Version classiqueVersion mobile

Genre et Construction de la Géographie

 | 
Yves Raibaud
, 
Kamala Marius

Quatrième Partie. Migrations

Des saisonnières marocaines à Huelva

Du changement économique, social et des rapports de genre

Chadia Arab

Texte intégral

Introduction

  • 1 Le programme AENEAS (Programme d’assistance technique et financière à des pays tiers dans le domain (...)

1Depuis 2006, le nombre de Marocaines travaillant dans la province de Huelva dans la cueillette des fraises a très fortement augmenté. Alors qu’elles n’étaient que 1 800 Marocaines environ à cueillir la fraise espagnole en 2006, elles étaient 17 000 en 2009. Cette spectaculaire augmentation est due à un projet hors du commun mis en place entre les États espagnol et marocain. Ce programme se nomme « Programme de gestion éthique de l’immigration saisonnière » et il est financé par une ligne budgétaire de l’Union européenne, AENEAS1. Grâce à ce programme et à un partenariat solide entre la Mairie de Cartaya et l’ANAPEC (Agence nationale de promotion de l’emploi et des compétences) au Maroc, les femmes marocaines viennent avec des « contrats en origine » (Redondo Toronjo, 2009), leur permettant de passer quelques mois en Espagne et revenir ensuite dans leur pays d’origine. Cette circulation migratoire est imposée par les deux pays à travers des conditions de recrutement draconiennes. Être femme et avoir des enfants sont les deux principales conditions qui permettent de candidater à cette sélection de l’ANAPEC.

2Derrière la théorie de cette gestion, il y a des femmes qui laissent enfants, parfois maris et parents, et circulent entre Huelva et le Maroc pour travailler un à six mois de l’année en terre espagnole. Ce travail saisonnier leur permet de véritables changements une fois de retour au Maroc : amélioration économique, sociale, modification des rapports de genre, émancipation…

  • 2 Dans le cadre du programme AMERM-PME (Programme Migration et Environnement porté par l’AMERM), j’ai (...)

3La présente contribution se fonde sur plusieurs enquêtes de terrain en Espagne et au Maroc2. Je tenterai de comprendre comment cette migration temporaire impacte sur la vie économique et sociale de ces femmes et sur les rapports de genre au sein de la famille et de la société marocaine.

4Mais avant de répondre à l’impact de cette migration sur la vie de ces femmes, il nous faut saisir qui sont ces femmes.

Des femmes rurales, précaires et pauvres

Un programme qui fonctionne grâce à des conditions précises

5Le programme répond à des objectifs précis : développer l’immigration légale, mettre en œuvre un système intégral de gestion du flux migratoire et prévenir l’immigration illégale (source : mairie de Cartaya, 2010).

6Dès les années 2000, l’Espagne fait appel aux femmes migrantes (Roumaines, Bulgares, Polonaises) pour travailler et cueillir la fraise de Huelva. C’est seulement en 2006 que les premiers employeurs espagnols viennent directement au Maroc pour sélectionner une main-d’œuvre féminine et marocaine. Ces jeunes femmes sont recrutées sans conditions précises. Souvent, il s’agissait de jeunes femmes célibataires. Les contrats étaient à durée déterminée et pour la plupart d’entre eux, ils avaient été vendus à plusieurs milliers d’euros. La plupart de ces jeunes femmes ont saisi cette opportunité de migration et avaient pour objectif de rester en Espagne.

7En 2007, dans le cadre de ce programme précis, la mairie de Cartaya fait venir 5 000 femmes. Puis en 2008, elles sont près de 13 000. Le chiffre atteint sa plus grande importance en 2009, avec la venue de 17 000 femmes. Avec la crise, ce chiffre retombe à environ 5500 en 2010. Ce programme fonctionne bien, car la majorité des femmes rentrent au Maroc une fois la saison des fraises terminée. Le taux de retour des femmes est passé de 90 % en 2007 à plus de 95 % en 2009. Il n’était que de 50 % en 2006, avant la mise en place du programme. C’est donc un véritable succès pour les signataires de cette convention, et très vite ce programme a été montré comme un modèle à suivre.

8Le succès du programme repose avant tout sur les conditions précises de recrutement émises par la mairie de Cartaya et l’ANAPEC.

