Version classiqueVersion mobile

Sociologie de la transphobie

 | 
Arnaud Alessandrin
, 
Karine Espineira

Chapitre 5. Les contours de la transphobie

Texte intégral

  • 1 Espineira Karine, La construction médiatique des transidentités, thèse de Sciences de l’informatio (...)

1Pour cette partie, nous aimerions revenir, en l’illustrant, sur l’enquête quantitative que nous avons menée. En un peu plus d’un mois de récolte – mai-juin 2014 –, notre enquête a recueilli 309 réponses. Ces dernières ont majoritairement été rentrées par le biais des réseaux sociaux (Facebook, Twitter) et les sites et réseaux associatifs. Dans ce contexte, les modalités de diffusion influencent le profil des répondants. Plus jeunes, plus connectés ; ils sont aussi très souvent membres d’associations ou proches de réseaux – notamment sur Facebook –. Chaque relance sur ce site nous apportait ainsi des dizaines des nouveaux répondants. Néanmoins, la taille de l’échantillon nous rassure quant à la robustesse des chiffres globaux qui, même lacunaires sur certains profils – notamment les plus âgés –, illustrent bien ce que les études de terrain1 (Espineira, 2012 ; Alessandrin, 2012) laissent pressentir en termes de discriminations transphobes. Toutefois, nous préférons poser d’emblée les limites de cette enquête quantitative qui, sur de nombreux points, ne permet pas de passer des constats globaux aux analyses fines. Ainsi, différencier les formes de la transphobie ou les conséquences de cette dernière en fonction des parcours de genre, des âges ou des catégories sociales s’est souvent soldé par un échec. Plusieurs explications peuvent être convoquées : la faiblesse de l’échantillon, le taux de « non-réponse », le large éventail des identités de genre déclarées ou le nombre important de réponses « autres ». Si nous ne pouvons que nous satisfaire des 309 réponses aux vues d’une population si difficilement saisissable, cela ne nous a pas toujours permis de renseigner significativement de nombreux aspects. Par exemple, nous n’avons pas pu être en mesure d’affirmer si le « harcèlement » était une forme de violence plus subie par les garçons ou par les filles trans. Le nombre de « non-réponse » et la variété des identités de genre déclarées n’assuraient pas des résultats viables. Quelques jours supplémentaires dans la récolte des données ou le classement, dans une case ou une autre, des personnes n’ayant pas renseigné leur identité de genre pouvaient ainsi faire changer l’ensemble des conclusions. Nous faisons donc le choix, dans la majeure partie des analyses qui vont suivre, de ne garder que des données « brutes » afin de ne pas influencer de futurs travaux sur la base de statistiques initialement instables. Nous proposerons néanmoins quelques focus lorsque les différences semblent significatives (notamment entre garçons et filles trans).

Qui sont les répondants ?

L’identité de genre des répondant.e.s

2Cette question ouverte a donné lieu à de nombreuses autodéterminations. Nous en avons dénombré 35 : FtX, MtU, FtW, inconnue, homme, femme, femme trans, fluide, gendervariant, femme trans, transsexuel. le, transgenre, travesti.e., etc. Pour une lecture plus aisée, et donc aussi réduite, des identifications des répondant.e.s, nous pouvons catégoriser les réponses en 6 grandes familles, forcément lacunaires : 1) Homme ; 2) Homme trans (FtM) ; 3) Femme trans (MtF) ; 4) Femme ; 5) Trans (Trans/Transgenre/Transsexuel. le) ; 6) Queer (Unknown, « X », gender variant…). Nous nous inspirons pour cela de l’enquête de l’équipe d’Alain Giami, qui avait aussi créée ces 6 catégories afin de limiter l’émiettement des identifications. Toutefois, Alain Giami avait retenu l’intitulé « Autre » parmi les réponses ; intitulé que nous rebaptisons « queer ». L’archipel des identifications n’est jamais réductible à un terme, et nous reconnaissons les limites des cases ainsi créées. Nous ajouterons une catégorie « autre » pour les réponses que nous ne pouvons catégoriser sans les tromper (« la mienne », « et vous ? »…).

Graphique 2 - Identités de genre

Graphique 2 - Identités de genre
  • 2 Lire à cet égard le dossier de l’Observatoire des transidentités sur les « mas-Lire à cet égard le (...)

3Au total, les répondant.e.s s’identifient majoritairement aux appellations « Femme » (N = 72) et « Homme » (N = 54). On notera de ce point de vue que notre enquête les « Femmes » sont 34 % de plus que les « Hommes ». Néanmoins, les femmes sont plus nombreuses, numériquement et proportionnellement, à déclarer l’appellation « trans » que les hommes (52 contre 34 ; soit 50 % de plus). Cette différence s’explique peut-être dans le grand nombre de réponses à l’item « Queer » : 50 réponses soit plus de 16 % des réponses. Si l’on regarde attentivement cette sélection, on remarque que plus de la moitié des réponses émane de personnes assignées filles à la naissance et qui ne se reconnaissent pas dans les identités « hommes » ou « trans ». Ainsi retrouve-t-on 31 de ces 50 réponses – soit plus de 60 % – sous les identités FtU (Unknown), FtW (Whatever), Ft* (Autre) ou bien encore « Garçon queer ». Cette remarque nous conduit à penser pour de nombreux garçons trans, dont la visibilité est plus récente2, les identifications sont toujours en construction, mais également que les identifications disponibles ne conviennent pas toujours aux nouvelles expressions transidentitaires. Enfin, 35 réponses reprennent les qualificatifs de « trans », « transgenre » ou « transsexuel.le ». Cette dernière identification recueillant 14 réponses, soit 40 % des « trans » dans le schéma suivant.

