Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Audiences, publics et pratiques radiophoniques

 | 
Jean-Jacques Cheval

L’audience de la radio en Aquitaine, les Médialocales 1999-20001

Jean-Jacques Cheval

Texte intégral

  • 1 La rédaction de cette partie s’appuie en grande partie sur l’analyse du sondage « Médialocales » r (...)

1Depuis 1985, la société Médiamétrie s’est imposée en France comme la référence incontournable de mesure quantitative de l’audience des médias audio-visuels et de la radio en particulier. Cette société anonyme de droit privée a été créée en juin 1985 par la transformation d’un service issu de l’ancienne ORTF, le CEO. Sa propriété se partage principalement entre quelques grandes catégories d’actionnaires : des publicitaires et des annonceurs, des chaînes de télévision et de radios. Ayant évincé ses concurrents, elle constitue un dispositif unique, avec les inconvénients que peut présenter cette situation de monopole sans les inconvénients de la situation belge présentée par ailleurs, dans ce volume, par Frédéric Antoine. Les résultats par vagues régulières de la « 75 000 » et annuellement ceux des « Médialocales » sont devenus les rendez-vous réguliers et attendus des opérateurs, des groupes radiophoniques et des professionnels du secteur.

La mesure de l’audience de la radio en France2

  • 2 Cf. Jean-Jacques Cheval, « L’audience de la radio en France », p. 185-219, in Les Radios en France (...)
  • 3 L’Année radio 1999-2000, document Médiamétrie, 2001.

2L’enquête « 75 000 » tire son nom du nombre d’interviews réalisées chaque année pour ses besoins. La méthodologie de cette enquête nationale a été modifiée à différentes reprises depuis sa mise en place en 1986. Notamment, le nombre d’interviews annuelles réalisées a varié, passant de 55 000 à l’origine, à 36 000 en 1989 pour atteindre 75 000 en 1990. Ses résultats reposent sur les déclarations des personnes interrogées à travers des entretiens téléphoniques. 250 appels sont effectués chaque jour en soirée, sur dix mois, samedi, dimanche et jours fériés compris. L’univers des personnes interrogées comprend les individus résidant en France métropolitaine, âgés de 15 ans et plus, de nationalité française ou étrangère, appartenant à des ménages et disposant du téléphone. Depuis 1999, les personnes sont interrogées non plus, comme précédemment, sur leur écoute de la veille mais sur leurs pratiques radiophoniques au cours des dernières 24 heures. Au dire de la société Médiamétrie, cette méthode améliore les résultats : « en rapprochant le moment de recueil de l’audience, des moments d’écoute des interviewés, l’effort de mémoire demandé aux personnes interrogées diminue très sensiblement »3

  • 4 Une équirépartition dans le temps de l’enquête permet le lissage d’épiphénomènes pouvant être liés (...)

3À côté et en déclinaison de la « 75 000 », Médiamétrie a mis en place d’autres enquêtes, dont les « Médialocales » inaugurées en 1989. En 1999-2000, les « Médialocales » constituaient un dispositif de mesure de l’audience locale de la radio au niveau des 20 régions françaises, de 58 départements et 91 agglomérations de plus de 50 000 habitants. En Aquitaine, le département du Lot-et-Garonne et ses agglomérations échappaient directement à cette enquête. Les « Médialocales » reposent sur l’extraction de résultats de l’enquête nationale « 75 000 » et la réalisation de suréchantillons sur certaines zones. Pour les « Médialocales », le tirage au sort aléatoire des numéros de téléphone prend en compte les poids respectifs des départements considérés dans les régions étudiées avec l’objectif d’assurer une dissémination maximale de l’étude pour aboutir à son équirépartition dans l’espace. En 1999-2000, les interviews portaient sur les jours de la semaine, du lundi au samedi. La journée radiophonique considérée débutait à 5 heures du matin et se terminait à minuit. Le questionnaire distinguait les caractéristiques socio-démographiques de l’individu interrogé et de son foyer. Le questionnaire comportait des éléments sur la notoriété des stations reçues dans le département – il s’agissait de notoriété assistée à partir d’une liste nationale de radio et de compléments départementaux – et sur les pratiques d’écoute de la radio à travers l’écoute déclarée de ce média au cours des dernières 24 heures, ceci à partir de réponses spontanées. Depuis 1999, le recueil de l’audience est effectué au demi-quart d’heure près4.

  • 5 La DEA ne doit pas être confondue avec la Durée d’Écoute par Individu (DEI) qui désigne la moyenne (...)

