Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Audiences, publics et pratiques radiophoniques

 | 
Jean-Jacques Cheval

Un paysage radiophonique régional : les radios en Aquitaine et dans les deux départements charentais1

Nathalie Richard

Testo integrale

  • 1 Il convient de préciser que le secteur géographique de compétence du CTR de Bordeaux dépasse la ré (...)

1Afin d’apprécier le paysage radiophonique, national et régional actuel, un certain nombre d’informations paraissent indispensables. Elles seront « historiques », et présenteront les événements qui depuis 1981 ont conduit à la mise en place et l’évolution du paysage radiophonique. Elles seront qualitatives et quantitatives s’agissant des radios que l’on peut entendre en 2001 : en effet, le paysage radiophonique français est très diversifié, tant en ce qui concerne les formats que les opérateurs, nous verrons si cette diversification existe aussi en Aquitaine, Charente et Charente-Maritime. Enfin nous évoquerons quelques-unes des évolutions à venir, en particulier les évolutions technologiques.

Un peu d’histoire…

2Depuis la libéralisation des ondes en 1981, le paysage radiophonique, français et régional, a connu un grand nombre de mutations : il ne sera pas possible ici de revenir de manière exhaustive sur chacune d’entre elles, en revanche nous essaierons de retracer les grandes lignes de cette évolution pour nous attacher enfin au paysage radiophonique actuel.

3Entre le 19 avril 1983 et le 19 août 1986, dates des premières autorisations d’émettre délivrées par la Haute Autorité (qui a précédé la CNCL et le CSA), 157 projets radiophoniques se sont vu attribuer une fréquence dans le ressort du CTR de Bordeaux, à savoir :

  • 16 en Charente ;
  • 26 en Charente-Maritime ;
  • 19 en Dordogne ;
  • 41 en Gironde ;
  • 12 dans les Landes ;
  • 16 en Lot-et-Garonne ;
  • 27 dans les Pyrénées-Atlantiques.

4Il s’agissait alors de radios « associatives », par leur statut (association loi 1901) et leur mode de financement – elles avaient interdiction d’avoir recours à des ressources publicitaires, chacune d’entre elles ayant d’ailleurs bénéficié d’une subvention d’installation de 100 000 F (15 245 Euros) attribuée par la 1ère commission d’aide mise en place en février 1983.

5Très rapidement, il est apparu que les coûts occasionnés par la réalisation et la diffusion de programmes radiophoniques supposaient une diversification des ressources et que cette diversification pouvait passer par l’accès aux « marchés » publicitaires. Le secteur radiophonique va donc connaître une première évolution au travers de la loi du 1er août 1984, qui autorise le recours aux ressources publicitaires. Deux secteurs alors coexistent : le secteur commercial, au sein duquel des sociétés peuvent être autorisées et qui peut diffuser des messages publicitaires et le secteur associatif qui, parce qu’il n’a pas recours aux ressources publicitaires, bénéficie de subventions de fonctionnement. La loi du 30 septembre 1986, outre le fait qu’elle remplace la Haute Autorité par la Commission Nationale de la Communication et des Libertés (CNCL), a confirmé cette situation. La CNCL a engagé un nouveau tour de France de planification radiophonique. En pratique, elle s’est intéressée à quatre régions (Paris et l’Île-de-France, Nord-Pas-de-Calais, Rhône-Alpes et Alsace-Lorraine). Trois ans plus tard, le 18 janvier 1989, la CNCL est remplacée par une nouvelle autorité administrative indépendante, le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel (CSA).

6La loi du 18 janvier 1989 a une grande importance dans la mise en place et l’évolution du paysage radiophonique français. Tout d’abord, elle prévoit la création et mise en place des Comités Techniques Radiophoniques en région. Un décret du 7 septembre 1989, paru au Journal Officiel du 8 septembre 1989 fixe leur nombre, leur ressort géographique, le nombre de leurs membres et leurs modalités de fonctionnement. La décision du 31 mars 1992 fixe le règlement intérieur des CTR. Ils sont présidés par un membre des juridictions administratives désigné par le vice-président du Conseil d’État et comprennent des membres désignés par le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel, choisis parmi les personnalités qualifiées, notamment dans les secteurs de la planification des fréquences, des télécommunications, de la radiodiffusion sonore.

