Version classiqueVersion mobile

Sociologie de la transphobie

 | 
Arnaud Alessandrin
, 
Karine Espineira

Chapitre 3. Maltraitance médiatique : la transphobie dans les médias

Texte intégral

1Dans l’enquête quantitative que nous avons réalisée et dont nous discuterons plus tard, la question que nous avons posée concernant les médias donne des résultats écrasants. Aucune personne trans n’est très satisfaite de l’image que les médias donnent des trans. À l’inverse, plus de 63,85 % des sondés ont répondu que les médias donnaient une image « pas du tout satisfaisante » des transidentités. Ce constat n’est pas propre aux trans. L’image renvoyée, l’image perçue et l’image médiatisée ne se superposent jamais parfaitement. Mais ce chiffre, au-delà du symbole, nous éclaire sur la manière dont les personnes trans estiment être représentées, c’est-à-dire également reconnues.

Graphique 1 - Selon vous, les médias donnent une image des personnes trans :

Graphique 1 - Selon vous, les médias donnent une image des personnes trans :

2L’idée selon laquelle les personnes trans seraient victimes d’une maltraitance médiatique – c’est-à-dire une forme de transphobie – a longtemps été disqualifiée sous l’accusation d’« argument militant » car aucun fondement scientifique ne viendrait étayer une telle idée en l’absence d’études spécifiques dans le champ des sciences humaines et sociales. Ce n’est désormais plus le cas. Une partie de notre propos reprend des données d’une recherche ayant obtenu sa reconnaissance scientifique au sein de l’Université française et inscrite au sein des Sciences de l’information et de la communication.

Une enquête sur la réception

  • 1 Une partie des résultats sont consultables en ligne : http://karineespineira.wordpress.com/2013/04 (...)

3Toujours dans le cadre de cette recherche, une enquête qualitative menée en 2009 a apporté des données sur « la réception des représentations “trans” dans les médias par les personnes trans1. » Quel que soit l’âge, l’identification de genre ou le niveau socioculturel, les tendances révélées par cette enquête de 2009 sont les suivantes :

  1. La médiatisation est jugée insuffisante ; on estime qu’elle manque de pédagogie ; une grande majorité perçoit cependant la télévision comme un média de masse susceptible d’informer le public avec pédagogie dans l’avenir ;
  2. La parole des trans dans le média audiovisuel donne lieu à l’expression d’avis mitigés ; la représentation serait par ailleurs centrée sur le témoignage personnel au détriment du collectif ;
  3. Les enquêtés expriment et illustrent, dans des proportions presque égales, des exemples de conséquences négatives et positives de l’exposition télévisuelle auprès de leurs entourages amicaux, familiaux et socioprofessionnels ;
  4. Les représentations rendues par le média sont perçues comme non-conformes à la réalité ; la télévision donnerait une idée fausse de la réalité transidentitaire, les fictions (téléfilms et œuvres cinématographiques) n’échapperaient pas à la règle.

4Défiances et mécontentements vis-à-vis des médias sont exprimés par les personnes enquêtées en 2009 à l’image des résultats de la question sur « l’image des personnes trans dans les médias » de l’enquête dont le présent rapport fait état en 2014.

Retour sur une interpellation du CSA

  • 2 « Discriminations transphobes à la télévision : l’Existrans interpelle Dominique Baudis », en lign (...)
  • 3 « There’s something about Miriam », émission de télé-réalité de six épisodes, Sky One, Royaume-Uni (...)
  • 4 Il s’agit du véritable orthographe du prénom de le jeune femme. Les médias français ont écrit le p (...)