4Les résultats Médiamétrie sont publiés selon plusieurs indicateurs. Le premier d’entre eux, et le plus souvent utilisé ou cité, est celui de l’Audience Cumulée (AC). Cet indicateur mesure le contact journalier des auditeurs avec une station, indépendamment de la durée de leurs écoutes. Il peut être exprimé en effectifs (unités), en pénétration (%) ou en composition ou structure (%), afin, par exemple, de fournir la structure socio-démographique de l’audience d’une station. Le Quart d’heure moyen désigne le nombre de personnes présentes en moyenne à l’écoute durant un quart d’heure au cours d’une période considérée. Il peut être, lui aussi, exprimé en effectifs et en pénétration. La Durée d’Écoute par Auditeur (DEA) est la moyenne du temps passé à l’écoute de la radio5. Elle est exprimée en minutes. Enfin un autre indicateur est donné : celui de la Part d’Audience (PDA), qui fut aussi appelée part du volume d’écoute (PVE) ou est encore parfois désigné comme la part de marché. Donnée en pourcentage, la PDA est la valeur du rapport entre la somme des durées d’écoute individuelle d’une station et la somme des durées d’écoute consacrées globalement à l’ensemble de la radio.

5Les résultats obtenus selon ces différents indicateurs ne vont pas forcément tous dans le même sens. Selon les cas, leur dissemblance peut minorer ou accentuer le succès d’une station. Une audience cumulée importante peut s’accompagner d’une faible durée d’écoute par auditeur, il en résulte une part de marché plus faible. À l’inverse, des radios ayant des effectifs d’auditeurs moindres peuvent compenser cette faiblesse par une fidélité et une DEA importante de leur auditoire.

6Les résultats sont donnés par station et aussi selon des regroupements de stations, ce que Médiamétrie désigne comme des agrégats, constitués en fonction de la nature de leur programmation, de leur statut, de leur appartenance à des groupes radiophoniques ou d’alliances publicitaires. Ils ont varié dans le temps. En 1996, par exemple, l’agrégat des « radios généralistes privées » a été introduit pour remplacer l’ancien poste des « radios périphériques » devenu obsolète. D’autres sont disponibles selon la nature du programme diffusé, tels les « programmes généralistes », les « programmes musicaux nationaux », les « programmes locaux »…

  • 6 La marge d’erreur statistique à 95 % est égale environ à 2 que multiplie la racine carrée du % obt (...)
  • 7 En 1999-2000, si les résultats publiés sur la France entière étaient issus de 75 250 entretiens té (...)

7Coûteux, les résultats de Médiamétrie, dans leur intégralité, sont réservés à leurs souscripteurs. Périodiquement, il offre, selon l’expression consacrée, des photographies de l’état de l’audience de la radio en France, en région ou plus localement. Ces photographies ne sont pas exemptes de défauts ou d’imperfections, bien sûr. Sans encore disposer d’une audimétrie radiophonique automatisée, la mesure d’audience radio présente le risque incontestable de faire appel aux déclarations des auditeurs et à la mémorisation de leurs pratiques. Cette méthode permet d’éventuelles constructions ou reconstructions par les personnes interrogées. Par ailleurs, ainsi que le fait remarquer la société elle-même, comme pour tout sondage, les statistiques fournies sont susceptibles de varier dans des intervalles de confiance, c’est-à-dire l’intervalle dans lequel, en fonction d’un niveau de confiance fixé à l’avance, se situe la valeur réelle recherchée. Selon l’importance de l’échantillon interrogé, l’importance de cet intervalle est modifiée6. La fiabilité des résultats augmente avec le nombre d’interviews, elle est par conséquent plus forte sur les résultats donnés pour la France entière que pour les résultats régionaux et, a fortiori, locaux7.

8Une des difficultés principales de la mesure de l’audience de la radio réside dans le fait que chaque département, chaque agglomération révèle des situations différentes, des particularités, sur des zones de diffusion et de réception dissemblables, qui recoupent imparfaitement la géographie des enquêtes. Si les « Médialocales » sont une manière précieuse d’approcher ces différences, les enquêtes d’audience de la radio ne peuvent rendre compte de manière exhaustive et tout à fait précise des diversités et l’on peut sans doute s’interroger sur la pertinence que revêtent les résultats d’audience pour les radios locales ou bien les stations les plus atypiques. L’hypothèse selon laquelle les méthodologies employées favorisent le repérage des auditeurs réguliers, ceux des programmes de flux présentant des grilles horizontales, aux programmes identiques chaque jour, a été avancée. Par contre, elles peuvent porter préjudice aux radios de rendez-vous présentant des grilles verticales dans lesquelles des émissions thématiques alternent d’un jour, d’une semaine à l’autre, voire de manière plus épisodique. Leurs auditoires peuvent être attentifs tout en étant irréguliers et ils semblent en effet plus difficiles à saisir.

  • 8 Cf. André-Jean Tudesq (dir.), 1992, L’Audience des médias en Aquitaine, Talence, Maison des Scienc (...)

