Version classiqueVersion mobile

Du sport sans artifice au sport bionique

 | 
Jean-Paul Callède

Séquence 5. Table ronde. « Regards croisés autour de l’élaboration des normes et des valeurs. »

Jean-Paul Callède

Texte intégral

Jean-Paul CALLÈDE, animateur de la table ronde

1Cette table ronde « Regards croisés autour de l’élaboration des normes et des valeurs » occupe la cinquième et dernière séquence de l’USE. La question de l’éthique a été évoquée à plusieurs reprises, au cours de nos travaux. Les concepts de normes, de valeurs ont été utilisés. En principe, s’agissant de sport, les significations et définitions qui les caractérisent doivent montrer une certaine convergence. Cependant, si l’on se place du point de vue des expériences liées au sport, de leurs contextes respectifs ou encore des disciplines pour lesquelles ces concepts sont fondamentaux, peut-être faut-il tenir compte de certaines spécificités. Pour aborder ces aspects, des regards croisés sont une des meilleures façons d’apporter des éclaircissements, de combler certaines lacunes ou de dissiper des incertitudes.

2Je propose à chacun des intervenants une première prise de parole d’une dizaine de minutes, de manière à ce que tous puissent s’exprimer, ensuite de revenir brièvement pour compléter son propos s’il le souhaite, puis nous engagerons le débat avec la salle.

3La composition de la table ronde correspond à un choix raisonné de personnalités aux profils singuliers.

4Nous entendrons d’abord Anne Marcellini, Professeur en Sociologie du Sport à la Faculté des Sciences du Sport de Montpellier. Elle est à l’origine d’un des masters de référence au niveau national dans le domaine du sport dans ses rapports au handicap. Elle a publié, avec des collègues de Montpellier, un bon article paru dans la revue Politix : « Oscar Pistorius ou la mise en spectacle des frontières de l’humain. » Elle a beaucoup d’autres travaux à son actif. Je mentionne sa publication sur l’athlète sud-africain car celui-ci a été souvent évoqué à l’occasion de notre USE.

5Ensuite, je propose que nous entendions Olivier Coste, médecin conseillé à la Mission Sport et Santé de la Direction Régionale de la Jeunesse, des Sports et de la Cohésion Sociale Languedoc Roussillon. Il est parmi nous depuis le début de l’USE. C’est lui qui a attiré notre attention sur la nécessité « de ne pas mélanger les notions d’hybride, de bionique, de dopage et autres ». Le professeur Michel Audran nous a dit que le docteur Coste était à l’origine d’un diplôme d’Université portant sur le dopage. Or ce DU est désormais unique dans le pays et attire des candidats de la France entière.

6En troisième position, nous entendrons Sylvain Paillette, qui est un membre très actif de l’Union Nationale des Clubs Universitaires, licencié au LUC, Vice-champion du monde de natation handisport en 1998. Il a déjà participé à plusieurs USE et nous le retrouvons ici, à Montpellier, avec grand plaisir. Il choisira éventuellement, parmi ses multiples casquettes, celle qui lui semblera la plus opportune pour apporter du grain à moudre.

7En quatrième et dernière position, nous entendrons Christian Montaignac, journaliste et romancier bien connu. Est-il besoin de présenter Christian Montaignac, et de surcroît ici à Montpellier ? Grand reporteur et chroniqueur à L’Équipe pendant quasiment quatre décennies, il a couvert tous les événements sportifs planétaires. Il a également reçu les plus grandes récompenses : Prix Antoine Blondin, Grand prix du meilleur article sportif, Grand prix de Littérature sportive, Prix de l’Académie des sports. C’est une grande plume du sport qui a publié des essais et des romans, parmi lesquels : Quinze hommes pour un Grand chelem (1977), Le Sourire des protège-dents. Chroniques sportives (1999) (les rugbymen « bioniques » de l’époque !), Étoiles fuyantes. La noblesse des manchots du sport (2004), Retour en Ovalie (2007), etc.

8À plusieurs reprises, des intervenants précédents ont mis l’accent sur le rapport entre la production de connaissances, donc l’Université, la recherche, leurs applications dans le domaine du sport et la façon dont l’information ou la vulgarisation doit se faire dans le cadre du journalisme. La société est complexe, la société sportive également. L’information du grand public est nécessaire sans qu’un journaliste, outre la couverture de l’actualité des événements sportifs, soit le haut-parleur de l’Université ou du monde de la recherche. C’est évident. Inversement, quel est l’impact de la diffusion des connaissances produites par les universitaires et les chercheurs en dehors des revues spécialisées ? Cette table ronde peut être aussi l’occasion d’échanger sur ces aspects. Quand nous faisons référence aux normes et aux valeurs, ou encore à la devise de l’Olympisme « Citius, Altius, Fortius », accordons-nous chacun la même signification à ces mots et à cette formule ?

9Pour la sociologie, et on peut sans doute élargir aux sciences de l’homme et de la société (SHS), dans un contexte de société démocratique, toute personne doit pouvoir, en principe, réaliser ses aspirations en termes d’accomplissement personnel et d’universalisme. S’accomplir sans nuire à autrui accompagné d’un objectif universaliste sur lequel s’accordent, là aussi en principe, toutes les consciences. Le sport est un domaine spécifique au sein duquel ces deux valeurs doivent être identifiables : s’accomplir, quand bien même dans le sport de compétition il y a un premier et un dernier ; sur fond d’universalisme (un entraîneur ne peut pas ne pas vouloir pour son ou ses athlètes ce qu’il ne voudrait pas pour lui-même ou ses enfants, par exemple). Obliger toute une équipe à se doper, comme Aurélie Rivière nous l’a montré avec le cas Armstrong, contrevient à ce principe, et à plusieurs titres d’ailleurs. Ainsi, des normes générales s’imposent-elles en société, garantissant la traduction de valeurs légitimes, et des règles (voire des règlements) sont à la fois des garanties concrètes et des critères précis pour un rappel à l’ordre. Contentons-nous de ces précisions de départ pour l’instant.

10La parole est à Anne Marcellini pour une dizaine de minutes.

Anne MARCELLINI

11Bonjour à tous. Je remercie l’Union Nationale des Clubs Universitaires de m’avoir sollicitée pour cette table ronde. Cela me donne l’occasion de vous connaître davantage et de développer quelques points de vue autour de la thématique choisie : « Du sport sans artifice au sport bionique ». J’aime bien le terme « sans artifice », car c’est une bonne façon de poser le problème par rapport à la question de l’utilisation de procédés divers et variés, de techniques, d’aides, de soutiens, etc.

12En fait, très souvent, la question se pose comme cela : « est-ce que c’est artificiel ou est-ce que c’est naturel ? ». Cela m’a donc intéressée de voir, pendant les séances auxquelles j’ai pu assister, que l’on parlait beaucoup de la question des techniques, des technologies, etc., et que cette notion de « naturel » ne soit pas plus évoquée. Je me suis souvent demandé, quand on parle de cela pour les questions de dopage ou les questions de technologisation du corps sportif, ce qu’il en était de la définition du naturel. C’est un terme qui revient très souvent, ainsi que le terme de pureté, la pureté du sport, du corps, sa naturalité. Ce sont des questions qui me préoccupent beaucoup.

13Pour dire précisément de quel point de vue je parle, je suis professeur d’éducation physique et j’ai ensuite accompli un travail de recherche dans le champ de la sociologie du handicap, puisque j’ai été professeur d’éducation physique avec des jeunes déficients intellectuels. J’ai beaucoup travaillé sur les processus d’intégration, la façon dont le sport pouvait les aider à comprendre, à apprendre et à participer à des pratiques sportives certes, mais aussi à des pratiques sociales communes en transfert de compétences acquises.

14J’ai ensuite commencé à me centrer sur la question des différences, à la gestion des différences dans le monde sportif et dans la société en général. Mais, comme ici, nous sommes dans un univers très sportif, je voudrais dire que Bernard Andrieu a développé son travail sous un certain angle, il est philosophe, et je suis sociologue. Nous n’avons donc pas le même regard sur les choses et les personnes mais nous travaillons beaucoup ensemble. Il est vrai que, pour moi, la façon dont la société appréhende la technologisation ou le rapport à l’artifice, sur la construction artificielle des compétences ou le soutien technologique aux différences compétences ou performances, cela m’intéresse. Mais ce qui m’intéresse plus encore, puisque je viens du monde sportif, c’est de savoir comment on doit comprendre et comment on doit positionner l’institution sportive dans cette société, parce qu’elle entretient un rapport tout à fait singulier à cette question du soutien technologique de l’artificialité. On pourrait presque dire que c’est la seule institution aujourd’hui qui se pose des problèmes véritablement au quotidien par rapport à la présence de l’utilisation d’aides techniques. Vous savez que le dopage est présenté, défini dans le monde sportif, comme une aide technique qui crée un désavantage, ou plutôt un avantage indu. Il n’y a que dans le monde sportif que l’on punit l’utilisation de ces aides techniques. Cela n’a de sens que pour l’institution sportive. C’est très important pour moi parce que cela veut dire que l’institution dont on parle est inscrite dans une logique très particulière par rapport à cette question de l’artifice, de la naturalité, de la pureté au sens biologique du terme. Cela aussi m’intéresse parce que nous avons beaucoup parlé de technologie, de la physique, de la chimie, de la culture scientifique, et je crois que la question de la pensée biologique est très importante dans ce débat. Penser que si l’on est attaché comme cela dans le monde sportif à cette question, cela a à voir avec une certaine conception, une certaine représentation que l’on se fait de ce qui est pur biologiquement. C’est cela que je voudrais développer rapidement.

15En fait, la question du handicap est pour moi un éclairage tout à fait riche de cette problématique, parce que les personnes handicapées, c’est-à-dire celles qui ont des corps différents et des différences corporelles qui génèrent pour elles des désavantages, quand elles développent des pratiques sportives, il n’y a aucun problème pour qu’elles rentrent dans des compétitions avec les autres sportifs, sauf si elles utilisent des aides techniques. Dans le monde du handicap, une aide technique n’est pas du dopage, mais quelque chose que l’on utilise pour vivre sa vie. Tout le monde utilise des aides techniques dans le monde du handicap. Donc, le même terme veut dire des choses totalement différentes selon les cas. Dans la rencontre entre le monde du handicap et le monde du sport, on assiste à une sorte de mise en tension du « que veut dire une aide technique, à quoi ça sert, de quoi s’agit-il ? », etc.

16La question de la relation entre le handicap et le « sport bionique » a été cristallisée autour de la figure d’Oscar Pistorius, autour de cette question particulière qui était que cet athlète voulait participer aux compétitions des personnes valides. C’est à cause de cela que la question des appareillages qu’il utilise a commencé à devenir sérieusement problématique. Dans le monde paralympique, l’utilisation des aides techniques est une évidence et il ne viendrait à l’idée de personne de discuter de la pertinence de telle ou telle aide technique, de débattre pour savoir s’il est juste ou injuste d’utiliser des aides techniques. Au contraire, on travaille depuis toujours sur cette question. Il y a beaucoup d’hommes qui sont bricoleurs, ingénieurs, qui fabriquent du matériel pour aller plus vite, et au fur et à mesure des industriels s’y sont intéressés. C’est un monde très masculin. Le monde sportif est un monde à forte connotation masculine, mais là encore plus que dans le monde ordinaire.

