Version classiqueVersion mobile

Du sport sans artifice au sport bionique

 | 
Jean-Paul Callède

Séquence 3. « Effets d’images, mise en scène des corps et formes de communication »

Éric Dugas

Texte intégral

Éric DUGAS,
Professeur en sciences de l’Éducation
ESPE d’Aquitaine, Université de Bordeaux
LACES EA 4140

Compétitions sportives, handicap et compensation, le perpétuel entre-deux : entre inclusion et exclusion

1En préambule, je tiens tout d’abord à remercier les membres de l’Union Nationale des Clubs Universitaire (UNCU), sa Présidente, l’Union des Journalistes de Sport en France (UJSF) et Jean-Paul Callède pour leur invitation à cette 31e Université Sportive d’Été.

Introduction

2La problématique centrale du colloque porte sur la question de l’amélioration ou de la condamnation de la pratique du sport avec artifice, jusqu’à l’épineux problème du sport bionique. La question est forcément complexe et donc ne se satisfera pas d’une réponse simple, qui d’ailleurs n’existe pas. Déjà, entre l’« artificiel » et le « naturel », les limites sont parfois floues et opaques : l’alimentation est un bon exemple, tout comme le souci définitoire du dopage couplé aux performances. Se pose aussi le problème de l’artificiel visible et invisible… Par analogie, je me souviens d’une question posée par un journaliste à Axel Kahn lors d’une émission radiophonique sur la différence entre l’inné et l’acquis (voir aussi son ouvrage Et l’homme dans tout ça ?, 2000). Sa réponse fut globalement de dire qu’il ne savait pas, mais qu’il était sûr d’une chose : ce qui est inné chez l’homme, c’est d’acquérir. Dans le sport de compétitions institutionnelles, surtout celui de haut niveau, une chose est sûre, les sportifs recherchent toujours la haute performance, synonyme de victoire et/ou de records. S’améliorer, c’est aller plus vite, plus haut, plus fort. Cette recherche s’obtient par la répétition d’efforts fournis à l’entraînement et, de façon légale ou illégale, s’obtient aussi par des artifices alimentaires, biologiques, biomécaniques, matériels, etc. Sur le plan éthique, la question peut alors se poser d’oser tricher ou non pour gagner (même si c’est sans honneur). Or, dans le cadre du sport, le fait de tricher est peu acceptable au regard de l’égalité de chances nécessaire au départ, et ceci pour mieux accepter l’inégalité à l’arrivée (Dugas, 2012). Si on s’en tient aux pensées de certains philosophes tels qu’André Comte-Sponville (2005), s’inspirant des travaux de Deleuze et Conche, la morale commande, par obéissance, ce que l’on doit faire, ce qui est bien ou mal, et l’éthique recommande d’adapter nos conduites sur ce qui est bon ou mauvais. La morale serait alors un discours normatif et impératif qui répond à la question « qu’est-ce que je dois faire ? », et l’éthique serait un discours normatif mais qui prône plutôt des conseils, des impératifs hypothétiques (selon Kant), qui répondent à la question « comment dois-je vivre ? ». Mais ceci n’est qu’un point de vue, qui crée l’objet de discussion.

3Ici, nous nous pencherons plutôt sur la problématique du handicap. Effectivement dès lors que l’on évoque le besoin (quel que soit le dessein) d’une « béquille artificielle », forcément, cela nous plonge au cœur du handicap et plus particulièrement des sportifs handicapés. Pour compenser toute altérité, l’évolution continuelle des technologies – grâce aux avancées scientifiques – aide la personne handicapée à vivre une réalité (plus) ordinaire (Gohet, 2010). Mais cette personne dès lors qu’elle se mue en sportif tire-t-elle forcément partie de cette compensation « bienfaitrice » ?

4Dans un premier temps, le point sera fait autour de certaines représentations péjoratives encore bien ancrées sur le handicap pour, dans un second temps, révéler en quoi le contexte d’exécution des conduites motrices dans le sport (compétitions officielles) peut, souvent, davantage séparer et ségréger qu’associer, mais qu’il peut aussi dévoiler, dans l’action, une certaine esthétique conduisant à un effacement fugace certes, mais « réel » du handicap. Ainsi, le corps compensé artificiellement et augmenté d’un sportif handicapé est-il réellement salutaire sur le plan du « vivre ensemble » ? Enfin, chemin faisant, nous envisagerons quelques propositions pouvant favoriser une meilleure homéostasie sociale d’un sportif peu ordinaire car « extra-ordinaire ». Peut-on gommer le handicap dans un nouveau type de rencontres « sportives » ?

Le handicap en questions

5Dans le quotidien d’une personne handicapée, sportive ou non, il existe plus d’obstacles que de facilitateurs, plus d’incertitudes que de certitudes. Malgré la loi du 11 février 2005, les avancées technologiques et l’accessibilité améliorée, la stigmatisation peut à tout moment surgir du fait de l’environnement physique et/ou humain. Si les représentations ne cessent d’évoluer, de se transformer au cours du temps, certaines ont la vie dure et, souvent, celles liées au handicap perdurent. Pour anecdote, lorsque j’étais chargé de mission handicap à l’Université Paris-Descartes auprès du Président Axel Kahn (2008-2012), deux facteurs renforçaient la situation de handicap des étudiants. D’une part, la prestigieuse université parisienne n’était pas modifiable à l’envie pour favoriser l’accessibilité des étudiants : au regard de la loi, les monuments historiques se restaurent mais ne se transforment pas aussi aisément, voire pas du tout. Bon nombre d’étudiants ne pouvaient, selon leur type de handicap, se mouvoir à leur guise dans les méandres des lieux de « Savoirs universitaires ». Nous sommes ici devant le premier type de situation de handicap, celui lié à l’environnement physique. Un escalateur ou une rampe d’accès efface, sur l’instant, le handicap d’une personne en fauteuil ; en revanche, un escalier la met en situation de handicap. D’autre part, nous avons eu l’occasion d’observer que les aides compensatoires et/ou prioritaires octroyées aux étudiants handicapés – tels que les places du premier rang dans un amphithéâtre, celles permettant d’accéder à une prise électrique, les tutorats enseignants, le temps majoré, etc. –, ne sont pas des allants-de-soi pour certains étudiants dits valides. Pire, la suspicion, le sentiment d’une discrimination positive, – surtout dans le cadre d’un handicap non visible et/ou d’une année de concours (médecine par exemple) – existent. C’est la deuxième situation de handicap : le regard de l’Autre porté à son endroit. Qui plus est, ce type d’interaction humaine contribuerait à la baisse de l’estime de soi, à l’augmentation du stress et de l’anxiété.

6Or, dans la pensée occidentale, la domination d’une représentation dualiste opposant le corps et l’esprit a longtemps conduit à réduire le corps à une machine (During, 2000 ; Dugas & During, 2008). Cette perspective incline à engendrer des discriminations, des préjugés et stigmatise, au sens goffmanien du terme, plus particulièrement les individus en situation de handicap. Pour Goffman, les stigmates, étaient généralement perçus soit comme des monstruosités du corps, soit comme des tares de caractère (Goffman, 1975 [1963]). Aujourd’hui, cette représentation dominante est largement remise en cause. L’homme est un « tout ». Mais comme énoncé plus haut, le temps n’a pas de prise sur certaines représentations négatives.

7Toutefois, comme le soulignait Lévi-Strauss (1950), l’individu n’est pas le produit de son corps, mais le produit de ses techniques et de ses représentations, ce qui conduit à reconsidérer la question de l’individu dans son environnement et peut ouvrir des perspectives nouvelles en ce qui concerne la prise en compte du handicap. L’homme « prothésé », l’homme « bionique » peuvent se fondre plus facilement dans la culture et la société d’accueil dès lors que le dualisme n’a plus lieu d’être. L’accessibilité devient plus aisée. En est-il de même pour un sportif ? Est-il moins isolé de par sa spécialisation ? Par exemple, l’objectif affiché de la Fédération Française Handisport est de rendre accessible au plus grand nombre le sport pour les personnes handicapées (activités variées de compétition, de loisir, de nature). Pour aller plus en profondeur sur cette question, il est nécessaire d’étudier le phénomène à partir d’une approche systémique du sportif, car trop de facteurs interdépendants s’immiscent pour sa compréhension.

Des sportifs, des pratiques

8Le sportif se met en action dans un système de contraintes issues des règles du jeu sportif pratiqué ; la logique interne de la pratique (Parlebas, 1981) va impacter sur le type de rapport à autrui, aux objets, à l’espace ; si bien que l’on luttera avec les autres, contre les autres, de façon séparée sur le plan moteur, simultanément (course du 100 m) ou alternativement (saut en hauteur), ou encore seul contre l’environnement physique. Cependant, une seconde logique, la logique externe, intervient de façon consubstantielle pour amener les sportifs handicapés à lutter avec les autres ou à côté des autres, sachant que l’individu (logique externe individuelle) possède toujours une marge de liberté pour influencer son parcours de vie et saisir ou non l’opportunité de pratiquer du sport ou une activité libre, pour accepter ou non une compensation, quelle que soit la nature de celle-ci. Dit autrement, la logique externe vient se fondre dans les contraintes structurelles de la première pour rendre intelligibles les conduites motrices des sportifs agissants. Nous distinguons donc deux catégories au sein de la logique externe : la logique individuelle et la logique organisationnelle. Pour la première, il est vrai que le pratiquant agit selon ses propres caractéristiques : l’âge, le genre, son historicité, la motivation et la compréhension de la situation jouée. Il réinterprète subjectivement le contexte structural du sport pratiqué.

9L’exemple d’Oscar Pistorius est frappant : sa volonté individuelle, son rêve de rivaliser avec les athlètes dits « valides » témoigne de cette logique personnelle, que d’autres sportifs ne partagent pas forcément. Dans ce jeu entre les acteurs et le système de contraintes (Crozier & Friedberg, 1977), le sportif possède donc une marge de liberté quant à ses choix, ses actions et ses interactions ludomotrices. C’est le reflet de la logique individuelle, placée en interaction avec d’autres entités, comme schématisé ci-après.