9L’année radiophonique 1999-2000 a été celle de la mise en place par Médiamétrie de sa nouvelle méthodologie baptisée « 75 000 + Radio ». Selon la société elle-même, les modifications introduites ont privé de signification les comparaisons des nouveaux résultats avec ceux des enquêtes antérieures. Au-delà de la photographie ponctuelle qu’ils proposent, l’intérêt des résultats fournis par Médiamétrie réside pourtant dans leur inscription dans le temps. Formant au fil des ans une étude longitudinale, ils nous informent sur les évolutions et aussi les permanences de l’écoute de la radio en France. C’est pourquoi, en nous interrogeant sur l’audience de la radio en Aquitaine durant la période septembre 1999 à juin 2000, nous avons malgré tout souhaité rapprocher les phénomènes perçus à cette date de ceux mesurés dix ans auparavant, en 1989, lors de l’exploitation de la première édition des « Médialocales »8. Les modifications méthodologiques évoquées empêchent sans doute les comparaisons point à point, ou plus encore l’établissement de palmarès dans le temps, mais, et à condition de ne pas vouloir mesurer des modifications de détails, elles permettent d’évaluer les transformations majeures opérées ou non en dix ans. Les chiffres disponibles peuvent servir à une mise en perspective, non pas pour aboutir à un classement des meilleurs, mais pour tenter de mesurer ce qui, dans les grandes lignes, a changé ou bien s’est maintenu, en recherchant ce qui pourrait constituer ou non une exception régionale pour l’Aquitaine en matière d’audience de la radio.

10Dans cette optique, outre les modifications méthodologiques introduites par Médiamétrie, d’autres difficultés rendent difficiles le rapprochement des enquêtes. En dix ans, le paysage radiophonique en Aquitaine et localement, dans les départements ou les agglomérations, s’est sensiblement modifié. Globalement, on a assisté, comme l’expose par ailleurs Nathalie Richard, à une augmentation sensible du nombre de fréquences. Elle a abouti à une couverture améliorée des radios nationales, des groupes et agrégats radiophoniques diffusant un programme depuis la capitale. De nouvelles stations sont apparues (MFM, Rires et Chansons…). Certaines ont disparu ou décliné notablement et dans le même temps, des stations ont modifié leur positionnement, leurs cibles (Europe 1, RMC, voire NRJ).

11Enfin entre 1989 et 1999, nous avons été confrontés à une inégalité des sources disponibles. Le marché des audiences s’étant modifié, son coût s’est également élevé, il n’a pas été possible d’acquérir des chiffres ayant un même degré de précision sur l’ensemble de la zone régionale, ou bien sur les différentes agglomérations. De fait, des choix ont été faits : en dehors d’une appréhension globale de la situation de l’audience de la radio sur la région Aquitaine, comparée à l’audience de la radio en France, c’est notamment celui d’opérer des éclairages plus particuliers sur les départements de la Gironde et des Pyrénées-Atlantiques.

L’audience de la radio en France en 1999-2000

  • 9 Sans autre précision, l’écoute de la radio en semaine désignera ici l’écoute du lundi au vendredi.

12Les données disponibles concernant la place matérielle qu’occupait la radio en France à la fin du XXe siècle indiquaient que celle-ci était omniprésente au sein des foyers français. Les taux d’équipement avoisinaient les 100 % (98,8 % des foyers français disposaient d’au moins un poste de radio en avril-juin 2000), en fait chaque foyer possédait en moyenne 6,3 récepteurs de radio, présents sous leurs différentes formes. Sur l’ensemble de la période, l’audience cumulée de la radio en semaine9, s’élevait quotidiennement à 83,6 %. Sur un cumul de deux semaines, c’était 95 % de la population qui avait écouté la radio. La pénétration du média était donc incontestable. Les catégories de radios privilégiées par les auditeurs français étaient, en audience cumulée, les programmes musicaux nationaux (39,2 %), les programmes généralistes nationaux (37 %), les programmes locaux (24,1 %) et enfin les programmes thématiques nationaux (13,4 %). En termes de part d’audience, les résultats étaient sensiblement différents : grâce à des durées d’écoute plus longues les programmes généralistes (37,8 % de PDA) devançaient cette fois les programmes musicaux nationaux (33,6 %). Par ailleurs les hiérarchies restaient les mêmes. Selon leur statut, c’étaient les radios commerciales de toute nature qui étaient les plus écoutées (72,5 % de PDA), contre 21,7 % pour le service public et 2,7 % pour le troisième secteur, celui des radios associatives. Malgré l’effritement de son audience, la station la plus écoutée au niveau national restait RTL (avec environ 16,7 % de PDA (et 17,1 % en AC) suivi de France Inter (9,3 % PDA), et très proches l’une de l’autre, Europe 1 et NRJ (environ 7,5 % de PDA). Derrière ces chiffres globaux et massifs se dissimulent bien des particularités.

L’audience de la radio en Aquitaine en 1999-2000

  • 10 Pour être exact, remarquons que la comparaison est imparfaite. Dans un cas, on prend en compte la (...)