5Un autre retour historique éclaire cette situation. En 2006, un communiqué de l’association Act-Up Paris entend protester contre les discriminations dont les trans sont l’objet à la télévision2. La diffusion de l’émission de téléréalité « Myriam et les garçons »3 sur TF6 (2006) avait provoqué un mouvement de désapprobation et de contestation des associations et collectifs trans. Pour mémoire : la diffusion du programme avait été perçue comme une nouvelle pierre ajoutée à un processus jetant « les trans à l’opprobre public ». Comme toute production audiovisuelle, le récit a un scénario, une trame, un fil conducteur, une histoire écrite d’avance en somme. Celle de cette émission reprenait l’idée de la tromperie et du mensonge. Le synopsis transmit par TF6 avait été le suivant : « Avec Myriam et les garçons, TF6 propose de découvrir un Bachelorette d’un genre nouveau. Tous les ingrédients de ce programme de téléréalité sont réunis : une belle maison, une fille superbe, Myriam, et 6 garçons prêts à tout pour la séduire. Mais Myriam a un énorme secret que seuls ses prétendants ignorent : Myriam est une fille différente des autres. Myriam est en fait… un homme ! » (Source : résumé producteur). « There’s something about Miriam » (2004) de la chaîne Sky One est dans le même temps qualifié par les tabloïds britanniques de jeu à la Crying Game. Explicitons : un jeu tel que « Marjolène » (TF1), une « bachelorette » courtisée par six jeunes gens, qui se révélerait être à la fin du jeu, un homme. Car la pétillante Miriam4 est une jeune transsexuelle mexicaine « pré-op » (« avant opération », insiste le commentaire, car le détail est important dans le dispositif scénaristique). Suite à cette diffusion au Royaume-Uni, les candidats ont assigné avec succès la chaîne en justice, voulant interdire la diffusion d’une émission les ayant humiliés selon les dires de leurs avocats. Certains d’entre eux soutiendront avoir subi un traumatisme grave : ils avaient en effet embrassé Miriam.

  • 5 En ligne : http://www.actupparis.org/spip.php?article2354
  • 6 L’article est en toujours en ligne et repris à l’adresse : http://karineespineira.wordpress.com/20 (...)

6En réaction, le 3 mars 2006 le collectif Existrans envoi un courrier du Conseil supérieur de l’audiovisuel intitulé : « Discriminations transphobes à la télévision : l’Existrans interpelle Dominique Baudis5 ». Le collectif est accompagné d’un article relatant les premiers constats d’une une première étude analysant 20 ans de la construction médiatique des transidentités : « La transidentité et les médias : Un cadre et un contexte propices à la discrimination6 ». Il était rappelé entre autres qu’au mois de mars 2005 : « Mylène, transsexuelle de 38 ans a été retrouvée morte décapitée à Marseille, émasculée et criblée de coups de couteau. Les détails de ces crimes sont si forts qu’il est difficile d’en donner tous les détails et la perspective des souffrances endurées par ces personnes donne la nausée. » Les médias parlaient de la jeune femme au masculin et de travesti prostitué. Nous étions bien dans le registre de la rubrique des « chats écrasés ». Le traitement médiatique n’a pas évolué. L’exemple du meurtre récent d’une autre Mylène, à Limoges le 25 juillet 2013, vient nous le démontrer.

7Adressé à Dominique Baudis, président du CSA de cette période, le courrier a pour objet un message sans ambiguïté : « discriminations transphobes au sein des médias télévisuels ». À propos de l’émission de téléréalité « Myriam et les garçons », le courrier détaille et interroge :

Cette émission entretient un stéréotype dont nous sommes victimes : on devient trans pour « abuser » les hétérosexuels, pour le plus grand plaisir d’une partie du public prenant un plaisir sadique à voir ces hommes « trompés sur la marchandise », faisant d’une trans un objet de dégoût. La presse britannique a laissé filtrer que sur le plateau certaines réactions des « séducteurs » avaient été brutales. Cette émission laisse entendre aux spectateurs, qu’en étant elle-même la trans « s’est bien moquée d’eux » et que les réactions de violence à son sujet sont légitimes. Pour nous une telle émission se rend complice des nombreux cas de violence qui nous frappent. Quand la télévision pourra-t-elle au contraire avoir un rôle pédagogique et lutter contre la transphobie ?

  • 7 Lire Philbert Delphine, Devenir celle que je suis, Paris, Max Milo, 2011 ; Nicot Stéphanie et Augs (...)

