Version classiqueVersion mobile

Genre et Construction de la Géographie

 | 
Yves Raibaud
, 
Kamala Marius

Cinquième Partie. Espaces du Sud

« Lieu, espace, mobilités spatiales : lecture des dynamiques de genre dans les exploitations agricoles familiales en France et au Cameroun »

Hélène Guetat-Bernard, Anne Marie Granié et Agnès Terrieux

Texte intégral

Introduction

  • 1 Dans le cadre de l’appel à projet 2009, Sciences Humaines et Sociales. Financement du Conseil régi (...)
  • 2 Participation au programme « Campus Cameroun Hautes Terres de l’Ouest », financement du MAE, progr (...)

1Il peut paraître incongru de proposer une communication commune sur deux terrains aussi éloignés que les exploitations agricoles familiales du Sud-Ouest français (région de La Piège dans l’Aude1) et les concessions bamilékées de l’Ouest cameroun2. Pourtant, dans ces deux contextes, face à une situation d’incertitudes sur le devenir des exploitations, les agricultrices se sont engagées, à partir de la décennie 1990, dans des initiatives innovantes qui permettent aujourd’hui d’équilibrer les comptes des exploitations.

2Nous ne proposons pas une comparaison mais plutôt une mise en lien d’expériences pour réfléchir à la manière dont l’entrée par les lieux, les espaces et les territoires permet une lecture spatialisée des rapports de genre en lien avec les innovations des agricultrices et des paysannes sur les exploitations agricoles familiales.

Les terrains camerounais et français

3La société bamilékée de l’Ouest Cameroun s’est inscrite typiquement, depuis les années 1960, dans les politiques de développement privilégiant l’insertion sur les marchés internationaux via la vente de cultures commerciales : autour du café ont été réorganisés les systèmes productifs ; les paysages de bocage ont fait place à l’arbuste à l’abri des grands arbres qui sont autant de symboles de l’emprise foncière des chefs (de famille, de quartier, de chefferie), tout en étant devenue une culture fortement identitaire pour les hommes ayant le statut de planteur. Avec les difficultés de la filière du café et les diverses crises subies par les campagnes de l’Ouest, les paysannes ont impulsé des changements qui interrogent les modalités spatiales des rapports de genre. Dans ce contexte polygame, il est incongru, là comme ailleurs, encore plus eu égard aux changements impulsés par les paysannes, de confondre famille et ménage : de manière coutumière, les femmes ont une relative autonomie de gestion de leurs ressources et plus encore aujourd’hui de leurs propres revenus monétaires obtenus par la commercialisation des cultures vivrières et l’implication dans le petit commerce. Dans le contexte singulier des années 1990 où les femmes dans de nombreux pays d’Afrique se sont fortement inscrites dans l’économie informelle, en pays bamiléké nous avons insisté sur l’analyse des conséquences spatiales de deux faits majeurs : d’une part, l’implication croissante des femmes rurales dans les mobilités spatiales chefferies/mondes urbains, d’autre part, la signification sociale du passage des femmes de l’économie domestique à l’économie marchande avec comme corollaire leur présence plus visible, pour des raisons de travail, dans l’espace public (Guetat-Bernard, 2007).

4Dans le Sud-Ouest français et dans La Piège (Granié, Guetat, Terrieux, 2010), petite région agricole à l’angle des départements de l’Aude, de la Haute-Garonne et de l’Ariège, l’implication des femmes et la reconnaissance de leur travail sur l’exploitation ont connu des changements similaires. Un peu moins fortunées que les grandes vallées fertiles proches, les collines du Lauragais ont connu durant les années de forte modernisation agricole un investissement intensif dans la grande céréaliculture. Toutefois, les femmes ont maintenu une activité annexe de petit élevage de volailles notamment, favorisant une diversification des activités sur l’exploitation. Localement, à partir des années 1990, le modèle d’agriculture intensive est questionné notamment pour ses conséquences environnementales. Les femmes, exploitantes ou non, ont initié localement les débats par le souci, en tant que mères de famille, de « faire boire à leurs enfants une eau propre ». À partir de cette même décennie, les activités des femmes agricultrices attirent l’attention des agents de développement, des acteurs politiques et du monde professionnel tant en ce qui concerne la singularité des productions mais plus encore des modes d’organisation du travail.

Masculin/féminin, des unités signifiantes du rapport spatial

5Nous interrogeons les raisons anthropologique et symbolique de l’association culturellement répandue, et présente sur nos deux terrains d’étude, d’un côté du féminin au lieu et à une figure de l’immobile, de l’autre, du masculin à l’espace et à une figure de l’ouverture et du mouvement (Piveteau, 1996, Guetat-Bernard, 2007). Sachant par ailleurs, avec Geneviève Fraisse (Fraisse, 2007), que penser la ressemblance ou la différence des principes du masculin et du féminin est une aporie, c’est-à-dire une question sans réponse, nous travaillons sur la manière dont les relations spatiales médiatisent les rapports sociaux de genre et inversement.

6Les anthropologues de l’espace Françoise Paul-Lévy et Marion Ségaud (Paul-Lévy et Ségaud, 1983) ont démontré que l’organisation spatiale est « le résultat de la pratique symbolique et l’expression d’idéalités matérialisées ». Le masculin et le féminin font partie, en effet, de ces « unités signifiantes » (Chivallon, 2000) auxquelles les sociétés humaines ont recours pour ordonner leur monde, lui donner un cadre intelligible. Les limites, porteuses de sens, organisent l’identité et la relation, car le propre de la dualité par le genre est le besoin vital de gérer autant la désunion que l’union du masculin et du féminin (Bourdieu, 1994).