13Traditionnellement (ainsi que nous le rappelle supra Arnaud de Saint Roman), on écoute plus la radio en France, au nord et au nord-est du pays, moins au sud et au sud-est ; moins à l’ouest qu’à l’est du territoire. L’Aquitaine s’est longtemps conformée à ce schéma. En 1989, en France, l’audience cumulée de la radio mesurée sur la semaine (du lundi au vendredi) était de 77,3 % ; elle était sensiblement inférieure en Aquitaine se situant à 72,6 %. Sur la période septembre 1999-juin 2000, elle est par contre identique au niveau national et au niveau régional, en France comme en Aquitaine, l’audience cumulée se situait à 83,6 %10. La comparaison peut s’effectuer à partir d’autres indicateurs, tel l’indicateur de l’audience au quart d’heure moyen. Sur ce critère, l’audience de la radio, en 1989, en Aquitaine se plaçait à 10,7 %. On note une augmentation pour 1999-2000, le même indicateur passe à 13,3 %, quand sur la même période, en France, il atteignait 13,8 %.

  • 11 Jean-Jacques Cheval, André-Jean Tudesq, 2001, « Radiodiffusion et solidarité » in Les solidarités, (...)

14Malgré les imperfections de l’observation et des comparaisons, il semble que l’on puisse remarquer une convergence entre les indicateurs pour avancer l’idée que l’audience de la radio aurait progressé en Aquitaine. La région aurait peu à peu comblé son retard par rapport à l’ensemble du territoire français, même s’il subsiste encore des différences. Si l’audience cumulée de la radio en Aquitaine a rejoint le niveau national en 2000, par contre la durée d’écoute reste un peu inférieure. S’agit-il véritablement d’une tendance lourde ou bien de résultats plus circonstanciels. Pour répondre à cette interrogation, il faudrait disposer d’une vision plus longue du phénomène. Si des chiffres épars peuvent venir confirmer cette hypothèse, des phénomènes conjoncturels peuvent aussi avoir modifié ponctuellement les comportements. Sur l’édition des « Médialocales » concernée, il semble qu’il faille prendre en compte l’effet de la tempête catastrophique de l’hiver 1999. Durement éprouvée à cette occasion, la population du Sud-Ouest, privée de télévision, d’électricité a renoué dans bien des cas avec les postes de radio à transistors, fonctionnant sur piles. Une fois de plus la radio a prouvé qu’elle était un média de crise par excellence. La radio a très probablement bénéficié de ces malheureuses circonstances au-delà de l’événement lui-même et de la prise en charge de ses suites, notamment à travers des campagnes d’animation de la solidarité diffusées sur les antennes dans les semaines qui ont suivi11.

15Le deuxième point majeur sur lequel nous pouvons nous appesantir, et à l’inverse de la transformation (ponctuelle ou durable) que nous venons de remarquer, concerne la permanence d’une seconde spécificité. Depuis longtemps, on pouvait remarquer que l’on écoute plus le service public de la radio en Aquitaine qu’ailleurs en France. Il s’agissait d’une question de choix, de goût sans doute, mais aussi d’une situation acquise à une époque où les deux principales stations « périphériques », RTL et Europe 1, étaient mal diffusées et par conséquent mal captées sur le Sud-Ouest de la France, leurs émetteurs étant trop éloignés. Régionalement, ceci bénéficiait par contre aux radios périphériques du sud de la France, c’est-à-dire RMC et Sud Radio.

16En 1989, le service public retenait 33,3 % des parts d’audience de l’écoute globale de la radio en Aquitaine mais encore près de 30 % en 1999-2000 (28,9 % alors que le même indicateur se situait à 21,7 % en France). En 1989 les « périphériques » représentaient 24,2 % des parts d’audience en Aquitaine. Ensemble, elles ne semblaient pas avoir bénéficié des améliorations de leur couverture, ayant implanté légalement depuis 1986 des émetteurs FM sur l’ensemble du territoire, et étant devenues des stations généralistes privées nationales. Sur les dernières années, chacune a pu procéder encore à de sérieuses augmentations de sa capacité de diffusion, disposant d’émetteurs nouveaux sur la région, sur de nouvelles agglomérations ou axes routiers où elles n’étaient pas présentes en 1989. Mais en 1999-2000, en Aquitaine, elles ne dépassent guère le cinquième de l’audience globale de la radio (21,5 % de PDA contre 28,3 % en France).

17Les choses se passent un peu comme si les auditeurs gardaient une mémoire des ondes ou plutôt une mémoire de la mauvaise réception des ondes de ces stations. Au-delà de la disparition des conditions techniques qui les ont créés, les comportements perdurent et dans son ensemble ce type de radios conserve en Aquitaine des audiences en dessous de leurs résultats nationaux.

