Version classiqueVersion mobile

Genre et Construction de la Géographie

 | 
Yves Raibaud
, 
Kamala Marius

Deuxième Partie. Femmes et villes

Les quais réaménagés de Bordeaux : la reconquête d’un espace urbain par les femmes

Guy Di Méo

Texte intégral

1Ce travail s’inscrit dans une recherche plus vaste, mené depuis 2006-2007, sur les différentes façons dont les femmes pratiquent et se représentent la ville, dans le cadre géographique de la commune de Bordeaux. Pour rappel, il s’agit d’une unité urbaine de 235 000 habitant(e)s, placée au centre d’une agglomération de plus de 700 000 résidant(e)s. En 2007, au début de cette étude, les femmes et les filles formaient un contingent de quelque 125 265 personnes, plus nombreux que celui des garçons et des hommes qui s’élevait à 109 914 individus.

2Pourquoi s’intéresser ainsi aux représentations et aux pratiques de l’urbain par les femmes, dans un tel contexte bordelais ? Ce dernier avait d’abord le mérite de la proximité. De plus, le Bordeaux des années 2000 connaissait une profonde transformation urbanistique de ses espaces urbains, surtout centraux et fluviaux, qui offrait d’intéressantes perspectives de renouvellement et de transformation des représentations et des pratiques de la ville. Il s’agissait, à ce titre, d’un laboratoire assez exceptionnel de géographie sociale. Soit, mais alors pourquoi focaliser ce travail sur les femmes, les citadines, les Bordelaises dans notre cas ? De toute évidence, trois niveaux de réponses peuvent être apportés à cette question.

3Primo, toutes les statistiques le montrent, malgré une évolution générale allant dans le sens d’un partage plus équitable des tâches domestiques entre femmes et hommes, les premières, lorsqu’elles vivent en couple, assument toujours l’essentiel des charges familiales. En revanche, comme par le passé, les hommes passent plus de temps à l’extérieur du domicile, tournés vers leurs activités professionnelles. Parallèlement, les femmes sont depuis quatre ou cinq décennies massivement entrées sur le marché du travail rémunéré. Il en résulte une situation tout à fait particulière leur conférant une double fonction privée/publique qui se traduit, en théorie et en moyenne, par des rapports à l’espace urbain nécessairement plus intenses, complexes et variés que ceux des hommes, un peu à l’image de ce double travail qu’elles accomplissent quotidiennement. À ce seul titre, un regard scientifique spécifique sur une certaine pratique/représentation de la ville par les femmes ne manque pas d’intérêt. Même si, admettons-le, la singularisation du féminin ne repose que sur des critères approximatifs qui risquent, par une sorte d’effet contreproductif, « d’hypostasier le sexe en lui attribuant une essence immuable sur la base de laquelle viendrait se construire le social » (Varikas, 2006). Il ne s’agit donc pas, pour moi, de sacrifier aveuglément à la distinction des êtres humains par le sexe, au mépris de toutes les autres structurations du social qui ont prouvé leur validité pour expliquer les différenciations de l’espace. Il est simplement question, en ce qui me concerne, de regarder aussi ce paramètre majeur et de l’intégrer dans le faisceau des causalités sociales potentielles de toute réalité géographique.

4Facteurs explicatifs, parmi d’autres, des rapports sociaux et spatiaux, le sexe et le genre figurent-ils au premier rang de leurs innombrables causes, ou restent-ils plus discrets dans les modèles de l’explication sociale et géographique ? Jacqueline Coutras, l’une des rares géographes françaises du genre, doute de la capacité des différenciations sexuées à remettre en question les bases classiques de la causalité sociale. Mais elle se demande tout de même si « les divisons sexuées ne sont pas, elles aussi (c’est-à-dire avec bien d’autres paramètres sociaux), au fondement de l’organisation urbaine ? » (Coutras, 1996). « La ville telle qu’on la connaît vivrait-elle si les rapports entre les sexes étaient autres ? » s’interroge-t-elle.

5Personnellement, je ne crois nullement que le genre conditionne tout, la ville comme sa société. C’est tout au moins ma position au départ de cette étude. D’ailleurs, je ne partage pas la conviction de certain(e)s auteur(e)s féministes, pour lesquel(le)s « tout distingue les pratiques féminines et masculines : la façon de faire les courses, l’utilisation des moyens de transport, les heures de fréquentation, les façons de se tenir, de se présenter, les lieux visités, la façon d’investir le logement, les quartiers, les rues, etc. » (Denèfle, 2004). Peut-on d’ailleurs généraliser de la sorte « le féminin » et « le masculin » en le ramenant à de strictes réalités de sexe biologique ? En ce qui me concerne ici, le fait de ne prendre en compte que les seules femmes réduira cependant mes ambitions quant à la réfutation de ces assertions. Des études comparées (femmes et hommes) seraient utiles pour aller jusqu’au bout de cette démonstration. Ce travail, finalement bien modeste, n’ira pas aussi loin dans l’ambition de dévoiler le sens caché de la ville à travers le prisme du genre. Ce ne serait déjà pas si mal s’il permettait de saisir en quoi les pratiques et les représentations d’un groupe (échantillon) de femmes contribuent (je ne sais à quel degré) à forger quelques-unes des formes de l’urbanité bordelaise, des valeurs, des ambiances et des vécus (emblématiques ou non) qui leur sont attachés.

6Réciproquement, j’aimerais pouvoir tirer de la compréhension du vécu des espaces urbains par les femmes l’explication (sans doute partielle) de certains de leurs comportements sociaux. En effet, à la différence de Sylvette Denèfle, je ne crois pas que si « hommes et femmes ne fréquentent pas les mêmes lieux aux mêmes heures […] la ville n’y est pour rien […] Qu’elle n’est qu’un lieu où s’articulent les rôles sociaux de sexe […] Que le [simple] miroir des activités sociales » (Denèfle, 2004). Je pense, au contraire, que l’espace social urbain est normatif, qu’il constitue le creuset actif d’attitudes sociales, d’idéologies et de formes originales de pouvoir. À charge pour moi, dans ces quelques pages et sur un thème très précis, celui de l’appréciation des quais de Bordeaux par les femmes, d’apporter quelques arguments en faveur de cette affirmation encore hypothétique.

7Secundo, dans le registre des sciences humaines et sociales, depuis deux ou trois décennies, on peut affirmer que les femmes en tant que genre, c’est-à-dire en tant que construction sociale d’une catégorie de sexe dominée, ont effectué une incontestable percée. Elles ont ouvert cette brèche en s’imposant comme objet de recherche et d’analyse porteur de sa dynamique propre, mais aussi du fait de la prise de conscience de « l’éclatante absence d’analyse » (Guillaumin, 1992) de leur condition pendant de longues décennies. Cette légitimité scientifique, très nouvellement conquise, fut donc particulièrement longue à émerger. Nombre d’auteur(e)s et de chercheur(e)s constatent que « dans les études de stratification sociale, elles étaient (toujours) rangées dans la catégorie socioprofessionnelles de leur mari ou de leur père […] Elles étaient socialement (et géographiquement) invisibles, absentes des catégories, absentes de toute appartenance de classe » (Khellil, 2006). Ces constats ne justifient-ils pas, à eux seuls, qu’on constitue les femmes en groupe singulier, ne serait-ce que pour tester la pertinence scientifique d’une telle démarche et tenter de rattraper ce temps perdu, cet oubli et cette injustice ?

