Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Audiences, publics et pratiques radiophoniques

 | 
Jean-Jacques Cheval

Radios communautaires en Pays Basque, analyse d’un succès

Pascal Ricaud

Texte intégral

  • 1 Le Pays Basque de France, avec 26,4 % d’unilingues basques et de bilingues actifs, devance la Comm (...)
  • 2 À ce sujet, en 1991, Gure Irratia affirmait dans un document interne : « il y a tellement de gens (...)
  • 3 P. Ricaud, Médias et territorialités aux frontières (avec les exemples basque et catalan), Thèse d (...)

1L’Aquitaine est l’une des régions qui comptent le plus grand nombre de radios associatives en langues régionales (basque et occitan gascon) ou bilingues. Elles se situent toutes dans le département des Pyrénées-Atlantiques. S’il existe encore des radios associatives et des radios publiques (France Bleu Pays Basque et France Bleu Landes) accordant un temps d’antenne au basque et à l’occitan en Aquitaine, par contre on ne compte que deux stations parfaitement bilingues – Radio Païs en Béarn ainsi que la radio confessionnelle catholique Lapurdi Irratia en Pays Basque – et les trois radios bascophones analysées ici : Xiberoko Botza, établie à Mauléon en pays souletin dont le temps d’antenne consacré à la langue basque avoisine les 70 / 80 % ; Irulegiko Irratia à St-Jean-Pied-de-Port, la radio de la plus bascophone des provinces basques – en Basse Navarre1 – qui propose 80 % de sa programmation en euskara, c’est-à-dire la langue basque ; Gure Irratia, la « citadine », établie à Bayonne (province du Labourd) qui a fini par ouvrir « son micro » au français2 à travers les « sons » ou les interviews, même si elle reste, encore aujourd’hui, à plus de 90 % bascophone (80 % pour les œuvres musicales)3.

2Radios de pays, au sens premier d’un petit espace géographique s’étendant sur un rayon de 15 à 30 kilomètres, profondément ancrées dans le local, elles sont aussi des radios qui renvoient et se réfèrent à une identité, une langue, une histoire et des enjeux communs aux trois provinces basques de France mais également de part et d’autre des Pyrénées. S’il est difficile de mesurer la vitalité de ces radios communautaires, à travers des audiences qui fluctuent au gré des méthodes et zones de diffusion de référence des divers sondages, on peut parvenir à comprendre le succès quasi permanent de ces radios depuis vingt ans à travers leur capacité à répondre à une demande identitaire ; prendre en compte la pluralité et l’évolution des sentiments et territoires d’appartenance (donc la diversité des publics et pratiques radiophoniques) ; faire exister une langue à travers les tissus associatif et éducatif. Autant d’atouts et de vocations qui expliquent l’itinéraire de ces « enfants gâtés » de la radiophonie communautaire avec in fine les réseaux professionnels et de solidarité qu’elles ont pu créer.

L’audience des radios bascophones : une évaluation difficile

  • 4 Pour une vision globale de la radiophonie en Aquitaine dix ans après l’apparition des premières ra (...)
  • 5 Anglet FM fut largement subventionnée par la ville d’Anglet, ce qui lui permettait encore en 1994- (...)

3En Aquitaine, beaucoup de radios locales apparues au début des années quatre-vingt, avec la légalisation des anciennes « radios libres », ont aujourd’hui disparu4. En Pays Basque de France, des radios indépendantes commerciales (Radio Bayonne) ou associatives et communales (Anglet FM)5 ont été victimes d’ennuis financiers, d’audiences insuffisantes, de l’évolution des mentalités de maires qui ne voyaient plus forcément l’intérêt pour leurs villes d’avoir leurs propres radios…

4En dehors des radios bascophones, d’autres stations associatives ont résisté au temps, au manque de moyens, à la concurrence et aux rachats : elles s’appellent Radio Bonne Humeur à Bayonne, station s’adressant à un public de plus de 40 ans et occupant le créneau du réseau musical national Nostalgie ; Radio Mendililia (à Mauléon) dont l’audience fluctuante était, en 1999-2000 de 1,8 % contre 1,3 % en 1998 ; ou la station protestante Radio Bonne Nouvelle.

  • 6 « (…) il est à regretter sans doute qu’elles n’aient pas fait l’objet de mesures d’audience spécif (...)
  • 7 Naroa Gorostiaga, Euskal Irratiak, entretien du 27.11.01.
  • 8 Sud Ouest (édition « Pays Basque »), « 92 % sur la bande FM », 12 février 1992.

5Faire une évaluation la plus honnête possible des audiences des radios bascophones, consiste en fait à comparer ou à mettre en balance les divers sondages et enquêtes qui mesurent les écoutes et notoriétés de ces radios. Actuellement, ces stations – même en ayant mis une partie de leurs moyens en commun – ne peuvent se permettre financièrement de commander un sondage qui mesurerait leurs audiences cumulées spécifiques sur leurs aires de diffusion propres, sans aucune discrimination en fonction des origines et pratiques linguistiques dominantes ou exclusives6… Sur ce dernier point, afin de ne pas être estampillées « radios identitaires », les stations bascophones préfèrent le qualificatif de « généraliste » (à vocation publique) à celui de « communautaire », s’adressant « à toutes communautés voulant écouter ou utilisant une même langue qui est le basque »7. Comme l’avait déjà montré un sondage du journal Sud Ouest en 19928, ces stations sont également écoutées par des non-bascophones et en particulier par des jeunes s’intéressant aux programmes musicaux qui sont diffusés en soirée.

  • 9 En ce qui concerne Xiberoko Botza, son audience est passée de 0,6 % en 1994 à 0,2 % en 1998. En 20 (...)
  • 10 Naroa Gorostiaga, entretien du 27.11.01.

6Les sondages Médiamétrie successifs ont affiché une fluctuation surprenante des audiences des radios bascophones, en particulier entre 1997 et 2000 dans une période où leurs contenus et structures des grilles de programmes étaient pourtant relativement stables. Comment expliquer par exemple que Gure Irratia et Irulegiko Irratia (créditées de 2,1 et 1,8 % en 1994), soient ensuite respectivement passées de 2,5 % et 5,7 % d’audience cumulée en 1998 à 1,1 et 1,4 % en 20009, se retrouvant pour la première fois derrière Radio Mendililia, station associative francophone de la Soule ? Mais en 2001, à travers un nouveau sondage Médiamétrie, l’écoute des trois radios bascophones est sensiblement la même qu’en 1998 ! Naroa Gorostiaga avance que l’audience globale des trois radios réunies approche actuellement les 10 %10, soit une écoute qui apparaît comme supérieure à celle de France Bleu Pays Basque, alors que le public prioritairement touché – les bascophones – représente tout au plus 30 % de la population totale.

