Desktop versionMobile version

Genre et Construction de la Géographie

 | 
Yves Raibaud
, 
Kamala Marius

Deuxième Partie. Femmes et villes

La prise en compte du genre au sein d’une collectivité territoriale

Marie-Laure Deroff and Nicole Roux

Full text

  • 1 Lors de la communication en septembre 2010, les statistiques dont nous disposions au 16 mars 2010 (...)

1Très peu de collectivités et de villes affichent en France une réelle prise en compte de la dimension de genre en ce qui concerne la vie de la cité. Si on choisit comme critère de lisibilité la signature de La charte européenne pour l’égalité entre les femmes et les hommes dans la vie locale, 1 045 collectivités européennes dont 92 en France sont dénombrées au 13 avril 2011 (56 communes, 5 communautés urbaines ou d’agglomérations, 17 départements, 14 régions)1.

2Cette charte engage les collectivités à envisager toute leur politique locale en prenant en compte la dimension du genre, que ce soit en matière économique, sociale, culturelle, ou d’urbanisme, de logement, d’aménagement des espaces publics. En choisissant une de ces collectivités comme terrain d’investigation, il est possible d’observer comment les acteurs (politiques et agents des collectivités) perçoivent l’intérêt d’une lecture de la ville avec une focale genre et comment ils en mesurent la pertinence par rapport à d’autres dimensions comme l’âge, l’origine sociale ou géographique.

3Cette signature engage la collectivité dans une démarche qui nécessite au préalable un bilan de la situation locale constituant une aide à la définition des priorités en termes d’actions à mener au sein des différents pôles de compétence de la collectivité. Une enquête d’état des lieux de la question a été réalisée en 2009 pour la Communauté urbaine de Brest – Brest Métropole Océane. Cette communauté urbaine a, à l’issue du scrutin de mars 2008, désigné une vice-présidente à l’égalité entre les femmes et les hommes, et signé la charte en mars 2009.

4En s’engageant publiquement et en signant la charte, la collectivité s’inscrit dans une démarche qui consiste à passer du discours à la pratique, des déclarations d’intentions aux faits concrets. Tout son personnel est a minima informé d’une politique qu’on lui demandera de mettre en œuvre. Il est important en amont de mesurer comment les agents sont traversés par cette question à tous les niveaux de la chaîne hiérarchique que ce soit à travers ce qu’ils disent, où ce qu’ils vivent au quotidien dans leur situation de travail.

5Les objectifs de l’état des lieux réalisé étaient donc multiples : repérer les « bonnes » pratiques et les démarches déjà existantes qui peuvent constituer un appui à la démarche, identifier les freins à lever comme les forces à mobiliser, fournir une analyse de l’existant offrant un appui à la décision. Sa réalisation a comporté deux volets :

  • une étude dite qualitative, pour saisir et comprendre les résistances et les adhésions à la démarche dans laquelle s’engage la collectivité, identifier les « forces » et « faiblesses » à partir desquelles des orientations devront être travaillées. Trente-cinq entretiens semi-directifs ont ainsi été réalisés auprès des responsables de service répartis dans les différents pôles de compétences2 ;
  • une enquête quantitative auprès d’un échantillon représentatif des agents3 portant sur leurs conditions de travail et l’articulation avec leur vie quotidienne (déplacement domicile-travail, famille).

6Les données ainsi produites qui entrent dans un premier volet de réalisation de la charte et consistent à établir un diagnostic contiennent une matière intéressante pour comprendre les représentations spatiales de genre.

La collectivité comme service public

7En nous intéressant à la collectivité comme service public, nous interrogeons la pertinence que présente une approche genrée des mobilités et des usages de l’espace public du point de vue des cadres de direction en charge de la mise en œuvre des politiques publiques.

8Un bref exposé des représentations dont les interviewé. e. s ont pu témoigner en matière d’égalité entre les femmes et les hommes permet de mieux éclairer leurs positions quant à la pertinence d’une telle approche.

Discours sur l’égalité

9Un premier constat s’impose : l’égalité est fréquemment identifiée à la parité. Notons cependant que l’usage du terme « parité » peut renvoyer à la notion de mixité, de représentativité ou encore de quotas. Un ensemble de notions qui sans décrire une même réalité renvoient du côté du « chiffre ».