10Mieux comprendre le contexte d’action qui sépare ou qui unit, quand on est un sportif « compensé », voire augmenté par la technologie, revient à faire un détour par la théorie des jeux. Celle-ci permet de mieux comprendre les différentes catégories de pratiques physiques et les modes d’interactions dans lesquelles les personnes handicapées agissent. La théorie des jeux (Von Neumann & Morgenstern, 1944), sous l’angle mathématique, trouve des applications en économie, en sociologie, en psychosociologie, en théorie de l’évolution, etc. Elle contribue à analyser certains comportements humains, des situations de conflits, au regard de leur prise de décision. Cette modélisation mathématique peut être transposée de façon originale dans le champ des jeux sportifs (Parlebas, 1986 ; Collard, 2008 ; Dugas, 2011a). L’éclairage mathématique, peut, d’une part, faciliter l’analyse et la construction d’une typologie des différentes catégories sociales de pratiques physiques existantes et, d’autre part, permettre de mieux saisir en quoi les techniques corporelles jouées (Mauss, 1934) sont consubstantielles des facteurs socioculturels. En théorie des jeux, les items tels que liste de joueurs, ensemble, choix et gain sont autant de critères qui caractérisent le jeu (Guerrien, 2002).

Compétitions sportives et handicap ou le perpétuel entre-deux : la compensation individuelle et collective. Figure 1. Représentation graphique des trois entités systémiques en interrelation, sous forme de réseau de l’approche systémique du pratiquant. Analyse interactionnelle des logiques interne et externe (Parlebas, 1999) pour rendre intelligibles les conduites de l’individu, et du sportif en particulier. (Dugas, 2011).

Compétitions sportives et handicap ou le perpétuel entre-deux : la compensation individuelle et collective. Figure 1. Représentation graphique des trois entités systémiques en interrelation, sous forme de réseau de l’approche systémique du pratiquant. Analyse interactionnelle des logiques interne et externe (Parlebas, 1999) pour rendre intelligibles les conduites de l’individu, et du sportif en particulier. (Dugas, 2011).

11On observe essentiellement quatre types de jeux :

121- Les jeux à un joueur ou contre la nature : les sportifs évoluent en « solo » dans leur espace physique d’accomplissement qu’ils affrontent ; ils courent par exemple le 100 m côte à côte, en coprésence simultanée, mais sans interaction motrice obligée, une ligne blanche séparant les acteurs ; ils s’opposent aussi en alternance dans les épreuves de lancer ou de saut. Enfin, les activités se réalisent soit dans un milieu figé, souvent standardisé dans le sport (gymnastique, lancers, courses en couloir), soit dans un milieu incertain (surf, ski, escalade ou voile en solo, etc.). Comme le stipulait Parlebas (2008), les pratiques aux JO exaltent pour moitié environ l’exploit individuel dont bon nombre de gestes sont automatisés. Dans ce contexte, l’athlète aidé de « technologies compensatrices » pose problème, concernant les compétitions classiques, du fait du respect de l’égalité des chances au départ (le parcours – du combattant – de Pistorius en est un bel exemple). L’aide peut donc devenir un handicap qui contrarie certains désirs ; dans la vie quotidienne ou dans la pratique de loisir, il en est tout autre.

13À contrario, la mixité valide/non valide n’est pas recherchée coûte que coûte par les sportifs handicapés dans le cadre de leur pratique, surtout s’ils viennent de l’extérieur : le choix plus que l’imposition pourrait-on ajouter.

14En outre, si le sport de haut niveau rassemble peu d’épreuves en milieu « naturel », celles-ci se multiplient et progressent dans le secteur du loisir. D’ailleurs, la Fédération Française Handisport ne s’y trompe pas ; les pratiques en milieu naturel dépassent en 2013, les 30 000 licenciés, soit un bond de 9,25 % par rapport à juillet 2012. À ce sujet, une enquête originale de Laporte (2005) révèle qu’il faille plutôt encourager la pratique du sport en milieu naturel pour favoriser le lien social et particulièrement la sociabilité. Il existe effectivement une sociabilité plus fournie (fréquence des occasions de sorties et réceptions d’individus) chez le pratiquant de « sport » de pleine nature que chez le pratiquant de sports standardisés. Ceci avec les précautions d’usage du fait que la sociabilité dépend de multiples facteurs entremêlés.

152- Des jeux de pure coopération où l’esprit d’équipe (un « super joueur ») est privilégié ; l’action de chacun est fortement liée à la solidarité avec autrui dans un but commun (cordée, spéléo, acrosport, patinage, bobsleigh, etc.). Les enquêtes en psychologie sociale convergent pour dévoiler que ce type de rencontres, surtout dans un milieu naturel, renforce la cohésion socio-affective, le bien-être relationnel. C’est là que l’hétérogénéité, la différence peut être une véritable force d’inclusion, le tout étant plus que la somme des parties qui le compose. L’« unicité », au sens d’Edgar Morin, prend toute sa mesure comparée à toute la démesure, parfois, du sport de haut niveau. Mieux que la coprésence, valorisons l’« inter-présence » en coopération.

  • 1 Rémi Richard, L’Expérience sportive du corps en situation de handicap. Approches praxéologique et (...)

163- Les jeux de duels à somme nulle. Ce que l’un gagne, l’autre le perd. Le sel de l’incertitude du sport, et des émotions liées, est ici à son apogée. Ces rencontres sportives de club – compétitions « excluantes » désignant un vainqueur (Parlebas, 2010) –, sont légion : duels de combat, de raquettes, de sport collectifs… La victoire à tout prix, contribue à augmenter le culte de la performance (Ehrenberg, 1991), parfois au détriment des autres et ce, aussi bien dans les sports classiques qu’en handisport. Rémi Richard1 (docteur en STAPS), que Bernard Andrieu et moi-même avons encadré dans ses recherches, montre que dès qu’un jeu se « sportifie » (foot-fauteuil) avec son lot de compétitions nationales et internationales, l’ambiance change, l’exclusion peut guetter, du fait de la sélection En haut de la pyramide, peu d’élus !

17Certains joueurs du foot-fauteuil ont une expérience difficile du haut niveau et de l’évolution de leur sport. Notamment, Rémi Richard, en interrogeant ces sportifs, relève « que certains d’entre eux estiment que si la discipline devient paralympique, cela va exacerber les enjeux compétitifs, qui eux-mêmes entraîneront “une perte identitaire”. Beaucoup évoquent un esprit de famille, qui s’est déjà estompé depuis que la FIPFA existe, et en particulier, depuis qu’une équipe de France a été créée. […] D’une certaine manière, les valeurs paralympiques sont perçues comme incompatibles avec les valeurs actuelles du foot-fauteuil. Celles-ci risqueraient de dénaturer l’esprit du foot-fauteuil originel, c’est-à-dire l’esprit du foot-fauteuil local. » Toutefois, tout joueur handicapé ne partage pas ces opinions, la logique individuelle fait déplacer le curseur du vécu sportif, plus ou moins, d’un côté ou de l’autre du ressenti. De même, faut-il encore une fois différencier les activités pratiquées en loisir de celles pratiquées en compétition.

18En résumé, ces jeux sont strictement compétitifs. L’affrontement conduit à ce que le gain de l’un égale la perte de l’autre (duel) : le conflit au sens de la théorie des jeux est total. Là encore, la différence, la ségrégation entre sportifs valides et non valides (trop augmentés ?) peut se faire plus ressentir dans ce rapport dominant/dominé au nom de l’égalité de départ, tout comme la problématique autour du dopage…

  • 2 Les athlètes paralympiques sont classés au sein de différentes catégories selon leur degré d’infir (...)

19Et dans cette configuration, les Jeux Olympiques et les Jeux paralympiques se ressemblent, même si bien sûr, dans ces derniers, l’hétérogénéité et la différence liées au handicap sont acceptées2, ce qui est d’importance à souligner ; encore faut-il être parmi les élus de cette élite paralympique…

204- Les jeux à somme non nulle, ou semi-coopératifs (le gain des vainqueurs n’est pas égal à la perte des battus) permettent de mettre au jour le dualisme entre l’intérêt particulier (l’égoïsme) et l’intérêt collectif (la coopération). Ce conflit d’intérêts est chose commune dans bon nombre de situations sociales (Boudon, 1977). L’affrontement réglementé favorise la coalition entre joueurs ou entre plusieurs équipes, parfois au détriment de l’éthique sportive (accord tacite, négociations bien connues entre deux cyclistes au cours d’une échappée, pour la victoire d’étape) ; ces activités, à conflit partiel, favorise la rencontre de avec l’autre. Elles sont moins nombreuses dans le sport de compétition alors qu’elles regorgent dans les jeux de loisir. Elles sont le fermant de communications praxiques originales, du lien social.

21En synthèse, l’analyse des structures de la pratique ludique et le type de pratiquant donnent un aperçu de ce qui peut devenir un frein ou une opportunité lorsque l’on est une personne handicapée qui veut s’inscrire dans la réalité d’une vie ordinaire. À l’instar d’Anne Marcellini (2007) et d’autres spécialistes, nous pensons, qu’outre l’activité pratiquée pour elle-même, le fait d’aller dans un club sportif, ou dans tout autre structure, permet de sortir de son isolement, d’une situation enfermante (établissement spécialisé, etc.). Cette possibilité offerte, grâce à la compensation individualisée et collective (accessibilités aux clubs, associations) est, comme le soutient Patrick Gohet (2010), un atout pour la réalisation de l’insertion ; on ajoutera un des ciments de la socialisation. L’échange, la rencontre et la communication praxique sont autant d’éléments-clés du « vivre ensemble » et du « bien-devenir ».

Images et représentations

  • 3 Dugas Éric, « Arrêt sur image et effacement du handicap », Colloque Handisports de haut niveau : i (...)

22Un autre aspect peut être pris en considération, l’image visible du sportif handicapé se déplaçant avec ses béquilles technologiques. On sait que bon nombre de spectateurs associent des représentations et des vertus positives aux corps performants des sportifs ordinaires (corps-spectacle). Les images d’un sportif handicapé ont-elles la même résonance ? Peut-on aller jusqu’à évoquer l’esthétique d’un corps en mouvement3 ?

23Il est vrai que parmi les techniques corporelles, les techniques sportives prennent une dimension particulière. Le sport tend à magnifier et à exalter les prouesses d’un corps entraîné qui se met et se meut en spectacle. L’excellence motrice s’inscrit dans la performance sur soi et sur les autres. Ce corps-spectacle évolue généralement dans un monde artificiel, créé de toutes pièces, pour susciter de l’émotion chez les spectateurs, un véritable « show sportif » (Vigarello, 2002). Le sportif handicapé participe aussi à cette mise en scène corporelle. Dans le domaine du handicap visible, ce corps altéré, permet-il au sportif en situation de handicap d’être, l’instant d’une performance, un sujet social à part entière, sans perdre la face (Goffman, 1974 [1967]) ?