Graphique 3 - L’âge des répondant.e.s

Graphique 3 - L’âge des répondant.e.s
  • 3 Selon les chiffres de l’INSEE, dans la population globale française, les moins de 20 ans au 1er ja (...)

4L’âge des répondants nous renseigne plus sur la méthode employée que sur le profil des personnes trans. Plus de 23 % des répondant.e.s ont moins de 25 ans (N = 71), dont 11 mineurs. Près de 66 % ont entre 25 et 49 ans (N = 192). C’est entre 25 et 29 ans que l’on trouve d’ailleurs le plus grand nombre de répondant.e.s : 29.18 %. Enfin, plus de 11 % des répondant.e.s ont plus de 50 ans (N = 32)3.

La catégorie socioprofessionnelle des répondant.e.s.

Graphique 4 - Professions de répondants

Graphique 4 - Professions de répondants

5Deux éléments sont à souligner : d’une part, la composition des répondants ne correspond pas précisément à la sociologie des catégories socioprofessionnelles des Français. En effet, le poids des inactifs – étudiants, lycéens – est très important dans cette recherche, ainsi que la part des professions libérales. On peut penser que la catégorisation par les répondants est parfois aléatoire. Quelques réponses ne correspondent pas au descriptif fait par la personne de sa situation professionnelle. Une fois ces inexactitudes repensées, il reste des points à souligner. Cinq personnes ont ainsi répondu être « travailleur/ses du sexe ». Nous reviendrons dessus ultérieurement. Un autre point est le nombre conséquent de chômeurs et allocataires du RSA. 54 personnes, soit 17,5 % des sondé.e.s se déclarent dans l’une ou l’autre des situations. Si l’on extrait les jeunes de moins de 25 ans et les retraités, le taux de personnes se déclarant au RSA monte à 19,5 % ! Toutefois, on pourra faire l’hypothèse que de nombreuses autres réponses cachent cette réalité, mais que la honte ou le gène de se déclarer chômeur ont poussé certain.e.s répondant.e.s à ne pas se déclarer comme tel.le.s. Ces chiffres nous indiquent surtout le taux de pauvreté élevé parmi la population trans, ainsi que les nombreuses exclusions – notamment professionnelles – auxquelles elles sont confrontées. Des situations de précarité renforcent la possibilité d’être discriminé ou harcelé, notamment au travail. D’après le National Transgender Discrimination Survey de 2011, 26 % des personnes trans perdent leur travail suite à l’annonce de leur transition aux États-Unis. Les MtF (Male to Female) sont également plus susceptibles de perdre leur emploi (36 %). Selon cette même enquête, au travail, ce sont 52 % des trans qui disent subir des discriminations. Aussi, les risques de se retrouver sans domicile fixe suite à une transition deviennent conséquents : c’est le cas de 19 % des trans qui ont participé au sondage.

  • 4 Whittle Stephen, Engendred penalties, Londres, Cabinet Office, 2007.
  • 5 Walters Pau Crego, « Stérilisation foncée » in Espineira Karine, Alessandrin Arnaud, Thomas Maud-Y (...)
  • 6 Simon Sophie, Un sujet de conversation, ed. Stock, 2004.

6Ne pas avoir de papiers d’identités conformes à son genre revendiqué accroît évidemment les risques de situations de harcèlement, de discrimination et d’humiliation. On retrouve ces mêmes chiffres du chômage dans l’enquête de Stephen Whittle4 (2007) indiquant un taux de chômage de 39 % pour les MtF et de 35 % pour les FtM (Female to Male). La faible visibilité des populations trans rend difficilement chiffrable la transphobie. Cependant, au travail comme au sein de la famille, les récits trans liés aux discriminations révèlent la présence de nombreuses réticences. Pau Crego Walters5 (2012) rappelle que les difficultés médico-juridiques liées à la transition « rendent les trans vulnérable aux discriminations, au harcèlement et à la violence. Par exemple, une étude a montré qu’aux États-Unis, 47 % des personnes trans ont eu des expériences professionnelles négatives et que 26 % ont perdu leur emploi (p. 260). Sophie Simon6, dans son autobiographie (2004), raconte son entretien d’embauche. Sophie avait un bon CV, de bonnes références. Elles étaient même, selon le DRH, « impressionnantes ». Passées les quelques interrogations sur la voix de la candidate, tout semble se dérouler pour le mieux. Mais, lorsque vint le moment de présenter ses papiers, le regard de son interlocuteur changea du tout au tout : « Un 1 ? Mais ce n’est pas la vôtre ». « Ce que je cherche c’est un directeur commercial, avec un numéro de sécu normal. Et avec la clientèle on va avoir l’air de quoi ? » (p. 141). Malheureusement comme beaucoup de personnes en transition, Sophie n’avait toujours pas ses nouveaux papiers stipulant qu’elle était de sexe féminin. Évidemment, il n’en fallut pas plus à l’employeur pour alerter quelques-uns des collaborateurs qui se trouvaient à proximité. Après ce refus, infondé vis-à-vis de ses compétences, Sophie a par ailleurs retenté l’expérience, dans d’autres entreprises, mais les réponses sont toutes restées négatives. Elle écrit : « J’ai poussé la naïveté jusqu’à envoyer des candidatures expliquant ce que j’étais ». « Une seule entreprise m’a convoquée : on voulait juste voir la bête. On l’a vue » (p. 145).

