Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Du sport sans artifice au sport bionique

 | 
Jean-Paul Callède

Séquence 4. « Citius, altius, fortius… Une sentence revue et « améliorée » par les sciences de l’ingénieur et la technologie ? »

Jean-Michel Martin

Texte intégral

Jean-Michel MARTIN, animateur de la séquence

1Nous allons aborder cette nouvelle séquence, la quatrième, qui s’annonce particulièrement dense puisque nous entendrons successivement quatre intervenants. Je vais donner la parole au premier d’entre eux, qui connaît bien l’Université Sportive d’Été, depuis ses toutes premières éditions, et que nous retrouvons aujourd’hui avec un grand plaisir.

Professeur Alain JUNQUA,
Président du Centre Régional d’Innovation et de Transfert de Technologie en Sport-Loisirs de Poitou-Charentes,
Académie Nationale Olympique Française

Le geste sportif, un thème de convergence performant pour développer chez les adolescents le goût pour les sciences de l’ingénieur

  • 1 Touchard Yves, L’École : faire et comprendre. La contribution de l’éducation physique à la constru (...)

2Qu’il me soit permis tout d’abord de rendre hommage à de glorieux anciens, certains sont encore dans cette salle, et parmi eux, à mon ancien condisciple du lycée Henri IV de Poitiers Jean-François Saurin avec lequel nous avons organisé les premières USE de l’UNCU à Poitiers. Je voudrais dire aussi que le contenu de mon intervention de ce jour doit beaucoup au travail de thèse d’Yves Touchard1, ici présent, un travail qu’il poursuit au sein de l’Académie Nationale Olympique Française.

3Nous avons à réfléchir cette année sur le thème suivant :

« Du sport sans artifice au sport bionique. Amélioration ou condamnation ? »

  • 2 Vigarello Georges, Vivès Jean, « Technique corporelle et discours technique », Revue EPS, 1983, no(...)

4Nous allons essayer de montrer qu’une réponse réfléchie à cette question requiert une culture de base en mécanique que le système éducatif et ses partenaires ont du mal à inculquer ; ainsi, le consultant à la télévision, ancien champion reconnu comme expert parce qu’il a su exécuter à la perfection une technique sportive, va décrire au mieux un savoir-faire à partir du souvenir de ses propres sensations ; par contre, il va se fourvoyer dans des explications qu’il voudrait scientifiques en empruntant des termes au vocabulaire scientifique de la mécanique, la discipline scientifique qui étudie le mouvement des objets et leurs causes. Georges Vigarello et Jean Vives 2 ont décrit excellemment le fonctionnement du vocabulaire dit technique dans le monde sportif ; leur travail fut, pour nous, à l’origine de toute une réflexion très liée à nos recherches sur les gestes sportifs. De quoi s’agit-il ?

À la recherche d’un moyen performant pour donner le goût des sciences dès l’adolescence

5L’image des sciences et techniques est de nos jours négative dans l’esprit des enfants et des adolescents, avec pour conséquence une désaffection préoccupante pour les disciplines scientifiques ; les causes en sont bien connues désormais et pourtant, développer le goût pour les sciences reste un échec notable pour notre système éducatif malgré tous les efforts entrepris ces dernières années. Le livre blanc de la commission européenne (novembre 1995) « Enseigner et apprendre – vers la société cognitive », rédigé sous la direction de Mme Edith Cresson et de M. Pradaig Flynn, en son temps, avait jeté un véritable cri d’alarme :

« Dans l’avenir, l’individu devra, de plus en plus, comprendre des situations complexes qui évoluent de façon imprévisible, mais dont la maîtrise devrait malgré tout être plus grande grâce aux progrès de la science. Il existe, dès lors, un risque que la société européenne se divise entre ceux qui peuvent interpréter, ceux qui ne peuvent qu’utiliser et ceux qui sont marginalisés dans une société qui les assiste ; autrement dit, entre ceux qui savent et ceux qui ne savent pas… »

6Déjà il y a 25 ans, un premier bilan était apparu comme négatif à propos des relations des jeunes avec la culture scientifique et technique ; la revue Culture Technique dans son no 18 avait étudié les raisons d’un échec toujours d’actualité. « Le scientifique définit, ou tente de le faire, des savoirs qu’il cherche à transmettre, à montrer, à exporter vers le public… Le scientifique, l’ingénieur, se font plaisir en traitant leurs propres préoccupations alors que les jeunes ont d’autres questions en tête. »

  • 3 Vergnaud Gérard, « Recherches en didactique et problèmes actuels de l’éducation », Le CNRS et la c (...)

7À peu près à cette même époque, Gérard Vergnaud 3 ouvrait un nouveau chantier pour la didactique des sciences. « La recherche en didactique ne consiste pas, comme on peut le penser naïvement, à rechercher les meilleurs moyens d’enseigner un objet de connaissances définies à l’avance et intangibles, elle peut, au contraire, remettre en cause les contenus de l’enseignement, leurs aspects pratiques et théoriques, tout autant que les méthodes d’enseignement. Comment rompre avec la représentation problématique du savoir et transposer, pour des élèves jeunes, le processus actif de la connaissance scientifique et comment organiser une relation vivante entre les aspects pratiques et théoriques de la connaissance ? » Une nouvelle politique d’approche des sciences était alors déjà préconisée par cet auteur : « Favoriser des produits culturels s’articulant sur les questions, les préoccupations quotidiennes des jeunes dans la mesure où elles sont repérées, ou sur des situations permettant de les faire émerger. »

  • 4 Giordan André et Souchon Christian (dir.), Les Jeunes et la culture scientifique et technique, Cul (...)
  • 5 Boy Daniel et Muxel Anne, « Étude sur les attitudes de jeunes de onze à dix-sept ans à l’égard des (...)

8André Giordan et Christian Souchon 4 souhaitaient dès 1988 de nouvelles formes de loisirs alliant sport et sciences, ou bien sport et techniques. En effet, Daniel Boy et Anne Muxel 5, dans leur « Étude sur les attitudes de jeunes de onze à dix-sept ans à l’égard des sciences et des techniques », avaient montré que le sport est l’activité pour laquelle les jeunes sont persuadés avoir les meilleures dispositions personnelles ; à la question : « Je voudrais que tu me dises comment tu te vois », les réponses en pourcentages furent les suivantes :

Je me vois comme :

En 1er

En 2e

En 3e

Quelqu’un de littéraire

16

11

12

Quelqu’un de scientifique

13

12

12

Quelqu’un d’artiste

10

15

16

Quelqu’un de manuel

17

23

18

Quelqu’un de sportif

36

22

17

Quelqu’un de technique

7

15

19

Aucun

0

0

0

SR

1

2

6

Légende : Toutes les réponses sont données en pourcentage.

Le sport : un domaine de médiation privilégié et peu usité jusqu’ici

  • 6 Moreau René, Colloque « Mécanique 2000 – La formation à la mécanique », 1995.