  • 11 J.-J. Cheval, op. cit., p. 228.

7Un désavantage du sondage Médiamétrie, notamment commandé par France Bleu Pays Basque, est sans doute lié au fait qu’il prend en compte une zone de diffusion largement supérieure à celles des trois radios bascophones. Les pourcentages de chacune de ces stations pourraient être meilleurs si le sondage offrait des résultats pour chaque zone d’écoute spécifique. C’est surtout vrai pour Xiberoko Botza, uniquement écoutée en Soule, la province la moins peuplée du Pays Basque de France. Par contre, il est difficile de cumuler les audiences de Gure Irratia et Irulegiko Irratia – sachant que leurs zones de diffusion se chevauchent - pour ensuite les comparer aux seuls résultats de France Bleu Pays Basque. Les chiffres de Médiamétrie « se situent en dessous de l’audience estimée et revendiquée par les stations qui n’adoptent pas forcément les indicateurs statistiques des organismes spécialisés. Pour elles, un auditeur est un auditeur, qu’il soit fidèle d’une seule émission, l’auditeur épisodique de l’ensemble de la programmation ou bien présente tout autre cas de figure »11.

  • 12 Source : SIADECO, Iparraldeko Euskal Irratiei Buruzko Azterketa, Donostia (St-Sébastien), 1996 (No (...)

8Selon une autre enquête commandée à la SIADECO par les trois radios bascophones, mais s’intéressant exclusivement à ceux qui comprennent ou pratiquent le basque, Irulegiko Irratia connaît un taux de pénétration important en Pays Basque de France (21 000 auditeurs), et plus précisément en Basse Navarre, sa principale zone d’écoute avec 92 % des bascophones, soit 17 500 personnes environ, connaissant cette station et 71 % qui sont des auditeurs fidèles. À partir de la même source, Gure Irratia, dont la zone principale d’écoute est le Labourd (avec plus de 48 000 bascophones), compte 24 000 auditeurs sur l’ensemble du Pays Basque de France, dont 22 000 sur le Labourd, soit 44,4 % en pénétration. Xiberoko Botza, par contre, n’aurait que 9 000 auditeurs, soit 12 % de la population bascophone12. L’inconvénient de cette dernière enquête est qu’elle ne prend en compte que la population bascophone, alors qu’Irulegiko Irratia et Xiberoko Botza, comme nous l’avons déjà précisé, comptent quelques émissions, ses reportages, des interviews… en français. La limite du sondage de la SIADECO, réside également dans l’imprécision des qualificatifs apposés aux auditeurs, distinguant peu les auditeurs fidèles, réguliers, épisodiques…

9Ceci étant, la création des trois radios de la Soule, de Basse Navarre et du Labourd, fut profondément liée à un projet linguistique, consistant à offrir la possibilité à la population locale d’accéder à des programmes en langue basque et c’est l’une des raisons de leur succès.

Retour sur une histoire : les radios bascophones, pourquoi, comment ?

10La première clef de la réussite des stations bascophones nous renvoie aux conditions dans lesquelles elles sont nées. Dès le début, elles ont répondu à une demande potentielle bien identifiée, très largement palpable, mesurable à travers les premières recherches et enquêtes sur les pratiques de la langue basque, mais également à travers le succès des Ikastolas et de l’ensemble des enseignements de l’euskara dispensés par des associations telles que Ikas Bi et AEK. De nombreux futurs auditeurs, notamment membres ou animateurs de toutes ces associations culturelles, impliqués dans la vie associative ou politique locale, ont même activement participé à la concrétisation de cette aventure radiophonique, ne serait-ce que financièrement.

11Bien des radios locales nées dans l’euphorie du début des années quatre-vingt ne pouvaient s’appuyer sur la certitude d’une adéquation entre leur offre en matière de programmes et la demande. Les radios commerciales indépendantes en particulier ont été victimes de la faiblesse ou de l’érosion progressive de leurs auditoires – surtout à partir de 1986 et, plus encore, après la loi « Carignon » de 1994. Elle a entraîné inévitablement une baisse de leurs revenus publicitaires et fragilisé d’autant les aides financières des collectivités locales et territoriales, déjà fluctuantes au gré des élections.

  • 13 Le FSER est constitué à partir d’une taxe parafiscale prélevée auprès des radios et télévisions fi (...)
  • 14 La Lettre du CSA, no 4, janvier 1990, p. 10.

12Les radios communautaires, pour leur part, dont le coût de fonctionnement s’est avéré souvent plus modeste (notamment grâce au bénévolat), ont bénéficié du Fonds de Soutien à l’Expression Radiophonique13 et d’un appui manifeste du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel et de ses structures régionales, les CTR (Comités Techniques Radiophoniques). Ainsi, en 1989, année de la mise en place du CSA, son président Jacques Boutet déclarait qu’il était « décidé à sauvegarder l’existence de radios authentiquement non commerciales et à garantir leur vocation associative. Qu’il s’agisse de l’expression d’une minorité, de la défense d’opinions politiques et de convictions religieuses ou de la présentation d’une identité locale, les radios associatives concourent pleinement à l’affermissement de cette jeune liberté de la communication audiovisuelle »14.

  • 15 Ces aides émanent d’un Fonds Européen pour le Développement des Langues Régionales. Dans ce cadre, (...)

13Les radios en langues régionales peuvent également bénéficier d’aides européennes à la production15. Mais, au-delà de ces conditions favorables pour les radios associatives, un regard sur l’histoire d’un projet radiophonique pour le Pays Basque et de chacune des trois stations locales, nous éclaire un peu plus sur ce que la longévité ou la solidité de ces dernières peut avoir d’exceptionnel.

14Il fut un temps question de créer un service public des médias en langue basque avec une seule radio pour l’ensemble du Pays Basque. C’était une promesse politique inscrite dans les 101 propositions de François Mitterrand, non tenue en 1981, puis un projet qui restera toujours dans les cartons de Radio France. C’est à l’automne 1981, à l’occasion des « Assises sur le statut de la langue et de la culture basque » que fut proposée pour la première fois la création d’un service public des médias en langue basque. Le gouvernement socialiste se déclarait alors favorable à la création de ce service public. À la suite de ces assises, un bureau regroupant une vingtaine d’associations a vu le jour. Le projet de cette première fédération des associations basques consistait en l’établissement d’un programme cohérent en faveur de la langue et de la culture basques. Il fut matérialisé par un livret comprenant tout un chapitre sur la communication, la radio et la télévision. En 1982, fut créée la commission « Ravail », chargée d’enquêter et de statuer sur la demande officielle d’un service public en langue basque, en particulier pour la communication et l’enseignement. Parallèlement le projet de loi « Destrade », du nom du député socialiste, admettait le principe d’un service public dans les domaines de l’enseignement, de la culture ou des médias … Le projet de loi sera finalement retiré. Jusqu’en 2001, il sera question pour Radio France – uniquement et cycliquement – de créer une radio publique de langue basque … Vœu toujours pieux. La création des trois radios associatives de 1981 à 1982 a pallié l’échec de la création d’une radio bascophone unique et publique pour l’ensemble du Pays Basque de France rêvée par les militants de la cause culturelle basque.