L’orientation sexuelle des répondants

Graphique 5 - Orientation sexuelle

Graphique 5 - Orientation sexuelle
  • 7 http://chrysalidelyon.free.fr/sondage_sante2011.php

7La question portant sur l’orientation sexuelle donne à voir, à l’image de l’enquête réalisée par Chrysalide par exemple7, une forte proportion de bisexuel.le.s et d’homosexuel.le.s parmi la population trans. Si l’item « hétérosexualité » reste majoritaire, il faudrait plus précisément observer « qui » se catégorise, en termes d’âge ou d’identification de genre, dans l’une de ces trois propositions. Les réponses « Autres » permettaient des précisions. Ces dernières renvoient majoritairement au terme « pansexuel.le. ». 5 réponses renvoient à l’asexualité ; moins de 2 % des répondants.

  • 8 Lire à ce propos : Thomas Maud-Yeuse, Espineira Karine et Alessandrin Arnaud, « La déprogrammation (...)
  • 9 Foucault Michel, L’Ordre du discours, Paris, Gallimard, 1971, p. 55.

8Sur cette question de la sexualité, il convient de noter que la psychiatrie n’a pas hésité à produire une transsexualité dénuée de sexualité8. Ce qui est caractéristique même du « transsexuel » théorisé par la psychiatrie c’est son dégoût du sexe comme le dégoût de son sexe. Ceci a conduit à considérer, sur la foi d’une partie de la population trans affirmant détester son sexe et ne pas avoir de sexualité, que plus nettement encore que le sexe ou le genre, c’était la sexualité des trans qui était hors circuit. Concernant la sexualité, le discours psychiatrique opéra, pour le dire à la manière de Michel Foucault « comme une violence » faite aux individus et « comme une pratique »9 imposée.

  • 10 Chiland Colette, Changer de sexe, Paris, Odile Jacob, 1997, p. 80.
  • 11 Ibid., p. 116.

9Rappelons-nous ce qu’a pu par exemple écrire Colette Chiland, présidente d’honneur de la SOFECT, sur la sexualité et la transidentité : « À un niveau plus profond, j’aurais du mal à considérer comme un homme celui qui ne serait pas – virtuellement – capable de me pénétrer, et je n’ai pas peur de me faire piéger dans ma vie privée par un transsexuel FM parce que le critère de surface en costume d’Adam est parlant. Il n’en va pas de même pour mes collègues hommes en face d’un transsexuel FT10. » Dès lors, la sexualité trans projette les trans dans le « hors sexe ». Toujours selon Chiland, les personnes trans sont dans « l’illusion » (elle emploie le terme d’illusion – employé par Mercader – et non pas le terme « d’erreur », bien que sous sa plume les deux se rejoignent) : « J’ai compris que je m’étais laissée piéger par son aspect déconcertant, effrayant, non pas parce qu’il aurait été une caricature de femme, un travelo sans talent : il n’était rien, ni homme ni femme11. »

  • 12 Mercader Patricia, L’Illusion transsexuelle, Paris, L’Harmattan, 1994, p. 270.
  • 13 Millot Catherine, Hors-sexe. Essai sur le transexualisme, Paris, Le Seuil, 1983, p. 138.
  • 14 Foucault Michel, La Volonté de savoir, Paris, Gallimard, p. 60-61.

10De ce fait, dans une association obsolète entre sexe et sexualité, Chiland comme Mercader nient jusqu’à la possibilité d’une transidentité « sexuée » en même temps qu’elles reviennent sur l’aspect ahistorique, universel, inchangeant et inchangeable du sexe : « il suffit de considérer les transsexuels dans leur sexe biologique, comme tout le monde en somme, sans se convertir à ce que j’ai nommé plus haut leur hérésie12. » Renvoyées aux « solutions » psychanalytiques – Chiland renvoie au divan, mais Catherine Millot préconise « l’hypnose » ou « des techniques de conditionnement »13 –, les personnes trans sont pensées comme des individus « hors sexualité ». À propos du regard médical sur la trans-sexualité nous pourrions sans doute reprendre l’expression de Michel Foucault en parlant de médicalisation de « l’insolite sexuel », ce programme qui, selon le philosophe, « dramatise des moments troubles14. »

  • 15 Herault Laurence, « Usages de la sexualité dans la clinique du Transsexualisme », L’Autre, Cliniqu (...)

11Si, à première vue, comme le souligne Laurence Hérault, la sexualité n’a pas à voir avec ce qui est défini médicalement comme « un trouble de l’identité de genre », on note néanmoins la présence implicite des critères sexuels dans « la clinique du transsexualisme ». Comme le souligne l’anthropologue, le programme du « transsexualisme » marginalise la sexualité ou l’index en un élément d’évaluation : « Autrement dit, alors même que la sexualité n’est pas un symptôme du transsexualisme, qui est très majoritairement considéré comme une pathologie de l’identité sexuée, elle intervient tout de même pour orienter les décisions diagnostiques et thérapeutiques. »15.

