Version classiqueVersion mobile

Sociologie de la transphobie

 | 
Arnaud Alessandrin
, 
Karine Espineira

Conclusion

Qui a peur des transidentités ?

Texte intégral

1Les chiffres de ce rapport sont sans appel. Ils soulignent l’urgence d’une prise en compte réelle de la transphobie dans l’ensemble des théâtres où elle se déploie. Les mesures législatives, mais également les incitations à la formation – dans les milieux médicaux, universitaires, professionnels et ou médiatiques – ne peuvent plus attendre. Chaque contrainte administrative, chaque acte transphobe, chaque maltraitance médicale ou médiatique ampute encore un peu plus la citoyenneté réduite des personnes trans. L’absence de chiffres a longtemps écartée la question trans et l’approche de la discrimination – la transphobie – d’un traitement sérieux de la part des pouvoirs publics. Les différentes enquêtes menées depuis 2009 jusqu’à aujourd’hui, qu’elles s’intéressent à la médiatisation des personnes trans, à leur sexualité, à leur santé, à leur inscription ou émancipation dans des protocoles, etc., ont toutes mis à jour une maltraitance : sociale, médiatique, médicale, institutionnelle et culturelle au sens large. Cette maltraitance porte le nom de transphobie. Les chiffres, les témoignages et les expériences partagées par les acteurs de terrain depuis plus de vingt ans non seulement plaident en ce sens, mais le démontrent.

2Les remèdes contre la transphobie se déclinent tout au long du rapport transphobie dont nous avons été les rapporteur.e.s en 2014. Nous avons repris ces recommandations dans cet ouvrage tout en soulignant qu’elles sont synthétisées dans les revendications des associations (OUTrans, Chrysalide, Acceptess, ANT, entre autres) et des collectifs (Existrans, STS, entre autres). Il convient dorénavant, non seulement d’écouter les acteurs de la lutte contre la transphobie, mais de les associer afin de proposer une nouvelle ouverture politique en faveur des droits des trans.

3Dans cette perspective, la question des solidarités et des alliances se décline de nouveau. Alors qu’on pourrait assez aisément faire le constat que les mouvements « LGBT » furent rarement des mouvements pour les « T », la question de la visibilité des questions trans est urgemment posée. Isolément, en tant que facteur de discrimination, la transphobie exige toute sa place dans le paysage des luttes contre les discriminations LGBT. En lien avec les autres, il conviendra aussi de discuter d’homophobie, de sexisme et de transphobie dans un même mouvement, là où ces sujets sont trop souvent séparés, voire opposés. Nous pourrions dire également qu’il s’agit là bel et bien d’un débat intersectionnel. Mais sans employer les gros mots de la sociologie, disons déjà que si nous juxtaposons les expériences et les témoignages, si nous montrons que la transphobie n’est pas « moins grave » mais qu’à l’inverse elle demeure impensée, alors nous avons progressé. En effet, combien de personnes trans ont été conjointement victimes d’homophobie et de transphobie ? Combien d’autres ont été la cible de quolibets en fonction de leur genre, et non uniquement de leur orientation sexuelle réelle ou supposée.

  • 1 Cervulle Maxime, Dans le blanc des yeux, Paris, Éditions Amsterdam, 2013.

4Surtout, les débats actuels ont redistribué les cartes des alliances entre féministes et mouvements LGBT, sur des sujets comme le mariage – trop familialiste pour certains féminismes – la GPA ou la prostitution… Pour les dire autrement, les alliances passées sont à reconsidérer. Le matérialisme des uns n’est plus celui des autres, et il en découle des agendas bien souvent disjoints et finalement conflictuels. La question trans n’est pas en reste dans ces polémiques. Combien de féministes ont récemment pris la parole pour considérer que les femmes trans, opérées ou non, étaient encore des hommes ? Ou bien que, socialisées comme des hommes, elles gardaient chevillé en elle, ce privilège du masculin, oubliant au passage qu’une socialisation n’est jamais automatique et que les privilèges sont attaquables, y compris par ceux-là mêmes qui en bénéficient (même si c’est rare…). Maxime Cervulle aura par exemple montré combien il est compliqué pour les « blancs » de conscientiser leur blanchité et sont, par conséquent, ignorants du privilège de l’être1.

