Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genre et Construction de la Géographie

 | 
Yves Raibaud
, 
Kamala Marius

Quatrième Partie. Migrations

Jalons pour une réflexion sur la relation entre autonomie et migration en Europe du Sud

Camille Schmoll

Note de l’auteur

Ce texte se base sur une enquête menée sur les stratégies migratoires et les espaces de vie des femmes maghrébines dans quatre villes italiennes de 2005 à 2008. Cette enquête à été financée par post-doctorat Marie Curie effectué au Centre Robert Schuman pour les études avancées de l’Institut universitaire européen.

Texte intégral

« Je dois rester indépendante. Un homme, tu ne sais jamais combien de temps il restera. »
(Marina)

1La littérature sur les migrations internationales, ainsi que les approches féministes aux théories du transnationalisme, ont mis en évidence le caractère sexué des flux migratoires ainsi que le rôle spécifique des femmes, dont l’importance ne cesse de s’affirmer au sein de ces flux (UNFPA, 2006). Ces travaux nous interrogent sur la spécificité des trajectoires migratoires féminines et sur la capacité pour les femmes de générer, par la mobilité spatiale, des marges d’autonomisation. Il est proposé ici de contribuer au débat sur la relation entre migration féminine et autonomisation, à partir d’une réflexion sur la notion de « migration autonome ». L’étude de la trajectoire d’une migrante tunisienne installée en Italie permettra de mettre en évidence les ambivalences qui caractérisent la situation des femmes parties seules en Europe du Sud.

Migrantes autonomes au sud de l’Europe

2Les dynamiques migratoires des pays d’Europe du Sud présentent un certain nombre de points communs, si bien qu’on a pu parler d’un modèle sud-européen de migration, affectant tout à la fois les marchés du travail et les économies, la territorialisation des politiques migratoires, la gestion sélective des flux et les politiques d’intégration (King, Lazaridis, Tsardanidis, 2000 ; Pugliese, 2002). L’Europe du Sud est un espace migratoire paradoxal à de nombreux égards : par l’existence de pratiques non institutionnalisées et d’économies informelles, elle constitue un espace de contact, d’interactions inédites et de territorialités originales. Interface nord-sud génératrice de nouveaux cosmopolitismes, l’Europe du Sud est aussi un espace de frictions, de marginalisation et de discrimination, de blocage des trajectoires et de fermeture pour ceux et celles qui ne savent ou ne peuvent passer les frontières (Schmoll, 2006).

3Tous ces paradoxes s’expriment de façon sexuée, si bien qu’on peut considérer que la dimension genrée est au cœur du modèle migratoire sud-européen, et ce d’autant plus que les travailleuses migrantes y sont toujours plus nombreuses (Calavita, 2005 ; JEMS, 2004 ; King, Zontini, 2000 ; Zontini, 2002 ; Schmoll, 2010). L’importance des migrations féminines au sud de l’Europe est certes liée au fait qu’il s’agit d’espaces d’immigration relativement récente – et que par conséquent ils fonctionnent comme des miroirs grossissants de dynamiques en acte un peu partout, à savoir la féminisation croissante des migrations de travail (UNFPA, 2006). Mais surtout, l’importance de ces femmes est liée à l’appel de main-d’œuvre féminine généré par les marchés du travail de la région, notamment dans les secteurs des services, du soin aux personnes et de la prostitution (Anthias, Lazaridis, 2000 ; King, Zontini, 2000). De ce point de vue, on peut considérer l’Europe du Sud comme un observatoire, un miroir grossissant des ambivalences actuelles de la migration féminine.

4La migration des femmes en Europe du Sud est souvent qualifiée de « femmes qui partent seules », et les chercheurs la nomment volontiers « migration autonome ». Une telle expression vise à désigner le fait que nombre de ces migrantes partent individuellement, en dehors du cadre juridique du regroupement familial, et qu’elles ne sont pas nécessairement rejointes par leurs maris ou leurs proches (Ramirez, 1999, 2002 ; Oso, 2000 ; Schmoll, 2005 ; Dahinden et al., 2007). Cette notion est toutefois floue et doit être envisagée de manière critique : pourquoi ce terme de « migration autonome » devrait-il être réservé aux femmes et non aux hommes qui partent seuls ? Que penser de cette expression ? Elle semble sous-entendre que la migration de femmes seules possède nécessairement un caractère émancipateur. Ainsi utilisée, l’expression « migration autonome » semble effacer toute forme de contrôle et d’encastrement social. Or, on peut faire l’hypothèse que les migrations féminines « autonomes » sont tout autant encadrées, si ce n’est plus, que celles des hommes ou que celles des femmes qui pratiquent le regroupement familial : par les institutions formelles et informelles, en premier lieu, et par leur entourage, bien sûr (Vaiou, 2011).