9Nous avons compris, à la lecture de tels résultats, que nous possédions là sans doute un moyen de rénover l’enseignement de la mécanique ? L’avis d’un expert, celui de René Moreau6, membre de l’Institut, rejoignit alors nos propres convictions : « Intégrer plus profondément la mécanique dans la culture et donner à chacun, à l’école, une meilleure appréciation de son importance stratégique devrait être un objectif national… Comment y parvenir ? Les programmes déjà surchargés ne laissent aucune marge de manœuvre. Par contre, rendre l’enseignement de la mécanique à la fois plus intéressant et plus efficace me semble possible. Nous avons la chance que la mécanique soit l’une des sciences incontournables pour comprendre les gestes et les exploits sportifs. Et nous avons la chance que le sport occupe une large place à l’école et intéresse beaucoup de jeunes gens… Ne pourrait-on pas s’appuyer sur les enseignants d’éducation physique et sportive, éventuellement dans le cadre de binômes avec leurs collègues de mathématiques ou de physique, pour initier les élèves aux concepts (force, réaction, trajectoire, puissance, quantité de mouvement, déformation…) et pour relier leurs sensations aux concepts et aux raisonnements de la mécanique ? Amener l’élève à comprendre que l’efficacité du geste sportif ou de l’équipement sportif est une affaire de mécanique pourrait, me semble-t-il, provoquer une vraie transformation de l’image de la mécanique chez nos concitoyens. »

10Un autre fait marquant constitue une grande nouveauté et aussi une opportunité à saisir : en 2010, dans les programmes officiels de l’Éducation Nationale, le sport est désormais désigné officiellement comme l’un des trois thèmes de convergence pour enseigner les sciences physiques et chimiques en classe de seconde des lycées.

  • 7 Leziart Yvon, « Moyens et capacités des lycéens en EPS », Revue EPS, no 258, mars-avril 1996.

11Nous fîmes à ce propos un constat très dommageable : les innombrables possibilités de travaux pratiques offertes en EPS pour assurer la maturation nécessaire des concepts mécanique, si difficiles à enseigner, ne sont pas pour autant explicitées ni même recommandées. L’EPS reste une discipline à part selon les élèves… et selon une grande majorité des professeurs d’EPS mais aussi des enseignants des autres disciplines des collèges et lycées. L’une des conclusions de la thèse de Yvon Leziart7 confirme que l’idée d’apports d’autres disciplines (sciences physiques ou sciences naturelles, biologie) comme pré-requis pour pratiquer l’EPS n’est pas présente à l’esprit des élèves.

Les difficultés rencontrées pour assurer la maturation nécessaire

  • 8 McCloskey Michael, « L’intuition en physique », Pour la science, Juin 1983.

12Or, la difficulté majeure de l’enseignement de la mécanique se trouve dans le fait que le développement des connaissances et des concepts newtoniens résulte d’un processus de longue durée. Gérard Vergnaud souligne cette particularité de la discipline « mécanique » de la manière suivante : « Les enfants n’attendent pas de recevoir un cours de mécanique pour se former à des conceptions relatives à la force et à la vitesse. Ces conceptions dites « spontanées » sont d’ailleurs renforcées par certaines explications des maîtres et certains documents pédagogiques notamment à cause de l’usage de modèles métaphoriques qui véhiculent à la fois des idées justes pour certains aspects et des idées fausses pour d’autres. ». Un exemple de modèle métaphorique erroné, à propos de la mesure de la détente des individus, nous a été fourni récemment dans la revue TDC du CNDP (no 1034, avril 2012). Le cas n’est pas isolé. On croit les lois de Newton bien assimilées après des études secondaires (même scientifiques) mais des tests indiquent le contraire : beaucoup de gens pensent de manière intuitive que le déplacement des corps obéit à d’autres lois. Une étude (avec enquête) de Michael McCloskey8 a ainsi montré qu’il existe une tendance des personnes interrogées à suivre spontanément, encore de nos jours, une théorie formulée par Jean Buridan, trois siècles avant Newton.

  • 9 Viennot Laurence, Raisonner en physique : La part du sens commun, Bruxelles, De Boeck, 1996.
  • 10 Les recommandations du MEN, Physique / classe de première S, CNDP.

13Laurence Viennot9, dans plusieurs ouvrages dont : Raisonner en physique, a également étudié cette difficulté à enseigner la mécanique newtonienne et ses travaux font partie de la bibliographie proposée par les recommandations du MEN10. De nombreuses approches pédagogiques comme celle de l’Institut IIME Bruxelles reposent désormais sur les travaux de Laurence Viennot ; à titre d’exemple, voici l’une des fiches consacrées à la troisième loi de Newton (schéma ci-dessus).

14En résumé, les divergences entre les deux types d’explication :

  • résultent de l’expérience quotidienne : modèle dans lequel le rôle primordial des forces de frottement n’est pas intégré.
  • ou de l’idéologie de la société : « celui qui l’emporte possède une plus grande force ».

L’originalité de notre méthodologie d’intervention

15Construire une approche scientifique de la pratique des activités physiques et sportives pour apporter des réponses aux questionnements des adolescents à propos de leurs propres « prouesses » athlétiques.

16Le but : Utiliser les A.P.S. en tant que domaine de médiation tant recherché pour développer le goût pour les sciences modernes de l’ingénieur.

17Deux conditions impératives pour cela :

  • Considérer l’être humain comme un système poly-articulé et donc multi-segmentaire ;
  • Créer des outils d’investigation simples, mais suffisamment performants afin que chaque adolescent puisse analyser ses propres gestes athlétiques et enregistrer ses résultats sur sa clé USB personnelle. Le but final étant d’inciter chaque adolescent à animer une discussion, pour une fois scientifique, au sein de la cellule familiale.

18L’étude d’une mallette pédagogique, produit d’une collaboration entre l’Institut Pprime CNRS (Groupe ROBIOSS) et le CRITT Sport Loisirs, a été financée par le CNOSF, la Fondation du Sport Français et des fonds européens FEDER. Elle comporte :

  • le dispositif ANAIS Évolution d’analyses cinématographiques 2D
  • une plateforme uniaxiale informatisée PP86

19Lors des Classes Olympiques Sciences et Sport, résultat d’une charte de travail conclue entre le CNOSF et l’Université de Poitiers, un atelier s’intitule la « Mesure de ma détente verticale » et cela a du sens pour tout élève d’un collège qui s’inscrit volontiers alors dans la démarche pluridisciplinaire suivante.

Les idées à faire passer sont tout d’abord du domaine de la mécanique

20Illustration immédiatement constatée des effets de la gesticulation sur les forces de contact sous les pieds. Actions de poussée du bâton sur la plateforme et en dehors de celle-ci.

21Mesure au cours du temps des forces d’interaction sous les pieds lors d’une détente verticale pieds joints (« impulsion », phase d’envol, réception sur la plate-forme).

22Filiation entre les évolutions de l’accélération du C.G. (mesurée), de la vitesse du C.G. (calculée), et de la position du C.G. (calculée) au cours du temps.

Mais différentes approches disciplinaires sont possibles

  • Sciences physiques : les deux méthodes d’analyse, cinématographique et dynamographique, leur complémentarité ; la notion de quantité de mouvements (d’un segment du corps, de la totalité du corps) ; pourquoi les athlètes dans l’antiquité sautaient-ils munis de massues dans les mains ? Etc.
  • EPS : la mise en évidence de la coordination gestuelle ; le rôle des segments libres ; l’histoire des différents styles au saut en hauteur ou comment l’empirisme devance parfois la méthode scientifique, etc.
  • Technologie : un pèse-personne, une plate-forme dynamo-graphique rudimentaire ;
  • Mathématiques appliquées et informatique : calculs itératifs d’aires sous des courbes par la méthode des trapèzes dite de Simpson.
  • Sciences de la vie : les muscles actionneurs les plus sollicités dans un saut à pieds joints.
  • Histoire des sciences et des techniques. Rien de bien nouveau pour autant…
  • 11 Demeny Georges, Mécanisme et éducation des mouvements, Paris, Félix Alcan, 1905. Rééd. Éditions EP (...)

23Georges Demeny11, il y a plus de 100 ans, avait déjà construit les outils scientifiques indispensables, un des premiers dispositifs chronophotographiques et la première plate-forme biomécanique.