18À ces remarques globales, il convient d’ajouter quelques notations sur des évolutions plus particulières, en particulier sur des transferts d’audience entre les stations de cette catégorie. En 1989, les deux radios périphériques les plus écoutées étaient Sud Radio et RMC, avec respectivement 8,3 % et 7,7 % de parts de volume d’audience quand RTL et Europe 1 rassemblaient 5,3 % et 3,1 % de PDA, des scores bien moindres que ceux relevés au niveau national. En 1999-2000, en Aquitaine comme ailleurs en France, l’audience de RMC s’était effondrée à 2 % (en PDA), Sud Radio avec 6,2 % restait relativement stable, par contre les autres stations enregistraient des gains. RTL atteignait 8,3 % de PDA et Europe 4,9 %. C’est un gain notable qui plaçait les deux stations dans des positions plus confortables dans le Sud-Ouest, sans pour autant encore homogénéiser leur audience régionale avec celle mesurée au niveau français.

19Parmi les stations, France Inter restait la plus écoutée (12,4 % en Parts d’audience et 14,6 % de pénétration en Audience cumulée), suivie, selon ce dernier indicateur de NRJ (13,7 % en AC) et de France Info (11,3 % en AC). À partir du critère des parts de marché, les hiérarchies étaient modifiées. Ici NRJ concurrençait RTL (avec 8,6 % de PDA contre 8,3 % ; Sud radio était proche de Nostalgie (6,2 % contre 5,8 %). Ensuite, on constatait un éparpillement, un émiettement des publics : pour les autres stations, les parts d’audience se situaient au-dessous de 5 %. Sans être strictement identique à ce qui se passe au niveau français dans son ensemble, ce dernier phénomène est comparable en Aquitaine aux tendances nationales qui vont effectivement vers des auditoires dispersés sur de nombreuses stations, ce qui ne veut pas forcément dire une variété de programmes.

20En Aquitaine, comme en France, l’audience s’agglomère sur de nombreuses stations mais sur des formules, des types de programmes radiophoniques, des genres similaires. En région, comme au niveau national, les programmes locaux avoisinent les 20 % de parts d’audience, mais les radios associatives locales ne sont créditées que de moins de 3 % de l’audience globale (2,7 % de PDA en France, 2,2 % en Aquitaine). En audience cumulée avec un peu plus de 39 % de pénétration les programmes musicaux nationaux étaient les plus écoutés en France comme en Aquitaine.

Des audiences départementales spécifiques

21Si l’on quitte les niveaux d’observation nationaux et régionaux, pour descendre au niveau départemental, on peut remarquer de nouvelles spécificités, des exceptions locales, voire des particularismes. Par exemple, une comparaison de l’évolution de l’écoute de la radio en général, en Gironde et en Pyrénées-Atlantiques, au fil d’une journée radiophonique présente des rythmes quotidiens légèrement différents dans les deux départements. Si la physionomie des courbes est similaire, celle donnée par l’observation des auditeurs basques et béarnais est toujours soit inférieure soit égale à celle affichée par les Girondins. Les pics d’audience sont parfois identiques, parfois légèrement décalés.

22Des différences existent aussi dans les horaires d’écoute selon les types de programmes choisis. En Gironde, et ce n’était pas une surprise, les programmes généralistes réalisaient toujours leur « prime time » en début de matinée, entre 7 heures 30 et 8 heures 30. Les programmes musicaux nationaux connaissaient eux aussi une pointe d’audience en matinée mais c’était surtout dans l’après-midi, entre 14 et 18 heures qu’ils se détachaient des autres types de programmations. Des carrefours existaient (autour de 9 heures, 13 heures et 20 heures) où les comportements d’audience des auditeurs de programmes différents semblaient se rejoindre pour parfois se croiser, s’interchanger peut-être. Il ne semble pas, qu’en la matière, les pratiques d’écoutes des auditeurs girondins s’éloignent beaucoup de ceux des autres Français.

  • 12 Par son association avec Sud radio, et son contrat de régie avec IP, Wit FM ne peut être considéré (...)

23C’est dans le choix des stations écoutées que résident parfois les particularités. Les Girondins accordent une forte audience à Wit FM, une radio locale de catégorie B, commerciale et indépendante dans sa programmation, présente principalement sur le département12. En parts d’audience, en 1999-2000, ils continuaient à placer cette radio parmi leurs préférées, derrière France Inter et RTL, mais devant toutes les autres radios locales et devant les réseaux musicaux. Dans le département des Pyrénées-Atlantiques, c’est aussi France Inter qui se plaçait en tête des parts de marché, suivie de NRJ et de Sud Radio qui réalisait là un résultat d’audience bien supérieur à celui constaté en Gironde et même sur la région Aquitaine.

24Enfin les résultats fournis par les « Médialocales » permettent d’approcher les structures socio-démographiques des auditoires de façon assez fine. Ces structures apparaissent intéressantes dans leurs décalages avec les structures de la population de référence. Ainsi, en Gironde, en 1999-2000, l’auditoire de la radio en général était légèrement plus masculin que la population totale, âgée de 15 ans et plus, résidant dans le département. Cela était plus vrai encore pour les auditeurs des programmes de service public, mais aussi de Wit FM. À l’inverse, les suffrages féminins se portaient plus volontiers sur les programmes musicaux. Selon une répartition des auditeurs en fonction de leur niveau d’instruction, les Girondins ayant atteint un niveau d’étude primaire privilégiaient un peu plus que les autres les radios privées associatives, quant à ceux bénéficiant d’un niveau d’enseignement supérieur, ils plaçaient au premier rang les radios de service public.