8Les griefs envers le média audiovisuel datant du milieu des années 1990 sont exposés7 :

Ce n’est pas la première fois que les médias présentent les trans’ comme des curiosités ou des monstruosités sexuelles, des objets de curiosité malsaine. La communauté trans’ – nous l’estimons à 60 000 personnes pour les deux genres – est le plus souvent présentée sous un angle voyeuriste discriminant. Les filles sont sursexualisées, quand on ne nous réduit pas à l’état de malades mentaux, au mieux dignes de compassion pour nos « souffrances ». Combien de fois des journalistes nous ont-ils demandé des images de nous avant/après notre transition, pour se désintéresser complètement des revendications que nous voulons porter ? Combien de fois nous a-t-on renvoyé notre identité au visage « vous étiez un homme », « de Luc vous êtes passé à Vanina »... Les hommes trans’ sont le plus souvent évacués comme s’ils n’existaient pas.

9Le courrier détaille encore le passage houleux de la chanteuse Marie-France chez Marc Olivier Fogiel (« On ne peut pas plaire à tout le monde », émission du 22 janvier 2006, France 3). On avait déjà remarqué une propension de l’animateur à parler de ses invitées – identifiées trans – au masculin, comme avec Andréa Colliaux qu’il nommera aussi à plusieurs reprises par son prénom masculin (émission du 18 janvier 2002). On regrette aussi l’absence des associations :

Et quand Arte fait une émission « sérieuse » sur les trans, toutes sortes de spécialistes sont invités... mais pas de représentants des associations trans françaises. N’est-ce pas une belle image de la discrimination qui nous touche qu’on organise des débats sur nous sans nous ?

10Une demande est donc clairement formulée : « Nous vous demandons donc de rappeler à l’ordre l’ensemble des chaînes de télévision notamment celles du service public afin qu’elles cessent de véhiculer tout acte ou propos discriminant. »

  • 8 En ligne : http://www.actupparis.org/article2403.html

11Deux mois plus tard, l’associatif français se mobilise pour demander l’arrêt de la diffusion d’une publicité (pour la marque Opel), perçue comme une « humiliation des trans’ comme technique de vente » (5 mai 2006)8 : « Dans une campagne télévisée diffusée à la télévision, la firme Opel utilise une personne transsexuelle et la tourne en dérision pour vendre une voiture. Par le ridicule du personnage, par la grossièreté du propos et par son abominable ressort humoristique, cette campagne publicitaire est non seulement minable, mais fondamentalement inacceptable d’un point de vue humain et éthique. Alors que nous subissons la transphobie quotidienne, la transphobie psychiatrique et la transphobie légale, devons-nous encore subir les sarcasmes des camelots ? ». Le communiqué explique :

Ce spot de publicité montre une femme qui vient visiblement de changer de sexe, caricaturale à souhait (siliconée, voix rauque, perruque, etc.) dans le cabinet de son médecin. Elle lui dit en substance : « Écoutez docteur, je crois que j’ai fait une erreur. Est-ce que, hum, on ne pourrait pas... Enfin, vous comprenez... Remettre, tout ce que vous venez d’enlever, quoi ? ». « Ah non, Madame, ça ne va pas être possible », répond le médecin en levant les yeux au ciel. Puis un travelling sur l’automobile, qui, elle, peut être essayée pendant trois jours et changée si elle ne convient pas.

12Les conclusions de la commission trans d’Act-Up Paris sont sans appel :

MoquéEs, humiliéEs, discriminéEs, brutaliséEs, assassinéEs, assujettiEs à la toute-puissance psychiatrique, excluEs le plus souvent du monde du travail, les trans’restent le groupe dont l’identité peut être bafouée en toute impunité. Exclue du dispositif de la HALDE, la transphobie n’a tout simplement pas d’existence légale. Lutter contre elle, c’est donc lutter contre un fantôme ; un fantôme qui met en jeu la vie de nombreuses personnes et les prive purement et simplement de leurs droits […] En Espagne, une publicité de cet acabit a déjà été retirée des écrans à la demande des associations trans’. En France, que fait le Bureau de vérification de la publicité (BVP), quand il ne fait pas semblant de s’effaroucher à la vue d’un poil pubien dans une publicité ? Le respect des minorités discriminées n’est-il pas digne de sa vigilance ?