8À ces raisons s’en ajoute aussitôt une troisième. Si les femmes, de par l’extension effective de leurs fonctions sociales, sont amenées à fréquenter des espaces urbains théoriquement plus diversifiés que ceux des hommes, leurs parcours ne s’accomplissent pas dans une sérénité totale. Elles ne se déplacent pas en totale liberté de corps et d’esprit dans toutes les parties des villes. Il existe des lieux de mauvaise réputation (violence en particulier, dépravation, etc.) où les femmes évitent sciemment d’aller seules : le jour ou, à plus forte raison, la nuit. Il existe également des espaces urbains où l’idée même de se rendre ne vient pas aux femmes, des lieux situés en dehors de leur univers mental comme de leur habitus social (Bourdieu, 1979, 1980). Précisons que les femmes ne sont pas seules à connaître ces sortes de vacuums spatiaux. Mais je fais ici l’hypothèse que tous ces interdits, conscients ou non, varient d’un sexe à l’autre, ou plutôt d’un versant du genre à l’autre, en fonction de divers paramètres. Ces derniers font intervenir les différences sexuées au même titre que d’autres distinctions sociales, culturelles, démographiques… Celle de l’âge en particulier.

9En raison du sexisme qui sévit toujours dans nos sociétés, la condition des femmes, y compris à Bordeaux, reste marquée par des interdits spatiaux, tout au moins par des appréhensions spatiales plus ou moins éprouvées, admises ou même identifiées par les intéressées. On peut, dans ces conditions, estimer que les déplacements des femmes dans la ville constituent l’une des occasions privilégiées de manifester certains de ces interdits.

10J’ai interrogé, avec le concours très actif d’une chercheuse contractuelle, un échantillon de la population des femmes bordelaises, constitué de 57 unités. Bien qu’un tel outil ne soit nullement représentatif de l’ensemble des femmes de Bordeaux, je me suis ingénié à le constituer comme un cliché de cette population. Il respecte en effet la répartition géographique des femmes dans la ville, leurs tranches d’âge et leurs catégories socioprofessionnelles, mais aussi les cadres sociaux de leur existence. Ces derniers reprennent les types de ménages résidentiels dans lesquels elles vivent : seules, avec ou sans conjoint(e), avec ou sans enfants, avec leurs parents, en colocation… La méthode retenue fut celle des entretiens semi-directifs ouverts dont un volet portait, justement, sur les espaces appréciés, utilisés et, au contraire, les espaces urbains détestés et évités par les femmes.

11C’est à l’occasion de ces interviews que les quais récemment réaménagés de Bordeaux sont ressortis au premier rang des espaces qu’apprécient les Bordelaises. Concernant ce groupe de 57 femmes enquêtées, l’axe nord-sud de la ville et du fleuve, formé par la colonne vertébrale des quais, cumule en effet 43 références spontanées pour la rive gauche et 19 pour la rive droite. C’est l’espace plébiscité par les femmes, d’autant que celles-ci ne formulent pas une seule opinion franchement défavorable à l’aménagement récent des quais de la rive gauche, à peine le discutent-elles quelque peu à deux ou trois reprises. Elles ne tempèrent guère plus, à 4 reprises seulement (sur 19 évocations formulées sans que nous les induisions), leur enthousiasme pour les quais de la rive droite : cet héritage pourtant si longtemps ignoré du port déchu !

12Ce sont ces résultats qui m’ont suggéré les quelques réflexions qui suivent. Je vois dans ce succès, en premier lieu, les effets d’un véritable renversement de l’imaginaire de la ville. Or, ce phénomène ne nous renvoie-t-il pas à des valeurs de genre finalement très classiques et bien traditionnelles ? C’est ce que je m’efforce ici de montrer. En s’emparant de valeurs esthétisantes et hygiénistes qui plaisent aux femmes, en les mettant en scène dans l’ancien espace portuaire bordelais, les opérations d’urbanisme et d’aménagement ne font, me semble-t-il, que repousser des murs invisibles… Ceux qui, dans la ville, réduisent l’accès de certains de ses espaces aux femmes. À ce titre, il me semble que ces opérations s’inscrivent dans un véritable procès de contrôle politique venant indirectement en renfort des rapports de genre et de leur violente dissymétrie : celle de la domination des femmes par le pouvoir social masculin.

Chasser les fantômes du passé pour une reconquête

13L’appréciation très favorable que les femmes de notre échantillon formulent à l’égard du réaménagement des quais de la Garonne traduit, d’abord, une sorte de soulagement en regard de ce qui existait, à leur place, dans un récent passé.

14Finalement, les femmes interrogées paraissent d’autant plus apprécier les quais que, justement, ils ont été « refaits ». Si on analyse leur discours, c’est à ce prix qu’a été chassée, après l’extinction des fonctions portuaires classiques et la disparition des populations interlopes anciennes, une mauvaise image latente, susceptible, à partir des lieux, de contaminer les femmes. Une image, tout au moins, qui les gênait profondément. C’est ce qu’exprime Sylvia lorsqu’elle déclare que « les quais sont devenus agréables depuis qu’ils ont été refaits »; ou encore Claude pour qui « les quais sont agréables maintenant, depuis qu’ils ont été refaits ». Décidément nos interlocutrices se répètent, mais leurs mots ont tellement de sens qu’il me faut, ici, les restituer. Pour Isabelle qui varie à peine dans sa formulation, « les quais sont très jolis depuis qu’ils ont été réaménagés ». Et Sophie aime par-dessus tout « les quais refaits »…

Quand l’aménagement efface une salissure

15Pour Noëlle, veuve et retraitée, ce qui est admirable, c’est « la promenade qui a été créée sur les quais, à l’emplacement de ces hangars si détestables ! » Pour Valériane, gardienne d’immeuble en centre-ville, « les quais, c’était lamentable avant ! » Marie-Claude, mère de famille de Bacalan vivant justement près du fleuve, nous assure : « Quand j’étais plus jeune, les quais on n’y allait pas. C’était un endroit à fuir, sombre, sale, glauque. » Elsa remarque que lorsqu’elle est arrivée à Bordeaux, il y a de cela quelques années, « les quais ne ressemblaient à rien du tout. » Quant à Marie, elle affirme qu’on n’insistera jamais assez sur le progrès que représente leur transformation, « parce que c’était tellement catastrophique avant ! » De fait, ce que Josiane trouve si bien, en ville, ce sont « ces quais refaits à neuf ». L’idée maîtresse est certainement là : si les quais réaménagés satisfont tant les femmes, c’est qu’ils rompent avec une image du passé qu’elles détestent. Ainsi, si « la promenade qui a été créée sur les quais » plaît beaucoup à Noëlle, cette retraitée de Saint-Seurin, c’est peut-être surtout parce qu’elle a été tracée « à l’emplacement des anciens hangars ». Comme l’exprime aussi Anne, auparavant « les quais étaient laids, inexploités (après la fermeture du port), peu fréquentés et plutôt dangereux. Aujourd’hui, ils sont vivants, ils sont devenus un lieu de vie exemplaire ! »