La répartition homme-femmes, on est à 45,58 % de femmes, c’est-à-dire à 340 femmes conseillères de quartier pour 402 hommes, donc les hommes représentent 53,89 %. Donc voilà c’est une préoccupation à travers les conseils consultatifs de quartier depuis 2003 on va dire. (pôle Solidarité, Citoyenneté, Proximité)
On est passé d’un public essentiellement masculin à un public maintenant où il y a 30 % de filles, donc vraiment une évolution positive sur la participation des jeunes filles dans ces animations. (pôle Développement culturel, éducatif et sportif)

10Nos interlocuteurs/trices citent le chiffre qui semble valoir pour preuve, si ce n’est d’une égalité pleinement réalisée, du moins d’un processus d’égalisation. L’adhésion au principe de parité, ou à toute autre forme d’égalité par le chiffre, résulte pour partie d’une vision selon laquelle il s’agirait de rétablir un juste équilibre là où les femmes auraient longtemps été exclues. Si parité et égalité semblent ici pouvoir se confondre, valoir l’une pour l’autre, certain. e. s de nos interlocuteurs/trices rappellent qu’il s’agit là d’un outil : la parité pouvant ne donner que l’illusion de l’égalité. Si nous reprenons le cas des conseils consultatifs de quartier dans lesquels les femmes sont présentes – sans que la parité soit réalisée, la présence féminine et masculine demeure inégalitaire dans la prise de parole, et à terme les femmes semblent déserter ces instances plus souvent que les hommes.

11Pour comprendre cette confusion des termes, des concepts, il nous faut bien sûr considérer la spécificité du contexte français dans lequel la parité a fait l’objet de débats qui ont pu favoriser une assimilation à l’égalité. Geneviève Fraisse (2002) écrit à ce propos : « La parité, c’est donc l’égal mélange, et la mixité en est évidemment l’image approximative. La mathématique peut être souple et c’est pourquoi, sans doute, la parité est devenue l’équivalent général du mot politique d’égalité. » Mais sans doute cette approche a-t-elle pour premier intérêt d’assurer une certaine visibilité aux actions menées, le chiffre témoignant alors de la volonté politique d’agir et constituant un indicateur des effets des actions menées.

12Si cette appréhension quantifiée/quantifiable de l’égalité, cette réduction de l’égalité aux chiffres s’impose, tou.te.s les interviewé.e.s ne s’accordent pas sur la pertinence d’une telle démarche.

13L’égalité par la parité peut en effet être dénoncée par les interviewé.e.s en raison de ce que cela sous-tend de discrimination positive. L’argument central est alors l’incompatibilité d’une telle démarche avec un service public égalitaire dans sa proposition. L’attachement au principe d’un service public garant d’une égalité de traitement des usagers est fortement exprimé, jusque dans des composantes mettant de fait en œuvre des politiques catégorielles – alors globalement perçues comme participant à la justice sociale, relevant de logiques de solidarité.

14Ainsi, une certaine ambivalence domine quant au principe d’une action de la collectivité. Si aucune opposition franche n’est exprimée, une totale adhésion ne l’est pas davantage. Et nous ne pouvons pas repérer de véritables clivages (notamment femmes/hommes) par lesquels des positions fortes et opposées pourraient être définies.

15Si un déni total des inégalités est rare, celles-ci peuvent être relativisées, minimisées, perçues comme étant en voie de résolution. Des exemples individuels sont mobilisés valant comme autant de preuves de l’égalisation : « si j’ai pu le faire bien que femme » ou « si elle a pu le faire », « c’est donc possible ». Ces discours tendent à défendre le principe d’une responsabilité individuelle, de « choix » voire de différences indépassables.

16L’adhésion à la prise en compte du genre et la reconnaissance de la pertinence d’une approche genrée semblent ainsi rencontrer un double obstacle :

  • Les inégalités entre les sexes ne sont pas le fruit des politiques publiques et donc ne peuvent être résolues par une orientation de celles-ci.
  • Toute action visant la réparation des inégalités ou la prise en compte de la différenciation de genre introduirait de la discrimination contraire au principe d’égalité.

