Version classiqueVersion mobile

Genre et Construction de la Géographie

 | 
Yves Raibaud
, 
Kamala Marius

Préface

Guy Di Méo

Texte intégral

1Dans le registre des sciences humaines et sociales, depuis deux ou trois décennies, les travaux consacrés aux rapports masculin/féminin ont connu une incontestable percée, même si, en France, elle fut plus longue à se dessiner que dans les universités anglophones. Cette légitimité scientifique, nouvellement acquise, mit donc du temps à se constituer. Il reste encore beaucoup de retard à rattraper dans ce domaine, tant la domination masculine, les effets du genre et les inégalités tenant au sexe furent longtemps ignorés par la recherche.

2En géographie, cette timidité de ce qu’il est aujourd’hui commun de nommer les « études de genre » fut encore plus marquée que dans le cercle des autres sciences sociales. En effet, en dehors de quelques travaux pionniers comme ceux de Jacqueline Coutras, l’inventaire des études scientifiques est vite fait pour tout ce qui précède l’aube des années 2000. Pour la géographie, y compris sociale, qui mit l’accent, tout au long de la seconde moitié du xxe siècle, sur le rôle explicatif des effets de lieu, de classe, de culture, de mobilité, trois raisons de ce retard, voire de cette longue absence des études de genre peuvent être alléguées.

3La première, peut-être la principale ( ?), tient sans doute au « biais masculiniste » de la discipline dont parle Claire Hancock. De fait, la géographie fut très longtemps une discipline exercée par des hommes qui cultivaient une certaine rudesse : celle de l’expérience quasi aventureuse et exploratrice du « terrain ». Cette discipline, on n’en sera pas trop surpris, semblait attirer assez peu les femmes dont on proclamait d’ailleurs qu’elles n’ont guère le « sens de la géographie ». Notons que cette hypothèse d’un comportement spatial des femmes différent de celui des hommes, quand il ne s’agit pas du préjugé de leur infériorité spécifique à s’orienter ou à se diriger dans les dédales spatiaux, se retrouve dans pas mal de travaux scientifiques portant, en particulier, sur la cognition. Ces derniers ne concluent plus, toutefois, sur une différenciation constitutionnelle ou essentialiste des femmes et des hommes, mais plutôt sur des expériences distinctes de l’espace, tenant à des conditions sociales d’existence elles-mêmes dissemblables.

4À propos des deux autres raisons, j’arguerai d’abord, paraphrasant en cela Erwin Goffman, que ce qui faussa durablement l’optique des chercheurs, particulièrement des géographes très majoritairement mâles, c’est que femmes et hommes vivent dans « un type de relations bien particulières, entre ségrégation et indifférenciation, (à la fois) ensemble et séparés ». C’est cette habitude de considérer comme la norme cette vie « ensemble et séparés » des deux sexes, dans un état de pseudo coprésence sinon de confusion, qui brouilla sans doute le fameux « regard éloigné » des chercheur. e. s. Elle les amena presque toujours à appréhender les sociétés localisées comme des totalités organiques, quasi écologiques, dont les impacts spatialisés traduiraient la résultante d’une action collective, sexuellement indistincte. Soit une manière comme une autre, délibérée ou pas, de masquer les rapports de domination que décrit le genre.

5À la décharge (partielle) du géographe, j’admettrai ensuite, comme le souligne Christine Bard, que « la frontière qui matérialise la séparation des sexes est discrète (particulièrement dans une ville de l’Europe, convenons-en). N’est-elle pas, aussi, indicible dans notre culture qui fait rimer mixité avec liberté, égalité, fraternité ? » s’interroge, fort à propos, cette auteure. De fait, la société française, comme les autres sociétés occidentales contemporaines, semble bel et bien reposer sur un principe de mixité sexuelle dans l’espace. Aucun lieu ne paraît vraiment inaccessible aux femmes. D’où (peut-être ?) ce sentiment assez répandu de déterritorialisation du genre. De plus, pour la France républicaine qui ne tient compte que de l’être humain (vite dénommé l’Homme dans un déni implicite, lexical et grammatical du féminin) de manière générique, toute distinction de sexe, de condition ou de race n’est-elle pas suspecte quand on raisonne en s’appuyant sur les trois fameux principes rappelés par Christine Bard ?

6À mon sens, il ne me paraît guère judicieux, si l’on souhaite adopter une posture scientifique digne de ce nom, de s’acharner à mettre en relief d’illusoires comportements spécifiquement « féminins » ou « masculins ». L’objectif de la recherche doit être, me semble-t-il, tout le contraire. Il part d’un discours et de constats : malgré de profonds changements dans les rapports de genre, les femmes (en tant que réalité sociale aussi complexe qu’incontestable) connaissent toujours des disparités de conditions d’existence qui les amènent, par exemple, à prendre soin, bien plus que les hommes, des travaux domestiques (réputés ingrats et surtout gratuits) et des enfants. Lorsqu’elles effectuent un travail rémunéré, elles occupent, à compétences égales, des postes souvent plus modestes, en tout cas moins payés que leurs collègues masculins. Par ailleurs, elles participent beaucoup moins que les hommes à la vie politique ; etc. On pourrait, de la sorte, multiplier, statistiques à l’appui, les retards enregistrés dans le traitement social des femmes. Pour autant, et c’est l’intérêt d’adopter une posture théorique centrée sur le concept de genre, ce sentiment et cette réalité de la domination, voire de l’exploitation, ne sont pas réservés aux seules femmes. Bien au contraire, dans la loi du genre, si j’ose dire, des hommes (plus faibles, précaires, etc.) hétérosexuels, gays, bi et transsexuels subissent également le sort des dominés, alors que certaines femmes, plus dominatrices et plus libres, ne l’éprouveront pas ou peu. Ces constats nous conduisent à deux observations.

