Version classiqueVersion mobile

Sociologie de la transphobie

 | 
Arnaud Alessandrin
, 
Karine Espineira

Chapitre 6. Focus sur…

Texte intégral

La politique de santé et les transidentités

  • 1 Lien DTC : http://transetvih.org/dtc/ ; lien GATF : http://chrysalidelyon.free.fr/gatf/
  • 2 Hacher Nicolas, « ARV et hormones ches les trans’ », revue Transcriptases, no 130, 2006. Disponibl (...)
  • 3 Yeni Patrick, Prise en charge des personnes infectées par le VIH, La documentation française, 2012
  • 4 HAS, Évaluation des conditions de prises en charge médicale et sociale des personnes trans et du t (...)
  • 5 http://www.actupparis.org/spip.php?article2281
  • 6 Keller Kimberly, « Transgender health and VIH », BETA, 21, 4, pp. 40-50, 2009 ; De Santis Joseph, (...)
  • 7 Giami Alain, Beaubatie Emmanuelle, Le Bail Jonas, « Caracteristiques socio-démographiques, identif (...)
  • 8 Observatoire des transidentités, « Entretien avec Aides », Cahiers de la transidentité, vol. 1, Pa (...)

1À l’image de l’invisibilité ou du mauvais traitement de la question trans dans les médias, on retrouve sur les questions liées à la prévention, une absence de visibilité des trans. En compensation, les activistes trans ont eux-mêmes proposé des supports de prévention et de sensibilisation, notamment sur la question du VIH. C’est à cet effet que les associations OUtrans et Chrysalides ont alors proposé des supports en direction des personnes concernées et de leurs partenaires. L’association OUtrans publie ainsi son fascicule DTC (Dickclit et T claques) qui regorge de conseils safe sexe. L’association Chrysalide fait de même avec son site Internet « Gare à tes fesses » qui fait suite au fascicule « La transidentité et la réduction des risques » (2010)1. Les associations de lutte contre le sida (AIDES, Act Up) s’emploient aussi à diffuser et soutenir ces initiatives. Ainsi, l’article « Sida, les trans en première ligne » sur le site d’Act Up rappel que les premières études sur la question ont été menées en Italie en 1991 et aux États Unis en 1992. Pourtant, les demandes d’études épidémiologiques sur la prévalence du sida dans la population trans française sont jusqu’à récemment restées sans retour. On notera quelques exceptions : l’article de Nicolas Hacher2 (2006), ainsi que les rapports Yeni3 (2010) et de la HAS4 en 2009. L’association Chrysalide écrit sur ce sujet : « En 2009, il y a eu 7 000 à 8 000 nouvelles contaminations au VIH en France, mais combien de trans ? Aucun chiffre ! ». Hélène Hazera, militante trans à Act Up, publie en 2005 un texte resté célèbre pour avoir dénoncé « l’obscurantisme médical français » qui se ferait « complice de la pandémie ». Intitulé La communauté du silence5, elle y souligne l’absence de prise de conscience autour de la question du sida chez les trans. Alors qu’à l’étranger les études sont nombreuses6 (K. Keller, 2009 ; J. De Santis, 2009 ; V. Namaste, 2005), en France il a fallu attendre 2010 et l’étude de l’INSERM dirigée par Alain Giami pour avoir quelques résultats : « Le taux de dépistage du VIH est important dans la population trans » écrit-il : « 82,5 % des MtF et 63,6 % des FtM ont déclaré avoir fait le test au moins une fois dans leur vie et 32,3 % des FtM et 39,2 % des MtF déclarent en avoir fait un au cours des douze derniers mois. La prévalence du VIH/sida dans l’échantillon est fortement différenciée selon le sexe de l’état civil à la naissance, puisqu’aucun FtM n’a déclaré être porteur du VIH. Elle s’élève à 6,9 % parmi les MtF ayant déjà réalisé un test de dépistage du VIH. Parmi les MtF ayant déjà eu recours au travail du sexe, 17,2 % sont séropositives. Précisons que 20,6 % des MtF ont déjà pratiqué le travail du sexe au moins une fois dans leur vie, ainsi que 12,5 % des FtM. Par ailleurs, 10,9 % des MtF nées à l’étranger sont séropositives7. » (Giami, Beaubatie, Bail, 2011). Aujourd’hui, la question de la contamination chez les personnes trans n’est plus uniquement celle de l’invisibilité, c’est aussi celle de la vulnérabilité, comme l’explique Fred Bladou dans une interview accordée à l’Observatoire des transidentités (juin 2011) : « Comme pour tout le reste, les trans’restent bien souvent les oubliés des études. Si on veut des politiques efficaces, il faut d’abord qu’ils aient des droits, que la prise en charge soit humaine, soit éthique, il faut qu’ils aient accès à l’emploi. Il faut qu’ils et elles puissent vivre correctement avec des droits que n’importe quel autre citoyen dans ce pays. Et ce n’est pas du tout le cas aujourd’hui. Parmi les populations trans certain-e-s cumulent des facteurs de vulnérabilité8. »

