Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Audiences, publics et pratiques radiophoniques

 | 
Jean-Jacques Cheval

Préface

André-Jean Tudesq

Texte intégral

1Si la télévision apparaît aujourd’hui en France comme le média dominant, attirant le plus l’attention de l’opinion publique, la radio, loin de connaître le déclin qui a parfois été prédit a connu une nouvelle jeunesse avec la libéralisation des ondes de 1981. La diversité des stations permet une plus grande pluralité des publics, plus actifs aussi que celui de la télévision. Le colloque international organisé, le 30 novembre 2001 à la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, par le Groupe de Recherches et d’Études sur la Radio et Jean-Jacques Cheval, sur le thème « Audiences, publics et pratiques radiophoniques » a pu dresser opportunément un état de la radio et aussi un état partiel des recherches sur ce média, vingt ans après l’arrivée des radios privées dans le paysage radiophonique français. Les actes de cette rencontre qui sont présentés dans ce volume témoignent bien de son actualité, de sa richesse et de sa diversité en Aquitaine, en France et ailleurs.

2En premier lieu est dressée la situation de la radio en Aquitaine, et dans les deux départements Charente et Charente-Maritime qui lui sont joints dans le ressort du Comité technique radiophonique de Bordeaux, par Nathalie Richard, secrétaire générale du CTR de Bordeaux. Afin d’apprécier le paysage radiophonique français actuel et, à travers lui, le paysage radiophonique régional, elle donne le rappel des étapes marquantes de l’histoire récente de la radio en France et des informations quantitatives et qualitatives, indispensables à la compréhension de son évolution. Nathalie Richard fait notamment ressortir l’importance numérique des radios associatives (46 % des radios de la région CTR de Bordeaux). Et si en proportion, leur audience est plus réduite, elle souligne combien les radios associatives de catégorie A, entretiennent des relations particulières avec leurs auditeurs, qui s’appuient sur des proximités d’intérêts.

3Arnaud de Saint Roman est directeur du département des études d’audience radiophonique au sein de la société Médiamétrie qui s’est imposée en France comme la référence incontournable pour la mesure quantitative de l’audience des médias audiovisuels. Dans sa communication, il souligne les contrastes régionaux de l’audience de la radio en France et même des contrastes entre des villes voisines. L’audience de ce média se révèle être un phénomène très localisé, écrit-il. Choisir d’écouter telle radio plutôt que telle autre dépend de nombreux facteurs au premier rang desquels figurent l’histoire locale et la réalité de la diffusion hertzienne et donc les choix qui se présentent aux auditeurs à travers l’offre de programmes sur chaque zone.

4En Aquitaine justement, les enquêtes considérées, et principalement le sondage « Médialocales » réalisé par la société Médiamétrie, sur la période septembre 1999-juin 2000, analysées par Jean-Jacques Cheval, maître de conférences à l’université Michel de Montaigne et responsable du GRER, qui était alors placé en délégation auprès du CNRS, permettent de dégager des comportements sensiblement différents selon les départements et des constantes aussi : ainsi la permanence d’une plus grande écoute des radios publiques qu’ailleurs en France. France Inter demeure en Aquitaine la station la plus écoutée. L’examen plus particulier de l’audience de la radio sur les départements de la Gironde et des Pyrénées-Atlantiques témoigne là aussi de particularités et de diversités et dans le même temps, à l’instar d’une tendance nationale, de la concentration du marché des audiences de la radio.

5Complétant ce point de vue aquitain, une étude régionale, limitée à un espace linguistique, porte sur les radios communautaires en Pays Basque. Pascal Ricaud, maître de conférences à l’Université de Tours, analyse leurs succès tant dans leurs programmes que dans le travail en commun, les liens de proximité, les réseaux solidarités que ces radios tissent dans les vallées basques françaises, toute chose contribuant à la création d’un espace médiatique transfrontalier.

6À côté de la situation française et régionale dressée par les quatre premières communications, la radio est aussi approchée dans d’autres pays. Pour ce qui concerne la Belgique, Frédéric Antoine, Professeur au département de communication de l’Université catholique de Louvain, présente les différentes méthodes de mesure d’audience et expose l’originalité des méthodologies employées (interviews ou carnets d’écoute, appel à la mémoire ou participation active…). Elles ne sont manifestement pas sans incidences et influent sur des résultats qui présentent des dissemblances selon que l’une ou l’autre ait été utilisée. Frédéric Antoine pointe aussi les relations étroites entre organismes de sondage, entreprises audiovisuelles publiques et privées et leurs régies publicitaires. C’est une situation qui évolue puisque la mise en place d’une méthode unique de mesure de l’audience, de type « radio control », est envisagée en Belgique.