Chronophotographie d’un saut en longueur

Chronophotographie d’un saut en longueur

G. Demeny, Mécanisme et éducation des mouvements, 1995, p. 352.

La première plateforme biomécanique uniaxiale

La première plateforme biomécanique uniaxiale

G. Demeny, op. cit., p. 258.

24Au début du vingtième siècle, deux manières d’enseigner les activités physiques et sportives s’opposèrent. Celle proposée par Pierre de Coubertin s’imposa très rapidement : « Méfiez-vous de la science… Que la science installe donc aux portes du sport ses intéressants laboratoires mais qu’elle renonce à la prétention d’en interdire l’accès à un empirisme indispensable ». L’enseignement actuel de l’EPS se fonde ainsi principalement sur les sensations à éprouver pour être performant et sur la transmission des règles d’actions qui en découlent. Georges Demeny, devenu en 1903 directeur du CSEP (Cours Supérieur d’Éducation Physique, une école de formation sportive et médicale), proposait une tout autre démarche : « La science doit de plus en plus éclairer les méthodes empiriques d’éducation ». Ce n’est pas sa méthode qui s’imposa en EPS et c’est tant mieux ! Par contre, il avait jeté les bases d’un enseignement performant de la mécanique mais il n’a pas su le faire savoir.

En conclusion

  • 12 Leclercq André, Séminaire ROBIOSS, Sport et ingénierie éducative, Poitiers, octobre 2012.

25La 31e université de l’UNCU nous interroge à propos du sport bionique de la manière suivante : « Ce scientisme ambiant déployé aux limites de l’irrationnel qui entoure aujourd’hui le sport d’exception n’est-il pas la marque d’un déficit de la raison qui devrait être comblé au plan politique par un vrai projet de société et au plan du sport par une éducation appropriée ? ». Nous sommes de ceux qui, comme André Leclercq12, prônons une culture appropriée à la fois humaniste et scientifique : « Le sport est un phénomène culturel essentiel. Son universalité, l’usage qu’en font les médias, les passions qu’ils déclenchent peuvent en faire un instrument d’asservissement des peuples. En revanche, la beauté du geste, les valeurs dont il est porteur, la motivation qu’il suscite, les pratiques physiques qui sont celles d’une grande partie de l’humanité peuvent en faire un facteur essentiel d’éducation et de formation au service des valeurs d’humanisme, de respect de soi et des autres mais aussi un puissant vecteur d’appropriation de connaissances liées aux activités concrètes ».

26La convention de partenariat entre le ministère de l’Éducation Nationale, le ministère de la Jeunesse, des Sports, de l’Éducation populaire et de la Vie associative, le ministère délégué à la Réussite éducative et le Comité national olympique et sportif français, signée en septembre 2013, prévoit de formaliser en commun des supports pédagogiques pour en particulier la mobilisation du sport comme média d’enseignement général.

27Nous pensons avoir été ainsi entendus.

28Pour plus de renseignements, veuillez consulter la page Facebook « Classes Olympiques Sciences et Sport ».

Colette ANDRUSYZYN, Présidente de l’UNCU

29Je voudrais prolonger l’intervention du Professeur Alain Junqua, et le conforter dans son propos de fin d’intervention. En effet, je viens de recevoir le projet de convention entre le CNOSF, le MEN et le ministère de la Jeunesse et des Sports. Je vous lis une des phrases qui figure dans les objectifs : « au-delà de l’EPS, dans un objet d’éducation par le sport, le recours aux sports analysés de manière raisonnée et avec esprit critique comme vecteur d’apprentissage pour les autres matières est favorisé ». Cela se trouve indiqué dans le préambule de la convention que le ministère de l’Éducation nationale vient de signer avec le mouvement sportif. Bien sûr, en écoutant l’exposé très clair d’Alain Junqua, je viens de comprendre aussi tout le travail qui a été réalisé en amont pour que le projet se concrétise.

Jean-Michel MARTIN

30Merci à Alain Junqua pour son intervention. Par rapport au thème de l’USE, sa contribution fournit deux ou trois apports majeurs. Le geste sportif est un excellent terrain d’éducation pour comprendre la mécanique. Ensuite, il n’est jamais trop tôt pour s’y employer dans le système scolaire. Enfin, toute connaissance scientifique se conquiert contre les croyances, les intuitions spontanées et l’ignorance.

31Nous allons maintenant entendre Monsieur Briac Colobert, du groupe PROTEOR. Je lui cède la parole.

« Prothèses. Le sport accessible », par le docteur Gérard CHIESA, diplômé de médecine physique et spécialiste en appareillage
Quels modèles de prothèses, remboursées par la Sécurité Sociale, permettent d’associer vie quotidienne et pratique sportive ? Quelles sont les spécificités des appareillages pour les amputés tibiaux ou fémoraux ?
Comment choisir la prothèse adéquate ?
L’Assurance Maladie prend en charge deux prothèses définitives sur trois ans. Ces prothèses peuvent avoir des caractéristiques différentes selon la demande des patients : tennis de table, footing, musculation… Notre travail est de réfléchir au type de matériel requis pour pratiquer ces activités sportives dites de loisir, en plus de la marche. Cet appareillage évolue au fur et à mesure de la progression du patient.
Quel est le protocole de fabrication d’une telle prothèse ?
Le protocole de fabrication pour un patient sans contrainte majeure de moignon débute dès la mise en place du projet de vie thérapeutique et/ou sportif avec le patient. Un cahier des charges est établi en équipe. Le médecin spécialiste en appareillage, l’orthoprothésiste, le kiné et les éducateurs sportifs définissent ensemble les éléments prothétiques. Par exemple, pour un amputé tibial, on valorisera plutôt une lame de marche durcie (avec un avant pied plus dur)…
À partir de quel âge peut-on être appareillé ?
On appareille les plus jeunes avec une agénésie (membre mal formé) dès 8 mois pour qu’ils puissent marcher à quatre pattes, puis se mettre debout comme les autres. On leur fait une prothèse facile à mettre pour la maman, légère et sans risque. Plus âgés, les jeunes se retrouvent via l’association Sportive Handisport du Centre de Rééducation et Appareillage à Valenton pour faire du ski, de la voile, du canyoning… C’est un excellent moyen de retrouver l’autonomie et de se réinsérer. Les ados jouent souvent au football, et parfois leurs copains ne savent pas qu’ils sont amputés.
Finalement, vouloir faire un sport régulier avec des lames de carbone, c’est comme vouloir conduire en Formule 1 au quotidien ?
Marie-Amélie Le Fur n’utilise pas les prothèses avec lesquelles elle pratique le sport de haut niveau dans la vie de tous les jours. Ce sont des prothèses extrêmement spécifiques qui coûtent très cher (10 000 à 15 000 euros) et ne sont pas remboursées. La lame de carbone n’est pas adaptée à d’autres activités sportives que le sprint. Dans notre établissement, nous proposons des améliorations de la prothèse pour favoriser la pratique du sport en loisir et pré-compétitif pour chacun de nos patients.
Enfin, vous pouvez contacter votre club handisport qui saura, à coup sûr, vous orienter.
Handisport, Revue officielle de la Fédération Française Handisport, no 155, mars-mai 2014, p. 48-49.

Briac COLOBERT
Ingénieur de Recherche,
Responsable R & D Handicap Conseil, PROTEOR

Le groupe PROTEOR

32Le groupe PROTEOR réalise depuis maintenant 100 ans des produits de grand appareillage orthopédique. On entend par grand appareillage orthopédique des prothèses ou des orthèses nécessitant une réalisation sur mesure, les prothèses remplaçant un membre perdu et les orthèses suppléant aux dysfonctionnements d’un membre toujours présent. Une des difficultés du métier de l’orthoprothésiste est de réaliser l’appareillage le plus adapté au projet de vie du patient.