Défiance des associations vis-à-vis des médias

13L’associatif trans est communiquant et il se désespère d’être entendu. Le collectif Support transgenre Strasbourg et l’Association nationale transgenre (Nancy) sont représentatifs de la défiance actuelle tout en ne refusant pas systématiquement une opportunité de communication. Voici l’avertissement que STS adresse aux journalistes de la presse écrite et de la télévision sur leur site Internet :

Si vous avez l’intention de proposer, à nous ou à nos lecteurs/-trices, la participation à des émissions, productions ou publications qui traitent de la transidentité, ayez la politesse de ne pas simplement nous bombarder d’invitations sommaires […] D’une façon générale, notre déontologie face aux médias est précise, et conçue en fonction de ce que nous considérons être le bénéfice que les médias pourraient apporter à la cause transgenre.

14Depuis une dizaine d’année nous savons que les « castings » passent par les forums, blogs et sites Internet des associations auxquelles les journalistes demandent de jouer un rôle de relais. STS précise encore : « Nous demandons impérativement la liberté totale de notre parole et sa reproduction fidèle et intégrale, et soit du vrai direct (sans le moindre décalage, même de quelques secondes, ceci afin d’éviter la censure “à la volée”), soit un droit de regard et d’accord sur le résultat final de la production ou publication. » Le collectif explique qu’un projet incapable de s’engager sur ces points ne peut être accepté : « Ceci non pas parce que nous chercherions à nous mettre en scène ou que nous nous prendrions pour des vedettes, mais parce que nous avons fait l’expérience que le non-respect de ces conditions mène infailliblement à une image distordue, voire négative, de la cause transgenre dans les médias. »

  • 9 En ligne : http://eur-lex.europa.eu/LexUriServ/LexUriServ.do?uri=OJ:L:2010:095:0001:0024:FR:PDF

15Dès 2011, Emma Smith et Cornelia Schneider de STS ont porté à notre connaissance un texte du Journal officiel de l’Union européenne passé totalement inaperçu : la directive 2010/13/UE du Parlement européen et du Conseil du 10 mars 2010 visant à la coordination de certaines dispositions législatives, réglementaires et administratives des États membres relatives à la fourniture de services de médias audiovisuels (directive « Services de médias audiovisuels »)9. À la page 15 du document, le chapitre III article 9 précise les dispositions applicables à tous les services de médias audiovisuels :

1. Les États membres veillent à ce que les communications commerciales audiovisuelles fournies par les fournisseurs de services de médias relevant de leur compétence répondent aux exigences suivantes :
[…] c) les communications commerciales audiovisuelles : i) ne portent pas atteinte à la dignité humaine ; ii) ne comportent pas de discrimination fondée sur le sexe, l’origine raciale ou ethnique, la nationalité, la religion ou les convictions, un handicap, l’âge ou l’orientation sexuelle, ni ne promeuvent une telle discrimination ; iii) n’encouragent pas des comportements préjudiciables à la santé ou à la sécurité.

16Comment ne pas reconnaître que certaines représentations portent atteinte à la dignité humaine ? On comprend que l’activité de STS ait été définie en ce sens par Cornelia Schneider et Emma Smith : « Le collectif a une approche politique de l’égalité de droits, du respect des droits humains et de l’identité de genre. C’est avant tout une approche d’auto-responsabilisation et de liberté qui respecte la liberté des autres, donc qui sort complètement de l’idée “associative”, “communautaire” (etc.). »

  • 10 Enligne : http://www.acthe.fr/information/viewartrub.php?a=152&t=Charte_de_bonne_conduite_envers_l (...)

