Version classiqueVersion mobile

Genre et Construction de la Géographie

 | 
Yves Raibaud
, 
Kamala Marius

Cinquième Partie. Espaces du Sud

Sexuation des activités rurales et identités spatiales en pays kabiyé au Togo

Edinam Kola

Texte intégral

Introduction

1En Afrique comme partout ailleurs, la problématique du genre est devenue incontournable dans les formules et discussions sur le développement. Cette situation s’explique sans doute par les nombreuses difficultés que l’on rencontre quotidiennement dans l’organisation des rapports sociaux destinés à résoudre les problèmes auxquels font face les sociétés. Ni nouveau, ni exclusif du Tiers-Monde, le genre est un concept présent partout. Cette omniprésence du concept de genre dénote une autre prise de conscience de la réalité de la société qui doit être désormais appréhendée, dans sa structure et dans son fonctionnement, en tenant compte des critères de différenciation liés au sexe (Bilabéna, 2002). Car, « au-delà des différences biologiques qui caractérisent chaque sexe, les inégalités de statut entre hommes et femmes et les rapports qui en découlent ont un caractère socialement construit. Chaque société structure un système de genre, c’est-à-dire un ensemble de normes, de croyances, de connaissances sélectives qui vont guider les comportements sexués, imposer des rôles, valoriser certaines attitudes et en condamner d’autres » (Locoh et al., 2007). Si certaines sciences sociales telles que la sociologie et l’anthropologie ont connu une bonne intégration de la dimension genre, il n’en est pas de même pour la géographie. De ce fait, connaître les dynamiques des relations de genre et leurs implications sur l’espace constitue des défis scientifiques majeurs à relever.

2Au Togo, des inégalités existent entre hommes et femmes et posent fondamentalement le problème jusqu’alors irrésolu des relations de genre. Il est d’ailleurs frappant de constater qu’à bien d’égards, la variable sexe contribue à produire, à façonner et à organiser l’espace dans les différentes aires culturelles du pays. C’est le cas du pays kabiyé, culturellement très marqué, et dont la sexuation des activités rurales contribue à la mise en place d’une diversité de sous-espaces.

3Bien connu pour sa vocation pour les activités rurales, le pays kabiyé, situé dans le Togo septentrional, constitue un milieu géographique au sein duquel la répartition des tâches obéit à des codes genrés. En effet, en pays kabiyé, une observation attentive des activités domestiques, agricoles, extra-agricoles (artisanales, commerciales), et surtout socioculturelles dans le paysage rural, révèle sur différentes échelles une différenciation socio-spatiale liée au sexe. Ainsi, alors que les tâches domestiques sont, dans un rapport de dominance, assumées par les femmes et leurs filles, les activités champêtres et la chasse reviennent en premier lieu aux hommes. Certains cadres cultuels de la religion ancestrale (forêts sacrées par exemple), sont exclusivement fréquentés par les hommes alors que d’autres le sont exclusivement par les femmes. En revanche, d’autres espaces sont équitablement utilisés aussi bien par les hommes que les femmes (espaces mixtes). Devant ce constat, des questions sont à soulever. La principale question à laquelle tente de répondre cette réflexion est la suivante : quelle est l’influence de la sexuation des activités rurales sur l’organisation de l’espace en pays kabiyé au Togo ? Cette question principale reste spécifiée par les questions secondaires ci-après : en quoi les activités sociales et économiques sont-elles réparties suivant le sexe ? Quel est l’impact de la différenciation des activités rurales selon le sexe sur l’organisation de l’espace ? Quelles perceptions le Kabiyé a-t-il de la personne masculine et de la personne féminine ? Cette communication part de l’hypothèse selon laquelle il existe en milieu rural kabiyé une organisation genrée de l’espace dans ses différentes composantes (ses points, ses lignes et ses surfaces). Cette étude, à la fois descriptive et explicative, a pour but de démontrer qu’il existe une répartition sexuée des activités rurales, répartition qui contribue à produire et à identifier les sous-espaces. Pour atteindre cet objectif, un cadre théorique et une méthodologie ont été adoptés.

Le cadre théorique de référence et l’approche méthodologique

Le cadre théorique : le genre comme objet de recherche géographique ?

4Une panoplie d’ouvrages en sciences sociales est aujourd’hui consacrée à la femme africaine et à la question du genre. De nombreux travaux produits ces dernières années ont porté sur la problématique « Femme et développement » et s’articulent autour de l’accès et du contrôle limités de celles-ci aux ressources matérielles. D’autres études empruntent les paramètres conceptuels de l’approche dite « Intégration des femmes au développement » (IFD). La dernière catégorie des productions scientifiques se rapporte à l’approche « Genre et développement » (GED), qui dérive de l’appellation anglaise « Gender and Development » (Manda, 1996 ; Locoh et al., 2007). Alors que l’approche « Intégration de la femme au développement » (IFD) vise un meilleur accès des femmes aux ressources économiques productives, l’approche « Genre et développement » part des rapports sociaux de sexe et tente d’établir des liens entre production et reproduction pour trouver la source de la marginalisation des femmes dans la société. Dans cette perspective, la division sexuelle du travail est identifiée comme le handicap majeur de la participation des femmes au développement (Benaria et Sen, 1981 ; Buvinic, 1986). Cette approche soutient en même temps un type de développement plus équitable qui mettrait fin aux rapports d’inégalités entre sexes (Manda, 1996).