24En s’appuyant sur quelques images de sportifs en action, en situation de handicap visible, nous pensons effectivement que cet espace sportif peut devenir le théâtre d’un corps en mouvement qui libère, dans un temps fugace, l’individu handicapé des chaînes sociales de l’entre-deux, pour révéler un corps mêlant performance et esthétique.

25Lorsqu’il se meut en pratiquant compétiteur, une véritable esthétique se dessine, une harmonie se dégage jusqu’à une impressionnante maîtrise de son corps, de l’espace et du temps et de la relation à autrui (Dugas, 2011b). Il n’y a plus une dépendance matérielle mais « interdépendance du couplage homme/matériel » qui s’extériorise pour exprimer, sans les mots, cette magnifique synthèse corporelle, cette (ré)incorporation dynamique du matériel (Murphy, 1990 ; Warnier, 1999). Ce bel équilibre esthétique se substitue à l’altérité observée ; l’homme-appareillé, « prothèsé » est ici valorisé, admiré plus qu’épié ou objet de curiosité. Autrement dit, lorsque l’exploit souligne la performance, son évidente beauté semble effacer toute disgrâce.

Figure 2. Arrêt sur images : vers l’effacement du handicap ?

Figure 2. Arrêt sur images : vers l’effacement du handicap ?

Source : Épreuve de 1 500 m T54 à Londres, le 3 septembre 2012 (K. Wigglesworth/ SIPA).

Source : Éric Dugas.

26Ce regard positif peut rejaillir dans le quotidien en banalisant celui porté sur l’individu appareillé se déplaçant dans la rue. Sur un autre plan, bon nombre de progrès technologiques, d’objets créés initialement pour les personnes handicapées ont profité aux personnes dites valides (jeunes ou moins jeunes) dans leur ordinaire (landau, escalateur, etc.). Et l’allongement de la durée de vie ne peut que rendre plus sensible aux avancées des compensations matérielles et techniques.

27Mais il existe le revers de la médaille. D’une part, la médiatisation et les retransmissions télévisées des sportifs handicapés sont largement moins présentes que pour les sportifs « valides », et ce n’est qu’un euphémisme. D’autre part, lorsque l’objectif de la caméra est effectif, il se dirige de façon bien ciblée. Celle qui est la plus communément admise et acceptable : la mise en scène des corps contrôlés, spectaculaires (Marcellini, 2007). Plus difficile, dans la vision occidentale, de filmer des personnes rampant sur un sol pour attraper un ballon (volley assis) ou des joueurs au lourd handicap (tétraplégiques, IMC).

28Le cas de Pistorius laisse aussi songeur au regard des événements extrasportifs : le rêve réalisé n’agit pas comme un filtre magique. La compensation matérielle ne compense pas tout. Car l’homme est un tout, une personne handicapée est d’abord un homme, et comme tout un chacun, il est empli de doutes, d’incertitude et de décisions rationnelles, émotionnelles ou absurdes. Ce qui place la personne handicapée dans la réalité ordinaire. En généralisant, certains spécialistes du handicap tels que Stiker (1982 et 2005), pensent que l’intégration sociale permet plus facilement et de manière plus subtile d’exclure du jeu social. En fait, une loi qui se veut intégrative – celle du 11 février 2005 – peut masquer une réalité plus exclusive qu’il n’y parait au premier regard. Il évoque ainsi la théorie de la liminalité double qui s’inspire des travaux de Murphy (1990). Selon la gravité de leur déficience et de leurs limitations d’activité, les personnes handicapées sont placées dans des centres spécialisés, dont le fonctionnement peut, dans certains cas, stigmatiser leurs comportements. L’auteur ajoute même que lorsqu’elles reviennent prendre une place dans la vie sociale, le regard de l’autre posé à leur endroit n’occulte pas le passé : « Ainsi elles ne sont ni rejetées, ni pleinement acceptées ; ni mises à l’écart, ni intégrées » (Stiker, 2005). Elles sont dans un entre-deux. Ainsi, dans le feu de l’action sportive, ce corps en mouvement performatif, compensé, « technologisé » parfois, est un instant, un moment, pour être soi-même, pour être comme les autres sans discrimination négative ou positive. Mais globalement, comment sortir de ce perpétuel entre-deux ?

Propositions et réflexions : vers un nouvel espace de rencontre sportive ?

29- Première proposition : commençons par le sport de haut niveau. Si le sport « spécialisé » peut parfois plus isoler et/ou concurrencer qu’unifier, on peut se poser la question suivante : faut-il inventer un terrain commun de rencontre entre sportifs handicapés et « valides » ?

  • 4 Site web, nouvelObs+ (Dugas, 2012), http://leplus.nouvelobs.com/contribution/619602-jeux-paralympi (...)

30Si le sport classique sépare rationnellement des catégories de sportifs au cours de compétitions (sexe, poids, etc.) au nom de l’équité sportive, aux JO, le lien social subsiste car tous les sportifs peuvent se côtoyer au village olympique le temps des Jeux ou aux abords des lieux de compétitions4. Or, les Jeux paralympiques ne se déploient pas dans le même temps. La séparation est un fait avéré. Pourquoi ne pas envisager des épreuves dans le même temps, les mêmes lieux sportifs et extra-sportifs sur trois semaines ? Certes, il existera toujours une ségrégation ludomotrice pour préserver l’égalité des chances au départ, mais se frotter à l’autre aux abords des terrains et du village olympique peut se révéler être un ciment de la socialisation, le reflet d’une vie ordinaire où la mixité sociale est un principe. D’aucuns diront que ce n’est qu’illusoire sous couvert du principe de faisabilité (capacité d’hébergement du village olympique, logistique, budget astronomique...). À l’impossible nul n’est tenu s’il s’agit exclusivement de lever des obstacles matériels. Mais d’autres facteurs s’immiscent, ne nous voilons pas la face.

31- Seconde proposition : dans la pratique même du sport, pourquoi ne pas créer des rencontres du « troisième type ». Certains spécialistes du handicap et du sport (Anne Marcellini ou Gilles Bui-Xuân entre autres) proposent depuis longtemps, l’apparition d’un « nouveau sport » par l’annulation du handicap en évoquant des jeux à handicap (« équité », « équilibre » par les capacités et non pas par la mesure du corps biologique). Des formes de jeux que l’on peut retrouver par ailleurs, mais pas dans le haut niveau du sport ordinaire. À titre d’exemple, on peut jouer ensemble au basket en fauteuil (points-limites selon les capacités des joueurs), au Torball (tous les sportifs ont les yeux bandés, handicap plus distinctif, égalité des chances) ou encore au Goalball. Mais est-ce une volonté de tous, handicapés et non-handicapés ? Les enjeux sportifs de compétition dépassent sûrement le jeu.

32- Troisième proposition : plus futuriste, nous pourrions proposer, dans la continuité de ce qui précède, des futurs sports avec un « Avatar », comme dans le célèbre film qui porte ce titre. La projection de soi sur un écran ou du sport réel au sport virtuel ? La question du handicap, jusqu’à un certain point de lésions, ne se poserait pratiquement plus. Mais il faut ressentir les émotions de la pratique pour se sentir sportif à part entière. Les avancées technologiques vont progressivement dans ce sens. Comme écrit en conclusion d’un livre collectif (Dugas, dans Bordes, Collard et Dugas, 2007), « Toutefois, le jeu virtuel n’est pas, pour l’instant, un vrai jeu sportif. La conduite motrice n’est pas réelle mais elle est simulée ; ce trait fondamental de toute action motrice est d’importance pour que l’on ne confonde pas un jeu sportif et un jeu virtuel. Une manette ne peut pas remplacer le sportif agissant avec tout son corps. Le football, le tennis, la boxe ou le saut à la perche ne se jouent pas avec la seule dextérité du pouce et de l’index ! Au cours des jeux vidéo, les habiletés motrices complexes du sportif se restreignent souvent aux mouvements des mains (et des pieds pour les courses automobiles) ; par analogie, le sportif virtuel ressemble à un marionnettiste qui manipule et anime une forme non humaine. La conduite de la marionnette n’est qu’illusion tout comme le sportif qui court, saute ou tire dans un écran. Ces deux « formes » virtuelles en mouvements ne sont pas autonomes, et ne sont pas davantage sensées et emplies d’émotivité. Les jeux virtuels revêtent parfois la panoplie du sport en créant des compétitions avec un système de règles officielles institutionnalisées (des championnats du monde), la situation motrice n’en demeure pas moins virtuelle : l’habit ne fait pas le sport ! Pourtant, les progrès en cybernétique, et a fortiori dans les jeux vidéo, ne cessent de rapprocher le monde virtuel du monde réel. » Les avatars qui permettent de se projeter dans une réalité virtuelle en font partie.

En guise de conclusion

33Ces constats et propositions ne visent pas ici la promotion du sport et du monde sportif, ni leurs valeurs éducatives et/ou intégratives, inclusives pour des sujets sociaux en situation de handicap. Ils ont été choisis pour exprimer une réalité ; une réalité ni euphémisée, ni surenchérie, dénuée de voyeurisme ou de compassion. Il s’agit juste de poser un regard sur des sportifs en situation de handicap insérés dans un système qui peut tantôt les sublimer, tantôt les stigmatiser. L’artificiel et la compensation ont des connotations positives ou négatives selon le contexte dans lequel évolue l’intéressé et du ressenti exprimé. Le sport de haut niveau ne doit pas mettre dans l’ombre tout le bénéfice de pratiquer du sport sous d’autres formes, formes compétitives plus adoucies ou de loisir, qui permettent de vivre une réalité à part entière, et non pas à part. Et là, la citation attribuée à Saint-Exupéry prend tout son sens : « Si je diffère de toi, loin de te léser, je t’augmente. »

Références Bibliographiques

34Bordes P., Collard L., Dugas E. (2007), Vers une science des activités physiques et sportives. La science de l’action motrice, Paris, Vuibert.

35Boudon R. (1977), Effet pervers et ordre social, Paris, PUF.

36Collard L. (2008). « Inégalité des chances et agressivité motrice ». Mathématiques et sciences humaines, 182, pp. 33-46.

37Comte-Sponville A. (2005), La Philosophie, Paris, Puf, coll. Que sais-je ?

38Crozier M., Friedberg E. (1977), L’acteur et le système, Paris, Seuil.

39Dugas É. (2012), « Dilemme du prisonnier en situation sociale. Comparaison entre des sportifs et des non-sportifs ». Les Cahiers Européens des Sciences Sociales, 3, pp. 69-84.