17Toujours dans un esprit de pédagogie, l’association ACTHE (Paris) a pris l’initiative de rédiger « une charte de bonne conduite envers les personnes trans. » Nous la retranscrivons en partie car elle constitue une synthèse complémentaire de ce que les personnes trans ont diagnostiqué comme violences morales désormais attribuées à la transphobie sociale et étatique. « Pourquoi cette charte ? » est l’interrogation qui ouvre ce document. Elle nous renvoie à cette première réponse : « Parce que la transidentité est méconnue, parce que trop souvent les médias, les journalistes, les institutions, les politiques, les reportages, les administrations et les invidividu. e. s parlent des personnes trans sans respect, sans dignité, même si ce n’est pas toujours volontaire de leur part. Parce que l’ignorance n’est pas une excuse pour manquer de respect à un être humain. Parce qu’avant d’être des patients, des sujets, des usagers, des fantasmes, des stéréotypes, des préjugés, nous sommes avant tout des êtres humains, des personnes, des individu. e. s avec chacun. e son libre arbitre10. »

Maltraitances sur le ton du fait divers

18L’idée d’une maltraitance médiatique semble défendable. Il convient de revenir brièvement sur la couverture médiatique de l’assassinat de Mylène à Limoges en 2013 avant d’aborder, plus techniquement, la question de la dépathologisation/stigmatisation du sujet trans à télévision et dans les médias de la presse écrite et numérique.

  • 11 Le 26 juillet 2013, en ligne : http://www.ouest-france.fr/ofdernmin_-Limoges.-Homicide-le-corps-d- (...)
  • 12 Par la Rédaction avec AFP, publié le 26 juillet 2013, URL : http://www.rtl.fr/actualites/info/arti (...)
  • 13 « Une information judiciaire ouverte après la mort d’un travesti à Limoges », publié le 1er août à (...)
  • 14 « Meurtre de Mylène : les résultats de l’autopsie connus ce jeudi », publié le 31 juillet 2013, ht (...)
  • 15 En ligne : https://www.facebook.com/groups/143687288986400/
  • 16 Lagier Franck, publié le 27 juillet 2013, en ligne : http://www.leparisien.fr/faits-divers/la-rein (...)
  • 17 Édité par DH avec AFP, le 26 juillet 2013 à 12h45, mis à jour le 26 juillet 2013.
  • 18 Belingard Christian, publié le 1er août 2013, en ligne : http://limousin.france3.fr/2013/08/01/meu (...)
  • 19 Extraits d’un entretien avec Emma Smith de STS, le 11 septembre 2013.

19Tout comme le meurtre de Mylène à Marseille en 2005, celui de Mylène de Limoges a figuré dans la rubrique « Faits divers » dès le 25 juillet 2013. Ouest-France titre : « Limoges. Homicide : le corps d’un travesti retrouvé à son domicile11 ». RTL : « Le travesti “Mylène” mort, sans doute tué à coups de marteau »12 expliquant qu’un « travesti d’une quarantaine d’années retrouvé mort près de Limoges. “Il pourrait s’agir d’un rendez-vous qui a mal tourné”, selon la police ». Le Parisien parle de « figure des nuits limougeaudes », que le « corps sans vie de ce travesti d’une quarantaine d’années, probablement tué à coups de marteau, a été découvert jeudi 25 juillet au soir à son domicile de Couzeix, dans la banlieue de Limoges13 ». Si le Populaire.fr14 cite l’identité masculine de Mylène, il n’est pas le premier et ne sera pas le dernier comme le déploreront ses ami. e. s de l’association Les Myriades Transs présente sur les réseaux sociaux15. Le Parisien. fr était en effet revenu sur l’affaire le 27 juillet avec ce titre et ce chapeau : « La Reine de la nuit tuée à coups de marteau » – « Coiffeur le jour, travesti le soir, Laurent, alias Mylène, a été retrouvé mort chez lui à Couzeix (Haute-Vienne). Émotion dans le monde de la nuit16 ». L’information télévisée n’est pas en reste avec LCI via l’interface Internet : « Le corps d’un travesti retrouvé chez lui : un probable homicide17 » ou encore France 3 Limousin : « Meurtre de “Mylène” : l’incinération de la victime a eu lieu ce matin à Limoges – Laurent Mallet, coiffeur de jour et artiste transformiste la nuit, a été incinéré tôt ce matin au crématorium de Landouge alors que l’on s’attend après une semaine à un premier point sur l’enquête peut-être en cours de journée18 ». Cet exemple n’a rien d’exceptionnel. À chaque suicide, assassinat d’une personne trans ou récit de ses « démêlées » avec la justice – dans le cadre d’un changement d’état civil par exemple –, la même trame se répète. Défaire « l’approche pathologisante » pourrait représenter une première démarche. Acteurs et actrices du terrain trans dénoncent des approches « idéologiques, pathologisantes, et négationniste »19 ayant un rôle très important ainsi qu’une « responsabilité directe pour ces mortEs, exclusions - et opérations ».