5En tenant compte de l’empreinte de la variable sexe dans les processus de production et d’organisation de l’espace, on peut envisager une panoplie de concepts fondés sur la notion de genre : espace masculin, espace féminin, espace masculinisé, espace féminisé, espace mixte. Ce travail s’appuie sur ces concepts. Alors que les deux premiers concepts dénotent une production et une appropriation de l’espace par un groupe social du même sexe, les deux concepts suivants sont caractérisés par l’existence d’un rapport de dominance en faveur d’un sexe particulier. Cependant, le dernier concept, « espace mixte », désigne un espace produit ou approprié par les individus des deux sexes. L’analyse des implications spatiales de la sexuation des activités rurales sera faite à partir du cadre conceptuel relatif aux « discontinuités spatiales » (Brunet, 1967 ; Brunet et Dollfuss, 1990 ; Hubert, 1993 ; Gay, 1995 ; Desmarais et Ritchot, 2000 ; Di Méo, 2002). Pour J.-P. Hubert (1993), « la compréhension de la genèse des discontinuités, ainsi que la façon dont elles se combinent est la clé de la scientificité de la géographie ». Les observations et analyses permettent d’avancer que le genre génère des discontinuités spatiales en pays kabiyé au Togo. Il contribue à fragmenter et à différencier l’espace rural kabiyé. Comment la variable sexe contribue-t-elle à différencier l’espace subsaharien si l’on s’en tient au cas, certes, non représentatif du pays kabiyé ? Avant d’apporter des éléments de réponse, il convient de présenter le cadre méthodologique de l’étude.

La démarche méthodologique

  • 1 Cependant, il est nécessaire de souligner que, d’une part, la sexuation des activités rurales au T (...)

6Cette étude procède d’une démarche essentiellement qualitative. Elle tente de faire une description synchronique de la sexuation des activités rurales en pays kabiyé au Togo1. Les données proviennent de l’analyse de documents, des observations, des discussions de groupe et des entretiens individuels. Notre démarche méthodologique a d’abord consisté en la recherche bibliographique. Ensuite, elle a consisté en des sorties de terrain aux fins d’observer les paysages ruraux : l’habitat, les pistes rurales, les points de concentration et d’activités humaines, les lieux sacrés, puis à analyser leurs rapports avec la variable sexe, indicateur principal du genre. Enfin, les enquêtes proprement dites sont dominées par les entretiens faits à partir de guides d’entretien. Une diversité d’acteurs considérés comme personnes ressources : chefs traditionnels, chefs de ménages, paysans, commerçants, responsables de groupements et d’associations de femmes puis prêtres traditionnels ont été interrogés sur les rapports existant entre le sexe, les activités rurales et l’espace. Les techniques de focus-group ont été alternées avec les entretiens individuels. L’enquête étant essentiellement qualitative, l’idée de représentativité de notre échantillon par rapport à la population d’étude est écartée. 46 personnes ressources dont 8 chefs traditionnels et 6 prêtres traditionnels ont été soumis au guide d’entretien (entretiens individuels) par nous-même du 20 juillet au 14 août 2010, principalement dans douze cantons du pays kabiyé : Lama, Lassa, Piya, Soumdina, Sarakawa, Tchitchao, Kouméa, Landa, Pagouda, Farendè, Kétao, Pissarè (Carte no 1). Le dépouillement a été manuel et recours à été fait à l’analyse de contenu.

La présentation géographique du pays kabiyé

7Le pays kabiyé dispose d’un milieu physique contraignant. D’une superficie de 1 555 km2 il est composé de la préfecture de la Kozah (1 075 km2) et de la préfecture de la Binah (480 km2). C’est une région originale par son relief, par la forte densité de sa population, par sa culture, son organisation sociale, ses systèmes de cultures. Il jouit d’un climat tropical d’altitude, caractérisé par l’alternance d’une saison sèche (novembre à mars) et d’une saison pluvieuse (avril-octobre).

Carte no 1 – Localisation géographique des zones étudiées

Carte no 1 – Localisation géographique des zones étudiées

8Sur le plan humain, il est caractérisé par une forte concentration humaine. Les populations de cette région comptaient 297 500 habitants en 2009 selon les estimations de la Direction générale de la statistique et de la comptabilité nationale. Les Kabiyé se considèrent comme autochtones de la Région administrative de la Kara. C’est un peuple démographiquement et historiquement important au Togo (second groupe sociolinguistique après les Ewé du Sud).

9L’ancienneté de l’occupation humaine se voit à travers l’omniprésence des cultures en terrasse, œuvres de tant de siècles. Les densités de population sont élevées sur un espace réduit et se répartissent comme suit selon les localités : Lama (208 hab./km2), Tcharé (322 hab./km2), Tchitchao (124 hab./km2), Kouméa (112 hab./ km2), Pya (186 hab./km2), Landa (195 hab./km2), Soumdina (162 hab./km2), Kétao (89 hab./km2), Boufalé, Lama-Tessi (98 hab./km2), (Tchamiè, 1998). Cette surcharge humaine et l’occupation très ancienne expliquent la forte humanisation du pays kabiyé.