7Les CTR assurent l’instruction des demandes d’usage de fréquences et l’observation des obligations qui sont liées à ces autorisations ; ils contrôlent le respect par les titulaires d’autorisation des dispositions législatives et réglementaires auxquelles est subordonné l’usage des autorisations ; ils veillent à l’application des conventions conclues avec les opérateurs radiophoniques ; ils assurent l’information du conseil sur les questions relatives à l’exploitation des services privés de radiodiffusion autorisés dans leur ressort ; ils peuvent être amenés à représenter le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel dans leur ressort. S’agissant des trois premiers points énumérés ci-dessus – instruction des demandes de fréquences, contrôle du respect des autorisations, application des conventions – les CTR adressent des avis au C.S.A. Pour l’Aquitaine, la Charente et la Charente-Maritime, la mise en place et l’inauguration du CTR de Bordeaux eurent lieu le 27 février 1991.

8En ce qui concerne l’organisation du paysage radiophonique, la loi du 18 janvier 1989 a posé le principe des catégories de service qui se concrétise par la mise en place du communiqué 34 du CSA. Il définit cinq catégories de service :

  • la catégorie A, des services non commerciaux ;
  • la catégorie B, des services commerciaux à vocation locale indépendants ;
  • la catégorie C, des services commerciaux à vocation locale affiliés ou franchisés ;
  • la catégorie D, des services commerciaux à vocation nationale thématique ;
  • la catégorie E, des services commerciaux à vocation nationale généraliste.

9La loi du 18 janvier 1989 a également mis en place un système conventionnel. À chacune des catégories correspondent des obligations. Ces obligations forment, par catégorie, la base commune de chacune des conventions négociées avec chacun des opérateurs. Les obligations particulières et notamment les engagements en matière de programme sont négociés entre le conseil et l’opérateur ; ils alimentent principalement les annexes.

  • 2 En Aquitaine, Charente et Charente-Maritime, l’appel aux candidatures a été lancé le 15 février 19 (...)
  • 3 Ces chiffres sont indicatifs, ils résultent en effet du recoupement de différentes sources – il n’ (...)

10C’est dans le cadre des appels aux candidatures lancés à partir de 1990, région par région, que les opérateurs radio ont du s’adapter à ce nouveau cadre juridique (catégories et convention)2. À cette date, aucune nouvelle autorisation n’avait été délivrée depuis 1986. Cependant, le paysage radiophonique avait évolué et, régionalement, à la situation décrite plus haut s’était substituée la suivante : 17 fréquences étaient utilisées en Charente ; 33 en Charente-Maritime ; 28 fréquences étaient utilisées en Dordogne ; 45 en Gironde ; 16 dans les Landes ; 26 en Lot-et-Garonne et 36 dans les Pyrénées-Atlantiques. Soit au total 202 fréquences réparties entre 88 « radios locales » et 12 « radios nationales » étaient utilisées pour la radiodiffusion privée. Les 88 radios locales implantées seulement (à l’exception de Sud Radio) dans le ressort du CTR utilisaient 100 fréquences3.

  • 4 Pour le détail par départements voir tableau en annexe.

11Le 12 juillet 1991, la liste des candidats admis à concourir paraît au Journal Officiel ; ils sont 74 en catégorie A, 36 en catégorie B, 58 en catégorie C, 10 en catégorie D et 3 en E. En 1992, à l’issue de la présélection et de la négociation des conventions, le paysage radiophonique d’Aquitaine, de Charente et de Charente-Maritime se présentait de la manière suivante : 130 radios se partageaient 237 fréquences4.

En catégorie A, on compte 56 opérateurs pour 69 fréquences.
En catégorie B, 26 opérateurs pour 45 fréquences.
En catégorie C, 39 opérateurs pour 57 fréquences.
En catégorie D, 6 opérateurs pour 32 fréquences.
En catégorie E, 3 opérateurs pour 34 fréquences.