  • 16 Ces contraintes sont les limitations de la puissance des émetteurs qui dans un pays au relief très (...)

15L’association « Entzun Ikus » fut fondée à Bayonne en septembre 1981. Ses membres militaient pour l’ouverture des médias à la langue basque et pour la création d’une radio 100 % bascophone. Ce fut chose faite le 24 décembre 1981, à Villefranche où naissait Gure Irratia. En 1982, en Basse Navarre, l’association « Irratia » créait la station Irulegiko Irratia sur la commune viticole d’Irouleguy. Depuis novembre 1989, cette station est installée à Saint-Jean-Pied-de-Port. Xiberoko Botza, la radio souletine, débuta ses émissions le 5 août 1982. À l’origine de sa création, on retrouvait l’association « Uhaïtza ». Ces radios, en partie nées d’un « échec », ont pourtant su s’imposer comme des acteurs médiatiques incontournables, mais également des acteurs sociaux à part entière, participant intensivement à la vie culturelle, sociale ou économique locale… Une présentation de la singularité historique de chacune des trois provinces basques permettrait sans aucun doute de mieux saisir encore la difficulté de créer une radio unique en Pays Basque de France. En même temps leurs spécificités linguistiques et culturelles (rites, traditions et folklores propres) justifient et expliquent même la création de radios « provinciales ». Il faut également considérer le fait que des contraintes techniques permettaient difficilement à une seule radio de couvrir l’ensemble de ce territoire16.

16L’émergence, la pérennisation puis le développement (professionnalisation, informatisation…) de trois radios associatives bascophones pour le seul Pays Basque de France a répondu à une volonté de s’adresser non pas seulement à des auditeurs bascophones et de sentiments d’appartenance basque indifférenciés, ou amalgamés, mais aussi de jouer la carte de la proximité afin de ne pas oublier que l’identité basque, comme tout autre, n’est pas unicité mais diversité et que chaque province a sa propre personnalité culturelle, économique et politique.

  • 17 M. Augé, Non lieux - Introduction à une anthropologie de la surmodernité, Paris, Seuil, avril 1992 (...)
  • 18 M. De Certeau, L’invention du quotidien : arts de faire, Paris, Gallimard, 1990, p. 59-62.

17Même si les trois radios basques proposent de plus en plus d’émissions et de rendez-vous communs, y compris d’ailleurs avec des radios basques de Navarre ou de la Communauté Autonome Basque, les trois provinces – certainement davantage que le Pays Basque de France dans sa totalité – correspondent au lieu anthropologique tel que défini par Marc Augé17, c’est-à-dire un espace identitaire, relationnel et historique. L’identité nous renvoie aux notions centrales de territoire et de langue et le « relationnel » à l’idée de réseau, qu’il soit tout simplement professionnel par exemple ou concerne des relations plus profondes, plus affectives, basées non plus seulement sur des intérêts mais des valeurs et sentiments communs constitutifs de réseaux de solidarité. Le lieu anthropologique fait sens pour ceux qui l’habitent (identification) mais aussi pour ceux qui ne l’habitent pas. En effet, il n’est point d’identité sans extériorité, sans altérité et inversement… C’est un lieu aisément identifiable car bien délimité, et ce depuis longtemps, en plus d’être « mémoire » et système de valeurs et de croyances. Le lieu évoque donc la stabilité. C’est l’espace « géométrique » de Michel de Certeau, circonscrit comme un propre et définissant une extériorité18.

La prise en compte de la multidimensionnalité du vécu territorial

  • 19 Iparralde signifie « Pays Basque Nord » (Labourd, Basse Navarre et Soule). Hegoalde (littéralement (...)
  • 20 Euskal Herri signifie littéralement « territoire, pays ou terre de la langue basque » et correspond (...)

18À travers la programmation de chacune des stations bascophones, on peut identifier différentes échelles de la réalité ou territorialités, correspondant à divers sentiments d’appartenances où l’identité basque occupe une place plus ou moins centrale. Cette prise en compte de ce que nous appelons la multidimensionnalité du vécu territorial des publics – donc de leurs imaginaires et sentiments identitaires – est certainement une explication non négligeable du succès de ces radios. Le public souletin de Xiberoko Botza ou celui, côtier, de Gure Irratia, dont le seul dénominateur commun incontestable est la compréhension, voire la pratique, de la langue basque ou de ses variantes locales, est composé d’individus qui n’ont pas la même appréhension de l’identité basque, de ses contours. En effet, l’identité basque, ce n’est pas une seule mais plusieurs territorialités renvoyant à une multitude d’identités, de définitions et relations à l’altérité. On est Souletin, Bas-Navarrais … et basque français ou d’Iparralde19… et un citoyen français ou un habitant d’Euskal Herri20, une terre transpyrénéenne. Dans ces conditions, l’autre prend de multiples visages : c’est le Labourdin, le Biscayen ; le basque espagnol, le basque du sud ; le Français ou l’Espagnol … Les sentiments identitaires périphériques et transfrontaliers, ceux des bordures territoriales et des bourrelés linguistiques où les frontières se lisent mal, apparaissent comme complexes, ambivalents, voire conflictuels.

  • 21 Cf. D. Pages, « De la fin des territoires à l’ambiguïté de leur réinvention », in L’incertitude de (...)
  • 22 A. Touraine, La crise de l’État-nation, in L’État et la Nation, Revue Internationale de Politique (...)

19Les grilles de programmes ont intégré et reflètent au moins cette complexité et au mieux cette ambivalence. Ceci dit, ces modes de représentation d’identités territoriales qui ne correspondent pas aux limites et aux maillages des territorialités politiques classiques21, posent la question du degré d’engagement de ces radios, en particulier à travers la mise en valeur de sociétés nationales, au sens où l’entend Alain Touraine22 mais qui, ici, remettent en question la frontière-limite entre les États français et espagnol.

20Xiberoko Botza, comme ses consœurs Gure Irratia et Irulegiko Irratia, sans être sous l’influence d’un courant politique précis, sont toutes de sensibilité abertzale, une large famille politique des nationalistes du Pays Basque de France qui va du régionaliste de droite aux séparatistes radicaux proches d’Iparretarrak ou de l’ETA. Cette sensibilité, elles la partagent avec une partie de leurs auditeurs, pratiquement tous bascophones, attachés à leur commune, leur province d’origine à travers sa personnalité linguistique, patrimonial, son avenir économique, mais également son folklore... Tous ces aspects se retrouvent au centre des préoccupations de chacune.