10L’agriculture est l’activité principale des Kabiyés. Il s’agit d’une agriculture intensive en terrasses sur les versants de la chaîne kabiyé et sur les buttes et billons dans la plaine qui a fait l’objet de nombreuses études (Enjalbert, 1956 ; Delord, 1961 ; Sauvaget, 1981 ; Tchamiè, 1998). L’élevage du petit bétail (chèvre, mouton) est étroitement lié à la production végétale car les Kabiyé utilisent la fumure animale pour engraisser leurs champs de case. Il n’y a pas de doute qu’en pays kabiyé, les différentes activités humaines sont réparties en fonction du sexe.

Des activités rurales réparties selon le sexe

11En pays kabiyé, la séparation des tâches suivant le sexe est très nette de la naissance à la vieillesse.

Les travaux domestiques : un devoir pour la femme et la jeune fille

12Outre la procréation, le rôle fondamental de la femme dans la société kabiyé est de s’occuper des tâches domestiques. Dès le bas âge, la fillette aide sa mère dans l’accomplissement de ses tâches domestiques. Aux côtés de sa mère, elle balaie la cuisine et la cour de la maison, va chercher de l’eau au puits ou à la rivière, allume le feu et réchauffe les restes du repas préparé la veille.

  • 2 Ce terme ironique adressé à un garçon se hasardant à accomplir une tâche domestique quelconque sig (...)

13Toute tentative du garçon ou de l’homme de participer aux activités domestiques et surtout ménagères telles que puiser de l’eau, vanner le mil ou écraser des grains suscite la risée, voire le rejet de celui-ci. Il est alors vu comme s’efféminant et est traité par conséquent aussi bien par ses pairs masculins que par les femmes et jeunes filles de Kisibodom2 ou d’incapable. Cependant, à la maison, le rôle de l’homme est réduit à la conduite du bétail au pâturage. Si les travaux domestiques sont d’abord réservés aux femmes, les travaux agricoles incombent d’abord aux hommes.

Les travaux champêtres : une activité essentiellement masculine

14Essentiellement réservées aux hommes, les activités agricoles et notamment les travaux champêtres constituent la principale activité des hommes. Réparties sur toute l’année et particulièrement sur la saison des pluies, soit d’avril à octobre, les activités agricoles qui vont du défrichage aux récoltes en passant par les labours, le semi et l’épandage d’engrais organique sont l’œuvre des hommes. Cependant, il est réservé aux femmes certaines activités jugées faciles car n’exigeant pas beaucoup de dépense d’énergie musculaire, telles que le semi, l’épandage de matières organiques et la moisson.

Tableau no 1 – Résumé du calendrier agricole du pays kabiyé selon le sexe

Tableau no 1 – Résumé du calendrier agricole du pays kabiyé selon le sexe

Source : Travaux de terrain, juillet-août 2010.

L’élevage : une activité faisant recours à l’intervention mixte des hommes et des femmes

15Le paysan kabiyé dispose généralement d’un troupeau de petit bétail et de la volaille. Ces animaux, loin de servir en premier lieu comme source de protéines dans l’alimentation du ménage, lui servent d’abord de source d’approvisionnement en matières organiques issues des déchets des animaux. Cette association de l’élevage ou du petit élevage à l’agriculture est d’autant plus importante qu’avec la surcharge démographique, il existe une remarquable pression sur les ressources foncières qui sont perpétuellement menacées de dégradation. La seconde raison, qui n’est pas la moindre et qui justifie l’importance accordée à l’élevage dans le système de production agricole, est celle relative aux nécessités de pratiquer les sacrifices et actes culturels destinés à réconcilier les hommes toujours faillibles aux mânes des ancêtres et au Dieu tout-puissant « Esso » à travers les petites divinités (siya ou agolma).

16L’activité d’élevage qui est initiée par le chef de ménage est suivie par la progéniture masculine et soutenue par les femmes. C’est ainsi que le garçon, dès son jeune âge, conduit les bêtes au pâturage avant de suivre son père aux champs. En l’absence du garçon et parfois même pendant qu’il est présent, la femme ou la jeune fille est autorisée à rendre le même service.

La chasse : une activité exclusivement masculine

17Si la saison pluvieuse est le temps le plus précieux que le paysan kabiyé consacre aux travaux champêtres, la saison sèche est le moment pour lui de démontrer sa bravoure en se rendant dans les profondeurs de la brousse, « Lakou-da » signifiant « espace réservée à la chasse » ou « brousse éloignée », accompagné de ses garçons et de ses chiens. Le chasseur kabiyé va à la chasse, armé de sa massue, de son arc et de son carquois garni de flèches empoisonnées, à la recherche du gibier. Lorsqu’un paysan kabiyé donne des preuves de sa bravoure pour les activités de chasse durant son existence, ses outils de chasse sont soigneusement conservés, voire sacralisés à son décès. La chasse est une activité d’abord culturelle, recommandée par les us et coutumes et donc nécessaire pour l’équilibre spirituel, psychologique et alimentaire, voire financier de chaque ménage. Dans la plupart des milieux enquêtés, la période de chasse s’étend de décembre à mars.

