Version classiqueVersion mobile

Sociologie de la transphobie

 | 
Arnaud Alessandrin
, 
Karine Espineira

Introduction

Compter numériquement pour compter politiquement

Texte intégral

1La transphobie demeure une réalité inconnue. Le mot même reste ignoré du grand public et bien souvent des politiques. Pourtant, les témoignages existent. Ils font état de violences brutales, souvent mal prises en charge par la police et par la justice. Néanmoins, certaines agressions parviennent jusque dans les médias. Ainsi cet article de Didier Arnaud, paru dans Libération, le 26 juin 2010, à l’occasion de la marche des fiertés LGBT.

  • 1 http://www.liberation.fr/societe/0101643611-transphobie-a-l-heure-de-l-apero

En dix ans, Geovanna, a été agressée à quatre reprises. En 2008, des jeunes ont cassé sa fenêtre avec des cailloux depuis la rue en criant « travelo, pédé, enculé de ta race, je nique ta mère ». La même année, un jeune homme de 16 ans a essayé de la frapper à la gorge au cutter en lui disant que « des gens comme [elle] ne devraient pas vivre ». Elle a mis la main pour se protéger, failli perdre l’usage de ses doigts. En novembre 2009, dans le bus 54 à Paris, des jeunes ont tenté de mettre le feu à la chevelure d’une de ses amies trans. Des femmes maghrébines sont venues à son secours. En 2009, devant le Moulin Rouge, Geovanna s’est fait casser la figure pour avoir refusé d’accompagner un homme qui voulait la ramener chez elle1.

2Mais la plupart du temps, les agressions se déroulent dans l’indifférence générale. En outre, les victimes sont souvent ignorées et hésitent donc à porter plainte… Le seul exemple qui ait un tant soit peu ému l’opinion publique est le meurtre de Jean-Pierre Humblot, à Nancy, en 2003. Cet homme travesti fut tabassé par deux jeunes gens, puis jeté à l’eau où il se noya. Les deux agresseurs expliquèrent qu’ils faisaient partie d’un groupe qui avait l’habitude d’agresser les homosexuel.le.s « pour s’amuser ». Mais ils n’avaient jamais été inquiétés par la police jusque-là. L’affaire suscita une certaine émotion dans la région. L’association Homonyme de Nancy s’était alors saisie de l’affaire, poussant le maire de la ville à déposer une plaque à l’occasion du 17 mai 2005. Mais une nouvelle fois, le meurtre fut présenté comme une violence homophobe, alors que l’acte de transphobie était avéré. Plus récemment, c’est l’affaire de Mylene, à Limoges, qui suscita l’intérêt des médias. Probablement en raison des a priori sur le « monde de la nuit » – à moins que ce ne soit l’origine de l’agresseur –, l’acte transphobe et l’assassinat de Mylene se trouvèrent réinterprétés en agression sur « un travesti ». Bien souvent alors, les personnes se voient nier leur (trans) identité. Dans la bouche de nos interviewé.e.s, ce déni des médias constitue bien souvent « une seconde mort ».

3L’une des difficultés majeures de la reconnaissance des actes transphobes réside dans le fait que la transphobie n’est pas reconnue dans la loi française, contrairement au sexisme ou à l’homophobie. Dès lors, les caractéristiques transphobes des agressions, lorsqu’elles sont prises en compte, sont effacées dans des catégories voisines – un peu comme si on classait les agressions antisémites parmi les agressions racistes, ou parmi les agressions ordinaires, sans souci de spécification. En ce sens, même lorsqu’elles sont répertoriées, les agressions transphobes disparaissent dans les statistiques générales de la police. Or, s’il y a un lien entre sexisme, homophobie et transphobie, il y a aussi des différences importantes, qui méritent d’être prises en considération, afin de mieux coordonner la répression et la prévention de ces divers phénomènes. Il ne s’agira donc pas ici de nier les ponts qui traversent ces problématiques, mais il conviendra de mettre l’accent sur celle, plus spécifique, de la transphobie.