Graphique - Éstimez-vous que les personnes trans sont prises en compte dans les politiques de prévention VIH/MST, de manière :

Graphique - Éstimez-vous que les personnes trans sont prises en compte dans les politiques de prévention VIH/MST, de manière :

2Ainsi, nous avons tenté de savoir quel regard portaient les trans sur les politiques ou l’absence de politique VIH/MST mises en place les concernant. Les réponses sont, là encore, sans appel. 92 % des sondés se disent pas satisfaits ou pas du tout satisfaits de la prise en compte politique des questions de VIH/MST à destination les personnes trans. À l’image d’autres maladies (le cancer, etc.), les trans restent prisonniers d’interprétations plus psychiatriques que globales concernant leur santé.

Les personnes trans travailleurs/ses du sexe

  • 9 Dayan Josée, « Nous n’irons plus au bois », 2007.
  • 10 Stryker Susan, « Screaming queens », 2005.
  • 11 Almodovar Pedro, « Tout sur ma mère », 1998.
  • 12 Agnodice, Entre le marteau et l’enclume : rapport sur la situation des personnes transgenres activ (...)
  • 13 Namaste Viviane, « 10 choses à savoir sur les trans et le VIH », revue Transcriptase, no 143, 2010 (...)
  • 14 Namaste Viviane, Invisibles Lives. The Erasure of Transsexual and Transgendered People, Chicago, U (...)
  • 15 Boles Jacqueline et Elifson Kirk W., « Sexual Identity and VIH », Journal of Sex research, 91, 1, (...)
  • 16 Bernado J. et al., The portuguese transgender community, 1998. En ligne http://a-trans.planetaclix (...)
  • 17 Spizzichino L. et al., « HIV Infection among Foreign transsexual sex workers in Rome », Sexuality (...)