  • 16 http://yagg.com/2014/11/25/karine-espineira-les-personnes-trans-ont-toutinteret-a-ne-pas-declarer- (...)

12Les chiffres de cette enquête montrent donc, à l’opposé de ce qui a été théoriquement instauré par la psychiatrie, que la sexualité des personnes trans n’est pas le désert et la pauvreté tant souvent décrit par les médecins. Peut-être faudra-t-il, à l’inverse, que c’est la lecture pathologique et diagnostique de la sexualité des trans dans les protocoles de changements de sexe français qui appauvrit considérablement les discours. Comme le soulignait récemment Karine Espineira : « Les personnes trans ont tout intérêt à ne pas déclarer leur homosexualité au monde médical16. »

État civil et discriminations

  • 17 Piat Colette, Elles... les travestis, Paris, Pocket, 1979.
  • 18 Association crée par Tom Reucher, psychologue clinicien et militant trans : http://syndromedebenja (...)
  • 19 Association du Syndrome de Benjamin (ASB), « Parcours d’obstacles », Vacarme, no 11, dossier : « m (...)

13Enfin, plus de moitiés des répondants n’ont pas changé leur état civil : 189 sur 309, soit plus de 61 %. Mais au cours de leur vie, les personnes trans connaissent plus ou moins longtemps cette différence entre l’identité de genre affichée et l’identité de genre administrativement reconnue. Cette distance conduit bien souvent à des situations de discrimination. C’est en tout cas ce qu’ont enduré 58,4 % des personnes ayant répondu à ce sondage. Il convient, à ce stade de la lecture des chiffres, de rappeler que le grand nombre de « jeunes trans » ayant répondu augmente forcément le nombre de personnes n’ayant pas changé leur état civil. À l’opposé, les personnes de plus de 50 ans, selon nos expériences de terrains, sont proportionnellement plus nombreuses à avoir changé d’état civil. La dimension juridique n’est pas secondaire, elle est même prioritaire dans de nombreux parcours. En 1978, Colette Pia raconte dans son livre Elles… les travestis les difficultés liées à cette absence de changement d’état civil : « Je suis quand même obligée de tricher constamment et de prendre des précautions ; j’aimerais pouvoir changer officiellement mon état civil17. » L’absence d’éléments juridiques suite à un changement de sexe ou de genre est source de précarité. Si les premières associations trans se saisissent timidement de la question, elles sont plus nombreuses, dès les années 90, à dénoncer les empêchements quotidiens liés à l’absence de papiers modifiés. L’ASB18 (Association du Syndrome de Benjamin), écrivait alors dans la revue Vacarme19 :

« Parcours d’obstacles »
Dans la vie, des situations, des démarches ordinaires et simples pour le commun des mortels deviennent des malaises ou des angoisses pour les personnes appelées transsexuelles. Le problème commence dès que l’on entend la phrase : « Vous avez une pièce d’identité ? »
Soudain, des facilités, des évidences, se transforment en difficultés.
Pour tout ce qui concerne l’argent et la banque
Faire un chèque
Ouvrir un compte
Fournir un RIB
Faire des prélèvements
Retirer de l’argent à un guichet
Ouvrir une ligne téléphonique
Être inscrit dans l’annuaire à une identité correcte
Recevoir des mandats, des recommandés ou des colis
Trouver un travail
S’inscrire à l’ ANPE
S’inscrire aux ASSEDIC
Faire un stage ou un recyclage
Présenter des diplômes
Présenter des certificats de travail
Obtenir des fiches de paie avec une identité correcte […]
etc.

Les formes de la transphobie

Subir la transphobie

14Les chiffres sont sans appel : plus de 8 trans sur 10 disent avoir été victimes de transphobie au cours de leur vie. Ce chiffre est étonnant si l’on considère une définition strictement juridique de la transphobie ou de la discrimination à l’encontre de « l’identité sexuelle », telle que la loi française le stipule. Mais si la définition de la transphobie est élargie, comme présentée préalablement dans ce rapport, alors on constate que les petites entraves ou les grandes difficultés liées à la transphobie parsèment les expériences de très nombreux trans. On notera cependant qu’un quart des sondés n’a pas répondu à cette question pourtant centre dans le questionnaire. Peut-être est-ce le mot « subi » qui a éloigné les personnes de la réponse, ou le mot « discrimination » dans lequel les individus ne se reconnaissent pas forcément. Peut-être aussi qu’un grand nombre de personnes trans non discriminées ne se sont pas exprimées. Mais même dans l’hypothèse où l’ensemble des non exprimés constitueraient en réalité des non discriminés, l’expérience de la discrimination continuerait de toucher 60 % des personnes trans !

Graphique 6 - Avez-vous déjà subi un acte transphobe ?

Graphique 6 - Avez-vous déjà subi un acte transphobe ?

15Sur l’ensemble des personnes ayant répondu « oui » à la question précédente, voici comment se réparti le nombre de discriminations subies au cours d’une vie :

Choix de réponses

Réponses

1 à 2

38,10 %

2 à 5

24,16 %

Plus de 5

37,14 %

  • 20 Ft : Female to. (exprime ici les masculinités trans) ; Mt : Male to. (exprime Ft : Female to. (exp (...)

