Version classiqueVersion mobile

Sociologie de la transphobie

 | 
Arnaud Alessandrin
, 
Karine Espineira

Préface

Les études trans : un point nodal des études de genre

Yves Raibaud

Texte intégral

  • 1 http://www.observatoire-des-transidentites.com/

1Ce troisième volume de la collection « Genre, Cultures, Sociétés » de la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine aborde d’une façon renouvelée la question trans. Arnaud Alessandrin et Karine Espineira ne sont pas des nouveau.elle venu.e sur ce sujet : leurs écrits font à présent autorité dans la littérature francophone, ainsi que ceux publiés sur le site de l’Observatoire des Transidentités qu’il et elle ont fondé avec Maud-Yeuse Thomas1. On ne trahira pas un secret en disant qu’avec Karine Espineira, les trans s’expriment par l’une des leurs, elle dont la thèse de doctorat, soutenue en 2013, est rapidement devenue une référence. Ce fait qui paraît ordinaire ne l’est pas. Les trans ont été longtemps des « sujets » mal traités et maltraités par la psychanalyse et la psychiatrie, mais aussi par le droit, la sociologie, l’anthropologie ou la criminologie. Celles et ceux qui intéressaient tant les spécialistes (suivis par un public friand de curiosités scientifiques) n’étaient jamais invité.e.s à présenter leur point de vue dans ces nombreux colloques et congrès dont la production avait souvent pour effet de pathologiser, médicaliser et au final marginaliser les « transsexuel.le.s ». Les premiers activistes trans, qui permettent de faire entendre « une voix différente » dans les années 1980 et 1990 (en France Tom Reucher, Maud-Yeuse Thomas) précèdent l’arrivée de chercheuses et chercheurs issu.e.s des communautés trans. C’était une nécessité, il faut maintenant espérer que les universités leur ouvriront rapidement leurs portes. La reconnaissance de ces pionnier.e.s légitime aussi (a minima car il en faudrait bien d’autres !) le travail de toutes celles et ceux qui ont travaillé et travaillent à leur côté à la production de connaissances renouvelées, mobilisables dans la lutte contre les discriminations lesbiennes-gays-bi-trans et intersexes (LGBTI). C’est ce que propose l’introduction de la « Sociologie de la transphobie » avec ce titre qui fait programme : « Compter numériquement pour compter politiquement ».

En finir avec le transsexualisme et la transsexualité

  • 2 Thomas Maud-Yeuse, Espineira Karine, Alessandrin Arnaud (dir.), « Transidentités : histoire d’une d (...)

2Baptiser ce livre Sociologie de la transphobie est un acte important. De façon symétrique à la démonstration d’Eric Fassin sur « L’inversion de la question homosexuelle », l’idée même de transsexualisme ou de transsexualité stigmatise et marginalise les trans (désigné.e.s comme déviant.e.s ou comme malades) sans que soit interrogée la norme hétérosexuelle dominante et les discriminations qu’elle provoque. Pour Maud-Yeuse Thomas, cette pathologisation/criminalisation des identités trans a participé et participe encore à leur minoration et à leur déshistoricisation2 : la norme cisgenre (le « bon côté du genre ») invisibilise le fait transgenre. En prenant comme point de départ la transphobie plutôt que la transsexualité, ce livre prend donc le parti d’étudier le rejet des personnes trans. Les auteur.e décrivent et analysent les « raisons » et les formes de ce rejet (à travers des actes, des discours, des textes de loi), plutôt que de chercher à comprendre comment se construit une identité trans, celle-ci restant toujours plus ou moins un mystère, ou tout au moins une construction individuelle qui ne peut se résumer aux discours généralisants de telle ou telle théorie psychanalytique. Comme pour d’autres phobies liées à l’orientation sexuelle (qui ont connu en 2013 et 2014 des sommets en France avec les « Manifs pour tous » des opposants à la loi Taubira, autorisant les mariages entre personnes de même sexe), étudier les manifestations et les contours de la transphobie permet d’accumuler des savoirs sur cette forme particulière de discrimination en s’échappant des « grands récits », ce qui pourrait être une définition minimaliste de la démarche sociologique, quels que soient ses outils et ses méthodes.

  • 3 Luigi Flora, « L’émergence du patient-expert. Une nouvelle figure dans le champ de la santé », dans (...)