7Les anthropologues nous apprennent aussi que les sociétés humaines sont soucieuses du passage du désordre à l’ordre. Cela se vérifie sur les deux terrains. À La Piège comme ailleurs en France, les agricultrices obtiennent une reconnaissance de la profession dès lors qu’elles sont en capacité de « faire comme les hommes » et d’utiliser les mêmes outils : « Annie, c’est une vraie agricultrice, elle monte sur le tracteur », mais aussi parce qu’elles assurent un appoint financier vital à la survie de l’exploitation. À l’inverse au Cameroun, certains, parmi les jeunes conjoints, apprennent à manier la houe, instrument de paysanne, et partent même aux champs avec leur épouse. Dans le contexte de ces jeunes couples monogames, de nouvelles relations entre époux et épouse s’inventent alors se traduisant par le partage des temps et des espaces de travail. Devenue financièrement intéressante, la culture du « vivrier marchand » et surtout du maraîchage incite les mères à apprendre aussi bien à leur fils qu’à leur fille le maniement de cet outil. À la Piège les fils apprennent à gaver et construisent des projets d’installation autour du petit élevage. Surtout, au Cameroun, la capacité des épouses à payer les frais incombant aux devoirs des maris et pères (les ingrédients pour la sauce, frais d’écolage, les médicaments), alors qu’eux « n’ont plus les moyens », crée des situations de brouillage des identités sexuées où les femmes qui ont relativement de l’argent sont qualifiées d’hommes. La phrase désabusée souvent prononcée par les acteurs – « que les femmes deviennent hommes et inversement » – indique qu’en même temps que se reconstruisent les catégories hommes/femmes, et que les époux tentent ainsi de « remettre de l’ordre », ils pointent eux-mêmes un désordre dérangeant.

8La notion symbolique de pollution, associée à celles de pureté et d’impureté, sert d’analogie pour finalement exprimer une idée générale de l’ordre social (Douglas, 2001, p. 25) hiérarchisé qui légitime, et donc masque, la domination masculine par « effet de naturalisation ». Occupant une place, hommes et femmes sont situés en un lieu, localisés dans un espace physique mais aussi dans un espace social qui indique leur position et leur rang dans un ordre (Bourdieu, 1993, p. 250). Si jamais on n’est pas dans cet ordre, on est dans le désordre. La « violence symbolique », qui marque aussi l’ordre sexué, est justement inaperçue parce qu’incorporée dans les manières d’habiter : l’analyse de l’organisation des lieux et des espaces, en dévoilant les ordres sociaux, crée alors un effet de visibilité (Chivallon, 2000, p. 302).

9C’est à partir de la maison, de son agencement et de l’étude des mouvements des hommes et des femmes dans ce micro-lieu et à ses abords que notre travail participe à une « géographie de l’espace domestique » (Staszak, 2001) et de la vie quotidienne. Ces relations spatialisées habituelles et ordinaires nous intéressent tout particulièrement dans le cadre des relations de travail, sachant que, dans le cas particulier des exploitations agricoles familiales, lieu de travail et lieu de vie s’entremêlent encore bien souvent, y compris en France. Rappelons que, dans le contexte des sociétés rurales et agricoles, la maison occupe une place singulière alliant lieu de vie, de travail, d’inscription socio-territoriale et historique.

  • 3 Avant la modernisation agricole des années 1960, les activités de travail étaient réparties entre (...)

10En France, aujourd’hui, même si les « maisons des gens, des animaux et des cultures » sont dissociées, elles constituent toujours des univers liés qui donnent à lire plus facilement qu’hier des situations genrées dont on pourrait penser qu’elles n’existent plus. L’éclatement et la spécialisation des lieux de travail sur l’exploitation agricole donnent pourtant une lisibilité plus grande des rapports de genre (par exemple, lorsque l’exploitante se rend à l’étable, le plus souvent c’est l’heure de la vaisselle de la traite, pour l’exploitant, c’est plus régulièrement le moment de la traite). La modernité a construit un temps rationalisé alors qu’auparavant les places des hommes et des femmes paraissaient objectivement un peu plus floues3.

11Pour autant, les structures socio-spatiales sexuées ne présagent pas automatiquement de l’usage qui en est fait. Certes, l’expérience (entendue ici au sens des transformations portées par les agricultrices dans l’organisation socio-économique et spatiale des activités de travail sur l’exploitation), toujours susceptible de produire du changement, s’inscrit dans des cadres socio-spatiaux qui imposent une place aux femmes (et aux hommes). Mais cette place, pour autant qu’elle assigne, peut aussi s’avérer une ressource pour l’action et la construction de l’expérience (les Cuma de volaille mises en place par les femmes à la Piège par exemple). De leur place socialement reconnue (liens à la nourriture et à la cuisine), à l’ordre du petit et du soin aux autres (le petit élevage, les bêtes, les enfants, les vieux, accueil de l’étranger, gestion des réseaux sociaux, notamment de voisinage), les femmes rurales sont porteuses d’innovations souvent discrètes mais pour autant décisives pour l’avenir des économies rurales (en termes d’organisation des systèmes productifs, de mobilisation de ressources productives nouvelles, de manière de s’organiser, de créer des liens entre villes et campagnes par exemple) (Granié, Guetat, 2006). En France, « les nouveaux comportements des agricultrices qui les placent directement au contact des consommateurs » […] « par la vente de production autrefois limitées à la consommation familiale » […] ou « de compétences mises en œuvre dans la vie domestique » (Barthez, 2005) permettent de faire entrer de « plain-pied les femmes dans une définition de l’agriculture qui cherche à s’inscrire dans la ruralité » (Lagrave, 1999).