Mobilités, usages de l’espace public : des inégalités invisibilisées

17S’agissant plus précisément de la question des mobilités et des usages de l’espace public, confronté à ce double obstacle précédemment évoqué, s’ajoute celui d’une invisibilité des inégalités.

18De la même manière qu’est invoquée l’égalité de tous les usagers du service public, c’est une définition de l’espace public par son statut juridique – lieu légalement accessible à tous – qui prévaut. Par conséquent, celui-ci ne peut être perçu comme produisant des inégalités sexuées. Et si l’espace public ne semble pas pouvoir être appréhendé comme créant des inégalités, il n’est pas davantage perçu comme « réceptacle » des inégalités. La mixité présente en tout lieu semble suffisante à dire l’égalité. C’est ici une forme d’invisibilité des inégalités sexuées qui prévaut et le principe d’une approche genrée ne semble pouvoir trouver d’écho.

19Les entretiens auprès des responsables de la Direction des déplacements, de la Mission tramway ou encore de l’Aménagement urbain témoignent d’une absence de sensibilisation à une telle approche. Lors des mobilités urbaines, des usages des transports publics et de la ville plus largement, l’existence de différenciations sexuées est bien identifiée, cependant elles ne suscitent pas davantage d’intérêt, de questionnement et là encore parce que prévaut l’idée d’un usager défait de toute caractéristique auquel il s’agit de garantir une égalité d’accès, de traitement. Les usagers des transports publics sont, parmi les adultes, majoritairement des femmes. Pourtant l’absence de toute analyse interrogeant la variable « sexe » dans les différentes enquêtes menées auprès des usagers perdure.

20Si des inégalités sexuées peuvent être évoquées, elles sont le plus souvent renvoyées à la sphère privée, à la sphère professionnelle, leurs traductions dans l’espace public, notamment dans les formes d’appropriation de celui-ci, sont peu, voire pas pensées. Notons par exemple qu’en matière de sécurité (service Prévention Sécurité), bien que le sexe soit communément pensé comme un critère de vulnérabilité dans l’espace public, le thème de l’égalité femmes-hommes engage notre interlocuteur à évoquer la problématique des violences conjugales et non pas, plus largement, celle des violences faites aux femmes.

21Pour synthétiser, nous pouvons ici retenir comme enseignements de ces entretiens que :

  • l’approche quantifiée, ici à travers la mixité dans les espaces, tend à réduire la question de l’égalité à la présence possible des individus dans ces espaces. Pourtant rendre formellement accessible ne dit rien de la réalité des usages : « les faits urbains sexués ne sont pas tous de l’ordre du quantifiable » (Coutras, 1996) ;
  • à ne pas regarder ce qui diffère dans les usages et pourquoi, les inégalités à l’œuvre dans l’espace public gagnent en invisibilité, une invisibilité qui produit les discriminations ;
  • si les politiques publiques ne sont pas à l’origine des inégalités, les orientations choisies ne sont pas sans contribuer à la reproduction et à la transformation d’un ordre social.

Espace et temps sociaux de la vie urbaine

  • 4 Le listing comprenait 419 personnes à contacter soit 10 % des personnes travaillant à BMO. Cet éch (...)

22L’enquête réalisée auprès du personnel de BMO4 porte sur des thèmes qui concernent à la fois le travail lui-même et l’articulation avec la vie quotidienne (garde d’enfants, transport, loisirs). Pour cette communication, seules les données concernant les réponses aux questions des déplacements physiques, domicile/travail/école/équipement de loisir, en fonction du sexe des interrogés, sont retenues et montrent d’emblée un certain nombre de variations qui méritent un travail d’interprétation.

23Nous verrons que les résultats conduisent à prendre en compte la dimension de la temporalité et à formuler en termes d’espace-temps l’interprétation de cette façon différenciée de vivre la ville entre les femmes et les hommes.

Les unes à pied et en bus, les autres en auto

24Examiner les déplacements d’une population femmes-hommes comparable du point de vue de leur emploi (travaillant pour la même collectivité territoriale) sur une aire géographique donnée est une perspective intéressante, pour essayer de lire une variation de sexe.

25En zone urbaine, de nombreux travaux précédents ont déjà montré qu’il était plus pertinent d’interroger le temps de déplacement que la distance.