5L’expression est donc problématique et renvoie aux ambivalences de la figure de la femme migrante. Considérer les migrations de femmes seules comme des migrations « autonomes » c’est avoir une vision quelque peu victimisante des autres formes migratoires – comme le regroupement familial – mais en même temps soutenir une vision émancipatrice de la migration féminine isolée (dans le discours public, elles en viennent souvent à symboliser l’intégration réussie, en particulier lorsqu’elles se marient avec un autochtone). Cela revient à opposer migration féminine autonome et migration féminine familiale, ce qui ne correspond guère à l’expérience réelle des femmes. Comment penser alors la relation entre autonomie et mobilité ?

Autonomie et migration : une relation complexe et multiforme

6Les migrations internationales sont encastrées dans de multiples structures, sociales et spatiales. En retour, elles peuvent contribuer à leur transformation. Cette articulation entre ce qui relève du structurel et la « capacité d’agir » (agency) des femmes peut nous permettre de penser la relation entre autonomie et migration. Le processus d’autonomisation des femmes en mobilité investit différentes sphères : il est tout d’abord lié à la question de la relation entre mobilité spatiale et mobilité sociale, au sens d’une modification de la position des femmes dans l’échelle sociale, notamment par le biais de l’initiative professionnelle et de l’acquisition d’une indépendance économique. Ces modifications doivent être envisagées à la fois au sein des pays d’origine et des pays d’accueil dans le cadre des multiples négociations dont elles font l’objet. Par ailleurs, ces évolutions ont des implications sur les recompositions du productif et du reproductif : c’est pourquoi ces deux sphères ne peuvent être envisagées séparément mais dans leurs multiples interrelations (Bjeren, 2000 ; Kofman, 2004 ; Schmoll, 2005).

7L’expérience de la mobilité transforme également les subjectivités féminines, au sens où la femme migrante investit de signification l’acte de migrer (De Gourcy, 2005). L’hypothèse qui est faite ici est que l’expérience migratoire donne lieu à une prise de conscience accrue de la part de l’individu de sa propre condition et de ses possibilités. Elle a des implications dans la définition de soi en tant que sujet différencié des autres. Cette prise de conscience a des conséquences du point de vue de la redéfinition des identités et oriente les trajectoires de vie et les choix effectués. C’est en ce sens qu’elle peut être génératrice d’autonomisation. Elle est, pour reprendre les analyses d’Emmanuel Ma Mung sur l’autonomisation en migration, un vecteur de différentiation mais aussi d’affirmation (Ma Mung, 2009).

8Les formes d’autonomisation en migration peuvent concerner des groupes, comme dans le cas des Chinois en diaspora (Ma Mung, 2009), ou des individus relativement isolés, comme dans les migrations vers le Sud de la France étudiées par Constance de Gourcy (2005). Observer la question de l’autonomisation à l’échelle de l’individu ne doit toutefois pas nous amener à confondre autonomisation et processus d’individuation. L’autonomisation en effet peut être liée à une prise de conscience collective. Dans tous les cas de figure, elle est « relationnelle » (Jouan, Laugier, 2009), car elle naît de la rencontre avec autrui et des situations nouvelles provoquées notamment par la mobilité.

  • 2 Dans la littérature en anglais, le concept d’autonomisation auquel nous nous référons ici est souve (...)