7D’un autre point de vue, Peter M. Lewis, chercheur associé à la London School of Economics, créateur et dirigeant d’un réseau d’universitaires et de chercheurs travaillant sur la radio en Grande-Bretagne, le Radio Studies Network, propose également une réflexion sur les méthodes d’observation et d’évaluation des radios communautaires. L’étude des méthodes d’évaluation présente les critères élaborés par la Radio Authority qui concède les licences d’émission au Royaume-Uni ; les interrogations posées par l’association des radios communautaires en Colombie ; l’approche irlandaise ; les méthodes d’évaluation utilisées dans plusieurs pays d’Afrique et un projet en ce sens élaboré pour une expérience de radio et de télé centre communautaire au Sri Lanka. Il s’agit donc d’une approche résolument comparative de cette question pour laquelle Peter Lewis prône une démarche ethnologique inspirée des méthodes d’observation et d’évaluation participantes utilisées dans les pays en voie de développement pour mesurer les actions engagées.

8L’étude consacrée à l’Espagne par Manuel Chaparro Escudero, professeur à l’Université de Malaga en Espagne et fondateur de l’association des radios municipales d’Andalousie (EMA-RTV), nous présente un tableau des évolutions de la radiodiffusion espagnole depuis la transition démocratique, caractérisées par une concentration autour de grandes chaînes nationales. Elle porte aussi sur les radios locales qui, à défaut d’autres possibilités, adoptent dans ce pays la forme de radios municipales, particulièrement présentes en Catalogne et en Andalousie où se sont constitués des réseaux de services. En Andalousie, elles ont mis en place un réseau communautaire par satellite. Face aux stations régionales et nationales, peu considérées par les autorités, les stations municipales espagnoles n’en constituent pas moins, selon l’auteur, une alternative à la globalisation de la communication.

9Se tournant en priorité vers les pratiques, la communication d’Amadou Ba, journaliste et docteur en Sciences de l’Information et de la Communication, porte sur les radios de proximité en Afrique de l’Ouest où, comme sur l’ensemble de l’Afrique subsaharienne, la radio reste le média le plus répandu et le principal moyen de communication sociale. Il dresse un panorama de ces radios récentes, pour lesquelles la libéralisation des ondes reste encore une idée neuve. Elle témoigne d’un dynamisme qui s’oppose au monolithisme longtemps de mise. En établissant une typologie des stations, il pose le problème du rôle de ces radios comme acteurs de la vie politique et promoteurs des identités culturelles.

10Un autre volet des communications présentées concerne les pratiques radiophoniques de catégories particulières d’auditeurs. Hervé Glévarec, chargé de recherche au CNRS, analyse les liens des adolescents avec des émissions des radios qu’ils écoutent, les plus connues étant : Fun radio, Skyrock, le Mouv’... À partir d’une enquête menée auprès d’adolescents de 15 à 16 ans sur les agglomérations de Lille et de Toulouse l’auteur observe que ces « radios jeunes » par leurs discours et l’interactivité qu’elles proposent sont à l’origine d’un espace social relativement spécifique où les règles ne sont pas l’éducation, ni la morale mais la relation d’expériences révélant une forme contemporaine de lien social. Dans ce qui peut constituer un parallèle générationnel, Jean-Claude Domenget, doctorant, s’est pour sa part intéressé aux auditeurs plus âgés, en étudiant les pratiques radiophoniques des retraités. S’appuyant sur des études de cas, il rapporte les habitudes routinières et les temps forts de l’écoute de la radio par ses interlocuteurs, les unes et les autres se différenciant par la valeur que les usagers accordent à leurs pratiques. Les deux auteurs adoptent une posture sociologique interprétative et compréhensive, laissant une large place à la parole de ceux, jeunes et vieux, qui écoutent la radio. Résultats d’une enquête longue pour l’une, d’une étude de cas plus restreinte mais prospective pour l’autre, les témoignages recueillis permettent de dégager le sens donné aux usages de la radio et comment, au bout du compte, à travers l’adolescence, le passage à la retraite, le veuvage, ce média de flux ininterrompu s’insère au fil des âges, à la fois dans la brièveté du quotidien et le long temps de la vie.