12Par rapport aux années 1983-1986, on constate une diminution du nombre d’opérateurs autorisés (-27), et une augmentation du nombre de fréquences (+80). Les impératifs économiques, techniques n’ont pas permis à tous les opérateurs de poursuivre l’aventure radiophonique. L’exigence d’un professionnalisme toujours plus important dans la réalisation des programmes, dans la diffusion a également, probablement, contribué à cette diminution. En contrepartie, ce professionnalisme a eu cette conséquence heureuse que les Français ont été et sont toujours plus nombreux à écouter le média radio. L’augmentation du nombre de fréquences est quant à lui, le résultat de la première véritable planification du paysage radiophonique d’Aquitaine, réalisée par le CSA.

13Entre 1992 et 2002, de nombreux événements sont intervenus. Le premier d’entre eux fut la modification législative de 1994 qui a apporté deux changements importants pour l’évolution du paysage radiophonique : une modification du seuil anti-concentration qui a été fixé à 150 millions d’auditeurs potentiels. Avant cette loi, un groupe dont le premier réseau national atteignait 30 millions d’auditeurs, ne pouvait développer un deuxième réseau couvrant un territoire de plus de 15 millions d’auditeurs potentiels. La loi de 1994 a également institué la procédure de reconduction hors appel aux candidatures. Les autorisations délivrées en 1992 l’ont été pour cinq années. Avant la modification législative, tous les cinq ans un appel aux candidatures devait être lancé, et les radios autorisées devaient être candidates à nouveau, au même titre que de nouveaux projets. La loi de 1994 a prévu que les autorisations délivrées pour cinq années seraient reconduites deux fois. En conséquence, une radio qui respecte les termes de son autorisation peut exister pendant quinze années avant de devoir participer à un nouvel appel aux candidatures.

Dans le ressort du CTR de Bordeaux

14Le paysage radiophonique d’Aquitaine, de Charente et de Charente-Maritime en 2001 est le résultat de plusieurs procédures et décisions depuis l’appel aux candidatures de 1991 ayant abouti aux autorisations du 1er juillet 1992. Cette première étape fut suivie de :

  • L’appel partiel du 21 février 1995 (Journal Officiel du 9 mars 1995). Les 90 candidats recevables (Journal Officiel du 25 juillet 1995) ont alors formulé 354 demandes de fréquences pour 54 fréquences planifiées (Journal Officiel du 20 juin 1996). Les autorisations ont été délivrées le 10 avril 1997. À l’occasion de cet appel, le service de la planification a pu dégager de nouvelles fréquences en ouvrant le haut de bande. En effet, en 1992, pour des raisons techniques, les fréquences n’étaient pas planifiées au-dessus de la fréquence 107 MHz, alors que la bande dévolue à la FM, se situe entre 87,5 MHz et 108 MHz. Le plan de fréquence de 1996 a ouvert l’espace entre la fréquence 107 MHz et 108 MHz, ce qui a permis de planifier 8 fréquences supplémentaires. La 107,7 MHz, une iso-fréquence utilisée pour la couverture autoroutière, fut autorisée pour la première fois dans le ressort du CTR de Bordeaux, le 12 septembre 2000.
  • La première reconduction, décision du 25 juin 1996, parution au Journal Officiel des nouvelles autorisations, le 29 juin 1997.
  • L’appel partiel du 3 juin 1997, paru au Journal Officiel du 8 juin 1997. Les 79 candidats recevables (Journal Officiel du 5 août 1997) ont formulé 231 demandes de fréquences pour 30 fréquences planifiées (Journal Officiel du 5 août 1997). Les autorisations ont été délivrées les 3 avril, 5 et 12 juin 1998.
  • L’appel partiel du 11 mai 1999, paru au Journal Officiel du 19 mai 1999. Les 34 candidats recevables (Journal Officiel du 29 août 1999) ont formulé 72 demandes de fréquences pour 13 fréquences planifiées (Journal Officiel du 4 février 2000 et 16 février 2000).