Le commerce : un secteur détenu par les femmes

18À l’origine, le commerce était une activité inexistante en pays kabiyé. En revanche le système d’échange qui existait et qui existe encore dans quelques zones reculées est le troc (klèzou). La remarque la plus frappante que tout observateur puisse faire sur le plan commercial en pays kabiyé tient au fait que le secteur commercial est détenu par les femmes. Cette réalité est d’ailleurs identique à toutes les autres aires socio-culturelles au Togo. Dans le monde rural kabiyé, le commerce est basé sur la vente des produits agricoles. Les marchés dans les villages kabiyé s’animent de manière hebdomadaire selon un calendrier précis. Contrairement aux régions méridionales du Togo où les marchés débutent très tôt le matin, les activités mercantiles en pays kabiyé s’ouvrent dans la plupart des cas l’après-midi et finissent tardivement dans la nuit. Ces marchés sont des lieux de rassemblement d’un public hétérogène constitué de vendeurs et d’acheteurs de sexe essentiellement féminin.

  • 3 Cette attitude des hommes, très récente, est liée aux changements intervenus dans les rapports soc (...)

19Cette situation s’explique par le fait que la vente et l’achat des produits au marché sont perçus par les populations comme des activités féminines. C’est seulement autour des pots de tchoukoutou (boisson locale faite à base du mil) que l’on retrouve les hommes, qui pour étancher leur soif avec la bière locale, qui pour surveiller leurs femmes venues vendre des produits des champs de peur que ces dernières ne détournent le gain obtenu de la vente de ces produits3. Outre les produits agricoles (igname, mil, maïs, riz), on retrouve dans les marchés en pays kabiyé des produits manufacturés (le sucre, le sel, les savons, les boîtes d’allumette, les paquets de cigarettes, les pains, les bijoux…) et des produits de première nécessité domestique (beurre de karité, cola, fromage, légumes….).

Un artisanat sexuellement mixte

20Durant la saison sèche, la plupart des hommes et des femmes en pays kabiyé se livrent aux activités artisanales. Ces dernières, comme les précédentes, ont une répartition influencée par le sexe. En effet, les hommes s’occupent de la tresse des paniers, de la construction des cases et de la forge alors que les femmes fabriquent des savons, de l’huile de karité, de la poterie. De nos jours, la menuiserie, la cordonnerie, la coiffure, la maçonnerie constituent des activités pratiquées aussi bien par les hommes que les femmes. Dans le domaine de l’artisanat en particulier les activités sont réparties selon le sexe.

Les actes socioculturels : une question liée au sexe et à l’âge

  • 4 Pour d’amples informations, se référer à notre article à paraître sur « La vie rurale en pays kabi (...)

21L’une des caractéristiques les plus frappantes du pays kabiyé est la forte empreinte des actes culturels ou coutumiers. Ces actes culturels se cristallisent autour de rites initiatiques4 organisés sur fonds de ségrégation en fonction du sexe et de l’âge. Le tableau no 2 ci-dessous en témoigne.

Tableau no 2 – Répartition par sexe et par âge des rites initiatiques

Sexe

Féminin

Masculin

Âge

18 ans

Akpéma

Evala

22 ans

-

Esokpa

25 ans

-

Kondona

Source : Travaux de terrain.

22À la lecture du tableau no 2 ci-dessus, on observe une réduction des rites initiatiques féminins à un événement culturel dénommé Akpéma. En revanche, l’intégration des jeunes hommes dans le groupe des adultes en pays kabiyé se fait en trois temps : Evala, Esopka et Kondona.

23Alors que le mot Evala signifie « l’initié » ou l’homme nouveau intégré dans le groupe des adultes, l’Esokpa désigne l’intermédiaire entre l’Evala et le Kondona. Enfin, le Kondo désigne « l’individu mature » en pays kabiyé. Déjà marié, le Konda a droit de cité parmi les hommes, principaux décideurs des destinées des terroirs du pays kabiyé. Plusieurs des cérémonies susdites s’organisent dans des espaces soit « masculinisés » soit « féminisés ». L’initiation féminine a lieu en un seul temps et se situe entre l’état de fille (bèlè) et celui de femme mariée (asseyu). Cette répartition par sexe des activités socioéconomiques et culturelles en pays kabiyé n’est pas sans influence sur l’organisation de l’espace.

L’influence des considérations de genre sur l’organisation de l’espace : une diversité de sous-espaces

24Il ne fait aucun doute, si l’on s’en tient aux développements antérieurs, que le genre a contribué et contribue encore à produire et à organiser l’espace kabiyé. Nous distinguerons volontiers des espaces mixtes, des espaces masculinisés et féminisés puis des espaces franchement masculins et féminins.

Des espaces mixtes dominants

25Les espaces mixtes qui sont les plus représentatifs dans l’organisation spatiale kabiyé se caractérisent, soit à tous points de vue, soit à quelques égards, par la présence et l’empreinte permanente d’individus à la fois de sexes féminin et masculin. Il s’agit notamment et naturellement, en pays kabiyé comme partout ailleurs dans le monde, d’abord de l’espace domestique. En effet, cet espace qui s’identifie à la maison ou au domicile d’un ménage ou d’une grande famille, est une unité close, abritant hommes, femmes, enfants, animaux, récoltes, fétiches etc.