9D’abord le choix se porte spécifiquement sur des femmes. Ensuite, il est précisé que ces femmes doivent avoir entre 25 et 40 ans ; avoir une expérience agricole ; être originaires d’une zone rurale ; avoir au moins un enfant de moins de 18 ans ; être divorcées ou veuves et pouvoir le justifier ; si la femme est mariée, elle doit obtenir le consentement du mari.

10Pour le directeur de l’ANAPEC, « plus les critères s’accumulent et mieux c’est. Par exemple on préfère une femme avec trois enfants, qu’une femme avec 1 enfant. Il y a aussi des doubles critères : enfants de moins de 14 ans car à partir de 15 ans, l’enfant peut travailler ».

Qui sont les femmes qui partent travailler en Espagne dans la province de Huelva ?

1160 % de ces femmes ont entre 30 et 40 ans. La moitié d’entre elles sont des femmes mariées et l’autre moitié est composée de femmes divorcées et veuves (données 2008, mairie de Cartaya).

  • 3 Ce questionnaire est structuré en trois grands axes : les données socio-économiques concernant la m (...)

12À partir des enquêtes réalisées en juillet 2010 dans la province de Ksar El Kébir au Maroc, nous pouvons présenter un profil type de la femme migrante en Espagne. Le questionnaire3 réalisé a été présenté auprès de 70 femmes, 65 questionnaires ont pu être traités convenablement. Le nombre de questionnaires réalisé n’étant pas représentatif pour pouvoir généraliser, il reste néanmoins un outil d’analyse pour avoir des indications, des tendances et quelques résultats sur les profils migratoires des femmes marocaines.

  • 4 Lors d’une formation en Espagne auprès des Marocaines à laquelle j’ai pu assister, parmi les 40 fem (...)

13Près de 75 % des femmes interrogées proviennent du milieu rural. Elles sont pour la grande majorité d’entre elles analphabètes4.

14Le graphique suivant montre que plus de 89 % d’entre elles ont plus de deux enfants et 42 % d’entre elles ont au moins 4 enfants. Cela signifie que ces femmes sont à la tête de familles nombreuses. Alors qu’en 1990, les femmes marocaines avaient un taux de fécondité important de 4 enfants par femme, il est en 2010 de 2,2 enfants par femme (source : Banque mondiale).

Nombre d’enfants par femme

Nombre d’enfants par femme

Source : Enquête de terrain, Ksar El Kébir, 2010

15Les foyers sont aussi très chargés en personnes. Comme le montre ce graphique, plus de la moitié des femmes vivent dans des foyers de plus de 5 personnes.

Nombre de personnes vivant dans le foyer familial

Nombre de personnes vivant dans le foyer familial

Source : Enquête de terrain, Ksar El Kébir, 2010

1621 femmes disent avoir entre 5 et 10 personnes à charge, et 20 entre 3 et 5.

17Le graphique ci-dessous est éloquent quant au travail du foyer : plus de 90 % des femmes vivent dans un foyer où personne ne possède un emploi fixe.

Nombre de personnes du foyer ayant un emploi fixe

Nombre de personnes du foyer ayant un emploi fixe

Source : Enquête de terrain, Ksar El Kébir, 2010

  • 5 1 euro = 11 dirhams environ

18Près de 80 % d’entre elles ont un revenu moyen de moins de 1 500 dirhams5 par mois, ce qui signifie des salaires extrêmement bas pour des familles très nombreuses, et parfois il s’agit de la seule entrée d’argent dans le foyer. Et 10 d’entre elles, soit plus de 15 %, ont un revenu moyen de 500 dirhams. En 2010 le SMIC au Maroc est d’environ 2 200 dirhams / mois. Ces femmes font donc partie des catégories pauvres et précaires du Maroc.

1938 sur 65 femmes travaillent, et parmi elles 25 travaillent dans l’agriculture. La majorité d’entre elles travaillent moins de 6 mois. Seules 3 travaillent presque toute l’année, plus de 9 mois.

20Près des trois quarts d’entre elles gagnent moins de 50 dirhams par jours (moins de 5 euros).

2175 % des femmes qui travaillent ne sont pas satisfaites de leur salaire. De plus, 73 % ne sont pas satisfaites des conditions de travail au Maroc.