Le temps de trajet domicile/travail selon le sexe

hommes

femmes

Total

moins de 15 mn

40,2 %

44,7 %

42,6 %

entre 15 et 30 mn

47,7 %

34,0 %

40,4 %

plus de 30 mn

12,1 %

21,3 %

17,0 %

Total

100,0 %

100,0 %

100,0 %

Khi2=7,11 ddl=2 p=0,028 (Significatif)

26Quel que soit le sexe, plus de 40 % des interrogés mettent moins de 15 minutes pour rejoindre leur lieu de travail. Mais parmi ceux qui mettent plus de 30 minutes, les femmes sont nettement surreprésentées.

27Or on sait qu’en moyenne les femmes résident plus près de leur lieu de travail que les hommes, il vient immédiatement à l’esprit qu’il s’agit d’un mode de transport différencié entre les hommes et les femmes qui implique des durées de déplacements plus ou moins incompressibles.

Le mode de transport selon le sexe

hommes

femmes

Total

à pied

9,7 %

15,5 %

12,6 %

vélo ou deux roues motorisées

15,4 %

2,8 %

9,0 %

transport collectif

8,6 %

22,7 %

15,7 %

en voiture

61,7 %

56,9 %

59,3 %

covoiturage

4,6 %

2,2 %

3,4 %

Total

100,0 %

100,0 %

100,0 %

Khi2=31,2 ddl=4 p=0,001 (Très significatif)

28La pratique de la voiture est très commune dans cette population quel que soit le sexe, avec un léger avantage pour les hommes. En revanche, les autres pratiques sont manifestement sexuées. Les femmes utilisent beaucoup plus les transports collectifs que les hommes et elles marchent à pied. Le mode de transport et le temps de trajet sont corrélés par ailleurs. Les marcheurs qui sont plutôt des marcheuses arrivent en 15 minutes et moins à leur travail. Les usagers du transport en commun, plutôt des usagères, mettent plus de 30 minutes. Nous avons donc des femmes qui résident à proximité de leur travail. Les unes suffisamment près pour se rendre à leur travail à pied, les autres pour résider dans une zone desservie par les transports en commun.

29Nous avons donc, pour une frange importante des interrogés, un mode de mobilité commun : la voiture, et pour les autres des pratiques différenciées selon le sexe qui correspondent certainement, nous allons le montrer, à un mode d’organisation de la vie sociale selon le sexe.

Partage des tâches… assignation de genre

Lieu du déjeuner les jours travaillés selon le sexe

hommes

femmes

Total

chez vous

49,3 %

27,4 %

37,4 %

sur le lieu de travail

31,2 %

51,8 %

42,4 %

restaurant à proximité du lieu de travail

6,5 %

7,3 %

7,0 %

restaurant collectif du personnel

5,8 %

6,7 %

6,3 %

sandwicherie en ville

7,2 %

6,7 %

7,0 %

Total

100,0 %

100,0 %

100,0 %

Khi2=17,3 ddl=4 p=0,002 (Très significatif)

30Dans cette population, les femmes déjeunent plus que les hommes sur leur lieu de travail.

31Notons que pour une part, nous avons dans le personnel de BMO, des femmes de catégorie C qui travaillent dans les cantines, les écoles. De fait, elles ne sont pas chez elles au moment du déjeuner. Mais si on fait une lecture à la fois selon le sexe et la catégorie, on observe que quelle que soit la catégorie, les femmes déjeunent plus sur place que les hommes. Il est probable que celles qui viennent à pied peuvent faire une pause déjeuner chez elles, en revanche celles qui prennent les transports en commun et mettent plus de 30 minutes n’ont pas le temps de faire un aller-retour sur le temps du déjeuner.

32Dans notre échantillon, nous avons du personnel qui vient plutôt en voiture (59,3 %), en moins de 15 minutes (42,6 %) et qui déjeune sur place (42,4 %). Mais les personnes qui mettent plus de temps pour rejoindre leur lieu de travail sont des femmes ; ce sont plutôt elles qui empruntent les transports collectifs et finalement elles déjeunent plus sur place que les hommes.