20Sur la base d’une partie des constats du collectif STS, partagés par d’autres acteurs de terrain, nous complétons sous forme de récapitulatif les résultats de notre recherche :

  • Une terminologie « systématiquement pathologisante et ignorante ». Les mots du terrain sont ignorés bien qu’ayant percé dans les sciences humaines et sociales. Nous ne sommes donc pas dans un effet de mode du côté terrain, mais bien dans un choix cherchant uniquement à faciliter l’accès au grand public côté médias. À titre indicatif, donnons quelques chiffres des tendances relevées grâce aux archives de l’Institut national de l’audiovisuel d’une recherche menée entre 2008 et 2012 : sur les 971 occurrences trouvées (avant retrait des rediffusions détectées), plus de 500 comptent le descripteur « travesti » pour décrire le sujet trans, et ce jusqu’à des émissions très récentes de la décennie en cours.
  • Erreurs « fréquentes » soupçonnées parfois d’être « volontaires ». La télévision « transsexualise » ou « travestie » par défaut. Le modèle le plus rassurant étant « l’institué transsexe » – le témoignage d’une personne qui « rassure » par son inscription à l’ordre du genre au sens de rapport sociaux de sexes – au détriment de « l’institué transgenre » confidentiel en télévision alors que paradoxalement majoritaire sur le terrain, il est dit « travesti ». Du côté du collectif STS, Emma Smith parle du « maintien de l’idée d’anormalité ».
  • Erreurs de pronoms sujets, et de pronoms personnels. Notre étude confirme bien cette tendance et ce dès les années 1980 avec un grand plateau de téléviion de l’émission d’Armand Jammot : D’un sexe à l’autre, elle ou lui ? (Les Dossiers de l’écran, 1987)20. Les personnes réunies autour d’Alain Jérôme sont, d’un côté des transidentités, de l’autre des experts des questions médicales et juridiques de la question de société qui pourrait se résumer à : traiter les trans et leur faire place dans le social. Trans et experts, sont intégrés dans un dispositif de face-à-face, arbitré par l’animateur lui-même placé au centre du dispositif. Les transidentités sont ainsi présentées en plans-visage successifs : « Jacqueline-Charlotte Dufresnoy, alias Coccinelle, transsexuel, qui a subi l’opération » ; « Maud Marin, transsexuel, opéré » ; « le docteur Sylviane Dullak, transsexuel, qui fut marié et eut quatre enfants avant d’être opéré » ; « Claude Montel, pour des raisons de santé, elle n’a pu être opérée, mais qui se considère comme un homme ». Notons que l’on parle des MtFs au masculin, et du seul FtM présent au féminin. Ce scénario va marquer les deux décennies suivantes. Le sujet trans est objet de savoir et non sujet de savoir, il est isolé et jamais représenté collectivement.
  • L’un des arguments majeurs réside dans l’importance de la voix donnée au corps médical, des psychiatres et aux divers experts de la question. Notre étude montre qu’avec l’arrivée des experts en télévision la donne change aussi pour les personnes trans. Dans La Bonne parole21, Dominique Mehl a exploré la sollicitation publique des psychologues, psychiatres et psychanalystes en cette période où, avec la controverse bioéthique, l’accent est mis sur la procréation qualifiée d’artificielle – non naturelle – et des « incertitudes ». Les experts de la question trans ont plaidé la cause des « transsexuels » dans les médias mais en créant des catégories parmi les personnes22.
  • « L’ignorance totale et absence de respect des textes de droits humains (recommandations de l’ONU, du Conseil de l’Europe). » On doit souligner ici le retard entre la situation française qui se résume à peau de chagrin et l’évolution au Royaume-Uni par exemple. Le rôle de veille de Trans Media Watch est important. Cependant, il convient de revenir avec la dramatique « affaire Lucy Meadows ». L’enseignante harcelée en raison de sa transidentité par le Daily Mail met fin à ses jours le 19 mars 201323. Le scandale fut tel que l’on a noté, par la suite, une réelle volonté de la part des médias de travailler avec le monde associatif : « Il y a une action de dialogue et de rencontres très réguliers entre la presse et les personnes qui souffrent le plus de la négation idéologique, afin d’informer et encourager un climat constructif plutôt que négatif, d’ignorance...24 » L’événement tragique de Lucy Meadows est venu conforter le rapport Leveson, rendu public quelques mois auparavant. Dans Le Monde du 29 novembre 2012, on pouvait lire que Lord Leveson, président de la commission indépendante chargée de faire la lumière sur les pratiques des médias britanniques, préconisait une nouvelle approche : « Il faut des changements » et « un bouleversement de l’autoréglementation de la presse, “qui a montré ses lacunes”25. » L’affaire Lucy Meadows a encouragé en ce sens.
  • 26 Présentation du CSA, en ligne : http://www.csa.fr/Le-CSA/Presentation-du-Conseil

