Version classiqueVersion mobile

Genre et Construction de la Géographie

 | 
Yves Raibaud
, 
Kamala Marius

Première Partie. Quand le genre désoriente

Je ne suis pas là

La performance des lieux par la désorientation1

Marcella Schmidt di Friedberg

Texte intégral

  • 1 Je remercie Danièle Laplace-Treyture pour la consultation linguistique.
  • 2 Même la conservatrice Camilla Bembow, citée comme reférence incontournable par le self-help book de (...)

1Dans le cadre d’un projet de recherche sur la désorientation spatiale, je vais m’attacher ici à la dynamique du genre dans l’orientation et la désorientation, ses raisons et ses mécanismes (Schmidt di Friedberg, 2007). Bien que le titre de cette communication soit centré sur la notion de performance et, implicitement sur la non-representational theory, je ne chercherai pas ici à présenter une théorie de la performance. Je proposerai plutôt à une revue critique des interprétations du phénomène de l’orientation humaine et inhumaine, aussi bien au sens physique que métaphorique, tout en visant à l’intégrer à la réflexion actuelle concernant les gender studies. Depuis la fin du xixe siècle de nombreuses études (Darwin, 1873, Binet, 1894, van Gennep, 1909, Cornetz, 1909, Jaccard, 1932, etc.) ont essayé d’explorer la question de façon systématique, cherchant à comprendre les ressorts de l’orientation chez les êtres humains et non humains, notamment les moyens qui sont les siens et son caractère (éventuellement) instinctif. Plus récemment, et bien que l’examen de milliers d’études sur le terrain et en laboratoire (Gilmartin, Patton, 1984, Montello et al., 1999, Zinser, Palm, Miller, 2004, etc.) n’arrive pas à établir une supériorité masculine manifeste du point de vue des capacités spatiales ou scientifiques2, une vaste littérature, inspirée principalement de la psychologie et de la neurobiologie, s’est attachée à étudier et à « prouver scientifiquement » la croyance populaire selon laquelle « les femmes ne savent pas lire les cartes », semblent avoir plus de difficultés dans l’orientation lorsqu’elles conduisent et se perdent plus facilement que les hommes : « Don’t ask geographically challenged women to navigate. Reading maps and understanding where you are relies on spatial ability. Brain scans show that spatial ability is strong in males but poor in females. It’s a male hunting skill » (Pease, Pease, 1999, p. 63).

2Dans le paragraphe intitulé « Women don’t have good spatial skills because they evolved chasing little else besides men » Pease & Pease affirment que : « There are thousands of documented scientific studies that confirm male superiority in spatial skills » (Pease, Pease, 2001, p. 110). Dans la littérature spécialisée on peut lire ici et là : « Virtually all genuinely spatial tasks show a significant and substantial male advantage » (Mc Burney, Gaulin, Devineni, Adams, 1997, p. 165) ; « The existence of gender differences in favour of males in spatial abilities has been clearly established » (Voyer, Nolan, Voyer, 2000, p. 1) ; Doreen Kimura ajoute :

Scientific evidence for consistent differences in cognitive function between men and women has accumulated for well over 50 years. […] A solid body of research, carried out primarily in North America and Western Europe, has established that men, on average, excel on spatial tasks […], perception of the vertical and horizontal, mathematical reasoning, and spatio/motor targeting ability. Women, on average, excel on tasks of verbal fluency […], perceptual speed, verbal and item memory, and some fine motor skills. (Kimura, 1998, p. 155)

3Les origines de la différence seraient imputables à la latéralisation cérébrale, au patrimoine génétique, aux hormones sexuelles, et à la dimension de l’hippocampe, la structure du cerveau associée aux processus spatiaux. Selon la théorie des « deux cerveaux » le comportement des femmes serait plus influencé par l’hémisphère gauche, à savoir celui du langage, celui des hommes par l’hémisphère droit, c’est-à-dire vidéo spatiale (Gilmartin, Patton, 1984).

4Par ailleurs, on peut mentionner les différentes expériences de socialisation et d’identification des rôles entre les sexes (Voyer, Nolan, Voyer, 2000). On trouve, semble-t-il également, des différences de genre dans les stratégies d’orientation : les femmes paraissent suivre un parcours basé sur des points de repère précis, tandis que les hommes préfèrent des points de référence globaux, tels que les directions cardinales :

Men were found to be more likely than women to report using an orientation strategy of way finding, wherein one’s own position is tracked in relation to geographical reference points. Women were more likely than men to report using route strategy, with the focus on learning the features of a specific route, particularly those features where a change in direction is required (Lawton, 1994, p. 772)

5Les capacités masculines au regard des tâches spatiales semblent, de toute façon, plus performantes que celles des femmes.