9Le thème de la relation entre processus d’autonomisation et mobilité est au cœur des approches féministes. Certaines de ces recherches, d’approche plutôt structuraliste, ont développé un regard critique sur les travaux sur la mobilité en montrant que la mobilité spatiale comporte des coûts sociaux non négligeables et n’a pas toujours des effets positifs escomptés sur les rapports de genre. Certains de ces travaux insistent sur le rôle des femmes dans un marché mondial du travail sexué et segmenté qui accentue leurs conditions de vulnérabilité et d’assujettissement, et sur les contraintes exercées par l’entourage familial sur leurs choix migratoires (Sassen, 2000 ; Ong, 2010). D’autres montrent que, dans certains cas, c’est bien plus l’immobilité que la mobilité qui peut constituer une ressource pour les femmes (Gilbert, 1998). À l’opposé, certaines recherches, plutôt d’influence post-structuraliste, insistent d’avantage sur la singularité des ressources et solidarités féminines transnationales en migration et sur les formes d’autonomisation2 et de promotion sociale que la mobilité peut générer (Braidotti, 1994 ; Hondagneu-Sotelo, 2001 ; Mahler et Pessar, 2001 ; Augustin, 2003 ; REMI, 2005). Ces travaux montrent comment l’identité et les ressources féminines peuvent constituer des atouts et des forces en migration et combien la migration peut avoir des effets positifs sur les processus de construction des subjectivités. L’apport conjoint de ces deux perspectives de recherche permet d’envisager à la fois la question des structures et de la capacité d’agir, des compétences et des dépendances (Jouan, Laugier, 2009) et permet d’éviter, dans la mesure du possible, les deux écueils de la victimisation et l’héroïsation des femmes (Bilge, 2010).

Isolement créatif et trajectoire en suspens d’une migrante

10On souhaite, à travers l’évocation d’une trajectoire de migrante, faire émerger la complexité de la relation entre autonomie et migration. L’histoire que nous nous proposons ici d’évoquer concerne une femme qui a émigré hors du cadre du regroupement familial et sans être accompagnée de membres de sa famille. Cette histoire nous permet de montrer à quel point la marge d’autonomie peut évoluer d’un moment à l’autre du parcours migratoire selon les relations sociales (familiales, de voisinage, affectives), les échelles d’observation (le corps, le foyer, l’espace italo-tunisien) et les lieux envisagés (la ville, l’espace professionnel, le lieu d’origine et le pays d’accueil) Elle montre également combien la question de la relation entre distance sociale et spatiale, et entre mobilité et autonomisation est problématique.

Marina

11Marina est une femme tunisienne de 34 ans, originaire de la petite classe moyenne de Tunis. Elle se marie très tôt, à 16 ans, suite à un coup de foudre et divorce après 8 mois de mariage car son époux la bat. Ses parents ont fortement réprouvé ces deux choix et on refusé de l’aider à compter du jour de son mariage. C’est pourquoi elle doit, à la suite de son divorce, trouver les moyens de subvenir à ses besoins. Elle travaille d’abord comme secrétaire pour terminer ses études au lycée puis comme modèle et actrice dans des téléfilms pour enfants. Elle décroche ensuite un diplôme en comptabilité et informatique. Après une phase de chômage, elle décide de reprendre des études en droit, et ce contre la volonté de sa famille. Elle se décourage vite et entre finalement dans la police nationale, où son frère travaille déjà. Peu de temps après, une amie de sa mère qui vit en Europe propose de l’aider à trouver du travail en Italie. Elle obtient un visa touristique et se rend à Rome.

12« Moi j’étais convaincue de trouver un travail normal, régulier. Ne serait-ce que parce que je suis loin d’être ignorante avec mes diplômes. » Or, la fille de cette amie l’accompagne dans un night-club situé dans la région de Rome, et dans lequel travaillent de nombreuses étrangères : « À l’époque je ne savais même pas ce que c’était un night. Quand j’ai vu l’endroit avec les chambres, la piscine, la disco, j’ai cru que c’était un hôtel… La fille de la copine de ma mère ne m’a rien expliqué, elle m’a habillée, maquillée, et elle m’a mise là-dedans. Au fur et à mesure j’ai compris la situation, j’ai appris quelques mots d’italien, et j’ai compris qu’on pouvait gagner beaucoup d’argent. 80 000, 100 000 lires par soirée, sans compter les pourcentages sur les consommations. Je gagnais beaucoup et je ne dépensais rien, j’envoyais tout à Tunis [...]. »

  • 3 Les opérations de régularisation, ou sanatoria, qui ont lieu ponctuellement en Italie, constituent (...)