33Ce projet de vie inclut bien entendu la pratique d’activités physiques et sportives. Ces activités sont souvent si spécifiques qu’elles nécessitent des dispositifs avec des caractéristiques très éloignées de celles d’un dispositif utilisé pour la vie courante. Nous pouvons prendre l’exemple de la prothèse de course avec les lames en matériaux composites extrêmement raides qui ne permettent pas une marche normale. La raideur de la cheville devenant surdimensionnée aux efforts de la marche, il n’y a plus de flexion de l’articulation prothétique de la cheville. Le passage d’une activité à une autre est donc un challenge même pour les transitions d’une activité courante à une autre. S’asseoir, se lever, marcher, monter des escaliers sont autant d’activités et de transitions entre des activités extrêmement complexes à gérer.

34Le travail d’innovation mené avec nos patients sportifs permet d’ouvrir des champs d’activités pour nos patients aux activités plus modestes. En ce sens, l’appareillage des patients sportifs constitue pour nous un laboratoire de solutions technologiques qui permet à terme une amélioration de la qualité de vie de l’ensemble de nos patients. Ces innovations sont les résultats de démarches transversales avec les patients que nous appareillons, nos orthoprothésistes et ingénieurs, les médecins spécialistes, les entraîneurs et les pôles universitaires spécialisés. L’expertise ainsi développée au travers de l’engagement historique de PROTEOR dans le sport de compétition est largement exploitée pour concevoir l’avenir de l’appareillage orthopédique.

35Cette expertise acquise en sport de compétition est notamment à l’origine d’une maîtrise poussée des technologies de carbone pré-imprégné utilisées dans les orthèses, les emboîtures prothétiques ou les lames de course.

36Plusieurs situations nous permettent d’aborder quelques-unes des nombreuses problématiques existantes pour le sportif compensé et/ou amélioré. L’exemple de Régis Senand, karatéka, s’il ne pose pas de problème dans la discipline des kata (sans adversaire), peut occasionner des blessures à son adversaire lors de combat. L’innocuité pour l’adversaire a aussi été soulevée par la FIFA concernant Martin Hofbauer, 20 ans, joueur de l’UFC Miesenbach (1re division amateur B) qui a été admis à porter sa prothèse de jambe lors des matchs de football. Jean Pierre Souffache, champion de France de cyclisme, bénéficie d’une prothèse de jambe à l’aérodynamisme amélioré par rapport à sa jambe saine. Marie-Amélie Le Fur vice-championne paralympique de saut en longueur et du 100 mètres exploite une prothèse de course en carbone pré-imprégné, du même type que celui utilisé tous les jours pour les orthèses courtes en carbone pour prévenir les flexions de pied excessives. Les prothèses de bain, non prises en charge par la sécurité sociale, sont aussi un champ d’investigation important car la demande des patients est importante. Aujourd’hui se posera également, de plus en plus, la question de l’intégration dans les pratiques sportives des technologies les plus innovantes de l’appareillage quotidien : citons par exemple la puissance de l’extension de jambe du power knee.

37J’espère que les illustrations qui accompagnent ma présentation vous donnent une idée de mes activités. Je me tiens à votre disposition pour répondre à des compléments d’information ou à des questions.

Débat

Jean-Michel MARTIN, animateur de la séquence

38Monsieur Colobert, en illustrant votre communication, vous nous avez montré un certain nombre de travaux que vous avez réalisés ou que vous mettez en œuvre actuellement. Je suppose que dans le domaine qui a été présenté, l’innovation est un aspect stratégique majeur. Est-ce que vous pouvez nous dévoiler quelques secrets de votre entreprise sur des projets que vous êtes en train de mettre au point ou de développer ? Au minimum, pouvez-vous nous indiquer des pistes sur lesquelles vous travaillez ?

Briac COLOBERT

39C’est évident que nous resterons secrets sur certaines choses, mais nous travaillons actuellement directement plus en rapport avec le handicap, et sur tout ce qui est textile avec le rajout de fonctions intelligentes. C’est une technique bien avancée destinée à être intégrée dans un premier temps dans les corsets de scoliose afin de pouvoir les rendre intelligents et pour amener les personnes à se corriger en fonction de la posture. Ce genre de technique nécessite des outils qui intègrent des mesures de pression. Les outils que nous avons aujourd’hui ne sont pas portables ni viables au quotidien. Nous travaillons donc sur des intégrations de composants intelligents dans des textiles portables au quotidien. La difficulté, c’est d’avoir des systèmes très robustes qui fonctionnent au jour le jour. Donc nous ne pouvons pas intégrer des fonctions de laboratoire comme cela. Il faut vraiment les rendre robustes.

Jean-Michel MARTIN

40Votre unique objectif est toujours de faire en sorte qu’à partir d’une conception spécifique, originale, vous puissiez la diffuser au plus grand nombre. Est-ce que je me trompe ?

Briac COLOBERT

41C’est un peu plus complexe. Certains composants sont de série. D’autres éléments sont toujours réalisés à l’unité. Ils sont agglomérés les uns aux autres et personnalisés. Parfois, c’est la technologie qui va être remise un peu en cause pour chaque patient. À chaque fois, la mise en œuvre est effectuée par l’orthoprothésiste, par exemple, la cuisson du carbone pré imprégné. Il y a différents types de carbones et différents types de fibres. La mise en œuvre fait partie des secrets des entreprises de manière à aboutir au meilleur résultat possible.

Patrice BURGEVIN

42Il y a deux jours, Bernard Andrieu a souhaité préciser la signification du terme « bionique » par rapport à l’augmentation technologique du corps par des prothèses qui sont vraiment intégrées dans le corps. Vous nous avez présenté tout un panorama de prothèses définies dans votre entreprise, qui sont plutôt des prothèses mécaniques. Est-ce que vous les qualifieriez aussi de bioniques ? Ou alors, sans dévoiler des secrets de votre entreprise, y a-t-il actuellement des réflexions, des recherches sur des appareillages qui ont ou auront une incidence sur le système biologique ?

Briac COLOBERT

43Nous fabriquons également des prothèses bioélectriques. Ce sont les électrodes de surfaces qui détectent le signal. Les innovations qui ont été faites par la DERPA aux États-Unis consistent essentiellement à ré-innerver des terminaisons nerveuses sur les pectoraux pour que lorsque le patient pense « flexion du coude » par exemple, nous détections le nerf qui actionne l’avant du coude, et nous relevons le signal sur le pectoral. Cela nous permet, derrière ce type d’opération, d’utiliser des prothèses classiques. Ces innovations sont des innovations chirurgicales mais le dispositif n’est pas spécialement innovant ; cela reste des prothèses bioélectriques.

44Nous savons aussi que des implantations chirurgicales directement dans le cerveau sont à l’étude mais, ensuite, ce n’est pas plus compliqué pour nous, si nous avons un signal, de faire une flexion avec un moteur, de complexifier le nombre de degré de liberté, etc. Il faut savoir en fait que, pour l’instant, les prothèses des membres supérieurs ne sont pas très efficaces. D’une manière générale, le port d’une prothèse de membre inférieur est de l’ordre de 80 %. 80 % des personnes qui ont une prothèse supérieure ne vont pas la porter car elles sont plus à l’aise avec leur moignon. Il faut vraiment qu’il y ait de grosses améliorations pour que cela soit réellement porté et utilisé dans la vie courante. Je ne me suis pas appesanti sur ce cas-là.

45Ce qu’il faut savoir, en outre, c’est qu’effectivement, il y a eu des innovations. Pourquoi ? Pour quelles raisons ? C’est parce qu’il y a eu des guerres et des blessés, et qu’il y en a encore de nos jours, sinon ce sont des niches de marché.