22On peut donc conclure en qualifiant ces femmes de pauvres, rurales, analphabètes, précaires et vulnérables. Il s’agit de femmes qui ne sont jamais parties et n’ont jamais pensé à partir avant cette expérience migratoire. Elles ont été choisies aussi pour ces raisons même si celles-ci ne sont pas explicitées dans le cadre de ce programme.

23Ces femmes font donc parties des plus démunies et des catégories socio-professionnelles les plus basses au Maroc. Sachant que près de 95 % d’entre elles reviennent ensuite au Maroc pour les trois quarts de l’année, est-ce que cette migration joue un rôle en termes de changement social dans leur vie quotidienne au Maroc ? Est-ce que cette migration joue également un rôle sur l’émancipation de ces femmes ?

Changements économiques, sociaux et de genre, de retour au Maroc ?

Comment investissent-elles leur argent de retour au Maroc ?

24Les femmes en migration développent des stratégies de maximisation de leurs économies en dépensant le moins possible. Ainsi, certaines d’entre elles évitent de sortir afin de ne pas dépenser leur argent, elles se regroupent pour l’achat des courses, de la bouteille de gaz, partagent les repas. Elles amènent aussi du Maroc de la nourriture. Elles préfèrent faire leur pain plutôt que l’acheter tous les jours. Toutes ces stratégies permettent de réduire les dépenses du quotidien.

25Loin des objectifs masculins, souvent individuels où on migre d’abord pour soi, la femme migrante migre par absence de choix, car elle n’a aucune opportunité de remplacement au Maroc. C’est d’abord par stratégie familiale et collective car elle doit répondre en retour auprès de toute sa famille de sa migration et sa réussite.

26En général lorsque l’homme émigre c’est d’abord pour répondre à un projet migratoire personnel, une réussite individuelle.

27En outre, les conditions de recrutement permettent au Maroc une assurance de retour de ces femmes. Le Maroc a un intérêt particulier à ce que ces femmes rentrent, car le retour garantit les devises. Ainsi ces femmes reviennent avec environ 1 000 à 3 000 euros à la fin de la saison (pour celles qui restent les trois mois et qui travaillent quotidiennement). Elles envoient aussi de l’argent à leur famille et emmènent un tas de cadeaux à leur famille lors de leur retour au Maroc.

28Pour l’un des responsables de l’ANAPEC, « les Marocaines, c’est grâce aux conditions, des femmes qui ont des familles à charge, donc elles ont un double objectif, ça profite à la femme mais aussi à la famille. Elles laissent ce lien avec leur pays d’origine pour qu’elles puissent revenir… » Pour comparer avec l’Espagne, Fatima qui travaillait à Agadir dans une usine gagnait 5 dirhams 50 de l’heure alors qu’en Espagne, elle gagne 55 dirhams (environ 5 euros 50, soit 35 euros par jours), soit un salaire qui peut être parfois multiplié par 10. De plus les femmes marocaines gagnent en une heure de travail en Espagne ce qu’elles peuvent gagner en une journée de travail au Maroc. Plus de 96 % des réponses des femmes (questionnaire Ksar El Kébir, sur un échantillon de 65 femmes) montrent leur satisfaction face à leur salaire. Ceci s’explique bien entendu par l’écart entre ce qu’elles peuvent gagner au Maroc et ce qu’elles sont payées en Espagne.

  • 6 Ces écarts sont dus au fait que certaines femmes ne travaillent pas tous les jours. Parfois même, c (...)

29Près de 50 % d’entre elles disent gagner entre 1 000 et 1 500 euros par mois. Plus de 42 % gagnent moins de 1 000 euros par mois6.

30C’est avant tout pour cette raison que ces femmes, acceptent le déracinement, la séparation (avec les enfants), la peur de ne pas savoir ce qui va les attendre etc. Elles savent qu’elles peuvent gagner, si elles travaillent bien, ce qu’elles auront mis plusieurs mois voire plusieurs années à économiser au Maroc.

31Au Maroc, elles investissent d’abord dans la maison, en achetant un salon ou de l’électroménager (réfrigérateur, téléviseur etc.) ; elles font entrer l’électricité dans les maisons pour celles qui n’en avaient pas. Certaines d’entre elles économisent et au deuxième retour, elles peuvent acheter un petit appartement, ou un terrain pour construire une maison. C’est le cas de Saadia.