6Si « la recherche suggère que les hommes dépassent les femmes dans une série de tâches de perception de l’espace » (Zinser, Palmer, Miller, 2004, p. 661), comment mettre en relation cette différence d’habileté avec le champ géographique ? Face à la « sagesse populaire » prêchée par Pease & Pease, Claire Hancock demande polémiquement :

Ces femmes qui insistent pour faire de la géographie vont contre la nature, s’aventurent dans un domaine que biologiquement elles ne sont pas équipées pour aborder ? Il semble plutôt que c’est la construction même de ses méthodes et concepts-clé qui fait de la géographie un “territoire” masculin dans lequel les femmes peinent à se faire une place. (Hancock, 2004, p. 167)

7La dynamique du genre dans la perception de l’espace se traduit en une logique d’exclusion, comme l’explique Luce Irigaray : « It’s not that we have a territory of our own but their fatherland, family, home discourse, imprison us in enclosed spaces where we cannot keep on moving, living as ourselves » (Irigaray, 1985, p. 212). L’exclusion spatiale fait partie, en général, d’un processus qui concerne historiquement l’institution des universités et de la science moderne : « the establishment of those places was bound up with the distinction of gender and the exclusion of women » (Massey, 2005, p. 144).

8Les facteurs culturels et sociaux affecteraient, en plus, de manière significative la perception de l’espace. Le rapport entre espace et femmes est central dans l’analyse de Shirley Ardener qui remarque combien les personnes et les objets définissant et influençant l’espace où ils sont situés sont, à leur tour, influencés par ce dernier (comme les pions d’un échiquier). L’espace, comme le genre, devient ainsi, une catégorie ordonnatrice :

When dimension or location are introduced we assert a correspondence between the so-called ‘real’ physical world and its ‘social reality’. […] Measurements, and what is measured, for instance, are neither totally imperative nor just random ; choice enters ‘reality’. Societies have generated their own rules, culturally determined, for making boundaries, and have divided the social into spheres, levels and territories. (Ardener, 1981, p. 1-2)

  • 3 La peur reste encore une limite au mouvement très puissant pour tous genre de différence : « The hu (...)

9Les femmes montrèrent, en outre, plus d’anxiété vis-à-vis du fait de s’orienter, une crainte plus forte des espaces ouverts et une angoisse de se perdre : « en partie parce qu’elles se sentiraient plus exposées au risque d’être violées, au harcèlement et plus susceptibles d’être agressées dans des lieux inconnus » (Zinser, Palmer, Miller, 2004, p. 664). On entre ici dans la géographie des émotions et de la peur3 (Valentine, 1989, Pain, 1991, Davidson, 2003, Davidson, Smith, Bondi, 2005, Smith, 2009) et dans le emotional turn des sciences sociales (Bondi, 2005), voir, par exemple, l’analyse phénoménologique de l’agoraphobie par Joyce Davidson (2003).

10La crainte de la violence déclenche davantage de comportements protecteurs, visant à restreindre l’expérience spatiale des filles plutôt que celle des garçons, davantage encouragés aux jeux de mouvement et à la pratique des sports. Dès l’enfance, la relation entre le genre et l’espace est aussi évidente à travers les jouets, ceux étiquetés « pour les filles » par opposition à ceux « pour les garçons » (petites voitures et tricycles d’un côté, cuisines jouet et poupées de l’autre) (Gilmartin, Patton, 1984). L’action de se perdre, en plus d’être considérée comme une caractéristique négative, la démonstration, encore une fois, de la prétendue « infériorité des femmes », est chargée également d’une valeur morale : la femme « perdue » doit être exclue de la société des « jeunes filles rangées » pour son comportement immoral, elle « prend un mauvais chemin », devient une « femme publique », et récupère ainsi un nouveau rapport avec l’espace extérieur et l’orientation. La division de l’espace selon une logique hétéro normative, en particulier dans les lieux de pouvoir, débouche également sur l’exclusion de sexual others qui se trouvent ainsi out of place (Hemmings, 2002, Hubbard, 2008). La tentative pour expliquer « scientifiquement » la « différence » par la génétique des paramètres biologiques est profondément ancrée dans la grille d’opposition binaire (masculin/féminin, corps/âme, émotion/raison) qui a dominé le rationalisme occidental : « On retrouve ici ce virus de l’essence qui est au fond de toute mythologie bourgeoise de l’homme (ce pour quoi nous la rencontrons si souvent) » (Barthes, 1957, p. 114). Ce dualisme se reflète dans les connaissances géographiques et scientifiques : « Si la logique d’opposition binaire entre le “réel” et le “faux” est parallèle à celle de “l’homme” et de la “femme”, alors nous pouvons dire que la connaissance géographique “réelle” est basée sur un discours hautement phallocentrique » (Bondi, Domosh, 2001, p. 224).