17J’ai l’impression d’être à cheval entre cette question, à l’étude depuis plusieurs années, du monde sportif paralympique, et cette question de l’amélioration de l’humain, de l’utilisation de la technologie pour l’amélioration des performances chez les sportifs en général. Cela m’amène à formuler une question sur l’institution sportive. Je me dis que l’institution sportive produit une certaine norme, un jeu de normalisation très important dans la production sportive. En ce qui concerne le geste, c’est très important et il était étonnant de voir comment les techniciens en ont parlé ce matin d’ailleurs, les gestes deviennent les mêmes, les systèmes d’entraînement sont les mêmes, il n’y a plus de différences entre nos athlètes. En fait, on produit des athlètes qui sont de plus en plus identiques. Donc, la question de l’identité a vraiment quelque chose à voir avec l’identique. Il faut aller sur un modèle, qui peut changer au fur et à mesure, mais à un moment donné, tout le monde est sur le même modèle. Ce que l’on pourrait dire et ce que l’on pourrait poser comme question est intéressant parce que, dans le monde paralympique, on n’est pas sur la problématique de l’identique, au contraire. Une des valeurs les plus importantes sûrement du monde paralympique, et qui en fait un monde assez différent du monde sportif ordinaire, c’est le fait qu’il défende en premier lieu la valeur de la différence. En d’autres termes, il est organisé sur un certain nombre de principes dont l’objectif n’est pas que des gens soient identiques entre eux, mais au contraire sur le principe selon lequel on crée les conditions pour que ce soient des gens différents entre eux qui jouent ensemble, au final, et cela à haut niveau. Donc, pour moi, la question des normes, des valeurs, etc., est très liée à ce raisonnement entre monde sportif ordinaire et monde sportif paralympique. Quel type de rapport entretient le monde ordinaire à la différence, à la performance, à la naturalité biologique ? De l’autre côté, comment le monde paralympique entretient-il un rapport un peu décalé, même s’il joue le jeu de l’affichage de sa similitude avec le monde sportif ordinaire, en particulier chez les médias ? En fait, on voit qu’il contient une référence permanente à la valorisation de la différence qui se trouve comme une sorte de point d’identité pour lui, et en même temps il ne faut pas trop le dire, parce que si on le dit trop, cela tend à signifier que ce ne sont pas réellement de vrais sportifs, puisque le vrai monde sportif est un monde de la normalisation, de l’identique, de la plus haute performance, de la logique de recherche scientifique, de l’accès à la plus haute performance, et qui aboutit toujours en fait à la production de choses qui sont toujours assez identiques les unes avec les autres.

18Pour terminer, le sport est une construction sociale et il est très intéressant, autour de cette question de l’appareillage, des technologies, de l’aide technique, de confronter le monde sportif ordinaire et le monde sportif paralympique pour comprendre comment ces deux constructions sont à la fois liées d’une certaine manière, et renvoient pour autant à des valeurs qui ne sont peut-être pas tout à fait les mêmes.

19Les personnes un peu militantes pourraient même aller jusqu’à dire qu’il existe dans le sport paralympique des valeurs qui seraient bonnes à réfléchir, à penser pour le monde sportif ordinaire.

Jean-Paul CALLÈDE

20Merci Anne. Tu as parlé de la « valeur de la différence » et de la « valorisation de la différence » défendues par le monde paralympique. Ceci est très important et permet de compléter la table des valeurs que je rappelais au début : le couple accomplissement personnel et universalisme. Dans les sociétés non démocratiques, fondées sur l’arbitraire, et la force plus que le droit, les sociologues identifient deux valeurs relatives à ce type de société : assignation statutaire et particularisme. Assignation statutaire, par exemple, si l’on considère le statut de la femme, infériorisée et dépendante de l’autre sexe, et revendication d’un particularisme (aux antipodes d’une émancipation de la femme, si l’on reste sur cet exemple). On retrouve une ligne de tension entre ces deux couples de valeurs qui traverse aujourd’hui notre société, y compris pour et dans le sport. Le cas du sport paralympique est totalement différent, évidemment. Il ne faut pas oublier cependant qu’une « assignation statutaire » a été appliquée jadis aux personnes handicapées par le Mouvement sportif lorsque ce dernier se refusait à les accueillir. Ce qui a amené ces sportifs rejetés, ignorés, à institutionnaliser leur propre pratique : l’assignation statutaire a été gommée au profit de l’accomplissement personnel mais celui-ci reste associé à un droit à la différence, et à une égalité dans la différence. La façon de concevoir cette égalité dans la différence ouvre une voie originale vers l’universalisme. Anne, tu nous révèles des aspects majeurs de cette autre façon d’être sportif et sportive. Cela permet de compléter la table des valeurs, du fait de la complexité du modèle sportif. Tout à l’heure, tu nous diras peut-être quelle est la façon dont tu envisages l’enseignement, les contenus proposés et le message que souhaite faire passer ton équipe auprès des étudiants engagés dans cette filière de Master.

21La parole est maintenant au docteur Olivier Coste qui, lui, a une obligation de service public, c’est-à-dire qu’il intervient auprès d’une large population de sportifs tout en s’intéressant à la question du dopage, plus ramassée. Quelle est son analyse par rapport à ce qui a été dit à l’instant : une technologisation, une artificialisation du sport, des valeurs pas forcément entièrement partagées. Et qu’en est-il en fait de la référence à la nature, et peut-être à la santé tout court ?

Olivier COSTE

22Mesdames, Messieurs, je remercie les organisateurs de m’avoir convié à assister et à participer à ce colloque. Je suis muciste depuis une douzaine d’années mais je ne connais pas bien votre association. Donc je la découvre aussi, ce qui est une excellente chose.

23Je pensais débuter par un discours sans artifice, mais nous avons du mal à nous séparer de la technologie. Je vais vous présenter un diaporama afin d’illustrer mon propos.

24On nous demande d’apporter notre contribution à l’explicitation des notions de normes et de valeurs. Je vais essayer de faire un peu plus large et d’avoir un regard d’ensemble sur les trois journées auxquelles je viens de participer. C’était très enrichissant et j’ai surtout réellement apprécié le temps laissé à la discussion avec la salle ; c’est rare et je pense que c’est vraiment indispensable.

25Il y a trois temps sur lesquels je voudrais revenir. Il est vrai que nous sommes d’horizons divers ici, réunis pour la table ronde. Je ne veux pas y représenter la société médicale. Je suis loin de la pratique de la médecine aujourd’hui. J’ai plutôt une fonction institutionnelle, et ce que je vais dire sera plutôt étayé sur mon vécu, mon expérience. Mais ce vécu n’est pas tant un vécu de médecin, il est autant un vécu de compétiteur, peut-être de muciste, mais surtout celui de quelqu’un qui a côtoyé le sport depuis une quarantaine d’années, qui lit et qui, par ailleurs, a fait des études de médecine. Je reviendrai peut-être sur la notion de médecine et de santé, c’est évident, mais j’aurai vraiment une approche beaucoup plus générale et totalement personnelle, bien entendu.

26Bernard Andrieu a défini ce qu’était le sport bionique, et je suis intervenu pour l’en remercier, mais nous n’avons pas défini ce qu’était le sport sans artifice. On peut revenir peut-être à la notion de pureté et de naturel, comme l’a proposé Anne Marcellini. Est-ce que c’est cela le sport sans artifice ? Le sport grec ou le sport moderne ? Le sport contemporain ? Il est vrai qu’au début du sport contemporain, et je ne pense pas me tromper, l’artifice était l’entraînement, c’est-à-dire que le but du jeu était plutôt de différencier les hommes à travers leur génotype plutôt qu’à travers leur phénotype, et surtout leur génotype, c’est-à-dire éviter de s’entraîner et vérifier qui était le plus fort. Ensuite, bien entendu, l’espèce humaine a fait en sorte d’apporter la technologie de l’entraînement mais également la technologie sur la technique et sur l’énergétique. Donc, l’entraînement est venu après.

27Le sport sans artifice a-t-il existé ? Probablement pas et c’est pour cela que lorsque l’on dit « du sport sans artifice au sport bionique », c’est une notion de « continuum » qui est supposée et qui traduit tout simplement l’évolution de notre société. En mal ou en bien ? Je ne pense pas avoir les réponses, mais on est plutôt sur une notion de continuum de techniques. Il est vrai qu’aujourd’hui nous disposons de beaucoup plus de technologies que l’on n’en avait à la fin du XIXe siècle. Si on peut faire le parallèle avec le dopage, nous avons aujourd’hui des médicaments, des techniques pharmaceutiques qui sont quand même d’un niveau bien plus élevé qu’à l’époque héroïque des débuts. À l’époque, il faut savoir que l’Académie de médecine prônait l’utilisation de certains produits. Ces produits n’étaient pas toujours pharmaceutiques, cela pouvait être l’alcool comme le « vin Mariani », boisson tonique faite de vin de Bordeaux et d’extraits de coca, qui était dit « le vin de la fête ».

28La notion de performance a été peu développée au cours de nos débats. Il est vrai que depuis environ treize ans, dans le cadre institutionnel, j’ai une mission assez importante à assurer, au départ dans le domaine de la prévention du dopage. Aujourd’hui, avec le sport santé, qui devient à peu près similaire en termes de volume de travail, je retrouve cette question. J’aurai donc une approche de « préventologue », si on peut utiliser ce terme-là. Et il est vrai aujourd’hui que toute notre réflexion depuis une dizaine d’années en Languedoc Roussillon, avec les associations au contact desquelles je travaille, les personnes, les universitaires, etc., c’est vraiment d’axer notre travail de prévention à travers la performance. C’est très important parce que, quand on parle « du sport sans artifice au sport bionique », il faut à un moment donné interroger la performance. Que faut-il attendre de la performance sportive humaine ?

29L’homme a toujours souhaité augmenter sa puissance par rapport à lui-même et par rapport aux autres. Il a donc essayé de trouver des artifices, ce qui est tout à fait normal, sauf qu’aujourd’hui je pense que les artifices dépassent l’entendement de l’homme. Le sport, même si c’est une micro société hermétique, est intégré dans la société générale, et j’ai l’impression que la technologie va trop vite. Et, dans le milieu sportif, on va se trouver confronté à cela. Même le monde politique n’arrive pas à suivre. La question doit être posée. Ce n’est peut-être pas à nous d’y répondre, je ne sais pas si l’on peut prévenir cela, mais on risque d’être totalement dépassé par le secteur technologique qui met en danger l’humanisme. Où est l’humain ? Où est la condition humaine ?

30Si je reviens à la notion de médecine, la physiologie de l’effort est assez ancienne. Elle a quasiment une centaine d’années d’âge. En 1920, c’est l’école d’Harvard aux États-Unis qui a produit des travaux significatifs, ensuite il y a eu l’école scandinave, les Finlandais, etc. L’objectif, c’est essayer de comprendre l’être humain dans des conditions physiologiques un peu particulières qui correspondent au sport de compétition. Il est évident que les épreuves d’effort ne sont plus tout à fait pareilles, les vélos sont différents, mais quoi qu’il en soit, les méthodes d’analyse, oxygène et Co2, ont bien progressé.

31Vous voyez donc où nous sommes au plan des techniques aujourd’hui. Et en ce qui concerne le dopage, que faut-il penser de ces techniques ? Il faudra se positionner à un moment donné et là, nous sommes en plein sur les notions de normes, de valeurs. Le CIO a été interrogé sur ces techniques et s’est positionné après cinq études, dont une à laquelle j’ai participé. Mais tout évolue en relation avec la technologie, donc il y aura bientôt de nouvelles techniques. Ensuite si on les interdit, il sera extrêmement difficile de prouver que tel ou tel sportif a utilisé l’une ou l’autre de ces techniques. C’est cela aussi qui limite le fait de les interdire ou pas. On se retrouve avec certains produits dopants que nous ne sommes pas capables de détecter. Cela pose vraiment problème.

32En termes de prévention, où situe-t-on la performance ? Selon les personnes, le curseur ne sera pas au même endroit. Certains seront récalcitrants, d’autres iront beaucoup plus loin. Quand je questionne des étudiants en master sur le dopage, et que je pose les mêmes questions à de futurs préparateurs physiques, le curseur est très différent chez les uns et chez les autres. Certains souhaitent utiliser la vraie technologie, même des produits dopants, le but du jeu étant d’atteindre la performance qui est l’objectif même du sport de compétition. D’autres s’y refusent.

33Je vais finir en interrogeant la notion de normes et de valeurs. J’ai repris la fin d’un test qui nous a été distribué, dont l’auteur est Jean-Paul Callède, et je trouve cela très intéressant. Existe-t-il actuellement, dans le domaine du sport, une ou des instances capables de définir les normes ? Qui doit définir les normes du milieu sportif ? À ce jour, c’est lui qui les définit au niveau international, au niveau national, mais est-il en mesure de les définir ? Et pour combien de temps ? Est-il placé dans la bonne position pour les définir ? Il est évident que tout évolue, les normes et les valeurs doivent évoluer, comme les règles. Mais qui doit le faire ? Qui doit s’acquitter de cette tâche ? Je m’interroge sur la position du mouvement fédéral sportif. Est-il bien positionné ? C’est comme lorsqu’on dit au mouvement fédéral de faire de la prévention dans le domaine du dopage. Ce n’est pas lui qui, d’une part, en a pourtant les compétences, et d’autre part paraît plutôt bien positionné pour le faire.