40Dugas É. (2011a), L’Homme systémique. Pour comprendre les pratiquants de jeux sportifs, Nancy, Presses universitaires de Nancy.

41Dugas É. (2011b), « L’esthétisme dans l’action du sportif en situation de handicap », dans Le corps en mouvement, Paris, Université Paris-Descartes, pp. 98-103.

42Dugas É. (2010), « Le sport de haut niveau : le dilemme du bien et du mal, du bon et du mauvais », International Review on sport and violence, 4, pp. 1-8.

43Dugas É., During B. (2008), « Une forme d’intelligence originale à l’école : l’intelligence motrice », Revue Hyper-EPS, 240, pp. 26-32.

44During B. (2000), Histoire Culturelle des Activités Physiques, Paris, Vigot.

45Ehrenberg A. (1991), Le Culte de la performance, Paris, Calmann-Lévy.

46Goffman E. (1974), Les Rites d’interaction, Paris, Éditions Minuit [1967].

47Goffman E. (1975), Stigmate. Les usages sociaux des handicaps, Paris, Éditions Minuit [1963].

48Gohet P. (2010), « Le sport moyen d’autonomie et d’insertion », dans Gaillard Jean et Andrieu Bernard (dir.), Vers la fin du handicap, Nancy, Presses universitaires de Nancy, pp. 11-12.

49Guerrien B. (2002), La théorie des jeux, Paris, Économica.

50Halle T. (1966), The Hidden Dimension, Garden City, New York, Doubleday & Company.

51Laporte R. (2005), « Pratiques sportives et sociabilité », Mathematics and Social Sciences, 170, pp. 57-77

52Kahn A. (2004), Et l’Homme dans tout ça ? Plaidoyer pour un humanisme moderne, Paris, Éditions Pocket [2000, éditions Nil].

53Marcellini A. (2007), « Nouvelles figures du handicap ? Catégorisations sociales et dynamiques des processus de stigmatisation/déstigmatisation », dans Boëtsch Gilles et al., Corps normalisé, corps stigmatisé, corps racialisé, De Boeck Supérieur, pp. 199-219.

54Mauss M. (1934), Les techniques du corps. Sociologie et Anthropologie, Paris, PUF, pp. 365-386 [1950].

55Murphy R. (1990), Vivre à corps perdu, Paris, Plon.

56Parlebas P. (1981), Contribution à un lexique commenté en science de l’action motrice. Paris, INSEP.

57Parlebas P. (1986), Éléments de sociologie du sport, Paris, PUF.

58Parlebas P. (1999), Jeux, sports et sociétés, Paris, Insep.

59Parlebas P. (2008), « Domaines d’action motrice et socialisations différenciées », dans Jeu, sport et EPS. Les différentes formes sociales de pratiques sociales, É. Dugas (coord.), Montpellier, Afraps, pp. 87-96.

60Parlebas P. (2010), « Modélisation mathématique, jeux sportifs et sciences sociales », Mathematics and Social Sciences, 191(3), pp. 33-50.

61Stiker H.-J. (1982), Corps infirmes et sociétés. Essai d’anthropologie historique, Paris, Dunod.

62Stiker H.-J. (2005), « Pour une nouvelle théorie du handicap. La liminalité comme double », Champ Psychosomatique, 45, pp. 7-23.

63Vigarello G. (2002), Du Jeu ancien au show sportif, Paris, Seuil.

64Lévi-Strauss C. (1950), « Introduction à l’œuvre de Marcel Mauss », dans Mauss M. (éd.), Sociologie et anthropologie, Paris, PUF, pp. 9-52.

65Von Neuman J., Morgenstern O. (1944), Theory of games and economic behaviour, Princeton, NJ, Princeton University Press.

66Warnier J.-P. (1999), Construire la culture matérielle. L’homme qui pensait avec ses doigts, Paris, PUF.

Débat

Jean-Louis MICHEL, animateur de la séquence

67Merci Éric Dugas pour ton intervention qui ouvre bien des perspectives. Je voudrais te poser une question sur le sport adapté qui ne concerne pas les handicapés physiques mais ceux qui ont des difficultés intellectuelles, ceux qui sont nés avec des déficiences mentales et psychiques. Pour ceux-là également, je suppose qu’il y a un rôle important à jouer, de par le sport, en les aidants à accéder à la pratique sportive.

Éric DUGAS

68Oui, d’ailleurs il y a parfois des conflits entre fédérations. Le sport adapté va essayer de valoriser la pratique physique pour des personnes déficientes. J’ai rédigé deux articles sur l’autisme et les pratiques sociales pour que des élèves puissent accéder à une activité sportive, non pas aller dans une logique « biologisante », c’est-à-dire simplement être sur le côté ré-éducationnel, mais plutôt pour ouvrir vers un horizon de « pratiques sociales ». Ces personnes étaient atteintes de troubles autistiques. Peut-on les sortir de leur centre ? Peut-on aller vers l’extérieur pour pratiquer, comme le font les autres élèves, des activités sociales qui peuvent donner du sens ? Et c’est là que le sport adapté a un rôle important. Essayer de pratiquer avec d’autres, valides ou non, mais en tout cas donner la possibilité d’aller dans des lieux de pratiques partagées, avec du véritable lien social. Après deux ans d’expérimentation, nous n’avons eu malheureusement que des émergences, mais nous avons vu tout de même que ces personnes autistes, donc aux capacités attentionnelles peu importantes, réussissaient à pratiquer une discipline comme l’escalade et à parer quelques instants celui qui montait. Je pense que le sport adapté dans ce sens aide, comme s’y emploie d’ailleurs la Fédération Française Handisport. Nous voyons un foisonnement de pratiques physiques non pas simplement de type compétitif mais qui se déploient surtout vers d’autres formes de pratiques. Quand on pratique le judo, on ne le fait pas forcément pour la compétition mais pour une rencontre avec autrui.

Jean-Louis MICHEL

69J’abonde dans ton sens parce que j’ai connu une expérience d’autistes à la piscine d’Aubagne, qui est baptisée désormais « Alain Bernard ». Ce nageur exceptionnel est venu là. Il a partagé quelque chose avec ces jeunes handicapés. La motivation de ces jeunes atteints d’autisme, le fait qu’ils voient Alain Bernard nager avec eux, les a encouragés à développer chez eux une sociabilité. Peut-être même se sont-ils sentis reconnus. Ils ont progressé énormément.

70Je reviens maintenant sur la « ségrégation » que tu évoquais, parce que ce mot est important. J’ai l’impression que tu valorises plutôt le sport en solo ou le sport en cordée, le sport de pleine nature. La voile, où la sociabilité me paraît excellente, peut être très bénéfique. Avoir certains handicapés sur un voilier, je parle de ce que je connais bien, en leur disant « tire », « mouline », etc., c’est tout à fait possible et cela permet de partager une expérience. En outre, tu peux faire une régate et donc de la compétition, même dans le cadre de ce sport.

Éric DUGAS

71Ce n’est pas tant une activité en solo et plutôt dans un milieu fluctuant mais surtout « être à côté de » qui me préoccupe, parce que le règlement d’un sport peut nous dire de nous affronter collectivement mais nous pouvons être « à côté de ». Le côte à côte plutôt que le face à face. Nous retrouvons ce principe dans des activités informelles telles que le jogging. Il ne faut pas confondre le joggeur du dimanche matin et le compétiteur qui s’entraîne. D’ailleurs Axel Kahn, quand il parlait de dopage, nous avait dit : « je suis marathonien et pour mon estime de moi, je me suis dopé ». Il n’a jamais fait de compétition mais c’était pour aller au-delà de ses limites, battre son record. Je pense qu’il le fera une fois ou deux, pas plus, contrairement à celui qui pratique le sport de haut niveau avec tous les enjeux qu’on connaît, notamment « l’argent » et le fait d’être reconnu et connu. Prenez Le Culte de la performance, un ouvrage d’Alain Ehrenberg publié en 1991, c’est éclairant. Et après quoi, malheureusement, ce sportif peut sombrer progressivement dans La Fatigue d’être soi, autre ouvrage du même auteur, paru en 1998. Ces deux livres jalonnent l’affirmation de l’individualisme contemporain. Les pratiques qu’il faut valoriser, ce sont donc des activités qui vont générer, je le pense, un peu plus de lien social. Tous les travaux en psychologie sociale démontrent depuis longtemps qu’il faut valoriser ce type de rapport pour la sociabilité, les liens positifs, les amitiés plus que les inimitiés.

Jean-Louis MICHEL

72Ce que j’ai retenu également, c’est que cette ségrégation s’applique davantage aux sports de compétition, en définitive, et beaucoup moins, voire pas du tout aux sports loisirs et aux sports de santé. C’est dire aussi que les personnes en situation de handicap peuvent parfaitement pratiquer le sport loisir ou le sport de santé à côté des valides, sans doute en procédant à quelques réaménagements.

Éric DUGAS

73Complètement d’accord. Et ce n’est pas choquant, si nous partons du principe que le sport, et je le répète, ce peut être l’égalité de chance au départ pour l’égalité à l’arrivée. Dans ce cas, il va falloir jouer sur ces compensations ou pas, et éviter le côté prégnant du sport. Je suis un homme, je suis une femme, je ne vais pas pouvoir concourir, en relation avec une ou des personnes de l’autre sexe… Regardez les sports collectifs qui sont les plus répandus dans le monde. Il y en a très peu qui sont mixtes. L’Ultimate, par exemple, est très intéressant, d’un point de vue scolaire aussi. Il y a de l’auto arbitrage. De par ces caractéristiques, donc, c’est un sport très socialisant. Le Korfball est une sorte de basket-ball avec des paniers qui sont placés à plus de trois mètres de hauteur. Ce qui est intéressant dans ce sport, c’est le quatre contre quatre mixte. Voilà un sport qui était reconnu en Hollande, et très prisé. Il y avait parfois vingt mille spectateurs pour regarder les joueurs de Korfball à ceci près que les dyades pour prendre le ballon adversaire se font par genre, les femmes s’affrontent entre elles et les hommes aussi, donc c’est mixte intra équipe mais inter équipes, nous gardons justement le duel entre paires.

Daniel BONZOMS,
Montpellier U. C., administrateur de l’UNCU

74Dans votre dernière partie, vous avez attiré l’attention sur le fait que l’homme était un tout, et je vous suis complètement. Mais dans la première partie, vous avez différencié le corps avec ses contraintes et d’autres qualités comme le courage, etc., que vous avez regroupées sous le terme « d’âme ». Je voudrais savoir ce que cela veut dire scientifiquement « âme ».