25Selon les classes d’âge, les plus âgés (50 ans et plus) faisaient de même quand les 15-24 ans plébiscitaient les programmes musicaux. L’écoute du service public est également plus le fait des catégories socioprofessionnelles supérieures (CSP+) et des retraités, et ceci, fortement, à travers France Inter. Le fait d’habiter en milieu rural ou urbain modifie les comportements radiophoniques. Les stations locales de Radio France obtenaient un plus grand succès en dehors des villes, mais c’est là par contre que les radios associatives étaient le plus écoutées. Dans ces différentes structures d’audience, il n’y a pas, à vrai dire non plus, de véritable surprise, ni de comportements fortement décalés par rapport à l’ensemble du territoire français.

Conclusion

26Nulle radio ne peut être indifférente à son audience, son impact sur l’environnement auquel elle entend s’adresser. C’est la preuve de leur utilité sociale ou professionnelle, qu’elles soient financées sur des fonds publics, telles les stations de Radio France, qu’elles soient associatives bénéficiant de subventions diverses ; mais c’est bien sûr un enjeu plus important encore, crucial, pour les radios commerciales, financées par le marché publicitaire. Au niveau aquitain, dans les départements, comme au niveau français, ce sont les radios privées commerciales qui attirent la plus forte audience. Une audience qui devient monnayable auprès des annonceurs publicitaires si elle est mesurée et reconnue.

27Or une des données claires qui transparaît de l’étude de l’audience des radios commerciales est que celle-ci est déjà fortement structurée à tous les niveaux géographiques. Les radios publicitaires font pour l’essentiel partie ou bien adhèrent à des groupes radiophoniques qui organisent le marché à travers des régies recueillant la quasi-totalité du marché publicitaire radiophonique français. En 1999-2000, ces groupes étaient au nombre de trois. Il s’agissait en premier lieu du groupe Europe, disposant des stations Europe 1, Europe 2, RFM et qui, avec Europe Régies, commercialisaient également les radios suivantes : BFM, Skyrock, les stations d’autoroutes et 78 radios indépendantes regroupées dans un GIE baptisé « Les Indépendants ». Le groupe NRJ disposait quant à lui des stations NRJ bien sûr, de Chéries FM, Nostalgie et Rire et Chansons. Enfin autour de la régie IP radio gravitaient les stations RTL et RMC, Fun Radio, RTL 2, Sud Radio et la bordelaise Wit FM.

28En France, quand la part d’audience des radios commerciales était de 72,5 %, l’ensemble des stations et chaînes de radios rattachées à ces trois régies était de 70,2 % et occupait donc la presque totalité de l’espace disponible. 2,3 % seulement de part de marché des radios privées commerciales échappaient à la gestion des groupes radios et à leur rude concurrence. Étroite aux niveau national, la marge l’est plus encore en Gironde ou dans les Pyrénées-Atlantiques. Dans ces départements, seul 0,5 % de l’audience commerciale échappait aux groupes.

29Ceci est susceptible d’avoir des conséquences sur l’avenir de la radiodiffusion en France et en région. Les groupes radio ne peuvent espérer s’étendre techniquement, l’essentiel des fréquences ayant déjà été attribué. Les solutions résident dans la concentration – ce qui fut déjà réalisé par la liquidation du groupe RMC en 1998, dépecé entre les trois autres – ou bien par une conquête de terrain et d’auditoires sur le service public, ou encore sur les radios associatives de la catégorie A. Porteuses de risques de déstabilisation d’un paysage radiophonique français, qui demeure remarquable par sa diversité, ces perspectives peuvent être conjurées par la vigilance de l’autorité de régulation et l’action avisée des pouvoirs publics, notamment des collectivités territoriales.

Tableau 1 - ENQUÉTES MEDIAMETRIE / MEDIALOCALES Septembre 1999 - Juin 2000 (comparaison Aquitaine – France)

Tableau 1 - ENQUÉTES MEDIAMETRIE / MEDIALOCALES Septembre 1999 - Juin 2000 (comparaison Aquitaine – France)

Tableau 2 - ENQUÊTES MEDIAMETRIE / MEDIALOCALES Septembre 1999 - Juin 2000 (comparaison Gironde – Pyrénées Atlantiques)

Tableau 2 - ENQUÊTES MEDIAMETRIE / MEDIALOCALES Septembre 1999 - Juin 2000 (comparaison Gironde – Pyrénées Atlantiques)