34Où sont les repères ? Où sont les limites ? Ce colloque est un peu avant-gardiste parce que, pour l’instant, il n’y a pas de compétitions sportives bioniques. C’est comme la génétique en médecine, il faudra attendre quelques décennies pour que ces dimensions apparaissent au niveau du sport. Quoi qu’il en soit, à un moment donné, c’est bien d’y penser dès maintenant, que des instances proposent ce type de réunion, engendrent des débats et produisent des écrits, etc.

35Quelles sont les limites que l’on doit donner, ou se donner, et comment les fixer ? Parce que la défense de l’humanité dans l’humain est une préoccupation très importante. L’Agence Mondiale Antidopage, comment définit-elle les notions d’éthique et de valeurs ? C’est un « fourre-tout ». Chacun a sa définition de l’éthique, des normes, des règles et des valeurs qu’il veut donner au sport. Quand je fais de la prévention dans le milieu sportif, j’ai l’impression qu’on est plutôt face à la question « faut-il sauver le sport ? ». Cela me dérange parce que je travaille sur l’humain, et quand on travaille sur l’humain, l’objet central n’est pas nécessairement la société, même si la société comprend les humains. Ne faut-il pas plutôt sauver le sportif ? C’est plus intéressant. Je suis tout à fait d’accord avec Bernard Andrieu qui intervenait hier et disait que dans le milieu sportif on va plutôt mettre en avant la technique, voire l’énergétique, et oublier tout le reste. C’est vrai, quand je vois les pôles espoirs, c’est cela. Quand on veut faire de la prévention par rapport au dopage ou dans d’autres domaines, c’est quelque chose qui est toujours très secondaire et on va lui donner une place vraiment restreinte. Et puis, je pense que, surtout, il faut sauver l’Homme. L’homme veut être sportif, mais pas uniquement, sauf s’il est professionnel. Donc, c’est vraiment, à mon avis, central, et j’en terminerai en disant qu’il faut travailler à partir de l’homme. C’est donc pour cela que le monde du sport n’est peut-être pas bien placé pour le faire.

36Comment garder l’humanisme dans le sport avec cette évolution qui risque d’être sans précédent dans l’histoire de l’Humanité ? Ce sera mieux que l’âge de la pierre ou celui de la découverte du feu, etc. Soit, mais ce sera ensuite l’âge bionique. En est-on certain ? Est-ce que la femme est l’avenir de l’homme ? Je ne sais pas. Michel Rieu parlait du football et de la dégénérescence de notre société, et je suis tout à fait d’accord avec lui. Après les Romains, ce sera peut-être à notre tour de réinventer les Jeux du cirque. Aujourd’hui, tout existe ainsi que son contraire. Toujours à propos de football et de footballeurs, connaissez-vous la femme bionique ? Il s’agit de la nouvelle vidéo de Zahia. Les Bleus connaissent cette égérie. Elle a d’abord posé pour le photographe anglais Greg Williams, qui a réalisé ensuite un court-métrage futuriste : « Zahia Bionic ». Donc, la copine des Bleus est cette héroïne futuriste. Faut-il penser que les footballeurs de l’équipe de France ne sont pas si bêtes que cela, qu’ils sont mêmes en avance sur leur époque puisqu’ils fréquentent des femmes bioniques ? On peut s’amuser en posant la question.

37Ce que dit Hugh Herr est intéressant et nous ramène au sérieux. En 1982, ce mordu d’escalade avait 17 ans lorsqu’il a perdu ses deux jambes, par deux amputations tibiales, consécutives à un accident de montagne. Par la suite, il est devenu chercheur au MIT, le prestigieux Institut technologique du Massachusetts, a conçu le premier genou bionique et il est actuellement directeur du département biomécatronique. Hugh Herr vit très bien et est a priori très heureux avec ses prothèses. Il pourra en changer quand il voudra, ou dès que la technologie aura évolué. Cette réussite technologique autour du genou est exceptionnelle d’ingéniosité. Cela m’inquiète aussi, tout de même, parce qu’un jour prochain l’idée pourrait se répandre selon laquelle il vaut mieux être amputé afin d’avoir de l’électronique qui sera beaucoup plus performante que le corps humain. Ce sera peut-être le cas un jour. On sait que des athlètes valides et sains d’esprit ont simulé un déficit d’intelligence pour pouvoir concourir en sport adapté et gagner des médailles. Il paraît que certains amputés, dans le handisport, demandent une deuxième amputation pour profiter des nouvelles élaborations technologiques en termes de prothèses et autres.

38Enfin, je suis tout à fait d’accord avec Michel Audran, le dopage n’est pas le problème du sport. Le sport est beaucoup plus dangereux que le dopage. Ensuite, dans quelque temps, le sport bionique sera peut-être aussi dangereux pour le corps humain et pour le sportif.

39Merci de votre attention.

Jean-Paul CALLÈDE

40Merci au muciste et médecin Olivier Coste. Son intervention nous permet de franchir une étape supplémentaire. Le sport est comme un monde spécifique, un « sous-système » du monde social, diront certains sociologues. Comme l’École, par exemple. Il se peut que les normes et les valeurs du sport introduisent un décalage par rapport aux normes et aux valeurs de la société. Elles pourraient être prochainement transgressives ou entrer en contradiction avec les valeurs de la société si la prise de risque se fait au détriment de la santé et de l’intégrité de la personne. Ambition de sur-accomplissement personnel, par des prises de substances, par de la technologie incorporée, etc., sur fond d’exceptionnalité ? Si les valeurs du sport ne sont plus congruentes avec les valeurs portées par la société, et se désarticulent par rapport à ces dernières, il y a lieu de s’interroger. Qui est et sera le garant des normes et des valeurs sans lesquelles le sport n’est plus ou ne sera plus le sport ?, questionne Olivier Coste.

41Je vais céder maintenant la parole à Sylvain Paillette. Compte tenu de ses nombreux engagements, il a le choix de la perspective pour développer son propos.

Sylvain PAILLETTE

42Bonjour à tous. Je suis ravi de revenir à cette USE que j’avais un peu délaissée ces dernières années et je retrouve avec grand plaisir les membres du Conseil d’Administration de l’UNCU et tous les habitués des USE.

43En tant qu’ancien sportif de haut niveau, je voudrais revenir sur les notions de normes, de valeurs et d’éthique, et faire aussi une ouverture sur le monde de l’entreprise où j’ai le plaisir d’animer le champ du handicap. Je vais donc vous livrer mes réflexions, sachant qu’elles sont assez similaires entre le monde du sport et celui de l’entreprise.

44En tant que pratiquant, on subit les normes, les règles des fédérations qui, souvent, les édictent et les mettent en place pour les faire respecter, les font évoluer. Le sportif de haut niveau essaye d’en jouer un peu plus que le pratiquant de base et il essaye, en fonction des normes qui lui sont imposées et de ce cadre qui est posé, de profiter au maximum de sa marge de manœuvre. Mais il peut y avoir aussi des évolutions et des changements de cap. On a vu ce matin que les évolutions technologiques amènent parfois, non pas tant le législateur dans le cadre de l’entreprise, mais en tout cas les instances fédérales à faire évoluer ces règles pour rester dans des normes qui sont les siennes ou en tout cas se rapprocher de ces valeurs en termes d’équité et de performance. Ceci afin de ne pas basculer par exemple vers la performance bionique. En natation, on a connu des évolutions techniques et technologiques avec les fameuses combinaisons ; on assiste à un retour aux nageurs et nageuses sans combinaison, ce qui n’est pas forcément plus mauvais puisque désormais l’on nage encore plus vite qu’avec les combinaisons.

45On pourrait se poser la question suivante en tant que sportif de haut niveau : est-ce que, finalement, les aides sont vraiment des aides ? Ne sont-elles pas simplement un moyen de faire améliorer la discipline, de faire progresser la discipline et aussi les athlètes, mais avec des limites à ne pas perdre de vue ?

46Dans le cadre des compétitions handisports, Anne Marcellini l’a évoqué tout à l’heure, on a à gérer un paradoxe qui est à la fois de cultiver les différences et d’essayer de mettre les personnes à égalité. Il est vrai que l’on essaye, dans le monde du handisport et dans le monde du sport, de mettre les gens sur un pied d’égalité, c’est-à-dire que l’on doit avoir une égalité des chances au départ, notamment en handisport, sans qu’il y ait d’artifices, en tout cas dans certaines disciplines comme la natation. Sauf que, dans certaines autres disciplines, il y a de vrais artifices qui sont utilisés, et qui sont même autorisés. Si vous êtes Oscar Pistorius, vous avez certainement la possibilité d’utiliser des prothèses qui sont beaucoup mieux adaptées à votre morphologie et à votre niveau de performance que si vous êtes un athlète du Bengladesh qui participe pour la première fois aux Jeux Paralympiques, qui a le même handicap qu’Oscar Pistorius mais qui n’a pas forcément les mêmes moyens et les mêmes sponsors.

47Le monde du handisport permet aussi l’utilisation des artifices, ce qui est parfois un peu paradoxal, et il utilise beaucoup les aides techniques dans la vie courante. Et c’est la transition que je voudrais faire avec le monde de l’entreprise. Le monde de l’entreprise est l’un des secteurs où l’on autorise le dopage et les aides techniques. Ce peut être même, dans certains cas, un encouragement à rester tonique, éveillé, efficace. Si vous êtes une entreprise multinationale, vous avez le droit d’utiliser, à partir du moment où vous en avez les moyens, des systèmes d’information qui ne sont pas du tout les mêmes que pour l’artisan ou le livreur qui doit transporter à dos de charrette son matériel. Les artifices permettent à certains d’avoir un niveau de performance qui est largement au-dessus de la moyenne.

48Aujourd’hui, le législateur impose des normes. Par exemple, pour le handicap, beaucoup d’entreprises subissent, comme les sportifs de haut niveau, les normes qui sont imposées par le législateur. Cela peut être par exemple un taux de 6 % de travailleurs handicapés, selon les normes du Code du Travail. Et le Code du Travail français est suffisamment riche d’exemples et de complexités pour pouvoir préciser différentes normes et pouvoir cadrer les choses. Les entreprises et les collaborateurs peuvent subir et jouer aussi, feinter avec ces normes, comme le font les sportifs de haut niveau. Ce sont des parallèles qui peuvent paraître déconcertants, mais qui, en termes de gymnastique intellectuelle, sont intéressants.

49Le sportif de haut niveau pratique et subit ces normes, en termes de tension autour de ses propres valeurs. C’est-à-dire qu’il va s’autoriser à tricher ou pas. De la même façon, le monde de l’entreprise peut ou pas s’autoriser à tricher à partir du moment où ses valeurs correspondent ou pas aux normes. Elle aussi subit les normes et peut parfois s’en servir pour aller au-delà du minimum exigé, et pour construire d’autres valeurs au sein de l’entreprise et pouvoir ainsi avancer sur ce sujet-là. C’est pour cela qu’il existe un certain nombre de labels qui permettent de montrer à l’ensemble de la population que certaines entreprises ont des valeurs, ont des normes comme certaines fédérations, à travers leur communication, essayent de se mettre en avant sur les événements internationaux ou même au quotidien. Il est fréquent d’entendre dire que les valeurs du rugby, par exemple, sont peut-être meilleures que celles du football. Je ne suis pas sûr que ce soit aussi facile de trancher et de se ranger à cet avis. Il ne faut pas s’en tenir aux effets du discours.

50Je change volontairement de sujet. La participation d’Oscar Pistorius aux Jeux Olympiques a posé question au moment où il est arrivé dans sa pratique sportive au niveau international. Quand il s’alignait au championnat régional d’Afrique du Sud, cela ne posait pas de problème, de même que lorsqu’il est arrivé à se qualifier pour le championnat national. Cela pose problème à partir du moment où l’on rentre dans la sphère internationale. J’ai pratiqué pendant quelques années à un niveau régional en valide, cela ne posait aucun problème, même si je n’avais pas d’aide technique. On a eu plusieurs champions olympiques handicapés, mais sans aide technique. Par contre, quand un athlète se présente avec les mêmes valeurs que les autres athlètes, celles de se surpasser, mais avec des aides techniques ou des artifices, on se dit que finalement son artifice devient un avantage et un atout et qu’il ne doit pas participer aux compétitions disputées par les valides parce qu’il va faire de l’ombre à certains, et cela ne correspondra plus aux valeurs, aux codes et à l’éthique du CIO sans doute mais en tout cas du sport international.