16Il n’est donc pas rare de voir des personnes trans subir un nombre conséquent de discriminations, comme nous avons pu le constater à travers de nombreux chiffres et témoignages nationaux et internationaux. La répartition entre Ft et Mt20 n’est pas ici démonstrative. C’est-à-dire que les chiffres présentés dans la fréquence des discriminations ne varient pas significativement en fonction du « sens » de la transition.

17Pour cerner les formes de la transphobie, différentes propositions ont été émises. Plusieurs réponses pouvaient être cochées. Si nous éliminons les personnes « non concernées », c’est-à-dire les personnes n’ayant pas vécu les 4 situations proposées dans ce schéma (30 personnes, soit moins de 10 % des cas), nous obtenons la répartition suivante :

Graphique 7 - De quelles natures étaient ces actes tranphobes ?

Graphique 7 - De quelles natures étaient ces actes tranphobes ?

18Nous notons que 60 % des sondés disent avoir été discriminés. Ceci renvoie explicitement au chiffre mentionné plus haut en incluant les 25 % de non-répondants. Une proportion toute aussi grande, déclare avoir été insultée. Plus de 27 % ont été harcelés et 13 % des actes transphobes ont pris la forme de coups. Évidemment, les items se cumulant, certains actes transphobes se sont donc certainement exprimés sous une forme multiple. Une différence nette semble apparaître entre Ft et Mt du côté des violences physiques, c’est-à-dire de la violence transphobe exprimée sous forme de coups. La part des réponses émanant des Mt est plus importante que celle des Ft (près de deux fois plus). S’il convient de relativiser cet écart du fait de la supériorité numérique des Mt parmi les répondant.e.s, il semblerait que les violences physiques soient plutôt dirigées contre les filles trans.

Les espaces de la transphobie

Graphique 8 - Dans quelles circonstances se sont déroulés les faits ?

Graphique 8 - Dans quelles circonstances se sont déroulés les faits ?

19Si la transphobie a plusieurs visages, les espaces dans lesquels elle se déploie sont eux aussi variés. Cette question visait à saisir « où » se déroulaient les actes transphobes subis par les répondants. Voici comment se découpent les réponses : là encore, les sondés pouvaient cocher plusieurs réponses. On remarquera la prépondérance de l’espace public dans les réponses citées, qu’il soit réel (plus de 50 %) ou virtuel (plus de 30 %). Un tiers des sondés ont subi des actes ou des propos transphobes au travail, et près de 30 % des répondants l’ont subi en famille. Le couple, et dans une moindre mesure, le groupe d’ami.e.s, ne sont pas autant dénoncés comme transphobes (respectivement 6,15 % et 14,6 % des actes et propos transphobes s’y sont déroulés).

20Les réponses « Autres » permettent de saisir la complexité des jaillissements transphobes. Ainsi certaines réponses évoquent les « administrations » (16 réponses dont 2 évoquent la prison), les « services de santé » (14 réponses), d’autres « l’école ; l’université » (8 réponses), d’autres encore « les transports » (6 réponses), « le voisinage » (6 réponses), ou bien les « commerçants » (6 réponses) ou les lieux de loisirs (3 réponses)…

  • 21 Raibaud Yves et Ayral Sylvie (dir.), Raibaud Yves et Ayral Sylvie (dir.), Pour en finir avec la fa (...)

21Là encore, établir des différences nettes entre les parcours de genre n’est pas chose aisée. Mais quelques pistes peuvent toutefois apparaître. Tout d’abord, la rue ou l’espace public, sont, proportionnellement au point de chacun dans cette enquête, des réponses majoritairement données par les Mt (plus des 2/3 des réponses). Des géographes comme Yves Raibaud21 ont bien montré que la rue, et plus généralement la ville, sont des espaces créés par et pour les garçons, c’est-à-dire des espaces dans lesquels les filles sont minorisées lorsqu’elles ne sont pas harcelées et dans lesquels les « anormaux du genre » sont traqués lors d’interactions plus ou moins violentes. À l’inverse, ce sont plutôt les Ft qui ont mis en avant le couple comme espace de discrimination vécue : près de 60 % des réponses, alors que les hommes trans sont minoritaires parmi les répondants.

Les témoins de la transphobie

  • 22 SOS homophobie, rapport 2013. Disponible en ligne http://www.sos-homophobie.org/rapport-annuel-201

22Nous avons aussi demandé aux personnes interrogées si elles avaient déjà été témoins d’un acte ou d’un propos transphobe. Au total 60 % ont répondu avoir observé des situations de transphobie à l’égard d’un tiers. Pour 44 % d’entre eux, il s’agissait d’insultes ; première réponse arrivant loin devant les coups, le harcèlement ou les situations de discrimination (24 %). Lorsque nous avons posé la question des lieux de la transphobie, la rue et Internet sont, là encore, arrivés en tête des réponses. 56 % des répondants disent avoir été témoins d’un acte ou d’un propos transphobe dans la rue. Il s’agit ici de personnes trans auxquelles on demande si elles ont regardé ce type de situation. Très certainement qu’une personne non-trans n’aurait pas été aussi avertie. Plus de 24 % des sondés citent également Internet. La toile devient un lieu où se constatent fréquemment des dérapages transphobes, à l’image de ce qu’a pu mettre en avant l’association SOS Homophobie22 concernant les propos homophobes (2013). Enfin, la sphère professionnelle reste toujours le théâtre d’une certaine transphobie : ainsi, plus de 16 % des sondés déclarent avoir été témoins d’un propos ou d’un acte transphobe au travail (à l’embauche, dans la progression de carrière…). Un onglet « autre » a permis de recueillir d’autres types de réponses, faisant directement écho à ce qui a été souligné dans la section précédente, relative aux espaces de la transphobie. Ainsi, les administrations, le voisinage ou les espaces de loisirs sont également montrés du doigt.

