de la convention qui découle de l’attribution d’une autorisation.

  • L’évaluation d’une station est réalisée à travers deux types d’ateliers, pour chacun l’IRTC fournit un financement aux stations qui le sollicitent. Le premier relève de l’auto-évaluation interne et permet aux stations, avec l’aide d’un consultant externe, d’explorer et de définir leurs problèmes clés dans l’organisation et le développement de la station ; le second type d’atelier sert à évaluer les relations de la station à ses auditeurs. Des représentants de la communauté concernée sont impliqués dans l’évaluation et le processus « permet à la station d’inciter la communauté à prendre la responsabilité de l’application des suggestions émergentes » (IRTC 2001).

  • Un forum des Radio Communautaire rassemble tous les licenciés qui souhaitent être impliqués dans une expérience de partage et de coopération dans la résolution des problèmes. Les procédures d’évaluation interne peuvent aussi être ajustées, et un consensus atteint par l’ensemble du secteur des radios communautaires sur ce qui fonctionne ou ne fonctionne pas.

  • Le fonctionnement de ce réseau structuré est supervisé par une Commission exécutive. À ce stade une nouvelle fois pour faciliter le travail du forum et du Comité, l’IRTC met à disposition des fonds.

21L’approche irlandaise s’appuie sur des expériences issues du développement communautaire là où existe une tradition d’observation et d’évaluation participantes depuis au moins deux décennies. Il convient d’examiner quelques caractéristiques de ce type d’évaluation tout en insistant sur le fait que les mesures d’audience traditionnelles sont tout à fait inappropriées pour aborder le cas des radios communautaires : une forme participative de média a besoin et mérite une forme participative d’évaluation.

22Dans les pays en voie de développement, l’observation et l’évaluation participantes sont les caractéristiques des recherches concernant la santé, la nutrition, les ressources en eau, l’énergie, l’agriculture, etc. Cette approche a une histoire et une littérature qui semblent ne pas faire référence aux radios communautaires. En Europe occidentale au moins, à l’exception de l’Irlande peut-être, la radio communautaire n’a jamais échappé à la perspective médiatique classique qui juge du succès des stations à partir des seuls taux d’audience.

23Dans des contextes de développement, les attentes pour lesquelles l’observation et l’évaluation participantes sont utilisées peuvent aussi s’appliquer aux radios communautaires : évaluation des impacts, gestion et organisation des projets, compréhension des motivations des participants, conclusions publiques qui peuvent être retirées de l’examen des situations. Les participants sont définis comme étant « les bénéficiaires, les équipes ou les gestionnaires de programme ou de projet à un niveau local, national et international, des chercheurs, des agences gouvernementales et les souscripteurs » (Estrella & Gavena, 1998, p. 18). Le tableau suivant, tiré du rapport de l’IDS (Institute for Development Studies Working), « Qui mesure la réalité ? », est utile pour indiquer de manière générale comment l’évaluation des radios communautaires peut se dérouler et se distinguer d’une évaluation conventionnelle.

Différences entre l’évaluation conventionnelle et l’évaluation participante

QUI ?

Évaluation conventionnelle

Évaluation participante

Des experts extérieurs.

Des membres de la communauté, l’équipe du projet, un médiateur.

QUOI ?

Des indicateurs prédéterminés de réussite, soit principalement les coûts de production et les rendements.

Les gens définissent leurs propres indicateurs de succès, ils peuvent inclure des critères de rendement productif.

COMMENT ?

L’accent est mis sur « l’objectivité scientifique », la distanciation des évaluateurs par rapport aux autres participants. Les procédures sont uniformes et complexes. L’accès aux résultats est limité et différé.

Auto-évaluation. Utilisation de méthodes simples adaptées à la culture locale. Partage immédiat des résultats grâce à l’implication locale dans le processus d’évaluation.

QUAND ?

Habituellement après l’achèvement du projet ou parfois à mi-parcours.

Évaluations plus fréquentes, selon un calendrier rapproché.

POURQUOI ?

Responsabilité financière, l’évaluation détermine en général la poursuite du financement.

Permettre aux acteurs locaux d’initier le projet, de le contrôler ou d’y apporter des correctifs.

24Gujit a présenté de la manière suivante les « étapes essentielles » pour mettre en place une observation et évaluation participantes :

  1. Identifier qui peut ou veut s’engager dans le projet.

  2. Clarifier les attentes des participants vis-à-vis du processus (Quels sont leurs besoins en information) et de quelle manière chaque personne ou groupe souhaite y contribuer.

  3. Définir les priorités pour le suivi et l’évaluation (sur quels éléments, objectifs ou activités se centrer ?).

  4. Identifier les indicateurs qui fourniront l’information nécessaire.

  5. S’accorder sur les méthodes, les responsabilités et le calendrier dans la collecte des informations.

  6. Collecter l’information.

  7. Adapter la méthodologie de collecte de données en fonction des besoins.

  8. Analyser les informations.

  9. S’accorder sur la manière d’utiliser les résultats et par qui.

  10. Savoir si le processus d’observation et d’évaluation participantes doit être soutenu financièrement, et si oui, par qui. Ajuster la méthodologie en conséquence.

