Version classiqueVersion mobile

Du sport sans artifice au sport bionique

 | 
Jean-Paul Callède

Clôture de l’université sportive d’été

Jean-Paul Callède

Texte intégral

Jean-Paul CALLÈDE

1Nous voici parvenus au terme de cette Université Sportive d’Été de Montpellier qui avait pour ambition d’examiner la question suivante : Du sport sans artifice au sport bionique. Amélioration ou condamnation ? Incontestablement, toutes les sessions de travail ont été stimulantes et denses, de par les contributions proposées et les échanges qui ont suivi. Il s’agit d’un thème neuf, qui ouvre des perspectives multiples, dont on mesure assez mal, encore, les défis qui l’accompagnent, les progrès potentiels qu’on est en droit d’espérer mais aussi les interrogations et les inquiétudes qui ne manqueront pas de venir s’ajouter. Les remarques qui suivent s’articulent en cinq points, et elles ne doivent pas être entendues comme une conclusion.

Le « déroulé » de l’USE

2Il n’est pas possible de remercier, en les nommant, tous ceux et celles qui ont traité des thèmes qui leur étaient confiés avec une maîtrise magistrale. Séquence après séquence, toute une production ordonnée de connaissances scientifiques et techniques a été livrée. L’identification de questions en suspens, la circulation de l’information, l’état des savoir-faire sont également à mettre à l’actif de l’USE de Montpellier. Les contributions étaient le plus souvent assorties d’une modestie dans le propos et d’interrogations des plus légitimes. L’optimisme raisonnable l’a partagé avec une référence récurrente à l’éthique, soit un principe supérieur éclairant le sens de l’action et des recherches, dans le respect des sportives et des sportifs.

3S’obliger – collectivement – à une clarification conceptuelle est apparu comme une exigence nécessaire. « Sports bioniques et sportifs bioniques… » : un premier coup de tamis a permis de distinguer, à ce propos, un sens strict et précis, un sens général, voire générique, et un sens métaphorique. Plusieurs contributions sont revenues sur les distinctions conceptuelles indispensables à la rigueur des approches. L’intention de compléter le corps, de l’optimiser dans ses capacités, qui risque dans certains cas de le transformer, voire de le modifier, est caractéristique de notre société. Exoprothèses, endoprothèses (et biomatériaux), neuroprothèses jalonnent les progrès accomplis. Parfois, la question de l’identité et de l’intégrité de l’Homme est omni-présente. Servir celui-ci ou l’asservir, le dénaturer par hybridation, concevoir un sport bionique entremêlent aujourd’hui des avancées scientifiques et technologiques avec des scénari de science-fiction…

4Les deux conférences d’ouverture nous sont apparues très complémentaires l’une de l’autre. Michel Rieu s’est attaché à préciser un ancrage diachronique qui pouvait être compris, aussi, comme une contribution à une philosophie des sciences et des techniques. Bernard Andrieu a choisi d’appuyer sa démarche sur un inventaire synchronique des expérimentations, recherches et réussites d’aujourd’hui. Deux ouvertures ont été ainsi affirmées : « l’amélioration licite des performances » (« le sport sans artifice ») et « les possibles adaptables au sport » (de la réparation à l’extension du capital humain…).

5Autant souligner l’enjeu éthique fondamental autour de la question de l’identité, des identités, qui accompagne les avancées des savoirs applicables au sport et à ses pratiquants.

Une réalité sous tensions ?

6Dans le prolongement des quatre points d’appui rappelés à l’instant et matérialisés en caractères italiques, nous avons entendu des avis argumentés qui nous ont renvoyé à une réalité composite du sport. Celle-ci est sous-tendue par une ou deux questions incontournables déjà rencontrées dans certaines USE : Unité ou diversité du sport ? Faut-il croire à l’unité ou à la diversité du sport ? Que faut-il défendre sur le terrain du sport ?