4C’est dans cette perspective que nous avons décidé de mener une enquête qui entend mesurer, qualifier et éclairer la transphobie. L’expérience de la transphobie, vécue ou appréhendée, est l’un des ciments de l’expérience transidentitaire. Ne pas la prendre en compte revient à ne pas prendre compte ce que sont les transidentités – qu’il convient d’ores et déjà d’entendre au pluriel –. Nous souhaitons dessiner les contours et restituer l’épaisseur de la transphobie pour mettre à jour la dimension politique du sujet.

5Nous souhaitons ainsi, par ce livre, offrir un panorama des actes transphobes et des expériences de la transphobie, à travers des témoignages certes, mais également des chiffres, afin de dessiner les contours de la transphobie en France. De nombreuses recherches sur les discriminations se sont contentées de travailler statistiquement cette question. Évidemment, ces éléments quantitatifs sont indispensables pour les lectures des phénomènes d’exclusions sociales. Toutefois, il nous a semblé que l’expérience « par le bas », des individus confrontés aux discriminations venait compléter l’analyse et renforcer la froideur des chiffres.

  • 2 Fassin Éric, « L’invention française des discriminations », Revue française de science politique, 4 (...)
  • 3 Becker Howard S., Outsiders, Paris, Métailié, 1985.

6Avant de donner les éléments méthodologiques, il convient de préciser le contexte, notamment au regard de ce que la sociologie peut dire des discriminations. Suivant la pensée d’Éric Fassin, dans son article « L’invention française de la discrimination »2, paru dans la Revue française de science politique en 2002, l’archéologie du concept de discrimination semble dévoiler trois processus à la fois distincts et liés que Fassin nomme des « enjeux anthropologiques ». Le premier renvoie à l’essentialisation de l’objet, ou ce que nous pourrions également nommer « la naturalisation des inégalités ». De ce point de vue, nous ne ferons pas ici l’hypothèse d’une nature « transidentitaire » dont l’origine pourrait être débusquée à l’endroit d’une éducation spécifique ou bien encore d’un fonctionnement neurobiologie atypique. Nous entrevoyons la transidentité comme une « carrière » au sens de Becker3, c’est-à-dire un processus d’apprentissage auquel participe pleinement le stigmate. Aussi, pourrions-nous noter que dans des sociétés ou les inégalités sont naturalisées, essentialisées, les analyses des discriminations ne peuvent pas exister. La répartition des places y est prédéfinie. Cette société de strates, d’ordres ou de castes, n’a plus cours chez nous. Mais il n’est pas certain que dans l’analyse, en termes de société de classes qui a succédé, les discriminations apparaissent plus clairement. En effet, dans ce type de société, ce sont de grandes logiques connues qui président à la répartition inégale de la place des individus : le patriarcat en ce qui concerne les femmes et le capitalisme en ce qui concerne les prolétaires, sachant que patriarcat et régime économique sont fortement liés sous la plume de certaines auteures (Delphy, 1998). Nous tenterons, non pas à contre-courant, mais parallèlement à ces analyses, de produire un savoir sur les discriminations transphobes qui ne se contente pas de coller « simplement » à de grands récits. Le second processus nommé par Fassin est la « victimisation du sujet ». Il convient d’entendre « victimisation » dans une double définition, à la fois comme un enjeu de reconnaissance – « je te reconnais comme victime » – et comme nouveau processus de stigmatisation – le qualificatif de victime pouvant être tout aussi compliqué à accepter –. Dans ce double sens, les niveaux subjectifs juridiques et politique sont alors convoqués, plus ou moins simultanément. Enfin, Éric Fassin souligne un troisième processus, relatif aux « stratégies de lutte » – pour la reconnaissance ou contre la reconnaissance de ces mêmes discriminations –. Rappelons-nous, sur ce point précis, que l’apparition d’une revendication ou d’une demande de reconnaissance sur l’agenda politique fait naître bien souvent son alter ego opposé. « La manif pour tous » et le « mariage pour tous » en sont les récentes illustrations médiatiques. L’ensemble formé par ce triptyque analytique nous paraît intéressant à plusieurs égards. D’une part, il permet de saisir la question des discriminations du côté épistémologique, subjectif et politique. D’autre part, il s’applique à de nombreux cas de discriminations, offrant au chercheur la possibilité d’une comparaison. Si, depuis une vingtaine d’années, la société française a commencé à reconnaître l’existence de discriminations, cette transformation s’inscrit nettement en rupture avec un discours et une idéologie qui avaient jusque-là consisté à nier la possibilité d’un ailleurs à « l’indifférence aux différences » républicaine. Pour le dire autrement, on sait aujourd’hui que si toutes les inégalités ne sont pas dues aux discriminations, les discriminations alimentent systématiquement des régimes d’inégales répartitions et accès aux biens, aux services, mais également à la visibilité, à la protection et à la représentation.