26Entouré de champs dits de case (Akibodé, 1987), on y pénètre par un vestibule (Kao, 2000), grande case ronde garnie d’un mât central soutenant le toit avec une porte d’entrée. La toute première case après le vestibule correspond à la case du père, chef de ménage, puis ensuite de la mère. En dehors de sa case à coucher, la mère dispose d’une case réservée aux besoins culinaires. De petits couloirs permettent d’avoir accès aux cases des enfants souvent séparées selon le sexe de ceux-ci. Une autre case, enfin, est réservée aux ancêtres. Là sont régulièrement faits des sacrifices visant à réconcilier le monde des vivants et le monde des ancêtres, l’ensemble de l’espace constituant une continuité entre le monde matériel (des vivants) et le monde immatériel (des morts et des forces supra-terrestres). Toute maison (déa), unité d’habitat d’un ménage s’intègre dans un ensemble de maisons formant une concession (dea sussow) connue ailleurs sous le terme de soukhala. Du point de vue de la détention du pouvoir de décision, il convient de noter que contrairement aux réalités en milieu éwé où le pouvoir de décision dans la vie du ménage est détenu par le père, ou encore en pays ashanti au Ghana où le pouvoir de décision est détenu par la mère (Kola et al., 2009), en pays kabiyé, il est partagé entre trois instances décisionnelles : l’oncle principal des enfants, le père et les anciens de la grande famille ou les parents de l’homme (du père). Lorsqu’il arrive que l’enfant tombe malade, le père s’adresse immédiatement à l’oncle maternel de l’enfant (Ekpélé), supposé être propriétaire de l’enfant (Verdier, 1982) pour les éventuelles démarches à faire dans le cadre des soins à apporter à l’enfant. Quelles que soient les stratégies envisagées par le père et les oncles, ou encore par les anciens de la grande famille, les femmes n’ont généralement pas de pouvoir décisionnel et sont réduites au silence. Mais, chose curieuse, le plus grand pouvoir de décision pour ce qui concerne la vie des enfants revient au frère de la femme, l’oncle maternel. Cependant pour ce qui concerne les activités de subsistance du ménage, elles sont coordonnées, et ce depuis qu’il a traversé l’étape d’évalo qui lui donne le droit d’avoir une épouse, par l’homme. Lorsqu’un membre de la famille décède, les rites funéraires inhérents à son décès sont exécutés par les parents du chef de ménage en accord avec les parents de tous bords. Les charges domestiques sont presque entièrement exécutées par les femmes, aidées des jeunes filles. De ce fait, si l’on considère la composition par sexe des occupants des unités d’habitation, la détention du pouvoir de décision, l’organisation et l’exécution des travaux domestiques, on se retrouve dans l’espace domestique devant une situation où il est difficile d’affecter une particularité sexuelle à l’espace produit. Il est donc évident que l’espace domestique est mixte.

Des espaces masculinisés et des espaces féminisés

27Si l’espace agraire s’identifie à tout ce qui porte l’empreinte des activités agricoles (Lebeau, 1996), l’espace cultural en revanche s’identifie aux zones effectivement mises en valeur. L’activité agricole, notamment la culture des végétaux et l’élevage des animaux, étant une activité essentiellement masculine, les espaces culturaux auraient pu être perçus comme des espaces masculins. Cependant, dans plusieurs cas, il a été noté une participation non négligeable de la femme dans les activités agricoles. Ceci suppose que l’espace agricole ou cultural est à considérer moins comme un espace masculin qu’un espace masculinisé. Les cérémonies d’initiation étant entièrement conditionnées par le sexe, il apparaît clairement que dans la plupart des cas, les champs ou surfaces d’exécution des rites ancestraux sont également des lieux genrés. Comme espaces masculinisés, nous avons les champs, les aires de lutte des jeunes Evala, les lieux de démonstration des Esakpa et des Kondona. La plupart des lieux où s’achèvent les différentes initiations sont en effet des lieux publics où s’attroupent des foulent composées d’hommes et de femmes (Photo no 1).

Photo no 1 – Le terrain de Yadé où se pratique la lutte évala : un exemple d’espace masculinisé

Photo no 1 – Le terrain de Yadé où se pratique la lutte évala : un exemple d’espace masculinisé

Source : Cliché de Tchalla K., juillet 2010.

28En sachant que la présence de la femme n’est pas interdite à cette étape-là, aux lieux où sont éprouvés les hommes, on peut considérer ces cadres d’initiation décrits plus haut comme des espaces masculinisés.

29Du concept d’espace masculinisé découle celui d’espace féminisé ou d’espace efféminé. En effet, les nombreux rites des Akpéma s’achèvent également dans un bain de foule où l’on retrouve des hommes, des curieux et observateurs qui n’y sont pas interdits. Naturellement, ces espaces peuvent être vus comme féminisés.

30De même, l’espace commercial, notamment le marché (Photo no 2, voir page suivante), s’identifie en pays kabiyé à un espace féminisé, le public vendeur comme acheteur étant selon nos décomptes rapides à plus de 80 % composé de personnes de genre féminin.

Photo no 2 – Un exemple d’espace féminisé : la place du marché de mazoda

Photo no 2 – Un exemple d’espace féminisé : la place du marché de mazoda

Source : Cliché de Kola E., juillet 2010.

Des espaces masculins et des espaces féminins

31Ces espaces s’identifient aux espaces frappés d’interdiction ou de restriction pour ce qui concerne l’un ou l’autre sexe. Ils sont en définitive une résultante des croyances ou pratiques culturelles. C’est notamment les bois sacrés (Photo no 3) au sein desquels doivent séjourner les initiés, qu’ils soient hommes ou femmes durant la période d’initiation, certains itinéraires des initiés. Il en est de même pour les grandes brousses (laking) où seuls les hommes se rendent à la chasse du gibier.