Exemple de Saadia : « juste changer de vie »

32Saadia est issue d’un village très pauvre. Elle n’avait pas assez à manger. Sa famille était très dure avec elle. Dès qu’elle a été en âge de se marier, Saadia a cherché à partir et a accepté le premier venu pour « juste changer de vie ». Elle se marie à l’âge de 17 ans avec un homme qui en a 55. Son mari s’est arrêté de travailler car il était malade. Saadia a dû prendre en charge la famille qui s’était agrandie de trois enfants. Elle a commencé à travailler dans l’agriculture. En 2005, son mari qui avait sombré progressivement dans une folie quotidienne, s’est enfui de la maison. Elle s’est retrouvée seule à gérer la famille. Quand elle apprend la possibilité de s’engager comme saisonnière en Espagne, elle va s’inscrire à l’ANAPEC.

33La première fois que Saadia part, c’est en 2008. Elle est tellement heureuse que jamais elle ne se plaint. Elle sait d’où elle vient et elle comprend que cette expérience est une vraie opportunité pour améliorer ses conditions de vie et celles de ses enfants. Elle laisse ses enfants seuls à la maison. La fille, la plus grande, a 17 ans. C’est elle qui s’occupe de la maison et de ses deux frères.

34La deuxième année de son retour, elle a acheté un appartement à 40 000 dirhams (environ 4 000 euros). C’était son objectif, pouvoir avoir un toit pour ses enfants.

35La majorité des femmes, presque 70 % de celles qui ont été interrogées, disent que c’est le changement financier et économique qui est le plus important. On peut penser que ce pouvoir économique induit d’autres processus de changement, qui peuvent leur apparaître moins importants, comme les changements sociaux ou les rapports de genre.

36Parfois, et même souvent, la femme qui part dans ce cadre précis est une femme qui a connu une vie difficile. Elle est dévalorisée dans la cellule familiale et parfois le village entier la montre du doigt.

Exemple de Zahra : de la mère-célibataire reniée à la migrante qui réussit

37Zahra est née dans un village à 6 km de piste de la ville de Khouribga. Ils sont 8 enfants dans la famille. Elle est issue d’une famille très pauvre et vit dans la maison familiale avec ses frères et sœurs, mais aussi avec son oncle et sa tante, ses cousins et cousines. Elle n’ira jamais à l’école. Zahra se marie à l’âge de 30 ans. Il s’agit d’un mariage arrangé avec un homme de 70 ans, un immigré qui circule entre la France et le Maroc. Dès les premiers jours, elle est maltraitée par les filles de son mari qui ne veulent pas de Zahra. Au bout de quelques mois, elle revient chez ses parents, et son mari demande le divorce. Elle aura par la suite une aventure avec un homme du village. Elle tombe enceinte, et là c’est un drame familial qui se produit.

38On la traite alors de prostituée, ses propres frères et père la chassent de la maison. Elle accouche et devient ce qu’on appelle une mère-célibataire.

39C’est un fonctionnaire de la commune de Khouribga qui la première fois la sensibilise au départ vers l’Espagne. Elle a peur mais en même temps elle se dit qu’elle n’a plus rien à perdre, sa vie est déjà difficile avec une famille proche qui continue à la renier. Elle se fait aider par ce fonctionnaire qui lui explique les pièces qu’il lui faut pour son dossier à l’ANAPEC. Elle se rend à Khouribga à l’ANAPEC sans y croire. Et elle répond aux conditions demandées…

40Elle fait faire sa carte d’identité puis son passeport et se rend à la réunion d’information à Mohammedia. C’est une véritable aventure pour elle qui se met en place. Zahra doit s’organiser, elle revoit sa mère et lui confie l’enfant. Et l’enfant qu’on appelait le « bâtard » est devenu, depuis l’annonce du départ de Zahra vers l’Europe, l’enfant « béni », l’enfant qui permet la migration ; l’enfant du « cauchemar » devient alors l’enfant qui permet d’accomplir des rêves. La femme qui était chassée à cause de l’enfant est acceptée et réintroduite dans le cercle familial et reprend sa place au sein de la famille. D’une certaine manière cet enfant permet la revalorisation de sa mère au sein de la famille. Zahra part donc en Espagne en 2008 pour trois mois puis en 2009 pour deux mois. À chaque fois qu’elle revient elle organise une fête familiale et religieuse et invite toute sa famille. Elle est aujourd’hui considérée autrement. Elle investit dans la maison et son fils est très gâté par tous les membres de la famille qui étaient à l’origine de son expulsion de la maison familiale.