  • 23 Sur les ondes des radios directement liées à des minorités ethniques, religieuses ou linguistiques (...)
  • 24 P. Ricaud, Le paysage radiophonique local en Pays Basque Français, Mémoire de Maîtrise, Univ. de B (...)

21Ces radios, parfois, à travers leur programmation même et sans parler d’émissions communes telles que « Presoen oiharzuna » (« l’écho des prisonniers » politiques basques), posent le problème de la limite entre militantisme culturel et politique. Premièrement, ces radios portent des espoirs, des revendications qui apparaissent dans les programmes politiques de divers partis nationalistes. L’utilisation et la promotion du basque, la célébration d’une mémoire historique (à travers l’organisation de Kantaldia, manifestations commémoratives imprégnées de l’histoire du peuple basque) ou la préservation d’une mémoire vivante (« Gure Arbasoak » qui collecte les témoignages des personnes âgées sur Irulegiko Irratia), constitutives de la mémoire collective locale23, sont les raisons d’être, l’essence même de ces radios. Elles redessinent et réinventent même parfois les contours d’identités provinciales et, plus largement, d’une identité basque à la cohésion incertaine, aux limites plus ou moins floues et contestées, via leurs émissions, la publication d’ouvrages, de livrets de chant ou l’organisation de concerts. « (…) Toute radio communautaire, d’expression basque, bretonne, catalane,… sans oublier les communautés immigrées, n’existerait pas si elle ne désirait pas marquer sa différence, faire entendre ses revendications, parler des problèmes auxquels sont confrontées sa langue et sa culture. »24

  • 25 Source : Siadeco, Iparraldeko Euskal Irratiei Buruzko Azterketa, Donostia, 1996.

22En dehors de l’adaptation des contenus radiophoniques aux préoccupations de chaque public local, les programmes des trois stations ont également leurs caractéristiques propres parce que nous avons affaire à une « radio des villes » (la côtière Gure Irratia) et à deux « radios des champs ». Par exemple, les émissions agricoles de Xiberoko Botza et Irulegiko Irratia s’imposent dans des provinces rurales (la Soule et la Basse Navarre), mais présentent moins d’intérêt sur Gure Irratia dont la zone d’écoute est essentiellement urbaine. En témoignent les pourcentages d’agriculteurs qui écoutent ces radios : selon SIADECO, ils représenteraient 31 % des auditeurs de Xiberoko Botza et 27 % de ceux de Irulegiko Irratia25.

23Pendant longtemps, en particulier durant les dix premières années de l’existence des radios bascophones, on a pu craindre un risque de repli identitaire de chaque station sur son aire de diffusion et d’action journalistique, donc un risque d’isolement sclérosant. Ce risque a été partiellement réglé à travers la mise en place d’une importante programmation commune entre les trois radios du Pays Basque de France, d’intenses réseaux d’échange d’informations et d’émissions avec des radios de la Communauté Autonome Basque ou de la Navarre et, non sans difficultés, avec la création de l’association « Euskal Irratiak » en 1997. Cette structure fédératrice a permis la coordination des politiques des trois radios. Ses objectifs sont les suivants : la constitution de programmes radiophoniques d’intérêt général, de proximité, pluralistes et professionnels (programmation commune) ; l’amélioration de la qualité (confort d’écoute et production) ; la rationalisation des moyens techniques et humains (notamment la mise en réseau numéris des 3 stations et l’équipement R.D.S pour une programmation commune).

  • 26 Cette réalisation répond aux attentes du CSA qui « s’engage à accueillir favorablement tout projet (...)
  • 27 Conseil de Développement du Pays Basque (Commission chargée des affaires culturelles), Avant proje (...)
  • 28 P. Maitia, Irulegiko Irratia, correspondance du 03.11.98.
  • 29 Ces journaux sont présentés depuis la rédaction commune d’Euskal Irratiak, par un présentateur uni (...)

24Euskal Irratiak est la traduction concrète de l’avant-projet d’un « Plan de développement et d’alliance des trois radios associatives d’expression basque », projet autonome présenté dans le cadre du « Schéma d’aménagement et de développement du Pays Basque » en 199626. Sous réserve de financements, il fut envisagé « la production commune de 7 heures d’émission sur les 17 heures environ de programmation quotidienne » à partir du 1er octobre 199727. À l’hiver 1998, Irulegiko Irratia affirmait que la programmation commune se limitait à quatre à cinq heures d’émissions par jour, par manque de financements. Mais c’était avant de recevoir une nouvelle aide européenne de 18 000 euros, destinée à l’émission commune « 3ak zuzenean » (15 h-17 h) tournant autour du chant, de la musique, de la mémoire collective basques28. En 2001, à partir des grilles de programmes, si on cumule les triplex (en direct) coproductions et échanges d’émissions (diffusées sur les trois stations), les quatre journaux quotidiens communs29, les trois radios bascophones proposent environ huit heures de programmation commune.

25Ces radios, unissant leurs efforts, ont eu l’intelligence de regrouper leurs moyens. L’union fait la force tant sur le plan financier qu’au niveau de la qualité des programmes. Mais ces coopérations qui ont abouti à « Euskal Irratiak » permettent également l’objectivation d’autres territorialités, ou d’autres espaces de conscience et d’appartenance identitaires. Elles créent du lien social et, finalement, plus de cohésion entre des hommes qui se (re)découvrent ou sont confortés dans l’idée qu’ils partagent des traits culturels, des valeurs et sentiments communs. Représenter cet espace commun, c’est déjà le délimiter, le borner, le territorialiser. La programmation comprend aujourd’hui de nombreux rendez-vous communs ou émissions diffusées simultanément ou alternativement sur les trois stations bascophones (espace de diffusion : Pays Basque de France), des rendez-vous communs entre Irulegiko Irratia et Xiberoko Botza (espace de diffusion : Soule et Basse Navarre), mais aussi des multiplex et chroniques avec plusieurs radios de la CAB et de Navarre (espaces de diffusion : transfrontaliers).

  • 30 A. Hernan, directeur de Gure Irratia, 22.07.97.
  • 31 « Ce sont des radios qui bougent tout le temps, dans un contexte de résistance. » Idem.

26« Depuis toujours, avec des hauts et des bas, les radios libres du Pays Basque (au sens des sept provinces de France et d’Espagne…) se réunissent et se croisent de manière naturelle »30. Des hauts et des bas qui s’expliquent essentiellement par le flou législatif et juridique qui entoure les radios associatives dans la CAB, où elles sont illégales, et en Navarre où elles sont tolérées sans avoir de statut précis31.