Le paysage radiophonique en Aquitaine, Charente et Charente-Maritime en 2001

15En 2001, paysage radiophonique couvert par le CTR de Bordeaux est composé de 109 opérateurs radio utilisant 275 fréquences, répartis comme suit :

En catégorie A, 50 opérateurs pour 72 fréquences.
En catégorie B, 15 opérateurs pour 44 fréquences.
En catégorie C, 29 opérateurs pour 50 fréquences.
En catégorie D, 12 opérateurs pour 68 fréquences.
En catégorie E, 3 opérateurs pour 41 fréquences.

16L’analyse de la situation de 2001 en comparaison avec celle de 1992 permet, par catégorie, de formuler les constats qui suivent.

Les services associatifs éligibles au fonds de soutien

17En catégorie A, les radios associatives non commerciales représentent près de 46 % des opérateurs autorisés dans le ressort du CTR de Bordeaux, contre 43 % en 1992. Sur les 50 associations autorisées dans cette catégorie, 34 étaient déjà existantes sur la période 1983-1986, soit 68 %. Elles ont été rejointes par de nouvelles associations au fil des appels aux candidatures. On notera notamment l’autorisation en 1997, d’O2 Radio sur l’agglomération bordelaise, alors que 2 fréquences étaient disponibles pour 19 candidats.

18Le point commun indéniable qui existe entre toutes les radios de catégorie A de notre région peut être résumé en un mot : la proximité. En effet, qu’elle soit géographique, identitaire, (communautaire ou confessionnelle) et même musicale, la radio de catégorie A entretient avec ses auditeurs des relations particulières qui s’appuient sur une proximité d’intérêts. Dans des zones très urbanisées, on trouve des radios dites « de quartiers » (par exemple Radio Pau d’Ousse dans le quartier de la Ousse des Bois à Pau, ou encore O2 Radio à Lormont et sur la rive droite de la communauté urbaine de Bordeaux). Installées dans des secteurs souvent oubliés, elles s’adressent à des populations cosmopolites et ont vocation à jouer un rôle « d’intégration », en proposant notamment des émissions bilingues.

19C’est aussi dans les grandes agglomérations que l’on va trouver des radios associatives dédiées à la musique qui tiennent leur originalité et leur succès auprès des auditeurs du fait qu’elles diffusent des musiques qui ne sont pas proposées sur les autres radios et en particulier sur les radios nationales. On peut citer ici l’exemple de Radio Sauvagine à Bordeaux qui, outre la diffusion, a développé des actions autour de la musique, en s’associant et en informant sur des spectacles vivants différents de ceux à gros budget dont les autres médias de la ville parlent. Elle a également créé un système de prêt de disques connaissant un grand succès auprès des « musicophiles » avertis.

20S’agissant des radios confessionnelles, elles sont présentes dans les agglomérations importantes du ressort du CTR, en particulier les radios du réseau RCF. On les retrouve également dans des zones rurales, par exemple Accord 16 à Confolens (16) ou Radio Espoir à Port-Sainte-Marie (47).

21Une des particularités de la région Aquitaine contribuant au dynamisme des radios de catégorie A est l’implication des radios basques dites communautaires dont la vocation, outre l’information des populations très dispersées de la Soule, de la Navarre et d’une partie du Labour, est de favoriser la diffusion de la langue et de la culture basques. On citera les trois radios, Gure Irratia (basée à Bayonne), Irulegiko Irratia (située à Saint-Jean-Pied-de-Port) et Xiberoko Botza (basée à Mauléon). Depuis de nombreuses années, elles réalisent un travail en commun, notamment en ce qui concerne la réalisation d’informations. Parmi les radios communautaires similaires, on citera également Radio Païs autorisée à Pau, Aire-sur-Adour et également sur le territoire du CTR voisin de Toulouse, dont les programmes sont fondés sur la défense de l’occitan.

  • 5 Elles sont très nombreuses et il est difficile de les citer toutes, l’auteur s’en excuse par avanc (...)