16Dans l’imaginaire bordelais, les quais constituaient traditionnellement un espace plutôt hostile, très populaire, réputé dangereux. La laideur des volumes et des agencements d’espaces urbains y résultait de l’accumulation peu planifiée et peu soignée de constructions fonctionnelles successives : chais, hangars, installations portuaires diverses, etc. La noirceur des murs s’associait au sentiment d’un danger, à la peur des femmes (mais pas seulement) d’y être importunées, voire agressées. Cette crainte venait de la mauvaise réputation des quais. Elle tenait plus à leur fréquentation très populaire par des hommes seuls (les marins) à la recherche de plaisirs sommaires, par des prostituées, des individus louches (« voyous des quais » dans le langage bordelais d’alors), par des ouvriers peu considérés par la société bordelaise (les dockers) qu’aux réalités de la délinquance y sévissant. Comme toujours, les images des lieux et leur capacité à se transmettre aux individus les fréquentant avaient fait des quais des espaces réputés dangereux que la décence, l’estime de soi, particulièrement pour les femmes soucieuses de leur bonne réputation, recommandait d’éviter. On sait que les règles de bienséance, les normes et les usages s’incorporent toujours aux ressentis les plus profonds des individus, hommes et femmes. Ces dernières qui, de plus, « n’avaient rien à y faire », avaient transformé cet interdit implicite de fréquentation des quais en une répugnance vécue, d’ordre à la fois esthétique et physique. Ce sentiment leur évitait d’assimiler l’interdit des quais à une limite sociale liée aux risques auxquels les exposerait leur stricte condition féminine de sexe.

17L’association étroite du propre, du rénové, du ravalé (les murs), de l’éclairci, de l’ouvert, du transparent avec le fréquentable, l’attirant et le plaisir de se promener en toute quiétude ressort en effet de nombre de nos entretiens. C’est chez Célia, jeune femme célibataire d’origine portugaise ayant fait des études supérieures et dotée d’une forte fibre associative, que ce rapport ressort avec le plus de force. Elle nous assure en effet que « la rénovation des quais est une grande réussite. Avant–poursuit-elle–, c’était très laid […] Les façades n’étaient pas mises en valeur […] Entre la noirceur des murs et la série de hangars tout pourris placés devant, on ne voyait rien de la richesse des lieux. Ça faisait même peur. Aujourd’hui tout est propre, très net et c’est splendide […] On a envie de s’y promener ! », remarque Célia avec enthousiasme. Quant à Vanessa, autre étudiante célibataire éprise de randonnées en centre-ville, elle adore les quais aussi bien pour « la rénovation des façades » que pour la « destruction des hangars » et « l’ouverture de nouveaux restaurants sympas ». Le propre et l’accueillant, le convivial ne se dissocient pas, dans son esprit, de la démolition nécessaire de la masse menaçante des hangars portuaires d’antan.

18Il semble qu’une sorte de mur virtuel, donc invisible, interdisait naguère les quais aux femmes. Cet obstacle tenait, dans leur discours tout au moins, à la saleté et au côté inesthétique de ces installations portuaires, un peu aussi au sentiment vaguement formulé d’un danger encouru à les parcourir. Pourtant, la réalité de ce mur résidait sans doute beaucoup plus dans l’opprobre social qui aurait immanquablement marqué les personnes du sexe féminin fréquentant ces lieux. Dans ces conditions, le rejet du sale et du sombre, du confiné et du laid (ou estimé comme tel) masquait certainement l’appréhension plus profonde de perdre, pour les femmes, leur crédit social et avec lui, jusqu’à l’estime de soi. Comme le rappelle Clémentine (43 ans, qui vit seule aux Aubiers–cité d’habitat social du nord de Bordeaux–et s’apprête à ouvrir une librairie à La Bastide, sur la rive droite) : « Je peux vous dire qu’avant, sur les quais, on n’y allait surtout pas ! Jamais je ne m’y serais promenée. C’était sombre, laid et dangereux ! Aujourd’hui, on peut s’y déplacer à 11 heures du soir sans avoir peur. » Et en plus c’est beau, serais-je tenté d’ajouter; comme Violette, une charcutière du quartier Fondaudège, pour qui « c’est (effectivement) vraiment très beau, très bien ».

La restitution d’une ressource urbaine aux citadins, aux femmes

19Pour nombre de femmes, l’aménagement des quais, leur ouverture, leur accessibilité rendue à toute la population, leur sécurisation, leur esthétisation paysagère paraissent constituer une sorte de revanche, une juste restitution de leur espace à tous et à toutes. Ce sentiment est d’autant plus vif qu’il s’agit d’un espace particulièrement sensible. Ne se situe-t-il pas dans un endroit stratégique de la ville ? Son axe vital, son lien majeur avec le fleuve; à l’articulation des deux rives, des deux hémisphères longtemps antagonistes et séparés de l’agglomération. Sylvia, une institutrice qui vit à Bacalan, ne parle-t-elle pas d’abondance d’un « nouvel espace ouvert sur le fleuve » qui tirerait toute sa force et tout son charme de cette nouvelle alliance, enfin scellée, entre l’eau et la ville ? On mesure en effet toute la valeur symbolique que revêt un espace aussi fondamental pour la définition du sens même de la ville : relation au fleuve et au monde, intégration urbaine des deux hémisphères de la cité.

20Ce plaisir de la restitution des rives de la Garonne à tous, et particulièrement aux femmes, ressort de quelques déclarations que nous avons recueillies. Colombe, jeune étudiante salariée amoureuse de la ville, parle effectivement de « quais rendus aux piétons » et « d’espace aéré » où elle « aime flâner ». Pour Brigitte, chef d’entreprise vivant seule avec son jeune fils, « c’est agréable de se promener le soir tard, sur les quais, en été, quand la foule s’est enfin éparpillée ». Le lieu interdit devient un espace d’agrément; les murs virtuels (invisibles) qui en bloquaient l’approche, physiquement et moralement, se sont effrités. Désormais, les trésors des rives fluviales s’offrent aux promeneuses, même la nuit, à l’écart de l’affluence. C’est d’ailleurs « pour les promenades que l’on peut y faite à toute heure et pour le rapport au fleuve » que Sylvie, cadre supérieur vivant seule aux Chartrons, aime tant s’y rendre. « Je ne comprends pas que la Garonne ait été cachée si longtemps » nous dit-elle.