  • 32 De plus, la station souletine compte un collaborateur à Bilbao qui propose une chronique une fois (...)

27Le matin, dans le cadre des « Euskal Herriko Tituluak » (titres du pays de la langue basque), Gure Irratia, Irulegiko Irratia et Xiberoko Botza échangent quelques informations avec des radios de la CAB et de Navarre (Euskal Herri Irratia de Pampelune, Xorroxin Irratia de la vallée du Baztan, proche de Baïgorry…)32. Gure Irratia, en dehors de sa collaboration avec la radio publique Euskadi Irratia, a intensifié et démultiplié ses contacts avec les radios de la CAB et de Navarre, avec l’objectif déclaré de constituer un réseau transfrontalier de correspondances, intégrant les villes se trouvant de l’autre côté de la frontière. Irulegiko Irratia réalise une chronique hebdomadaire avec Loiola Irratia de Guipuzcoa, permettant d’échanger des actualités culturelles. Depuis l’automne 1997, des échanges hebdomadaires ont lieu avec Bilbo Irratia, station de Bilbao. Des échanges réguliers existent aussi avec Irati Irratia, radio située en Navarre. Les liens privilégiés de Irulegiko Irratia avec la navarraise Xorroxin Irratia, qui avaient donné lieu à une émission commune entre 1995 et 1998, ont permis la mise en place d’une émission hebdomadaire diffusée sur la radio navarraise et ses trois vis-à-vis du nord des Pyrénées.

28Ce que 11 radios du Pays Basque de France, de la Navarre et de la CAB ont également fait, en impulsant la création et en collaborant au réseau « Hitz Egin » (« Parlons ») en 1997, est novateur à l’échelle transfrontalière de proximité, et plus largement transnationale. Ce réseau particulier engendre un nouveau projet de centre de production radiophonique à l’échelle transfrontalière.

  • 33 Voir Guy di Méo, L’Homme, la Société, l’Espace, Paris, Economica, 1991, p. 124, Coll Anthropos.
  • 34 Z. Laidi, La lente émergence d’espaces de sens dans le monde, in Géopolitique du sens, Paris, Desc (...)

29Ces échanges et coopérations aboutissent-ils à une prise de conscience identitaire élargie, à un renforcement même de celle-ci par les nationalistes qui militent pour une (ré)unification des provinces historiques, ou plutôt à une ouverture et à un rapprochement avec « l’autre », ce proche étranger, ce voisin inconnu ? Une chose est sûre : chacun y trouve plus ou moins son compte et peut identifier ou construire son propre espace concret du quotidien et plus largement son espace vécu33. Ces espaces de diffusion à « géographie variable » d’émissions et plages d’information communes de plus en plus nombreuses reflètent différents niveaux d’appartenance : de proximité (entre la Basse Navarre et la Haute Soule, culturellement proches), à un espace vécu plus vaste (le Pays Basque de France) et à un espace de sens transfrontalier – si ce n’est précisément perçu, du moins imaginé – qui reste un espace identitaire singulier mais flou (aux frontières incertaines) qui « par tâtonnement tente de dégager un “Nous” construit autour de significations régionales communes »34, qu’elles soient linguistiques, culturelles, économiques, voire politiques…

L’usage de la langue basque : la principale clef du succès

30L’usage du basque, c’est la raison d’être, l’essence même de ces radios. Nous devrions plus précisément parler d’usage des « langues basques », de diverses formes dialectales et du « batua », le basque unifié. Les radios bascophones font vivre les variantes linguistiques pratiquées dans chacune des trois provinces du Pays Basque de France, tout en participant à la diffusion, à la normalisation et, dans une certaine mesure, à la normativisation (fixation et réactualisation de la norme) du basque standard ou unifié. Elles sont au service de la défense et de la diffusion de la langue basque et, si possible, du renversement diglossique (vis-à-vis des langues d’État) et de la diffusion de normes standard dans l’optique de la pratique généralisée d’une seule langue véhiculaire sur l’aire la plus large possible.

31Les aires de diffusion de chacune des radios associatives bascophones du Pays Basque de France, correspondent à une province ayant son propre dialecte ou variante linguistique de l’euskara. Ceci explique que ces radios se soient bien accommodées de la limitation initiale à un rayon maximum de trente kilomètres de leur périmètre d’émission. Par ailleurs, leurs programmations communes écoutées sur l’ensemble du Pays Basque de France, renvoient à autant d’aires, donc à autant de variantes linguistiques, où pratiques et normes sont différentes.

32Les radios bascophones de France n’ont jamais eu pour vocation première de promouvoir et diffuser une variété normée à l’échelle transfrontalière, ni d’exclure quelque variété que ce soit. Elles ont tout naturellement utilisé les dialectes pratiqués sur leurs zones de diffusion respectives, leur permettant ainsi de pérenniser, parallèlement au processus d’extension transfrontalier des langues stan-dard grâce à la scolarisation, à l’édition et à divers médias tels que le journal Egunkaria, la radio et la télévision publiques autonomes. Mais, confrontées parfois à un déficit de vocabulaire, ces radios ont néanmoins contribué à enrichir sur le plan lexicologique ces dialectes et à fixer des règles grammaticales, phonétiques, au point de les moderniser et de participer à la création de standards bas-navarrais, labourdin. Elles participent également à un décloisonnement, une harmonisation de l’ensemble de ces variantes linguistiques grâce à la multiplication des coproductions et de rendez-vous communs avec des radios du sud des Pyrénées.

33Ces radios sont également attachées à la préservation de la diversité linguistique. Cette diversité est considérée comme une richesse pouvant être menacée par une standardisation ressentie, non sans raison, comme un risque d’uniformisation linguistique réalisée au nom d’une « nécessaire » modernisation ou rationalisation. Ce refus d’un moule unique qu’imposeraient peu à peu les gouvernements autonomes, les Académies ou instituts linguistiques, les mouvements nationalistes dominants au sud des Pyrénées, est aussi le refus de néo-centralismes émergeants (Bilbao, Vitoria, Barcelone). C’est peut-être là une expression du refus de revivre, à une moindre échelle, un processus d’unification territoriale par une « langue unique », imposée pour des raisons économiques et politiques, selon le principe déjà éprouvé par les États-nations centralisateurs.

  • 35 Le français est la seule langue officielle de la République, ce qui cependant et a priori n’exclut (...)
  • 36 J.-J. Cheval, op. cit., p. 208.
  • 37 P. Ricaud, Médias locaux et cultures régionales (contexte d’émergence, situation et rôle des média (...)