22Enfin on trouve dans cette catégorie de service, des radios dites généralistes, parfois autorisées en milieu urbain (exemples : RIG à Bordeaux, MDM à Mont-de-Marsan, Périgueux 103, La voix de la Gascogne à Dax…) mais dont la plupart diffusent en milieu rural et que l’on pourrait appeler des radios de pays. Leur proximité avec les auditeurs est géographique. Il s’agit de radios qui parlent de « chez nous », de ce qui se passe dans la commune ou dans les communes avoisinantes. Elles sont une source d’information indispensable et celles que l’on appelle pour savoir si « ce que l’on a entendu dire » est bien réel. On citera parmi elles, Radio 4, La Voix de la Vallée et Orion 87,6 (en Dordogne), Cadence Musique, Radio Hélène ou Terre Marine (en Charente-Maritime), Radio Bulle et Castel FM (en Lot-et-Garonne), Mendi Lilia et Radio Oloron (dans les Pyrénées-Atlantiques), mais aussi Radio Pons, Radio Vallée de l’Isle, Vallée Vézère, La Voix de l’Armagnac…5

Les services locaux ou régionaux indépendants

23On constate que l’érosion la plus importante en termes d’opérateurs concerne la catégorie B, c’est-à-dire celle des opérateurs radiophoniques locaux ou régionaux indépendants ne diffusant pas de programme identifié à vocation nationale. Ils étaient 26 en 1992, ils sont 15 en 2001. En revanche cette catégorie occupe encore 16 % des fréquences autorisées en 2001 (elles sont autorisées sur 44 fréquences, elles l’étaient sur 45 en 1992). Ceci s’explique notamment par le fait que certaines de ces radios autorisées ont vu leur position renforcée au fil des appels : ARL, par exemple, autorisée en 1992 sur une seule fréquence à Langon, dispose aujourd’hui de 4 fréquences.

24Certaines de ces radios présentent les mêmes caractéristiques que les radios de catégorie A. La seule différence – mais elle est de taille – est qu’elles ont opté pour un financement majoritairement publicitaire. Elles peuvent être autorisées sous forme associative. Elles diffusent sur une zone géographique dont elles représentent l’identité, ce sont des radios généralistes et de ce point de vue leurs informations sont incontournables pour leurs auditeurs. C’est le cas de Radio Côte d’Argent à Arcachon, de Fréquence Grands Lacs à Biscarosse, de Bergerac 95, de Demoiselle FM à Rochefort et sur l’Ile d’Oléron. Elles sont donc également des radios pour lesquelles la notion de proximité est particulièrement importante. Mais la catégorie B est aussi la plus hétérogène ; en particulier parce que des radios très locales y côtoient des réseaux régionaux souvent autorisés dans plusieurs CTR.

25L’exemple plus ancien dans cette catégorie est celui de Sud Radio, mais, au fil des appels aux candidatures, de nouveaux réseaux se sont constitués. La zone du CTR de Bordeaux comprenant également les deux départements de la Charente, les radios voisines du Poitou ou de Vendée, ont souhaité y étendre leur aire de diffusion : c’est le cas de Forum (dont le siège est à Poitiers) et d’Alouette (dont le siège est aux Herbiers en Vendée). À l’origine ces radios étaient très locales et laissaient une place importante à l’information de proximité : en s’étendant elles ont perdu ce caractère et diffusent maintenant une information qualifiée de régionale. En fait, elles évoquent en général les principaux événements des grandes agglomérations qu’elles couvrent et les diffusent sur l’ensemble de leur réseau : c’est ainsi qu’à La Rochelle il pourra être question de l’Aviron club nantais, ou de l’insécurité à Cholet… C’est une conséquence d’un développement, que ces radios ont justifié dans les années quatre-vingt-dix par l’obligation pour elles de réaliser des économies d’échelles ; selon elles la courbe des coûts de fonctionnement augmentait plus rapidement que la courbe des recettes publicitaires locales ou nationales. Pour éviter cette situation, il semble que certains des réseaux régionaux envisagent de revenir à plus de proximité en sollicitant du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel la possibilité de réaliser des décrochages d’informations locales selon les zones – c’est le cas de Radio Alouette.