12Clairement aujourd’hui, que ce soit dans La Piège ou en pays bamiléké, les activités d’un certain nombre de femmes assurent une nouvelle entrée d’argent dans les maisons : en France, il est fait référence aux activités d’accueil à la ferme pour la commercialisation des produits transformés sur place, du tourisme rural, du développement d’activités marquées au féminin – petit élevage, activité du « gras », extension des cultures potagères comme la culture en plein champ de courges, d’une diversification et d’innovations sur la transformation des produits comme la production de glace au lait de chèvres, etc. ; au Cameroun, il s’agit de l’implication croissante des paysannes dans la « vente du vivrier marchand », de leur présence sur les marchés en tant que revendeuse (ou bayem-sellem), de leur place dans l’informel.

Lieu au féminin, espace au masculin ?

13Les sciences sociales nous apprennent que les concepts normatifs proposent des interprétations des sens des symboles et, en ce sens, les légitiment, en tant que construction sociale. De cette place imposée, le féminin occupe une position sociale de médiation (dans la structure du temps par le contrôle des étapes de la vie) et spatiale (à partir de la maison) (Guetat-Bernard, 2003). La maison est alors la métaphore de l’engagement dans un lieu (qui est autant un lieu de fondation du temps familial et collectif) et du passage, par la maîtrise des liens entre le dedans et le dehors. La maison est ainsi non seulement « le résultat d’une fusion de principes opposés, mais le lieu de leur articulation » (Hamberger, 2010 : 9), conception remontant à l’étude de Pierre Bourdieu sur la maison kabyle. Hamberger rappelle, reprenant les travaux de ce dernier, que la maison rend compte de « l’articulation de plusieurs systèmes d’oppositions » selon des perspectives sexuées : « des deux systèmes de coordonnées opposés, l’un ou l’autre se trouve porté au premier plan selon que l’on adopte le point de vue masculin (de l’extérieur) ou féminin (de l’intérieur) » (id.). Ces analyses présentent une « caractéristique universelle de la maison en tant que schéma génératif d’un espace social » (id.). Dans l’ordre pratique et symbolique, le féminin (s’)inscrit ainsi (dans) une topographie du lien social et familial (Granié, Guetat, 2003). En mêlant temps et espace, les femmes produisent alors du collectif territorialisé. C’est bien en étant là (au sens de ce « il-y-a » dont parle Augustin Berque) (Berque, 2000), en y maintenant ce rôle social spatialisé et par ce lieu symbolique de la maison, qu’est accordé socialement aux femmes le droit « d’aller voir ailleurs ». Rappelons, bien sûr, qu’il n’existe pas de « collectifs féminins » à priori mais ils sont le résultat de construits sociaux. C’est pourquoi, considérer « la « consubstantialité » (Kergoat, 2000) des différents types de rapports sociaux qui sont fortement imbriqués dans le monde agricole » (Rieu, Dahache, 2009) suppose d’appréhender les relations hommes/femmes et celles entre un même sexe, selon les statuts, les places, les liens matrimoniaux, les âges, les niveaux économiques et éducationnels, les relations de classe, les relations entre autochtones, allochtones et allochtones alliés, etc.

14Quoi qu’il en soit, c’est bien parce qu’elles assurent toujours leur place en tant que mères ou parce qu’elles se doivent d’assurer ce lien (celui qui les tient à leur place dans la cuisine, pour transformer la nourriture et la servir) que les paysannes bamilékées quittent l’espace domestique et s’engagent dans des mobilités spatiales, entre la ville et la campagne (Granié, Guetat-Bernard, 2005). À La Piège, les femmes rencontrées se sont engagées dans les luttes de revendication d’un statut et d’une fonction productive sur l’exploitation. Pour autant, les indicateurs qu’elles privilégient pour qualifier les compétences qu’elles mobilisent dans leur activité professionnelle rendent compte de construction des « identités socio-professionnelles privilégiant des attributs traditionnellement féminins (la sensibilité, l’écoute, la communication, l’accueil, le contact, l’intuition, la capacité à “faire trente-six choses à la fois” » (Granié et al., 2011) et témoignant de liens étroits entre l’apprentissage social des rôles féminins et les compétences/capacités qu’elles utilisent pour développer et qualifier leur activité sur l’exploitation.

15Notre regard sur la maison, en tant qu’organisation sociale et économique, propose de comprendre, concrètement, comment le jeu des normes, qui régit les relations entre les sexes, est légitimé et peut se lire dans l’espace.