41La migration, mais encore plus le cadre de cette migration qui fait partir des femmes divorcées ou veuves avec enfants, à qui on porte au Maroc souvent peu de considération, est aujourd’hui complètement revalorisée.

42Zahra s’est métamorphosée depuis cette migration. Au-delà d’améliorer les conditions de vie de sa famille, elle a un rôle et un statut dans la cellule familiale qu’elle n’avait pas auparavant. Sa voix compte. Elle se sent plus libre de ses actes. Aujourd’hui par exemple, elle va travailler au Maroc en dehors de la saison des fraises en Espagne. Il est impossible pour elle de rester à ne rien faire. Dès qu’elle revient d’Espagne, elle se prépare à partir ailleurs au Maroc où elle peut travailler. Par exemple, elle a travaillé dans la cueillette des olives à Beni Mellal. Dernièrement, elle voulait aller travailler dans les usines à Agadir. Cette migration à l’internationale lui a permis de devenir plus mobile dans son propre territoire national.

43Cette migration lui a fait gagner de l’assurance, de la reconnaissance de la part des autres qui la voient aujourd’hui autrement. Sa vie a changé, elle en est consciente et elle veut continuer à être actrice de ce changement qui se révèle à tous les niveaux pour elle.

44En outre, le questionnaire réalisé à Ksar El Kébir a révélé de vrais changements qui s’opèrent sur la personnalité et la prise de confiance en soi pour les femmes après la migration. 85 % sont plus sûres d’elles à leur retour d’Espagne.

45Les rapports sociaux à l’intérieur de la sphère familiale évoluent donc grâce à la migration de la jeune femme. Auparavant critiquée, voire reniée de la famille, elle est aujourd’hui admirée, citée comme exemple de réussite familiale par l’entourage familial.

46On observe également une certaine contradiction dans ces formes de changements et d’émancipation de ces femmes migrantes. Elles prennent forme différemment selon les statuts de ces femmes (mariées ou célibataires) et selon les espaces où elles se situent (Maroc ou Espagne).

Des espaces de contradiction – L’Espagne : espace de libéralisation, d’émancipation et de transgression. Le Maroc : entre retour à la normale et émancipation

Des familles déstructurées ? « Bonnes mères et mauvaises mères7 » !

  • 7 C. Ogaya, 2004

47C. Catarino et M. Morokvasic nous questionnent sur les liens transnationaux familiaux qui pourraient accentuer la rupture ou permettre au contraire d’établir de la continuité entre deux maisons et deux mondes (Willis et Yeoh, 2000, in Catarino et Morokvasic, 2005).

48C’est aussi la double absence de Sayad qui se transforme pour ces femmes en double présence. Il y a là encore une opposition entre la « bonne mère » (1979, in Catarino et Morokvasic, 2005) puisque les femmes marocaines arrivent en travaillant à l’étranger à subvenir à toute la famille restée au Maroc. Mais la « mauvaise mère » apparaît sous deux autres formes (expression utilisée par C. Ogaya, 2004, in Catarino et Morokvasic) : le fait d’être absente du foyer, absente pour exécuter son rôle de mère de famille, absente pour tenir son rôle d’épouse, absente pour les travaux ménagers encore liés au travail féminin et tout particulièrement dans le monde rural d’où proviennent la majorité de ces femmes. Les femmes qui partent en Espagne sont obligées de laisser leurs enfants au mieux à leur mère, au pire aux voisins. Parfois même les enfants sont livrés à eux-mêmes le temps de l’absence de leur mère. Certaines sont obligées aussi de séparer les enfants, car cela peut être trop de laisser trois enfants à un seul membre de la famille. On aboutit souvent à des déstructurations familiales.

49La seconde forme que prend le rôle de mauvaise mère, c’est ces représentations qui se structurent autour de la femme marocaine agricole en Espagne, et notamment la femme qui a des relations sexuelles avec un autre homme. Ce « coût social », cette culpabilité que l’on fait peser sur les femmes migrantes en lien avec leurs multiples absences restent encore à étudier plus largement.