3Dans le deuxième chapitre (« Des psys, des théories et de la transphobie ») les auteur.e. montrent ainsi la façon implacable dont fonctionne le piège de la pathologisation des trans, allant jusqu’à l’invention d’une maladie, la dysphorie de genre, nécessaire pour une attribution chichement attribuée de soins adaptés, au prix d’un humiliant parcours psychothérapeutique. Les mobilisations associatives trans, en s’attaquant au pouvoir médical, rejoignent les mouvements des lesbiennes et des gays (devenus aujourd’hui LGBTI, incluant les intersexes) mais aussi les associations de « patients experts » qui, à l’instar d’Aides ou Act-Up, luttent pour la reconnaissance des personnes atteintes par le VIH en devenant eux-mêmes les meilleurs spécialistes de leur santé3.

  • 4 Espineira Karine, Transidentités. Ordre et panique de genre. Le réel et ses interprétations, Paris, (...)
  • 5 http://rue89bordeaux.com/2014/05/idahot-bordeaux-exige-respect-les-trans/
  • 6 Thomas Maud-Yeuse, Espineira Karine, « Le traitement médiatique de la sexualité des personnes trans (...)

4Les médias, évoqués dans le troisième chapitre, sont d’autres « pourvoyeurs de discours, théories et représentations transphobes ». Ils véhiculent de façon répétée les clichés les plus éculés sur les trans, mis.e.s en scène dans des émissions de téléréalité, des publicités, ou invité.e.s sur des plateaux télé qui se transforment en traquenards4. Là encore la mobilisation associative allume des contre-feux : c’est le cas des associations Trans Medias Watch en Angleterre, de l’association Genres pluriel en Belgique ou Trans 3.0 à Bordeaux5 qui proposent aux journalistes de signer une charte « respect pour les trans » en leur indiquant, entre autres, le vocabulaire et les définitions nécessaires à ce code de bonne conduite. La sociologie des associations trans apparaît aujourd’hui incontournable si l’on veut échapper aux discours unilatéraux du « biopouvoir » ou de la sphère médiatique6.

Pourquoi la transphobie ?

5Définir et étudier la transphobie, n’est-ce pas courir le risque de construire une catégorie discriminée, dans laquelle les intéressé.e.s ne se reconnaissent pas complètement ? En particulier celles et ceux qui ont adopté assez tôt des stratégies d’adaptation permettant « qu’une vie de trans devienne vivable » ? Une réalité balaie en partie cette objection : la manifestation violente, permanente et généralisée de la transphobie et la passivité de l’État devant des agressions criminelles qui relèvent de la justice mais demeurent souvent impunies. Dans ce cas, la communauté trans devient une nécessité qui permet de réagir, de médiatiser les faits, de soutenir les victimes, de faire respecter la loi, de revendiquer des droits.

  • 7 Dubet François, Cousin Olivier, Mace Eric, Rui Sandrine, Pourquoi moi ? L’expérience des discrimina (...)

6Au-delà des quelques chiffres et faits recensés par les réseaux associatifs (cf. en France le rapport annuel de SOS Homophobie), beaucoup de progrès restent à faire pour rendre compte de l’ampleur de la discrimination des trans dans la famille, au travail, dans le logement, l’espace public. Une autre façon d’aborder la « question trans » consiste à décrire l’expérience de la discrimination. Dans le livre Pourquoi moi ?7 les auteur.e.s rendent compte du sentiment de discrimination comme d’une façon d’apprendre qui on est, de bricoler un être-soi, ce qu’une personne trans interrogée dans le livre d’Alessandrin et Espineira illustre par l’expression « parcours au milieu d’un champ de mines » : pour elle, cette conscience de soi s’est construiteà travers la répétition d’insultes sexistes et homophobes (cumulatives dans les insultes transphobes). Mais n’est-il pas encore plus difficile de se protéger ou de se rebeller lorsque la discrimination se construit dans les questions anodines du quotidien, posées parfois par des personnes bienveillantes ou qui semblent l’être : « Quel est ton vrai nom ? Est-ce que je peux voir une photo de toi avant ? Comment ça marche ta vie sexuelle ? Au fond de toi, es-tu un homme ou une femme ? », comme l’expose avec humour l’activiste trans Calpernia Adams dans ses vidéos et courts métrages.

  • 8 MtF pour Male to Female, FtM pour Female to Male.