Photo no 3 – Les bois sacrés de Sotoudè : un exemple d’espace franchement masculin

Photo no 3 – Les bois sacrés de Sotoudè : un exemple d’espace franchement masculin

Source : Cliché de Kola E., juillet 2010.

• Les perceptions genrées en pays kabiyé : des éléments à l’origine de la différenciation socio-spatiale

32Comment sont perçus ou représentés les hommes et les femmes en pays kabiyé ? D’après les enquêtes menées auprès des différentes personnes ressources dans la zone d’étude, l’homme en pays kabiyé incarne la valeur cardinale de la société kabiyé, à savoir la force. C’est ce qui justifie que dès sa jeunesse, il est initié, contrairement à la femme, à l’activité économique la plus éprouvante du point de vue physique : la pratique de l’agriculture sur un capital foncier très contraignant que l’on retrouve sur les flancs des montagnes.

33Il ne lui est pas permis de participer aux activités ménagères de peur de se voir efféminer ou de perdre progressivement sa force. C’est également dans le souci de préserver sa vigueur masculine qu’il lui est imposé des rites initiatiques physiquement très éprouvants, notamment la pratique de la lutte Evala qui est une particularité du pays kabiyé dans le golfe de Guinée. Peu après les cérémonies d’évala, le jeune kabiyé n’est pas automatiquement intégré à la société reconnue mûre ; il passe par la phase des cérémonies de esakpa puis de kondona ou woo, autres types d’initiations non moins éprouvantes. Outre la force, tout homme kabiyé, à travers ces initiations, est supposé apprendre les vertus de la patience, de l’endurance et de la bravoure. C’est d’ailleurs au terme de ces trois catégories d’initiation qu’il est apte à combattre l’ennemi et à verser son sang pour la cause de sa petite patrie. En définitive, en pays kabiyé traditionnel, c’est l’homme qui va à la guerre. C’est à lui que revient le rôle de défendre sa tribu contre les envahisseurs et de chasser du gibier. Seuls les hommes peuvent endosser le rôle de prêtrise traditionnelle (la tâche d’être un Djodjo). À ces valeurs associées à la personnalité masculine kabiyé s’ajoutent celles de l’autorité, de l’honnêteté et de la grandeur devant les réalités de la vie quotidienne. Ne dit-on pas en pays kabiyé que « jamais la femme ne peut prévaloir être l’égale de l’homme » ou encore, que « le garçon le plus jeune de la famille est aîné à la plus vieille femme du ménage » ? Toutefois, cette représentation androcentrique est loin d’être synonyme de paresse chez la femme kabiyé. Comme au sein de plusieurs communautés en Afrique subsaharienne, la personne masculine symbolise la force alors que la femme représente la faiblesse, et ceci, malgré l’intensité de son labeur.

34La femme, quant à elle, est vouée aux activités moins exigeantes du point de vue de l’intensité qui réside dans la dépense de l’énergie physique. Comme partout dans les sociétés africaines, les femmes occupent une place secondaire et restent marginalisées dans les prises de décisions. Leur rôle est limité à la procréation et aux travaux domestiques. Tout comme en pays éwé au Togo, « elles se lèvent avant les hommes et se couchent après eux. Très tôt le matin, elles s’occupent systématiquement du ménage de toute la maison qu’elles balaient proprement, contribuant ainsi à leur manière à l’assainissement de leur environnement immédiat » (Adoukonou, 1999). Peu importe si en fin de compte les tâches qui lui sont socialement attribuées lui sont plus coûteuses des points de vue temporel et physique par rapport à l’homme.

Discussion et conclusion

35L’intérêt de cette étude a consisté à préciser, à partir du cas du pays kabiyé au Togo, que le genre contribue à produire et à organiser l’espace. Ce travail suscite quelques réflexions. L’espace étant différencié par la variable sexe, il apparaît clairement que les sous-espaces générés sont délimités par des discontinuités spatiales. Du point de vue de la méthodologie, l’usage de l’approche qualitative paraît bien indiquée. Elle a servi à rendre compte non seulement des faits inhérents à la répartition sexuelle du travail, mais aussi à dire, grâce aux entretiens individuels et de groupe, la perception différenciée de l’homme et de la femme, par les Kabiyé eux-mêmes.

36Au demeurant, si les lieux de déroulement des rites initiatiques sont très souvent soit franchement masculins soit franchement féminins, les lieux finaux de folklore constituent des lieux soit masculinisés, soit féminisés, car impliquant la présence de personnes de sexe opposé. À côté de ces points, au sens géographique du terme, qui s’intègrent dans la trame spatiale, il faut remarquer que des lignes portent également l’empreinte du sexe ou du genre. Il s’agit, par exemple, des abords de certains cours d’eau exploités à des fins de pêche et faisant penser à une masculinisation de la ligne, alors que le chemin conduisant au marigot ou à la source où l’on recueille de l’eau constitue un chemin (une ligne) féminisé, voire féminin. Autant de considérations qui justifient une identification des différents sous-espaces observés en pays kabiyé et donc au Togo au sexe des principaux acteurs spatiaux.