13Elle obtient un permis de séjour italien grâce à l’opération de régularisation de 19983. « Et puis je me suis fiancée avec le patron et j’ai arrêté d’aller avec les clients. Alors les filles sont devenues jalouses, elles m’ont menacée… J’ai fini par partir. » Marina fréquente alors un autre homme, rencontré au night. Marié, il lui loue un appartement dans le centre de Rome. « Il s’occupait de moi et je n’ai pas eu besoin de travailler pendant deux ans. Je voulais travailler, mais j’avais du mal à trouver. J’ai fait la danseuse du ventre dans les restos – je préférais ça au strip-tease, j’ai rien contre les strip mais c’est pas mon truc ! Mais comme ils me payaient pas, j’ai laissé tomber. » Puis son fiancé la quitte, et elle retourne travailler à la discothèque pour quelque temps. Elle décide ensuite de tenter sa chance à Milan comme secrétaire pour un habitué de la discothèque, avocat de profession à Milan. Il la paie 1 200 euros par mois : « une somme dérisoire ! Quand tu penses au prix des loyers à Milan. Et en plus il voulait coucher avec moi non mais tu rêves ! »

14À son premier retour en Tunisie, elle se rend compte que sa mère a dépensé tout l’argent qu’elle lui avait envoyé pour le mettre de côté, ses frères ont vendu tous les bijoux qu’elle avait laissés chez elle. « On m’y reprendra pas, je n’enverrai plus rien. Je devais m’occuper de tout, même les culottes de la famille, c’est moi qui les achetais, mais maintenant c’est fini ! […] Non, je n’envoie plus d’argent, ils m’ont eue une fois ils ne m’auront pas deux fois. Je leur ai tout payé, les vêtements, la nourriture, la maison en propriété, maintenant j’arrête. » Marina décide de couper les ponts avec sa famille, pour un temps, puis rentre à nouveau en Tunisie car sa mère souffre de problèmes de santé, et étant la seule fille de la famille, elle doit s’en occuper : « Mon père travaille et mes frères ne font rien. Je n’avais pas le choix. » Un de ses frères insiste auprès d’elle pour qu’elle l’aide à venir en Europe mais elle refuse catégoriquement : « Qu’est-ce que tu crois, que tu vas venir en Italie et trouver l’argent qui t’attend tout chaud ? »

15Quand elle rentre en Italie, elle décide de changer de cadre de vie, et part travailler dans une boîte de nuit du quartier de Santa Lucia à Naples, car une amie lui dit qu’on y gagne beaucoup d’argent. Mais la prostitution la fatigue et, surtout, elle tombe amoureuse. Elle quitte le métier et loue un petit studio qu’elle partage avec son chat persan. Un quartier où il y a peu de Maghrébins, elle ne veut pas avoir d’ennuis : « C’est pas facile avec eux, surtout quand ils savent quel métier j’ai fait et d’où je viens. Moins je les vois mieux c’est. » Son studio se situe sur le toit d’un immeuble d’un quartier populaire de Naples : elle est très intégrée dans son voisinage et entretient de bonnes relations avec ses voisines napolitaines, de nombreuses mères isolées et femmes célibataires avec lesquelles elle échange des services et entretient des relations amicales. Ces femmes, jeunes et moins jeunes, partagent avec elles la même situation précaire et flottante, alternant petits boulots et périodes de chômage. Les temps morts sont fréquents. Elles discutent alors autour d’une tasse de café, se coiffent et se posent du vernis à ongle, regardent la télévision, rient de leurs aventures et discutent de leurs projets.

16L’amant actuel de Marina est un employé de banque rencontré en discothèque. Il vit maritalement dans les Marches, mais lui rend visite deux à trois fois par semaine. Mais celui-ci est de plus en plus distant. Elle sent la rupture proche. Marina sent également l’âge avancer, et sait qu’elle ne pourra pas toujours vivre de cette façon. Elle dit : « Je dois rester indépendante, je l’ai toujours été. Parce qu’un homme, tu ne sais jamais combien de temps il restera […] Maintenant j’aimerais aller ailleurs. Même si je ne connais personne, ça ne fait rien, je voudrais repartir à zéro. Quand je suis arrivée, je ne savais rien, j’ai passé beaucoup de moments difficiles. J’ai été plusieurs fois battue, volée […] En plus ça n’est pas facile pour une fille d’habiter seule à Naples. J’ai eu plein de problèmes, vraiment, je voudrais partir. » En attendant de résoudre les difficultés financières dans lesquelles elle se trouve, Marina se fait aider de temps en temps par un ami proche rencontré en discothèque, un juriste travaillant à l’université de Naples qui lui fournit une aide financière et lui rend fréquemment visite. Le prochain projet de Marina : ouvrir une boutique d’esthéticienne, avec deux amies italiennes. Pour l’heure, elle s’entraîne sur les ongles de ses voisines et tente de mettre de côté les dons faits par ses amants et amis.