Jean-Paul CALLÈDE

51Merci Sylvain. Il me semble avoir lu que les lames en fibre de carbones utilisés par Pistorius, les Flex-foot Cheetah coûtaient 20 000 euros. Si elles sont utilisées par plusieurs coureurs professionnels, il est évident que d’autres champions d’athlétisme, en fonction de leur pays d’origine, ne sont pas en mesure de s’offrir ce type de matériel. L’égalité de départ, dans le cadre d’une compétition, cela reste en partie un principe très relatif. Pour autant, on voit bien l’esprit qui a animé les dirigeants du CIO au moment des Jeux de Londres. Accepter Pistorius parmi les athlètes valides c’était lui ouvrir l’accès aux valeurs cardinales de plein accomplissement personnel et à l’universalisme (l’universalité, préciserait le CIO). Symbole majeur, exemplarité sans précédent. Pour autant, ramené à sa condition de sportif appareillé, doté d’un matériel sophistiqué, le sport (des valides) ne peut que se protéger en protégeant ses valeurs propres, par rapport aux valeurs générales et généreuses de la société.

52J’ai indiqué tout à l’heure que le sport était un sous-système social, tout comme l’École. Le rapprochement pouvait apparaître hasardeux. Mais pensons à la carte scolaire et à l’exigence de « mixité sociale » dont parlent nos gouvernants qui sont nombreux à scolariser leur progéniture dans l’enseignement privé haut de gamme. Ils s’appliquent à eux-mêmes un régime d’exceptionnalité (il existe des surhommes comme il existe des sur-sportifs !). La mixité sociale, la carte scolaire, c’est pour toutes les autres familles, avec chez certaines des remarques compréhensibles : « est-ce mon enfant qui a une scolarité normale qui doit faire les frais de la carte scolaire et maintenir l’illusion qu’il est indispensable pour les élèves de sa classe stigmatisés par l’école ? ».

53Évidemment, ne me faites pas dire que les sportifs handicapés sont les mauvais élèves du système sportif. En termes de normes, de valeurs et de règles, ils doivent pouvoir bénéficier d’un cadre sportif cohérent. Et c’est précisément ce cadre – scolaire, en l’occurrence – qui manque à la plupart des élèves en grande difficulté.

54La parole est maintenant à Christian Montaignac afin qu’il fasse valoir son propre point de vue sur les questions qui nous préoccupent.

Christian MONTAIGNAC

55Je suis journaliste et j’ai traversé le sport pendant une quarantaine d’années grâce à l’Équipe, mais j’ai surtout eu le privilège, qui était déjà rare à l’époque et qui a été aboli depuis, je crois, d’être au cœur de tous les sports. En effet, j’ai traité de tous les sports, y compris du curling, par des reportages, par des chroniques, etc. J’ai eu cette chance-là et j’en ai profité, pour vivre de nombreuses premières fois, faire des découvertes, accumuler une connaissance, à partir de ce que j’ai écouté, approché et touché.

56J’ai été attiré très tôt par ce qu’il y a de lyrique dans le sport. J’aime les mots, j’ai donc avancé dans ce sens-là. Justement, à propos de mots, je lis sur la page de présentation du programme d’aujourd’hui la fameuse devise olympique « Citius, altius, fortius », autrement dit « plus vite, plus haut, plus fort ». Mon journal nourricier a également mis cette devise sur son fronton. Elle contenait beaucoup de vices du sport lorsque Coubertin l’a exhumée et a recréé les Jeux Olympiques en 1894. Il s’est resservi de cette devise. Il a dit, dans l’un de ses nombreux écrits, « le sport, c’est la liberté de l’excès ». J’ai osé l’écrire aussi dans mon journal puisque je suis toujours en débat avec ce journal, je l’étais déjà avant de faire partie de son équipe, je le suis encore et je suis en débat sur beaucoup de choses. Nous sommes en pleine subjectivité !

57Pour moi, le dopage est inhérent au sport. Le sport sans artifice, c’est l’Antiquité, dans la nudité. Pourtant, d’après certains récits, on arrivait à faire se dissoudre, par certaines graines, la rate des athlètes, d’où l’expression « courir comme un dératé ». Est-ce que c’est du fantasme ou pas ? Le dopage a toujours existé, comme la bouteille d’hydromel pour les conducteurs de chars. Même à cette époque-là, le « sport » est une quête d’absolu. Ce qui m’a plu le plus dans le sport, ce n’est pas le dopage, parce qu’il faut le combattre, c’est la corruption. Dans cette quête d’absolu, il y a de nombreux effets placebos, j’ai connu cela dans l’équipe de France, où tel magnétiseur ou charlatan proposait un sachet d’herbes à introduire dans le slip, sous prétexte que le sportif allait améliorer sa performance. Comme les sportifs de haut niveau sont dans un état de vulnérabilité, cela a toujours existé. Quelle que soit l’importance démesurée du sport aujourd’hui, cela a toujours existé et cela existe.

58Donc, le dopage est lié au sport, vit avec le sport, mais en revanche on n’a pas encore parlé de la corruption. Ce cher Oscar est pour moi une dérive parce que dans le mimétisme handisport, et sachez que j’ai beaucoup de respect pour le handisport, mais lorsqu’un personnage comme Oscar s’aventure dans le sport dans ces conditions, il y a selon moi une gêne. Le dopage, on peut s’en indigner. Personnellement, par exemple, j’étais en 1998 sur le fameux Tour Festina et nous étions arrivés bien avant les coureurs. Comme souvent, on regardait la télévision dans un gymnase. Or c’est la première fois que je voyais Armstrong comme cela. Je l’ai comparé à une sorte d’iguane, il était dans un bocal, il ne respirait pratiquement pas, et là, à travers des associations de mots plus ou moins amusantes, je me permettais d’évoquer ce qu’il en était en matière de dopage. Parce que le dopage existe depuis le premier Tour, en 1903, pendant lequel les coureurs prenaient n’importe quoi, de l’éther, de la mort aux rats, de la strychnine. À cette époque-là, c’était pour moins souffrir et pour tenir, tandis qu’à l’époque d’Armstrong, c’était pour aller plus vite. Il n’y a qu’à voir l’état de fatigue aujourd’hui en dépit de ce que l’on peut montrer au Ventoux, en recherche d’oxygène ou autre. Comparez avec un sport pour lequel j’ai beaucoup de respect puisque je l’ai pratiqué, l’aviron : essayez d’approcher un rameur à l’arrivée, vous verrez dans quel état il peut être. Quand on parle dopage sur le Tour de France, puisque c’est ce dont on parle le plus, on est entré dans une dérive fatale et telle qu’on la découvre aujourd’hui.

59Alors, effectivement, il y a des artifices partout. Nous avons commencé sans artifices, tout en vivant dans l’artifice, pour le sport, parce que l’on dit très bien que parmi les premiers athlètes certains ont eu cette tendance-là, parce qu’ils ont eu envie, non pas de se dépasser, ce qui est pour moi une ânerie de journaliste, car si on se dépasse on meurt, mais de repousser les limites. Même Ben Johnson a essayé de se dépasser et il n’a pas réussi. Il était quand même devant, rappelez-vous. On ne se dépasse pas, on repousse ses limites, et quand j’écris je fais attention aux mots, surtout les mots que l’on recueille des autres.

60Si vous vous intéressez au sport et au tennis en particulier, Richard Gasquet vient d’accomplir un exploit, c’est un quart de finale. Il est « phénoménal », c’est « inoubliable », « historique », etc. On est en plein dans la démesure, alors qu’un Suisse vient peut-être de réaliser une performance supérieure. On est dans la propagande, dans la promotion, dans la vente du sport à tout prix. À l’écrit, on a fait encore dans la démesure à tous points de vue. Si Gasquet va en demi-finale, quels qualificatifs va-t-on employer ? Et si jamais il allait en finale ? Etc. On est donc dans une sorte de vertige des mots, je parle de ce qui m’intéresse, de ce que j’arrive à émettre parce que si je n’ai pas la compétence de ceux qui m’entourent ; en tout cas moi, j’ai la connaissance du sport à partir de tous les témoignages qui m’ont été confiés, de tout ce que j’ai pu recueillir, de tout ce que je n’ai pas écrit aussi.

61Pour entrer dans l’intimité des sportifs, il faut accepter de ne pas écrire et de mieux comprendre. Généralement, pénétrer l’intimité des sportifs ou comprendre que le sportif, qui est sous influence plus que jamais, c’est l’autre, le compagnon. C’est cela qui est déterminant. C’est pour cela que le sport, aujourd’hui, me séduit toujours, parce qu’il y a des moments de toute beauté, le secret éclat du sport c’est une reprise de volée, ce sont des attitudes. Mais nous sommes dans une hyperbole aujourd’hui qui me fait peur pour le sport. Alors, quand mon compagnon de table, ici, à l’instant, évoque ce qui peut arriver dans le futur, on est encore dans le meilleur des mondes ! Donc, il faut toujours croire d’une certaine manière au sport parce que le sport voudrait montrer à la vie ce qu’elle pourrait être si elle était plus juste. Il veut formaliser cette idée-là, mais en pratiquant une inégalité juste. C’est pour cela que lorsqu’on parle de dopage à propos des politiques, des étudiants, etc., ce sont des épiphénomènes alors que le monde des sportifs est scellé à la comparaison permanente, à un podium permanent. Donc on ne peut pas comparer Balzac, Sartre, etc., à des sportifs, parce que dans le sport, on est ailleurs.

62Vous constatez que je tiens des propos qui ne sont pas forcément cohérents, mais c’est parti de l’idée du journalisme et je pense que le lecteur doit se montrer à la hauteur pour faire le tri. Mais aujourd’hui le sport est devenu inaudible souvent. À l’époque, à l’Équipe, on m’avait permis de tout faire. J’ai fait une série intitulée « Regards d’ailleurs face au sport » et j’avais approché des personnes dans un domaine tout à fait hétéroclite qui n’avait pas de rapport avec le sport. Et Roland Barthes dénonçait l’impérialisme du sport en tout. Or, je fais partie de ceux qui ont profité du sport, mais je pense qu’il faut prendre garde à beaucoup de choses, y compris dans le domaine scientifique qui me dépasse un peu. Dans l’expression du sport, dans la manière de l’aimer, de le faire aimer, il faut être plus que jamais vigilant, y compris lorsque l’on écoute le sport.

Jean-Paul CALLÈDE

63Le propos développé par Christian Montaignac est celui d’un spécialiste du sport qui a au moins trois qualités professionnelles : celles du journaliste, celles de l’essayiste et celle du romancier. Je serais tenté d’y déceler un souci commun orienté sur les valeurs d’authenticité que permet d’exprimer le sport et leur restitution par la plume. Ces valeurs ont souvent plus de relief psychologique chez ceux des sportifs qui sont dans la détresse, dans la solitude que chez ceux qui occupent la plus haute marche du podium. En revanche, la supercherie qu’est le dopage anéantit ces valeurs. Enfin, ces valeurs d’authenticité nous ramènent, grâce au sport, à la condition humaine et l’enrichissent.

64Merci à chacun des intervenants pour ces analyses doublées de témoignages très personnalisés. Je vois qu’on s’impatiente dans la salle. Je vous propose d’engager tout de suite l’échange.

Jean-Michel MARTIN

65J’aimerais poser une question au journaliste. L’objectif de Colette Besson aux Jeux Olympiques, en 1968, était d’être septième. Si elle avait été septième de la finale, elle aurait gagné son pari. Elle est arrivée première de la finale olympique du 400 m, à Mexico. Aujourd’hui, vous, journalistes, que faites-vous du septième ?

Christian MONTAIGNAC

66Justement, regardez la manière dont la presse a traité Marion Bartoli, qui a gagné le titre de sa vie en juillet dernier, à Wimbledon. La presse a parlé d’un parcours providentiel, d’une rareté. En tout cas, elle a eu le mérite d’aller jusqu’au bout. Mais ce qui m’a frappé le plus, c’est son adversaire en finale, l’allemande Sabine Lisichi, qui pleurait. C’était exceptionnel, pour elle aussi. Il s’avère que son entraîneur était atteint d’un cancer, il était condamné. Là, cette fille a pleuré plusieurs fois. On n’a pas eu un mot pour elle, pour ce qu’elle avait vécu. En revanche, regardez tout ce qui a été écrit dans la démesure à propos de Marion Bartoli.

67J’ai écrit Cœurs de losers, en 2008. Je me suis intéressé aux champions maudits. Je me suis toujours intéressé aux perdants, depuis la couverture de mes premiers Jeux Olympiques en 1972, parce que j’ai toujours pensé que les perdants avaient plus à dire, à tout point de vue, que les vainqueurs. Les vainqueurs se ressemblent, il y a un mimétisme, ce sont les mêmes mots, tandis que le perdant, dans ses silences, va au plus profond.