Les conséquences de la transphobie

23La transphobie n’est pas sans conséquences : elle initie des expériences plus ou moins violentes de mises à distance, de séparations, de ruptures professionnelles ou amicales. C’est ce que dévoilent les chiffres suivants. En effet, plus de 28 % des personnes trans disent avoir perdu un travail du fait de leur transidentité (préalablement, nous avons pu voir qu’un tiers des sondés avaient été discriminés au travail). Mais les réponses fournissent d’autres renseignements, moins visibles dans les études sur la transphobie, mais subjectivement toutes aussi significatives. Ainsi, les personnes sondées disent avec perdu un ou des contacts avec des ami.e.s pour plus des deux tiers d’entre elles (68,66 %) et avec un ou des membres de leur famille pour 41,79 % d’entre elles. On remarquera que la rupture est donc un geste plus fréquent que la discrimination dans ces deux cas ; un geste qui peut s’avérer plus radical, plus violent aussi.

Du fait de votre transidentité, vous avez répondu :

Réponses

Un travail

28,36 %

Contact avec un ou des ami.e.s

68,66 %

Contact avec un ou des membres de votre famille ?

41,79 %

24Mais la transphobie n’a pas que des conséquences relationnelles ou matérielles. Elle a aussi des conséquences physiques et psychiques. Une des questions posées permet justement de revenir sur cette réalité.

Graphique 9 - Suite à ces actes transphobes, avez-vous :

Graphique 9 - Suite à ces actes transphobes, avez-vous :

25Trois éléments apparaissent dans ce tableau. Le premier, les conséquences physiques liées à la transphobie : un peu moins de 20 % des répondants ont eu une ITT suite à des actes transphobes (coups, blessures, etc.). Ce chiffre est plus élève que ce que le chapitre 4 donne à voir, mais le nombre de réponse était alors plus grand. Peut-être qu’un certain nombre de personnes ne se sont pas senties concernées par la question et se sont alors abstenues, venant augmenter la visibilité de celles et ceux ayant subi des coups et des agressions transphobes. Le second point qu’il convient de souligner : le nombre important de personne déclarant avoir fait une dépression du fait d’actes ou de propos transphobes. Là encore, notons que le faible taux de répondants – un peu plus de 66 % – évince certainement les personnes qui ne se sont pas senties concernées par la question. Néanmoins, ce chiffre met en lumière le coût psychique de la transphobie, qui imprime sa marque non seulement sur le corps des individus, mais également dans les subjectivités trans, venant alors teinter l’extérieur d’une couleur potentiellement hostile. Le troisième élément, qui en découle, est un chiffre particulièrement élevé de tentatives de suicide (18,31 %). Il indique une nouvelle zone d’ombre dans les études trans en France et souligne l’urgence d’une recherche et d’un plan de lutte sur ce sujet.

26Les réponses « Autres » laissent entrevoir des éléments récurrents comme « la lassitude », « la tristesse », mais également « la fuite du domicile » pour les plus jeunes – cette réponse nous indique qu’un angle mort demeure du côté des trans SDF, qui ne sont pas pris en compte dans cette enquête –.

27Les conséquences de la transphobie résultent également dans la conjoncture d’une nouvelle expression transphobe. Elles impactent alors la manière dont les personnes trans appréhendent leur environnement, à l’aune des discriminations subies ou pressenties.

Graphique 10 - Vous êtes-vous déjà limité dans l’accès à un service de peur d’un comportement transphobe ?

Graphique 10 - Vous êtes-vous déjà limité dans l’accès à un service de peur d’un comportement transphobe ?

28Ainsi, 24,39 % des sondés déclarent s’être limités dans l’accès à un logement du fait de leur transidentité et, plus précisément, par crainte d’un acte ou d’un propos transphobe. Il en va de même pour 41,46 % des personnes interrogées, en ce qui concerne dans l’espace du soin, et autant pour le monde du travail. 26 % déclarent également s’être abstenus d’une formation ou d’une scolarisation en raison d’une transphobie crainte ou présumée. Cette autocensure, qu’elle soit directement liée ou non à une expérience passée de la transphobie, suggère que l’expérience transidentitaire est soumise à un nombre important d’écueils qui éloignent les trans d’une réelle égalité des chances et d’une réelle égalité de traitement.

29Malheureusement, pour l’ensemble de ces « conséquences », le rapport entre Ft et Mt n’est pas assez significatif. Nous ne pouvons que nous contenter de chiffres généraux qui mériteraient d’être approfondis dans de prochaines recherches.

L’épreuve de la plainte (être soutenu/écouté/conseillé)

30Si les actes transphobes sont numériquement significatifs, ils pourraient naturellement donner lieu à un grand nombre de plaintes ou de mains courantes. Or, il n’en est rien. Selon notre enquête, plus de 96 % des personnes ayant subi des comportements transphobes n’ont pas porté plainte.