  • 4 Dubet François et al., Pourquoi moi ?, Paris, Le Seuil, 2013.

7La psycho-sociologie est la première science à réellement travailler la question des discriminations – au sens étymologique de la séparation, et donc de la distinction –. De son côté, le droit sera également mobilisé par des actions citoyennes ou par des mouvements « par le haut », afin de définir et de combattre les situations de discrimination. On pourrait, de ce point de vue, remarquer que la France est dotée d’un certain nombre de lois et de dispositifs afin de lutter contre les discriminations (perfectibles évidemment : Pensons aux recours collectifs ou à l’élargissement des motifs de discriminations reconnus dans la loi), mais que ces dispositifs sont bien souvent des cataplasmes symboliques très peu actifs lorsqu’il s’agit de glisser de la reconnaissance potentielle à la reconnaissance réelle, et plus encore lorsqu’il s’agit de passer de la reconnaissance réelle à la réparation. Disons le plus nettement : si l’on reconnaît le droit d’un individu à porter plainte pour discrimination, il n’est pas garanti que cette plainte soit entendue, reçue et jugée comme telle ou que la réparation attendue – on pourrait penser aux circonstances aggravantes par exemple – soit à la hauteur des espoirs ou de ce que prévoit la loi. Sentiment de discrimination, discrimination indirecte, inégalités, ségrégation : la boîte à outils sémantique qui éclaire le processus de discrimination s’élargit au bénéfice d’éléments que le droit, seul, ne parvient à rendre visible. Subjectivement, les individus déploient de nouvelles technologies de protection face aux rires, à l’opprobre, à la mise à l’écart, à la discrimination, à l’injure et aux coups. François Dubet4 a montré combien les stratégies de distanciation, de pédagogie, d’esquive ou de rire participent du retournement du stigmate et de bricolage interne pour qu’une vie marquée par la discrimination – réelle ou potentielle – devienne aussi une vie vivable. Il faut donc revenir sur les limites d’une définition de la discrimination, et ici de la transphobie, qui serait uniquement juridique. Ce type de définition « serrée » a certes le bénéfice d’être intextuée, mais passe sous silence la multitude des expériences.

  • 5 Elias Norbert, La Société des individus, Paris, Fayard, 1991.

8De ce point de vue, il semble que, méthodologiquement, il faille donc bel et bien passer simultanément par une recension quantitative et qualitative des actes de discriminations afin de saisir ce qui, dans l’expérience, échappe aux grandes réalités statistiques. Pour qu’une bi-analyse des discriminations soit possible, il faut se situer dans une société des individus5, c’est-à-dire une société dans laquelle l’intégration – coercitive la plus souvent – laisse place à une part de stratégie et de dissidence plus ou moins grande. Cet écart à la norme est le terreau des discriminations. Et l’écart aux normes de genre fonctionne à l’identique dans le cas de la transphobie.