21La France ne doit pas craindre de suivre l’exemple des pays anglo-saxons qui ont « défriché la route ». L’expérience acquise par Trans Media Watch est exemplaire et démontre que politiques, médias et personnes concernées, peuvent travailler sans entraver le droit à la libre expression tout en protégeant les personnes les plus vulnérables. Le modèle est transposable. Le Conseil supérieur de l’audiovisuel, depuis sa création par la loi du 17 janvier 1989, a entre autres missions de garantir le respect de l’expression pluraliste des courants d’opinion et plus récemment : « Il a reçu de nouvelles missions : rendre les programmes de la télévision accessibles aux personnes souffrant d’un handicap auditif ou visuel ; veiller à la représentation de la diversité de notre société dans les médias ; contribuer aux actions en faveur de la protection de la santé, etc.26 » Une grande partie des arguments exposés dans cette partie ont fait l’objet d’une contribution proposée au CSA suite à un appel à contribution en 2013, mais la proposition est demeurée sans réponse. Les transidentités font partie de cette diversité décrite par le CSA et les associations comme les collectifs souhaiteraient être partie prenante du processus du dialogue pour réellement changer l’image des personnes trans dans les médias dans le respect de leur identité de genre, comme garantir leurs droits de citoyen. ne. s et de fait participer ainsi collectivement à la « dévulnérabilisation » des individus. Il s’agit bien de faire de la notion de « maltraitance médiatique » un objet obsolète.

Notes

1 Une partie des résultats sont consultables en ligne : http://karineespineira.wordpress.com/2013/04/25/la-reception-des-representations-trans-dans-lesmedias-par-les-personnes-trans/

2 « Discriminations transphobes à la télévision : l’Existrans interpelle Dominique Baudis », en ligne : http://www.actupparis.org/spip.php?article2354

3 « There’s something about Miriam », émission de télé-réalité de six épisodes, Sky One, Royaume-Uni, 2004.

4 Il s’agit du véritable orthographe du prénom de le jeune femme. Les médias français ont écrit le plus souvent le prénom avec l’orthographe : « Myriam ».

5 En ligne : http://www.actupparis.org/spip.php?article2354

6 L’article est en toujours en ligne et repris à l’adresse : http://karineespineira.wordpress.com/2012/07/29/la-transidentite-et-les-medias-un-cadre-et-uncontexte-propices-a-la-discrimination/

7 Lire Philbert Delphine, Devenir celle que je suis, Paris, Max Milo, 2011 ; Nicot Stéphanie et Augst-Merelle Alexandra, Changer de sexe : identité transsexuelles, Paris, Le Cavalier Bleu, 2006 ; Espineira Karine, La Transidentité, de l’espace médiatique à l’espace public, Paris, L’Harmattan, 2008.