46Pour nous, par exemple, c’est quelque chose que PROTEOR ne développe plus depuis quatre ou cinq ans. Nous achetons maintenant nos composants et les assemblons nous-mêmes. Nous réalisons les prothèses mais nous ne faisons plus de recherche et de développement sur les composants de membres supérieurs.

Redha TAÏAR

47Vous nous avez montré beaucoup d’exemples, que ce soit sur le textile ou sur les releveurs pour les hémiplégiques, ou encore sur les orthèses et les prothèses. Ce que je voudrais savoir, mis à part la notion de prototypage que tous les industriels utilisent actuellement, pouvez-vous préciser où on est vraiment au point, dans ce domaine. Qu’est-ce qui vous distingue des autres industriels ? Tous les industriels ou les autres marques le font, en termes d’innovation et de technologie, etc. Quelle est votre spécificité, votre originalité ?

48Je vous remercie d’avoir précisé que pour le bras, par exemple, pour le moment rien ne fonctionne, et vous avez bien précisé cet aspect.

49Je reviens sur ma question. D’une manière générale, montrez-nous quelle est votre distinction et votre originalité ?

Briac COLOBERT

50Le marché est segmenté globalement en deux types :

  • des entreprises qui font de la série, donc des « releveurs de série » : on va les fabriquer dans des moules, les raideurs sont définies et ne sont pas personnalisées aux patients. On essaye de choisir une gamme mais ce qui ne va pas aller c’est que la raideur ne sera pas personnalisée aux patients et la forme ne leur sera pas adaptée ; alors que si on veut la porter tous les jours, il faut plutôt concevoir quelque chose de personnalisé.
  • Nous nous situons plutôt dans le gros appareillage, avec, à chaque fois un moule et une réalisation, une mise en œuvre personnalisée pour le patient. À chaque fois, l’empilement des couches est réalisé manuellement. Dans le cadre de prototypage rapide en France, on n’a pas de releveurs qui sont réalisés en prototypage rapide. Cela n’existe pas encore vraiment. En fait, la seule chose qui existe actuellement en prototypage rapide, ce sont les esthétiques de prothèses aux États-Unis car nous n’avons pas encore des fonctions, une qualité de matériaux permettant d’arriver à ce que l’on fait avec les matériaux classiques.

51PROTEOR est le numéro un français avec le meilleur releveur en composite pré imprégné. C’est nous qui avons mené les essais cliniques, qui avons fait le développement technologique et qui avons déposé le dossier de demande de remboursement auprès de la Sécurité Sociale. À côté, nos concurrents dans le domaine « grand appareillage orthopédique » nous suivent. Technologiquement, en tout cas, nous sommes en avance. Mais ensuite, c’est beaucoup de secrets de fabrication. Comment réalise-t-on ces orthèses ? C’est un secret.

Éric DUGAS

52Bonjour et merci pour votre intervention. Ce que vous venez de préciser m’incite à poser une question. Il s’agit d’une question portant sur l’aspect humaniste. Vous êtes numéro un en France sur le marché. Soit, mais l’êtes-vous aussi sur le plan humain ? Est-ce que vous légitimez la parole des personnes en situation de handicap ? Comme nous l’avons vu d’ailleurs à une époque dans le cloisonnement entre le médecin et le patient. Il y a eu cette Loi Kouchner, comme vous le savez. Les personnes handicapées ont-elles parties prenantes des décisions, des choix dans leur vécu ? Leur ressenti est-il pris en considération ?

Briac COLOBERT

53Je suis moins en contact avec les patients. Je pose donc la question à la directrice de la succursale de Montpellier, qui est présente.

Delphine JARRY, groupe PROTEOR, Montpellier

54Bien sûr quand un patient vient nous voir, nous discutons avec lui. D’abord, je rappellerai que nous ne sommes pas tout seuls forcément. Le médecin nous accompagne, l’équipe, l’ergo, le kiné, etc. Nous examinons avec le patient ce qu’il a envie de faire, et conjointement ce que nous-même pouvons lui apporter. Ce n’est pas forcément en nanotechnologie. Il faut connaître son projet de vie, son projet sportif aussi, si c’est le cas. La prothèse sportive n’est pas forcément la prothèse de tous les jours, quel que soit l’appareillage. Cela peut être aussi une orthèse et, dans ces cas-là, oui, bien sûr, il y a une collaboration entre le patient et nous, le médecin, le kiné, etc. C’est quelque chose de global. Cela ne se fait pas tout seul. C’est important de savoir ce que la personne désire et ce que nous sommes en mesure de lui apporter.

55C’est une collaboration, et au final nous pouvons toujours améliorer sa vie quotidienne et son activité sportive. J’espère avoir répondu à votre question.

Jean-Michel MARTIN

56Merci à vous deux. Le temps passe. Je vous propose d’entendre le troisième intervenant, le Professeur Redha Taïar, qui va nous parler des fameuses combinaisons de natation qui ont occupé le sommet de l’actualité sportive. Ensuite, nous laisserons le mot de la fin au Professeur Abdelhak Kabila.

Professeur Redha TAÏAR,
Professeur à l’Université de Reims Champagne-Ardenne,
Responsable de la section biomécanique du laboratoire GRESPI (Groupe de Recherche en Sciences pour l’Ingénieur)

Les combinaisons de natation : un regard sur la performance !

Introduction

57Depuis Marc Spitz et ses 7 médailles (figure 1), la natation sportive a connu beaucoup d’évolutions. Les méthodes d’entraînement, les connaissances liées à la mécanique des fluides, les technologies des textiles du maillot de bain et des combinaisons ont contribué à l’optimisation de la performance dans cette discipline aquatique.

Figure 1 – Le légendaire Marc Spitz et ses 7 médailles

Figure 1 – Le légendaire Marc Spitz et ses 7 médailles

© GRESPI-Taïar

58Cette activité se déroule dans un milieu liquide, l’eau, qui est un fluide. Le milieu dans lequel elle se déroule a une incidence sur les différents aspects liés à la performance. Cette dernière, se mesure à partir d’un temps sur une distance donnée. Le nageur peut être comparé à un corps de masse M. ; soumis à tout instant à une accélération proportionnelle à la somme des forces s’exerçant sur lui (2e loi de Newton). L’accélération du corps du nageur sur son axe antéro-postérieur (axe de déplacement) résulte des forces de propulsion (P) et des forces de résistance (R). Si P est supérieure à R, alors le corps du nageur sera accéléré. Il sera freiné dans le cas inverse. Les données de la littérature scientifique relatives à R et P restent limitées en natation. En effet, le nageur évolue dans un milieu fluide liquide dont les caractéristiques déterminent les forces de résistance et de propulsion :

  • Le nageur évolue à la surface de l’eau dans une position horizontale. Il n’est que partiellement immergé et se déplace entre 2 fluides.
  • Le nageur n’est pas un solide invariable. Ses segments changent de direction et de vitesse à tout instant du cycle de nage.
  • Pour se propulser, le nageur exerce des forces sur un fluide ayant une forte viscosité. Les points d’application et les forces exercées par le nageur sont multiples (mains, avant-bras, tronc, pieds) et variables.
  • Les forces de résistance qui s’opposent à son déplacement sont variables en nature, en intensité et en point d’application.

Figure 2 – turbulences et variation d’écoulement autour du nageur

Figure 2 – turbulences et variation d’écoulement autour du nageur

Les différents types d’écoulement sont observables autour du corps du nageur.
En A, écoulement laminaire : particules d’eau en mouvement unidirectionnel.
En B, écoulement turbulent : particules de fluide en mouvement dans les 3 dimensions
© GRESPI-Taïar

59La résistance totale mesurée résulterait donc de plusieurs composantes (résistance de pression, résistance de frottement et résistance de vague). Une mauvaise position du corps et des segments de nage provoquera l’apparition de turbulences qui freineront le nageur au cours de son déplacement. L’intensité de ces turbulences sera fonction de la vitesse du nageur (figure 2).