7Dans leur chapitre consacré au mouvement social trans, Alessandrin et Espineira montrent à quel point l’affirmation de soi (dans un cadre familial, associatif, professionnel) est difficile, alors que, comme le dit une personne interrogée, « lorsqu’on est trans, on ne sait pas vraiment d’où ça vient ». Pas facile non plus d’être subversif/ve quand on a appris toute sa vie à faire profil bas ! Surtout lorsque la réalité quotidienne qui consiste à « être trans » s’affronte à un État qui ne reconnaît pas cette différence et maltraite physiquement les individu.e.s (par exemple en imposant aux FtM8 une stérilisation avant leur changement d’état civil ou, jusqu’en 2013 et le mariage pour tous, en contraignant les MtF à divorcer avant leur opération). Les « carrières » des trans, outre qu’elles montrent au jour le jour les trésors d’inventivité nécessaires pour être soi dans la clandestinité, sont révélatrices d’une « typologie des phobisés » vivant une « expérience totale » dans un monde massivement transphobe.

Tomboy : de l’intérêt des trans studies pour les études de genre et les sciences sociales

  • 9 Mouvement de coordination des opposants au mariage entre personnes du même sexe, au nom des « droit (...)
  • 10 http://www.mediapart.fr/journal/france/060214/circulaires-manuels-livres-les-ministeres-censurent-l (...)

8Le succès de la Manif pour tous en France9 a précédé un phénomène de panique morale avec les « journées de retrait de l’école », organisées par une minuscule association de parents. L’appel reposait sur le refus d’un programme pédagogique, nommé « ABCD de l’égalité », dont le but était de lutter contre les stéréotypes de sexe, et qui comprenait un volet lutte contre l’homophobie, détourné par les détracteurs du programme dans le but d’horrifier les parents les plus hostiles à l’éducation à la sexualité (souvent aussi les moins instruits). Entendons-nous bien : la panique morale n’est pas celle qui a touché une poignée de familles des quelques écoles qui étaient engagées sur ce programme pilote, mais bien celle qui a amené l’Éducation nationale à retirer promptement ce programme, sur toute la France, puis à censurer tout ce qui comportait le mot genre dans les conférences, formations et circulaires de ce ministère10. Le film Tomboy de Céline Sciamma, a eu un destin particulier dans cette volte-face stupéfiante. Il décrit d’une façon délicate et sensible un épisode important de la vie d’un garçon trans, dans sa famille et son nouveau quartier. Considéré par la critique comme un excellent film d’enfance et conseillé aux centres de documentation de l’Éducation nationale pour ouvrir un débat avec les écoliers et les collégiens (avec une fiche pédagogique expliquant les grands thèmes du film), la projection de Tomboy a été annulée à la suite des « événements » dans un plusieurs établissements scolaires : la consigne avait été donnée par des recteurs soucieux de ne pas voir se rallumer une guerre scolaire sur « la question sensible du genre »...

9Les travaux réalisés par l’Observatoire des transidentités sur les trans et l’école montrent pourtant comment la norme hétérosexuelle (constamment dénoncée par les associations pour sa présence répétitive dans les manuels scolaires), s’appuyant sur la supposée neutralité sexuelle des enfants (censés êtres, à l’âge de Tomboy, dans une « phase de latence » dont serait absente toute sexualité) est un piège mortel pour les enfants trans. En voici un témoignage :

  • 11 Ayral Sylvie et Raibaud Yves, « L’école cisgenre ; quelle place pour les enfants trans ? Entretien (...)

On m’a fait voir une psychologue, j’ai fréquenté pas mal de médecins, on m’a fait avaler tout un tas de choses dont j’ignore même la nature. J’ai cessé de voir la psychologue car, à l’école, tout le monde me traitait de « dingue », de « fou » d’autant plus qu’elle venait me chercher régulièrement en plein cours pour m’amener à son bureau dans lequel, je parlais ou dessinais ce qui me venait à l’esprit. Bien entendu, mon dossier scolaire m’a suivi ainsi jusqu’au Bac11.

10Plus loin dans le même entretien, la personne trans interrogée dit avoir eu le sentiment qu’étant aux yeux de l’instituteur « ni l’une ni l’autre », « elle n’était rien », « elle n’existait pas ». Plus encore que la stigmatisation des« garçons manqués », ou des « efféminés » l’institution hétérosexiste fait cumuler les rejets de l’enfant trans jusqu’au « rien ». À travers les instructions calamiteuses données par le ministre Vincent Peillon en 2014 (et la manière dont elles ont été retranscrites dans les circulaires de certains recteurs zélés) se dessine une doctrine minimaliste de l’égalité filles garçons à l’école, censée ne froisser personne, et qu’on pourrait résumer en quelques mots : « aider la promotion des filles dans les filières scientifiques et techniques ». La lutte contre les homophobies reste à la porte de l’école, les souffrances des enfants LGBTI sont occultées. Sujet tabou.