9Dans son livre Pourquoi moi ?, François Dubet note qu’une société moins inégalitaire – en droit tout du moins – donne à voir, paradoxalement, une société de discriminés – potentiels ou réels –. La situation est tout à fait tocquevillienne : dans un régime de poussée égalitaire – en droit, nous insistons –, la moindre des différences de traitement est vécue, sinon comme un manque de mérite – à l’école par exemple –, du moins comme une discrimination flagrante. Ceci ne concerne toutefois que partiellement la question trans, puisque, et c’est une des rares exceptions, cette dernière n’a pas été affectée, ou très peu, par cette poussée égalitaire qui, en droit nous nous répétons, consentirait à ne pas lui amputer une partie de sa citoyenneté, de son humanité. La difficulté, et là réside la nécessité de travailler sociologiquement et non pas uniquement juridiquement la question de la discrimination, c’est que faire la preuve de cette discrimination est chose impossible. Sans preuve, les individus discriminés deviennent paranoïaques. Comment croire quelque chose qui n’est pas vérifiable ? Ce qui ne veut pas dire que la discrimination n’existe pas, mais elle est écume dans un océan de preuves lointaines et de distinctions naturalisées. Enfin, et nous finirons par cela, cette question de la reconnaissance des discriminations ne fait pas tout. La solidarité touche ici ses limites : en effet si je veux bien qu’on me reconnaisse comme victime en échange d’une réparation, ce n’est pas pour autant que je souhaite cette même reconnaissance à autrui. Dans ce contexte, et alors que nous partons de l’idée générale de la discrimination pour aboutir aux particularités de la transphobie, comment faire en sorte que les expériences de la discrimination et les mouvements de lutte contre cette dernière ne restent pas atomisés mais parviennent à faire sens dans un mouvement inclusif ? Dans ce décor, nous espérons que les éléments qui constituent ce livre éclaireront conjointement une meilleure connaissance de la transphobie et ses nécessaires connexions avec des mouvements siamois.

  • 6 Herault Laurence, « Constituer des hommes et des femmes », Terrain, no 42, p. 95-108, 2004 ; Espine (...)
  • 7 Whittle Stephen, Respect and Equality : Transsexual and Transgenden Rights, London, Cavendish, 2002 (...)

10Si la question transidentitaire est, depuis peu, entrée dans les préoccupations des sciences humaines dans leur contexte français6 (Hérault, 2004 ; Espineira, 2008 ; Alessandrin, 2012), les recherches sur la transphobie restent avant tout des recherches internationales7 (Whittle, 2003 ; Lehtonen et Mustola, 2004 ; Meulmeester, Bos, Spaas, et Eisfeld, 2005 ; Berkins et Fernandez, 2005 ; Motmans, Biolley et Debunne, 2009). Les trans studies, en contexte français, se présentent alors comme un terrain à défricher et à définir avec prudence. Des études qualitatives commencent timidement à se frayer un chemin tandis que les études quantitatives demeurent plus rares. En mettant de côtés les études réalisées par les protocoles médicaux, la chronologie des recherches quantitatives françaises peut être rapidement reconstituée :

    • 8 http://www.hes-france.org/propositions/commissions/questionnaires-comtrans/enquete-sur-le-vecu-des- (...)

    En 2009, l’association H&S (Homosexualité et Socialisme) et le MAG (Mouvement l’Affirmation Gay) proposent une enquête sur les jeunes trans8. Cette enquête recueille 90 réponses. Toutefois, et même si cette première enquête donne des résultats proches des observations empiriques du terrain, le faible nombre de répondant.e.s rend compliquée la montée en généralité ;

    • 9 Les premiers résultats de cette enquête sont publiés sur : http://aihus.eu/prod/data/publications/t (...)

    En 2010, Alain Giami, Emmanuelle Beaubatie et Jonas Le Bail débutent une enquête financée par l’INSERM. Cette première grande recherche à dimension nationale recueille 381 réponses et balaie les questions de santé, de transitions, et de sexualité des trans9. Il s’agit là de la première enquête scientifique à grande échelle sur la question trans en France.

    • 10 http://chrysalidelyon.free.fr/fichiers/doc/santetrans2011.pdf

    En 2011, l’association Chrysalide (Lyon) met en ligne les résultats d’une enquête sur la santé trans. Celle-ci récolte 187 réponses10 et donne de nouvelles indications sur la sexualité et la santé des personnes trans ;

    • 11 http://karineespineira.wordpress.com/

    En 2013, Karine Espineira met en ligne une enquête, au cours de laquelle elle revient sur 35 entretiens menés dans le cadre de sa thèse ; l’enquête porte sur la réception des représentations trans dans les médias par les personnes trans11.

  • 12 http://www.sos-homophobie.org/sites/default/files/rapport_annuel_2014.pdf

11Nous pourrions enfin noter les chiffres révélés chaque année par l’association SOS Homophobie qui, dans son rapport annuel, comprend une partie sur les personnes trans. Le dernier rapport de 2014 recense 79 plaintes et donne à voir l’importance de l’espace public et d’Internet comme lieu de discriminations et d’insultes : 34 % des manifestations transphobes ont lieu sur Internet, 13 % dans la rue, 56 % des manifestations transphobes ont pris la forme d’insultes selon cette enquête12. Cependant, les enquêtes de l’association SOS Homophobie sont des recueils de plaintes et la démarche qui consiste à recenser les appels reçus par une association limite l’accès à la parole des victimes. Il nous a donc semblé nécessaire de poursuivre cet effort de description quantitative afin de mieux saisir les actes transphobes et leurs conséquences.