68Mon dernier roman : Le Soir venu (2012) devait s’appeler « PMF » par rapport à Pierre Mendès France, mais aussi par rapport à l’idée « peut mieux faire » ; c’est le destin d’un homme, français moyen, qui est toujours battu, qui vote toujours à côté, qui vote toujours du côté des vaincus, etc. Donc, j’ai toujours été attiré par ceux qui perdent, un peu par égoïsme aussi parce que je pense qu’ils ont plus à nous dire et que l’on a plus à recueillir d’eux. Combien de fois ai-je traîné dans les arrière-pelotons parce que je me suis toujours intéressé à ceux qui étaient sur le côté, dans la détresse, et qui franchissaient la ligne d’arrivée après le délai. Cela a toujours été ma pente naturelle. On me l’a assez reproché parce que ce n’est pas toujours rentable pour les éditeurs, sans doute, mais je serai toujours ainsi. Donc, pour répondre à votre question, la place de septième m’intéresse, ainsi que les suivantes.

Olivier COSTE

69Une anecdote qui va dans le sens de la question posée par Jean-Michel Martin. Aux Jeux d’Hiver 2012, Raphaël Poirée avait fait une entame assez catastrophique sur le 10 kilomètres. Pourtant, il était assez content de lui, sa glisse était revenue. Le journaliste l’interroge, déçu parce qu’il ne soit pas sur le podium et Raphaël Poirée répond qu’il n’est pas maudit, qu’il a une bonne glisse, qu’il est content, qu’il est assez confiant pour la dernière course en relais. En fait, le journaliste était extrêmement déçu parce qu’il n’obtenait pas les réponses qu’il souhaitait de la part de Raphaël Poirée. Donc, on peut être septième et être performant parce que c’est l’objectif qu’on se fixe, ou bien on doit être premier et on se retrouve neuvième, mais on n’est pas performant par rapport à ce qu’on faisait les jours précédents. Le haut niveau est rarement rectiligne. On rebondit sur les difficultés que l’on rencontre et qu’il faut résoudre. Cette anecdote est quelque chose qui m’a vraiment marqué et parfois je le rappelle lors de colloques quand c’est opportun. Les journalistes mettent toujours en avant les premiers, les performants, mais il y a des sportifs qui sont très performants et qui sont loin d’être des premiers intéressants.

Christian MONTAIGNAC

70C’est plus difficile pour les journalistes de radios et de télévisions qui doivent aller vite, qui vendent un spectacle. Pour l’écrit, il y a un décalage, ils peuvent raturer, revenir sur leur texte, c’est beaucoup plus facile.

71Justement, dans les courses cyclistes, on mettait « etc. » après le vingt-neuvième, le trentième, parce que l’on n’avait plus de place. Pour autant, il y a des cas très intéressants qui se cachent dans ce « etc. » et je pense que l’on peut ou doit vraiment s’y attarder.

Briac COLOBERT, entreprise PROTEOR

72Je suis intervenu ce matin sur les prothèses et voudrais apporter un petit complément. Je ne suis pas sûr d’avoir dit que l’on allait moins vite avec les prothèses. La question sur Pistorius se pose puisqu’il s’est fait battre la dernière fois, d’après lui, parce qu’il a conservé les prothèses homologuées pour participer avec les valides, alors que son concurrent, qui l’a battu, s’est autorisé à utiliser des prothèses plus performantes mais non homologuées. C’est donc une question de règlement parce que, pour moi, il est à peu près sûr que l’on est plus performant avec des prothèses, cela dépend simplement du règlement qui va être adapté et de la spécificité du mouvement que l’on cherche à obtenir et à reproduire avec une prothèse.

73Ma deuxième remarque porte davantage sur l’aspect sociologique et sur le fait que, dans le sport classique, on a un geste qui est standard.

74Vous parliez, d’un point de vue journalistique, de l’émotion qui s’exprime quand on regarde du sport. Personnellement, je pense que l’émotion est suscitée par le geste exceptionnel, le geste différent. Donc, la question des catégories m’a beaucoup interrogé, il y a beaucoup de catégories en handisport, mais il y a aussi beaucoup de catégories de poids dans différents sports, pour essayer de mettre à un pied d’égalité tous les compétiteurs, donc cela suscite des questions, pour moi en particulier. Pouvez-vous approfondir sur ces éléments-là ?

Sylvain PAILLETTE

75Concernant les différentes catégories, il n’y a à ma connaissance qu’un seul sport dans les disciplines paralympiques qui arrive à déjouer ce système de catégories, même s’il en conserve le principe, en tout cas dans l’application du sport et dans ce que l’on en voit quand il est présenté à la télévision ou quand on a l’occasion d’aller voir un match, c’est le Handibasket. J’ai eu l’occasion d’avoir un échange assez long avec le président de l’International Paralympic Committee, Philip Craven, qui est un ancien joueur de basketball anglais, et qui me disait que c’était un enjeu important de l’IPC de réussir à rendre lisible ces différents systèmes de catégories. Le paradoxe à l’IPC est qu’en fait il existe tellement de handicaps différents alors que l’objectif est de faire participer tout le monde, que les responsables de l’IPC sont tout de même obligés d’avoir un nombre de catégories différentes. Mais en même temps, ils ne voudraient avoir qu’une seule course au 100 mètres. En Handibasket, il n’y a qu’une équipe championne paralympique et ils ont réussi à trouver un système de règlement qui permet à tous les joueurs, dans différents types de handicap, de pratiquer ensemble. C’est beaucoup plus compliqué lorsque vous vous attachez à des courses en ligne comme la natation, comme l’athlétisme. Ils l’ont fait sur les championnats de France de natation où il n’existe pas d’artifice. Pour rendre attractifs les championnats de France, ils ont mis en place des séries au temps, alors qu’avant il y avait des séries en fonction des types de handicap. Il y a dix catégories en natation handisport sur le handicap moteur, il y avait donc dix séries : dans la première, les moins rapides, donc on pouvait avoir des handicaps lourds avec des handicaps très légers mais aussi de nageurs débutants, et sur la dernière série il y avait les handicaps les plus légers ou ceux qui étaient à très haut niveau et qui avaient un handicap un peu plus lourd. Finalement, au moment où on remettait les podiums quelques minutes plus tard, le public ne comprenait pas à la fois qu’une personne sans bras nage avec des gens qui ont deux bras et qu’un autre arrivait premier, par exemple, mais était arrivé dernier de sa série. Il y a donc un vrai problème de lisibilité des normes, à l’IPC, le paradoxe étant que l’on doit faire pratiquer tout le monde et, en même temps, rendre lisible les compétitions pour le grand public. Le sport valide résout ce problème, il a fait une pyramide, les meilleurs sont en haut, ceux qui vont le plus vite sont qualifiés pour les Jeux Olympiques, ceux qui sont moins bons participent à d’autres types de compétitions, comme les Masters, etc. En outre, je crois qu’il faut distinguer ce que vous appelez un geste exceptionnel d’un geste différent qui, lui, peut n’avoir rien d’exceptionnel.

Anne MARCELLINI

76Pour compléter ce que dit Sylvain, ce qui est finalement extraordinairement intéressant peut-être, c’est de comprendre que l’enjeu du sport paralympique est de faire participer tout le monde, ce qui évidemment est une absurdité pour le sport ordinaire, dans le domaine de la compétition à haut niveau. Et faire participer tout le monde, quelles que soient les aptitudes des uns et des autres, ce qui n’a pas de sens du point de vue de la logique sportive.

77Ce qui est difficile à expliquer, ce n’est pas que les règles soient compliquées, parce qu’elles sont très simples. Ce qu’il faut expliquer, mais on ne l’explique pas trop parce que cela peut porter préjudice finalement au spectacle sportif, c’est qu’en fait dans ce monde du sport paralympique, on a organisé et construit un système de réglementations qui permet la mise en présence de gens différents sans les considérer dans un rapport hiérarchique les uns avec les autres. Or, l’objectif du monde sportif est de créer les conditions d’une mise en ordre hiérarchique des compétiteurs au regard d’un certain nombre de dimensions qui ont à voir avec le corps biologique. Quand on commence à travailler sur le comment se passe la mise en équité dans le monde paralympique, on voit bien que l’enjeu, le centre de cette pratique, c’est la valorisation des différences, la valorisation de l’ensemble des gens quelles que soient leurs différences ; et que de l’autre côté, on se retrouve dans une configuration d’organisation d’un système de règles dans lequel on essaie de mettre en ordre hiérarchique les différences, ce qui n’est pas du tout la même chose.

78Il est donc normal que Philip Craven affirme que les médias expliquent mal les règles, etc. Mon point de vue et ma lecture sociologique de cette situation, c’est que les gens du monde paralympique connaissent très bien cette différence, mais les spectateurs sportifs ne le savent pas. On dit qu’ils ne comprennent pas, mais on n’a pas forcément envie qu’ils comprennent. On a une certaine inquiétude qui tient au fait que ce ne serait plus le même spectacle sportif. En dernière analyse ce sport ne renvoie pas à la même idéologie. J’ai l’habitude de dire à mes étudiants que la logique de construction du sport paralympique est une logique subversive par rapport au sport, par rapport à l’idéologie sportive. Ils ne sont pas d’accord avec moi et nous passons l’année à travailler sur les modes d’organisation, la façon dont c’est construit, la façon dont ça produit, qui ça valorise, qui ça dévalorise, quel type de classification des catégorisations des gens ça construit. C’est le problème des différences ; penser que toute différence a à voir avec une question hiérarchique. Ou bien, peut-on penser qu’il y a des différences que l’on peut appréhender dans une perspective d’égalité ? Ce n’est pas facile à concevoir, surtout quand on est sportif. Les différences quand on est sportif, c’est qu’il y en a un devant et un derrière soi. Cela renvoie à une différence. Une différence de quoi ? Cela dépend des interprétations, des sports. Mais dans le monde paralympique, il y a un enjeu de participation plus qu’un enjeu de hiérarchisation. Pas seulement tous les types de handicaps, mais toutes les personnes quelles que soient leurs aptitudes physiques. C’est-à-dire qu’au basket, en fauteuil roulant, il y a des gens qui ont des facultés de mobilité du tronc et des bras assez limitées. Il y en a qui ne peuvent pas se baisser pour ramasser le ballon par exemple. Donc, évidemment, dans une logique de sport de haut niveau, ils ne devraient pas être aux Jeux Paralympiques.

Olivier COSTE

79Si effectivement, il y a une logique de construction du handisport par rapport au sport valide, même si c’est un monde que je connais plus ou moins, je ne pense pas que ce soit non plus le « monde des bisounours ». La notion d’artifice existe, la notion de « boosting » est interdite, tout cela existe également dans le monde handisport.

80Je me souviens de Didier Cholet, qui était professeur en STAPS et qui s’occupait de la natation handisport, et que j’avais comme entraîneur en natation. Il me disait que le handisport était pire que le sport valide. C’était son expérience acquise dans le milieu de la natation qui lui permettait d’affirmer cela. Il s’occupait par ailleurs du sport valide universitaire.

81Même si la logique de construction est très intéressante, on retrouve, quoi qu’il en soit, un humain comme chez les valides qui se positionne un peu de la même manière.

82Il existe aussi les « Jeux Gays » où il y a une autre logique de construction, les gens y viennent, qu’ils soient lesbiens ou pas. Et si c’est un sport collectif, on tire au sort et on constitue des équipes avec des gens qui ne se connaissent pas. C’est une autre manière d’appréhender la performance. Cela intéressera certainement beaucoup moins les journalistes et je doute que l’Équipe ait évoqué à un moment donné les Jeux Gays.

Christian MONTAIGNAC

83On en est à l’âge de pierre à propos du handisport, des Jeux Paralympiques, etc. Vous parlez entre initiés. Ce que l’on appelle le grand public s’intéresse pour l’instant au sort d’Oscar Pistorius. C’est à peu près tout. Ce que vous dites est vraiment pertinent concernant toutes les fameuses inégalités. Le sport arrive à créer un ordre, et ça lui est facile, mais on en est vraiment au tout début. Et un jour, ce que vous dites, qui peut paraître obscur, deviendra plus clair à l’épreuve des faits et après que certaines polémiques, certaines affaires aient été traitées par le journalisme. Jusqu’à maintenant, le journalisme va trop vers ce qui se vend.