11Au-delà de cet épisode peu glorieux, il est significatif qu’un ministère qui représente le premier budget de l’État, ayant en charge l’éducation des enfants et des jeunes (de la maternelle à l’université), soit ébranlé par la question de l’homophobie et, en particulier, de la transphobie qui inspire le film Tomboy. Si la lutte contre la transphobie fait si peur (cf. le titre du dernier chapitre du livre : « Qui a peur des trans ? ») n’est-ce pas parce qu’elle touche un point sensible d’une institution patriarcale et familialiste dont l’hétérosexualité est, au final, la clef de voûte, aussi bien dans ses programmes que dans sa structuration professionnelle (un métier de femmes dirigé par des hommes) ? Le livre d’Alessandrin et Espineira montre bien comment l’État transphobe, qu’il s’exprime par la justice, la santé ou l’éducation, tend à maintenir l’« ordre de genre », au prix de quelques concessions de façade, tout en refusant les interrogations sur la nature même de cet ordre.

Pas d’études de genre au rabais

  • 12 Alessandrin Arnaud, Raibaud Yves (dir.), Géographie des homophobies, Paris, Armand Colin, 2013.

12Raison de plus pour refuser des études de genre au rabais qui élimineraient les questions qui fâchent : ce sont souvent les plus pertinentes. Ce que disent les trans lorsqu’elles/ils racontent les cités, les lycées, les villes, la nuit, les plages, les transports, le travail, les hôpitaux, les migrations apparaît, au fur et à mesure que se développent et s’enrichissent les études trans, comme un concentré de discriminations12. Les trans studies, croisant à peu près à égalité tous les sexes, toutes les origines, toutes les catégories sociales et bien sûr tous les âges, sont un point nodal des études de genre, par où passent à peu près toutes les interrogations. En 2001, Laufer, Marry et Maruani invitaient à considérer l’oubli du genre dans les recherches en sciences sociales comme une faute professionnelle. Aujourd’hui oublier la question trans pourrait bien être, pour les chercheurs/euses qui travaillent sur le genre, une faute tout aussi grave. Nous souhaitons que la lecture de la « Sociologie de la transphobie » permettra de combler ces lacunes dans de futurs travaux universitaires consacrés au genre.

Notes

1 http://www.observatoire-des-transidentites.com/

2 Thomas Maud-Yeuse, Espineira Karine, Alessandrin Arnaud (dir.), « Transidentités : histoire d’une dépathologisation », Cahiers de la transidentité, vol. 1, Paris, L’Harmattan, 2013.

3 Luigi Flora, « L’émergence du patient-expert. Une nouvelle figure dans le champ de la santé », dans Ferrand-Bechmann Dan et Raibaud Yves (dir.), L’Engagement associatif dans le domaine de la santé, Paris, L’Harmattan, pp. 17-33, 2014. Alessandrin Arnaud, « De la minorité souffrante à la minorité active. Le rôle des experts trans », dans Bechmann Dan et Raibaud Yves (dir.), L’Engagement associatif dans le domaine de la santé, Paris, L’Harmattan, pp. 133-147.

4 Espineira Karine, Transidentités. Ordre et panique de genre. Le réel et ses interprétations, Paris, L’Harmattan, 2015.

5 http://rue89bordeaux.com/2014/05/idahot-bordeaux-exige-respect-les-trans/

6 Thomas Maud-Yeuse, Espineira Karine, « Le traitement médiatique de la sexualité des personnes trans en France », Genre, sexualité & société, no 11, 2014, http://gss.revues.org/3126

7 Dubet François, Cousin Olivier, Mace Eric, Rui Sandrine, Pourquoi moi ? L’expérience des discriminations, Paris, Le Seuil, 2013.

8 MtF pour Male to Female, FtM pour Female to Male.

9 Mouvement de coordination des opposants au mariage entre personnes du même sexe, au nom des « droits de l’enfant », en 2013 et 2014.

10 http://www.mediapart.fr/journal/france/060214/circulaires-manuels-livres-les-ministeres-censurent-le-mot-genre

11 Ayral Sylvie et Raibaud Yves, « L’école cisgenre ; quelle place pour les enfants trans ? Entretien avec Karine Espineira et Maud-Yeuse Thomas », dans Pour en finir avec la fabrique des garçons, t. 1, À l’école, Pessac, Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, pp. 299-305.

12 Alessandrin Arnaud, Raibaud Yves (dir.), Géographie des homophobies, Paris, Armand Colin, 2013.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search