21Le fait que cette promenade que les femmes goûtent au plus haut point soit devenue possible et même banale pour elles, ressort de leurs déclarations avec une troublante insistance. Aurélie, jeune femme qui vit près du Jardin public, aime « longer tous les jours les quais de Bacalan » en faisant avancer la poussette de sa fillette. Marie-Claude, mère de famille nombreuse nettement plus âgée, résidante de Bacalan, est ravie d’accompagner sa plus jeune fille sur les quais où celle-ci pratique le roller, à deux pas de chez elle. Dans le cas de Françoise, « bobo » des Chartrons d’une cinquantaine d’années, c’est en promenant son chien qu’elle remonte tous les soirs les quais de son quartier. Et Josette qui ne peut se déplacer qu’en fauteuil roulant a trouvé le long des berges un « espace ouvert » où elle peut, en toute sécurité et liberté, circuler à sa guise. Quant à Songhee, jeune étudiante coréenne, elle se promène très souvent le long des quais, admirant ces façades d’immeubles qui la ravissent, jusqu’à cette « apothéose de chaque promenade qu’est–pour elle–, le soir, l’apparition de la place de la Bourse illuminée ». Évelyne trouve pour sa part « délicieux de se promener le long des quais […] Même toute seule ».

22Ce qui frappe, c’est que les quais ont été très vite appropriés, en même temps que par les femmes, par les jeunes, par les handicapés, par les gens modestes… Certes cet empowerment ne s’opère pas de manière uniforme sur tout leur parcours. Yves Raibaud montre de quelle façon les règles du genre et parfois celles des rapports ethniques s’imposent d’un site à l’autre de ces quais. Cependant, dans les déclarations qui nous ont été faites, la réalité d’une appropriation globale de ce territoire par les femmes, y compris par celles qui connaissent handicap et déficience, ressort sans discussion. Avec le cas de Josette, nous avons mesuré ce que les quais, désormais, apportent aux personnes à mobilité réduite. Nombre de femmes disent aussi ce que cet espace représente pour la jeunesse, pour les enfants… Dominique, fonctionnaire de responsabilité et mère de deux garçons, insiste sur les promenades en famille qu’autorise désormais l’espace des quais. Valériane qui s’occupe le dimanche des enfants adolescents de son mari souligne l’intérêt de « l’espace qui a été créé pour les jeunes, avec le skate-park, le miroir d’eau, les hangars commerciaux ».

Faire de cette ressource un bien commun : quand le souci d’équité s’en mêle !

23Plus d’une femme souhaiterait que la municipalité mette l’accent, un peu plus qu’elle ne l’a fait à ce jour, sur les installations gratuites, sportives, ludiques et de détente, édifiées sur les quais. Ceci au détriment des surfaces commerciales ou des établissements de chaînes internationales, celles du fast-food en particulier. C’est ce que pense Anne, une infirmière d’un certain âge. Marie est, sur ce point, encore plus intraitable. C’est d’ailleurs l’une des rares femmes que nous ayons rencontrée qui juge les quais « assez mal réussis » parce que, finalement, leur aménagement « manque d’âme » à ses yeux. Elle nous dit : « C’est grandiloquent, tape-à-l’œil, tout ce qu’on veut, mais ce n’est pas chaleureux. » Pour Marie, « les quais constituent une longue riviera où les Bordelais se promènent pour se montrer ». Elle estime par ailleurs dommage que des magasins y aient préférentiellement trouvé place et, surtout, que « les chaînes internationales de bars et de restaurants y supplantent des établissements typiques et régionaux ».

24C’est bien d’une certaine valeur pédagogique de l’espace urbain et de son appropriation collective qu’il est question ici. Sa reconnaissance ne fait que confirmer le rôle expérimental des quais réaménagés en termes de rapports sociaux urbains, ceux de genre en particulier. Nos interlocutrices évoquent, à ce propos, la fonction de creuset social que commencent à jouer et que pourraient plus encore assumer, dans l’avenir, ces quais de la Garonne. Le mélange autour du miroir d’eau des individus, des groupes ethniques et des catégories d’âge, noté par nombre de femmes rencontrées, n’engendre-t-il pas l’un de ces lieux de condensation sociale (Debarbieux, 1995) dont l’espace urbain détient le secret et offre l’avantage ? C’est une sorte d’agora spontanée, une fête permanente et bon enfant, résolument inorganisée.

Valeurs esthétiques spatialisées et nouvelles formes du contrôle social

25À l’occasion des entretiens, nombre de femmes qui trouvent grand plaisir à déambuler sur les quais réaménagés se sont volontiers livrées, concernant ces espaces, à des appréciations purement esthétiques.

Quand le beau, le propre et l’aéré réconcilient les femmes avec les quais

26Valérie, jeune salariée du secteur paramédical, installée à Saint-Augustin, trouve par exemple « magnifique la place de la Bourse illuminée qui se reflète dans le miroir d’eau ». Anne, infirmière âgée de 64 ans qui ne se résout pas à prendre sa retraite, exprime aussi une véritable dévotion pour « ce paysage de la place de la Bourse que réfléchit le [même] miroir d’eau ». Caroline, doctorante en histoire, nous déclare pour sa part « rechercher [et trouver sur les quais] de beaux paysages urbains mettant en scène l’architecture admirable de la ville ». Sandrine, secrétaire de direction et mère de famille habitant Caudéran, trouve « très sympa de se promener autour du plan d’eau, en face de la place de la Bourse. Même si le miroir n’a aucune utilité, il est très joli et fort attractif ». D’autres avis convergent. Je pourrais citer celui de Dorothée, jeune enseignante habitant le quartier Saint-Seurin, ou encore ceux de Valériane et de Claire.

27Ce regard esthétisant, développé par plusieurs de nos interlocutrices, m’intéresse. Il installe en effet un registre de jugement qui me paraît assez symptomatique d’une posture que l’on rangerait volontiers, trivialement, dans le registre des attributs ordinaires de la féminité. En fait, je crois que ce type d’opinion révèle une sorte de masque esthétique que certaines femmes (mais pas elles seulement, certains hommes aussi) posent sur des lieux et des espaces afin de se les approprier… Selon une sorte de processus empathique d’appropriation territoriale.

Le laid, le sale et le sombre ou les stigmates de la peur, de la domination et du rejet

28A contrario, le déni de valeur esthétique pourrait constituer un argument de rejet par les femmes (mais pas uniquement par elles). Il serait utilisé, par elles, comme prétexte à l’enfermement protecteur de soi derrière un mur d’ignorance et d’invisibilité de certains quartiers ou territoires marginalisés (voire d’exclusion) de la ville. Incontestablement, la plupart des femmes comme des citadins craignent et, d’une certaine façon, écartent de leur vue de tels espaces en les disqualifiant au plan de l’esthétique ou, plus largement, de l’intérêt à leur porter. « Qu’irais-je faire dans ces quartiers ? » ont dit plusieurs de nos interlocutrices. Cette démarche peut exprimer deux choses.