16Le rapport au lieu (à la maison) est ainsi le signe d’un rapport analogique toujours présent, parfois masqué, qui associe symboliquement le féminin à l’ordre du dedans. La « modernité » n’a pas complètement balayé cet « ordre » du monde, y compris dans le contexte français. La figure des individus-femmes, si elle existe dans toute société, doit être interrogée dans sa signification sociale : c’est toute la question de « l’autonomie » dans le contexte d’une plus grande individuation des sociétés rurales. Dans les contextes des sociétés des Suds, cette question se pose avec d’autant plus d’acuité qu’interfère souci et/ou projet d’individuation des jeunes hommes et des jeunes femmes et force des collectifs d’encadrement (Marie, 1997), y compris en milieu rural. L’enjeu social est que l’identification des femmes à l’immobilité des lieux contribuent à soumettre leur place sociale, concrètement et idéalement, en tant qu’individus, à la cohérence et à la stabilité d’un collectif territorialisé (toute la question de l’honneur masculin repose sur ce présupposé). Ce retour, cet horizon bouclé, dans et par ce collectif associé à un lieu, fonde alors l’ambiguïté majeure de la figure du lieu : à la fois rassurant et contraignant ce qui rend difficile la remise en cause des « rapports sociaux de domination territorialisée » (Castel, 1995 ; Geffray, 1995).

17Dans le contexte de la Piège, les « initiatives de nécessité » des femmes, face à la crise du modèle productif de développement, les ont engagées dans la structuration de collectif de travail. La force des collectifs féminins a permis à un certain nombre de petites exploitations de « s’en sortir ». Au fond, les femmes évoquent dans les récits de pratiques plus d’actions collectives ; elles se disent plus soucieuses de la « qualité de vie », se présentant comme à la fois actrices et enjeux d’un processus de transformation sociale et culturelle qui prend du temps. Nos études de cas semblent indiquer qu’elles sont culturellement et socialement plus collaboratives et les époux ou frères plus compétiteurs, plus dans une « logique d’entreprise et de rentabilité économique » caractéristique du « modèle de management masculin » (Lapeyre, 2003). Cela nous amène à nous interroger sur la signification du faire ensemble lorsque hommes et femmes se retrouvent dans les collectifs de travail.

  • 4 Les témoignages sont concomitants entre le contexte français et camerounais. Dans le sud-ouest fra (...)

18La mobilité spatiale actuelle des femmes rurales mais aussi leur nouveau rapport à l’argent4 interroge ainsi la stabilité et la cohérence des collectifs, tant à la Piège qu’en pays bamiléké. Elle est toutefois socialement reconnue et acceptée car les femmes ramènent vers la maison des ressources nouvelles qui renforcent leur rôle dans la cuisine (les hommes bamilékés disent que « les femmes peuvent sortir si elles continuent de “préparer” – sous-entendu la nourriture – et si elles assurent leur place vis-à-vis des enfants »). L’enjeu social contemporain, devient alors pour les femmes d’être mobiles tout en « préservant » leur place à la maison. Ambiguïté renforcée par l’engagement des femmes à « tenir à cette place ». D’où les situations à la fois d’engagement et de soumission où les femmes vivent des situations de surcharge de travail et de responsabilités, car elles tentent d’assurer « le dehors », tout en préservant « le dedans ». Le maintien de l’association du féminin au-dedans du lieu-maison rend difficile la reconnaissance du sujet-femme. C’est pourtant tout l’enjeu actuel, celui de mesurer la signification des expériences nouvelles des femmes, expériences de mobilités spatiales et du rapport à l’argent, expérience aussi de nouveaux engagements dans des espaces de parole et de prises de décision.

19L’identité subjective (représentation de soi et des autres) du masculin et du féminin résulte des informations et des prescriptions culturellement disponibles. Comprendre les rapports de genre dans les liens aux constructions sociales des symboles, des normes, des pratiques sociales et spatiales et de la construction de l’identité sexuée suppose ainsi, dans le même temps, de réfléchir aux « interactions, c’est-à-dire aux problèmes d’ordre et de désordre » (Bisilliat, 1989), nous y revenons. Cela va de soi que les relations entre les hommes et les femmes, comme les constructions identitaires et les territorialités qui leur sont liées, ne sont pas statiques mais ancrées dans des dynamiques sociales (Granié, Guetat, 2005). Elles sont soumises aussi aux imaginaires. Dès lors, réfléchir aux inégalités matérielles et aux relations de pouvoir traduites par les organisations sociales et spatiales n’est pas le seul enjeu d’une géographie sociale au prisme du genre. Il est surtout de comprendre comment les hommes et les femmes modifient ces rapports de pouvoir (« les hommes » pouvant d’ailleurs être eux aussi dans des contextes de soumission aux normes). Ce dépassement des limites, recherché frontalement ou plus subtilement, questionne les frontières des appartenances et des projections du masculin et du féminin (Chivallon, 2001), c’est-à-dire des définitions des masculinités et féminités.

20Le contexte économique actuel au Cameroun modifie ainsi le regard porté sur les assignations socio-spatiales des femmes. Les changements dans les lieux de mobilisation de la ressource mettent entre les mains des femmes des atouts nouveaux car les dispositifs spatiaux sont aujourd’hui interprétés différemment. Ils font l’objet d’arrangements nouveaux, parfois de « discordances » entre les normes qui régissent encore les rapports socio-spatiaux sexués et les pratiques qui engagent aujourd’hui les femmes à sortir des limites du cadre domestique. Ces discordances créent une situation d’incertitude, propre aux périodes de crise.

  • 5 « En agriculture, la parité n’est pas de mise », titre d’Agreste primeur (revue de la statistique (...)