37Du point de vue théorique, l’étude met en exergue une forme non moins importante de production d’espace social ainsi que de son identification au genre de producteurs. Les résultats de l’étude s’intègrent parfaitement dans des énoncés théoriques ayant trait aux discontinuités de l’espace social. En effet, la littérature souligne que les discontinuités de l’espace social ne se dessinent pas seulement sous l’effet des rapports de classes, elles naissent parfois d’autres formes de clivages sociaux plus ou moins occultés : les rapports de sexes ou de genres, par exemple. Si l’intérieur de la maison en pays kabiyé (Togo) relève de signifiants mixtes, l’intérieur de la maison kabyle (Algérie) visitée par Pierre Bourdieu, comme la périphérie du village Bororo (Matto-Grosso brésilien) étudié par Cl. Lévi-Strauss en 1958, regorge de signifiants féminins (Di Méo, 2002).

38Au demeurant, cette étude a permis de montrer qu’il existe au Togo en général et en pays kabiyé en particulier une différenciation socio-spatiale sous-tendue par des considérations de genre. Les massifs kabiyé, fortement peuplés depuis des millénaires (Verdier, 1982), restent caractérisés par de profondes croyances ancestrales, et un rythme social qui allie la praxis quotidienne du monde visible à l’intelligence du monde invisible, le tout marqué par des activités agraires, des activités d’échanges, des sacrifices, des pratiques initiatiques, et fondé sur les différences de genre.

39La perception de l’homme par la société kabiyé diffère en conséquence de la perception de la femme. Cette différenciation matérielle et idéelle participe à donner à l’organisation socio-religieuse, politique et économique des codes genrés qui portent des empreintes sur l’organisation de l’espace. On y observe donc, à côté d’une minorité d’espaces franchement masculins et féminins (frappés d’interdictions culturelles), des espaces masculinisés et des espaces féminisés. Cette tendance plus accrue donne lieu à différentes échelles à des espaces mixtes où cohabitent hommes et femmes. Le genre est donc source de discontinuités spatiales en pays kabiyé. Le pays kabiyé ne fait pas l’exception d’une organisation de l’espace déterminée par le genre. Les mêmes phénomènes s’observent à différents degrés tant dans le nord que dans le sud du pays. Il en est de même pour d’autres régions de l’Afrique subsaharienne.

40Cependant, ce schéma classique n’est pas resté immuable devant la poussée urbaine, la forte scolarisation du pays kabiyé, la poussée des églises chrétiennes et le retour au bercail qui s’est annoncé depuis la fin des années 1970, des paysans ayant autrefois migré vers les plantations caféières et cacaoyères de la région des Plateaux au sud du Togo (Kola, 2008).

41L’appréhension de la dimension genre dans l’organisation de l’espace kabiyé implique donc une prise en compte de l’échelle d’analyse, la plus petite étant l’échelle domestique, et d’une dimension épistémologique inhérente aux composantes de l’espace géographique que sont les points les lignes et les surfaces. Une seconde notion apparaît également importante pour une évaluation du degré de masculinisation ou de féminisation d’un espace : il s’agit de la notion d’abondance ou de dominance déjà utilisée par des sciences auxiliaires telles que l’écologie.

42Au regard de la diversité des cas et des sens portés à la compréhension des relations de genre, il importe de relancer la recherche géographique en Afrique subsaharienne en tenant compte de la dimension genre.

Bibliographie

Références bibliographiques

Adoukonou A., 1999, Production agricole et revenu des paysans du centre de la région des plateaux au Togo, Mémoire de DEA de Géographie Humaine, UB/Lomé, 47 p.

Akibode A. K., 1987, Colonisation agraire et essor socio-économique dans le Bassin de la Kara, Mission Française de Coopération, Lomé, Presses de l’Université du Bénin, 88 p.

Anker Richard, Buvinic Mayra, Youssef Nadia H., 1986, Women’s Roles and Population Trends in the Third World. Edited by Croom’helm, Londres, 287 p.

Barros (De) et Kuevi, 1989, Prospection archéologique au Togo, Togo-Dialogue, no 45, p. 40-42.

Benaria Lourdes et Sen G., 1981, Accumulation, reproduction and women’s role in economic development : Boserup revisited, In Viswanathan Nalini, Duggan Lynn, Nisconoff Laurie et Wiegersma Nan (dir.), The Women Gender, David Phillip Publishers, Cape Town, p. 1-52.

Bilabena Salamatou, 2002, Genre et éducation : impact des stéréotypes et comportements sexistes sur la réussite scolaire de la jeune fille au Togo, Mémoire de DEA en Sociologie, Université de Lomé, Lomé.

Bisilliat Jeanne et Verschurr Christine (dir.), 2000, Le Genre : un outil nécessaire. Introduction à une problématique, L’Harmattan, Paris-Genève, 264 p.

Brunet Roger, 1967, Les Discontinuités en géographie, Paris, CNRS, 117 p.

Brunet Roger et Dollfus Olivier, 1990, Mondes nouveaux, Géographie universelle, sous la direction de Brunet Roger, Belin-Reclus, Hachette, Paris, 550 p.

Delord Jacques, 1961, Notes et commentaires du texte de Léo Frobenius sur les Kabrè, Le Monde Non-chrétien, nlle série, no 59-60, p. 101-172.

Desmarais Gaëtan et Ritchot Gilles, 2000, La Géographie structurale, Paris, L’Harmattan, 135 p.

Di Méo Guy, 2002, « Limites et discontinuités en géographie : problématiques, enjeux théoriques et épistémologiques », in Limites et discontinuités en géographie, Paris, SEDES, p. 5-26.