33Mais parmi ceux et celles se déplaçant en voiture, l’écart observé du « déjeuner sur place » demeure important entre les hommes et les femmes. Il semble que les hommes n’intègrent pas dans leur emploi du temps la préparation des repas et ont le temps par conséquent de rentrer prendre un repas préparé par leur conjointe. En revanche cette possibilité n’est pas donnée aux femmes : leurs conjoints ne prennent pas en charge cette tâche, et par conséquent cela ne leur permet pas, de façon équivalente aux hommes, d’envisager rentrer chez elles le midi. D’autres éléments de l’enquête donnent à lire la division sexuée des tâches qui génèrent des pratiques différenciées de déplacement.

34Par exemple, qui dans cette population interrogée, au statut d’emploi comparable, a la charge de transporter les enfants vers leur destination quotidienne ?

Le transport des enfants selon le sexe
(Sous-population : situation familiale = avec enfants)

hommes

femmes

Total

il-s se débrouillent seul-s

30,7 %

37,4 %

34,2 %

vous

23,9 %

41,4 %

33,2 %

votre conjoint-e

37,5 %

13,1 %

24,6 %

autre

8,0 %

8,1 %

8,0 %

Total

100,0 %

100,0 %

100,0 %

Khi2=16,2 ddl=3 p=0,001 (Très significatif)

35Parmi les interrogés qui ont des enfants, ce sont les femmes qui ont en charge ce « placement » des enfants le matin. Et 37,5 % des hommes interrogés affirment eux-mêmes que c’est plutôt leur femme qui emmène les enfants le matin. Que ce soit à pied, en voiture ou en bus, cette tâche est plutôt celle des femmes qu’on trouve d’ailleurs très surreprésentées tous les jours de la semaine devant les portes des écoles.

Des loisirs pour tous et toutes… oui mais pas autant.

36Un autre type de déplacement dans l’espace public a été interrogé, « les loisirs en dehors du domicile ».

Le temps de loisir en dehors du domicile selon le sexe

hommes

femmes

Total

loisirs à la maison

16,2 %

16,0 %

16,1 %

moins de 2 heures

16,9 %

23,3 %

20,4 %

de 2 à 4 heures

23,8 %

39,3 %

32,1 %

plus de 4 heures

43,1 %

21,3 %

31,4 %

Total

100,0 %

100,0 %

100,0 %

Khi2=17,1 ddl=3 p=0,001 (Très significatif)

37Les femmes ont des temps de loisir en dehors du domicile beaucoup plus courts que les hommes. Si on prend en compte le fait d’avoir des enfants, la proportion d’hommes ayant plus de 4 heures de loisir en dehors du domicile baisse de 10 points ainsi que pour les femmes, mais les premiers se replient sur un créneau entre 2 et 4 heures et les femmes se retrouvent plutôt sur un créneau de moins de 2 heures.

Le temps de loisir en dehors du domicile selon le sexe
(Sous-population : situation familiale = avec enfants)

hommes

femmes

Total

loisirs à la maison

19,4 %

19,5 %

19,5 %

moins de 2 heures

19,4 %

36,8 %

29,2 %

de 2 à 4 heures

28,4 %

31,0 %

29,9 %

plus de 4 heures

32,8 %

12,6 %

21,4 %

Total

100,0 %

100,0 %

100,0 %

Khi2=11,2 ddl=3 p=0,011 (Très significatif)

38Ainsi, tout est concordant sur la situation des femmes par rapport à celle des hommes : leur vie quotidienne est accaparée par tout ce qui relève de la sphère domestique. C’est une évidence, mais peut-être faut-il le rappeler dans un contexte trop souvent prompt à nier celle-ci.

La conciliation des temps selon le sexe

hommes

femmes

Total

accompagner les enfants

3,9 %

7,4 %

6,0 %

arriver au travail

16,5 %

18,9 %

17,9 %

faire les courses

9,4 %

15,4 %

12,9 %

effectuer les tâches domestiques

10,2 %

26,9 %

19,9 %

autre, précisez :....

2,4 %

7,4 %

5,3 %

aucun

57,5 %

24,0 %

38,1 %

Total

100,0 %

100,0 %

100,0 %

Khi2=39,2 ddl=5 p=0,001 (Très significatif)

39On demandait aux personnes interrogées d’indiquer les situations pour lesquelles il leur arrivait d’être en retard. 38,1 % estiment qu’ils ne sont jamais en retard sur les différentes tâches proposées. Mais ici le clivage selon le sexe est significatif en partie parce qu’une grande majorité des hommes n’ont pas en charge les situations citées dans le tableau précédent.