11La logique du dualisme a besoin d’une « normalité » normative et hiérarchique, semblable pour tous, clairement fixée par des limites précises. La diversité se manifeste par la distance des corps à cette normalité » La règle qui ressort satisfait aux attentes du système phallocentrique, tous montrant un corps docile, reproductif, blanc, hétérosexuel, et normalement construit » (Braidotti, 1996, p. 11). L’opposition binaire entre « l’homme » et la « femme » est conçue comme un mécanisme qui contribue à construire et à légitimer la différence entre les genres : il n’est, quand même ni naturel ni nécessaire et a, en plus, tendance à cacher la diversité considérable qui existe entre les hommes et entre les femmes » (Bondi, Domosh, 2001). Le même sujet homme/femme : « n’est pas une essence monolithique, définie une fois pour toutes, mais plutôt le lieu des expériences multiples, complexes et parfois contradictoires, un lieu défini par le chevauchement des variables comme la classe sociale, la race, l’âge, le mode de vie, les préférences sexuelles et ainsi de suite » (Braidotti, 2002, p. 13). Le concept d’« orientation sexuelle » s’étend alors aux thèmes de la transgression et de la transformation spatiales, en montrant par des individus transgenre et intersexués que le monde : « does not neatly divide into male/female (or black and white, young/old, able-bodied/disable etc.) » (Hubbard, 2008, p. 4). Dans la réflexion sur la désorientation, l’image du flâneur, traditionnellement assimilé à un homme se fractionne : « Is the flâneur a transvestite ? Can she/he be a cross-dressed lesbian ? It’s possible the flâneur is a borderline case […] of potential, indeterminate sexually, trapped in transliteration, caught in desire ? » (Munt, 1995, p. 117).

12La « différence », toute espèce de différence, dépend-elle de la « nature » ou de la « culture » ? La controverse nature-nurture, en référence aux capacités spatiales, est le point de départ de tout le débat sur la relation entre le genre et l’orientation. On rencontre ici la fameuse théorie des « chasseurs-cueilleuses », où se mêlent des explications souvent contradictoires, fondées sur le stéréotype des capacités « naturelles », héritées de nos ancêtres, et sur une vision essentialiste de la différence sexuelle : « Within ancestral environments females mainly specialized in gathering activities and males in hunting » (Ecuyer-Dab, Robert, 2004, p. 11). Pour s’orienter pendant la chasse, les hommes auraient utilisé des coordonnés spatiales et la géométrie euclidienne (Galea, Kimura, 1993, Eals, Silverman, 1994). Des études en laboratoire sur des espèces de rongeurs et des primates montrent un modèle de sélection sexuelle basé sur un rayon d’action plus large pour les mâles en quête de femelles et de nourriture (Gaulin, Fitzgerald, 1989) et sur la dimension de l’hippocampe. Les caractéristiques anatomiques, comme la présence d’une masse musculaire massive, un comportement agressif et la concurrence entre les mâles, auraient avantagé, comme pour d’autres espèces d’animaux, les fonctions de reproduction visant à assurer l’amélioration de l’espèce et l’adaptation aux différents rôles. Selon Écuyer Dab et Robert les hormones auraient également un rôle important « in curbing female travelling », avec l’intéressante conclusion : « Even in a modern city of North America, we found that the home range travelled through daily professional and/or personal purposes was larger in men than in women » (Ecuyer-Dab, Robert, 2004, p. 23). Il serait intéressant, d’autre part, de réfléchir sur la légitimation des modèles d’organisation sociale et politique (la domination masculine, l’instinct maternel, l’oppression des faibles) par le comportement des animaux (dans ce cas primates, mais aussi rongeurs) et des protohominidés : « Ceux qui prétendent, sur la base du respect des différences “naturelles”, justifier les inégalités entre les genres sont aussi ceux qui, sur la base des prédispositions différentes des individus, cherchent à légitimer une société régie par le droit du plus fort » (Staszak, 2005, p. 15).