8 En ligne : http://www.actupparis.org/article2403.html

9 En ligne : http://eur-lex.europa.eu/LexUriServ/LexUriServ.do?uri=OJ:L:2010:095:0001:0024:FR:PDF

10 Enligne : http://www.acthe.fr/information/viewartrub.php?a=152&t=Charte_de_bonne_conduite_envers_les_personnes_trans

11 Le 26 juillet 2013, en ligne : http://www.ouest-france.fr/ofdernmin_-Limoges.-Homicide-le-corps-d-un-travesti-retrouve-a-son-domicile_6346-2215509_actu.htm

12 Par la Rédaction avec AFP, publié le 26 juillet 2013, URL : http://www.rtl.fr/actualites/info/article/le-travesti-mylene-mort-sans-doute-tue-a-coups-de marteau-7763416944

13 « Une information judiciaire ouverte après la mort d’un travesti à Limoges », publié le 1er août à 2013, en ligne : http://www.leparisien.fr/faitsdivers/une-information-judiciaire-ouverte-apres-la-mort-d-un-travesti-alimoges-01-08-2013-3023747.php

14 « Meurtre de Mylène : les résultats de l’autopsie connus ce jeudi », publié le 31 juillet 2013, http://www.lepopulaire.fr/limousin/actualite/2013/07/31/meurtre-de-mylene-les-resultats-de-l-autopsie-connus-ce-jeudi-1644944.html

15 En ligne : https://www.facebook.com/groups/143687288986400/

16 Lagier Franck, publié le 27 juillet 2013, en ligne : http://www.leparisien.fr/faits-divers/la-reine-de-la-nuit-tuee-a-coups-de-marteau-27-07-2013-3012111.php

17 Édité par DH avec AFP, le 26 juillet 2013 à 12h45, mis à jour le 26 juillet 2013.

18 Belingard Christian, publié le 1er août 2013, en ligne : http://limousin.france3.fr/2013/08/01/meurtre-de-mylene-l-incineration-de-la-victime-eulieu-ce-matin-limoges-296429.html

19 Extraits d’un entretien avec Emma Smith de STS, le 11 septembre 2013.

20 Titre propre : D’un sexe à l’autre, elle ou lui ?, Les dossiers de l’écran, Antenne 2, 15/12/1987.

21 Mehl Dominique, Quand les psys plaident dans les médias, Paris, Éditions de La Martinière, 2003.

22 . Lire : « Le bouclier thérapeutique, discours et limites d’un appareil de légitimation », op. cit.

23 Lire à ce sujet le Guardian : « Lucy Meadows coroner tells press : ‘shame on you’ », Helen Pidd, The Guardian, publié le 28 mai 2013, en ligne : http://www.theguardian.com/uk/2013/may/28/lucy-meadows-coroner-press-shame ; le Huffingtonpost : « Lucy Meadows Cause Of Death Ruled A Suicide ; Coroner Tells Press ‘Shame On You’ », publié le 29 mai 2013, en ligne : http://www.huffingtonpost.com/2013/05/29/lucy-meadows-cause-ofdeath-suicide_n_3351992.html

24 En ligne : https://twitter.com/AllAboutTrans

25 « Lord Leveson veut mettre au pas la presse britannique », par Marc Roche, Le Monde.fr, 29 novembre 2012, en ligne : http://www.lemonde.fr/actualitemedias/article/2012/11/29/lord-leveson-veut-mettre-au-pas-la-presse-britannique_1798096_3236.html. Lire les pages 666 à 668 du rapport : An Inquiry into the Culture, Practices and Ethics of the Press, The Right Honorable Lord Justice Leveson, volume II, novembre 2012, en ligne : http://i2.cdn.turner.com/cnn/2012/images/11/29/leveson.volume.two.pdf

26 Présentation du CSA, en ligne : http://www.csa.fr/Le-CSA/Presentation-du-Conseil

Table des illustrations

Titre Graphique 1 - Selon vous, les médias donnent une image des personnes trans :
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/4878/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 116k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search