7Primo, le développement d’une géographie du genre, dont atteste le présent ouvrage, ne doit pas se contenter d’approches en termes de rapports masculin/féminin. Cette nouvelle géographie doit s’ouvrir à l’identification de toutes les formes de domination sociale et spatiale qu’engendrent des rapports de sexe naturalisés par l’idéologie et le discours de la plupart des sociétés. Que ce soit à l’intérieur de la sphère hétérosexuelle, bien sûr ; mais aussi, que ce soit dans tous les rapports hétéros/homos, entre gays et lesbiennes, entre ceux (celles)-ci et les trans, bi, etc. Ce souci nous oblige à fournir une définition du genre qui ne s’arrête pas à l’idée d’une construction sociale des deux sexes et des relations qu’ils entretiennent entre eux. La question du genre (et non des genres), dont on connaît le « trouble », s’élargit aussi au thème de toutes les formes de domination générées par un tel « sexe social ». Elle s’étend à celui du décalage constant exprimé entre sexe biologique et représentation sociale hégémonique de ce sexe d’une part, réalité des comportements sociaux et des orientations sexuelles concrètes, d’autre part. On remarquera que ce premier livre collectif sur les études de genre en géographie, issu des travaux d’un colloque qui s’est tenu à Bordeaux en 2010, se focalise surtout sur les rapports du masculin et du féminin : c’est sans doute une étape qu’il conviendra de dépasser dans l’avenir, sans négliger d’enrichir les travaux qui lui sont déjà consacrés, ça va de soi.

8Secundo, des formes diverses d’oppression affectent de la sorte, du masculin au féminin et de l’hétéro à l’homo, des catégories de sexe et d’orientation sexuelle socialement et (parfois) spatialement repérées. Si l’on adopte la théorie du genre plus haut esquissée, il n’est pas dit que la domination masculine soit l’apanage des hommes hétérosexuels en tant que réalité biologique : des femmes (décalage signalé) peuvent aussi, quoique moins nombreuses, l’exercer socialement. Cependant, ces exceptions relatives mises à part, il est frappant que les femmes, globalement, mais toutes celles et ceux qui sortent des normes hétérosexuelles classiques, sans vouloir les constituer en groupes parfaitement homogènes, rencontrent, au quotidien, des obstacles leur interdisant de bénéficier d’une légitime équité sociale. De plus, comme le montrent quelques études relatées dans cet ouvrage, les femmes et nombre de non hétéros ne se déplacent pas sereinement dans l’espace géographique. Plus que les hommes hétéros en général, elles et ils craignent (fantasme ou réalité ?) des agressions à caractère sexuel qui les conduisent à multiplier, autour d’eux, des « murs invisibles » : ceux des endroits isolés, des quartiers mal famés où les unes et les autres ont acquis la conviction qu’elles (qu’ils) n’ont pas à se rendre, particulièrement la nuit… Tout se passe comme si la société où règne la domination masculine et l’ordre des familles les amenait à incorporer ces interdits, à les justifier par leur propre faiblesse, leur manque de courage, leur peur, la bienséance, un vague sentiment de culpabilité… Certes, l’essentiel des violences faites aux femmes ne se déroule pas dans l’espace public, mais plutôt dans celui de l’intimité. Quoi qu’il en soit, la domination qui s’exerce sur elles, comme sur certains hommes et sur les homosexuels, emprunte aussi et surtout, dans ses représentations d’abord, dans la réalité ensuite, les chemins de l’insécurité géographique vécue dans la sphère publique.

9Bien sûr des progrès sont indéniables, mais les réalités sont tenaces. La division sexuelle du travail, par exemple, ne recule que médiocrement. Annie Dussuet note que même si cette répartition des tâches « connaît des variations importantes d’une époque à une autre, d’une société à l’autre […], elle s’accompagne le plus souvent d’une division sexuelle des espaces de réalisation des (dites) tâches ». Ainsi, ajoute-t-elle, « est-il tentant de la lire métaphoriquement comme une répartition de territoires de genre ». De fait, les espaces enregistrent bel et bien ces différenciations sexuées qui fondent les systèmes sociaux. Ils contribuent même à les conforter, parfois avec l’appui de la puissance publique, comme le montrent quelques communications de ce livre.

10Étudier les manières dont femmes et hommes vivent l’espace et ses lieux, les fréquentent et même les produisent, nécessite de disposer de cadres théoriques adaptés au propos géographique. Il convient aussi de se doter de méthodes susceptibles de tenir compte de l’espace et des spatialités qui interviennent dans les rapports de genre comme dans toutes les formes de rapports sociaux. Bien sûr, les géographes peuvent abondamment puiser (et ils ne s’en privent pas dans les chapitres qui composent le présent ouvrage) au sein des corpus tant théoriques que méthodologiques que leurs proposent les études de genre. Pour autant une adaptation de ce patrimoine scientifique aux questionnements, problématiques et objectifs de la géographie s’impose : la tâche est encore considérable. Ce livre s’inscrit dans cette perspective, sans négliger de donner aux exemples, au terrain du géographe, la place qu’ils méritent.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search