13A-t-il encore un sens la recherché d’une notre supposée naturalité-animalité et comment la concevoir dans le monde technologique contemporain ? Nouvelles interprétations des notions d’environnement, de nature, d’humain et d’artificiel sont centrales dans le récent « bodily turn » des sciences sociales (Agamben, 2001, Whatmore, 2002, Thrift, 2008, etc.). La Non Representational Theory (NRT/théorie non représentationnelle) : « emphasizes the flow of practices in everyday life as embodied, as caught up with and committed to the creation of affect, as contextual, and as inevitably technologized through language and objects » (Thrift, Dewesbury, 2000, p. 415). L’environnement devient ainsi une extension de l’esprit et vice versa, voir le cas de la désorientation des malades d’Alzheimer (Clark, 1997). La NRT (ou plus-que-représentationnelle, selon Lorimer, 2005) cherche à comprendre et à travailler avec le concept de ‘animality of bare life (Thrift, 2008, p. 22) et : « to cope with our self evidently more-thanhuman, more-than-textual multisensual world » (Lorimer, 2005, p. 83). C’est l’essence même de notre corps et d’une supposée « naturalité » de notre vie qui est en discussion. Selon Thrift : « The human sensorium is constantly being re-invented as the body continually adds parts in to itself » (Thrift, 2008, p. 2), on doit apprendre à intégrer de nouvelles habitudes et formes d’anxiété. La réflexion sur la conception de l’espace et du temps est centrale dans la NRT : « NRT is anchored in an irreducible ontology in which the world is made up of billions of happy or unhappy encounters […] consisting of multitudinous paths which intersect » (Thrift, 1999, p. 302). Dans le contexte d’un monde technologique, le processus de standardisation de l’espace et du temps, commencé dans le XVIII et XIX, est soutenu à présent par des prothèses artificielles, comme les GPS et les SIG : « A series of prostheses which routinely offer cognitive assistance and which do much of the work of navigation automatically » (Thrift, 2008, p. 99). Posséder le sens de l’orientation devient alors inutile et se déplacer devient plus simple : « the sens of direction will become a given. It will no longer be something that has to be considered » (Thrift, 2008, p. 105). En même temps, sur la toile de fond de la technologie et de l’élaboration de millions de données numériques, on conçoit de nouvelles formes de mouvement et d’espace ainsi que de nouvelles formes d’appréhension de ces derniers.

14L’origine de la différence reste liée, en grande partie, aux explications positivistes et pseudo-scientifiques qui proviennent d’une origine mythique, identique pour tous : « On ne doit pas comprendre le corps comme une catégorie biologique ou sociologique, mais [...] comme une superposition du physique, du symbolique et du sociologique » (Braidotti, 2002, p. 78). Féminisme et postmodernisme partagent une déconstruction critique de la carte et des atlas, considérés comme des instruments de pouvoir et de transmission de la « science objective » : « If there are no fixed points then where is here ? » (Massey, 2005, p. 139), se demande Doreen Massey. La capacité de lire les cartes implique, toutefois, l’acceptation d’une règle et d’un principe normatif : « It is possible that map reading as an activity taps the vestiges of male-characteristic cognitive tendencies expressed in the historic conventions associated with map design and use ? » (Allen, 2000, p. 17). La cartographie devient un point de vue arbitraire, et selon Harley, « un instrument de discrimination » (Harley, 2001, p. 245). La désorientation peut être comprise, donc, comme un moyen de résistance, pour nous perdre, cependant nous devons être capables de « penser sans balustrades », comme Hannah Arendt nous l’enseigne.