29Soit un certain rejet de l’altérité, celle de ceux que l’on ne veut ni voir, ni reconnaître. Mais qui ne sont, peut-être, que le masque redouté d’une certaine domination masculine.

30Soit un effet de dépendance (sinon de domination) des femmes par rapport à des contextes sociaux et culturels qu’elles subissent, mais dont il leur est plus commode ou socialement plus acceptable de rejeter le poids au nom de faux prétextes… Voire de propos de convenance. Ainsi, si l’on ne va pas dans tel ou tel territoire c’est « parce qu’on a rien à y faire », c’est « parce que ce n’est pas beau »… Les femmes avouent plus rarement qu’elles les évitent parce qu’elles pensent que leur fréquentation est dangereuse et qu’elles ont peur. N’est-ce pas une manière commode d’ignorer l’autre, différent et exotique, gênant, effrayant, culpabilisant ? Plus encore, une façon de sauvegarder la paix sociale avec le dominant masculin, une sorte d’effet de genre poussant à ne pas remettre en cause l’ordre social et la norme sexiste, le pouvoir des hommes au nom de l’affect. Ceci au prix du renoncement volontaire d’une partie de sa citadinité, de sa libre circulation dans la ville et de la flânerie, de la communication permise avec toutes et tous ? Au détriment d’une sorte de droit commun à la ville (Lefebvre, 1968) ? Mais puisqu’il n’y a rien à voir, que des horreurs… Qu’importe ! Particulièrement pour une femme honnête, active et occupée !

31Certes, la transparence sécurisante conférée à l’espace par les vertus de l’urbanisme et d’un aménagement bien pensé a pu pacifier les rapports de genre et apporter aux femmes plus de liberté dans la ville : les quais de Bordeaux récemment réaménagés en témoignent. Il n’en demeure pas moins vrai que cette question relève avant tout d’une approche politique plus globale que l’aménagement urbanistique et technique de l’espace, seul, ne saurait régler.

Mémoire sociale et nouveaux regards sur la rive droite

32La réhabilitation en cours de la rive droite de la Garonne s’inscrit dans la même politique d’urbanisme que celle qui a transformé la rive gauche. Elle paraît avoir dissipé une grande part des vieilles préventions bordelaises à l’encontre de ces quartiers qui étaient auparavant à la fois portuaires, industriels et populaires. Longtemps ignorés, voire méprisés par la ville bourgeoise, ces faubourgs de La Bastide, des quais de la Souys, Deschamps, de Queyries, de Brazza semblent retrouver, de nos jours, une image plus valorisante. C’est en tout cas ce qui ressort de notre enquête auprès des femmes.

Une mémoire hostile très tenace

33Il n’empêche que quelques-unes de nos interlocutrices continuent à dresser un mur invisible entre les deux rives, selon le schéma que je décrivais plus haut. C’est en particulier le cas de Noëlle et de Dominique dont les appartenances bourgeoises ne trompent pas. Leur aveu d’absence d’intérêt pour la rive droite traduit, incontestablement, ce qu’on pourrait appeler une distance de classe (sociale) ou, tout au moins, d’habitus. Il s’exprime par les arguments classiques du « je n’ai rien à y faire » et du « rien ne m’y attire ». Ces formules traduisent, à mon sens, une forme de rejet dans l’étranger, donc l’étrange, l’inquiétant et le « sans objet ». Elles reflètent le sentiment éprouvé d’un monde à part, sans rapport avec sa propre culture, ses habitudes, ses besoins, ses envies… Une sorte de déni d’intérêt et, forcément, de communauté. Que cette attitude cache une certaine crainte, pour le moins une appréhension gérée par la mise à distance, la volonté d’ignorance et que, de fait, le désir de s’y rendre soit inexistant, c’est possible ! Cependant, quand on voit, depuis la rive gauche, les travaux accomplis sur celle d’en face, quand on connaît (et nul Bordelais-e ne l’ignore) la qualité du paysage que la rive droite offre sur la ville (classement au patrimoine mondial de l’Unesco), quand on entend parler de la création d’un jardin botanique… Peut-on affirmer qu’il « n’y a rien à y voir », qu’il « n’y a rien à y faire » ? Dominique nous déclare pourtant : « Je ne me rends jamais sur la rive droite […] Je n’y ai pas mes habitudes et il n’y a pas grand-chose à y faire. » Noëlle affirme ne jamais traverser la Garonne. À propos de l’autre rive, elle nous dit : « Je n’ai pas besoin de m’y rendre […] Rien ne m’y attire, je n’ai pas envie d’y aller. » Elle ajoute : « Je trouve tout ce dont j’ai besoin sur la rive gauche, dans le centre en particulier. »

34Ces opinions me paraissent tout à fait caractéristiques du travail inconscient que réalisent certaines femmes (et sans doute d’autres personnes dominées) en matière de justification de leurs rapports à l’espace urbain. Elles mettent l’accent sur la cohérence et l’intérêt d’usage des espaces urbains de leurs pratiques, afin d’en signifier toute la valeur symbolique. En parallèle, elles disqualifient ou ignorent les espaces urbains qu’elles ne fréquentent pas pour des raisons qui n’ont pourtant rien à voir avec le soi-disant intérêt objectif de ces lieux. À ce niveau, ce sont les murs invisibles de la condition de genre qui se manifestent. Le rejet dans une altérité lointaine et qualifiée d’étrangère de certains espaces urbains ne fait, en définitive, que masquer deux phénomènes.

35Il dissimule, d’une part, des craintes et des appréhensions que les femmes ne veulent pas avouer (ou s’avouer). Comme je l’écrivais plus haut, reconnaître leur domination les engagerait peut-être, contre leur habitus et l’incorporation affective de leur condition, dans une lutte visant à remettre en cause la place infériorisée que la société leur réserve. Lutte pour laquelle elles ne sont pas forcément et collectivement préparées.

36Ce rejet manifeste aussi, d’autre part, l’expression d’une estime de soi, un sens de sa propre réputation qu’une appréciation positive de ces lieux et territoires stigmatisés de la ville risquerait, aux yeux de leurs semblables (identité tribale au sens de Maffesoli, 1988), de compromettre.

37Pour Colombe, jeune étudiante éprise de Bordeaux, ville qu’elle connaît parfaitement pour s’y déplacer sans réserve et y avoir vécu à d’innombrables adresses, le rejet de la rive droite (au sens de l’absence d’envie de s’y rendre) résulte de la « mauvaise image » qu’elle s’en fait. Rien ne l’y attire : le Jardin botanique ne « l’emballe pas »; même si elle estime que le complexe Mégarama est « une belle réussite », ce n’est pas sa destination quand elle va au cinéma. Un tel rejet renvoie bien à cet habitus de communauté plus que de genre, à ce sentiment secret de bienséance que portent les valeurs culturelles dominantes (bourgeoises plus que masculines ?).