34Enfin, même si le basque, comme toute langue minorisée, ne bénéficie pas d’une reconnaissance officielle inscrite dans la Constitution française, la diffusion des émissions en langues régionales en France – et plus largement en Europe – ne se heurte ni à l’hostilité, ni même à l’indifférence totale du législateur. Au contraire, serait-on tenter de dire35. Ainsi, en ce qui concerne le Fonds de Soutien à l’Expression Radiophonique, « à une base proportionnellement équivalente pour toutes les radios, s’ajoute une aide spécifique en fonction de l’intérêt de la radio et de sa programmation ». La réalisation d’émissions en langues régionales constitue un critère d’attribution de cette aide36. Par ailleurs, l’État français, en permettant la création de nombreuses radios associatives en langues régionales, dès le début des années quatre-vingt, avait largement répondu par avance aux attentes de la Charte européenne des langues minoritaires qui dans son article 12, en 1992, engageait les parties à « encourager et/ou faciliter la création d’au moins une station de radio dans les langues régionales minoritaires »37.

Des réseaux journalistiques aux réseaux de solidarité : les liens de la proximité

35Les liens de la proximité historique, culturelle et affective développés par ou bien autour des radios bascophones, sont autant de liens ou réseaux sociaux qui nous renvoient à la troisième caractéristique du lieu anthropologique tel que le définit Marc Augé : le relationnel. Ces différents réseaux professionnels (programmations communes, échanges d’informations ou d’émissions …) ou de solidarité (soutiens financiers en particulier), souvent qualifiés ou considérés comme militants, font véritablement la force et la richesse des radios bascophones.

36Nous avons parlé de l’existence d’échanges d’informations, de plages horaires communes ou de coopérations avec les radios basques du sud des Pyrénées, qui sont autant de réseaux relationnels de la proximité identitaire, permettant d’élargir les espaces d’action et de diffusion journalistiques, d’informer plus, d’informer mieux et d’enrichir les programmes, à l’image « d’Euskal Irratiak ». La réalisation et le projet les plus aboutis dans le domaine des coopérations mises en place avec d’autres radios s’appellent respectivement « Hitz egin » et « Arrosa ».

  • 38 Cette même année, au nom d’Hitz-egin, Irulegiko Irratia s’inquiéta auprès du Directeur Général de (...)

37« Hitz egin » (« Parlons ») a intégré d’autres radios identitaires de la métropole et des DOM-TOM, comprenant cinq stations occitanes (dont Radio Occitania et la station de Montpellier Radio Clapas), deux radios bretonnes, une station tahitienne mais également la catalane Radio Arrels. Côté français, actuellement, quinze radios identitaires font partie de « Hitz-egin », dont les deux coordinatrices du réseau, Irulegiko Irratia et Xiberoko Botza. « Hitz-egin » ce sont également plus de 15 radios bascophones des autonomies basque et navarraise. Ce réseau est la traduction médiatique de réseaux de solidarité existant entre ces différentes communautés. Le premier forum « Hitz-egin » créé à l’occasion du festival d’Euskal Herria Zuzenean organisé par Irulegiko Irratia à Saint Martin d’Arrosa, le 28 juin 1996. Le second forum « Hitz-egin des radios libres » eut lieu le 5 juillet 1997. Quatorze radios étaient représentées. À cette occasion fut mis en place un réseau d’échange d’informations, d’émissions et de conseils pratiques sur les compétences en matière de juridiction, de financement… Ce réseau est présenté comme une force face aux « médias officiels ». En particulier, chaque radio réalise une émission mensuelle d’une demi-heure pouvant notamment « faire écho des différentes luttes qui se déroulent dans une région » et l’adresse aux autres radios membres du réseau. Les radios identitaires ont fait part de plusieurs revendications et inquiétudes à travers des textes signés à la fin de chaque réunion du réseau et adressés sous forme de motion au ministre de la Culture, au Premier ministre…. Ainsi, en 1998, elles demandèrent que le gouvernement français signe la Charte Européenne des Langues Minoritaires, pour offrir un cadre légal « aux revendications des radios émettant en langues régionales en France »38.

  • 39 « Arrosa », document interne, 2001.

38En mai 2001 à l’occasion des IIIèmes Rencontres des Mouvements Populaires organisées par le mouvement Herria Mugi à Barria, l’ossature d’Hitz-egin par la suite, a lancé le projet d’un centre de production radiophonique commun intitulé « Arrosa », du nom de la commune où se tient la rencontre annuelle des radios membres du réseau. Ce projet prévoit quatre niveaux de participation ou d’implication, en fonction des désirs, des moyens ou des possibilités de chaque membre du réseau. La possible création de ce centre de production radiophonique, « pourrait donner une dimension nouvelle au projet [Hitz-egin] »39.

39On peut identifier de véritables signes et réseaux de solidarité entre les radios du Pays Basque de France et de Navarre et de la Communauté Autonome Basque. Des relations nouées par Euskadi Irratia et Gure Irratia révélèrent autant la mise en place d’un réseau de coopération que d’un soutien financier marqué du sceau de la solidarité. En 1985, Euskadi Irratia, la radio publique autonome de la CAB, ne disposant pas de correspondant en Pays Basque de France, sollicita les services de Gure Irratia. Cette correspondance représenta une opportunité pour Gure Irratia de recevoir une aide financière de la radio publique basque pour des prestations non officialisées. En 1988, un contrat de collaboration fut signé entre les deux stations, officialisant les services rendus par Gure Irratia. Preuve de la particularité de la démarche de Euskadi Irratia à l’égard de Gure Irratia : leurs relations et donc l’aide financière furent maintenues après 1992, alors que la station publique comptait un correspondant à Bayonne. La collaboration des deux radios fut momentanément stoppée en 1994 alors que la station publique autonome connaissait d’importants problèmes financiers. En 2001, très concrètement, Gure Irratia fournit une chronique chaque matin de la semaine, la météo du Labourd (et non pas du Pays Basque de France…). Elle enregistre et envoie sur cassette audio la relation des événements culturels, sportifs, dont elle a assuré la couverture.

  • 40 L’Institut Culturel Basque, par le biais d’Euskal Irratiak, co-finance notamment une partie des ém (...)
  • 41 Sans que le CSA s’en offusque, les trois radios bascophones proposent une émission intitulée « Pre (...)
  • 42 J.-J. Cheval, Médias audiovisuels français et langues régionales minorisées, op. cit., p. 227.