Éric DUGAS

75Grand débat ! C’était simplement pour montrer le dualisme qui existe. Donc le corps et puis l’âme qui peut être séparée après par une arborescence, par une dichotomie entre le cœur valorisé, plutôt l’effort, et puis l’esprit. Dans cette comparaison, ce n’est pas l’âme en soi, c’est très platonicien, c’est une dialectique qui nous permet de dire qu’il y a le corps, l’esprit et l’âme.

76D’ailleurs chez les anciens, on disait que l’on réduit le corps à une machine. Voilà pourquoi on peut être stigmatisé quand ce corps est déformé ou déformant. Les anciens appelaient « spiritus » ce souffle vital qui libère le corps de l’âme au moment de la mort. C’est dans ce sens-là qu’on peut justement partir sur la pensée occidentale qui identifie plutôt l’humanité à la pensée et réduit le corps à une machine. Voilà pourquoi, j’ai bien aimé lire les travaux de Stiker qui est placé dans cet entre-deux. On le retrouve aussi dans les violences. Il y a beaucoup de violence « symbolique » quand on travaille sur des phénomènes d’inclusion, par exemple au niveau scolaire. On va essayer d’incorporer des individus dans un milieu ordinaire mais des questionnaires de type psychosociologique permettent de voir s’ils coopèrent ou pas avec les enfants non valides. Il y a encore un stigmate, et ce n’est pas évident. La pure inclusion n’existe pas. Je vous renvoie aux travaux d’Éric Plaisance sur les écoles inclusives, sur le modèle anglo-saxon. L’inclusion ne va pas de soi.

Bernard ANDRIEU

77Éric, tu as montré un point important dans ton exposé. C’est l’idée que, finalement, on peut pratiquer le sport à travers des pratiques alternatives, par rapport à des jeux qui ne seraient pas strictement compétitifs, etc., et c’est un peu le sens du Colloque que l’on va organiser prochainement à Nancy autour de la question : « Existe-t-il encore aujourd’hui des pratiques alternatives du sport et du corps, et de la socialisation ? ». Finalement, y compris dans la thèse de Rémi Richard, on s’aperçoit que malgré le fait que des gens puissent commencer dans une pratique alternative - et je ne me vois pas sombrer dans un pessimisme relationnel-, on est toujours confronté à un moment donné au fait que soit on change de niveau de compétition, soit à l’intérieur du jeu on retrouve des structures de pouvoir, de compétition, de classement, de hiérarchie, etc., qui posent le problème de la crédibilité de ce qu’on tente de mettre en place. En d’autres termes, savoir si cet autre type de jeu va produire en définitive d’autres modes de socialisation. Pour ma part, j’en suis convaincu et, en même temps, les réponses qu’apportent Rémi Richard, et puis sans doute d’autres expériences, posent aussi question. Même si on met en place des dispositifs ludiques purement coopératifs, etc., la question se pose de savoir si cela va suffire pour contenir le sport dans une finalité éthique, on va dire autour de la socialisation, etc. En fait, n’y a-t-il pas toujours, en arrière-plan, à l’occasion du jeu, un déclenchement vers d’autres processus qui fait que les gens même s’ils sont handicapés, équipés, vont utiliser cette compensation du déficit pour en réalité rentrer dans un tout autre système ? Je ne sais pas si ma question est claire. J’espère que oui, afin que tu nous donnes ton point de vue à ce propos.

Éric DUGAS

78Tu parles ici de pratiques alternatives. Si je prends l’exemple du foot fauteuil, on s’aperçoit qu’il y a déjà des problèmes au travers des Fédérations. Changer les règles n’est pas évident parce que cela impacte forcément sur les conduites. Ensuite, c’est aussi le problème des niveaux qu’on peut avoir. Dans cet espace formel, il y a tout un jeu informel, un jeu de rôles, un jeu de puissance et de conflit pour ramener à une certaine forme de pratique qui évolue, bien entendu. On va changer les règles, les façonner. Quand je parlais de différents types de pratiques, je ne perds pas de vue que le sport est bien sûr un produit culturel. Si je reprends également les travaux de Pierre Parlebas, celui-ci a bien dit : « le sport est un fait social ». Donc, comme tout fait social, il peut être appelé à disparaître mais dans les différentes pratiques sociales, il y a différentes formes. La pure coopération n’est pas celle des interactions et des intersubjectivités de l’être humain. On a envie de s’affronter mais j’ajoute qu’à un moment donné l’affrontement contre l’autre est intéressant et l’affrontement contre la nature avec l’autre est aussi beaucoup plus passionnant. Il existe des sociétés où la personne handicapée est vénérée. Cela arrive dans certaines peuplades. On retrouve aussi des jeux de rites, des jeux qui sont déjà déterminés à l’avance, des jeux de type initiatique où le jeu est déterminé. Dans ce cas, on sait à l’avance qui va être vainqueur, qui va être perdant. Ici, l’importance n’est pas dans le score, mais plutôt dans la manière de se frotter à l’autre. Je pense qu’il ne faut pas être contre le sport de type compétitif. Moimême, en tant que sportif, très longtemps pratiquant de football, j’ai joué sur la logique interne et externe. Bien entendu que le sport est intéressant, mais il ne faut pas le réduire, le systématiser autour d’un rapport qui est de type conflictuel. Il y a d’autres formes de pratiques et j’essaie de montrer modestement qu’il existe toute une chaîne, et qu’il ne faut pas rester sur le maillon que l’on voit tout le temps. Ce qui est intéressant, c’est qu’il y a des balances positives et négatives, et également des jeux déterminés.

Jean-Louis MICHEL

79Tu as commencé par l’égalité des chances et j’ai évoqué Pistorius tout à l’heure. Je voudrais avoir ton avis sur la décision du Comité international olympique de lui permettre de s’aligner en compétition avec un appareillage qui serait interdit pour des coureurs valides. Il y a donc aussi, me semble-t-il, une inégalité des chances à ce niveau, dans la mesure où le CIO a admis qu’il pouvait courir avec ses lames constituées de ressorts et se confronter avec des athlètes valides.

Éric DUGAS

80Bien sûr, la problématique est dans la performance et le sport de compétition vise la performance. Donc, c’est le rapport à autrui envisagé sous cet angle qui compte. La performance du « corps augmenté » est-elle un progrès ? Est-ce positif ? Est-ce négatif ? Faut-il la condamner ou pas ? Mais le problème qui s’impose justement avec cette règle qui vient d’être admise, c’est de se dire : « voilà, le fait qu’il coure avec des valides va amener jusqu’où cette égalité ou cette inégalité de départ ? ». Bon nombre de travaux en biomécanique ont été réalisés. Si, à un moment donné, les records de Pistorius s’étaient rapprochés des records du Monde, par exemple 200 ou 400 mètres plat, bien entendu que jamais le CIO ne lui aurait permis de concourir avec les valides. Mais on s’aperçoit que le fait de courir avec des personnes valides n’est pas une fin en soi, parce que malheureusement on le voit dans sa vie personnelle. C’est une pratique intéressante, qui peut nous amener à aller vers les autres, bien entendu, mais qui ne suffit pas à elle-même. C’est à replacer dans tout un ensemble qui nous fait comprendre et donner un supplément de sens à l’action de tout un chacun.

Jean-Louis MICHEL

81Comme tu l’as très bien indiqué, et sans parler de communautarisme pour les handicapés, on s’aperçoit qu’il y a des catégories de poids en matière de sports de combat, en matière d’aviron, ce sont des gens différents les uns des autres. On peut donc parfaitement admettre que les prochains Jeux Olympiques se fassent par catégories de poids, de sexe ou de handicap pour des compétitions communes et qui permettent de partager le même lieu de rencontre dans l’esprit sportif et l’éthique qui sont les nôtres.

Éric DUGAS

82Dans ma proposition, l’idée est qu’on puisse aller dans le même espace mais cela peut être alterné. Le principe est de se dire que l’on participe aux Jeux Olympiques, non pas pour concourir contre les valides, parce que là c’est sans fin, mais plutôt de se dire que l’on peut organiser des Jeux Olympiques et paralympiques sur trois semaines où on alternerait les compétitions des personnes en situation de handicap et les compétitions classiques. Tous les athlètes seraient donc dans le même village. Voilà pourquoi le lien social sera l’objet d’un colloque que nous allons organiser en juin prochain. Le fait d’oser l’autre – « Oser l’autre » étant l’intitulé de ce colloque qui est en préparation – peut enlever toutes les problématiques liées à l’égalité de départ. En effet, les compétiteurs ne seront pas ensemble en train de concourir ; ils seront ensemble aux abords. J’ai installé des terrains dans le village olympique et le sport est un véritable vecteur humaniste. Il faut créer ce lien social dans un espace commun, et, d’une certaine façon, mis en partage.

Jean-Louis MICHEL

83Le judoka qui fait 120 kilos et celui qui fait 50 kilos sur le même tatami peuvent concourir au cours d’une même compétition. Mais par catégorie, là, il y aurait à introduire la catégorie « handicapé ».

Éric DUGAS

84C’est une perspective. Pourquoi pas ?

Jean-Michel MARTIN

85Le sport fait partie de la culture dominante de la planète. Mais il y a quand même une culture orientale qui ne conçoit pas l’exercice physique en tant que tel de la même manière. L’issue n’est pas obligatoirement un gagnant d’un côté et un perdant de l’autre. Il peut y avoir une recherche d’équilibre. Bernard Jeu en parle. Je me pose la question de savoir si dans cette culture, aujourd’hui, on voit des personnes qui cherchent à disposer d’appareillages, de moyens artificiels, ou bien à concevoir des règles du jeu de façon à pouvoir garder cet équilibre entre les personnes. Quand on voit les katas en karaté oriental, et je ne parle pas de celui que l’on nous présente à la télévision, on voit bien qu’il y a vraiment un suivi, qu’il faut essayer d’être toujours avec l’autre, en permanence. Connaissez-vous des exemples où l’on essaie de faire en sorte de retrouver cet équilibre, de façon naturelle ou par des moyens artificiels ?

Éric DUGAS

  • 5 Dugas Éric, L’Homme systémique. Pour comprendre les pratiquants de jeux sportifs, Nancy, PUN (Coll (...)