Enjalbert Henri, 1956, « Paysans noirs : les Kabrè du Nord-Togo », Les Cahiers d’Outre-Mer, no 34, p. 137-180.

Gay Jean-Christophe, 1995, Les Discontinuités spatiales, Paris, Éditions Economica, 112 p.

GF2D, CRIFF, 2007, Femmes togolaises : Aujourd’hui et demain, Livre blanc, 2e édition, Cotonou, COPEF, 246 p.

Frobenius Leo, 1961, Die Kabre, Und Afrika sprach, vol. 3, 379-413 ; traduit dans le Monde non chrétien, 59-60, p. 101-172.

Hubert Jean-Paul, 1993, La Discontinuité critique, Paris, Publications de la Sorbonne, 221 p.

Kao Wiyao Blanzoua, 1999, Histoire générale des Kabiyé (Origine et peuplement), Afric-Imprim, Lomé, 252 p.

Kao Wiyao Blanzoua, 2007, La Valeur de la parenté kabiyé : la valeur archéologique de l’intronisation du Kondo, Lomé, Imprimerie SAKOM, 288 p.

Kola Edinam, 2008, Crise agraire et mutations rurales dans l’ouest de la Région des Plateaux au Togo, Thèse de doctorat Unique en géographie humaine, Université de Lomé, 434 p.

Kola Edinam, Gueguey Yawa, Dekor Délali, Tambourou Kossi E., 2009, Femmes chefs de ménage et réussite scolaire à Lomé, Rapport de recherche financé par le Réseau Ouest et Centre Africain de Recherche en Éducation (ROCARE), Lomé, 46 p.

Lebeau René, 1996, Les Grands Types de structures agraires dans le monde. Éditions Masson-Armand Colin, Paris, 186 p.

Lloyd B., 1994, Différences entre sexes. In Moscovici S. Psychologie sociale des relations à autrui, Nathan, Paris.

Locoh Thérèse (dir.), 2007, en collaboration avec Nguessan Koffiet Makinwa-Adebusoye Paulina, Genre et société en Afrique, implications pour le développement, INED, Paris, 432 p.

Mianda Gertrude, 1996, Femmes africaines et pouvoir : Les maraîchères de Kinshassa. Éditions L’Harmattan, Paris, p. 17-58.

Mosconi Nicole, 1994, Femmes et savoir. La société, l’école et la division sexuelle des savoirs, L’Harmattan, Paris, 362 p.

Patokideou Honoré K., 1969, Les Civilisations patriarcales des Kabrè face aux programmes modernes de développement économique et social. Thèse de 3e cycle, Abidjan, p. 1-112.

Posnansky Merrick, 1968, Archaeology. Its Uses and Abuses. In : Ranger, Emerging Themes, p. 61-73.

Sauvaget Claude, 1981, Boua, village de Koudé, un terroir Kabiyé (Togo septentrional). Atlas des structures agraires au sud du Sahara, no 16, OESTOM, Paris, 78 p.

Tchamie T. T. K., 1998, Dynamique de la population et évolution du milieu naturel en pays kabyle (Nord-Togo). Bulletin de la Société Belge d’Études Géographiques, SOBEG, no 2, p. 181-199.

Verdier Raymond, 1982, Le Pays kabiyé. Cité des dieux, cité des hommes. Karthala, Paris, 215 p.

Notes

1 Cependant, il est nécessaire de souligner que, d’une part, la sexuation des activités rurales au Togo varie d’une région à une autre, et que d’autre part, il existe de nos jours une tendance des réalités ici décrites (sur le pays kabiyé), à évoluer sous les effets de la « modernisation ».

2 Ce terme ironique adressé à un garçon se hasardant à accomplir une tâche domestique quelconque signifie en même temps « laisse-les dire » et « rejette leurs propos ».

3 Cette attitude des hommes, très récente, est liée aux changements intervenus dans les rapports sociaux suite à la monétarisation de l’économie et à l’apparition de nouveaux besoins induits par l’ouverture de l’économie. Jadis, aux dires de nos enquêtés, le Kabiyé faisait entièrement confiance aux actes et propos de sa femme, l’honnêteté étant une valeur très défendue par la tradition kabiyé.

4 Pour d’amples informations, se référer à notre article à paraître sur « La vie rurale en pays kabiyé : une contribution à l’étude des genres de vie en Afrique subsaharienne ».

Table des illustrations

Titre Carte no 1 – Localisation géographique des zones étudiées
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/4795/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 193k
Titre Tableau no 1 – Résumé du calendrier agricole du pays kabiyé selon le sexe
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/4795/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 207k
Légende Source : Travaux de terrain, juillet-août 2010.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/4795/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 171k
Titre Photo no 1 – Le terrain de Yadé où se pratique la lutte évala : un exemple d’espace masculinisé
Légende Source : Cliché de Tchalla K., juillet 2010.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/4795/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 317k
Titre Photo no 2 – Un exemple d’espace féminisé : la place du marché de mazoda
Légende Source : Cliché de Kola E., juillet 2010.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/4795/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 283k
Titre Photo no 3 – Les bois sacrés de Sotoudè : un exemple d’espace franchement masculin
Légende Source : Cliché de Kola E., juillet 2010.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/4795/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 336k

Auteur

Maître assistant, Laboratoire de recherche sur la Dynamique des Milieux et des Sociétés (LARDYMES), Département de Géographie, Université de Lomé (Togo).

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search