Évolution technologique de la natation de compétition

60La compréhension de la mécanique des fluides a orienté les chercheurs et industriels de façon à concevoir des combinaisons de natation destinées à diminuer la résistance à l’avancement. Beaucoup de recherches ont été nécessaires pour arriver aux résultats que nous avons aujourd’hui. Il s’agit de la modélisation du corps, la simulation d’écoulement, la technicité des tissus. Les figures 3, 4 et 5 illustrent bien cette évolution.

Figure 3 – évolution du maillot de bain et des technologies textiles

Figure 3 – évolution du maillot de bain et des technologies textiles

© GRESPI-Taïar

Figure 4 – modélisation et simulation de l’écoulement autour du nageur pour l’amélioration de la performance

Figure 4 – modélisation et simulation de l’écoulement autour du nageur pour l’amélioration de la performance

© GRESPI-Taïar

Figure 5 – optimisation du textile destiné à la conception de maillots de bain et de combinaisons. Utilisation des méthodes de simulation et de modélisation

Figure 5 – optimisation du textile destiné à la conception de maillots de bain et de combinaisons. Utilisation des méthodes de simulation et de modélisation

© GRESPI-Taïar

61Les outils technologiques dans la natation de compétition ont contribué de façon significative à l’amélioration de la performance des athlètes. La spécificité de la fibre textile, le tissage entre la chaîne et la trame ainsi que le patronage constituent entre autres autant d’éléments nécessaires à la quantification des performances des nageurs aujourd’hui.

62Les figures 6 et 7 illustrent ces évolutions chez Arena entre 2000 et 2012.

Figure 6 – illustration de l’évolution des combinaisons entre les années 2000 et 2012

Figure 6 – illustration de l’évolution des combinaisons entre les années 2000 et 2012

© GRESPI-Taïar

Figure 7 – évolution du textile et du comportement superficiel de l’eau

Figure 7 – évolution du textile et du comportement superficiel de l’eau

© GRESPI-Taïar

63Pour de plus amples développements, je me permets de renvoyer à la lecture de deux articles récents publiés dans la Revue TDC (CNDP), Sciences et sport, no 1034, 15 avril 2012 :

64Redha Taïar, « La chimie au service des nageurs. Hydrodynamisme, flottabilité… Les nouvelles combinaisons de natation, conçues dans des matériaux performants, ont permis d’améliorer considérablement les performances des nageurs lors des compétitions », p. 18-21.

65Redha Taïar, « Combinaisons gagnantes », p. 36-37.

66Je vous remercie de votre attention et me tiens à votre disposition pour répondre à des questions.

Débat

Jean-Michel MARTIN, animateur de la séquence

67Merci pour votre intervention. Nous allons ouvrir la discussion.

Robert DENEL

68En reprenant ce que disait Bernard Andrieu, on doit pouvoir s’interroger. Qui doit monter sur le podium ? Est-ce les fabricants comme pour les mannequins et le système de la haute couture ? Ou est-ce que ce sont les athlètes qui doivent le faire ?

Redha TAÏAR

69Je reprends votre question : qui va monter sur le podium ? J’aurai une réponse imagée. À 99 % c’est l’athlète qui doit y monter, et à 1 % c’est l’industriel.

70Le problème qui se pose est notamment dû à la méconnaissance du quotidien auquel sont confrontés ces athlètes. Je m’intéresse et suis globalement leur entraînement. L’exemple que vous prenez ici : le fabricant ou l’athlète ?, concerne des améliorations de centièmes de secondes. Donc c’est beaucoup plus la dernière touche, et guère plus. Mais un tissu comme ceux que j’ai présentés ne peut pas faire un champion. Il ne faut pas rêver.

Robert DENEL

71Nous savons bien que le champion s’entraîne, et que cela occupe l’essentiel de son temps. On voit bien ce qu’il fait mais la différence, c’est quand même le matériau.

Redha TAÏAR

72Les athlètes, dans le cadre de leur entraînement, utilisent un maillot normal. Ils portent ce prototype pendant la compétition. Cela veut dire que globalement la phase d’adaptation doit se faire sur les trois ou quatre jours et que ce soit cette partie-là qui fasse la différence entre deux athlètes. Mais s’ils s’entraînent trente kilomètres par jour avec tous les moyens d’entraînement, je dis « oui, cela contribue à la performance » mais il ne faut pas que l’on lui donne autant d’importance que cela.

Robert DENEL

73D’accord mais cela me semble contradictoire avec ce que l’on disait hier, c’est-à-dire que la technologie permettait à l’athlète de modifier sa nage. On nous a dit que la combinaison avait fait découvrir la glisse, que cela avait modifié les programmes et la structure des entraînements. Désormais, on nagerait mieux parce que l’on a connu la combinaison, même sans l’avoir. Donc, le nageur s’entraîne sans combinaison, et va nager en compétition avec une combinaison qui risque de transformer sa nage.

Redha TAÏAR

74C’est ce qui a été dit, effectivement, mais je ne suis pas du tout de cet avis. Pour moi, c’est complètement faux.

Isabelle DUVETTE, Groupe PROTEOR, Montpellier

75Est-ce que cela veut dire que les résultats qui sont établis actuellement chez ces champions de natation seraient les mêmes sans le port de la combinaison ? En termes de secondes et de chronométrage, est-ce que ce serait équivalent ?

Redha TAÏAR

76Il y a une petite variation mais en termes brut de performance, ce n’est pas significatif. Lors des derniers Championnats du Monde, on a mis un jour pour départager le premier du second sur le 100 mètres papillon parce qu’il y avait un centième de différence. La combinaison joue à ce moment-là. Voilà où ça risque de jouer, c’est-à-dire pour aider à départager les premiers. Les athlètes de haut niveau, actuellement, sont arrivés à un tel niveau qu’il y a très peu de variation entre eux.

Isabelle DUVETTE

77Pourquoi, pendant l’entraînement, les compétiteurs n’ont-ils pas le droit de porter ce type de combinaison ? Et s’il y a une raison, celle-ci peut-elle évoluer de manière à envisager de l’utiliser davantage afin d’améliorer encore les résultats ?

Redha TAÏAR

78En fait, à l’entraînement, des athlètes portent des combinaisons mais ce ne sont pas les mêmes technologies. Elles sont même beaucoup plus performantes. L’industriel globalement ne peut pas suivre derrière. Il y a des prototypes qui sont utilisés pour l’entraînement mais ce ne sont pas les mêmes technologies.

Isabelle DUVETTE

79À cause du coût ?

Redha TAÏAR

80Oui, à cause du coût. Et puis aussi en fonction des athlètes. Je vous ai montré celle de Jason Lamy-Chappuis, champion olympique de combiné nordique. J’ai toutes les mesures. C’est un prototype sur mesure, avec tout un ensemble de dimensions spécifiques.

Jean-Michel MARTIN

81Cela nous conduit quand même à faire référence aux résultats sportifs. Quand la France sera endettée dix fois plus qu’aujourd’hui, c’est-à-dire dans un an, elle ne pourra plus lutter contre le Qatar qui, lui, aura suffisamment de moyens pour pouvoir se payer tout ce matériel. On a évoqué cela à propos des lames qu’utilise Pistorius pour courir en compétition. Cet athlète a des sponsors, les fabricants de ses prothèses investissent mais ils bénéficient d’un retour de notoriété, etc. Pour autant, ce matériel est-il accessible aujourd’hui à tout sportif de compétition qui a le même handicap ? Ce n’est pas le cas.