Enquêtes Médiamétrie, 75 000 et Médialocales, septembre 1999-juin 2000

Enquêtes Médiamétrie, 75 000 et Médialocales, septembre 1999-juin 2000

Enquêtes Médiamétrie, 75 000 et Médialocales, septembre 1999-juin 2000

Enquêtes Médiamétrie, 75 000 et Médialocales, septembre 1999-juin 2000

Médialocales Médiamétrie, septembre1999-juin 2000. Structure de l’audience de la radio en Gironde. COMPOSITION DE L’AUDIENCE PAR RAPPORT AU VOLUME D’AUDIENCE TOTAL. AUDITOIRES DE LA RADIO EN GENERAL, DES AGREGATS ET DES PRINCIPALES STATIONS

Répartition par sexe

Homme

Femme

Population totale âgée de 15 ans et plus

47,6

52,4

Audience de la radio en général

49,3

50,7

Radio du service public

59,5

40,5

Radios privées commerciales

48,7

51,3

Radios privées associatives

63,0

37,0

Programmes généralistes

55,1

44,9

Programmes musicaux

45,9

54,1

Programmes locaux

58,4

41,6

France Inter

58,9

41,1

Locales de Radio France

55,6

44,4

RTL

56,4

43,6

NRJ

49,8

50,2

WITFM

63,6

36,4

Répartition par niveau d’instruction

primaire

secondaire

Technique/professionnel

Supérieur

Population totale âgée de 15 ans et plus

15,4

32,5

22,6

29,0

Audience de la radio en général

11,9

32,6

23,6

31,7

Radio du service public

10,9

22,6

19,9

46,4

Radios privées commerciales

10,8

34,3

25,5

29,3

Radios privées associatives

16,2

37,1

24,3

22,5

Programmes généralistes

14,8

26,9

20,1

38,0

Programmes musicaux

7,2

35,1

27,1

30,4

Programmes locaux

9,9

33,2

24,5

32,1

France Inter

8,6

22,0

18,0

51,4

Locales de Radio France

19,1

20,8

28,6

30,8

RTL

16,2

29,7

28,4

25,7

NRJ

5,7

42,0

27,4

24,9

WITFM

5,4

45,8

28,9

19,9

Répartition par classes d’âges

15/24 ans

25/34 ans

35/49 ans

50 ans et plus

Population totale âgée de 15 ans et plus

16,2

18,1

26,4

39,3

Audience de la radio en général

18,9

18,2

27,1

35,9

Radio du service public

8,6

9,3

28,5

53,6

Radios privées commerciales

23,1

20,6

27,2

29,2

Radios privées associatives

24,0

46,9

13,8

15,4

Programmes généralistes

4,7

11,7

24,9

58,7

Programmes musicaux

33,4

23,9

26,6

16,1

Programmes locaux

16,1

24,2

32,7

27,0

France Inter

3,5

9,6

28,1

58,8

Locales de Radio France

4,8

8,5

38,1

48,7

RTL

2,4

13,5

28,0

56,1

NRJ

46,0

33,4

16,5

4,1

WITFM

14,0

26,9

38,6

20,4

Médialocales Médiamétrie, septembre1999-juin 2000. Structure de l’audience de la radio en Gironde. COMPOSITION DE L’AUDIENCE PAR RAPPORT AU VOLUME D’AUDIENCE TOTAL. AUDITOIRES DE LA RADIO EN GENERAL, DES AGREGATS ET DES PRINCIPALES STATIONS

Répartition par catégories socio-professionnelles des individus

CSP+

Employés

Ouvriers

Retraités

Population totale âgée de 15 ans et plus

21,6

17,3

13,3

22,0

Audience de la radio en général

23,6

16,7

13,0

18,8

Radio du service public

33,8

10,8

7,6

32,9

Radios privées commerciales

21,7

17,7

15,6

13,0

Radios privées associatives

6,4

26,0

28,5

1,2

Programmes généralistes

32,9

16,7

13,0

32,6

Programmes musicaux

20,1

19,7

15,3

4,3

Programmes locaux

27,0

19,7

18,2

12,6

France Inter

39,7

8,6

6,9

33,3

Locales de Radio France

31,2

18,2

5,8

31,5

RTL

24,8

12,7

11,9

29,7

NRJ

13,5

19,2

16,5

0,5

WITFM

30,5

20,0

27,1

3,1

(*) La catégorie "CSP+" désigne un regroupement de catégories socio-professionnelles : les artisans, commerçants, chefs d’entreprises, les cadres et professions intellectuelles supérieures, les professions intermédiaires, soit les couches moyennes et supérieures des catégories socio-professionnelles.