Graphique 10 - Avez-vous porté plainte ?

Graphique 10 - Avez-vous porté plainte ?

31Une question consistait donc à savoir « pourquoi » certain.e.s n’ont pas porté plainte. L’analyse des réponses (ouvertes) révèle que pour la plupart des répondants, la police et la justice n’auraient pas pu traiter leur cas. Pour d’autres, c’est la peur qui l’emporte. Enfin, la lassitude des épreuves, qui éloigne les trans des lois et des institutions qui pourraient potentiellement les protéger. Voici quelques remarques laissées sur le site de l’enquête.

« Je savais très bien que cela ne serait pas entendu, voir tomber sur des flics transphobes. »
« Comme cette discrimination venait d’une collègue et d’un responsable, je n’ai rien dit. Ma situation trans n’est pas connue au travail. »
« Impossible d’aller voir la police, institution qui au mieux ne reconnaît pas notre existence, au pire perpétue des violences contre nous. »
« Serai-je pris en considération ? »
« La transphobie n’est pas reconnue juridiquement. »

32Suite à ces actes et propos transphobes, 86,49 % des personnes sondées déclarent avoir trouvé du soutien. Nous avons donc demandé « auprès de qui », afin d’esquisser les supports aidants auxquels s’adressent les personnes trans. Voici comment se dispersent les réponses (plusieurs réponses possibles) :

Des collègues de travail

9,18 %

Des médecins

15,31 %

Des ami.e.s

86,73 %

La famille

35,71 %

Des assistant.e.s sociaux

3,06 %

Des officiers de police

3,06 %

Des représentants de la justice

6,12 %

33Les ami.e.s et la famille sont donc plébiscités pour apporter un soutien aux personnes victimes de transphobie, loin devant les médecins et les collègues et de travail, et plus encore des professionnels du social ou de la justice. Néanmoins, pour parler de transphobie, encore faut-il que la transidentité soit déclarée et connue des personnes à qui l’on s’adresse. Le monde du travail – il en serait peut-être de même à l’école – ou de la famille souffre alors de cet écueil important, contrairement aux ami.e.s.

Transphobie et accès aux services

34L’enquête que nous avons menée propose trois focus : le monde médical, le monde judiciaire et l’administration, afin de chiffrer l’expérience des discriminations au sein de ces services.

Quel accueil dans le monde médical ?

35Selon l’enquête de l’association Chrysalide de 2011, 16 % des trans se sont vus refuser des soins du fait de leur transidentité en 2010. L’association ajoute que 35 % des personnes trans ont alors renoncé à des soins de peur des préjugés ou des discriminations émanant du corps médical. Ces chiffres font écho à ceux de notre étude qui montre que presque 65 % des personnes sollicitées ont subi des propos ou des actes transphobes de la part du corps médical.

Graphique 12 - Avez-vous déjà subi de la transphobie du corps médical ?

Graphique 12 - Avez-vous déjà subi de la transphobie du corps médical ?

36Nous avons donc demandé quelques témoignages aux personnes ayant accepté de répondre à notre enquête.

« Je ne sais pas si on peut vraiment appeler ça de la transphobie, mais suite à 2 ans de psy, ma psy me sort : “je vous confirme par oral votre transsexualisme, mais refuse de faire une lettre vous ouvrant accès à une hormonothérapie”. »
« À l’hôpital au moment de faire mes papiers, le médecin dit mon état civil masculin à haute voix. »
« Dans l’équipe “officielle” de Paris… des questions indiscrètes et indélicates. »
« Chez la gynéco : un examen d’une très grande violence verbale et un “examen vaginal” très brutal malgré mes larmes et refus. »
« Je n’ose plus retourner chez aucun médecin. »
« À l’hôpital Georges Pompidou quand le représentant d’une équipe est allé voir son supérieur et m’a appris “qu’ici, on ne fait plus les trans”, sinon, on se fait taper sur les doigts par Foch. »
« Lors d’un rendez-vous à un cecos pour une autoconservation... celui-ci a comparé la transidentité au clonage “c’est comme le clonage, ce n’est pas parce que nous pouvons le faire, qu’il faut le faire, il faut arrêter de céder à toutes les folies” et enchaînant questions et blagues déplacées… “Vous comptez fêter la fête des mères ? La fête des pères ?
Les deux ? À un moment il faut choisir”. »

Se confronter à la Police et aux administrations

37Parmi les témoignages recueillis, nombreux ont pointé du doigt le rôle des agents de police dans la gestion des plaintes pour transphobie. Également, les policiers ont été quelques fois signalés comme les auteurs de comportements transphobes. Ceci est loin d’être majoritaire, mais toutefois, 35 répondants (soit 12,45 %) disent avoir déjà subi de la transphobie de la part d’agent de police. La quasi-totalité de ces réponses renvoie à des contrôles d’identités vécus comme maltraitants (« moqueries », « réflexions », etc.) et nous permettent d’illustrer ce chiffre. 3 réponses soulignent également les rapports conflictuels qui existent entre personnes trans prostituées et policiers.