Redha TAÏAR

82Ce que vous dites, je le partage à 100 %. La recherche et développement, la R & D, il faut mettre les moyens derrière. Ce qui veut dire aussi que sur ces aspects de la recherche, la prochaine étape, ce sera globalement une question de moyens.

Jean-Pierre RIVAL, Éducateur sportif

83Je m’intéresse notamment aux sports de l’eau puisque j’enseigne la plongée sous-marine mais j’ai parallèlement une passion, celle des sports mécaniques. Je me demande si dans le domaine de la natation ce que vous décrivez ne risque pas de conduire à l’évolution à laquelle nous avons assisté par exemple en Formule 1. Tout le monde connaît ce sport, c’est très médiatisé. Il existe un Championnat du Monde des pilotes et un Championnat du Monde des constructeurs et, progressivement, les pilotes qui avaient la maîtrise de leur Championnat se voient supplantés par les constructeurs. Par curiosité, vous regarderez lors du prochain Grand Prix le classement au départ, c’est-à-dire l’ordre des qualifications et vous constaterez sur la première ligne que deux pilotes conduisent la voiture d’un constructeur ; sur la deuxième ligne, les deux pilotes d’un second constructeur ; sur la sixième ou septième ligne, les deux pilotes du énième constructeur. En fait, on a l’impression que les sportifs et les conducteurs sont totalement interchangeables. En effet, ils sont arrivés, ainsi que vous le décrivez pour les nageurs, au même niveau de prestation et de compétences. Ce qui discrimine, ce qui les différencie, ce qui établit le podium, c’est le matériel utilisé et pas autre chose. L’exemple des sports mécaniques n’est pas forcément le bon exemple puisqu’il y a une prépondérance du matériel. Il y a énormément de matériel et de technologie embarquée. Il y en a beaucoup moins sur Laure Manaudou évidemment mais j’ai l’impression que l’on va quand même assister à cette évolution. Ceci dit, il n’y a peut-être pas de raison de le regretter.

Redha TAÏAR

84Vous avez pris l’exemple de la Formule 1. Il est un peu à l’extrême, dans le cadre des sports. Ensuite, il faut voir les marchés qu’il y a derrière. Si vous prenez l’exemple de la natation, si je parlais de 99 % d’athlètes, nous pouvons faire un Championnat du Monde des constructeurs sur les 1 % mais parfois cela fait gagner la Médaille d’Or et la Médaille d’Argent. Quand vous avez entre deux athlètes un ou deux centièmes, tout est relatif.

Jean-Michel MARTIN

85Merci pour votre intervention et pour les précisions apportées lors du débat. Nous allons maintenant écouter le Professeur Abdelhak Kabila.

Intervention de M. Abdelhak Kabila,
Président du Valenciennes UC,
Vice-Président de l’Université de Valenciennes et du Hainaut Cambrésis

Rapprocher le monde du savoir du monde économique

Jean-Michel MARTIN

86Nous avons la chance d’avoir parmi nous un Président de Club Universitaire qui a pour fonction, dans son Université, d’être en charge des relations avec le monde socio-économique, Monsieur Abdelhak Kabila, Vice-Président de l’Université de Valenciennes, est mathématicien de profession. Dans mon esprit, il y a d’un côté les mathématiciens et physiciens, et de l’autre les mécaniciens et techniciens. Que ceux qui ne se trouvent pas dans cette distinction, qui vise à souligner des complémentarités, me pardonnent. Il me semble que c’est une possibilité de mieux poser les relations qui se nouent entre l’Université et les entreprises. Monsieur Kabila, pouvez-vous nous donner votre avis à ce propos ?

Abdelhak KABILA

87Merci de me donner la parole pour ce qui sera essentiellement un témoignage. C’est ma première participation à une Université Sportive d’Été. Je suis très agréablement surpris par la qualité des conférences et le niveau des conférenciers. J’ai pu constater que les thématiques de sport renvoient sur beaucoup d’autres domaines : la recherche scientifique, l’économique, les entreprises, mais je n’oublie pas non plus les exigences formulées en termes de philosophie, de normes et d’éthique.

88Mon rôle à l’université est de rapprocher le monde du savoir du monde économique.

89En ce qui concerne l’expérience de mon Université, il faut noter que c’est une jeune Université qui va avoir 50 ans. Nous accueillons à peu près 10 000 étudiants, avec un millier d’enseignants et de personnels. C’est une Université qui a été créée pour répondre aux besoins des territoires de proximité. Elle axe tout sur la professionnalisation. Nous avons un lien très fort avec les entreprises, avec les collectivités territoriales. Nous faisons de la recherche partenariale, assurons des prestations de service pour les entreprises. Depuis 2007, naissance de la LRU, la Loi d’autonomie des Universités, nous assistons à un phénomène malheureusement d’actualité, ce sont les difficultés financières des Universités. Un certain nombre d’Universités sont « dans le rouge ». Il y en a même qui sont sous tutelle du Recteur. Avant la mise en place de ce dispositif, nous avions ce que l’on appelle une dotation globale de fonctionnement. Aujourd’hui, elle s’appelle subvention d’équilibre. Cela veut donc dire qu’il faut chercher des financements ailleurs, et ce que donne l’État sert juste à équilibrer la dotation.

90Il faut donc chercher des financements ailleurs, rechercher des partenariats, aller vers les entreprises, et tout cela est lié. Aujourd’hui, si on veut sortir de la crise, c’est et ce sera grâce à la compétitivité. Et si on veut la compétitivité, alors le seul moyen c’est l’innovation.

  • 13 Convention Industrielle de Formation par la Recherche.

91L’innovation : c’est la recherche fondamentale, la recherche scientifique. D’où l’idée de rapprocher le monde du savoir et le monde économique. Nos partenaires assistent à nos conseils, interviennent dans les formations, prennent nos étudiants en stage, financent des thèses de doctorats. Aujourd’hui, un des moyens plus performants pour rapprocher les laboratoires et la recherche fondamentale et appliquée dans les entreprises, ce sont les bourses CIFRE13. C’est un dispositif qui fonctionne très bien. Tous ces aspects vont avoir et auront une répercussion sur l’économie. Il y aura certainement des retombées économiques si on veut lutter contre le chômage. L’Université doit changer son rôle. Elle doit avoir une ouverture sur le monde socio-économique. Elle doit travailler avec les entreprises. Nous allons organiser une réunion en décembre prochain, en collaboration avec la Chambre du Commerce et d’Industrie. Nous travaillons avec les grands groupes parce que les PME, les OTI ne sont pas très « branchés » sur cette collaboration scientifique et donc, grâce à l’aide de la CCI, nous allons essayer de rapprocher nos laboratoires de recherche avec les Petites et Moyennes Entreprises. Nous avons créé une Société Anonyme de transfert de technologie. Comme je l’ai déjà indiqué, on assure des prestations pour les entreprises. Nous avons créé aussi un Comité d’Orientation Stratégique, formé d’industriels et de personnalités des collectivités territoriales.

92Pour revenir précisément au domaine du sport, nous avons huit laboratoires dont un où travaillent des équipes de recherche de biomécanique. Nous nous intéressons à tout ce qui est « handicap », « mobilité », à tout ce qui est ingénierie de la santé. Nous sommes une Université pluridisciplinaire hors santé, mais nous avons cependant des programmes et des travaux de recherche portant sur l’ingénierie de la santé avec des hôpitaux, avec des cliniques. Nous avons également un laboratoire qui travaille sur tout ce qui est matériaux nouveaux, ceux-là même que l’on retrouve dans la confection de prothèses. Je pense que le fait de rapprocher le monde économique du monde scientifique est une richesse, et il peut arriver que nous n’ayons pas une idée précise de l’importance de cette valeur ajoutée.