25(Gujit I., 2000, p. 202)

26Cette approche d’évaluation peut être appliquée à l’usage des médias dans les pays en voie de développement, c’est-à-dire un contexte dans lequel il existe un fossé profond entre les centres urbains et les communautés rurales. Où l’on constate une insuffisance d’infrastructures, de compétences techniques locales et de ressources financières ainsi que des accès très limités aux ressources éducatives, à la participation au décision et aux nouveaux médias de communication comme Internet. En essayant de s’attaquer à ces problèmes, afin d’aider les communautés à trouver des solutions à leurs besoins locaux, un grand nombre d’organismes internationaux et des programmes d’aides gouvernementaux ont lancé des projets introduisant des combinaisons médiatiques, liant par exemple Internet avec la radiodiffusion traditionnelle ; l’appellation Télécentre Communautaire Polyvalent (TCP) est utilisée pour décrire ces initiatives. On peut résumer l’évaluation qui a été tentée en relation avec des projets de ce type, tout particulièrement au Bénin, Mali, Mozambique, en Tanzanie et en Ouganda ; les questions que posaient cette évaluation des projets concernaient :

  • l’infrastructure ;

  • la propriété et le fonctionnement ;

  • l’accès et la participation ;

  • la pertinence des services et leurs applications ;

  • l’éducation et la formation ;

  • l’habilitation ;

  • la viabilité économique et institutionnelle ;

  • la reproductibilité du modèle.

27À leur tour, ces questions présupposaient des indicateurs qui, trop souvent, exigeaient des mesures quantitatives de portée limitée et c’est ici que pouvait intervenir l’ethnographie.

28En conclusion, je veux brièvement me référer à des travaux qui en sont encore au stade de l’élaboration et que mes collègues, Nick Couldry et Don Slater, et moi-même, conjointement avec Jo Tacchi de l’Université de Technologie du Queensland, étudions avec l’UNESCO et l’administration britannique en charge des aides internationales (DFID). Notre proposition est celle d’un programme d’évaluation et de suivi de nouveaux projets médiatiques fondé sur un dispositif comparatif utilisant des méthodologies qualitatives et une approche contextuelle large de l’environnement communicationnel local. Notre but est d’évaluer à la fois l’efficacité des projets d’utilisation des nouveaux médias et plus largement leur impact sur l’écologie de la communication locale. En parlant de « nouveaux médias », nous pensons tout particulièrement à l’usage d’Internet, que Don Slater et Daniel Miller ont étudié à Trinidad (Miller & Slater, 2000). Notre réflexion sur ces questions a été initiée par un appel d’offre de l’UNESCO concernant la proposition d’un programme d’évaluation pour un projet de média communautaire particulier : « Kothmale Community Radio Internet Project » au Sri Lanka. Le programme d’évaluation devait pouvoir être adapté à des projets similaires dans d’autres régions.

29Kothmale se situe au centre du Sri Lanka, c’est une zone rurale et montagneuse où, dans un rayon de 25 km2, la population concernée par la station radio représente 350 000 habitants. Une grande partie d’entre elle a été déplacée pour permettre la construction du barrage de Mahaweli. Afin de fournir des informations à cette population et stimuler les activités communautaires, une station de radio communautaire fonctionne sur cette zone depuis le milieu des années quatre-vingt. En 1999, grâce à des fonds de l’UNESCO, de la Corporation Sri Lankaise de Radiodiffusion (SLBC) et les frais de télécommunication étant pris en charge par l’État, la station de radio communautaire s’est adjointe une dimension Internet. Les trois principales caractéristiques de cette forme nouvelle d’hybridation médiatique sont :

  • Un programme quotidien d’une heure durant lequel la station reprend les informations du site Web sous des angles correspondant aux attentes locales.

  • La station fournit un accès et une formation à l’informatique et à Internet dans ses locaux et dans les deux bibliothèques communautaires locales.

  • Une banque de données communautaire a été conçue sur laquelle des informations appropriées sont stockées.

30L’évaluation de cette expérience doit s’appuyer sur une approche ethnographique élargie que l’équipe a élaborée à d’autres occasions. Elle s’attachera à l’ensemble des dimensions constituant le contexte général de la radio communautaire et l’usage d’Internet : partant du niveau macro structurel technique, institutionnel et politique – incluant l’ensemble des institutions (médias et non-médias) à l’intérieur desquels les usages communicationnels sont définis et mis en œuvre – jusqu’à l’éventail des pratiques sociales (famille, religion, éducation, travail, etc.) au sein desquelles la population attribue, diversement, du sens aux médias. Les méthodes de recherche incluront l’observation, des interviews, l’analyse d’éléments visuels et verbaux, des études quantitatives et des analyses de contenus. Ces méthodes ont pour but d’impliquer et de mobiliser des expertises et savoirs locaux ; elles supposent des compétences transférables. Notre intention est d’établir un rapport à quatre niveaux. Il s’agira :

  1. d’une évaluation du projet « Kothmale Community Radio Internet » lui-même ;

  2. d’observations sur des problématiques politiques plus larges, incluant la notion de « coupure digitale » dans les zones rurales ;

  3. d’une proposition méthodologique d’observation et d’évaluation qui soit adaptable à d’autres projets ;

  4. et enfin d’un commentaire sur les postulats associés à la pratique des médias participatifs, leurs implications pour le journalisme et la formation à la radiodiffusion.