26Enfin, on ne peut pas parler des radios de catégorie B en Aquitaine sans évoquer Wit FM, qui propose un programme de type généraliste (dit « music and news ») dans le département de la Gironde avec une extension à Périgueux. Wit FM est atypique dans le paysage radiophonique à plusieurs titres : elle réalise sur l’agglomération bordelaise des scores d’audience plus importants que la majorité des réseaux nationaux qu’ils soient musicaux ou d’information ; son programme est animé 24 heures sur 24… Sa réussite s’explique en particulier en raison de la place qu’elle consacre à l’information locale et notamment bordelaise. À l’origine, radio du club de football des Girondins de Bordeaux, elle accorde toujours une part importante de ses informations au sport et diffuse, entre autres, le commentaire des matchs du club bordelais qu’ils se jouent à domicile ou en déplacement en France et à l’étranger.

27À Bordeaux, cette radio est incontournable et du fait de sa présence et de ces résultats d’audience, il existe sur l’agglomération une saine concurrence qui conduit, certaines radios, de catégorie C notamment, à faire ici, et peut-être plus qu’ailleurs des efforts en matière de diffusion d’un programme d’informations locales de qualité.

Les services locaux ou régionaux diffusant le programme d’un réseau thématique à vocation nationale

28Le nombre de radios de catégorie C a lui aussi nettement diminué (39 opérateurs sur 57 fréquences en 1992, 29 opérateurs sur 50 fréquences en 2001). À la suite de la prise de participations majoritaires des « têtes de réseaux » au sein de sociétés locales et selon la stratégie développée par leur groupe, certaines radios ont abandonné toute exploitation locale (programme et publicité). Au fil des appels, les fréquences ont été restituées – ce fut le cas de Fun, qui dans le ressort du CTR ne dispose plus de « fréquences actives ». Cette politique est également celle de Skyrock qui, à l’issue de la procédure de reconduction en cours en 2001, ne devrait être autorisé en catégorie C que sur Bordeaux. On retrouve principalement, en effet, les radios de catégorie C sur les agglomérations les plus importantes.

29Certaines de ces radios ont dans notre région une histoire ancienne. Elles sont parfois le résultat de l’évolution d’opérateurs qui sont apparus dans les années quatre-vingt. Si on ne retrouve plus trace de cette histoire dans le nom de la radio, qui s’est peu à peu standardisé partout en France (nom du réseau + nom de la ville : par exemple NRJ Bordeaux, Europe 2 Angoulême, RTL2 Bordeaux…), il suffit parfois de se reporter au nom de la société titulaire de l’autorisation pour retrouver les origines : SARL Radio Oxygène pour NRJ Bordeaux – Radio Oxygène ayant été une des radios pionnières de l’aventure de la FM au début des années quatre-vingt –, SARL Radio Marguerite pour Europe 2 Angoulême, SARL FM Graffiti pour RTL2 Bordeaux…

30La plupart de ces radios sont aujourd’hui des filiales du groupe national dont elles dépendent (NRJ GROUP, CLT-UFA, Lagardère active Broadcast, Vortex…). Quelques-unes restent indépendantes ; c’est le cas de Chérie FM à Orthez, Chérie FM à Périgueux, NRJ Arcachon, les radios Europe 2 dont la majorité des parts est détenue par une filiale du groupe de presse Sud-Ouest, à Bordeaux, Saintes ou Angoulême… Cette indépendance présente l’avantage pour ces radios de pouvoir diffuser des émissions qu’il n’est pas possible d’entendre sur les filiales – par exemple les matchs de basket de l’équipe Pau-Orthez sur l’antenne de Chérie FM Orthez ; une émission animée localement pendant une grande partie de la journée du samedi sur NRJ Arcachon ; une émission donnant les résultats sportifs du week-end, le dimanche en fin d’après midi, sur Europe 2 Angoulême…