Avant le départ : une négociation avec les hommes. Et après la migration des rapports qui s’inversent

50Avant de partir pour travailler en Espagne, les femmes marocaines doivent négocier leur départ avec leur famille. D’abord avec leur mari pour celles qui sont mariées, ensuite avec le père de famille et/ou le grand frère. C’est la position masculine de la famille qui permet la migration, qui autorise ou non le départ. Sans cette permission, les femmes ne pourront partir. Il y a donc arrangement, compromis au sein de la famille. Certaines ont pu nous dire que leur grand frère est d’abord allé se renseigner auprès de Marocains résidant en Espagne, ou auprès de la commune rurale où ils vivent, ou encore auprès des conseillers ANAPEC. Certains les accompagnent aux réunions. Celles qui sont mariées partent avant tout parce qu’elles ont besoin ponctuellement d’argent. Par exemple, Samira a pu nous dire qu’elle était partie juste une fois car elle voulait refaire la toiture de la maison, ou agrandir la maison. Mais pour d’autres, il s’agit d’un mari qui ne peut plus subvenir aux besoins de la famille, car il est malade ou handicapé…

51On voit alors, pour une majorité d’entre elles, des rapports inversés se mettre en place suivant qu’elles se trouvent en Espagne ou au Maroc.

52La femme mariée s’émancipe en pays d’arrivée et retrouve son cadre de vie avec son mari au retour. Les femmes divorcées ou veuves sont beaucoup plus libres de ré-ancrer cette liberté acquise en espace d’arrivée une fois de retour au Maroc. Des rapports dissymétriques sont instaurés, une double vie de la femme mariée peut alors apparaître. En Espagne, elles ne demandent l’autorisation à personne pour sortir, pour faire les courses, pour les tâches ménagères, etc. Alors que de retour au Maroc, beaucoup de celles qui étaient mariées retrouvent la hiérarchisation qui existait avant leur départ. Certes, elles reviennent avec une autre conception de la vie, mais elles ne peuvent pas encore aller au-delà du regard des autres, du village, de la communauté, des hommes.

53Nous avons le même processus chez d’autres femmes d’autres nationalités. Par exemple, pour une Philippine qui s’émancipe et vit de manière autonome à l’étranger, les rapports familiaux redeviennent identiques à ceux d’avant son départ, une fois de retour aux Philippines (L. Oso, 2000).

54Les femmes mariées semblent donc s’autonomiser, se libérer et s’émanciper en Espagne, mais une fois de retour dans leur pays d’origine, il semblerait qu’elles reviennent à leur rôle d’épouse et de femme au foyer. Ainsi, le fait d’être économiquement indépendantes ne transformera pas nécessairement les identités de mères et épouses qui se seront seulement adaptées à la nouvelle situation (Pessar, 1984 ; Morokvasic, 1987).

Des femmes veuves et divorcées plus émancipées car « cheffes » de famille

55Ce titre de « cheffe de famille » est repris largement dans les travaux de Laura Oso (p. 91, 2000).

56Les mêmes situations sont observées pour les Philippines qui viennent en tant que domestiques (Laura Oso) et qui travaillent seules, en ayant laissé mari et enfants, ou qui sont seules car veuves ou divorcées, et épargnent un maximum en pays d’immigration pour envoyer la quasitotalité de leur salaire au pays.

57Certaines Dominicaines, grâce au pouvoir économique auquel elles accèdent, peuvent contrôler d’une certaine manière le mari resté en pays d’origine. S’il dépense l’argent dans ses propres sorties (jeux, boissons, femmes), elle peut alors envoyer l’argent à un membre féminin de sa famille, pour qu’il change son comportement. L. Oso (p. 121) ajoute même que certaines peuvent vivre avec ou sans mari, elles ont le choix de le faire et prennent alors la mesure de leur prise d’autonomie et d’indépendance par rapport à leur conjoint. Nous avons pu observer que certaines Marocaines ont pu demander le divorce après la première saison des fraises grâce cette prise de conscience du choix qu’elles avaient et qu’elles pouvaient désormais prendre.

58Ces femmes divorcées et veuves, en maintenant toute leur famille restée au Maroc, gagnent en contrepartie en autonomie et en dépendance vis-à-vis de leurs parents. De retour la femme peut même choisir de continuer à travailler ou de simplement travailler. C’est le cas de Zahra que nous avons citée comme exemple. Avant la migration, elle ne sortait jamais. Elle ne connaissait même pas la ville la plus proche de chez elle, Khouribga. La migration lui a permis de transgresser certains interdits qu’on lui imposait ou qu’elle s’imposait à elle-même. Aujourd’hui Zahra voyage seule et travaille dans d’autres villes du pays.