38De fait, la rive droite n’entre pas encore complètement dans la notoriété bordelaise, même si les choses changent sous l’effet des transformations urbanistiques qu’elle connaît. Peut-être, justement, que ce rejet renvoie aussi à la crainte sournoise que provoquent, chez Colombe, les effets inavoués et feutrés de la domination masculine. Cette dernière s’entendant ici au sens d’une force brutale et forcément illégale, mais néanmoins toujours présente, susceptible d’imposer aux femmes une violence sexuelle, concrète ou symbolique. La rive droite dans sa représentation surtout historique (le port, les usines, les chantiers, les hommes du peuple), avec d’autres quartiers franchement redoutés par les femmes (celui de la Gare en particulier), partage un caractère commun. Tous ces quartiers (La Victoire, Saint Michel, la Gare, La Bastide, les Aubiers…) portent, dans l’imaginaire qu’elles s’en font, les stigmates de cette violence et ce pouvoir masculins que la société tolère quand elle ne l’encourage pas.

39Mais les choses changent. Dans le cas de la rive droite, c’est en fait une très large majorité d’appréciations positives, de la part des femmes, qui ressort de nos enquêtes.

Mobilité, changement social et recul des effets de genre

40Ce résultat signifie sans aucun doute que sa rénovation en marche (avancée) s’affirme déjà comme une réussite. Cependant, il convient aussi de noter que 19 femmes seulement (sur un total de 57) ont abordé, à l’occasion de notre entretien, la question de la rive droite. Ce résultat, somme toute modeste en regard notamment de l’évocation (positive) quasi systématique des quais de rive gauche, révèle pour le moins une réserve, sans parler vraiment d’un malaise. Il traduit au minimum un oubli dont la signification pourrait très bien s’expliquer par le phénomène que j’ai qualifié plus haut de « mur invisible ».

41Ce fait une fois constaté, plusieurs observations peuvent être formulées à partir des 15 déclarations positives (sur 19 mentions) enregistrées à propos de la rive droite de la Garonne. La plus flagrante tient au constat que les femmes qui affichent un penchant en faveur de cet espace sont soit originaires de la rive droite et des communes de banlieues (en général), soit viennent carrément d’ailleurs. Comme si « les Bordelaises de rive gauche » ne parvenaient pas à se départir d’une certaine prévention vis-à-vis de la rive opposée !

42Dans le premier cas, celui de Claude est tout à fait éloquent. Cette femme, aujourd’hui veuve et âgée, a quitté toute jeune le quai de Queyries où elle est née et a passé sa jeunesse. Une belle réussite sociale lui a permis de s’installer, successivement, dans le centre sud de Bordeaux, puis à Caudéran, dans un bel appartement de résidence. Elle nous affirme pourtant : « J’aimerais vivre dans un endroit où j’aurais une belle vue sur mon fleuve. J’aimerais vivre au bord de l’eau. Je regrette beaucoup l’appartement du quai des Queyries (celui de sa jeunesse). Aujourd’hui, cet appartement n’existe plus […] La maison de mes parents était très belle. » Critique (pas forcément objective) vis-à-vis de la rénovation récemment engagée, elle ajoute : « Je trouve que ce n’est pas bien d’avoir tout rasé (certains immeubles étaient en effet réhabilitables), mais je vais m’y habituer. On s’habitue à tout. »

43Sophie, une kinésithérapeute qui a trouvé le logement de ses rêves à La Bastide, se territorialise très progressivement dans son quartier auquel elle trouve de plus en plus de charme et d’agrément. C’est « autour (du creuset) de la place Calixte Camelle », à l’écouter, que ce phénomène s’opère. Comme Corinne, assistante de publicité installée dans le même secteur avec sa famille, elle apprécie beaucoup les aménagements qui voient le jour sur cette rive droite : les parcs et surtout le nouveau Jardin botanique.

44Appartenant au deuxième cas, celui des femmes non originaires de Bordeaux, Maud qui vient de Nogent et se révèle une étonnante citadine, éprise des ressources urbaines les plus variées, nous confie qu’elle « aime beaucoup, aussi, La Bastide ». C’est également le propos de Vanessa, une étudiante en provenance des Antilles.

45Françoise, de Fécamp, réside aux Chartrons. Elle affirme ne pas pouvoir se passer de la présence des eaux, fluviales ou maritimes. L’été, par temps de canicule, elle ne se prive jamais d’un moment de repos sur la prairie de rive droite, « le regard fixé sur la rive gauche et ses joyaux architecturaux ».

46Deux femmes de Caudéran, venues du sud de l’Aquitaine, nous disent aussi tout le bien qu’elles pensent de la rive droite. Anna, la plus âgée, vivant dans un territoire plutôt étroit, autour de son logis de Caudéran, cite les grands travaux entrepris sur la rive droite au rang des actions les plus utiles menées par la municipalité et la CUB. Elle leur reconnaît le mérite d’avoir « permis de découvrir le charme de cette rive dont on ne se souciait guère, il y a encore quelques années. » Comme nombre d’autres femmes, elle signale les belles réussites de la transformation de la gare d’Orléans en cinéma multisalles (Mégarama) et de la réalisation du Jardin botanique.

47Marie-Pierre, plus jeune, célibataire installée près de son travail, à Caudéran, avance à peu près les mêmes arguments. À ceci près qu’elle ajoute, dans la liste des améliorations estimables des cadres de vie de la rive droite, « l’ouverture de restaurants en bord de Garonne qui ont bien dynamisé cet espace longtemps demeuré en friche ».

48Marion, une étudiante qui vit encore la plupart du temps dans sa commune du sud de la Gironde, apporte le témoignage des nouveaux usages de la rive droite par les femmes, surtout par les plus jeunes. « La Bastide – dit-elle –, je m’y rends de temps en temps, pour me promener ou pour pique-niquer. Je trouve qu’ils ont bien réaménagé les bords de la Garonne, sur la rive droite […] Et la vue sur Bordeaux rive gauche est magnifique. »

49Ces pratiques tribales de la jeunesse (pique-niques, apéros, réunions pour jouer de la musique ou simplement faire la fête, discuter ensemble…) trouvent en effet sur les bords de la Garonne, rive droite, une terre d’élection. Il semblerait que tout ait été réuni, ici, pour favoriser ces nouveaux rituels : l’herbe sur de vastes espaces près du fleuve, les arbres fournissant une ombre salutaire, l’accès commode par le tram, la vue splendide sur la place de la Bourse et le front de Garonne… Dans ces conditions, tout change : le regard, l’imaginaire, les sensations, le plaisir… Les vieilles images de déclassement social ou même de danger (l’espace inhospitalier des hangars, des usines, des ateliers, des voies ferrées; l’homme brutal, ouvrier, docker, vagabond) ne résistent pas à ce nouvel espace, à cette nouvelle société, à l’attrait de ces agoras mobiles ! D’autant que les espaces verts, les bâtiments modernes ou réhabilités, les innovations architecturales, les œuvres d’art (le fameux et si critiqué Lion bleu), les jardins viennent au secours d’un quartier en pleine renaissance… Qui s’embourgeoise et, de ce fait, sécurise les esprits : affaire de représentations sans doute ?