11D’autres études portent sur des types d’émissions spécifiques pour connaître leur public. Claude Sorbets, directeur de recherche au CNRS et directeur d’un laboratoire de recherche en sciences politique à l’IEP de Bordeaux, le CERVL, s’est penché sur les émissions de nuit. À travers la déambulation ethno-méthodologique d’un « promeneur » radiophonique, au fil d’une écoute qui n’est ni systématique ni structurée, mais impressionniste annonce son auteur, celui-ci cherche à repérer un certain nombre de dimensions phénoménales des émissions radiophoniques la nuit, les dispositifs d’animation, les postures d’écoute et les règles qui régissent les prises de parole dans ces circonstances. La radio peut alors devenir un révélateur critique de notre société

12Dans un colloque portant surtout sur l’écoute radiophonique mais aussi sur les pratiques, la technique et le travail des professionnels de la radio ne pouvaient être absents : les deux dernières communications nous ramènent vers le cadre régional tout en ouvrant la perspective des nouvelles technologies. Après en avoir rappelé l’historique, Michel Triboy, responsable du secteur radio et nouvelles technologies du Département d’Enseignement à distance de l’université Michel de Montaigne Bordeaux 3, présente les nouvelles directions prises par l’utilisation d’un type de radiodiffusion mis au service de l’enseignement universitaire à distance. Les outils numériques, tant dans les conceptions éditoriales que dans les réalisations techniques, modifient les conditions de conception et de réalisation des programmes. Pour autant les objectifs restent les mêmes : dans un souci conforme aux politiques d’aménagement du territoire, il s’agit d’utiliser la radio pour que les points touchés par les ondes deviennent des lieux de travail universitaire et de modeler le son pour contribuer à lui donner une force pédagogique. Avec l’auteur, on pourrait simplement regretter, qu’à ce jour, une seule université en France, l’université Michel de Montaigne à Bordeaux en l’occurrence, continue institutionnellement de miser sur la radiodiffusion d’un programme pédagogique et culturel régulier.

13Jean-François Brieu et Gaël Le Dantec, maîtres de conférences à l’IUT de journalisme de Bordeaux, étudient quant à eux, l’information radiophonique au temps du numérique en se plaçant du point de vue des journalistes de la station locale publique France Bleu Gironde à Bordeaux. Quelques années après l’introduction des technologies numériques de reportage et de production, entre nostalgie, constat réel et potentialités encore à exploiter, ils dressent un état des lieux des pratiques professionnelles radiophoniques à partir des témoignages de ceux qui vivent de l’intérieur la « révolution digitale ».

14Il ressort de ces différentes études tout d’abord que la radio conserve un public important et l’importance de son audience parmi les jeunes est un gage pour l’avenir. Dans le paysage médiatique actuel, la radio présente le plus large éventail des possibilités : sur un même poste récepteur, on peut écouter des radios internationales aussi bien que nationales ou locales. Le lien avec l’auditeur par le couplage déjà ancien entre la radio et le téléphone est renforcé dans les radios de proximité mais aussi avec les radios nationales. C’est un rapport qui n’existe pas à la télévision et très peu avec la presse écrite. La radio qui reste le média le plus répandu au niveau mondial est aussi celui qui s’adapte le mieux à l’évolution technique et aux changements de société, ainsi sa relation avec Internet, son adaptation au multiculturalisme... Au moment où la décentralisation semble devoir progresser en France, non sans rapport avec ce qui se passe dans le reste de l’Europe, il serait intéressant de suivre les comportements des radios dans cette évolution.

Auteur

ajtudesq@msha.u-bordeaux.fr
Professeur émérite de l’Université Michel de Montaigne Bordeaux 3 où il a enseigné l’histoire contemporaine et les Sciences de l’Information et a fondé le Centre d’Études des Médias (CEM). André-Jean Tudesq a publié de nombreux livres et articles sur l’histoire des moyens d’information, la presse et la radio, les médias en Afrique, domaine sur lequel il poursuit des recherches. Son dernier ouvrage s’intitule : L’Afrique parle, l’Afrique écoute, les radios en Afrique subsaharienne, Paris, Karthala, 2002.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540