Philippe FONTAINE, CROMS de la Réunion

84Tout d’abord, je remercie tous les intervenants de la table ronde, et des autres séquences, bien sûr, pour la qualité de leurs interventions, c’est vraiment quelque chose pour moi de très haut niveau.

85Ma réflexion croise ce que je viens d’entendre, en fonction du contenu d’un mémoire de recherche que j’ai réalisé sur les maisons d’éducation de l’Île de la Réunion entre 1850 et la fin des années 1950, avec une partie sport bien présente. Il faut revenir au début des années cinquante à l’Île de la Réunion, on sortait d’une économie, de la colonie de plantation. En 1946, il y a eu les lois de départementalisation et les premiers effets commencent à se faire sentir en 1950. La prise en charge de jeunes délinquants, de cas sociaux dans une institution à l’Île de la Réunion reposait sur une méthodologie d’intervention privilégiant les activités de subsistance, les occupations agricoles, l’artisanat, et avec l’arrivée de la départementalisation ont été mises en place des activités de formation professionnelle ; et le sport était devenu un élément incontournable. Les sportifs de cette institution ont eu à leur disposition, à partir des années cinquante, des équipements sportifs qui n’existaient pas ou peu dans les villes de la Réunion. Il y avait des terrains de football, des terrains pour les autres sports collectifs, un gymnase, une salle de musculation et les sportifs bénéficiaient d’un régime alimentaire qui était souvent bien meilleur que celui des jeunes résidant dans leur famille. Un exemple m’a été rapporté : dans l’institution, il y avait un sac de sucre dans lequel les jeunes pouvaient puiser pour s’alimenter en sucre. À l’époque, on ne parlait pas de dopage, mais si le mot existait, je pense que l’on aurait pu parler de dopage, comme l’hydromel évoqué tout à l’heure par Monsieur Montaignac. Les jeunes avaient également des entraînements quotidiens adaptés, effectués dans des conditions supérieures à ce qui existait dans le civil. Donc, les normes n’étaient plus les mêmes. Le sucre et les repas équilibrés étaient-ils déjà des artifices pour améliorer la performance ? Quoi qu’il en soit, la performance était là. Ces jeunes avaient en moyenne 21 ans à l’époque. Donc, est apparue ensuite la notion de préparation physique déloyale parce qu’ils étaient bien meilleurs et qu’ils approchaient le haut niveau, donc en concurrence et en décalage par rapport à ce qui était proposé dans les clubs civils. Ils étaient donc placés, à leur avantage, sur un double pied d’inégalité. L’égalité dans la préparation sportive, l’instauration de valeurs et de normes généralisées, l’élaboration de nouveaux programmes d’entraînement, sont devenus plus tard des outils normés. Maintenant, une alimentation saine et équilibrée, des entraînements quotidiens sont devenus banals, mais il y a trente ans de cela, c’était quelque chose d’inimaginable. À l’époque, c’était très controversé et c’était relayé par les médias, visant l’institution qui s’appelait l’APECA, ce qui veut dire « Aide et Protection de l’Enfance Coupable et Abandonnée ». C’était relayé par les médias pour une autre raison aussi : les pensionnaires étaient issus de classes sociales défavorisées, majoritairement constituées de noirs et d’hindous, et ils obtenaient des résultats bien meilleurs que ceux de la « bonne société », la société blanche, la société dominante. Effectivement, tout un processus s’était mis en place : normes, valeurs, préparation, artifices. C’était il y a longtemps déjà. Dans trente ans, où sera placé le curseur, qui va le poser et qui va l’étalonner ?

Sylvain PAILLETTE

86Je pense que c’est la performance, avec ses conditions de réalisation, qui dira où est le curseur, dans le monde de l’entreprise comme dans celui du sport. Si des nageurs nagent en 40 secondes le 100 mètres ou en 20 secondes le 100 mètres, les normes auront évolué en conséquence. Comme pour le monde de l’entreprise. Celle-ci évoluera avec ses normes, elle les fera évoluer en fonction de ses performances. Je pense que la performance guide beaucoup les évolutions de normes. On le voit dans de nombreux sports qui, pour être médiatisés, pour être encore plus télégéniques, ont fait évoluer leurs règlements. Au tennis de table par exemple, il y a eu un changement de diamètre de la balle, il y a eu le changement de la couleur des ballons, que ce soit au water-polo, au volley-ball, etc. Les normes évoluent parce que les ballons vont de plus en plus vite, donc on ne les voit plus bien à la télévision et on change les normes, les codes, comme le handisport le fait pour se rapprocher du sport valide, pour essayer d’entrer dans la norme. Oscar Pistorius a été l’un des premiers à atteindre cet objectif avec une couverture médiatique. Cependant, en 1996, déjà, une athlète a participé au 1 500 mètres et qui était déficiente visuelle, un nageur sud-africain a participé à la finale du 200 mètres brasse aux Jeux Olympiques en 2000 à Sydney et qui était déficient auditif. Donc, le sport paralympique essaye de se rapprocher le plus possible de la norme des Jeux Olympiques parce que c’est la norme qui correspond à la représentation qu’a la société d’aujourd’hui du sport et des personnes en général.

87Dans le monde de l’entreprise, quand vous accueillez un collaborateur en situation de handicap, soit vous avez l’autorisation de compenser le handicap par rapport à la situation de travail et vous ne faites pas de différence, soit vous considérez la personne en tant que personne et de par sa performance individuelle qui est réalisée dans le cadre du travail. Elle est souvent beaucoup plus au-delà des autres personnes qui ont le même potentiel, alors que dans le sport c’est plutôt l’inverse. Et ces personnes-là sont très bien intégrées, à partir du moment où vous vous attachez à leurs performances et pas à leurs différences, vous réussissez à faire évoluer les normes, les choses et les mentalités. C’est ce qui structure beaucoup notre société aujourd’hui, le regard que l’on peut porté à la fois sur le sport et sur le handicap.

Jean-Paul CALLÈDE

88Ceci étant, je crois que la question de l’entreprise est à mon avis complexe. Tout à l’heure, Olivier Coste évoquait la nécessité de devoir « travailler à partir de l’homme », c’est me semble-t-il un peu en phase avec ce que nous dit Sylvain. Il y a aussi une ombre au tableau. Il faudrait en savoir plus sur les entreprises qui sont marquées par le harcèlement des supérieurs sur les subordonnés, les taux de suicides, les arrêts de travail répétés, l’absentéisme des salariés. Est-ce que ces entreprises ont une réelle disposition à s’ouvrir vers de jeunes handicapés ? Font-elles un effort pour les sportifs handicapés ?

Patrice BURGEVIN, Rennes E.C.

89Je voudrais revenir sur le titre de la 31ème USE Anne Marcellini a parlé de la définition des termes évoqués dans ce titre, et notamment du sport sans artifice. Les autres mots restent aussi à définir. Avant de vous inviter à réagir à mon questionnement, je voudrais cerner davantage ce « sans artifice ». On pourrait dire aussi un sport pur, neutre, propre. « Sport bionique », on pourrait dire un sport où il y a beaucoup d’artifices, notamment technologiques. « Amélioration ou condamnation ? », est-il souhaitable d’aller vers un sport bionique avec beaucoup d’artifices, ou doit-on le condamner, ou en tout cas le limiter ? Pour cerner davantage le propos, je vais me limiter au sport de compétition, mais pas forcément au plus haut niveau. Nous avons beaucoup parlé du sport des personnes handicapées. Il me semble que si l’on a créé les Jeux paralympiques, c’était pour permettre aux personnes qui, malheureusement, sont frappées par le handicap, de concourir entre elles sans être confrontées aux personnes que l’on dit « valides » et qui, a priori, n’ont pas de désavantages. Mais tout cela est assez compliqué comme nous avons pu le constater.

90Ce qui m’a particulièrement intéressé dans cette USE, c’est l’avenir. Olivier Coste a dit que cette USE était par certains aspects avant-gardiste. Ce qui retient mon attention, en me projetant un peu dans l’avenir, c’est que, dans de nombreuses années, avec les avancées technologiques considérables qui existent déjà et qui vont continuer inéluctablement, ce sera difficile de distinguer pour un être humain, si c’est un être humain « naturel » ou si c’est un être « non naturel », c’est-à-dire un mélange d’être humain « naturel » et de technologies plus ou moins extrêmes. Cela pose une question majeure parce que dans la compétition, il s’agit en principe d’avoir au départ, et quel que soit le niveau de la compétition, une certaine égalité des chances pour concourir, puisqu’il s’agit effectivement, dans la compétition, de faire un classement. Cela veut dire que ce n’est pas forcément une mauvaise chose d’être septième ou huitième, chacun pratique à son niveau de compétition.

91Voilà donc mon questionnement, tourné vers un avenir un peu plus lointain. Qu’en sera-t-il des êtres qui vont pratiquer le sport ? Seront-ils des humains à part entière ou des « humains robots » ?

Olivier COSTE

92Je vais essayer de préciser ma vision des choses. L’établissement des nouvelles normes va se faire par les instances chargées de ce travail. Elles le font régulièrement d’ailleurs, mais je pense que cela va aller beaucoup plus vite dans quelque temps. Ne va-t-il pas falloir prendre en compte deux grands domaines ? À la fois, cela doit être lisible, compréhensible par le grand public. Comme nous l’avons évoqué tout à l’heure, le classement des Jeux Paralympiques est assez difficile à suivre. Donc, peut-être prendre en compte une activité sportive de compétition dont le classement doit être compréhensible par le grand public. À côté de cela, je reviens sur ma notion de condition humaine, d’humain ou de sportif. Doit-on avoir peur de ce qui nous attend dans cinquante ou soixante ans dans le milieu sportif, même si l’on arrive sur du sport bionique ? Le sportif concerné ne sera pas encore hybride, il y aura toujours une pensée humaine, je l’espère, et l’essentiel est qu’un tel sportif soit heureux dans sa pratique sportive, ce qui n’est pas nécessairement le cas aujourd’hui. On voit des cas comme Andre Agassi, Marion Bartoli, etc., attestant qu’il n’est pas si simple que cela de faire du sport de haut niveau. Mais si toute la technologie concourt au fait que la condition humaine puisse être maintenue et que l’on puisse faire des sportifs heureux, c’est déjà bien. Ensuite, qu’est-ce qu’un sportif heureux ? Je ne le sais pas mais il faut tenir compte de ces deux critères, de ces deux objectifs. Peut-être y en a-t-il d’autres. Peut-être faudrait-il établir les nouvelles normes autrement que ce qui est fait aujourd’hui. Cependant, Il faut à mon sens toujours garder à l’esprit la notion de condition humaine.

Christian MONTAIGNAC

93Ce qu’a dit Anne Marcellini tout à l’heure est terrifiant d’une certaine manière. Le problème du sport, c’est de remettre l’humain au centre plutôt que le profit. C’est un postulat pour certains, c’est une profession de foi, c’est utopique. À côté se crée, dans la volonté d’attirer la lumière des caméras, un sport autre qui représente aussi un miroir aux alouettes. Il n’empêche que va s’épanouir un « sport bis », un sport différent, dès lors qu’il permet à des personnes « humaines » d’évoluer, de prendre du plaisir, c’est respectable. Le sport est plein de toutes ces manipulations, tous ces bricolages. Toutefois, pour l’instant ce n’est pas trop médiatisé, il n’y a pas une trop grande concurrence. On déplore, dans le milieu handisport, de ne pas bénéficier de tel passage à la télévision. Mais lorsque cela deviendra important, cela deviendra par certains côtés hideux, selon moi.

Anne MARCELLINI

94La question que vous vous posez est une question fondamentale dans la mesure où elle permet de relier deux préoccupations abordées dans cette université d’été. Pourquoi parle-t-on des sportifs paralympiques dans une problématique sur le sport bionique ? Parce que c’est la question des relations que l’on entretient dans cette société, entre le corps et les identités. C’est de là qu’il faut partir pour, peut-être, se projeter d’une façon sur des constructions imaginaires, hypothétiques. On voit bien que l’on a un rapport très fort sur comment un corps doit être pour être sportif, comment un corps différent peut être sportif mais dans telle catégorie parce qu’il manque telle caractéristique ? Il y a des relations entre corps et identité qui sont très importantes, du point de vue de la construction sociale, de la classification sociale, des catégories sociales. Vous êtes normal ou vous ne l’êtes pas, vous avez telle catégorie de handicap, etc. C’est repris du point de vue des classifications sportives. Et en fait, ce dont Bernard Andrieu a parlé dans ses conférences, c’est d’ouvrir des perspectives sur le comment les progrès technologiques vont transformer, et transforment déjà. Combien de gens sont-ils déjà implantés avec des pace maker, etc. ? Ce sont différentes catégories de gens, et à chaque fois que l’on fait une intervention technologique sur le corps, cela change la catégorie de la personne.