Les paradoxes de l’autonomie

  • 4 La littérature sur les migrantes maghrébines autonomes est désormais importante : voir Ramirez, 199 (...)
  • 5 Ces différentes stratégies de mise à l’écart opérées par les femmes ont parfois généré des difficul (...)

17La trajectoire de Marina se réfère à la situation des femmes maghrébines « qui partent seules », et que nous avons suivies dans plusieurs villes italiennes (Turin, Milan, Bologne et Naples). La présence de ces femmes maghrébines parties seules n’est, certes, pas une spécificité de l’Europe du Sud mais, comme il a été dit plus haut, elles y sont particulièrement nombreuses4. Il s’agit souvent de femmes qui ont déjà derrière elles une histoire familiale compliquée : veuves, divorcées, répudiées, mères célibataires, ces femmes quittent leur pays pour « repartir à zéro » et reconstruire leurs vies sur de nouvelles bases (Manry, Schmoll, 2011). L’émigration est ainsi vécue comme une forme de rupture avec le lieu d’origine et comme un moyen de se construire un nouveau projet de vie au pays d’accueil. Du fait de leur situation familiale et de leur statut spécifique de « femmes parties seules », ces migrantes sont généralement exclues des réseaux de solidarité communautaires habituels. On peut même dire qu’elles vivent une triple stigmatisation : stigmatisées à la fois au sein de leur foyer au pays d’origine, de leur groupe d’appartenance au pays d’accueil, et de la société d’installation, en tant qu’étrangères, musulmanes et du fait des secteurs du marché du travail dans lesquels elles exercent. Selon les femmes interrogées, la difficulté la plus importante est la mise aux marges de leur propre communauté qui, du fait de leur statut familial et migratoire spécifique, refuse de leur apporter le soutien dont elles auraient besoin, notamment au début de leur trajectoire migratoire. C’est pourquoi ces femmes vivent rarement dans les quartiers de majeure concentration d’étrangers et ne travaillent guère dans les activités de type « ethnique ». Elles recherchent plutôt l’anonymat de la grande ville, où elles trouveront du travail dans les niches sexuées habituelles. Elles prennent également leurs distances par rapport aux autres femmes maghrébines se trouvant dans leur même situation, reproduisant ainsi le stigmate qu’on leur attribue5.

18Cette solitude des femmes, du fait de la mise aux marges de leur propre groupe, semble pouvoir parfois générer des phénomènes d’isolement créatif. Ces femmes tirent profit le plus possible des « interstices » de la ville et du marché du travail et des vides institutionnels caractéristiques du modèle migratoire sud-européen (Vaiou, 2002). Elles font preuve d’une grande mobilité spatiale et professionnelle, qui est souvent génératrice d’autonomie financière et même d’une amélioration ponctuelle de leur situation. Elles se construisent des réseaux sociaux alternatifs, qui les aident à se créer de nouvelles opportunités : leurs amants, qui les aident même s’ils les épousent rarement, et leurs amies, qui sont choisies parmi d’autres groupes d’étrangères ou parmi les Italiennes.

19Les opportunités sont néanmoins limitées et ces femmes se trouvent parfois dans des situations de grande vulnérabilité. Les carrières sont fluctuantes et ces femmes se retrouvent souvent à la merci de leurs employeurs et de leurs amants… Elles ont souvent par ailleurs des difficultés à se construire une situation affective stable. Quant aux impératifs de genre dont elles sont le jeu, on voit à travers l’exemple de Marina que la situation des femmes est ambiguë : d’un côté leurs situations marginales par rapport aux sociétés d’origine et d’accueil les condamnent à une solitude qui n’est pas nécessairement désirée. Elles s’affranchissent certes de certaines obligations de genre – Marina refuse ainsi de faire venir son frère en Europe. Elles demeurent toutefois les garantes du soin et de la solidarité au sein de leur famille – et c’est ainsi que Marina rentre au pays soigner sa mère malade.

20Pour ces femmes, le retour définitif au pays d’origine est improbable et une véritable réussite du projet migratoire également. Malgré de nombreuses tentatives et de nombreux dons auprès de leur famille d’origine, elles parviennent rarement à se racheter une réputation. En d’autres termes, si la mobilité permet autonomisation et promotion sociale, les coûts sociaux assumés par les migrantes sont fort élevés.

