Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Audiences, publics et pratiques radiophoniques

 | 
Jean-Jacques Cheval

L’audience de la radio en France, un exemple de contrastes régionaux1

Arnaud de Saint-Roman

Texte intégral

  • 1 Sources : 75 000 + Laura, Janvier-Décembre 2000, lundi-vendredi, 5 h-24 h et Médialocales 2000, 5  (...)

1Les Français aiment écouter la radio. Loin de se restreindre, l’écoute de ce média rassemble des auditeurs toujours plus nombreux. En 1996, l’audience cumulée de la radio était de 79,7 % en pénétration, ce qui représentait 37 049 000 auditeurs, en 2000, la pénétration sur la population résidante de 15 ans et plus, atteignait 83,7 %, soit 39 834 000 auditeurs. Si les Français écoutent de plus en plus la radio, ils ne l’écoutent pas de façon identique selon la région, voire la ville, où ils résident. C’est ce qui ressort des enquêtes « 75 000 + Radio » et des « Médialocales » réalisées annuellement par la société Médiamétrie.

2Traditionnellement, et toutes stations de radio confondues, l’écoute est plus élevée au Nord qu’au Sud de la France. Ainsi, en 1996 par exemple, l’observation des tendances faisait apparaître une nette opposition entre les régions situées au nord de la Loire et les régions situées au sud. En pourcentage de pénétration au sein des populations considérées, les quatre régions où l’on écoutait le plus la radio se situaient au nord de la Loire : Alsace : 83,5 % ; Île-de-France 83,4 % ; Champagne-Ardenne : 82,1 % et la région Nord : 81,5 %. Quant aux six régions qui écoutaient le moins la radio, il s’agissait du Languedoc-Roussillon : 71 % ; de la Corse : 72,7 %, de l’Auvergne : 73,7 %, du Limousin : 74 % ; de Midi-Pyrénées : 76 % et de la région Provence-Alpes-Côte-d’Azur : 76,3 %.

3Cinq ans plus tard, au regard des enquêtes menées en 2000, ce contraste perdure, mais il est plus nuancé. Concernant l’écoute du média radio en général, le Sud présente toujours une audience plus faible que la moyenne nationale (83,7 %) ; c’est le cas de l’Auvergne (78,6 %), et également de la Bourgogne (80,9 %), et même de la Champagne-Ardenne (80,2 %). Si l’opposition Nord-Sud est donc moins franche que par le passé, les trois régions les plus à l’écoute du média radio restent cependant situées au nord de la Loire.

4L’Alsace (87,7 %), l’Île-de-France (87,3 %) et les Pays de Loire (87 %) présentent une audience supérieure à la moyenne nationale d’au moins trois points en audience cumulée. Les trois régions à plus faible audience se situent au moins cinq points au-dessous de la moyenne nationale, elles sont au sud de la Loire et elles figurent parmi les régions les moins consommatrices de radio sur les cinq dernières années. Il s’agit de la Corse (68,6 %), de la région Provence-Alpes-Côte-d’Azur (78,2 %) et de l’Auvergne (78,6 %). On remarquera que les deux régions où l’on a le plus écouté la radio en 2000 – l’Île-de-France et l’Alsace – sont aussi celles où l’on a le moins regardé la télévision. À l’inverse, la Corse, très assidue devant le petit écran, est moins volontiers à l’écoute de la radio.

5Des audiences équivalentes au niveau du média peuvent masquer d’importantes disparités au niveau des stations écoutées. Les disparités régionales sont quantitatives, mais aussi qualitatives ; des régions qui ont la même audience cumulée font des choix de catégories de stations différents. Globalement on constate que le service public de la radiodiffusion apparaît profondément ancré dans le paysage radiophonique français et de façon assez homogène. Cette homogénéité est encore plus forte pour les stations privées commerciales qui se caractérisent partout par une forte audience. L’écoute des radios associatives présente par contre de grandes disparités régionales.

6En 2000, les stations nationales ou locales, généralistes ou thématiques appartenant au secteur public de l’audiovisuel (France Bleu, France Inter, France Musiques, France Culture, Le Mouv’ et Urgences) enregistrent 28,3 % d’audience cumulée, soit près de 13,5 millions d’auditeurs de 15 ans et plus à l’écoute de leurs programmes. La force de Radio France s’appuie sur une présence historique nationale ancienne à laquelle est venue s’ajouter une programmation décentralisée (le réseau France bleu). Les radios publiques bénéficient d’une couverture importante en FM en disposant d’environ la moitié des fréquences disponibles. Si leur écoute n’est pas uniforme selon les lieux, les variations présentes ne sont pas très importantes. Il y a un rapport de 1 à 3 entre la plus faible audience régionale en Champagne-Ardenne et la plus forte en Limousin. Le Limousin, la Corse, la Bretagne et l’Aquitaine sont les quatre régions de France où l’on écoute le plus les radios de service public (respectivement 49,5 %, 39,1 %, 38 % et 33,8 %). Pour les trois premières, ce sont aussi les régions où l’on écoute le moins les radios privées commerciales (51,2 %, 45,5 % et 60,5 %).