86Bien sûr, cela pose le problème de la culture. L’être humain n’est pas un champignon et ne se développe donc pas sans culture. Forcément la culture est là. On se frotte à une culture, à un espace, et dans ou entre ces différentes cultures, on peut développer des analyses. Je peux faire une référence concrète en mentionnant un projet d’expertise sur les jeux traditionnels, c’est-à-dire des jeux que l’on retrouve dans différentes cultures. On a fait pour ainsi dire le tour du Monde. Certains jeunes des CEMEA ont voyagé pour répertorier les jeux de tous les pays. Il y a des jeux très compliqués à expliquer, qui correspondent au souci de cet équilibre. Dans ce cas, la compensation recherchée pour une personne en situation de handicap est de type individuel et collectif. Individuel, c’est la personne que l’on va essayer de rétablir pour qu’elle soit justement en situation « d’égalité ». Mais ensuite, il y a aussi tout le pouvoir de la société ; donc c’est très collectif, c’est à la collectivité de favoriser le phénomène d’inclusion. Il y a donc des cultures où, en effet, des jeux vont essayer de tenter cet équilibre et souvent d’ailleurs les jeux sont très contextualisés. Ils ressemblent à la vie sociale, ils scandent la vie sociale, la vie institutionnelle. Le sport, c’est différent. Dans la postface de mon dernier livre sur L’homme systémique5, j’avais pris l’exemple d’un petit amazonien vivant dans son village et qui n’a jamais vu personne en train de pratiquer une activité sportive physique dans un stade. Tout d’un coup, il voit des tribunes, des personnes qui courent après qu’un coup de pistolet ait été tiré, et qui reviennent au même endroit. Cela n’a aucun sens pour lui. Pourquoi dépenser autant d’énergie, s’interroge-t-il, alors que pour lui la course est utilitaire, pour survivre dans la jungle par exemple ? (…) En sport, certaines techniques sont interdites. On va beaucoup plus loin en javelot en s’y prenant autrement que le lancer classique, mais c’est interdit parce que l’on dépasse l’aire du stade et qu’on peut transpercer quelqu’un dans les tribunes. Face au saut à la perche, le petit amazonien va à nouveau s’interroger : « pourquoi prendre autant de risques pour sauter une hauteur de cinq ou six mètres, alors qu’il n’y a pas de mur et qu’il suffit d’avancer ? ». De même, en football, voir une boule gonflée d’air que se disputent deux groupes d’individus jusqu’à ce que la boule rentre dans un filet, au point d’émouvoir une multitude de spectateurs, il n’y comprendra rien car ce n’est pas dans sa culture. Voilà pourquoi il faut bien comprendre la logique de l’activité interne et externe de la société actuelle pour bien comprendre en quoi l’activité physique est importante. Voilà pourquoi, quand on parle de sport, il ne faut pas perdre de vue l’ensemble des activités physiques et sportives. Le sport est un élément au sein de toutes les activités que l’on appelle plutôt des jeux sportifs.

Jean-Louis MICHEL

87Merci Éric pour ton intervention et tes réponses. Je rappellerai l’intitulé que tu as proposé pour ta contribution : « Compétitions sportives, handicap et compensation, le perpétuel entre-deux : entre inclusion et exclusion ». Il est évident que deux forces antagonistes s’exercent au sein de la société, et le débat a montré que le jeu et le sport sont eux-mêmes traversés par ces lignes de tension qu’il importe d’identifier de manière à réintroduire de la socialisation, une pleine expression de la culture et du sens à la notion d’égalité des individus.

Daniel PONTAL,
Journaliste à la revue Sport et Vie

Des outils de communication et de leurs usages en sport

Jean-Louis MICHEL, animateur de la séquence

88Avec Daniel Pontal, nous allons aborder les problèmes d’amélioration, par la technique, des méthodes ou des manœuvres de coaching dans les différents sports. Daniel Pontal va nous donner des exemples précis, pratiques, nous faire part de son expérience, et nous orienter peut-être sur une prospective dans le cadre de l’évolution de ce coaching.

89Daniel Pontal est titulaire d’une maîtrise de biologie acquise à l’Université de Lyon, complétée par un DESS de journaliste scientifique à Montpellier. Il est attaché de recherche clinique à Montpellier, et officie à la clinique Saint-Eloi. Il est journaliste depuis cinq ans à la revue Sport et Vie. À l’évidence, il a le profil adéquat pour traiter du thème.

Daniel PONTAL

90C’est un fait : notre époque est marquée par le développement spectaculaire des différents outils de communication. Il est désormais possible, technologiquement parlant, de joindre pratiquement n’importe qui, n’importe où, n’importe quand sur la planète. Certains sports ont bien sûr su bénéficier de cet essor. La voile par exemple s’est radicalement transformée depuis les années 1960, époque à laquelle un certain Bernard Moitessier faisait encore parvenir ses messages par lance-pierre aux bateaux qu’il croisait… lorsqu’il visait bien !

Gagner en technologie et perdre l’esprit du sport ?

91La conviviale BLU (Bande Latérale Unique), grâce à laquelle l’ensemble des concurrents se retrouvaient pour partager leur expérience de course, a ensuite longtemps servi de fil conducteur entre les participants avant que les téléphones satellites, et désormais Internet, ne viennent isoler les uns les autres dans leur cockpit, transformant petit à petit les marins en pilotes. Les mentalités s’en sont trouvées profondément affectées. « Nous avons gagné en vitesse et en technologie mais nous avons perdu en humanité », lançait ainsi nostalgique Marc Thiercelin. Certains, les plus jeunes notamment, y trouvent néanmoins leur compte. Conrad Humphreys considère ainsi ces outils comme un très bon moyen de briser la solitude. Armel le Cléach, y voit lui un formidable atout sécuritaire permettant à chacun de se prévenir des dangers de l’océan. Il est évidemment plus rassurant de pouvoir communiquer au large. Communiquer oui, mais sans assistance ! Du moins pour certaines courses qui, comme le Vendée Globe, autorisent en effet les concurrents de parler de tout, sauf de la pluie et du beau temps ! Et du meilleur itinéraire à suivre, bien sûr vu de l’extérieur. Ils s’engagent du reste sur l’honneur avant le départ à ne jamais outrepasser cette règle. On ne peut donc pas évoquer, à proprement parler, de coaching en voile.

92Qu’en est-il des autres disciplines sportives ? Comment ont-elles su absorber ces différentes vagues technologiques ? La plupart des sports ont en fait choisi de rester sur une voie conservatrice, limitant préventivement le coaching en compétition à sa plus simple expression : pauses, temps morts, conseils verbaux à la mi-temps, etc. Et pas question évidemment d’utiliser le moindre outil de communication ! Il s’agit de rentabiliser au mieux les plages consacrées au coaching : en tennis de table, en tir sportif ou en boxe, l’entraîneur doit par exemple attendre la fin des sets et des rounds pour pouvoir communiquer avec son athlète. Certains sports vont bien à contre-courant, comme le badminton qui autorise depuis 2006 le passage de consignes à voix haute durant les points. Tout l’inverse du judo qui, ayant longtemps souffert d’une trop grande ingérence des entraîneurs sur les tatamis, a choisi de revenir depuis 2011 à une formule moins laxiste, plus encadrée. En tennis, le coaching est carrément interdit ! » Du moins chez les hommes. Pourquoi ? « Parce que cela a toujours été comme ça !, répond Laurent Raymond, ancien entraîneur de Fabrice Santoro aujourd’hui DTN à la fédération française de tennis. « Le tennis est un sport individuel où le joueur est livré à lui-même. L’excellence ne peut être atteinte que par cette capacité d’analyse du jeu et un développement très fort de l’autonomie du joueur. Il s’agit aussi de ne pas trop creuser l’écart entre le monde professionnel et le monde amateur dans lequel les ingérences intempestives et répétées d’entraîneurs/parents envahissants posent parfois problème. » Pour contourner la règle, joueurs et entraîneurs usent et abusent donc de stratégies plus ou moins fines : langues étrangères inconnues de l’arbitre, mimiques et autres codes gestuels permettent en effet à tout ce beau monde de se faire comprendre sans se faire prendre. Un secret de Polichinelle aux allures de système D : « Certaines tricheries sont plus visibles que d’autres », admet ainsi Laurent Raymond. « Aux entraîneurs de ne pas se faire surprendre par l’arbitre ! Je suis convaincu que certains messages ont pu être passés par le biais des portables et des textos. En théorie, selon le règlement, ceux-ci doivent être coupés durant le match. Mais on a pu voir que cela n’est pas toujours le cas », faisant ainsi référence à l’Ukrainien Sergyi Stakhovsky photographiant en plein match avec son mobile l’impact d’une balle jugée faute par l’arbitre.

93Ce genre de logique aurait pu permettre aux outils de communication de se faire une petite place au soleil, à l’image des oreillettes par exemple. Or il n’en fut rien, une poignée de sports seulement ayant courageusement tenté jusque-là l’expérienc� pour le meilleur et pour le pire ! Commençons par le meilleur. Depuis vingt ans en effet (1994 très exactement), un sport a su faire la part belle aux oreillettes : le football américain. Méconnue en Europe, cette discipline spectaculaire fait vibrer les foules outre-Atlantique. L’objectif : progresser de dix yards en dix yards (un yard représentant 0,9 mètre), à raison de quatre tentatives maximum à chaque fois, jusqu’à atteindre l’en-but adverse. Les joueurs disposent pour cela de nombreuses combinaisons de jeu inlassablement répétées à l’entraînement et parmi lesquelles le quaterback (le meneur de jeu, le chef d’orchestre en foot US) doit choisir à chaque engagement au gré de la disposition tactique adverse. Et c’est là qu’interviennent précisément les fameuses oreillettes : celles-ci permettent à l’entraîneur en chef (il existe une multitude d’entraîneurs en foot US) de conseiller son quaterback quant à la meilleure combinaison à adopter. Libre à lui bien sûr d’en tenir compte ensuite ou pas : « Le coach en tribune ne dit jamais quoi faire à son joueur dans le feu de l’action », explique Olivier Moret, DTN à la fédération française de football américain. « Son rôle s’arrête à une simple confirmation tactique. Il ne s’agit donc pas de diriger des robots comme dans un jeu vidéo. Pour preuve : lorsque le jeu est lancé, l’oreillette est coupée et on laisse tout ce petit monde évoluer en totale autonomie afin de ne pas les perturber. Le joueur reste libre d’exprimer son talent… mais aussi de commettre ses propres erreurs ! » Devant le succès de l’opération, le board de la NFL et les propriétaires de franchise autorisèrent en 2008 un second joueur – un membre de l’escouade défensive cette fois – à porter une oreillette. Pourquoi s’être arrêté là et ne pas avoir équipé toute l’équipe direz-vous ? « Parce que cela ne servirait à rien », coupe Olivier Moret. « En foot US, l’oreillette aide surtout celui qui doit distribuer le jeu, le quaterback. C’est un joueur qui, contrairement aux autres joueurs, reste relativement immobile en cours de match. Et comme chaque action ne dure que trois à quatre secondes en moyenne, on comprend qu’il n’est ni possible, ni vraiment utile de donner des consignes à tous les joueurs en même temps dans un laps de temps aussi réduit. À cette vitesse, rien ne peut vraiment venir vous aider. Pas même une oreillette ! » Leur intervention s’avère donc modeste, leur rôle limité. Pas de quoi donner en tous cas quelques idées aux autres disciplines.