40La pérennité et la force des radios associatives bascophones proviennent également des réseaux de solidarité, de soutien dont elles bénéficient au sein de la société civile : auditeurs, associations culturelles et sportives basques, Institut Culturel Basque40, associations de soutien aux prisonniers basques41… Notamment, « les dons réguliers et exceptionnels des auditeurs constituent une source majeure et originale de financement. Les trois stations ont d’une part mis au point un mode de financement régulier, assez rare. Il s’agit de souscriptions permanentes, ou en quelque sorte d’abonnements d’auditeurs, qui ont accepté que leurs comptes en banque soient débités automatiquement chaque mois »42, ce qui dénote un fort attachement de ces auditeurs à leurs radios. En 2001, par exemple, les souscriptions des auditeurs représentaient 25 % du budget de Gure Irratia. En dehors de ces dons réguliers, les radios bascophones organisent des campagnes de sensibilisation et de souscription auprès des populations de leurs aires d’action. Pour Irulegiko Irratia, les fonds recueillis à l’occasion de sa campagne annuelle de soutien financier, constituent la principale ressource après le Fonds de soutien à l’expression radiophonique.

41Depuis peu, encouragée par le succès rencontré par Irulegiko Irratia, chaque station met en place une campagne annuelle de soutien financier auprès des populations. Gure Irratia, la citadine, à la différence des radios rurales qui vont de village en village sans sélection préalable des publics, réalise un porte-à-porte plus particulièrement dans les quartiers du vieux Bayonne, où la proportion des bascophones est la plus élevée.

42L’exemple le plus spectaculaire de l’investissement et de l’écho rencontré par ces radios associatives dans la société civile basque, concerne Xiberoko Botza. De janvier à octobre 2000, afin de renouveler son matériel et ses locaux, elle a lancé une gigantesque campagne d’information et de promotion de sa province, une « Semaine Culturelle de la Soule » qui s’est transformée en année culturelle… Cette campagne itinérante des deux côtés de la frontière, organisée autour de conférences, concerts, fêtes et expositions, bénéficiait du relais assuré par les associations de chaque localité où elle était présente. L’investissement des artistes, des chefs d’entreprise communiquant sur la situation de la Soule fut remarquable tant sur le plan financier que pour l’image de la province.

En guise de conclusion

43On pourrait évoquer d’autres raisons de succès ayant permis, à un certain nombre de radios associatives d’être pérennisées et de se développer : la professionnalisation, l’apport des nouvelles technologies et en particulier du numérique, assurant une meilleure qualité d’écoute, etc. Ces éléments concernent aussi les radios bascophones. Irulegiko Irratia compte aujourd’hui effectivement treize salariés (CDI, CDD, temps partiels, pigistes …). Depuis quelques années, ceci nécessite des apports financiers complémentaires (la création d’événements avec le festival d’Arrosa ; la diffusion de publicités, presque à hauteur des 20 % autorisés sur l’ensemble du volume horaire …). Gure Irratia s’est largement informatisée (programmation, montage) et elle a présenté son nouveau site Internet – nouveau moyen d’élargir encore le cercle des radios avec lesquelles elle est en relation – à l’occasion d’une rencontre de la CNRL (Confédération Nationale des Radios Libres) qui s’est tenue à Biarritz, la semaine du 3 au 8 décembre 2001.

44L’exemplarité des radios bascophones, dans leurs modes de fonctionnement, inspire aujourd’hui d’autres stations en langues régionales ou minorisées. Ainsi, Euskal Irratiak a fait des émules, puisque entre autres les radios bretonnes ou navarraises mettent peu à peu en place des réseaux et accords similaires en termes d’échanges de programmes et d’informations, de diffusions communes, de coproductions.

45Enfin, nous pourrions mettre en exergue le dynamisme et la créativité de ces radios, à l’image de Xiberoko Botza et Gure Irratia qui à l’occasion de leurs vingt ans d’existence ont décidé de renouveler complètement leurs grilles de programmes, respectivement depuis le 5 novembre 2001 et en janvier 2002. Finalement, c’est peut-être là une autre clef principale du succès. Vingt ans après, ces radios conservent le goût de la nouveauté, de l’expérience toujours renouvelée, de cette créativité et de cet appétit pour l’aventure humaine et technique qui caractérisent encore les radios libres.

Notes

1 Le Pays Basque de France, avec 26,4 % d’unilingues basques et de bilingues actifs, devance la Communauté Autonome Basque (25,3 %) et la Navarre avec 9,6 % (Source : La continuité de la langue basque II, enquête sociolinguistique, Gouvernement basque / Institut Culturel Basque / Gouvernement de Navarre, 1996, p. 21).

2 À ce sujet, en 1991, Gure Irratia affirmait dans un document interne : « il y a tellement de gens intéressants en ville, indigènes ou de passage, que si nous ouvrions le micro au français, nous deviendrions rapidement une radio bilingue où le basque serait relégué aux sujets secondaires (…). Les intervenants possibles francophones sont au moins quatre fois plus nombreux que les bascophones ».

3 P. Ricaud, Médias et territorialités aux frontières (avec les exemples basque et catalan), Thèse de Doctorat en Sciences de l’Information et de la Communication sous la direction d’André Vitalis, UFR SICA, Université Bordeaux 3, Talence, juillet 2000, p. 162.

4 Pour une vision globale de la radiophonie en Aquitaine dix ans après l’apparition des premières radios locales autorisées : voir André-Jean Tudesq (dir.), L’audience des Médias en Aquitaine, 1992, 160 p. et L’évolution des systèmes de communication en Aquitaine, 1991, 153 p. (Centre d’Etudes des Médias, Éd. de la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine).

5 Anglet FM fut largement subventionnée par la ville d’Anglet, ce qui lui permettait encore en 1994-95 d’être la plus riche des radios associatives du Pays Basque de France. Dans l’esprit des gens, cette radio était celle de la municipalité. Les villes de Biarritz, Guéthary… et le Conseil Général des Pyrénées-Atlantiques (comme pour Radio Bayonne à l’époque), contribuaient également généreusement au financement de cette station.

6 « (…) il est à regretter sans doute qu’elles n’aient pas fait l’objet de mesures d’audience spécifiques et adaptées à leurs aires de diffusion ». Jean-Jacques Cheval, « Médias audiovisuels français et langues régionales minorisées », in Langues d’Aquitaine (sous la direction d’Alain Viaut), Talence, MSHA, 1996, p. 228.

7 Naroa Gorostiaga, Euskal Irratiak, entretien du 27.11.01.

8 Sud Ouest (édition « Pays Basque »), « 92 % sur la bande FM », 12 février 1992.

9 En ce qui concerne Xiberoko Botza, son audience est passée de 0,6 % en 1994 à 0,2 % en 1998. En 2000, son audience n’était même plus comptabilisée, tant elle était faible…

10 Naroa Gorostiaga, entretien du 27.11.01.

11 J.-J. Cheval, op. cit., p. 228.

12 Source : SIADECO, Iparraldeko Euskal Irratiei Buruzko Azterketa, Donostia (St-Sébastien), 1996 (Notons que la SIADECO, contrairement à Médiamétrie, comptabilise tous les auditeurs déclarés, même les plus occasionnels).