59Les divorcées et veuves ont donc tendance à gagner plus de liberté.

Conclusion

60Ce programme a permis à des milliers de femmes marocaines de se rendre en Espagne. Assurément, elles sont sorties transformées par cette migration circulaire inattendue et imprévue pour elles. Car avant même qu’on vienne les chercher, elles n’avaient jamais pensé à migrer. On les a choisis, car théoriquement, elles sont censées rentrer ensuite. Être femme et avoir des enfants sont les deux conditions principales de cette migration. Avoir des attaches, des racines qui permettent, qui obligent, qui imposent à ces femmes le retour.

61Elles accumulent aussi souvent des traits communs (fragiles, précaires, analphabètes, pauvres, rurales). Elles sont marquées par des vies difficiles (divorce, décès du mari, obligation d’aller travailler…) parfois des vies multiples (avant 35 ans, elles ont été bonnes, maltraitées, marquées par la pauvreté, mariées puis divorcées, prostituées etc.). Pour la plupart d’entre elles, la migration a été bénéfique sur leurs conditions de vie et sur une forme d’ascension sociale.

62Le premier élément de changement est d’abord d’ordre financier et économique. Il permet rapidement d’améliorer les conditions de vie, mais ceci de manière ponctuelle et temporaire. Tant que ces femmes partent, elles pourront envoyer de l’argent à leur famille restée au Maroc. Mais quand elles ne pourront plus partir, qu’est-ce qu’elles auront gagné ? Il en était déjà question en 2010 et aussi cette année avec la crise.

63Le deuxième élément est l’image qu’elles ont d’elles-mêmes et qu’elles renvoient aux autres. Elles ont toutes dit avoir pris plus d’assurance et le sens des responsabilités. L’Espagne les a, d’une certaine manière, libérées. Libérées d’elles-mêmes et des interdits qu’elles se sont imposées, mais libérées aussi de la tutelle masculine. Traverser la frontière leur a permis de transgresser les règles qu’on leur imposait ou qu’elles s’étaient imposées.

64Certaines qui n’étaient jamais parties du village sans être accompagner d’un homme font aujourd’hui le tour du Maroc sans difficulté, travaillent ailleurs que dans leur région d’origine, sont capables de réaliser des procédures administratives qu’elles laissaient auparavant aux hommes, peuvent tenir tête aux hommes.

65On observe donc une amélioration des conditions de vie grâce à une élévation des salaires de ces femmes et une certaine forme d’autonomie et de libéralisation qui s’opère. Mais malgré cela, nous sommes encore loin d’un véritable développement humain au sein des sociétés d’origine. Ces femmes n’ont pas choisi spontanément de migrer et donc la plupart d’entre elles n’ont pas travaillé autour d’un projet migratoire qui leur permettrait de penser à leur retour à un investissement dans des activités génératrices de revenus. Dans ce cadre précis on les a choisies étant des femmes, et ceci n’est pas un hasard.

66Et pour ces femmes, il s’agit de circuler entre deux pays, pas parce qu’elles l’ont choisi mais parce que cela leur est imposé par un système politique et économique qu’elles sont loin de connaître et de maîtriser et qui les dépassent. Leur mobilité est dictée par les aléas économiques mondiaux. Si la fraise se porte bien, la migration de ces femmes connaîtra une bonne dynamique. Mais si la crise économique se développe et touche le secteur agricole, la migration sera arrêtée. Les femmes subissent donc des décisions politiques en lien avec l’économie du pays, alors qu’elles commencent à s’habituer à un mode de vie dans la circulation qui permet des changements avant tout économiques et sociaux pour ces femmes. Il faudra continuer à suivre cet exemple de migration circulaire des Marocaines à Huelva pour saisir les processus de changements sur un temps plus long et notamment ceux qui induisent des changements dans les rapports de genre.

Bibliographie

Bibliographie

Alami M’Chichi Houria, 2008, Migration saisonnière des femmes marocaines et genre. In colloque Le genre au cœur des migrations, mai 2008, Université Paris 8 organisé par le GTM (Genre, Travail et migration).

Arab Chadia, 2009, « Les Marocaines à Huelva sous “contrat en origine” : partir pour mieux revenir », Migrations Société, no 125, p. 175-190.