21Dans la région de la Piège et en France, on observe que les organisations professionnelles agricoles, les syndicats, les chambres d’agriculture et les collectivités territoriales, etc. considèrent toujours que l’agriculture est d’abord « l’affaire des hommes5 ». En dépit des innovations portées par les femmes, de leur engagement, de leur réussite économique, leurs activités productives sont toujours lues à la marge du développement agricole.

Territorialités de genre et relations lieu/espace

22La déconstruction des associations symboliques du féminin au lieu et du masculin à l’espace, montre que lieu et espace sont au fondement des territorialités masculines tout autant que féminines, tout au moins dans les imaginaires géographiques (Guetat-Bernard, 2007). Pour autant, le sens du mouvement dedans/dehors à partir de la centralité de la maison (concept central de l’article et figure symbolique et emblématique du lieu), se bâtit différemment, pour les hommes et pour les femmes. L’ordre socio-spatial de l’entendu, ce qui va de soi, oriente le masculin vers l’extérieur et le féminin vers l’intérieur de la maison : le mouvement de franchissement du seuil n’a pas le même sens anthropologique. « Passer par une porte est un acte banal, mais il peut signifier tant de façons différentes d’entrer » (Douglas, 2001, p. 130) et de sortir.

23L’approche constructiviste nous engage à retrouver des liens dénoués par la pensée moderne : le passage de l’analogisme au naturalisme à l’époque moderne en Europe a bouleversé l’approche du masculin et du féminin en proposant une lecture de la différence inscrite désormais naturellement dans les corps. Thomas Laqueur (Laqueur, 1992), notamment, nous a appris que d’une différence relative entre les genres masculin et féminin, la modernité impose une différence entre les sexes, confirmée scientifiquement et naturalisée par le marquage des corps.

24Surtout, la pensée moderne a conduit, les études féministes l’ont suffisamment montré, à la séparation des sphères productives/reproductives et publiques/privées. Or, le monde domestique est dominé par la figure du chef de famille et « l’appartenance à une maison, comme territoire dans lequel s’inscrit la relation de dépendance domestique » (Boltanski et Thévenot, 1991, p. 116). La distinction des sphères a consisté ainsi à un paradoxe : le maintien de la maison dans l’univers du don a préservé les échanges en son sein sous la forme d’une ample circulation de générosités nécessaires. Mais, dans le même temps, la mise à l’écart des relations marchandes – liées à l’intérêt, à l’utilité, la rationalité mais aussi à la valorisation de soi – a assuré politiquement, et économiquement, le maintien des femmes dans la dépendance et l’oubli de soi vis-à-vis du mari qui est aussi symboliquement le père (Guetat-Bernard, 2007). La lutte de reconnaissance d’un réel statut pour les femmes agricultrices en France a été longue en raison de cette confusion des sphères. Alice Barthez (Barthez, 1982 ; 2005) explique particulièrement bien comment les agricultrices ont âprement obtenu une reconnaissance de leurs droits. Les enfants, en fait les fils, mettant « directement en cause la famille comme lieu d’exploitation de leur travail contrairement à l’idéologie qui la fonde comme lieu d’entraide et de solidarité » (Debatisse, 1964), obtiennent dès 1973 un statut sur l’exploitation passant d’aides familiaux, comme leur mère, à associés d’exploitation dans les nouveaux GAEC (Groupement Agricole d’Exploitation en Commun) qui se multiplient dans les années 1970. « L’ordre de genre » (Connel, 1987) qui prévaut en agriculture ne permet pas aux épouses d’en bénéficier. Mais celles qui ne quittent pas l’agriculture se battent, parallèlement aux mouvements sociaux des luttes féministes, pour d’autres choix. Inscrivant leur lutte dans la transformation des métiers en agriculture, et contestant leur éviction de l’exploitation par la modernisation des tâches, elles défendent la reconnaissance d’un vrai statut professionnel qui définisse leur fonction sur l’exploitation. Partie prenante d’un univers de travail et d’un monde social qui place « l’unité domestique au fondement de l’unité productive » – rendant compte de l’ambiguïté du concept même d’exploitation agricole familiale –, les agricultrices se « montrent très attachées à une agriculture familiale ». « Au lieu du salariat qui individualise, les femmes optent pour une reconnaissance professionnelle depuis la conjugalité familiale. […] Le couple est la référence d’où elles revendiquent des rapports (de travail et de statut) égalitaires au lieu d’une distinction hiérarchisée » (Barthez, 2005). « On ne peut rien faire si on n’est pas tous les deux », nous dit une agricultrice de La Piège. Certes, « à partir des années 1980, les diverses avancées en matière de statut professionnel des femmes en agriculture (la création du statut de “co-exploitante” en 1980 et celui de chef d’exploitation d’une EARL en 1985) ont eu pour effets de modifier les fondements de la domination masculine tout en masquant d’autres formes inégalitaires entre les sexes. […] En effet, bien que ces femmes soient parvenues aux positions de responsables sur les entreprises agricoles, elles doivent (encore) le plus souvent leur statut, voire leur identité professionnelle, aux liens matrimoniaux qui les unissent à un chef d’exploitation dont elles sont la fidèle collaboratrice » (Rieu, Dahache, 2009).