3La prostitution et la transidentité entretiennent des rapports ambigus. S’il existe des prostitué.e.s dans la population trans, cette dernière a parfois eu pour réflexe de mettre à distance la figure de la prostituée. C’est en ce sens que l’on peut entendre le titre du reportage « Nous n’irons plus au bois9 » de Josée Dayan (2007). Dans les témoignages qu’il porte à l’écran, ce reportage circonscrit la prostitution au passé, parmi les combines permettant de financer les opérations et les voyages. On retrouve les mêmes témoignages dans un autre reportage, américain celui-ci, réalisé par l’activiste et historienne trans Susan Stryker intitulé « Screaming queens10 » (2005). Il s’y décline des vies géographiquement et professionnellement ostracisées. Tout se déroule entre quelques ruelles d’un quartier de San Francisco et autour d’un bar (le Compton’s cafeteria) dans lequel les « queens » sont fréquemment arrêtées par la police pour outrage ou racolage. Or, la prostitution ne renvoie pas uniquement au passé. L’imaginaire collectif et médiatique n’a d’ailleurs pas complètement rompu avec l’idée qui associe la transidentité et la prostitution. Dans sa filmographie très sélective, l’association Chrysalide souligne le traitement trivial qui est fait de la prostitution et du transsexualisme (notamment, toujours selon l’association, dans « Tout sur ma mère11 », Almodovar, 1998. L’analyse des reportages télévisés sur le bois de Boulogne va aussi dans ce sens : le bois est un espace créé médiatiquement autour de la figure du travesti. Les définitions médicales du « transsexualisme » et les protocoles créés à cet effet ont aussi une responsabilité dans l’amalgame fait entre prostitution et transidentité. Ainsi, le protocole de Lyon a longtemps publié sur son site Internet les contre-indications à l’entrée dans l’équipe hospitalière, et parmi elles se trouvait l’activité de prostitution. Cette mise au pilori des travailleurs et travailleuses du sexe trans, contribue activement à leur précarisation. L’association PASTT (groupe de Prévention et d’action pour la santé et le travail des transsexuel. le. s) œuvre en ce sens pour une meilleure reconnaissance des personnes trans. L’association accompagne des actions de sensibilisation et de prévention autour du sida et notamment chez les prostitué.e.s. Par ces actions, l’association éclaire un point important : celui de la situation sanitaire et sociale des personnes trans prostitué.e.s. Dans son rapport intitulé Entre le marteau et l’enclume : rapport sur la situation des personnes transgenres actives dans les métiers du sexe à Lausanne12 (2009), l’association suisse Agnodice propose une étude qualitative sur les travailleuses du sexe. Elle y évoque la difficulté de la prostitution comme « solution de survie », mais aussi les risques sanitaires et psychologiques liés au travail du sexe. Saisie dans un débat plus large sur la reconnaissance de la prostitution ou son abolition, la question des prostitué.e.s trans se caractérise, selon l’association Agnodice, par de nombreuses difficultés pourtant « évitables » tels l’éloignement des services de soins ou les « abus de pouvoir » donnant lieu à des expériences « accrues de violation des Droits de l’Homme ». Si la prostitution touche aux questions de stigmatisation et de discrimination, elle pointe aussi du doigt le manque criant de recherches et d’investissements du côté de la santé des personnes concernées. Déjà, en 2005, la marche Existrans avait pour mot d’ordre : « Sida, trans oublié.e.s/trans contaminé.e.s ». Des associations comme AIDES ou Act Up réclament elles aussi que des recherches et de la prévention soient mises en place dans ce domaine. Les chiffres viennent corroborer l’urgence de la situation. Viviane Namaste, spécialiste de la question du VIH chez les trans, publie en 2010 un article intitulé « 10 choses à savoir sur les trans et le VIH13 » (revue Transcriptase, n ° 143). Auteur de nombreux livres sur la question trans (notamment : Invisibles Lives. The Erasure of Transsexual and Transgendered People14 en 2000), elle propose un état des lieux chiffré de la situation des prostitué.e.s trans à travers le monde. Les chiffres sont édifiants : une enquête à Atlanta donne un taux de séroprévalence de 81 % chez les travailleuses du sexe trans (Boles et Elifson15, 1994), une autre, réalisée au Portugal, donne un taux de 46 % (J. Bernardo16 et al., ILGA Portugal, 1998), « À Rome, une recherche a constaté un taux général de 38 % chez les femmes trans’, alors que chez les Brésiliennes, dans la même étude, le taux de séroprévalence se situait à 65 %17 » (L. Spizzichino et al., 2001).

4Nous avons donc demandé aux personnes trans si, selon elles, les récentes politiques menées à l’égard des travailleur/se/s du sexe ont eu des répercussions positives ou négatives sur les prostitué.e.s. Là encore, les réponses sont sans appel : 94,35 % des personnes pensent que les conséquences de ces lois ont été négatives ou très négatives. Cet éclairage pose non seulement la question du statut des prostituées mais également la question, plus immédiate, de l’accès à un changement d’état civil – critères important dans l’accès à un logement, à un emploi – et à des opérations remboursées pour les personnes trans en faisant la demande.

Graphique - Pensez-vous que la politique menée à l’égard des travailleurs/travailleuses du sexe a sur les personnes trans des conséquences ?