Les services thématiques et généralistes à vocation nationale

31Sans conteste, les bénéficiaires des évolutions de la bande FM sont les radios de catégorie D ; le nombre d’opérateurs et le nombre de fréquences ont été multipliés par 2 entre 1992 et 2001. Ils étaient 6 opérateurs autorisés dans le ressort du CTR de Bordeaux en 1992, ils sont 12 en 2001, ils diffusaient sur 32 fréquences en 1992, ils diffusent sur 68 fréquences en 2001. Ces radios thématiques à vocation nationale contribuent à la diversité et présentent un réel intérêt pour les auditeurs, qu’ils s’intéressent à la musique classique, au Rap, au Rock, à la musique des années soixante-dix, aux « hits » actuels, à l’information…

32Les trois radios généralistes nationales de catégorie E, c’est-à-dire des stations anciennement qualifiées comme radios périphériques : Europe 1, RMC et RTL, ont également bénéficié de ces évolutions. Elles ont profité des différents appels à candidature et de l’augmentation du nombre de fréquences planifiées dans le ressort du CTR bordelais pour étendre leur zone de couverture. En 1992, elles utilisaient 34 fréquences, en 2001, elles sont autorisées sur 41 fréquences.

Et pour demain…

33Actuellement le CSA procède à la deuxième reconduction des autorisations qui ont été délivrées en 1992 et à la première reconduction des autorisations qui ont été délivrées en 1997. Les unes et les autres arrivent respectivement au terme de 10 ou 5 ans, le 1er juillet 2002 ou le 10 avril 2002. Certaines radios ne seront pas reconduites, soit parce qu’elles renoncent à la reconduction, soit parce qu’elles ne répondent plus aux critères de la loi, soit encore parce qu’il n’a pas été possible de signer de convention en l’absence d’accord entre l’opérateur et le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel à la suite de négociations.

34À ce sujet la loi du 1er août 2000 inscrit de nouveaux critères en ce qui concerne la procédure de reconduction. Ils sont maintenant au nombre de cinq, les autorisations seront donc reconduites sauf :

  • si l’État modifie la destination de la ou des fréquences ;
  • si une sanction, une astreinte liquidée, ou une condamnation dont le titulaire à fait l’objet, est de nature à justifier que cette autorisation ne soit pas reconduite hors appel aux candidatures ;
  • si la reconduction de l’autorisation hors appel aux candidatures est de nature à porter atteinte à l’impératif du pluralisme sur le plan national ou sur le plan régional et local ;
  • si la situation financière du titulaire ne lui permet pas de poursuivre l’exploitation dans des conditions satisfaisantes ;
  • si le service de radiodiffusion sonore ne remplit plus les critères propres à la catégorie pour laquelle l’autorisation a été accordée.

35Une partie des autorisations a déjà été reconduite, d’autres sont en cours d’examen. À l’issue de cette procédure, un certain nombre de fréquences fera l’objet d’un appel aux candidatures et le paysage radiophonique du ressort du CTR de Bordeaux évoluera de nouveau…

36En 2007, si les textes n’ont pas à nouveau évolué, nous arriverons au terme des 15 années pour les radios qui ont été autorisées en 1992 : chacune d’entre elles, si elle souhaite poursuivre l’exploitation radiophonique, devra se soumettre à la procédure de l’appel aux candidatures, la mise en concurrence sur les fréquences concernées s’appliquera à chaque opérateur, qu’il soit local ou national, « associatif » ou commercial. D’ici là, le paysage radiophonique d’Aquitaine et des deux départements de la Charente ne se limitera peut-être plus seulement à la modulation de fréquence… De nombreux défis devront être relevés par les opérateurs radio – et notamment les défis technologiques, en particulier le numérique qu’il s’agisse de production ou de diffusion. Quoi qu’il en soit les évolutions à venir devront se réaliser dans le respect de deux impératifs qui peuvent paraître antinomiques : la stabilité dans la diversité des formats et des opérateurs tout en permettant des évolutions aux acteurs du paysage radiophonique régional, évolutions nécessaires afin d’éviter que le secteur ne se sclérose.