Des oreillettes qui ne font pas l’unanimité des disciplines sportives

94Rugby, football, hockey sur glace. Aucune n’a jamais véritablement souhaité donner leur chance aux oreillettes. À l’image de Patrick Remy, ancien entraîneur de football de l’équipe de Troyes : « En football, ce serait je pense plus gênant qu’autre chose. Faire des duels, des tacles ou des courses tout en se préoccupant de son oreillette ne me semble pas très compatible. Et 99 % des acteurs vous répondraient donc à mon avis que cela ne leur servirait à rien. Personnellement, je n’y vois que des inconvénients et je ne l’imagine même pas. D’autant qu’on n’a pas besoin de ça pour faire passer nos consignes. » Même son de cloche de côté du hockey sur glace et de Gérald Guennelon, DTN à la fédération française de hockey sur glace : « Je ne suis pas totalement convaincu de l’utilité de l’oreillette en hockey. La surface de jeu est tellement petite, la vitesse tellement conséquente que cela serait, je pense, plus perturbant qu’autre chose. Les lignes de joueurs permutent également en permanence, toutes les deux minutes environ, ce qui ne permet pas de longs temps morts propices à la communication comme en football américain par exemple. Cela me paraît donc très compliqué de l’envisager d’autant qu’avec la fatigue et la concentration, il faut admettre que les joueurs ne se montrent pas toujours très réceptifs à nos consignes. » Même le cyclisme, qui s’en sert pourtant depuis 1996, semble bien décidé à renoncer désormais, sous la pression notamment des télévisions. Il faut dire que leur introduction a considérablement métamorphosé l’esprit du vélo et le déroulement des courses, comme l’explique parfaitement Marc Madiot, directeur sportif de La Française des Jeux : « Les oreillettes, comme la télé dans les voitures des directeurs sportifs, participent à bloquer les mouvements. Elles avantagent les mauvais coureurs et ont tendance à stéréotyper l’étape. Il m’arrive ainsi désormais de somnoler devant une course. Et si c’est ennuyeux pour un passionné comme moi, alors je n’imagine même pas ce que doit ressentir le téléspectateur lambda ! » « Depuis quelques saisons, on dirait que nos cyclistes sont devenus des zombies sans cervelle donnant tout leur crédit aux directeurs sportifs présents à l’arrière », surenchérit l’ancien coureur irlandais Stephen Roche. Deux points de vue convergents auxquels s’opposent pourtant la majorité du peloton, plutôt convaincu de l’utilité globale du dispositif : « C’est un plus indéniable pour leur sécurité », estime ainsi le Luxembourgeois Andy Schleck, « Ça nous permet d’avoir des informations sur la sécurité et sur les accidents. Je ne comprends même pas pourquoi il existe une telle polémique sur le sujet. Les faire disparaître serait comme vouloir reculer dans le temps. » Cet argument sécuritaire si souvent mis en avant présente tout de même une faille. Et de taille : loin d’éviter toutes les chutes, les oreillettes provoqueraient aussi un certain nombre d’accidents. Par l’afflux soudain et excessif de coureurs tout d’abord qui, sur ordre de leur hiérarchie, se retrouvent parfois en trop grand nombre à certains endroits clés de la course pas toujours adaptés à de telles densités. Et par simple effet de déconcentration surtout, comme le rappela Jacky Durand dans l’édition du 20 janvier 2011 du journal L’Équipe avec la mort du Kazakh Andrei Kivilev sur l’édition 2003 du Paris-Nice qui chuta sans casque en tentant de régler son boîtier de réception radio. Cyrille Guimard, directeur sportif de l’équipe Roubaix Lille Métropole, se montre lui plus catégorique encore : « Je n’ai pas lu d’étude sérieuse à propos de l’impact des oreillettes sur la déconcentration et l’équilibre. Une chose est sûre : dans les cinq derniers kilomètres d’une course, je ne dis jamais un mot à mes coureurs pour ne pas détourner leur attention, leur faire rater un freinage ou une trajectoire. Un jour, j’ai vu un coureur tomber sans raison apparente. Il m’a répondu qu’il était trop absorbé par l’oreillette et qu’il a alors heurté le coureur devant. » Ces témoignages sont le reflet d’un phénomène bien connu en neurophysiologie : celui du multitasking, qui traduit la capacité – ou plutôt l’incapacité – de notre cerveau à effectuer plusieurs tâches conscientes en même temps. « Tout homme capable de conduire prudemment tout en embrassant une jolie fille n’accorde pas au baiser l’attention qu’il mérite », disait Albert Einstein. Il ne croyait pas si bien dire.

95Notre espace cognitif, on le sait, est biologiquement limité. Et cela se voit sur la route malheureusement où un accident sur deux semble désormais imputable au fait de téléphoner en conduisant ou de conduire en téléphonant, c’est selon. Cela a été montré du reste par deux chercheurs de l’université de l’Utah, David Strayer et Jason Watson qui, intéressés par cette thématique, ont observé 700 individus invités à résoudre de simples exercices mentaux tout en conduisant dans un simulateur. Résultat : 19 personnes seulement se montrèrent à la hauteur des attentes sans aucune dégradation de leur performance. Soit à peine 2,5 % de l’échantillon. Baptisés « Supertaskers », ces champions du multitasking font actuellement l’objet d’études afin de percer le secret de leur incroyable talent. Le fait est néanmoins que les sportifs n’excellent pas forcément dans cette catégorie. La plupart sont choisis pour la capacité technique ou physique et non pour leur statut de supertasker ! Comme tout un chacun, ils peuvent être grandement perturbés par toute forme de communication extérieure. Surtout dans le feu de l’action ! Pour preuve, les pilotes de Formule 1 doivent eux aussi couper délibérément parfois leur radio et les échanges avec leurs stands pour espérer se concentrer en piste, à l’instar de l’Espagnol Fernando Alonso lors du Grand Prix de Grande-Bretagne 2010 ou de l’Australien Mark Webber au GP de Malaisie 2012. Pris dans une conversation, notre cerveau réagit plus lentement, voire plus du tout, occultant inconsciemment près d’une information visuelle sur deux ! Voilà qui peut être handicapant dans la pratique sportive de haut niveau. Plus embêtant encore, les effets semblent, selon des travaux menés à l’université de Stanford, s’entendre à long terme. L’habitude de se disperser rendant avec le temps les individus d’autant moins capables de se concentrer et/ou d’estimer avec sagesse et humilité leurs véritables limites.

Les outils de communication ont de l’avenir

96Le coaching à distance pourrait donc bien évoluer ces prochaines années. Et même si on se demande, à la lumière de tout cela, s’il est vraiment utile et pertinent de vouloir promouvoir à tout prix la communication en sport, il existe aujourd’hui de nombreuses pistes de recherche.

97Les vêtements intelligents marquent ainsi une première frontière technologique, un premier vecteur potentiel d’informations utiles à l’entraîneur et son athlète. Des tissus avec capteurs intégrés permettent déjà, en changeant de couleur par exemple, de connaître la température épidermique de l’athlète.

98Pourquoi ne pas imaginer dès lors un dispositif similaire renseignant sur le pouls, la tension, le taux de sucre ou de stress en pleine action ? Et pouvoir ainsi réajuster en conséquence la tactique en place, ou faire en sport collectif les remplacements adéquats selon l’état des troupes. Si elles existent déjà, 90 % de ces technologies servent encore toutefois à l’entraînement et non durant les matchs. Certains sports s’y intéressent toutefois comme le Rugby avec le Stade Toulousain, le Basket avec l’ASVEL Villeurbanne, et le Football avec l’AS Saint-Etienne.

99En matière de communication directe, l’armée fait office, comme souvent aujourd’hui, de grand promoteur. C’est ainsi le ministère de la défense américaine qui débloqua en premier un budget conséquent en vue de développer le premier véritable « casque de pensée ». De la pure science-fiction ? Pas si sûr. L’idée est simple en théorie : il s’agit de repérer l’activité électrique caractéristique du cerveau correspondant à certains mots ou certaines phrases afin de les retranscrire à l’aide d’une « pierre de rosette » informatique restant encore à découvrir. Cette technique fonctionne déjà pour la motricité où des singes Rhésus et des individus tétraplégiques parviennent à diriger par la pensée un bras mécanique pour se nourrir.

100Concernant le langage, les premiers résultats commencent aussi à sortir. Une équipe localisée à New York est ainsi parvenue à décrypter les syllabes les plus simples et discriminer parfaitement quelques sons phonétiquement proches comme « a » et « o ». Des mots comme « bat » et « boot » (respectivement « chauve-souris » et « botte » en anglais) ont aussi été clairement identifiés après avoir été simplement pensés par les sujets volontaires testés, équipés d’électrodes intracérébrales. Car c’est là que le bât blesse : le système s’avère pour le moment très invasif, l’individu devant subir une lourde chirurgie et rester immobile sur son lit. De quoi freiner bien des ardeurs. Sans parler bien sûr des incontournables considérations éthiques que ne manquera pas de soulever l’existence d’un tel système capable de lire dans nos pensées.

  • 6 Lanotte Nunzio, Lem Sophie, Sportifs high-tech, Paris, Belin (Coll. Bibliothèque scientifique), 20 (...)