Conclusions

21L’histoire que nous venons de présenter n’est nullement représentative de la migration féminine sud-européenne dans son ensemble. Elle est cependant significative des ambivalences des situations migratoires féminines. On a essayé de montrer dans ce texte que cette dimension paradoxale est consubstantielle à la migration des femmes seules. Les femmes migrantes négocient et redéfinissent les rapports de genre, développent leurs propres stratégies et territorialités, mais font également face à des contraintes et des obstacles qui leur sont propres. Le marché du travail, par exemple, agit très nettement de façon spécifique sur les femmes, générant certaines opportunités (économie du sexe par exemple) mais créant également des situations de blocage (quelle mobilité possible dans de telles économies ?). Il y a bien autonomisation dans les trajectoires évoquées : les femmes revendiquent leur indépendance, se font entrepreneuses de leur propre destin, jouent de leurs relations et de leurs compétences acquises avant et pendant la migration. Leur autonomie est toutefois négociée au prix de constantes renonciations et sacrifices.

Bibliographie

Bibliographie

Anthias Floya, Lazaridis Gabriella (eds), 2000, Gender and Migration in Southern Europe. Women on the Move, Oxford, Berg, 263 p.

Augustín Laura, 2003, “Forget Victimization. Granting Agency to migrants”, Development, vol. 46, no 3, p. 30-36.

Bilge Sirma, 2010, « Beyond Subordination vs Resistance. An intersectional approach to the agency of veiled muslim women », Journal of Intercultural Studies, vol. 31, no 1, p. 9-28.

Bjeren Gunilla, 1997, « Gender and reproduction », in Hammar Tommas (dir.) International Migration, Immobility and Development, Oxford, Berg, p. 219-246.

Braidotti Rosi, 1994, Nomadic Subjects, Embodiement and Sexual Difference in Contemporary Feminist Theory, Cambridge, Columbia University Press.

Calavita Kitty, 2005, Immigrants at the Margins : Law, Race and Exclusion in Southern Europe, Cambridge, Cambridge University Press.

De Gourcy Constance, 2005, L’Autonomie dans la migration. Réflexion autour d’une énigme, Paris, L’Harmattan.

Dahinden Janine, Rosende Magdalena, Benelli Natalie, Hanselmann Magaly, Lempen Karine, 2007, « Migrations : genre et frontières – frontières de genre », Nouvelles Questions Féministes, vol. 26, no 1, p. 4-14.

Gilbert Melissa R., 1998, « “Race”, Space, and Power : The Survival Strategies of Working Poor Women », Annals of the Association of American Geographers, vol. 88, no 4, p. 595-621.

Hondagneu-Sotelo Pierrette, 2001, Domestica. Immigrant Workers Cleaning and Caring in the Shadows of Affluence, Berkeley-Los Angeles, University of California Press.

Jouan Marlène, Laugier Sandra (dir.), 2009, Comment penser l’autonomie ? Entre compétences et dépendances, Paris, Presses Universitaires de France.

Journal of Ethnic and Migration Studies, 2004, Special issue on Southern Europe, vol. 30, no 6.

King Russell, Lazaridis Gabriella, Tsardanidis Charalambos (eds), 2000, Eldorado or Fortress ? Migration in Southern Europe, Londres, Macmillan.

King Russell, Zontini Elisabetta, 2000, « The role of gender in the southern European model », Papers, vol. 60, p. 35-52.

Kofman Éleonore, 2004, « Genre et migration internationale. Critique du réductionnisme théorique », Les Cahiers du CEDREF [En ligne], no 12, mis en ligne le 20 juin 2010, consulté en juillet 2012. URL : http://cedref.revues.org/543 Mahler Sarah J., Pessar Patricia R., 2001, “Gendered geographies of power : analyzing gender across transnational spaces”, Identities, vol. 7, no 4, p. 441-459.

Ma Mung Emmanuel, 2009, « Le point de vue de l’autonomie dans l’étude des migrations internationales », in Dureau Françoise et Hily Marie Antoinette (dir.), Les Mondes de la mobilité, Rennes, Presses de l’Université de Rennes, p. 25-38.

Manry Véronique, Schmoll Camille, 2011, « Le bizness des femmes. Nouvelles mobilités au féminin dans l’espace euro-méditerranéen », Naqd. Revue d’études et de critique sociale, no 28, p. 111-138.