Graphique - Pensez-vous que la politique menée à l’égard des travailleurs/travailleuses du sexe a sur les personnes trans des conséquences ?

Les personnes trans migrantes

5Les réponses au questionnaire diffusé pour cette enquête comportent un angle mort dont nous souhaitons ici restituer quelques points. Si la question des personnes trans migrantes n’apparaît pas, elle n’en demeure pas moins une question centrale, à la croisée des chemins entre les discriminations transphobes et racistes dont peuvent être victimes les trans non-blanc.he.s.

  • 18 http://endtransdiscrimination.org/news.html
  • 19 http://endtransdiscrimination.org/PDFs/BlackTransFactsheetFINAL_090811.pdf

6En 2005, un rapport sur la discrimination à l’encontre des personnes trans est publié par le NTDS (National Transgender Discrimination Survey)18. Il sera extrait de ce rapport l’ensemble des réponses issues de populations non-blanc.he.s19. Nous vous en proposons ici une esquisse de traduction afin d’appuyer la nécessite de penser les questions de racisme, de sexisme et de transphobie dans un mouvement commun.

- 34 % des personnes sondées vivent avec moins de 10 000 $ par an (contre une moyenne de 9 % de la population noires et 4 % de la population totale aux États-Unis) ;
- 20,23 % des répondant.e.s se déclarent séropositives (contre 2,64 % pour l’ensemble des répondant.e.s, toutes catégories éthnoraciales incluses) ;
- 49 % des sondé.e.s ont déjà fait une tentative de suicide ;
- 21 % ont quitté l’école… ;
- 26 % sont sans emploi ;
- 50 % déclarent avoir vendu de la drogue ou exercé le métier de prostitué.e ;
- 41 % ont déjà été sans domicile fixe ;
- 35 % ont déjà été arrêté.e.s du fait de leur transidentité.

7En France, la question se pose également pour les personnes trans migrantes dont on perçoit sur le terrain les difficultés à accéder aux soins ou à bénéficier des mêmes droits du fait de leur appartenance ethnique mais également de leur identité de genre.

  • 20 Lire les articles : « Naissance médiatique du bois de Boulogne » (Géographie des homophobies, 2013 (...)
  • 21 En ligne, https://negreinverti.wordpress.com/2015/02/27/cest-trop-dur
  • 22 João Gabriell, op. cit.

8Les données sont assez peu fréquentes sur la situation des personnes trans racisées quand elles ne sont pas contenues dans les différentes approches liées à la prostitution et le travail sexuel. L’étude de la médiatisation des trans du bois de Boulogne a montré par exemple que les trans étrangères étaient criminalisées dans les discours médiatiques20 et parfois dans certaines politiques trans en réaction à la crainte de l’assimilation transidentité/prostitution. La question de la prise en charge entre « les pour » et « les contre » comme de la dénonciation des assimilations – prostitution, cabaret, mouvements queers, etc. – a produit un effacement dans les études des certains critères : origines ethniques, couleur de peau, origines sociales des trans migrantes notamment, etc. Avec l’approche Santé, le terrain associatif de la prévention et du support comme l’approche intersectionnelle dans la recherche offrent de nouvelles perspectives de réflexions. Il s’agit de bien d’effacer des angles morts et le travail ne fait que commencer. Le blog Chronik de Nègre(s) Inverti(s) de João Gabriell expose la situation des personnes trans non-blanches dans de nombreux articles et billets critiques. Dans l’article « “C’est trop dur d’être Trans” Aubrey Mariko Shine », relatant et commentant un « assassinat par suicide », João Gabriell explique l’importance de « centrer les femmes non blanches dans les politiques sur la transphobie », le racisme, la lutte contre la pauvreté, l’oppression des femmes, etc., car « elles sont concernées plus que quiconque par les meurtres »21. L’auteur rappelle qu’en France des associations telles qu’Acceptess T, Paris T et le PASTT « luttent contre les violences faites aux trans avec une attention particulière pour les femmes non blanches, migrantes (il y a aussi des hommes trans migrant également, et la question du travail du sexe tient une place importante aussi)22. »

9Nous avons réfléchi à la pertinence de cette modeste partie dans cet ouvrage. Mais nous avons opté pour une « modeste contribution » plutôt que pour « rien du tout » car ces questions doivent absolument être considérées et développées. Par conséquent, études et réflexions spécifiques sont à mener d’une part, actions de solidarités d’entraides doivent être mises en œuvre, d’autre part – sans ingérences et reproduction de rapports de pouvoirs et de domination. Nous insistons sur ce point.