Conclusion

25Les mobilités spatiales sont sexuellement différenciées : en pays bamiléké, alors que l’éducation des petites filles s’organise autour du foyer et de sa proximité (le « tourner sur »), celle des petits garçons consiste à « aller vers ». Le sens du passage du seuil de la maison n’est dès lors pas le même. L’apprentissage des petites filles repose sur l’inhibition au départ, sur l’incorporation de diverses formes de précaution – y compris en France – (« où tu vas, avec qui…, jusqu’où ? ») ; au contraire, les petits garçons sont invités à « sortir, circuler ». Rappeler ces logiques anthropologiques au sens du mouvement nous importe pour travailler aux articulations entre mobilité spatiale, individualisation, et rapport spatial. C’est-à-dire comprendre comment les mobilités spatiales, dans ces contextes singuliers, posent, notamment, la question de l’organisation dans l’espace public, dans la diversité de ses définitions selon les contextes culturels, de la co-présence des sexes. C’est finalement la question de l’individualisation des femmes par le truchement du rapport spatial qui interroge, c’est-à-dire leur capacité à circuler des lieux aux espaces, les lieux étant marqués, contrairement aux espaces, par des relations de proximité et de reconnaissance. L’interprétation du franchissement des limites matérielles et symboliques est ainsi posée (Guetat-Bernard, 2007). Les femmes doivent se justifier, autrement et plus que les hommes, car, dans l’ordre symbolique, leur présence dans des lieux étrangers est souvent déplacée, hors de ce qui se doit d’être. En conséquence, elles ne se déplacent pas n’importe comment et pour n’importe quelles raisons. Notons que ces observations sont à qualifier dans le contexte des sociétés rurales d’interconnaissance, dans des petites communes rurales françaises ou des chefferies bamilékées.

26Dans la Piège, le « dehors » pour les femmes agricultrices est avant tout lié à différentes activités de travail (traditionnel comme le marché par exemple, ou sous de nouvelles formes, la vente directe – livraison à domicile). On voit bien qu’elles sont là dans des postures professionnelles ou dans l’extension de leur identité de femmes : faire les courses, aller chercher les enfants à l’école. Néanmoins, ces différents déplacements sont autant de moments et de lieux de sociabilités et d’interconnaissance. Ce qui est nouveau et en lien avec les nouvelles responsabilités de ces agricultrices, « c’est lorsque c’est possible », de participer à des réunions (conseils municipaux, syndicaux, liés à la Cuma). Ces mobilités féminines contribuent à la construction du collectif territorial dans la proxémie (par exemple l’entraide pour le transport des enfants à l’école). Que ce soit à la Piège ou en pays bamiléké, il nous semble que les femmes ont à respecter plus que les hommes les normes qui organisent les espaces et les lieux. Même si les femmes ont pris des places (en réaction à la « crise du café », et à la « crise de l’agriculture »), en dépit des changements des pratiques, des mobilités, les rapports de genre ne sont pas fortement modifiés. Mais les agricultrices et leurs activités de travail (sur l’exploitation et en lien avec les territoires) sont sûrement regardées différemment par les hommes et par les femmes : la crainte vis-à-vis du féminin ou de la femme que l’on cachait ou que « l’on montrait du doigts », demeure en partie tout en étant transformée par une lecture ambivalente de « leur réussite » économique, à la fois appréciée parce que nécessaire à l’équilibre des comptes de l’exploitation, mais aussi inquiétante car créant du désordre vis-à-vis d’une représentation et d’un ordre du développement rural et agricole toujours défini au masculin.

Bibliographie

Bibliographie

Barthez Alice, 2005, « Devenir agricultrice : à la frontière de la vie domestique et de la profession », Économie rurale, no 289-290, septembre-décembre, p. 30-42.

Berque Augustin, 2000, Écoumène. Introduction à l’étude des milieux humains, Paris, Belin, coll. Mappemonde, 271 p.

Bisilliat Jeanne, 1989, « Luttes féministes et développement. Une double perspective historique et épistémologique », et « Mots échoués sans contexte », Cahiers des Sciences Humaines, 25 (4), p. 511-518.

Boltanski Luc et Thévenot Laurent, 1991, De la justification. Les économies de la grandeur, Paris, Gallimard, NRF Essais, 483 p.

Bourdieu Pierre, 1980, « La maison ou le monde renversé », Le Sens pratique, Paris minuit, p. 441-461.

Bourdieu Pierre, 1993, « Effets de lieu » dans Bourdieu Pierre (éd.), La Misère du monde, Paris, Le Seuil, 948 p., p. 249-262.

Bourdieu Pierre, 1994, Raisons pratiques. Sur la théorie de l’action, Paris, Le Seuil, coll. Essai, 237 p.

Capron Guénola et Cortes Geneviève, Guetat-Bernard Hélène, 2005, « Introduction » et « Conclusion », et Guetat-Bernard Hélène, introduction de la première partie « Mobilités spatiales et identification sexuée », dans Capron Guénola et Cortes Geneviève, Guetat-Bernard Hélène, Liens et lieux de la mobilité. Ces autres territoires, Paris, Belin, collection Mappemonde, 344 p., p. 9-23 et p. 311-316.

Castel Robert, 1995, Les Métamorphoses de la question sociale, Paris, Folio, Essais, 813 p.

Chivallon Christine, 2000, « D’un espace appelant forcément les sciences sociales pour le comprendre » in Lévy Jacques, Lussault Michel, (2000), Logiques de l’espace, esprit des lieux. Géographies à Cerisy, Paris, Belin, coll. Mappemonde, p. 299-315.