7Difficile d’y échapper, en effet. Comment préciser l’horizon qui est en train de se redessiner ? Une piste est apparue autour d’un « retour sur l’éthique », pour reprendre la formule de Michel Audran. L’exigence éthique ne saurait se contenter d’une « prise de position fixiste » qui risquerait d’être en contradiction avec l’évolution constatée – certains disent accélérée – du sport. Cette exigence ne saurait pas plus se diluer dans une « sorte d’hyper relativisme » qui conduit tôt ou tard au scepticisme généralisé.

8Un principe éthique, l’éthique comme principe ne peuvent se découper surtout lorsque l’enjeu, c’est la personne, l’humain. À ce propos, tout un travail d’élaboration collective peut ou pourrait se concevoir, mobilisant des personnes ressources, que celles-ci soient individuelles, plurielles ou institutionnelles, à condition de faire preuve d’un sens de la culture générale. Toutes proportions gardées, et sans se départir d’une indispensable modestie, les USE sont un cadre propice pour esquisser ce type de démarche.

Normes et valeurs, éthique

9Se pencher sur une telle articulation ne va pas de soi. Les milieux scientifiques, techniques, les milieux qui se réclament des lettres et des humanités (la philosophie, la pédagogie…), les enseignements qui s’y rapportent sont des plus variés. En se montrant attentif à ce que les orateurs successifs ont exposé, on perçoit, explicitement formulée ou comme en filigrane, telle ou telle acception des termes… Ramenons-les à quelques cas de figure.

10La tradition utilitariste :

111) L’individu choisit les actions qui ont les conséquences les plus désirables, en termes d’intérêts personnels. De façon élémentaire, l’individu est soumis à deux maîtres souverains : la souffrance, le plaisir.

122) On retrouvera, le cas échéant, la théorie des jeux, qui met en scène l’homme calculateur, cherchant à maximiser ses gains et à minimiser ses pertes…

133) Ce peut être également la défense d’un bien collectif : le respect des normes requiert la mise au point de sanctions négatives, et pour que la communauté soit unie, elle doit disposer de sanctions crédibles et efficaces.

14L’approche non utilitariste :

15Cette désignation semble être de prime abord une caractérisation par défaut. Or elle est bien plus que cela, même s’il est facile de la comprendre par opposition aux trois modèles dits utilitaristes. Trois sensibilités s’imposent :

164) Refus de céder à une disposition « égoïste », au profit de la valorisation d’une disposition individuelle ouvrant vers autrui et l’importance accordée aux relations interindividuelles.

175) Refus de s’en tenir à la « morale de l’épicier » comptant ses gains, et donc refus d’une conception reposant sur le seul calcul d’intérêt, au profit de l’appropriation d’une conception coopérative élargie.

186) Refus de réduire la cohérence de la société à une conception ne reposant que sur une force d’intégration sociale coercitive et générale (l’éducation ne saurait être du dressage), au profit d’une conception qui place sa confiance dans l’individu et met l’accent sur le « sens » des valeurs les mieux partagées.

19Il nous semble que les travaux de l’USE ont examiné tous ces cas de figure, de manière à en dégager les avantages et les inconvénients, et ceci en relation avec les valeurs et les normes de la société autant qu’en relation avec une conception de l’Homme.

Le sport : une activité en liberté conditionnelle…

20Il n’est pas difficile en effet de puiser dans le fait sportif des illustrations pour chacune des six acceptions, qui sont sommairement présentées ici, de ce que peut être le rapport aux normes et aux valeurs. Autant de conditions requises ou préalables. D’ailleurs, un simple travail de relecture des notes prises lors de la présente USE y suffit. La première expression, par exemple, est compréhensible sous l’angle d’un exploit individuel à accomplir, y compris en absorbant des substances qui vont supprimer la souffrance et augmenter le plaisir. Mais elle entre en contradiction si l’on se place sous l’angle d’un autre modèle de référence (le troisième, le quatrième, le sixième…)

21Le sportif appareillé de luxe (Pistorius) a pu être motivé dans sa démarche initiale par un modèle proche du quatrième (le sportif handicapé est à l’égal de tout sportif) mais il est également nourri du deuxième modèle (optimiser son avantage par l’innovation technologique) qui le place en contradiction avec le sixième modèle (les Jeux handisports sont-ils ouverts – à égalité de chances - à l’ensemble des sportifs potentiels des pays d’Afrique, par exemple ?).