50En effet, pour ce qui a trait à la réalité, ce ne fut jamais, loin de là, une catastrophe. La délinquance n’y sévissait pas plus qu’ailleurs, notamment sur la rive gauche et bourgeoise. Toujours est-il que les anciens murs invisibles s’effacent. Pauline, jeune femme libre et curieuse, installée en colocation près de la gare, figure emblématique de ces nouvelles générations qui ne connaissent que la rive droite réhabilitée et verdie, nous confie « qu’elle y affectionne un coin particulier. Il se situe tout près du Jardin botanique. C’est un secteur nanti de vastes pelouses, avec de la place pour s’étendre ». Pour Pauline, « ce n’est pas comme sur les quais de la rive gauche, où les gens sont les uns sur les autres et où l’on ne peut pas se poser […] Et puis–ajoute-t-elle–ce lieu offre une très jolie vue panoramique sur la rive gauche : des Chartrons à Saint Michel ».

51J’ajouterai que nombre de femmes que nous avons rencontrées viennent désormais sur la rive droite, sans forcément l’apprécier énormément, mais en fonction d’un besoin ou d’un goût particulier. Certaines y trouvent un service (formation à la couture) qui n’existe pas ailleurs. D’autres veulent montrer le Jardin botanique à leurs enfants ou acheter des produits exotiques dans les supermarchés asiatiques ouverts sur l’avenue Thiers. C’est bien la preuve que le quartier se banalise, que les murs invisibles qui le fermaient tombent progressivement. Au point que Clémentine a même décidé d’y installer sa future librairie pour enfants… Tout est prêt, l’ouverture est pour bientôt.

Conclusion

52À propos des quais de Bordeaux, j’ai pu montrer que les opinions des femmes sur la ville se traduisent par des expressions valorisant conjointement le beau (esthétique architecturale et urbanistique, qualité paysagère), le propre, l’aéré et le dégagé, l’ouvert et le clair, le calme, le paisible et le rassurant, mais aussi la verdure, le végétal, l’arboré… Au détriment, bien sûr, du laid et du sale, du fermé et du sombre, de l’oppressant et de l’étouffant, de l’agité, de l’agressif et du violent, du minéral… Ainsi se constituent des binômes langagiers de représentations, contrastés voire antagoniques, érigés en système de distinction des espaces, tantôt appréciés et attractifs, tantôt refusés et répulsifs. C’est entre ces deux ordres spatialisés que se dressent ce que j’appelle des murs invisibles.

53Dictées par cette idéologie, les représentations et les pratiques de l’espace urbain que privilégient les femmes obéissent aussi à la combinaison d’effets de distance (versus proximité) et de centralité (polarités et attraction exercées par certains lieux dans l’espace urbain). Ces derniers arguments (le proche, le central) viennent au secours d’une justification, à plus d’un égard suspecte, de certains interdits spatiaux à l’égard de l’éloigné, du périphérique et du marginal que s’imposent elles-mêmes les femmes… Preuve de leur incorporation sans faille, ou presque, de ce principe qu’elles affichent associant et fusionnant le beau, le propre, le rassurant, le proche, l’accessible, l’efficace… Soit également ce qui est central et regroupé dans un territoire limité, contrôlé et riche des ressources qu’elles convoitent. C’est en tout cas sur la base de ce nœud de valeurs que les femmes sélectionnent les espaces de leur ville pratiquée et vécue… La ville qu’elles se représentent de manière positive comme belle, propre, proche, attrayante, commode, sûre et protectrice. Soit aussi, j’insiste sur ce point, un espace urbain à la fois esthétique, sécurisé, hygiénique et à forte valeur d’usage. Tout se passe comme si les femmes soumises à la domination masculine et sociale devaient, par leurs pratiques des espaces urbains (cheminements, lieux et territoires fréquentés) se plier au jeu nécessaire de la recherche de l’efficacité maximale de leurs tâches. Comme s’il s’agissait pour elles, à l’aide des outils spatiaux de la centralité/agrégation des services et de la proximité qui réduit les coûts de temps, de rentabiliser au maximum, socialement (voire économiquement ?) leur travail domestique. Même si ce dernier, a priori et par définition, s’écarte de la sphère marchande pour se réfugier dans celle de l’affect, du sentiment, du non-marchand.

54On peut se demander si cette distinction de lieux positifs (comme les quais aujourd’hui), négatifs et neutres (ceux-ci ne suscitant guère d’envies ni de pratiques de la part des femmes) ne cache pas l’empreinte que pose sur la ville le pouvoir de la domination familiale ou ménagère, masculine si l’on veut.

55Le pouvoir de ces normes qu’elles subissent résulterait donc, en partie, d’une acceptation de la domination par les femmes. Elle proviendrait de leur soumission aux besoins, aux exigences de soins et d’amour de leur entourage. Cette obligation, cette astreinte, elles l’incorporeraient comme une chose naturelle, comme un devoir humain et social de portée universelle assigné aux femmes, plus largement à la catégorie de genre du ‘care’ … Un phénomène qui par conséquent les dépasse. Peut-on d’ailleurs encore parler de soumission, dans ces conditions ? Quoi qu’il en soit, cette situation des femmes reflète bien leur contrôle, dans la ville, par un ordre politique, économique et géographique qui, d’une certaine façon, les contraint, mais aussi qu’elles cautionnent et, souvent, qu’elles consolident… Quand elles ne volent pas à son secours. Ordre politique dans l’imposition et le succès duquel elles ne sont donc pas absentes. Ordre qui les canalise dans les espaces et les réseaux, sur les circuits urbains les plus efficaces et les plus sûrs, ramenés bien entendu à leur rang social… Mais un rang social que le contexte urbain tend à atténuer; en termes, tout au moins, d’accès aux ressources que recèlent les espaces publics et assimilés. Cette description qui ressort de mes analyses évoque bien les traits d’un enfermement des femmes (auto-enfermement, en partie ?) dans une sorte de cage urbaine plus ou moins dorée ou rouillée selon leur milieu social, les aléas de leur vie, leurs capitaux sociaux et leurs ressources.

56Bien sûr, cette situation qui paraît naturelle résulte d’un apprentissage social permanent de normes et de règles. Elle est donc de caractère disciplinaire. Dans une ville comme Bordeaux, les femmes sont ainsi sous le contrôle d’un ordre/pouvoir de type socio-familial et d’essence masculine. Il est relayé par le pouvoir politique, l’urbanisme, les transports publics, l’appareil commercial et de services, l’organisation/localisation des lieux de travail, de loisirs, etc. Cet ordre vise à tirer, en mobilisant le registre de leur sollicitude, le maximum de valeur (ou plutôt de plus-value au sens marxiste) du travail des femmes, rémunéré ou non. Une telle organisation qui rappelle, à plus d’un égard, le modèle (idéel et métaphorique plus que matériel) du panoptique de Bentham (Foucault, 1975), assure également le repos, le loisir, le divertissement des femmes : shopping, flânerie, spectacles, activités récréatives et sportives, lieux conviviaux de rencontre et de détente, etc. tels qu’on en trouve sur les quais de la Garonne. Cette organisation urbaine, cette spatialisation s’attachent à la reproduction de leur force de travail et de leur réserve de sollicitude.