15L’orientation selon la cartographie officielle est basée sur une visualisation rationelle de l’espace, sur une sélection précise d’objectifs, d’horaires, sur des directions et des limites exactes : la disposition à se perdre, pourrait aussi bien être interprétée, à partir d’un point de vue « nomadologique » (Braidotti, 2002), comme une relation différente et plus libre avec notre corps et avec un espace de « loose ends and missing links » (Massey, 2005, p. 12). D’un point de vue méthodologique on retrouve ici la notion de performance, un motif central à toutes les sciences humaines actuelles. Pour Judith Butler : « Gender is always a doing » (Butler, 1993, p. 33) et l’idée de performance : « emphasise the indeterminacy and the ambiguity of the construction of the subject without lapsing into a voluntarist model of agency » (Thrift, Dewesbury, 2000, p. 413). Dans le processus infini de practicing/performing space/place, selon Gillian Rose : « discourse, fantasy and the bodily are three critical elements » (Rose, 1999, p. 246). La notion de spatialité apparaît toujours comme étant relationnelle (Rose, 1999, p. 247) et l’espace est conçu comme : « extraordinary convoluted, multiply, overlaid, paradoxically pleated, folded, broken and, sometimes, absent » (Rose, 1999, p. 247). La performance permet, en outre, la transition d’une : « science of discursive meaning to— through the use of the full range of senses— an art of evocation » (Thrift, Dewesbury, 2000, p. 427).

16La performance des lieux à travers la désorientation pourrait produire une perception plus imaginative de là où nous sommes, de même que la conscience que les cartes mentent toujours et qu’un lieu « vrai » : « It is not down in any map ; true places never are » (Melville, 1981, p. 60). La certitude exacte du laboratoire laisse alors place à la puissante métaphore du labyrinthe : « on notera que le labyrinthe constitue une métaphore particulièrement riche pour rendre compte des problèmes posés par l’observation et l’explication du monde » (Raffestin, 1996, p. 120-21). Le labyrinthe où Ariane, elle seule, peut trouver la sortie en utilisant un instrument traditionnellement « féminin », une pelote de fil. Ariane devient ainsi un « sujet nomade » douée d’« une passion politique pour le changement et la transformation » (Braidotti, 2002, p. 14). Mais pour Ariane l’intellectuelle féministe : « The construction of partial and situated knowledge from a critical position will not be an easy task » (Mc Dowell, 1992, p. 413). Simone de Beauvoir écrit :

Séparée d’autrui, je n’avais plus de lien avec ce monde. Il devenait un spectacle qui ne me concernait pas. Par moments, je perdais tout à fait le sens de la réalité : les rues, les autos, les passants n’étaient qu’un défilé d’apparences parmi lesquelles flottait une présence sans nom. […] la distance n’est pas très grande entre une solitude tenace et la folie. J’avais bien raison de m’égarer. Depuis deux ans je me débattais dans un traquenard, sans trouver l’issue ; je me cognais sans cesse à d’invisibles obstacles : ça finissait par me donner le vertige. (De Beauvoir, 1958, p. 340)

17Il est nécessaire de penser et de concevoir une nouvelle cartographie et de savoir en lire et en interpréter les signes selon : « une réflexion qui dissout complètement l’idée d’un centre et toute conception d’un lieu d’origine, d’une identité authentique ou du droit chemin pour y arriver » (Braidotti, 2002, p. 16). Les cartes nomades doivent être constamment redessinées et : « ne tolèrent ni la fixité ni la conquête rapace. Le nomade a un sens aigu du territoire, sans pour autant aboutir à la possessivité » (Braidotti, 2002, p. 57). La métaphore du labyrinthe, un labyrinthe « rhizomatique », complètement ouvert, toujours parcourable, acentrique, non hiérarchique (Deleuze, Guattari, 2003), prend l’apparence d’une stratégie cartographique pour nous conduire à travers les complexités de la réalité contemporaine : « en tant qu’intellectuelles féministes, on peut nous considérer comme voyageant vers des pays hostiles, armées de cartes que nous avons faites par nous-mêmes, prêtes à suivre des voies qui se manifestent souvent seulement à nos yeux, mais en retour, que nous pouvons réciter » (Braidotti, 2002, p. 124).

Bibliographie

Bibliographie

Agamben Giorgio, 2001, The Open : Man and Animal, Stanford, Stanford University Press.

Allen Gary L., 2000, “Men and Women, Maps and Minds Cognitive bases of sex-related differences in reading and interpreting maps”, in Ó Nualláin Seán (Ed.), Spatial Cognition : Foundations and Applications, Amsterdam, John Benjamins, p. 3-18.

Ardener Shirley (Ed.), 1981, Women and Space : Ground Rules and Social Maps, London, Croom Helm.

Barthes Roland, 1957, Mythologies, Paris, Le Seuil.

Binet M. Alfred, 1894, “Reverse Illusions of Orientation”, The Psychological Review, vol. I, n. 4, p. 337-350.