101Plus près de nous, l’armée française dispose déjà dans ses rangs de fantassins équipés de casques ostéophoniques capables de transmettre un son limpide en faisant directement vibrer les os du crâne. Exit donc l’air et le pavillon de l’oreille ! Le son arrive directement de l’intérieur. C’est du moins l’impression que décrivent les utilisateurs de cette nouvelle technologie. Un outil qui plus est compatible avec la pratique sportive, que ce soit par le biais de lunettes spéciales, d’implants sur ou sous cutanés placés derrière l’oreille ou dans la dent ! Imaginé en 2002 par deux étudiants du Royal College of Art de Londres, le téléphone dentaire n’a toutefois pas convaincu les foules. Il faut dire que la chirurgie qu’il nécessite n’a rien d’engageant ! Ainsi, sur 54 000 votants, 14 % seulement s’avouaient prêts à se faire implanter un micro téléphone dans la molaire. Conscient de cette limite légitime, une société américaine basée dans le Maryland propose aujourd’hui un dispositif similaire installé non plus dans la dent mais à son simple contact. Placé entre la gencive et la joue, l’appareil pourrait alors, à défaut d’être hygiénique, s’avérer des plus discrets. De quoi ouvrir quelques perspectives intéressantes, en sport comme ailleurs. Peut-être est-ce même déjà le cas dans certains milieux très spécifiques comme les échecs qui ont vu dernièrement de modestes inconnus battre à plate couture de grands maîtres des échecs, à l’aide notamment des stratégies caractéristiques des logiciels et des ordinateurs. Problème : malgré les fouilles, on ne trouva aucun appareil de communication sur eux. Comment ont-ils fait ? Étaient-ils équipés de téléphone dentaire ? Mystère ! Sans parler de triche, les athlètes et les fédérations seront-ils prêts un jour à adopter ces différents outils comme autant de précieux alliés ? Rien n’est moins sûr. Il existe plusieurs raisons à cela. La première, sans doute la plus importante, est que la communication en compétition n’a jamais été décisive au point de ne plus pouvoir s’en passer ou filouter pour l’obtenir. Quitte à tricher, les sportifs préfèrent se doper ! Et de loin ! L’ingénieur du sport et auteur Nunzio Lanotte6 en est convaincu : « Il faut être honnête : la technologie relative à la communication n’est ni la plus intéressante, ni la plus pertinente, ni la plus décisive qui soit. La fraude technologique est d’ailleurs un phénomène particulièrement rare dans l’histoire du sport. » La seconde concerne les mentalités et les rapports au progrès. La majorité des acteurs du sport ne sont aujourd’hui pas particulièrement convaincus par l’oreillette. Et il est à parier qu’ils ne le seront sans doute pas plus dans les années à venir, et peu importent les avancées. En témoigne cette expérience menée en 2002 par le sélectionneur néerlandais de hockey sur gazon Marc Lammers. Gêné par le fait que ses adversaires puissent décrypter ses consignes tactiques depuis le banc de touche, il eut l’idée d’équiper six de ses joueuses d’une oreillette, en prenant bien soin évidemment de les fixer et de les dissimuler au préalable avec un sparadrap. Résultat : son équipe remporta cinq victoires en six rencontres ! Loin d’être décontenancées, les joueuses apprivoisèrent très vite l’outil : « Ce n’est pas dérangeant, confiait à chaud la capitaine des Oranjes Mijntje Donners. Il s’agit même d’une manière très intelligente de communiquer. » Malheureusement pour elles et leur entraîneur, le subterfuge fut rapidement démasqué avant d’être interdit par la directrice du tournoi qui considéra, malgré un flou réglementaire évident, que « l’utilisation d’une pareille aide électronique était contraire à l’esprit du jeu et pouvait nuire aux intérêts du hockey. » « Dommage », diront certains. Car plusieurs sports pourraient tirer allègrement profit de ce genre de technologie. En bon avocat du diable, Nunzio Lanotte prend l’exemple du football : « On pourrait imaginer quelques situations intéressantes, lorsqu’un pénalty est sifflé notamment. L’oreillette pourrait alors aider le tireur ou le gardien à se décider en le bombardant d’informations sur les habitudes de son vis-à-vis. Tire-t-il plutôt à gauche ? Plonge-t-il plutôt à droite ? On pourrait aussi donner de précieuses consignes tactiques aux joueurs qui ne sont pas directement concernés par la balle. Soit la majorité en fait des joueurs présents sur le terrain ! » Mais l’équation reste complexe.

102Au-delà des mentalités, de nombreuses fédérations sont avant tout soucieuses d’assurer le maintien de l’universalité de leurs disciplines. Autoriser l’adjonction de nouvelles technologies de communication, c’est aussi pour elles prendre le risque de creuser davantage l’écart entre le sport professionnel et le sport amateur. En football, professionnels comme amateurs devront alors s’équiper sous peine de créer un sport à deux vitesses, l’un avec technologie et l’autre sans. Cet aspect-là aussi doit être pris en considération. La décision viendra peut-être des télévisions qui voient aujourd’hui de plus en plus de fédérations plier sous leurs desideratas, dans l’espoir simplement d’être médiatisées.

103Que ce soit en Formule 1 avec les stands, en tennis féminin avec les coachs, ou en hockey sur glace avec les arbitres, les micros s’ouvrent de plus en plus désormais, apportant il est vrai une réelle plus-value aux téléspectateurs lors des retransmissions. Au point de forcer un jour joueurs et entraîneurs à s’équiper contre leur gré ? Nous verrons bien.

104Le mot de la fin revient à Gérald Guennelon : « J’espère que le spectacle ne prendra jamais le dessus sur le sport lui-même. Ce qui se passe sur un banc ou dans un vestiaire doit absolument rester confidentiel car trop de choses importantes se jouent dans ces instants-là. Si tout devait être divulgué au nom du spectacle, le jeu finirait lui-même par perdre tout son sens et tout son intérêt. Tout le monde espionnerait alors tout le monde et adapterait ses consignes en fonction de ce qui aura été dit en face et ainsi de suite. Cela deviendrait du grand n’importe quoi ! C’est la rareté de ces instants intimes et privilégiés entre l’entraîneur et son équipe qui fait frissonner le téléspectateur. Les systématiser en ferait perdre toute la saveur. »

105Pour l’instant, la sagesse l’emporte et les garde-fous opèrent efficacement. Pour autant, une question s’impose : pour combien de temps ?

Débat

Jean-Louis MICHEL, animateur de la séquence

106Merci à Daniel Pontal pour son exposé particulièrement stimulant.

Éric DUGAS

107On a parlé du problème du spectacle, des incertitudes, du public qui peut se lasser, des problèmes d’accidents, mais ce qui est particulièrement intéressant ce sont les stratégies. Ainsi, il y a une connaissance qui peut se faire par les oreillettes. Et, dans bien des circonstances, régies juste par cet équipement, le sportif devient juste un exécutant. On retrouve des phénomènes de comportement déjà observés. Les écrans que l’on voit dans les stades modifient les comportements des athlètes. En live, ils ne regardent plus derrière, ils regardent sur l’écran pour voir les distances. Il me paraît donc intéressant de souligner que la technologie peut changer parfois les comportements.

Daniel PONTAL

108Le risque est de robotiser les athlètes, de leur faire perdre tout sens de l’initiative, ou tout sens de l’intérêt même de leur sport, surtout en cyclisme. Pourquoi cela a-t-il percé en cyclisme ? Peut-être que la précarité des contrats fait que les cyclistes n’ont sans doute pas trop le choix et sont obligés de devenir de simples exécutants avec des oreillettes. Sans quoi, ils seront remplacés par d’autres cyclistes.

Jean-Louis MICHEL

109Je vois un autre aspect, qui me paraît bénéfique celui-là. C’est le contrôle des efforts des athlètes, qui amène un entraîneur, quand il s’aperçoit qu’il y a des problèmes cardiaques chez tel ou tel joueur, des problèmes d’essoufflement, à le ménager et à le sortir. Les entraîneurs modulent leurs changements de joueurs en fonction des équipements. En rugby, maintenant, on est passé de 15 à 23 joueurs, donc les changements s’opèrent aussi en fonction de cela. Est-ce souhaitable ou pas ? J’interroge la salle.

110Je voulais souligner un point qui m’a été indiqué : on m’a affirmé que les oreillettes pourraient poser des problèmes au niveau de l’oreille interne du fait de leur positionnement, et pas simplement en cas de chute, notamment pour les cyclistes. Il paraît que des troubles existent.

111Il y a d’autres aspects que nous aurions pu évoquer avec Éric Dugas, c’est à propos des non-voyants. Sur les non-voyants, en matière de « céci-foot », en matière de ski, par exemple. J’ai fait une expérience extraordinaire de skier avec une non voyante qui, exclusivement par mes paroles, me suivait. C’est ma voix qui la guidait. Mais le temps passe. Il faut remercier nos deux orateurs et conclure.

112Deux grandes interrogations sont à formuler. Comment édicter des normes, surtout quand on voit que les fédérations ont toutes des règles différentes ? Quelle est la supra fédération qui édicterait des normes dans cette matière ? L’avenir nous le dira.

Notes

1 Rémi Richard, L’Expérience sportive du corps en situation de handicap. Approches praxéologique et socio-phénoménologie du foot-fauteuil, Université Paris-Descartes, 2013.

2 Les athlètes paralympiques sont classés au sein de différentes catégories selon leur degré d’infirmité (par rapport aux capacités). Des sportifs ayant des handicaps différents peuvent concourir ensemble dès lors que les conditions susvisées sont respectées.

3 Dugas Éric, « Arrêt sur image et effacement du handicap », Colloque Handisports de haut niveau : images et représentations. Jeudi 30 et vendredi 31 mai 2013, UPFR des Sports, Université de Besançon Franche-Comté.

4 Site web, nouvelObs+ (Dugas, 2012), http://leplus.nouvelobs.com/contribution/619602-jeux-paralympiques-le-sport-favorise-t-il-reellement-l-integration-des-handicapes.html

5 Dugas Éric, L’Homme systémique. Pour comprendre les pratiquants de jeux sportifs, Nancy, PUN (Coll. Épistémologie du corps), 2011 (298 p.).

6 Lanotte Nunzio, Lem Sophie, Sportifs high-tech, Paris, Belin (Coll. Bibliothèque scientifique), 2012 (160 p.).

Table des illustrations

Titre Compétitions sportives et handicap ou le perpétuel entre-deux : la compensation individuelle et collective. Figure 1. Représentation graphique des trois entités systémiques en interrelation, sous forme de réseau de l’approche systémique du pratiquant. Analyse interactionnelle des logiques interne et externe (Parlebas, 1999) pour rendre intelligibles les conduites de l’individu, et du sportif en particulier. (Dugas, 2011).
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/4632/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 147k
Titre Figure 2. Arrêt sur images : vers l’effacement du handicap ?
Légende Source : Épreuve de 1 500 m T54 à Londres, le 3 septembre 2012 (K. Wigglesworth/ SIPA).
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/4632/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 170k
Légende Source : Éric Dugas.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/4632/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 133k

Auteur

Professeur en sciences de l’Éducation ESPE d’Aquitaine, Université de Bordeaux LACES EA 4140

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search