12Alors qu’attendons-nous de cette enquête ? D’une part, nous l’avons vu, il s’agit de combler le manque de connaissance au sujet des actes transphobes et de leurs conséquences dans le contexte français. D’autre part il s’agit de fournir, par le biais de ce travail, des outils de lutte et de sensibilisation pour l’égalité des droits à destination des militants et des décideurs. L’ambition affichée est alors de mettre des chiffres sur des actions isolées mais répétées. Nous souhaitons interpeller les élu.e.s, locaux et nationaux sur la nécessité de prendre en compte et d’inscrire la transphobie dans la lutte globale contre les discriminations. Au niveau national d’abord, où cela impacte directement les propositions de loi qui pourront être déposées en vue de lutter contre la transphobie et en faveur d’une meilleure intégration des personnes trans. Au niveau local également, puisque ces chiffres ont vocation à interpeller les maires, conseillers régionaux ou généraux dont l’action vise à une meilleure cohésion sociale, à des formations ou des plans de lutte contre les discriminations ou bien encore au soutien d’acteurs de terrain. Enfin, ces chiffres et témoignages interpelleront peut-être aussi les citoyens, employeurs, acteurs de santé etc. qui travaillent aux côtés des personnes trans. C’est pourquoi cet ouvrage s’adresse également aux militants, aux associations, aux chercheurs, aux étudiants qui se penchent sur la question des transidentités et/ou agissent en faveur d’une diminution du coût de la transphobie. Nous ne produisons pas des chiffres pour alimenter vainement des bibliothèques inhabitées. Il en découle des observations sur l’accueil des personnes trans, l’organisation et l’offre des soins ainsi que sur le droit actuel qui semblent avoir été créé pour les trans, mais qui se sont réellement déployés si ce n’est contre eux, du moins toujours sans eux.

13D’un point de vue méthodologique, ce travail prend appui simultanément sur une enquête en ligne et sur un travail de terrain (entretiens, observations, visionnages télévisuels, etc. réalisé au cours de nos thèses respectives. Concernant notre enquête, la première étape a consisté dans le recueil des informations et des témoignages auprès des acteurs de terrain. Compte tenu de la difficulté du sujet, des réticences et des tabous, il nous semble opportun de faire partir notre action de l’expérience concrète des individus concernés. Ont été auditionnés, les associations et collectifs : TXY, l’ANT (Association nationale transgenre), AEC Toulouse, OUTrans, Acceptess T, Act-Up) ainsi que des individualités connues du monde associatif trans. La seconde étape se traduit par l’élaboration d’un questionnaire, diffusé par Internet. Les réseaux sociaux (Facebook, Twitter) ainsi que les nombreux relais associatifs ont assuré la diffusion de ce questionnaire du 1er mai au 1er juillet 2014. Au total ce sont plus de 309 réponses qui ont été collectées. Ce questionnaire comportait des questions ouvertes et fermées afin de recueillir également des témoignages. Cette recherche est à la fois une recherche quantitative et qualitative. Elle vise à combiner les chiffres et les illustrations concrètes de la transphobie. Rétrospectivement, il convient de souligner les angles morts de ce type de questionnaire. En effet, notons d’une part que le temps de l’enquête aura été très court, limitant le nombre de répondant.e.s. D’autre part, l’usage exclusif d’Internet n’a pas permis de cibler les populations les plus éloignées des réseaux sociaux qui forment un terrain d’expression et d’action pour les jeunes générations, et les membres actifs du monde associatif. Toutefois, les chiffres de cette enquête ne s’éloignent pas des autres enquêtes menées dans d’autres pays ou avec d’autres supports (papiers, entretiens, etc.). Ils font écho à un terrain et à des expériences que nous connaissons bien pour avoir soutenu nos thèses et pour avoir continué d’enquêter sur cette question.