Chivallon Christine, 2001, « Les géographies féministes, un plaidoyer convaincant pour la constitution de connaissances situées », dans Staszak Jean-François, Collignon Béatrice, Chivallon Christine, Debarbieux Bernard, Geneau de Lamarlière Isabelle, Hancok Claire, (2001), Géographies anglo-saxonnes. Tendances contemporaines, Paris, Belin, p. 57-94.

Connel R. W., 1987, Gender and Power : Society, the Person and Sexual Politics, London, Polity.

Coutras Jacqueline, 2003, Les Peurs urbaines et l’autre sexe, Paris, L’Harmattan, 242 p.

Debatisse Michel, 1964, La Révolution silencieuse. Le combat des paysans, Calman-Lévy, Paris. Cité par Barthez, 2005.

Douglas Mary, 1967, Purity and Danger, Londres, Routledge and Kegan Paul (en français, 1971, rééd. 2001 sous le titre De la souillure. Essai sur la notion de pollution et de tabou, Paris, La découverte, 201 p.).

Fraisse Geneviève, 2007, Du consentement, Paris, Le Seuil, 135 p.

Geffray Christian, 1995, Chroniques de la servitude en Amazonie brésilienne, Paris, Karthala, 185 p.

Granie Anne-Marie, Guetat-Bernard Hélène, 2006, Empreintes et inventivités des femmes dans le développement rural, Toulouse-Paris, PUM-IRD, coll. « Ruralités Nord-Sud », 328 p.

Granie Anne-Marie, 2008, « Femme, développement et innovations en agriculture », intervention à Moissac pour la « Journée des femmes » à partir du travail de maîtrise de Scorbiac Garcia S. de (2002), « Le rôle des femmes dans les innovations agricoles : déterminants, stratégies et corollaire. Le cas de la Piège (Aude). Mémoire de maîtrise de géographie sous la direction d’Hélène Guetat-Bernard avec la collaboration d’Anne-Marie Granié, UTM, 124 p.

Granie Anne-Marie, Guetat-Bernard Hélène, 2007, « L’habiter en montagne aujourd’hui : la construction mutuelle des identités individuelles, collectives et des territoires », dans Luginbühl Yves (dir.), Nouvelles urbanités, nouvelles ruralités en Europe, Bruxelles, Bern, Berlin, Frankfurt am Aim, New York, Oxford Wien, éditeur Peter-Lang, 532 p.

Granie Anne-Marie, Guetat-Bernard Hélène, Terrieux A., 2011, « Initiatives féminines en agriculture et dynamiques des territoires ruraux » in Ferréol Gilles (dir.), Femmes et agricultures, Bruxelles, EME Ed. coll. Proximités sociologie, 200 p., p. 143-155.

Guetat-Bernard Hélène, 2003, « Les territoires féminins du continuum : liens et interface. Une étude en pays bamiléké au Cameroun », dans Sartre Xavier Arnauld de, et Albaladejo Christophe, Mobilités et inventions locales du territoire au Sud, Les cahiers de médiations, Toulouse, Médiations/INRA, co-éd. INRA/SAD et UMR Dynamiques Rurales, 146 p., p. 126-141.

Guetat-Bernard Hélène, 2006, « Temps et espaces de travail : des assignations et des bousculements des places des hommes et des femmes, chez les bamiléké du Cameroun » dans Granie A. M., Guetat-Bernard Hélène (coord.), Empreintes et inventivités des femmes dans le développement rural, Toulouse-Paris, PUM-IRD, coll. « Ruralités Nord-Sud », 329 p : pp. 143-166.

Guetat-Bernard Hélène, 2007, Habilitation à Diriger des Recherches (octobre 2007), Université Toulouse 2 le Mirail, UFR Sciences Espaces Sociétés, Département de géographie, laboratoire Dynamiques Rurales, 3 tomes. Tome 3, Développement, mobilités spatiales, rapports de genre : une lecture des dynamiques des ruralités contemporaines (Inde du sud, Ouest Cameroun,, Amazonie brésilienne), 384 p.

Guetat-Bernard Hélène, 2008, « Cultures du café et dynamiques des rapports de genre en pays bamiléké au Cameroun : effet de similitude avec la situation kikuyu au Kenya », Les Cahiers d’Outre-Mer, no 243, vol. 61, juillet-septembre, p. 339-354.

Goffman Erving, 1973, La Mise en scène de la vie quotidienne. 1. La Présentation de soi, Paris, Les Éditions de Minuit, 250 p.

Hamberger Klaus, 2010, « La maison en perspective, un modèle spatial de l’alliance », Paris, EHESS, L’Homme, 194, p. 7-40.

Kergoat Danièle, 2000, « Division sexuelle du travail et rapports sociaux de sexe », in Hirata Héléna, Laborie Françoise, Le Doaré Hélène et Senotier Danièle, Dictionnaire Critique du féminisme, Paris, PUF, p. 53-44.

Lagrave Rosé-Marie (sous la dir.), Albert Christiane, Berlan Martine, Caniou Juliette, Perrot Martyne, 1987, Celles de la terre. Agricultrice : l’invention politique d’un métier, Paris, EHESS, 254 p.

Lagrave Rosé-Marie, 1999, Les Agricultrices et la récurrence de l’économie du dévouement. Aménagement de la Nature, Paris, no 132, p. 41-62.