Bondi Liz, Domosh Mona, 2001, “Other figures in other places”, in Minca Claudio (a cura di), Introduzione alla geografia postmoderna, Padova, CEDAM, p. 215-235.

Bondi Liz, 2005, Making Connections and Thinking Through Emotions : Between Geography and Psychotherapy, School of GeoSciences, Institute of Geography Online Paper Series : GEO-004, The University of Edimburgh.

Braidotti Rosi, 1996, Madri, mostri e macchine, Manifestolibri, Roma.

Braidotti Rosi, 2002, Nuovi soggetti nomadi, Roma, Sossella.

Butler Judith, 1993, Bodies that Matter : on the Discursive Limits of “Sex”, London, Routledge.

Clark Andy, 1997, Being There : Putting Brain, Body and World Together, Cambridge, MIT Press.

Cornetz V., 1909, « Observations sur le sens de l’orientation chez l’homme », La Revue des Idées, n. 67, p. 60-65.

Darwin Charles, « Origin of Certain Instincts », Nature, n. 179, vol. III, p. 417-418.

Davidson Joyce, 2003, Phobic Geographies. The Phenomenology and Spatiality of Identity, Aldershot, Ashgate.

Davidson Joyce, Smith Mick, Bondi Liz (Eds.), 2005, Emotional Geographies, Aldershot, Ashgate.

De Beauvoir Simone, 1958, Mémoires d’une jeune fille rangée, Paris, Gallimard.

Deleuze Gilles, Guattari Félix, 2003, Mille piani. Capitalismo e schizofrenia, Roma, Castelvecchi.

Eals Marion, Silverman Irwin, 1994, “The hunter-gather theory of spatial sex differences : Proximate factors mediating the female advantage in recall of object arrays”, Ethnology and Sociobiology, n. 15, p. 95-105.

Ecuyer-Dab Isabelle, Robert Michèle, Apr. 2004, “Have sex differences in spatial ability evolved from male competition for mating and female concern for survival ?”, Cognition, vol. 91 n. 3, p. 221-257.

Galea Liisa A. M., Kimura Doreen, 1993, “Sex differences in route learning”, Personality and Individual differences, 14, pp. 53-65.

Gaulin Steven J. C., Fitzgerald Randall W., 1989, “Sex differences in spatial ability : an evolutionary hypothesis and test”, American Naturalist, 127, p. 74-88.

Gilmartin Patricia P., Patton Jeffrey C., 1984, “Comparing the Sexes on Spatial Abilities : Map-Use Skills”, Annals of the Association of American Geographers, n. 74, 4, p. 605-619.

Halpern Diane F., Benbow Camilla P., Geary David C., Gur Ruben C., Hyde Janet Shibley, Gernsbacher Morton Ann, 2007, “The Science of Sex Differences in Science and Mathematics”, Psychological Science in the Public Interest, 8, 1, p. 1-51.

Hancock Claire, 2004, « L’idéologie du territoire en géographie : incursions féminines dans une discipline masculiniste » in Bard Christine (a cura di), Le Genre des territoires : masculin, féminin, neutre, Angers, PUA, p. 167-176.

Harley Brian, 2001, “Deconstructing the map”, in Minca Claudio (a cura di), Introduzione alla geografia postmoderna, Padova, CEDAM, p. 237-258.

Hemmings Claire, 2002, Bisexual Spaces : a Geography of Sexuality and Gender, London, Routledge.

Hubbard Phil, 2008, Here, there, everywhere : the Ubiquitous Geographies of Heteronormativity, https://dspace.lboro,ac.uk/ Irigaray Luce, Porter Burck, Burke Catherine, Burke Carolyn, 1985, This Sex which is not One, Cornell University Press.

Jaccard Pierre, 1932, Le Sens de la direction et l’orientation lointaine chez l’homme, Paris, Payot.

Kimura Doreen, 1998, “Sex, sexual orientation and sex hormones influence human cognitive functions”, in Squire Larry R., Kosslyn Stephen M., Findings and Current Opinion in Cognitive Neuroscience, Cambridge, The MIT Press, p. 155-160.

Lawton Carol A., 1994, “Gender differences in way-finding strategies : relationship to spatial ability and spatial anxiety”, Sex Roles, 30, pp. 765-779.