95Dans notre organisation collective, ce qui se passe à chaque fois, c’est que nous sommes dans l’obligation, pour se repérer, s’organiser, de reconstruire des catégories, des systèmes de classification. À partir du moment où l’on a eu la possibilité technologique de poser des implants cochlaires à de très jeunes enfants qui avaient une surdité détectée très tôt, il s’est produit un phénomène sociologique absolument inattendu de l’avis des médecins, mais pas étonnant de la part d’un certain nombre d’autres acteurs : la communauté des sourds a considéré que c’était une atteinte à sa propre identité, c’est-à-dire que l’identité des sourds était affectée par cette réalité technologique intrusive, à savoir qu’on allait pouvoir « guérir », en tout cas réduire ou réparer la surdité d’un certain nombre d’enfants sourds.

96Auparavant, il y avait les sourds, les malentendants, maintenant il y a les sourds gestuels, les sourds oralisés, les sourds implantés... Ce qui est intéressant par rapport à votre question, c’est de dire comment nous allons nous organiser pour nous classifier nous-mêmes dans la suite des opérations, et comment on va inventer ou construire de nouvelles catégories sociales dans cette institution sportive. Parce qu’il faut comprendre qu’il y a des enjeux très différents de classification dans le monde sportif et en dehors, mais, pour moi, la question que vous vous posez est un problème de classification. Il y a déjà en sport des séries que l’on appelle « toutes catégories », alors peut-être que l’on va créer des systèmes de compétition dans lesquels la classe « toutes catégories » sera ouverte à tous les dispositifs, ou limitée à tel ou tel dispositif. Vous voyez que l’on est en train de construire en fait une nouvelle définition de ce que serait le sport puisque, originellement, le sport est très attaché à la question de la naturalité biologique. Et puis, progressivement, la réalité de notre propre capacité de transformation de l’humanité nous rattrape, et finalement elle va créer des changements dans ce sport que l’on a inventé à l’époque où l’on ne savait pas faire cela. Évidemment, cela va changer toute notre société et peut-être aussi que cela va rendre caduque ce sport auquel on est attaché et auquel on s’identifie, qui est un sport « naturel ». Peut-être vit-il ses dernières décennies. Vous savez que le sport est un phénomène très récent, et s’il reste attaché à cette problématique de la naturalité, peut-être est-il, dans cette forme-là, une pratique qui va devenir quelque chose que l’on mettra dans le musée du sport, et on en fera un autre.

Un participant

97Je suis informaticien de métier, c’est à ce titre que je prends la parole. Je vais évoquer un point qui n’est plus d’actualité. Évidemment que les programmes sont plus forts que le meilleur joueur d’échecs du monde, c’est incontestable. Il y a même des programmes qui concourent les uns contre les autres. Sport bionique ? Si l’on se projette dans un lointain avenir, il est évident que le corps augmenté considérablement par la technologie sera beaucoup plus fort que le corps naturel, que l’homme naturel, sous réserve qu’il soit toujours commandé par un cerveau humain.

Colette ANDRUSYSZYN

98Je voudrais revenir sur un propos de Sylvain Paillette, que l’on n’a pas eu l’occasion de beaucoup développer : il a dit « on peut se demander si les aides, les artifices bénéficient vraiment à l’athlète ou plutôt à la discipline ». Est-ce que c’est l’athlète qui progresse, ou est-ce la discipline ?

99Je prendrai l’exemple classique de la perche. D’un seul coup, le perchiste a fait un bond énorme grâce à la fibre de carbone. Quand on lui redonne la perche métallique, comme on l’enseigne d’ailleurs aux enfants, il revient à un stade non évolué et il n’a pas le bénéfice de ce progrès « artificiel ». Dans cet effet-là, c’est bien la discipline qui a progressé puisqu’elle est devenue très spectaculaire. Le perchiste a dû changer sa technique, mais cela interpelle tout de même. Il existe beaucoup d’exemples dans d’autres sports.

100Ma question est la suivante : le véritable progrès de l’athlète est-il sans artifice, ou avec artifice ?

Christian MONTAIGNAC

101Il y a quelques décennies, un sauteur en hauteur soviétique du nom de Yuriy Stepanof avait détenu le record du monde avec un bon de 2,16 m (en 1957). Il était équipé de semelles anormalement épaisses. Cela a tellement posé question, à l’époque, que l’on a décidé d’interdire ces semelles. L’année suivante, l’IAAF décida d’interdire ce type de semelles compensées. En revanche, pour la perche, où il y a vraiment amélioration de la spécialité, cela n’a pas été le cas. On pourrait parler des techniques de lancer du javelot, etc.

Sylvain PAILLETTE

102Par rapport aux artifices, certaines disciplines sont fondées sur l’utilisation d’outils externes, donc on peut se poser encore plus la question. Par exemple, pour le tir à l’arc, entre les arcs utilisés en 1920 et ceux d’aujourd’hui, la différence est énorme. C’est spectaculaire de voir quelqu’un tirer à 90 ou 120 mètres lors des épreuves de Jeux Olympiques. Je pense qu’il y a 20 ou 30 ans, on ne pensait même pas pouvoir lancer des flèches aussi loin, et encore moins à atteindre la cible de manière aussi précise. En cyclisme, c’est pareil, si vous faites le Tour de France avec le vélo de Jacques Anquetil, ou avec celui de Lance Armstrong, ou encore avec celui du vainqueur de cette année, votre performance ne sera pas la même et vous irez forcément plus vite avec le vélo le plus récent. Donc, l’artifice accélère la performance de l’athlète et conditionne aussi ses méthodes d’entraînement. Les combinaisons de natation l’ont fait, même si on est revenu en arrière aujourd’hui.

Christian MONTAIGNAC

103Certains vélos ont été remis en question car il y a des contrôles. On est dans l’arbitraire.

Sylvain PAILLETTE

104Les fédérations essayent de contrôler les normes de ces artifices puisque l’athlète subit des normes, mais celui-ci en joue aussi, et il essaye toujours de déjouer les normes, d’être le meilleur. C’est pour cela que, sur l’exemple même des prothèses, avec le cas de l’athlète qui a utilisé des prothèses non homologuées et qui a battu Pistorius qui, lui, avait des prothèses homologuées, l’explication est simple. Il a essayé d’augmenter ses chances, il a trouvé un autre moyen, jusqu’à ce que les normes de l’IPC changent. Du coup, l’un sert l’autre. Est-ce que l’un dessert l’autre ? À un moment donné, c’est quand on atteint des niveaux de performance qui mettent en danger la santé de la personne et son intégrité physique qu’il faut se montrer sans concession. On touche à la limite du corps humain. Par exemple, dans le domaine de la planche à voile, le jour où l’on aura conçu une planche à voile sans aucune protection et capable d’atteindre du 200 kilomètres heure, on pourra se demander si l’artifice n’est pas trop dangereux. Et dans ce cas, peut-être reviendra-t-on sur des normes. Prenez les sports automobiles. On observe une évolution des normes, même en cours de saison, pour s’assurer que l’intégrité physique de la personne soit respectée. Il y a une telle évolution de l’artifice autour de la personne. C’est aussi montrer que les artifices concourent à faire évoluer l’athlète. L’un sert l’autre mais peut aussi le desservir.

Daniel BONZOMS

105Il y a une lutte entre le progrès humain, l’amélioration des performances et la prévention de la triche. On ne sait pas trop si c’est de l’amélioration ou de la triche. Alors, je m’interroge. Il est évident que l’on organise de plus en plus de procédures pour essayer d’empêcher les tricheurs, mais je me dis qu’avec les progrès actuels de la science, cela va devenir de plus en plus difficile, parce qu’il va falloir tester, savoir si ce sont des hommes ou des femmes, regarder s’il n’y a pas eu utilisation de produits dopants supplémentaires, regarder s’il n’y a pas des nano particules implantées dans le corps. Les sportifs vont devenir des sujets d’examens et d’expérimentations permanents et on sait que cela évoluera sans cesse, de jour en jour.

Robert DENEL

106Finalement, il y a deux sports. On a vu ce matin que, pour ceux qui sont installés dans le haut niveau, effectivement la technique va coûter horriblement cher. Conséquence, il va y avoir deux mondes, un peu comme dans la société où il y a les très riches et les autres. Je me demande si, finalement, cette évolution dont tu viens de parler à l’instant ne va pas coûter trop cher. On a vu ce matin que le prix d’une combinaison de natation s’élevait à 2 300 €. Je pense donc que le sport est à deux vitesses. Il y a ceux qui entreront dans ce processus-là et il y aura à la fois mobilisation de l’athlète et des fabricants. Comme pour les sports automobiles, il faudra mettre en évidence celui qui crée l’amélioration de la performance et l’athlète qui l’utilise. Mais on n’est pas le même monde que celui qui veut pratiquer de la compétition à un niveau honorable, et sans parler du sport de loisirs. La preuve, c’est que tout le monde ne pourra pas se payer cette combinaison à 2 300 €. On va donc évoluer vers un sport à deux vitesses, à l’image de la société actuelle.

107Comment faire pour que cela change ? On n’y a pas répondu vraiment. On a évoqué l’idée d’une approche systémique, transversale, pluridisciplinaire, mais je pense que nous n’avons pas été assez loin dans la réflexion. Il faut essayer de réunir les différents responsables impliqués dans les processus d’innovation pour essayer de trouver une réponse au dilemme amélioration ou condamnation. Pour moi, c’est une impasse, mais peut-être que je fais erreur.

Un participant

108J’ai découvert fortuitement cette Université Sportive d’Été, et elle m’a beaucoup intéressé. Par contre, je constate qu’elle est essentiellement ouverte vers les athlètes et vers le sport de haut-niveau. L’amélioration de la performance, on ne la conçoit essentiellement que dans ce domaine-là, du moins à entendre la majorité des exposés qui ont été proposés.

109Pour ma part, étant éducateur sportif et travaillant dans le domaine de la plongée, je suis confronté à une activité physique que l’on peut qualifier de sport, mais qui est un sport de loisir, et c’est un domaine dans lequel l’amélioration de la performance a été constante.

110Quelques exemples. Nous avons parlé des tissus d’Aréna. En plongée, concernant les tissus, la protection thermique, les néoprènes, on a fait d’énormes progrès et toute une ingénierie s’est développée. Tous les détendeurs qu’utilisent les plongeurs comportent des systèmes d’assistance respiratoire. On est dans l’amélioration de la performance. Concernant les palmes, un énorme travail a été réalisé en biomécanique, en particulier aux États-Unis, pour mettre sur le marché des palmes qui restituent une part de l’énergie emmagasinée. En ce qui concerne l’informatique, tous les plongeurs de loisir plongent en embarquant de l’informatique extrêmement sophistiquée, c’est-à-dire une informatique qui intègre des modélisations du corps humain et qui permet de gérer la saturation de l’individu en prenant en compte jusqu’à l’antériorité de ses plongées, à condition qu’il ait amené son ordinateur. Mais ces ordinateurs, désormais, vont beaucoup plus loin, c’est-à-dire qu’ils vont gérer le stock d’air, ils vont gérer la suite de la plongée, ils vont alerter le plongeur en fonction du stock d’air dont il dispose. Mais ces ordinateurs sont capables de détecter un essoufflement chez le plongeur. Or, on sait qu’en plongée, le principal danger et la principale source d’accident sous l’eau sont liés à l’essoufflement. Les ordinateurs alertent le plongeur sur le fait qu’il est en train de partir en essoufflement en observant sa consommation instantanée d’air.

111Donc, une amélioration de la performance qui est énorme, mais cela va au-delà. On a amélioré la performance de l’être humain en lui permettant de plonger avec des mélanges autres que l’air, donc des mélanges suroxygénés pour diminuer la quantité d’azote et la saturation de l’organisme, ou des mélanges sous-oxygénés pour aller beaucoup plus profond en limitant la pression partielle d’oxygène à laquelle on soumet l’organisme. Donc, là aussi, amélioration de la performance et avec des ordinateurs qui permettent de gérer cela.