Moujoud Nasima, 2003, « Partir seules. Heurs et malheurs de Marocaines en France », Dossier spécial Femmes violentées, femmes violentes, Gradhiva, no 33, p. 93-101.

Moujoud Nasima, 2007, Migrantes, seules et sans droits, au Maroc et en France. Dominations imbriquées et résistances individuelles, Thèse de doctorat en anthropologie sociale et ethnologie, Paris, École des hautes études en sciences sociales, sous la direction de Marie-Élisabeth Handman.

Ong Aihwa, 2010, « A bio-cartography : maids, neo-slavery and NGOs », in Benhabib Seyla, Resnik Judith (dir.), Migration and Mobilities. Citizenship, Borders and Gender, New York, New York University Press, p. 157-186.

Oso Laura, 2003, “The New Migratory Space in Southern Europe : the Case of Colombian Sex Workers in Spain”, in Morokvasic-Muller Mirjana, Erel Umut, Shinozaki Kyoko (eds), Crossing Borders and Shifting Boundaries, vol. 1, Gender on the Move, Opladen, Leske and Budrich, p. 207-227.

Pugliese Enrico, 2002, L’Italia tra migrazioni internazionali e migrazioni interne, Bologne, Il Mulino, 146 p.

Ramírez Ángeles, 1999, « La valeur du travail. L’insertion dans le marché du travail des immigrées marocaines en Espagne », Revue européenne des migrations internationales, vol. 15, no 2, p. 9-36.

Ramírez Ángeles, 2002, « Les migrations internationales et les rapports de sexe, les femmes marocaines en Espagne », in Charef Mohamed (coord.), Les Migrations au féminin, Agadir, Sud contact, p. 85-98.

Revue européenne des migrations internationales, 2005, dossier « Femmes, genre, migration et mobilités », vol. 21, no 1.

Sassen Saskia, 2000, “Women’s burden : counter-geographies of globalization and the feminization of survival”, Journal of International Affairs, vol. 53, no 2, p. 503-524.

Schmoll Camille, 2005, « Pratiques spatiales transnationales et stratégies de mobilité des commerçantes tunisiennes », Revue européenne des migrations internationales, vol. 21, no 1, p. 131-153.

Schmoll Camille, 2006, « Naples dans les mouvements migratoires. Une interface Nord-Sud ? », Bulletin de l’Association des Géographes Français, vol. 83, no 3, p. 313-324.

Schmoll Camille et al., 2010, « Vieillissement et migrations : réflexions à partir de la Basilicate et de la Bretagne », in Baron Myriam, Cunningham-Sabot Emmanuèle, Grasland Claude, Rivière Dominique, Van Hamme Gilles (dir.), Villes et régions européennes en décroissance, Paris, Hermès, collection « Territoires – analyses, modélisation, simulation », Paris, p. 161-185. UNFPA, 2006, A Passage to Hope. Women and International Migration, State of World Population 2006.

Vaiou Dina, 2002, « Dans les interstices de la ville : les Albanaises à Athènes », Espace, populations, sociétés, vol. 20, no 3, p. 373-385.

Vaiou Dina, 2012, « Gendered Mobilities and Border Crossings : from Elbasan to Athens », Gender, Place and Culture, vol. 19, no 2, p. 249-262.

Zontini Elisabetta, 2002, « Towards a Comparative Study of Female Migrants in Southern Europe : Filipino and Moroccan Women in Bologna and Barcelona », Studi Emigrazione, vol. 145, no 39, p. 107-134.

Notes

2 Dans la littérature en anglais, le concept d’autonomisation auquel nous nous référons ici est souvent évoqué sour le terme d’empowerment.

3 Les opérations de régularisation, ou sanatoria, qui ont lieu ponctuellement en Italie, constituent un des moyens les plus faciles de se régulariser. Celle de 1998 a concerné environ 220 000 personnes.

4 La littérature sur les migrantes maghrébines autonomes est désormais importante : voir Ramirez, 1999, 2002 ; Zontini, 2002 ; Manry et Schmoll, 2011 pour l’Europe du Sud ; Moujoud, pour le cas français (2003 ; 2007).

5 Ces différentes stratégies de mise à l’écart opérées par les femmes ont parfois généré des difficultés d’ordre méthodologique pour notre travail, dans la mesure où nous avions des difficultés à les localiser et à pratiquer la méthode de prise de contact par boule de neige.

Auteur

Géographe, maîtresse de conférences, Géographie-Cités, Université Paris 7 Denis Diderot.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540