Répartition par types d’habitat

Habitat rural

Habitat urbain

Population totale âgée de 15 ans et plus

23,6

76,4

Audience de la radio en général

22,1

77,9

Radio du service public

21,8

78,8

Radios privées commerciales

22,5

77,5

Radios privées associatives

16,4

83,6

Programmes généralistes

22,5

77,5

Programmes musicaux

22,7

77,3

Programmes locaux

21,6

78,4

France Inter

17,2

82,8

Locales de Radio France

32,9

67,1

RTL

17,0

83,0

NRJ

21,9

78,1

WITFM

28,6

71,4

Notes

1 La rédaction de cette partie s’appuie en grande partie sur l’analyse du sondage « Médialocales » réalisé par la société Médiamétrie, sur la période septembre 1999-juin 2000. L’achat de ces données a été rendu possible par l’obtention d’une subvention accordée par le Conseil régional d’Aquitaine, dans le cadre de l’appel d’offre Recherche-développement 2000, pour le projet : « Audience, publics et pratiques radiophoniques en Aquitaine ».

2 Cf. Jean-Jacques Cheval, « L’audience de la radio en France », p. 185-219, in Les Radios en France, Histoire, état et enjeux, Rennes, Éditions Apogée, 1997.

3 L’Année radio 1999-2000, document Médiamétrie, 2001.

4 Une équirépartition dans le temps de l’enquête permet le lissage d’épiphénomènes pouvant être liés à des événements conjoncturels, que ce soient les effets de l’actualité courte ou bien les résultats de campagnes de promotion organisées sciemment par les stations avant et pendant les enquêtes, quand les dates de celles-ci sont connues à l’avance par les diffuseurs.

5 La DEA ne doit pas être confondue avec la Durée d’Écoute par Individu (DEI) qui désigne la moyenne du temps passé à l’écoute par l’ensemble des individus composant la population de référence, c’est-à-dire comprenant à la fois des auditeurs et des non-auditeurs.

6 La marge d’erreur statistique à 95 % est égale environ à 2 que multiplie la racine carrée du % obtenu, multiplié par son complément à 100, divisé par le nombre de personnes interrogées.

7 En 1999-2000, si les résultats publiés sur la France entière étaient issus de 75 250 entretiens téléphoniques (l’Enquête « 75 000 + Radio »), ceux publiés dans le cadre des « Médialocales » provenaient de 6 560 interviews pour l’ensemble de l’Aquitaine, 2 613 pour ce qui concernait la Gironde, 1 760 pour les Pyrénées-Atlantiques.

8 Cf. André-Jean Tudesq (dir.), 1992, L’Audience des médias en Aquitaine, Talence, Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 153 p., (Centre d’Études des Médias).

9 Sans autre précision, l’écoute de la radio en semaine désignera ici l’écoute du lundi au vendredi.

10 Pour être exact, remarquons que la comparaison est imparfaite. Dans un cas, on prend en compte la semaine du lundi au vendredi (enquête « 75 000 + »), dans l’autre la semaine du lundi au samedi (« Médialocales »), sachant que l’écoute de la radio durant le week-end est inférieure à celle des jours de la semaine.

11 Jean-Jacques Cheval, André-Jean Tudesq, 2001, « Radiodiffusion et solidarité » in Les solidarités, le lien social dans tous ses états / sous la direction de Pierre Guillaume. Colloque de Bordeaux 16-17 juin 2000, Bordeaux, Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 509 p.

12 Par son association avec Sud radio, et son contrat de régie avec IP, Wit FM ne peut être considérée comme une station tout à fait indépendante dans ses structures, ses financements, mais ses émissions sont entièrement locales. Wit FM dispose aussi d’une fréquence en Dordogne, à Périgueux.

Table des illustrations

Titre Tableau 1 - ENQUÉTES MEDIAMETRIE / MEDIALOCALES Septembre 1999 - Juin 2000 (comparaison Aquitaine – France)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/4963/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 283k
Titre Tableau 2 - ENQUÊTES MEDIAMETRIE / MEDIALOCALES Septembre 1999 - Juin 2000 (comparaison Gironde – Pyrénées Atlantiques)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/4963/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 354k
Légende Enquêtes Médiamétrie, 75 000 et Médialocales, septembre 1999-juin 2000
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/4963/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Enquêtes Médiamétrie, 75 000 et Médialocales, septembre 1999-juin 2000
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/4963/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 153k
Légende Enquêtes Médiamétrie, 75 000 et Médialocales, septembre 1999-juin 2000
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/4963/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Enquêtes Médiamétrie, 75 000 et Médialocales, septembre 1999-juin 2000
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/4963/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 137k

Auteur

jjcheval@msha.u-bordeaux.fr
Maître de conférences à l’Université Michel de Montaigne Bordeaux 3. De 2000 à 2002, chercheur CNRS en délégation au sein de l’UMR 5116 CERVL - Institut d’Études Politiques de Bordeaux. Spécialisé dans la radiodiffusion, il a publié Les radios en France, histoire, état et enjeux aux éditions Apogée (Rennes, 1997). Créateur et responsable du Groupe de Recherches et d’Études sur la Radio (GRER), il participe à la direction et à l’animation de la station locale Radio Campus Bordeaux après avoir été membre du Comité technique radiophonique de Bordeaux.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540