112Tout cela est à la disposition du grand public, tout cela est maîtrisé par une grande partie des plongeurs parce que les techniques associées, la sécurité associée, les pressions associées font l’objet d’un enseignement extrêmement pointu.

113Par contre, en tant qu’éducateur sportif, il y a des domaines d’amélioration de la performance, même dans ce sport, qui me gênent. Quand j’accompagne des plongeurs de niveau 4, le plus haut niveau en plongée, par exemple sur un stage de 15 jours à Marseille, je sais que, confrontés à des épreuves qui demandent des capacités physiques, pour ne pas être éliminés parce que ces plongeurs ne font pas les temps minimum, le réflexe de nombre d’entre eux est d’aller le soir chez le pharmacien du coin, ou de téléphoner à leur copain qui est joueur en 2e division à Nîmes, pour savoir ce qu’ils peuvent ingurgiter. C’est donc quelque chose qui me gêne. Ce n’est pas tant le fait qu’ils utilisent à un moment donné ces expédients, mais c’est le fait que, n’ayant reçu aucune formation dans ce domaine, je ne peux effectuer aucune prévention auprès d’eux, sauf à leur dire et leur redire de ne pas le faire. C’est donc un domaine dans lequel je suis totalement démuni, moi et les autres qui avons été formés en même temps. Je pense qu’il faudrait se pencher sur cet aspect de l’amélioration des performances.

Sylvain PAILLETTE

114Votre exemple montre que le progrès technologique, en sport, ne profite pas qu’au sport de haut niveau. D’ailleurs les équipementiers sportifs le savent bien et ciblent la clientèle solvable, publicité à l’appui. À la remarque de Robert Denel sur le sport de haut niveau, on le voit notamment dans certains clubs universitaires, qui sont des clubs formateurs où l’on commence à avoir un peu d’aides techniques. Mais ensuite il y a des clubs dits métropolitains qui fonctionnent à une autre vitesse et qui utilisent des moyens technologiques qui ne sont plus du tous les mêmes. On a donc un sport à deux vitesses, entre le club de haut niveau qui peut être de type métropolitain, et le club formateur qui amène des athlètes vers de la haute performance, mais à un moment donné, cette haute performance nécessite forcément, et aujourd’hui de plus en plus, une aide matérielle et organisationnelle.

Olivier COSTE

115Je voudrais revenir sur la notion de catégorisation. Je travaille dans une Direction Régionale qui s’occupe des affaires sociales et j’ai l’impression que dans le monde du sport, dans celui de l’action sociale ou dans la société prise de façon globale, on catégorise les gens. Il y a des personnes qui malheureusement sont dans telle ou telle case, et c’est la société qui leur attribue ces cases. Pour quelle raison ? Peut-être parce que nous n’avons pas trouvé la solution pour faire autrement, et il vaudrait mieux se trouver dans la rubrique ou plutôt l’ensemble « toutes catégories ». Je pense que cela doit poser problème à certaines personnes pour se situer socialement. La société a peur de la différence. Elle l’enferme dans des catégories précises. Voilà que les sportifs handicapés peuvent s’adonner nombreux à leur activité de prédilection mais ils s’appliquent à eux-mêmes tout un répertoire de catégories. La société craint également certains changements. Des technophobes nous promettent beaucoup de malheurs dans un avenir proche, avec la création de nouvelles catégories d’êtres. Ne faudrait-il pas trouver une porte de sortie ?

Jean-Paul CALLÈDE

116Sans doute, et n’est-ce pas un peu la vocation de cette Université sportive d’été que d’expliciter des problématiques en des termes précis et, si possible, de constituer un corpus de connaissances opératoires ? Ce travail seul est à même de contrecarrer cet automatisme de la catégorisation tout en identifiant des spécificités, des nuances, à propos des individus et des groupes, qui ne doivent rien à ce que le sociologue Raymond Boudon critique sous l’appellation de « manie classificatoire ».

Anne MARCELLINI

117À propos des plongeurs, je voudrais juste dire quelque chose, parce que j’ai fait beaucoup de plongée à une époque de ma vie. La plongée en bouteille est une activité physique qui sort des définitions du sport au sens où l’on dira que le sport est forcément marqué par la compétition. De nombreux sociologues travaillent sur notre rapport à la performance et à notre recours aux médicaments. Un sociologue, que j’aime beaucoup, Alain Ehrenberg, auteur d’ouvrages sur ce sujet, affirme que l’on est parvenu à une étape dans notre organisation sociétale, avec le niveau de confort et de luxe dans lequel on vit, à une situation où les gens pensent que lorsqu’il y a un problème, quel qu’il soit, il existe toujours un médicament. À chaque fois qu’il y a une difficulté quelque part, il y a toujours un médicament qui peut la résoudre. C’est une modalité émergente dans notre rapport au corps et dans les relations que l’on entretient entre notre identité et la question de la gestion du corps et des rapports au corps. C’est quelque chose d’assez récent et en même temps, au travers du renouvellement des générations, qui se développe d’une manière assez saisissante. Effectivement, on a le sentiment que dans l’esprit des plus jeunes en particulier, il doit exister un médicament pour résoudre tout problème. Il s’agit d’une idéologie partagée. Tout ceci pour recadrer les questions que l’on se pose autour de l’institution sportive. Le sport n’est qu’une construction sociale. Elle existe et est hyper valorisée dans notre société, mais ce n’est pas du tout par hasard. On évolue dans une société qui entretient un rapport au progrès, à la performance, à la technologie, au dépassement, à l’excès, qui est peut-être le mot le plus important. On baigne dans une société de l’excès et on a un rapport à la question de la limite qui est très perturbée par rapport aux générations précédentes mais il n’y a que les plus âgés qui trouvent qu’il y a une perturbation dans le rapport aux limites. Les jeunes, eux, par définition, ne les situent pas au même endroit.

Jean-Paul CALLÈDE

118Merci Anne, nous pourrions nous saisir de ce que tu viens d’exposer pour ouvrir une autre perspective sur les tensions entre autonomie et dépendance des individus, entre solution offensive et solution supplétive, etc., y compris dans le domaine de la pratique sportive, sur fond de renouvellement des constructions générationnelles.

119Il nous faut clore la table ronde. Impossible d’esquisser ici une conclusion tant les interventions et les échanges ont été riches. Nos discussions nécessiteraient des demandes de précision supplémentaires au regard des points de vue qui ont été exprimés tant ils mettent en avant des aspects fondamentaux. Plus modestement, et dans l’immédiat, Il me semble qu’il y a quelques acquis à prendre en considération, même si c’est à chaud et toujours discutable. À deux ou trois reprises, nous avons dit que l’humain devait être au centre et que, malheureusement, c’était assez souvent le profit égoïste et le marché qui occupaient le devant de la scène. Ensuite, on pourrait retenir trois points.

120Un premier point se rapporte à la tension qui se fait jour entre la prétendue unité du sport, qui résiste mal à l’observation, et, à l’évidence, la grande disparité des formes de pratiques sportives. Robert Denel a défendu l’idée de deux sports, que le rapport économique à la technologie accentue. D’un côté la sophistication du sport de haut niveau, de l’autre le sport du plus grand nombre. Cependant, des sports non compétitifs et le sport de loisir bénéficient eux-aussi de ces avancées technologiques. Olivier Coste s’est interrogé sur la fonction sociale de certaines avancées technologiques qui peuvent ramener dans le domaine de la pratique sportive des personnes qui sans ces aides en seraient exclues. Au-delà de cet objectif, le sport bionique reste un saut dans l’inconnu. Anne Marcellini a décrit minutieusement les traits spécifiques du sport paralympique, qui sont aux antipodes du sport de compétition des athlètes valides. Cette logique « subversive » détonne par rapport à la logique « hiérarchique » de la compétition d’excellence. En termes de valeurs et de normes de société, faut-il rechercher nécessairement une logique inclusive qui pourrait caractériser un « monde du sport » ?

121Un autre point aussi, sur lequel nous avons fait quelques avancées, c’est par rapport au répertoire des normes. Il y a des normes qui peuvent être qualifiées d’institutionnelles, mais on voit aussi que des normes sont simplement organisationnelles, à l’échelle de telle ou telle discipline sportive. Les interventions de Sylvain Paillette et d’Anne Marcellini ont permis d’insister sur ce qui relève des normes techniques. D’autres ont à voir avec l’éthique. Olivier Coste est revenu à plusieurs reprises sur des aspects relevant de cette dimension. Cela évolue. Il y a peut-être – mais on en a moins parlé – des normes déontologiques liées à des engagements d’adultes encadrant des jeunes, peut-être aussi des normes éducatives qui seraient à définir. En principe, les normes sont constituées par l’ensemble des règles de conduite qui s’imposent à un groupe. Dans le cas du sport, nous l’avons vu, ces normes occupent une sorte d’interface entre les valeurs d’une part (on pourrait dire les idéaux et les principes du sport) et les mesures concrètes qui permettent de les garantir (à savoir les règles du jeu et les règlements). Tout doit se tenir et être cohérent : valeurs, normes, règles et règlement, tel est ce que le débat suggère. Au niveau le plus élémentaire, en sport, les règles sont la formulation d’une convention dont l’ensemble est accepté par les sportifs et qui définit le jeu. Elles contribuent au maintien de l’esprit du jeu et à sa transmission. Le règlement est un terme générique qui désigne plutôt un ensemble d’actes et de mesures définissant les conduites à tenir dans le cadre d’une organisation. Dans le domaine du sport, il intègre le respect des règles du jeu, celui des bonnes conduites et de leur portée normative et prévoit l’exécution de sentences en cas de manquement aux conduites attendues. Des règles ou des règlements qui compromettent l’équité entre compétiteurs ou qui mettent en danger le sportif sont toujours modifiées en fonction de ces principes.

  • 1 Montaignac Christian, Face au sport. Un regard d’ailleurs, Paris, Éditions Albatros, 1981 (187 p.) (...)

122Le troisième et dernier point renvoie aux propos de Christian Montaignac qui nous a parlé, s’agissant du sport, de la « liberté de l’excès ». Il a insisté aussi sur l’importance qu’il accordait à l’émotion, aux gestes exceptionnels, etc. L’esthétique échappe-t-elle à notre problématique d’aujourd’hui, à moins que nous ne l’ayons pas suffisamment invitée ou sollicitée ?... Après tout, il y a des valeurs esthétiques dans le sport. Peut-être est-ce au niveau des valeurs esthétiques que les deux mondes, celui des sportifs valides et celui des sportifs handicapés (hiérarchisation versus participation, égalité de départ versus différenciation de départ), sont réconciliés et forment comme un ensemble. Je vous renvoie aux analyses proposées hier par Éric Dugas. Par ailleurs, au nom de l’esthétique, on oublie tout, on pardonne tout, y compris aux athlètes dopé(e) s qui nous ont fait rêver par les sentiers de la gloire qu’ils ou elles traçaient, à la fois de façon réelle et illusoire. Cela fait partie des émotions humaines également. Christian Montaignac a dit aussi tout l’intérêt qu’il portait aux chemins de traverses qui permettent au journaliste, essayiste et romancier qu’il est de découvrir ou de redécouvrir le sport. Les peines, la malchance, le tragique d’une situation, les déceptions, les moments de grande solitude sont aussi le lot des sportifs et des sportives et ont une valeur qui participe de la grandeur de la personne frappée de déconvenue. Le sens de l’existence se donne à déchiffrer jusque dans l’expérience sportive. Sous cet angle de vue, la course à l’artificialisation, à l’amplification par des moyens techniques, biologiques ou chimiques, correspond à une hérésie : une logique de contournement de l’expérience sportive. « Le sport est nu », avait clamé Jean Durry lors de la précédente USE tenue à Montpellier. Dans l’avant-propos d’un livre intitulé Face au sport. Un regard d’ailleurs1, qui vise à abolir le monopole des faiseurs de poncifs laudateurs, Christian Montaignac nous invite à aimer autrement le sport, à le protéger, ce qui est aussi une façon d’aimer l’homme et de le protéger : et ce, « pour que l’homme vive mieux sa marche vers la mort ». Cet homme, « il ne refuse pas pour autant le droit d’être vigilant devant l’utilisation de cet incomparable pouvoir dans l’art de faire battre les cœurs. » Un sport sans artifice de langage. Sans artifice tout court !

Notes

1 Montaignac Christian, Face au sport. Un regard d’ailleurs, Paris, Éditions Albatros, 1981 (187 p.). Cit. p. 14.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search