13 Le FSER est constitué à partir d’une taxe parafiscale prélevée auprès des radios et télévisions financées par la publicité.

14 La Lettre du CSA, no 4, janvier 1990, p. 10.

15 Ces aides émanent d’un Fonds Européen pour le Développement des Langues Régionales. Dans ce cadre, signalons le rôle important joué par le Bureau Européen des Langues les moins répandues dont l’un des projets est la création d’une agence de presse récoltant les informations sur les langues minoritaires.

16 Ces contraintes sont les limitations de la puissance des émetteurs qui dans un pays au relief très accidenté nécessite l’installation de réémetteurs (autorisations difficiles à obtenir, coûts supplémentaires élevés d’installation et de maintenance…).

17 M. Augé, Non lieux - Introduction à une anthropologie de la surmodernité, Paris, Seuil, avril 1992, p. 100.

18 M. De Certeau, L’invention du quotidien : arts de faire, Paris, Gallimard, 1990, p. 59-62.

19 Iparralde signifie « Pays Basque Nord » (Labourd, Basse Navarre et Soule). Hegoalde (littéralement « région du sud ») ou « Pays Basque Sud », correspond aux provinces de la Communauté Autonome Basque : le Guipuzcoa, la Biscaye et l’Alava. L’usage d’une telle sémantique n’est évidemment pas innocent. « Iparralde » ou « Hegoalde », de manière artificielle, n’identifient pas et n’associent même pas ces territoires que sont les Pays Basque de France et d’Espagne aux États français et espagnol qui les englobent.

20 Euskal Herri signifie littéralement « territoire, pays ou terre de la langue basque » et correspond aux sept provinces historiques énumérées plus haut. C’est aussi le nom populaire et historique d’un Pays Basque plus ou moins mythique, aujourd’hui rêvé par les nationalistes basques.

21 Cf. D. Pages, « De la fin des territoires à l’ambiguïté de leur réinvention », in L’incertitude des territoires, Quaderni, no 34, Paris, Sapienta, hiver 1997-1998, p. 45.

22 A. Touraine, La crise de l’État-nation, in L’État et la Nation, Revue Internationale de Politique Comparée, vol. 1, no 3, Paris/Bruxelles, de Boeck, décembre 1994, p. 348.

23 Sur les ondes des radios directement liées à des minorités ethniques, religieuses ou linguistiques, « la place faite à l’histoire, à la mémoire de ces minorités, est beaucoup plus importante proportionnellement que sur les autres radios, leur fonction même étant de rassembler autour d’une culture spécifique une population minoritaire. » C. Collin, Radios locales et cultures régionales : la grande désillusion, in MédiasPouvoirs, no 3, 1986, p. 42.

24 P. Ricaud, Le paysage radiophonique local en Pays Basque Français, Mémoire de Maîtrise, Univ. de Bordeaux 3, UFR SICA, 1994, p. 76.

25 Source : Siadeco, Iparraldeko Euskal Irratiei Buruzko Azterketa, Donostia, 1996.

26 Cette réalisation répond aux attentes du CSA qui « s’engage à accueillir favorablement tout projet de regroupement, d’alliance de radios associatives visant à améliorer les programmes radiophoniques, à acquérir de nouvelles technologies, et plus généralement à mieux répondre à leur vocation ». (Groupe de réflexion du CSA sur les radios associatives, septembre 1996).

27 Conseil de Développement du Pays Basque (Commission chargée des affaires culturelles), Avant projet : plan de développement et d’alliance des trois radios associatives d’expression basque (Gure Irratia, Irulegiko Irratia et Xiberoko Botza), octobre 1996, p. 10.

28 P. Maitia, Irulegiko Irratia, correspondance du 03.11.98.

29 Ces journaux sont présentés depuis la rédaction commune d’Euskal Irratiak, par un présentateur unique, en relation avec les trois sites de St-Jean-Pied-de-Port, Mauléon et Bayonne. (N. Gorostiaga, entretien du 27.11.01).

30 A. Hernan, directeur de Gure Irratia, 22.07.97.

31 « Ce sont des radios qui bougent tout le temps, dans un contexte de résistance. » Idem.

32 De plus, la station souletine compte un collaborateur à Bilbao qui propose une chronique une fois par semaine. M. Bedaxagar, ancien journaliste de Xiberoko Botza, 25.02.97.

33 Voir Guy di Méo, L’Homme, la Société, l’Espace, Paris, Economica, 1991, p. 124, Coll Anthropos.

34 Z. Laidi, La lente émergence d’espaces de sens dans le monde, in Géopolitique du sens, Paris, Desclée de Brouwer, 1998, p. 9-10.

35 Le français est la seule langue officielle de la République, ce qui cependant et a priori n’exclut pas la possibilité de lois particulières et favorables aux langues minoritaires. Le territoire national apparaît comme un et indivisible, la langue unique étant son ciment uniformisant et chacun devant accepter ce dénominateur commun sous peine de se retrouver marginalisé.

36 J.-J. Cheval, op. cit., p. 208.

37 P. Ricaud, Médias locaux et cultures régionales (contexte d’émergence, situation et rôle des médias locaux en Pays Basque français), Mémoire de DEA, UFR SICA, Université de Bordeaux 3, Talence, 1995, p. 18.

38 Cette même année, au nom d’Hitz-egin, Irulegiko Irratia s’inquiéta auprès du Directeur Général de la Commission Européenne et du ministre de l’Économie et des Finances, de l’avis favorable émis par la Commission Européenne à la suppression de 25 lignes budgétaires, dont celles concernant les langues minoritaires

39 « Arrosa », document interne, 2001.

40 L’Institut Culturel Basque, par le biais d’Euskal Irratiak, co-finance notamment une partie des émissions communes du matin avec la CAB.

41 Sans que le CSA s’en offusque, les trois radios bascophones proposent une émission intitulée « Presoen oiharzuna », informant sur la situation des prisonniers politiques basques, réalisée en alternance par diverses associations de soutien à ces prisonniers et à leurs familles.

42 J.-J. Cheval, Médias audiovisuels français et langues régionales minorisées, op. cit., p. 227.

Auteur

RICAUD.P@wanadoo.fr
Maître de conférences en Sciences de l’Information et de la Communication. Enseignant dans le département « Services et Réseaux de Communication » de l’IUT de Blois (Université de Tours), il y enseigne les théories de la communication, l’histoire et l’actualité des médias. Il est membre du Centre d’Étude du Débat Public (CEDP) et participe aux activités du GRER.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540