Allegati

Annexes

Tableau 1 - Répartition des fréquences et des catégories de radios privées dans le ressort du Comité Technique Radiophonique de Bordeaux en 1992 (en unités et en pourcentages)

Tableau 1 - Répartition des fréquences et des catégories de radios privées dans le ressort du Comité Technique Radiophonique de Bordeaux en 1992 (en unités et en pourcentages)

CTR de Bordeaux, 1992 : Nombre d’opérateurs par catégories

CTR de Bordeaux, 1992 : Nombre d’opérateurs par catégories

CTR de Bordeaux, 1992 : Répartitions des fréquences par catégories

CTR de Bordeaux, 1992 : Répartitions des fréquences par catégories

CTR de Bordeaux, 1992 : Répartitions des fréquences par départements

CTR de Bordeaux, 1992 : Répartitions des fréquences par départements

Tableau 2 - Répartition des fréquences et des catégories de radios privées dans le ressort du Comité Technique Radiophonique de Bordeaux en 2001 (en unités et en pourcentages)

Tableau 2 - Répartition des fréquences et des catégories de radios privées dans le ressort du Comité Technique Radiophonique de Bordeaux en 2001 (en unités et en pourcentages)

CTR de Bordeaux, 1992 : Répartitions des fréquences par départements

CTR de Bordeaux, 1992 : Répartitions des fréquences par départements

CTR de Bordeaux, 1992 : Répartitions des fréquences par catégories

CTR de Bordeaux, 1992 : Répartitions des fréquences par catégories

CTR de Bordeaux, 1992 : Répartitions des fréquences par départements

CTR de Bordeaux, 1992 : Répartitions des fréquences par départements

Note

1 Il convient de préciser que le secteur géographique de compétence du CTR de Bordeaux dépasse la région Aquitaine et concerne également la Charente et la Charente-Maritime. Les informations développées concerneront donc les 7 départements du ressort du CTR.

2 En Aquitaine, Charente et Charente-Maritime, l’appel aux candidatures a été lancé le 15 février 1991 (parution au Journal officiel du 23 mars 1991).

3 Ces chiffres sont indicatifs, ils résultent en effet du recoupement de différentes sources – il n’y a pas à cette époque d’état exhaustif de la situation radiophonique d’un secteur.

4 Pour le détail par départements voir tableau en annexe.

5 Elles sont très nombreuses et il est difficile de les citer toutes, l’auteur s’en excuse par avance.

Indice delle illustrazioni

Titolo Tableau 1 - Répartition des fréquences et des catégories de radios privées dans le ressort du Comité Technique Radiophonique de Bordeaux en 1992 (en unités et en pourcentages)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/4951/img-1.jpg
File image/jpeg, 154k
Titolo CTR de Bordeaux, 1992 : Nombre d’opérateurs par catégories
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/4951/img-2.jpg
File image/jpeg, 43k
Titolo CTR de Bordeaux, 1992 : Répartitions des fréquences par catégories
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/4951/img-3.jpg
File image/jpeg, 48k
Titolo CTR de Bordeaux, 1992 : Répartitions des fréquences par départements
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/4951/img-4.jpg
File image/jpeg, 60k
Titolo Tableau 2 - Répartition des fréquences et des catégories de radios privées dans le ressort du Comité Technique Radiophonique de Bordeaux en 2001 (en unités et en pourcentages)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/4951/img-5.jpg
File image/jpeg, 146k
Titolo CTR de Bordeaux, 1992 : Répartitions des fréquences par départements
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/4951/img-6.jpg
File image/jpeg, 44k
Titolo CTR de Bordeaux, 1992 : Répartitions des fréquences par catégories
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/4951/img-7.jpg
File image/jpeg, 47k
Titolo CTR de Bordeaux, 1992 : Répartitions des fréquences par départements
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/4951/img-8.jpg
File image/jpeg, 63k

Autore

ctr.bordeaux@csa.fr
Secrétaire générale du comité technique radiophonique (CTR) de Bordeaux depuis 1993. Elle a travaillé auparavant au service des radios du CSA, puis au CTR de Lille. Elle est titulaire d’une maîtrise en droit des techniques de communication et d’un diplôme de troisième cycle, le magistère en droit des techniques de communication, délivré par la faculté de Droit de Poitiers en 1990.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2005

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540