22En réalité, le sport nous renvoie (à) l’expression d’une liberté conditionnelle, placée au cœur de plusieurs critères d’exigence. C’est sans doute cette spécificité qui en fait son intérêt en tant qu’activité culturelle. On peut faire référence ici aux acquis de l’Université Sportive d’Été 2011 : Le sport saisi dans son évolution récente. Fidélité ou infidélités à ses fondements ? En outre, il s’agit de rappeler que le sport se décline selon plusieurs répertoires de normes et de valeurs : normes techniques, normes organisationnelles, normes renvoyant à une déontologie professionnelle (l’entraîneur, le sponsor, le journaliste, etc.), normes économiques… Observe-t-on des convergences, une congruence entre ces registres de normes et de valeurs ? L’Université Sportive d’Été de Valenciennes, en 2012, avait apporté des éléments de réponse convaincants en se situant par rapport à la question suivante : Le sport dans la France d’aujourd’hui. Qui gouverne ?

23La question des normes et des valeurs n’est pas anodine si l’on se souvient qu’Anne Marcellini, lors de la dernière table ronde, a souligné que la conception du sport et de la participation sportive que se font les handicapés diffère radicalement de celle des valides. Voilà bien un constat qui mérite réflexion ! Contrairement aux habitudes de penser et d’agir, en l’occurrence, qu’en serait-il si l’on redéployait ces critères – « subversifs », disait-elle – dans le domaine du sport des valides, par exemple ? La mise en ordre des athlètes que réalise l’institution sportive accueillant des valides se donnera-t-elle un jour prochain les moyens de prendre en considération la différence radicale des athlètes aux corps performants appareillés ? Une chose est de formuler l’interrogation, une autre tâche sera d’apporter des arguments en fonction des réponses possibles.

Contenir l’impérialisme de la technique

24La civilisation technicienne est une réalité. Elle associe le pire (dans les guerres mondiales ou autres) et le meilleur (avec les progrès de la médecine, de la chirurgie, du matériel sportif, des méthodes de l’entraînement humain). L’un nourrit l’autre… Est-il besoin de rappeler qu’à plusieurs reprises, au cours de l’USE, des intervenants ont évoqué les transferts de technologie qui se font entre le militaire et le sportif, en amont pour se préparer à l’invincibilité du combattant, en aval lorsqu’il s’agit de techniques et technologies réparatrices…

25Et sans doute y a-t-il aussi une invincibilité du « militaire » et/ou du « sportif » qui n’opère que comme une image, un fantasme destiné à asseoir l’impérialisme de la technique et ce que le philosophe Jean Baudrillard appelle la tyrannie du monde des signes et des objets. La fascination de la technique n’est jamais très éloignée de la fascisation de la culture, ou tout au moins de la mécanisation de la pensée. Appareiller l’homme, la femme pour des conquêtes légitimes peut s’entendre. Les sur-équiper, de diverses façons, à des fins simplement transgressives, ne peut que contribuer à la disparition du réel, dont les humains sont partie prenante, au profit d’une société du simulacre. Le sport spectacle n’en donne-t-il pas, quelquefois, des signes précurseurs ?