  • 13 Disponible sur : http://fra.europa.eu/en/publication/2014/being-trans-eucomparative-analysis

14D’ailleurs, les récents chiffres étrangers dont nous disposons montrent également l’urgence de la situation. L’Agence des droits fondamentaux a publié en novembre 2014 un rapport sur la situation des personnes trans en Europe13. Ce dernier montre qu’au cours des douze derniers mois précédant l’enquête, 54 % des personnes trans ont été victimes de discrimination ou de harcèlement au motif de leur identité de genre. Tous les espaces de vie sont concernés : 37 % des personnes affirment avoir été discriminées pendant leur recherche d’emploi, et 27 % au travail. L’école est également pointée du doigt : 25 % des répondant.e.s ont vécu une situation de discrimination et/ou de harcèlement et 78 % n’ont pu parler ni des discriminations subies ni de leur identité de genre. Concernant l’accès aux soins ou aux services sociaux, la discrimination atteint les 20 %. En France, selon cette enquête, 52 % des personnes disent avoir été violentées, harcelées ou discriminées durant les 12 derniers mois… Les répondant.e.s ont été également interrogé.e.s sur leur bien-être. On découvre alors que seulement 36 % des personnes s’affirment dans la sphère privée. Mais si elles sont 37 % à assumer leur identité de genre dans les services de santé, elles ne sont plus que 23 % à l’assumer au travail….

15Face à ce constat nous tenterons, dans un premier temps, de définir la transphobie : quels en sont les contours, les différentes formes ? Puis nous regarderons du côté de la médecine et des médias qui restent, à nos yeux, les deux « pourvoyeurs » ou « médiateurs » principaux de discours, de théories et de représentations transphobes. Enfin, nous reviendrons sur les résultats de notre enquête afin de dévoiler quelques chiffres nationaux sur la transphobie.

Notes

1 http://www.liberation.fr/societe/0101643611-transphobie-a-l-heure-de-l-apero

2 Fassin Éric, « L’invention française des discriminations », Revue française de science politique, 4, Vol. 52, pp. 403-423, 2002.

3 Becker Howard S., Outsiders, Paris, Métailié, 1985.

4 Dubet François et al., Pourquoi moi ?, Paris, Le Seuil, 2013.

5 Elias Norbert, La Société des individus, Paris, Fayard, 1991.

6 Herault Laurence, « Constituer des hommes et des femmes », Terrain, no 42, p. 95-108, 2004 ; Espineira Karine, La transidentité de l’espace médiatique à l’espace public, Paris, L’Harmattan, 2008 ; Alessandrin Arnaud, « Droit, corps trans et psychiatrie », Aux frontières du genre (dir.), Paris, L’Harmattan, 2012.

7 Whittle Stephen, Respect and Equality : Transsexual and Transgenden Rights, London, Cavendish, 2002 ; Employment Discrimination and Transsexual People, 2003. Disponible sur http://www.gires.org.uk ; Lehtonen Jukka et Mustola Kati, « Straight people don’t tell, do they… » Négociating the boundaries of sexuality and gender at work (dir.), Research Report Series, Finlande, pp : 224-237, 2004 ; Meulmeester Gé, Bos Gabriel, Spaas Jac-Paul, Eisfeld Justus, Transgender organisaties in Nederland, Boek, 2005 ; Berkins Lohanna et Fernandez Josefina, Le gesta del nombre proprio : informe sobre la situacion de la comunidad travesty en la argentina, Edicion Madres de Plaza de Mayo 2005 ; Motmans Joz, Etre transgenre en Belgique, Institut pour légalité des femmes et des hommes, 2009.

8 http://www.hes-france.org/propositions/commissions/questionnaires-comtrans/enquete-sur-le-vecu-des-jeunes

9 Les premiers résultats de cette enquête sont publiés sur : http://aihus.eu/prod/data/publications/transexualisme/BEH_42_2011.pdf

10 http://chrysalidelyon.free.fr/fichiers/doc/santetrans2011.pdf

11 http://karineespineira.wordpress.com/

12 http://www.sos-homophobie.org/sites/default/files/rapport_annuel_2014.pdf

13 Disponible sur : http://fra.europa.eu/en/publication/2014/being-trans-eucomparative-analysis

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search