Le travail domestique selon le sexe
(Sous-population : en couple)

hommes

femmes

Total

vous

20,7 %

43,7 %

32,8 %

votre conjoint-e

32,0 %

24,6 %

28,1 %

les deux

36,0 %

24,6 %

30,0 %

employé de maison

4,7 %

2,4 %

3,5 %

autre, précisez :....

6,7 %

4,8 %

5,7 %

Total

100,0 %

100,0 %

100,0 %

Khi2=19,5 ddl= 4 p=0,001 (Très significatif)

40Les hommes interrogés reconnaissent pour un tiers que c’est plutôt leur femme qui s’occupe des tâches domestiques, pour plus d’un tiers qu’ils partagent. Les femmes ne sont plus qu’un quart à citer leur conjoint et un quart à évoquer le partage.

41Mais la préparation des repas et le ménage (car il s’agit des deux exemples les plus cités) restent quand même plutôt l’affaire des femmes. En ne rentrant pas le midi, les femmes se libèrent d’une contrainte avec les enfants à la cantine et un mari qui doit se débrouiller. Ainsi elles s’octroient une vraie pause déjeuner dont il est difficile de mesurer avec ce type d’enquête quantitative quelle est la part de choix et de contrainte dans cette organisation devant concilier la gestion du temps et des déplacements.

42Cette même problématique est lisible à travers ce qu’on pourrait appeler le temps pour soi (c’est-à-dire sans aucune contrainte de travail qu’il soit salarié ou domestique) que l’on peut mesurer à travers l’indicateur du temps consacré au loisir en dehors de son domicile. Le constat statistique est que les femmes en ont moins que les hommes, et il semble que l’organisation sociale contraint à cette situation. Cela conduit à observer la présence/absence de femmes dans les espaces publics : surreprésentées à la sortie de l’école et sous-représentées dans les déplacements urbains de fin de soirée après un temps de loisir pour soi, activité socio-culturelle ou sportive.

Quel service pour permettre la conciliation des temps ?

43À la question sur le type de services dont ils auraient besoin : pour largement plus d’un tiers des interrogés la garde d’enfants vient en premier. Le score atteint 45,2 % des interrogés qui ont des enfants. Quel que soit le sexe, l’ordre des priorités reste le même.

Besoin de services

Effectifs

Fréquence

garde d’enfants

105

36,9 %

restauration

64

22,5 %

organisation d’un covoiturage

65

22,8 %

autre

19

6,7 %

ticket restaurant

15

5,3 %

transports

3

1 %

Total / réponses

387

Interrogés : 284 / Répondants : 283 / Réponses : 387
Pourcentages calculés sur la base des répondants

44Cette demande exprimée très fortement montre bien la difficulté et la concurrence qui existe entre la sphère du travail et la sphère privée. Les deux parents ont un besoin équivalent de temps pour réussir à concilier tous les aspects de leur vie. Mais là, la situation reste profondément inégale entre les hommes et les femmes et cela se répercute sur l’ensemble de la vie sociale et de la vie au travail.

45L’ensemble des indicateurs examinés montre que l’un des aspects essentiels est la question du temps, de la gestion du temps, de la difficulté de la conciliation de tous les temps. Pour tenter de résoudre ce problème, elles sont nombreuses à demander à travailler à temps partiel et pour celles-ci mécaniquement c’est l’engrenage dans l’inégalité dans la sphère du travail. Quand elles ne le font pas, elles sont confrontées à de nombreuses difficultés au quotidien et renoncent finalement plus que les hommes à se prendre du temps pour elles.

46Le travail des hommes reste le travail prioritaire, le premier salaire. Et pourtant le contexte a changé et il apparaît inconcevable aujourd’hui pour bon nombre de familles de pouvoir vivre avec un seul salaire. Les femmes ont gagné des places sur le marché du travail, mais dans l’organisation sociale il est admis que cette place vient en second après la sphère privée. Leur priorité devrait rester la famille et les aménagements du temps de travail, par exemple, sont faits en conséquence.