7L’une des explications de ces moindres performances dans ces trois régions tient probablement au fait qu’il existe un choix plus limité qu’ailleurs en matière de radios commerciales. Les régions où l’on écoute le moins les radios de service public sont la Champagne-Ardenne (16,2 %), la Lorraine (17,5 %) et le Nord-Pas-de-Calais (19 %). À l’inverse, ces régions arrivent en tête du peloton pour les radios privées commerciales (respectivement 73,5 %, 73,1 % et 74,8 %). Peut-être faut-il y voir quelques raisons géographiques et historiques : l’émetteur d’Europe 1 est implanté dans la Sarre, celui de RTL au Luxembourg et ces trois régions ont longtemps été celles où le confort d’écoute en grandes ondes était le meilleur.

8Globalement, l’écoute des radios privées commerciales est dominante et relativement homogène sur l’ensemble du territoire. Leur audience devance partout l’audience des autres stations. C’est aussi la catégorie de radio dont l’audience est la plus stable sur le territoire. Entre la Corse créditée de la plus faible audience commerciale et le Nord-Pas-de-Calais, où elle est la plus forte, on mesure un rapport de 1 à 1,6. Dans le Nord-Pas-de-Calais leur audience cumulée est de 74,8 %, quand la moyenne nationale est de 67,7 %. Ces programmes sont également fortement écoutés en Champagne-Ardenne (73,5 %) ou en Lorraine (73,1 %). Ces trois régions sont fortement dominées par une présence importante de RTL.

9Les radios associatives, qui représentent 4 % d’audience nationale, sont celles dont l’audience varie le plus d’un lieu à l’autre de l’Hexagone. La plus forte écoute revient à l’Île-de-France (9,2 %), et la plus basse à la Haute-Normandie (0,5 %), soit un rapport de 1 à 18. L’audience élevée de ces stations en Île-de-France va bien sûr de pair avec une offre d’une richesse unique en France : plus de 35 stations associatives existent pour la seule Région Parisienne. Les deux régions où l’on écoute le plus les radios associatives, après l’Île-de-France, sont l’Auvergne (5,8 %) et la Franche-Comté (4,1 %). Par ailleurs, on constate que certaines stations à programmes religieux ont du succès au plan local. Parmi les radios associatives les plus écoutées en Île-de-France, Auvergne et Franche-Comté, on trouve trois stations de ce type. Pourquoi la Basse-Normandie, le Poitou-Charentes et la Haute-Normandie sont-elles en queue de peloton pour l’audience des radios associatives (respectivement 1,2 %, 1 % et 0,5 %) ? Sans doute, une fois encore, en raison de la rareté de l’offre dans ces régions...

10Que ce soit entre deux régions voisines, ou même entre deux villes voisines, les résultats d’audience des stations peuvent être assez contrastés, comme en témoignent les exemples suivants. Quand, en Lorraine, on choisit plutôt les radios commerciales (73,1 % en audience cumulée) et peu les radios associatives (1,5 % en audience cumulée), l’Alsace affectionne davantage les radios associatives (4 % en audience cumulée) et moins les radios commerciales (67,3 % en audience cumulée). On peut avancer pour hypothèse que les programmes associatifs locaux répondent davantage que d’autres aux particularités historiques et linguistiques de cette région frontalière.

11Comparons à présent les résultats d’audience des stations dans deux villes proches, en l’occurrence Marseille et Aix-en-Provence. À Marseille, on écoute moins la radio que la moyenne nationale (77,4 % en audience cumulée) et en Aix davantage (85,1 %). Or c’est en Aix que les 15-24 ans, les étudiants et les catégories socioprofessionnelles supérieures sont les plus nombreux – catégories qui, on le sait, apprécient particulièrement la radio. À Marseille, les radios associatives sont nombreuses et les Marseillais les écoutent volontiers (quelque neuf stations recueillent 4,7 % d’audience cumulée). En Aix, l’offre associative est plus rare, et les Aixois écoutent abondamment les radios de service public (43 %). Parmi les radios généralistes et musicales, Marseille choisit en premier lieu NRJ, quand Aix préfère France Inter. Les Marseillais sont en proportion deux fois moins nombreux à l’écoute de France Culture et de France Musiques que leurs voisins d’Aix-en-Provence.

12En Gironde, un éclairage sur les villes de Bordeaux et Arcachon peut également mettre en lumière de nombreuses différences. En 2000, la population bordelaise affichait une très forte audience de la radio. Elle était supérieure de 4 points à la moyenne nationale, mais elle était inférieure à Arcachon (82,2 %). L’écart est important également si l’on observe l’écoute des radios de service public. Radio France réalise des scores différents de près de dix points entre Bordeaux et Arcachon. En 2000, la pénétration en audience cumulée du service public était de 34,6 % sur l’agglomération bordelaise quand elle n’était que de 24,9 % à Arcachon.

13Au final, si l’offre radiophonique sur l’ensemble du territoire est remarquable, elle est aussi diversement répartie. L’audience de la radio se révèle être un phénomène très localisé. Choisir d’écouter telle radio plutôt que telle autre dépend de nombreux facteurs, au premier rang desquels l’histoire locale et la réalité de la diffusion hertzienne tant que le câble, le satellite et Internet ne se seront pas réellement « démocratisés ».

Notes

1 Sources : 75 000 + Laura, Janvier-Décembre 2000, lundi-vendredi, 5 h-24 h et Médialocales 2000, 5 h-24 h.

Auteur

aroman@mediametrie.fr
Directeur du département des études radio à la société Médiamétrie.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540