93Aujourd’hui, je suis agréablement surpris par cette rencontre qu’est l’Université Sportive d’Été parce que je vois qu’au-delà du sport, ou du prétexte du sport, nous parlons de beaucoup de choses et nous explorons des domaines d’activités majeurs qui bénéficient à la société dans sa globalité.

94Cette relation de rapprocher l’économique du scientifique débouchera certainement sur l’innovation, la compétitivité. Il faut aussi développer l’entreprenariat, tout ce qui est esprit d’entreprise, parce que, si nous avons une idée, nous l’exploitons, nous arrivons à quelque chose de concret, en termes d’applications, de réalisations. En revanche, si cela reste sur le papier, cela ne sert à rien.

  • 14 Sociétés d’Accélération du Transfert de Technologie.

95Je terminerai mon propos en revenant sur l’Université de Valenciennes. Nous avons mis en acte ces principes. Pendant deux ans, nous avons accompagné 25 projets de création d’entreprises. Sur les 25, il y 20 étudiants et 4 enseignants-chercheurs qui étaient ou sont impliqués. Et sur les 25 projets, 5 ont abouti à la création d’entreprises. Aujourd’hui avec les SATT14, qui sont des structures qui aident, dont les responsables viennent dans les laboratoires à la rencontre des chercheurs pour justement détecter toutes les idées qui peuvent aboutir sur de la recherche partenariale, sur la création de laboratoires publics, privées, etc. Cela peut déboucher ensuite bien sûr sur un dépôt de brevet, sur une création d’entreprise et donc jusqu’à la commercialisation des produits.

Jean-Michel MARTIN

96Je vous remercie pour votre intervention qui permet de faire le lien entre l’Université et le monde économique. Le Professeur Junqua, en ouvrant la séquence, a montré, preuves et réalisations à l’appui, qu’une des bases pouvait être de développer le goût des lycéens pour les sciences de l’ingénieur à partir du geste sportif. Il y a une continuité entre l’enseignement secondaire et l’enseignement supérieur.

97Nous arrivons au terme de la séquence. Je rappellerai la question à laquelle nous avions à nous confronter : « Citius, altius, fortius… Une sentence revue et “améliorée” par la technologie ? » Sur le programme, elle était accompagnée du commentaire suivant : « une approche scientifique du sport à la portée des lycéens et pour développer chez ceux-ci le goût par les sciences de l’ingénieur. Les combinaisons de natation, les vêtements de sport X bionic, (alpinisme extrême), les équipements électroniques portatifs, etc.

98Les matériels qui collent au corps, le marché de la consommation de masse et la transfiguration sportive de l’homme ordinaire. Des recherches et des solutions techniques qui libèrent la personne handicapée. Un nouvel eldorado pour les Universités et les entreprises. Recherche technologique et authenticité de la performance sportive accomplie » Il me semble que les quatre exposés qui nous ont été présentés ont apporté un éclairage majeur sur chacun de ces aspects. Un grand merci aux intervenants et à ceux qui se sont engagés dans le débat.

« … des moments de vérité »,
par Christian MONTAIGNAC
Ne cherchez pas, l’ombre de la défaite est l’éclairage le moins déformant. Elle est pareille à ce bain révélateur d’où sortaient nos vieilles images pour devenir visibles. C’est dans l’échec qu’un individu, une équipe, vont se dévoiler quand tout ce qu’ils ressentent les invite à se replier, bouche et vestiaire fermés. Compassion ? Sensiblerie ? Il n’est pas qu’une émotion de l’instant. C’est bien eux, les battus, qui nous ont attirés, papier ou pas à rédiger. Ils en disaient si peu mais nous parlaient tant. À les écouter, à les deviner, sombres et discrets, le versant le plus ensoleillé du sport nous apparaissait. Délestés du besoin de suivre un rituel, de céder aux paroles et aux images obligées, ils touchaient, dans leur recoin, à des moments de vérité.
Si leur douleur et leur solitude peuvent être intenses, si la tristesse et le sentiment de l’irréversible dominent, l’amertume, elle, n’est pas toujours de mise. Car les sportifs les plus respectables ne font pas partie de ceux auxquels tout réussit. Ils ont, répétons-le, beaucoup gagné à savoir perdre.
MONTAIGNAC Christian, Cœurs de losers, Paris, Calmann-Lévy, 2008 (161 p.). « Introduction », p. 18 et 19.

Notes

1 Touchard Yves, L’École : faire et comprendre. La contribution de l’éducation physique à la construction de la culture scientifique de l’homme de demain, Thèse de doctorat en STAPS, Université de Poitiers, 1997 (2 vols.).

2 Vigarello Georges, Vivès Jean, « Technique corporelle et discours technique », Revue EPS, 1983, no 184.

3 Vergnaud Gérard, « Recherches en didactique et problèmes actuels de l’éducation », Le CNRS et la communication, 1995.

4 Giordan André et Souchon Christian (dir.), Les Jeunes et la culture scientifique et technique, Culture technique, no 18, 1988.

5 Boy Daniel et Muxel Anne, « Étude sur les attitudes de jeunes de onze à dix-sept ans à l’égard des sciences et techniques », Culture technique, no 18, 1988.

6 Moreau René, Colloque « Mécanique 2000 – La formation à la mécanique », 1995.

7 Leziart Yvon, « Moyens et capacités des lycéens en EPS », Revue EPS, no 258, mars-avril 1996.

8 McCloskey Michael, « L’intuition en physique », Pour la science, Juin 1983.

9 Viennot Laurence, Raisonner en physique : La part du sens commun, Bruxelles, De Boeck, 1996.

10 Les recommandations du MEN, Physique / classe de première S, CNDP.

11 Demeny Georges, Mécanisme et éducation des mouvements, Paris, Félix Alcan, 1905. Rééd. Éditions EPS, 1994.

12 Leclercq André, Séminaire ROBIOSS, Sport et ingénierie éducative, Poitiers, octobre 2012.

13 Convention Industrielle de Formation par la Recherche.

14 Sociétés d’Accélération du Transfert de Technologie.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/4638/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 407k
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/4638/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 145k
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/4638/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 155k
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/4638/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Chronophotographie d’un saut en longueur
Légende G. Demeny, Mécanisme et éducation des mouvements, 1995, p. 352.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/4638/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
Titre La première plateforme biomécanique uniaxiale
Légende G. Demeny, op. cit., p. 258.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/4638/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 173k
Titre Figure 1 – Le légendaire Marc Spitz et ses 7 médailles
Légende © GRESPI-Taïar
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/4638/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 258k
Titre Figure 2 – turbulences et variation d’écoulement autour du nageur
Légende Les différents types d’écoulement sont observables autour du corps du nageur.En A, écoulement laminaire : particules d’eau en mouvement unidirectionnel.En B, écoulement turbulent : particules de fluide en mouvement dans les 3 dimensions© GRESPI-Taïar
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/4638/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Figure 3 – évolution du maillot de bain et des technologies textiles
Légende © GRESPI-Taïar
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/4638/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 169k
Titre Figure 4 – modélisation et simulation de l’écoulement autour du nageur pour l’amélioration de la performance
Légende © GRESPI-Taïar
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/4638/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Figure 5 – optimisation du textile destiné à la conception de maillots de bain et de combinaisons. Utilisation des méthodes de simulation et de modélisation
Légende © GRESPI-Taïar
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/4638/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 621k
Titre Figure 6 – illustration de l’évolution des combinaisons entre les années 2000 et 2012
Légende © GRESPI-Taïar
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/4638/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Figure 7 – évolution du textile et du comportement superficiel de l’eau
Légende © GRESPI-Taïar
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/4638/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 147k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540