47Il existe une très grande marge de progression du côté du partage réel des tâches au sein du couple pour que les effets se fassent ressentir dans le monde du travail (le jour où s’observera autant de temps partiels pour les hommes que pour les femmes) et sur les conditions de vie. Un tel changement serait immédiatement lisible dans les espaces publics de la ville.

48Il reste à poser la question de l’intervention des pouvoirs publics locaux en la matière, ce qui n’a rien d’évident. Les responsables de services des collectivités n’intègrent l’intervention sociale qu’en cas de dysfonctionnement (violence conjugale, sécurité dans la ville…) et une action de politique publique générale intégrant la dimension du genre leur apparaît comme discriminatoire et non comme une « action positive ».

49Notre enquête montre l’imbrication sociale importante qui existe entre les questions du temps et de l’organisation sociale selon un ordre sexué. Il semble alors qu’en matière de politique publique locale qui viserait à rétablir une situation égalitaire, une action serait possible en combinant une politique du temps et du genre. Les politiques du « temps des villes » menées depuis les années 1990, bien que n’affichant pas directement la question du genre, sont amenées à prendre cette donnée en compte de façon significative. Peut-être qu’une manière de contourner les résistances serait de combiner ces deux affichages qui dans tous les cas en matière d’actions produiraient un mieux être dans la ville pour toutes et tous. Mais pour croire que cela est possible, cela veut dire qu’on adopte le postulat que l’intervention publique aurait le pouvoir et la force de changer les pratiques, d’intervenir sur l’ordre social, l’ordre sexué (Réjane Sénac-Slawinski, 2007). La sociologie n’a pas la naïveté de le croire mais accepte d’observer les tentatives, et les effets de l’introduction de telles ou telles « bonnes pratiques » pour comprendre les changements et la pérennité.

Bibliography

Bibliographie

Baccaïni Brigitte, Sémécurbe François, Thomas Gwenaëlle, 2007, « Les déplacements domicile-travail amplifiés par la péri-urbanisation », INSEE Première, no 1129, mars.

Coutras Jacqueline, 1996, Crise urbaine et espaces sexués, Paris, Armand Colin.

Fraisse Geneviève, 2002, « La parité, un mot bon à tout faire », Travail, genre et sociétés, no 7, février, p. 117-121.

Junter Annie, 2009, « Le temps des villes à Rennes : retour sur une expérience », Informations sociales, no 153, p. 88-96.

Méda Dominique, 2001, Le Temps des femmes. Pour un nouveau partage des rôles, Paris, Flammarion, 2001.

Paquot Thierry (dir.), 2001, Le Quotidien urbain : essai sur les temps en ville, Paris, La Découverte-L’Institut des Villes.

Revue Urbanisme, 2001, Temps et territoires, no 320.

Sénac-Slawinski Réjane, 2007, L’Ordre sexué. La perception des inégalités hommes-femmes, Paris, PUF.

Notes

1 Lors de la communication en septembre 2010, les statistiques dont nous disposions au 16 mars 2010 indiquaient 985 collectivités européennes signataires dont 67 en France (38 communes, 4 communautés urbaines ou d’agglomérations, 13 départements, 12 régions). Les données réactualisées au 13 avril 2011 indiquent une progression de + 5,7 % de signataires pour l’ensemble de l’Europe et de + 27,1 % en France. À elles seules les collectivités françaises représentent presque la moitié des nouveaux signataires soit 25/60.

2 Direction générale des services, Cabinet du Maire et Communication ; pôle Développement culturel, éducatif et sportif ; pôle Solidarité, Citoyenneté, Proximité ; pôle Développement économique et urbain ; pôle Espace public et environnement ; pôle Ressources.

3 284 personnes ont répondu au questionnaire.

4 Le listing comprenait 419 personnes à contacter soit 10 % des personnes travaillant à BMO. Cet échantillon a été construit par le service des ressources humaines de BMO, il était représentatif en prenant en compte les variables suivantes : sexe, âge, la catégorie, A, B ou C, la filière et le statut de l’emploi. 74,9 % des personnes ont pu être contactées lors de la période de l’enquête de terrain. L’exploitation suivante porte sur 284 personnes soit 67,8 % de l’échantillon initial (30 questionnaires ont été rendus non remplis).

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2013

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search