57Ainsi, l’accent que mettent les femmes, dans leurs déclarations à propos de la ville idéale, sur le beau, le propre, l’aéré, le clair, etc., leur évite finalement d’aborder le thème de la sécurité. C’est que ce dernier suggérerait, a contrario, l’exposition à la violence et aux agressions que la société des familles et des ménages, à laquelle elles consacrent toute leur sollicitude, laisse néanmoins peser sur elles. Même si elles n’en parlent pas d’emblée, cette crainte pour leur sécurité personnelle perce toujours dans leur propos. Elles la dévoilent, parfois en s’en défendant, en se dévalorisant même (« je suis–peut-être–peureuse », « froussarde », « trouillarde ») au détour d’une confidence, à l’occasion d’un aveu.

58Les femmes établissent une relation forte entre le beau, le propre, le dégagé (versus encombré), le ravalement des façades et l’ouverture de perspectives urbaines laissées aux seuls piétons. Dans ces conditions, il n’est guère étonnant qu’elles rendent un vibrant hommage aux réalisations de l’urbanisme contemporain, celui de ces dernières années, à Bordeaux. On a pu en effet constater qu’elles adhèrent massivement à la transformation et à l’ouverture des quais aux piétons, aux cyclistes et autres rollers.

59L’analyse et l’interprétation de ces 57 entretiens m’ont conforté dans le sentiment que les représentations de l’espace urbain des personnes que nous avons interrogées subissent l’influence des valeurs sociales propres à leur contexte de vie, tant humain que géographique. Cette pression sociale située s’exerce d’autant plus fortement sur les femmes que leur dépendance et la domination qu’elles subissent, dans le cadre d’un couple ou d’une famille, sont fortes. À l’inverse, les femmes peuvent aussi se libérer de ces emprises et des déterminations ou des sujétions qui les accompagnent. Les plus instruites, les plus indépendantes sur le plan financier, les plus autonomes en termes affectifs, culturels, même chargées de responsabilités diverses, familiales et professionnelles, dirigent sur la ville un regard plus libre, moins craintif et moins brouillé par des préjugés que les autres. Elles s’avèrent, globalement, plus capables d’initiative.

60Bref, je l’ai dit, le beau, le clair, l’ouvert et le propre s’installent comme autant de métaphores d’un espace attractif et sécurisé. Les femmes y évoluent à leur aise, sans connaître cette « situation d’alarme » permanente qu’elles doivent trop souvent affronter et supporter dans les espaces non soumis au contrôle de la centralité urbaine.

61Les espaces que les femmes rejettent et refusent, à l’opposé, s’inscrivent dans les aires urbaines où fléchit le contrôle social, idéologique et politique imposé par le genre, celui de la domination protectrice. Même si le versant masculin et dominant du genre a besoin du justificatif de ces espaces « dangereux » pour faire démonstration de l’utilité sociale du pouvoir qu’il recèle et qu’il exerce. Ce sont en tout cas des espaces (c’est là leur seul véritable point commun) où, derrière l’alibi évoqué du sale et du laid, pointent en fait des lieux et des territoires à forte connotation sexuelle. Qu’il s’agisse de son affichage criard, à Bordeaux, autour de la gare et de ses « quartiers de plaisirs ». Qu’il soit question de sa présence plus sournoise, plus invisible, mais redoutée comme une sourde menace, dans les zones isolées, d’accès malaisé et confus où l’inconnu, le marginal, l’étranger peut toujours se tapir (Mériadeck par exemple)… Qu’il s’agisse, au contraire, d’endroits où le sexe est simplement suggéré, de façon plus discrète, à travers le prisme du corps « hypersexué » de ces hommes jeunes, provocateurs et réputés potentiellement dangereux des cités et « quartiers d’exil » du nord de la ville. Dans ces différentes situations où les murs invisibles se dressent pour une majorité de femmes (valeur ou occurrence globale de genre ?), la sexuation masculine triviale de l’espace, le fait surtout qu’elle risque d’échapper au contrôle social, deviennent facteurs d’angoisse pour nombre de femmes.

62Ces dernières n’en produisent pas moins leurs espaces, lieux, territoires et réseaux dans la ville, leur conférant même quelques-uns de leurs traits les plus originaux et les plus remarquables.

Bibliographie

Références bibliographiques

Bard Christine (dir.), 2004, Le Genre des territoires : féminin, masculin, neutre, Angers, Presses de l’Université d’Angers.

Bourdieu Pierre, 1979, La Distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Éditions de Minuit.

Bourdieu Pierre, 1980, Le Sens pratique, Paris, Éditions de Minuit.

Brugère Fabienne, 2008, Le Sexe de la sollicitude, Paris, Le Seuil.

Coutras Jacqueline, 1996, Crise urbaine et espaces sexués, Paris, Armand Colin.

Debarbieux Bernard, 1995, « Le lieu, le territoire et trois figures de rhétorique », Espace géographique, vol. 24, no 2, p. 97-112.

Denèfle Sylvette (dir.), 2004, Femmes et villes, Tours, Maison des Sciences de l’Homme « Villes et Teritoires », Presses Universitaires François-Rabelais.

Foucault Michel, 1975, Surveiller et punir. Naissance de la prison, Paris, Gallimard.

Goffman Erving, 2002 [1977], L’Arrangement des sexes, Paris, La Dispute.

Guillaumin Colette, 1992, Sexe, race et pratique du pouvoir, Paris, Côté-femmes.

Hainard François, Verschuur Christine, 2006, Des brèches dans la ville. Organisations urbaines, environnement et transformations des rapports de genre, Berne, Institut Universitaire d’Études du Développement de Genève.

Héritier Françoise, 1996, Masculin/Féminin. 1. La Pensée de la différence, Paris, Odile Jacob.

Héritier Françoise, 2002, Masculin/Féminin. 2. Dissoudre la hiérarchie, Paris, Odile Jacob.

Khellil Mohand (dir.), 2006, Genre et rapports sociaux de sexe. Les enjeux contemporains de la recherche, Montpellier, Presses universitaires de la Méditerranée.

Lefebvre Henri, 1968, Le Droit à la ville, Paris, Anthropos.

Maffesoli Michel, 1988, Le Temps des tribus. Le déclin de l’individualisme dans les sociétés postmodernes, Paris, Méridiens Klincksieck.

Raibaud Yves, 2008, « Le Genre et le Sexe comme objets géographiques », Cahiers ADES, no 2, Sexe de l’espace, sexe dans l’espace, p. 97-106.

Varikas Eleni, 2006, Penser le sexe et le genre, Paris, PUF.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search