Lorimer Hayden, 2002, The Busyness of being “more-than-representational” : some Recent Work in Cultural Geography, online paper, Department of Geography and Geomatics, University of Glasgow, http://web.geog.gla.ac.uk/olpapers/hlorimer003.pdf

Massey Doreen, 2005, For Space, London, Sage.

Massey Doreen, Allen John, Sarre Philip (Eds.), 1999, Human Geography Today, Cambridge, Polity Press.

Mc Burney Donald H., Gaulin Steven J. C., Devineni Trishul, Adams Christine, 1997, “Superior Spatial Memory of Women : Stronger Evidence for the Gathering Hypothesis”, Evolutions and Human Behaviour, 18, p. 165-174.

Mc Dowell Linda, 1992, “Doing Gender : Feminism and Research Methods in Human Geography”, Transactions of the Institute of British Geographers, New Series, Vol. 17, No. 4, p. 399-416.

Melville Herman, 1981, Moby Dick, New York, Bantam Books.

Montello Daniel R., Lovelace Kristin L., Golledge Reginald G., Self Carole M., 1999, “Sex – Related Differences and Similarities in Geographic and Environmental Spatial Abilities”, Annals of the Association of American Geographers, 89, 3, p. 515-534.

Munt Sally, 1995, “The Lesbian Flâneur”, in Bell David, Valentine Gill, Mapping Desire, London, Routledge, p. 114-125.

Pain Rachel, “Space, sexual violence and social control”, Progress in Human Geography, 15, p. 415-431.

Pease Allan, Pease Barbara, 1999, Why Men don’t Listen and Women can’t Read Maps, London, Orion.

Pease Allan, Pease Barbara, 2001, Why Women can’t Read Maps… and won’t Stop Talking”, Mona Vale, Pease Training International.

Raffestin Claude, 1996, « Le Labyrinthe du monde », Cahiers Vilfredo Pareto : Revue européenne des sciences sociales, Tome XXXIV, n. 104, p. 111-124.

Rose Gillian, 1999, « Performing Space », in Massey Doreen, Allen John, Sarre Philip (Eds.), Human Geography Today, p. 247-259.

Schmidt di Friedberg Marcella, 2007, “Poco importa sapere per dove devi andare” : il (dis)orientamento e le donne, Geotema, 33, p. 27-33.

Smith Mick, Davidson Joyce, Cameron Laura, Bondi Liz (ed.), 2009, Emotion, Place and Culture, Aldershot, Ashgate.

Staszak Jean-François, 2005, « Vos problèmes de couple expliqués par la géographie. Genre et espace dans quelques best-sellers », Géographie et cultures, n. 54, p. 11-29.

Thrift Nigel, 1999, “Steps towards an Ecology of place”, in Massey Doreen, Allen John, Sarre Philip (Eds.), Human Geography Today, p. 295-322.

Thrift Nigel, 2008, Non-Representational Theory. Space, Politics, Affect, London, Routledge.

Thrift Nigel, Dewsbury John-David, 2000, “Dead Geographies – and how to make them live”, Environment and Planning D : Society and Space, 18, p. 411-432.

Valentine Gill, “The geography of women’s fear”, Area, 21, p. 385-390.

Van Gennep Arnold, 1909, « Du sens d’orientation chez l’homme », La Revue des Idées, n. 70, p. 290-301.

Voyer Daniel, Nolan Carla, Voyer Susan, 2000, “The Relation Between Experience And Spatial Performance in Men and Women – Statistical Data Included”, Sex Roles, December, Vol. 43, n. 11-12, p. 891-915.

Whatmore Sarah, 2002, Hybrid Geographies, London, Sage.

Zinser Otto, Palmer Debra L., Miller Christy R., December 2004, “Site Distance, Gender, and Knowledge of Geographic Sites”, Sex Roles, Vol. 51, n. 11-12, p. 661-686.

Notes

1 Je remercie Danièle Laplace-Treyture pour la consultation linguistique.

2 Même la conservatrice Camilla Bembow, citée comme reférence incontournable par le self-help book de Pease and Pease, convient finalement : « There is no single factor by itself that has been shown to determine sex differences in science and math » (Halpern, Benbow et al., 2007, p. 41).

3 La peur reste encore une limite au mouvement très puissant pour tous genre de différence : « The humiliation comes in acknowledging that my butch drag is not black enough, not leather enough, to hide my fear » (Munt, 1995, p. 115).

Auteur

Géographe, Université de Milan, Italie.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search