Banque mondiale, « Perspectives monde » [En ligne], http://perspective.usherbrooke.ca/bilan/servlet/BMTendanceStatPays?langue=fr&codePays=MAR&codeTheme=1&codeStat=SP.DYN.TFRT.IN. Consulté le 10 février 2011.

Catarino Christine et Morokvasic Mirjana, 2005, Femmes, genre, migration et mobilités, Revue européenne des migrations internationales, vol. 21 - no 1 | 2005, [En ligne], mis en ligne le 22 septembre 2008. URL : http://remi.revues.org/index2534.html. Consulté le 14 juin 2010.

Morokvasic Mirjana, 1987, Emigration und danach. Jugoslawische Frauen in Westeuropa, Frankfurt/Main, Stroemfeld-Roter Stern, 254 p.

Ogaya Chiho, 2004, Social discourses on Filipino women migrants, Feminist Review, ‘labour migrations : women in the move’, 77, p. 180-182.

Oso Laura, 2000, L’immigration en Espagne des chefs de famille. In Cahiers du CEDREF, J. Falquet, A. Goldberg-Salinasd, C. Zaidman, p. 91-144.

Pessar Patricia, 1984, The linkage between the household and workplace of Domican U.S. women in the U. S., International Migration Review, 18 (4), Winter, p. 1188-1211.

Redondo Toronjo Dolores, 2009, Les « contrats en origine » dans la production intensive des fraises à Huelva, Études rurales 2008/2, 182, p. 169-184.

Willis Katie & Yeoh Brenda (eds.), 2000, Gender and Migration, Edward Elgar, ‘International Studies in Migration’series.

Notes

1 Le programme AENEAS (Programme d’assistance technique et financière à des pays tiers dans le domaine de l’émigration et de l’asile), financé par l’Union européenne, a été lancé en 2004. L’objectif de ce programme est la lutte contre l’immigration clandestine et une meilleure gestion des flux migratoires.

2 Dans le cadre du programme AMERM-PME (Programme Migration et Environnement porté par l’AMERM), j’ai réalisé une vingtaine d’entretiens en Espagne et au Maroc auprès de femmes marocaines ayant travaillé dans des coopératives de fraises dans la province de Huelva. L’observation participante a été au cœur de ma démarche. J’ai pu partager la vie de ces femmes durant une semaine, en vivant avec elles et en m’insérant également dans le travail saisonnier de la fraise. Ces premières enquêtes ont été complétées par un financement de l’initiative conjointe UE-PNUD « Migration et développement » pour un projet porté par la Fondation Orient-Occident et le CIREM (Centre d’initiatives et de recherches européennes en Méditerranée) : « la migration circulaire féminine, vecteur de développement ». Celui-ci m’a permis de réaliser une enquête plus quantitative grâce à un questionnaire réalisé auprès de 70 femmes dans la province de Larache au Maroc, ayant participé au moins à une saison.

3 Ce questionnaire est structuré en trois grands axes : les données socio-économiques concernant la migrante ; les conditions de départ et conditions de vie, de travail en Espagne ; les changements économiques, sociaux et de développement au Maroc.
Ce questionnaire comprend plus de 80 questions destinées aux saisonnières qui partent pour la cueillette de fraise dans la zone de Larache et Ksar El Kébir.

4 Lors d’une formation en Espagne auprès des Marocaines à laquelle j’ai pu assister, parmi les 40 femmes présentes, seules 2 d’entre elles avaient fréquenté l’école primaire et savaient lire et écrire.

5 1 euro = 11 dirhams environ

6 Ces écarts sont dus au fait que certaines femmes ne travaillent pas tous les jours. Parfois même, certaines ont pu nous dire qu’elles ont dépensé plus qu’elles n’ontagné à la fin du mois, tant les jours de repos étaient nombreux dans le mois. En effet, certaines années ont été moins propices à la culture de la fraise (sécheresse, ou tempête qui auraient ravagé les champs etc.), ce qui fait que certaines femmes sont venues pour travailler mais n’avaient rien à faire. Ceci reste néanmoins marginal, mais plusieurs cas ont été rencontrés. Notamment durant l’année 2009, où près de 17 000 femmes marocaines ont migré vers l’Espagne.

7 C. Ogaya, 2004

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search