26Quand nous aurons un peu de recul, un recul nécessaire, l’Université sportive d’Été de Montpellier 2013 apparaîtra peut-être, avec celles de 2011 et 2012, comme une sorte de triptyque incontournable pour penser le sport. Et dans les trois cas, nous avons pu constater que les bonnes façons de comprendre et d’agir, en matière de pratique sportive, s’acquièrent dès l’École, au sein de l’École, en EPS et dans les associations sportives d’établissement, et plus globalement dans le cadre de l’institution scolaire et universitaire. Une bonne façon, d’aiguiser la curiosité, a montré Alain Junqua. Une façon de ne pas subir l’idéologie sportive et d’être capable de bien lire son journal, a noté Christian Montaignac.

27Si le sport est encore « une contre-société contredite », comme l’a explicité le philosophe Bernard Jeu, à savoir que, dans son principe de réalité, elle ne doit pas s’en laisser compter – et conter – par la société technicienne, qui la contredit – amélioration ou condamnation, nature ou technoculture… –, elle est plus que jamais menacée en sa qualité intrinsèque de « contre-société ». Michel Rieu, avec lequel nous avons débuté ces quelques remarques de clôture, en appelle à « une prise de conscience de la société ». Or le thème du sport, et plus encore le thème du sport bionique ont vocation à susciter des réflexions, une explicitation précise et, dans la mesure du possible, la formulation de propositions pertinentes. Pourtant, dans l’immédiat, qui s’y risque ?

28La transversalité qui a accompagné nos travaux, la mobilisation collective constatée, même s’il faut regretter certaines absences, est une ébauche encourageante. Nous la devons aux différents intervenants et intervenantes, qui ont permis de croiser des regards aigus sur un domaine en pleine expansion. Pouvait-il en être autrement dans ce lieu prestigieux qu’est Pierresvives, dans La Cité des savoirs et du Sport pour tous, mis à notre disposition par le Département de l’Hérault ? Non, à l’évidence et nos remerciements iront au Président du Conseil général André Vezinhet et à son Vice-Président Christian Bénézis, délégué à la santé, prévention, jeunesse, au sport, loisirs, bien vieillir.

29Permettez-moi, pour terminer, de revenir sur l’unité que semblent constituer les trois dernières Universités Sportives d’Été organisées conjointement par L’UNCU et l’UJSF. S’interroger d’abord sur les fondements du sport, en termes de valeurs (USE de Montpellier, 2011), étudier ensuite le gouvernement du sport et le comportement de ceux qui prétendent en détenir l’exclusivité (USE de Valenciennes, 2012) et, enfin, presque par voie de conséquence, traiter de l’avènement d’un sport dit bionique, oscillant entre métaphore, amélioration compensatoire et colonisation de l’individu (USE de Montpellier 2013), voilà autant de jalons qui confirment que ces Universités Sportives d’Été constituent un lieu et un temps privilégiés qui permettent de s’interroger sur le sport contemporain.

30Ajoutons qu’il y est plus important de formuler les bonnes questions, pas toutes, assurément, plutôt que de produire des réponses trop étroites ou des solutions éparpillées. Sous cet angle, les USE occupent une sorte d’« entre-deux », en débordant d’un côté la juxtaposition des savoirs disciplinaires (une certaine façon d’être, à l’Université), une question qui a été évoquée au cours des débats, sans pour autant, d’un autre côté, essayer de forger un modèle synthétique d’explication du sport (une prétention exorbitante à écarter). La voie tracée se présente plutôt comme un exercice d’interrogation(s) reposant sur une expérience partagée du sport, un intérêt commun pour le sport, où les journalistes ont toute leur place. Remercions au passage Christian Montaignac pour son apport décisif. Il faut saluer aussi le travail accompli par tous les animateurs des séquences thématiques. Ainsi la maîtrise des savoirs scientifiques, des analyses journalistiques, des savoir-faire, des acquis concrets tirés du terrain sportif se combinent, favorisent et enrichissent le dialogue, avec pour horizon commun le plan des valeurs et de la culture, sans regret passéiste et sans une espérance aveugle dans le progrès technologique.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search