38Les chiffres sont beaucoup plus parlants concernant les administrations auxquels sont confrontés les trans durant leurs parcours. 44,54 % des répondants déclarent avoir subi des propos ou des actes transphobes de la part des administrations publiques. Les situations sont diverses et les témoignages éclairent aussi bien la « difficulté à récupérer un colis » que « les complications à la douane » ou « l’accueil dans les hôpitaux », les rapports compliqués avec « la sécurité sociale », « l’université » ou bien encore « la mairie ».

39L’ensemble de ces chiffres indiquent l’urgence à créer des formations qui incluent les questions transidentitaires, afin de faire une place aux diverses problématiques soulevée par les personnes trans en proie à la transphobie.

Notes

1 Espineira Karine, La construction médiatique des transidentités, thèse de Sciences de l’information et de la Communiciation (Bentini M.-J., dir.) Nice, 2012. Alessandrin Arnaud, Du “transsexualisme” aux devenirs trans, thèse de sociologie (Macé E., dir.), Bordeaux, 2012.

2 Lire à cet égard le dossier de l’Observatoire des transidentités sur les « mas-Lire à cet égard le dossier de l’Observatoire des transidentités sur les « masculinités trans » : http://www.observatoire-des-transidentites.com/2014/05/masculinites-trans-introduction.html

3 Selon les chiffres de l’INSEE, dans la population globale française, les moins de 20 ans au 1er janvier 2014 représentent environ 24 % de la population. Les personnes âgées de 21 à 64 ans 58 % de la population. Et les plus de 65 ans, 18 %. Sinon une sous-représentation des plus personnes de plus de 50 ans, notre enquête ne s’éloigne donc pas considérablement de la composition de la population générale en terme de tranches d’âges.

4 Whittle Stephen, Engendred penalties, Londres, Cabinet Office, 2007.

5 Walters Pau Crego, « Stérilisation foncée » in Espineira Karine, Alessandrin Arnaud, Thomas Maud-Yeuse (dir.), La Transyclopédie : tout savoir sur les transidentités, Paris, Des Ailes sur un tracteur, 2012, p. 260-261..

6 Simon Sophie, Un sujet de conversation, ed. Stock, 2004.

7 http://chrysalidelyon.free.fr/sondage_sante2011.php

8 Lire à ce propos : Thomas Maud-Yeuse, Espineira Karine et Alessandrin Arnaud, « La déprogrammation trans-sexuelle », Ganymede, en ligne : http://www.revue-ganymede.fr/la-deprogrammation-trans-sexuelle-du-hors-sexe-au-dtc/

9 Foucault Michel, L’Ordre du discours, Paris, Gallimard, 1971, p. 55.

10 Chiland Colette, Changer de sexe, Paris, Odile Jacob, 1997, p. 80.

11 Ibid., p. 116.

12 Mercader Patricia, L’Illusion transsexuelle, Paris, L’Harmattan, 1994, p. 270.

13 Millot Catherine, Hors-sexe. Essai sur le transexualisme, Paris, Le Seuil, 1983, p. 138.

14 Foucault Michel, La Volonté de savoir, Paris, Gallimard, p. 60-61.

15 Herault Laurence, « Usages de la sexualité dans la clinique du Transsexualisme », L’Autre, Cliniques, Cultures et Sociétés, 11, 3, p. 278-29, 2010.

16 http://yagg.com/2014/11/25/karine-espineira-les-personnes-trans-ont-toutinteret-a-ne-pas-declarer-leur-homosexualite-au-monde-medical/

17 Piat Colette, Elles... les travestis, Paris, Pocket, 1979.

18 Association crée par Tom Reucher, psychologue clinicien et militant trans : http://syndromedebenjamin.free.fr/tree-menu/menusite2.htm

19 Association du Syndrome de Benjamin (ASB), « Parcours d’obstacles », Vacarme, no 11, dossier : « minorités les hommes, les femmes et nous : transsexuel/les et transgenres », 2010.

20 Ft : Female to. (exprime ici les masculinités trans) ; Mt : Male to. (exprime Ft : Female to. (exprime ici les masculinités trans) ; Mt : Male to. (exprime ici les féminités trans).

21 Raibaud Yves et Ayral Sylvie (dir.), Raibaud Yves et Ayral Sylvie (dir.), Pour en finir avec la fabrique des garçons, vol. 1 et 2, Pessac, Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2014.

22 SOS homophobie, rapport 2013. Disponible en ligne http://www.sos-homophobie.org/rapport-annuel-2013

Table des illustrations

Titre Graphique 2 - Identités de genre
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/4884/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Graphique 3 - L’âge des répondant.e.s
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/4884/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 138k
Titre Graphique 4 - Professions de répondants
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/4884/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 119k
Titre Graphique 5 - Orientation sexuelle
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/4884/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Titre Graphique 6 - Avez-vous déjà subi un acte transphobe ?
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/4884/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Titre Graphique 7 - De quelles natures étaient ces actes tranphobes ?
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/4884/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Titre Graphique 8 - Dans quelles circonstances se sont déroulés les faits ?
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/4884/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Graphique 9 - Suite à ces actes transphobes, avez-vous :
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/4884/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Titre Graphique 10 - Vous êtes-vous déjà limité dans l’accès à un service de peur d’un comportement transphobe ?
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/4884/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
Titre Graphique 10 - Avez-vous porté plainte ?
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/4884/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Graphique 12 - Avez-vous déjà subi de la transphobie du corps médical ?
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/4884/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 69k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search