5Ce qui ne signifie pas que la transphobie et le sexisme soient définitivement entremêlés, qu’il faille à chaque fois les lire conjointement. À l’inverse, un séparatisme abrupt n’aurait pas de sens. Il convient donc d’épouser un mouvement. D’une part, poursuivre nos efforts dans une meilleure visibilité des actes transphobes pour mieux les combattre. D’autre part, interconnecter les problématiques trans avec celles qui lui sont proches.

  • 2 Fraisse Geneviève, Les Excès du genre. Concept, image, nudité, Paris, Éditions Lignes, 2014.

6Mais comment, concrètement, lutter contre la transphobie ? L’histoire récente des mouvements de lutte contre la discrimination a emprunté trois voies qui, jusque-là, ne semblent pas avoir totalement porté leurs fruits. La première consiste, comme nous le faisons ici, à investir le domaine juridique. Le front du droit, l’espace des lois, est décisif. Les exemples du mariage pour tous et, avant lui, du droit à l’avortement montrent combien de vies se trouvent libérées en présence d’un droit les protégeant. Toutefois, le droit ne fait pas tout. Et la persistance des inégalités salariales entre hommes et femmes le montre bien. Le droit est une force statique si l’on ne prend pas garde à constamment le tenir éveillé et conquérant. La seconde voie empruntée par les militants se situe du côté des pratiques subversives. Ici ce sont les espaces symboliques et corporels qui sont mobilisés afin de perturber les représentations et, peut-être, faire plier le réel afin d’y loger des vies, jusque-là tues ou opprimées. Cette micro-politique de visibilité et de lutte est d’une importance capitale si l’on s’intéresse aux instants et aux espaces qui rendent possible l’expression de corps, de désirs mais également d’une parole, dans l’entre soi positif des lieux non mixtes notamment. Toutefois, c’est bien souvent l’alliance entre les pratiques subversives ou jugées comme telles et les mouvements de droits qui s’observe sur le terrain de la lutte contre les discriminations. Depuis quelques années, comme le souligne Geneviève Fraisse2, un troisième terrain de lutte apparaît. Il se focalise sur la lutte contre les stéréotypes et s’engage dans un combat contre le moindre d’entre eux. Ici, le hors-champ des contre-modèles est constitutif du champ qui l’a mis à l’écart. De ce point de vue, la lutte contre les stéréotypes de genres, y compris ceux appliqués aux personnes trans, apparaît comme une voie très suivie.

7C’est pourquoi la lutte contre la transphobie ne saurait ne dessaisir de l’une ou de l’autre des propositions offertes par les mouvements associatifs et militants. C’est l’ensemble des fronts qui, activés simultanément, pourront faire de la question trans, une question reconnue, défendue et légitime.

8Enfin, cette étude pose également, par ses limites intrinsèques, les bases programmatiques de nouvelles recherches. On pourra souligner ici quelques pistes, lancées dans l’espoir que d’autres équipes de recherches françaises ou que d’autres masterant.e.s, doctorant.e.s, s’en emparent. La question de l’âge est l’une d’entre elles. Qu’en est-il du vieillir trans ? La surreprésentation des jeunes trans dans cette enquête, ne nous permet pas d’enquêter sur le vécu des personnes trans âgées. Du côté des opérations, comme de l’accumulation de discriminations passées, l’expérience du vieillissement dans la population trans reste à investiguer. La question de la transphobie mériterait elle-aussi de s’enrichir d’analyses complémentaires relatives aux différences entre hommes et femmes trans, ainsi que d’obtenir de nouvelles données afin de comparer les expériences en fonction des catégories sociales et professionnelles. Les trans cadres vivent-elles/ils les mêmes formes de discriminations que les trans ouvrier.e.s ? Certainement que des différences pourraient être éclairées. Enfin, les focus sur les personnes trans racialisées et/ou migrantes nécessitent d’être travaillées en tant que telles.

9On le voit bien, ce livre ne se termine pas sur un point final. Il incite au contraire à poursuivre le plus largement possible les recherches sur l’ensemble des figures trans ainsi que sur leurs expériences à la fois communes et singulières.

Notes

1 Cervulle Maxime, Dans le blanc des yeux, Paris, Éditions Amsterdam, 2013.

2 Fraisse Geneviève, Les Excès du genre. Concept, image, nudité, Paris, Éditions Lignes, 2014.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search