31En appelant cette approche ethnographique nous voulons signifier que nous abordons les usages des médias pas seulement pour eux-mêmes mais bien comme étant partie de sociétés et de cultures qui les dépassent. Il est tout aussi important de souligner que nous nous fixons pour but de développer et de situer les résultats locaux en relation à un cadre comparatif plus large. Les comparaisons directes entre des recherches localisées sont trop souvent sommaires pour être opérantes, de même que le sont les hypothèses postulant que les médias sont partout les mêmes. Nous espérons générer des dimensions comparatives plus utiles, basées sur un l’examen approfondi de cas particuliers, ce qui mettra en lumière les différences et les similarités entre processus et problèmes de communication dans des contextes locaux différents. De notre point de vue, l’évaluation doit :

  • encourager et stimuler le débat participatif ;

  • créer les conditions d’une participation active dans l’analyse et l’identification et des besoins en communication et en information ;

  • prendre en compte l’écologie communicationnelle et culturelle en son ensemble ;

  • considérer le contexte global dans lequel les médias sont utilisés ;

  • associer une série d’approches méthodologiques utilisant l’observation, des entretiens, la constitution de groupes témoins, l’analyse de documents, les données visuelles et orales, aussi bien que les méthodes quantitatives comme les études et les analyses de contenu – toutes celle-ci étant situées dans une perspective comparative.

32À ce niveau, méthodologique parlant, il n’est pas encore possible d’établir de résultats définitifs, c’est ce que notre projet a pour but d’établir et il reste encore beaucoup à faire avant de tirer des conclusions. Mais, il est certain que, dans le même esprit que les médias à examiner, l’observation et l’évaluation des services de radiodiffusion communautaires doivent être elles-mêmes participatives. Pour en revenir finalement au contexte de l’expérience des « Access radio » britannique, une telle forme d’évaluation est fondamentale afin d’éviter une situation où une fois encore ce seront les mass media dominants qui écriront l’histoire, décidant par là même si les expériences médiatiques autres que les leurs sont ou non des succès.

Bibliographie

Bibliographie

ALER (2000), Estudio Vigencia e Incidencia de la Radio Popular. Presentación del Informe General. ALER, Asociación Latinoamericana de Escuelas Radiofónicas (http://www.aler.org.ec/ventas.htm).

CROLL P. & HUSBAND C. (1976), Communication and Community: a Study of the Swindon Community Television Experiment, University of Leicester: Centre for Mass Communication Research.

ESTRELLA M. & GAVENTA J. (1998), Who Counts Reality? Participatory Monitoring and Evaluation: a Literature Review, Institute for Development Studies, Working Paper, no 70.

GRAY P. & LEWIS P.M. (1992), “Britain: Community Broadcasting Revisited” in Jankowski N., Prehn O. & Stappers J. (eds) (1992), The People’s Voice: Local Radio and Television in Europe, London: John Libbey.

GUJIT I. (2000), “Methodological Issues in Participatory Monitoring and Evaluation” in Estrella & al. Learning from Change: Issues and Experience in Participatory Monitoring and Evaluation, London: Intermediate Technology Publications.

Independent Radio and Television Commission (1998), “The Evaluation Methodology Adopted for the Community Radio Pilot Project”, Dublin: IRTC.

Independent Radio and Television Commission (2001), “The IRTC Community Radio Support Scheme”, Dublin: IRTC (http://www.irtc.ie/crsupportsch.htm).

LEWIS P.M. & BOOTH J. (1989), The Invisible Medium: Public, Commercial and Community Radio, London: Macmillan.

MILLER D. & SLATER D. (2000), The Internet : an Ethnographic Approach, Oxford : Berg.

Notes

1 La Radio Authority est l’autorité indépendante de régulation de la radiodiffusion privée en Grande-Bretagne.

2 L’Association Mondiale des Radiodiffuseurs Communautaires.

3 Communiqué de presse de l’IBA, 6 Mars 1989.

4 Documents de la Radio Authority, 2001.

Auteur

P.M.Lewis@Ise.ac.uk
Chercheur associé au laboratoire media@Ise à la London School of Economics, cofondateur et directeur du développement du Radio Studies Network. Il a écrit de nombreux articles et ouvrages sur les médias communautaires. Sa dernière publication est le chapitre « Radio theory and community radio » in Community Media in the Information Age : Perspectives, Findings and Policies, Janowski & Prehn’s, Hampton Press, 2002. Pour le compte du gouvernement du Royaume-Uni et de l’UNESCO, avec Don Slater et Jo Tacchi, il a récemment terminé une étude d’évaluation de la radio Communautaire de Kothmale au Sri Lanka.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540