Notes

1 Lien DTC : http://transetvih.org/dtc/ ; lien GATF : http://chrysalidelyon.free.fr/gatf/

2 Hacher Nicolas, « ARV et hormones ches les trans’ », revue Transcriptases, no 130, 2006. Disponible sur : http://pistes.fr/transcriptases/130.htm

3 Yeni Patrick, Prise en charge des personnes infectées par le VIH, La documentation française, 2012

4 HAS, Évaluation des conditions de prises en charge médicale et sociale des personnes trans et du transsexualité, La documentation franaçse, 2009.

5 http://www.actupparis.org/spip.php?article2281

6 Keller Kimberly, « Transgender health and VIH », BETA, 21, 4, pp. 40-50, 2009 ; De Santis Joseph, « HIV infection risk’s factors anmong male-to female transgender persons : a review of literature », Journal of Nurses AIDS Care, 20, 5, pp. 362-372, 2009 ; Namaste Viviane, Sex Change, Social Change, Canadian Scholars’ Press, 2005.

7 Giami Alain, Beaubatie Emmanuelle, Le Bail Jonas, « Caracteristiques socio-démographiques, identifications de genre, parcours de transition médicopsychologique et VIH/sida dans la population trans », BEH, 42, pp. 433-437, 2011.

8 Observatoire des transidentités, « Entretien avec Aides », Cahiers de la transidentité, vol. 1, Paris, l’Harmattan, 2013.

9 Dayan Josée, « Nous n’irons plus au bois », 2007.

10 Stryker Susan, « Screaming queens », 2005.

11 Almodovar Pedro, « Tout sur ma mère », 1998.

12 Agnodice, Entre le marteau et l’enclume : rapport sur la situation des personnes transgenres actives dans les métiers du sexe à Lausanne, Lausanne, 2009.

13 Namaste Viviane, « 10 choses à savoir sur les trans et le VIH », revue Transcriptase, no 143, 2010. En ligne sur : http://vih.org/dossier/trans-population-invisibilisee

14 Namaste Viviane, Invisibles Lives. The Erasure of Transsexual and Transgendered People, Chicago, University of Chicago Press, 2000.

15 Boles Jacqueline et Elifson Kirk W., « Sexual Identity and VIH », Journal of Sex research, 91, 1, p. 39-45, 1994.

16 Bernado J. et al., The portuguese transgender community, 1998. En ligne http://a-trans.planetaclix.pt

17 Spizzichino L. et al., « HIV Infection among Foreign transsexual sex workers in Rome », Sexuality Diseases, 28, 7, p 405-411.

18 http://endtransdiscrimination.org/news.html

19 http://endtransdiscrimination.org/PDFs/BlackTransFactsheetFINAL_090811.pdf

20 Lire les articles : « Naissance médiatique du bois de Boulogne » (Géographie des homophobies, 2013) ; « Les trans comme paria » (GSS, 2014) ; « La médiatisation des politiques transgenres » (SFSIC, 2014) ; « La sexualité des sujets transgenres et transsexuels saisie par les médias » (Hermès, 2014).

21 En ligne, https://negreinverti.wordpress.com/2015/02/27/cest-trop-dur

22 João Gabriell, op. cit.

Table des illustrations

Titre Graphique - Éstimez-vous que les personnes trans sont prises en compte dans les politiques de prévention VIH/MST, de manière :
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/4887/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Graphique - Pensez-vous que la politique menée à l’égard des travailleurs/travailleuses du sexe a sur les personnes trans des conséquences ?
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/4887/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 100k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search