Lapeyre Nathalie, 2003, La Féminisation des professions libérales : analyse d’un processus. Le cas des femmes médecins, avocates, architectes, Thèse pour le doctorat de sociologie, sous la direction de Le Feuvre Nicky et de Terssac Gilbert, Université Toulouse-Le Mirail.

Laqueur Thomas, 1992, La Fabrique du sexe. Essai sur le corps et le genre en Occident, Paris, Gallimard, NRF Essais, 355 p.

Marie Alain, 1997, « Du sujet communautaire au sujet individuel. Une lecture anthropologique de la réalité africaine contemporaine », dans Marie Alain (éd.), Vuarin Robert, Leimdorfer François, Werner Jean-François, Gérard Étienne, Tiékoura Ouassa, L’Afrique des individus. Itinéraires citadins dans l’Afrique contemporaine (Abidjan, Bamako, Dakar, Niamey), Paris, Karthala, 436 p., p. 53-110.

Paul-Lévy Françoise et Segaud Marion, 1983, Anthropologie de l’espace, Paris, Centre G. Pompidou/CCI, 345 p.

Peemans Jean-Philippe, 1995, « Modernisation, globalisation et territoires : l’évolution des regards sur l’articulation des espaces urbains et ruraux dans les processus de développement », Revue Tiers Monde, t. XXXVI, no 141, janvier-mars, p. 17-39.

Piveteau Jean-Luc, 1996, « Notre territorialité n’est-elle pas essentiellement masculine ? », Géographie et cultures, no 20, p. 69-80.

Rieu Annie et Dahache Sabrina, 2009, « Engagement individuel et collectif des femmes en agriculture. Entre obstacles et stratégies », dans Cardon Philippe, Kergoat Danièle et Pfefferkorn Roland (dir.), Chemins de l’émancipation et rapports sociaux de sexe, Paris, La Dispute, p. 117-137.

Segalen Martine, 1980, Mari et femme dans la société paysanne, Paris, Flammarion, Champs, 211 p.

Staszak Jean-François, 2001 (b), « L’espace domestique : pour une géographie de l’intérieur », introduction d’un numéro spécial sur l’espace domestique, Annales de géographie, Paris, A. Colin, p. 339-363 : 342.

Verdier Yvonne, 1979, Façons de dire, façons de faire. La laveuse, la couturière, la cuisinière, Paris, Gallimard, Bibliothèque des sciences humaines, 347 p.

Notes

1 Dans le cadre de l’appel à projet 2009, Sciences Humaines et Sociales. Financement du Conseil régional Midi-Pyrénées sur l’action-clé : alimentation et agriculture. Intitulé du projet : « Vers une agriculture territorialisée : analyse des formes d’organisation collective et innovante de diversification agricole », Dynamiques Rurales.

2 Participation au programme « Campus Cameroun Hautes Terres de l’Ouest », financement du MAE, programme des universités de Dschang (Cameroun), Toulouse 2 Le Mirail (UMR Dynamiques Rurales) et Bordeaux 3 Michel de Montaigne, 1998-2004.

3 Avant la modernisation agricole des années 1960, les activités de travail étaient réparties entre d’un côté les travaux des hommes liés aux outils tranchants (la faux, la charrue, la hache), de l’autre ceux des femmes liés aux activités de soins aux hommes et petits animaux, la cuisine, le linge (Verdier, 1979). Chaque espace de travail et de sociabilité était sexuellement différencié (Segalen, 1980). Pourtant le travail des femmes s’étendait à l’ensemble des activités agricoles même si la société leur reconnaissait uniquement un rôle dans l’espace de la maison et de la cour de ferme (Barthez, 2005).

4 Les témoignages sont concomitants entre le contexte français et camerounais. Dans le sud-ouest français, les agricultrices subissent jusqu’au milieu des années 1970 une carence monétaire qu’elles vivent difficilement, sans choix sur la destination des dépenses y compris du quotidien et de l’ordinaire. Rappelons les faits, ce n’est qu’à la fin de la décennie 1970 que des changements s’opèrent : décohabitation, mobilité croissante par l’accès au permis de conduire, recherche d’emplois hors de l’exploitation, travail en collectif permettant une meilleure reconnaissance des initiatives féminines, statut de co-exploitation enfin reconnu aux agricultrices en 1980. À partir des années 1990, le modèle de développement « moderniste » investi par les chefs d’exploitation et toute la profession agricole (formation dans les lycées agricoles et les écoles d’ingénieur, syndicats, chambre d’agriculture) est questionné et d’autres voies possibles d’accumulation sont reconnues en raison de leur viabilité économique.
Au Cameroun, les témoignages oraux font part de changements à partir de la fin de la décennie 1980. Jusque-là, le café est une affaire d’hommes même si les femmes travaillent sur les plantations et surtout l’argent du café est géré par les maris. Aujourd’hui, les récits rendent compte d’une inquiétude sur les modalités des constructions des identités sexuées car le manque d’argent des chefs de famille (crise de la filière café, fluctuation et incertitude des cours, retrait de l’État de l’encadrement de la filière) les interroge sur leur capacité à faire face à leurs devoirs de maris et de pères (Guetat-Bernard, 2006).

5 « En agriculture, la parité n’est pas de mise », titre d’Agreste primeur (revue de la statistique agricole), no 175, mars 2006.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search